MouslimRadio Programmes de diffusion sur MouslimRadio

Actuellement, en direct sur Loading ...


Flash info pour le Samedi 10 Chawwal 1442, sur MouslimRadio.

Flash info pour le Samedi 10 Chawwal 1442, sur MouslimRadio.

Pour écouter MouslimRadio partout ou vous voulez, télécharger l’application Tunein sur www.tunein.com, disponible pour tout les types de téléphone, tablette et même les pc. Android, iPhone, Windows phone, etc… Tapez MouslimRadio dans la barre de recherche Tunein pour nous écouter, inch Allah…


Le Centre Palestinien D'Information
http://www.actifpub.com/script/
https://french.palinfo.com/feed/
https://www.algerie-eco.com/category/actualite/national/rss

Assalam aleykoum,

Nous sommes le Samedi 10 cha’oual 1442.
.
.
Aujourd’hui en Palestine, Voici les principaux titres du site d’information, C P I, Centre Palestinien D’Information..
.

Hanyeh remercie l’Emir du Koweït pour son soutien à Gaza et al-Quds.
Le président du bureau politique Ismail Hanyeh a exprimé ses remerciements et son respect à l’Emir du Koweït, son gouvernement et son peuple, pour leur soutien au peuple palestinien particulièrement dans la ville d’al-Quds et dans la bande de Gaza.

Une délégation égyptienne arrive à Gaza pour discuter de la mise en place de l’accord de trêve.
Ce vendredi midi, une délégation de sécurité égyptienne est arrivée dans la bande de Gaza, via le passage de Beit Hanoun (nord de la bande de Gaza).

Les corps de 9 résistants récupérés sous un tunnel effondré.
Les équipes médicales ont récupéré vendredi matin les corps de neuf résistants tués dans un tunnel à l’est de Khan Yunis, dans le sud de la bande de Gaza, il y a 10 jours.

243 morts et 1910 blessés dans l’agression de l’occupation contre Gaza.
Vendredi, le ministère palestinien de la Santé a annoncé que le bilan de l’agression sioniste sur Gaza était passé à 243 morts, et plus de 1900 blessés.

Abou Zohri : la bataille d’al-Quds n’est qu’une étape sur la voie de la libération.
Sami Abou Zohri, porte-parole du Hamas, a considéré que la victoire réalisée dans la bataille baptisée « l’épée de Jérusalem » est un round sur la voie d’autres rounds de libération de la Palestine.

Les forces d’occupation arrêtent 4 palestiniens en Cisjordanie.
Les forces israéliennes ont arrêté cette aube de vendredi quatre palestiniens dont le porte-parole de la liste pour les élections législatives palestiniennes « notre rendez-vous à al-Quds ».

L’occupation arrête le porte-parole de la liste « Jérusalem est notre rendez-vous », Alaa Hamidan.
Les forces d’occupation ont arrêté, à l’aube aujourd’hui, vendredi, le prisonnier libéré Alaa Hamidan, un porte-parole de la liste « Jérusalem notre rendez-vous », à son domicile à Naplouse.

Al-Hayya : Notre résistance bien guidée et notre peuple uni déclarent la victoire.
Khalil al-Hayya, membre du bureau politique du mouvement « Hamas », a déclaré que notre résistance et notre peuple uni déclarent aujourd’hui la victoire sur l’occupation, et que notre peuple a le droit de se réjouir malgré la douleur.

Quand l’occupant vise les membres de la protection civile.
La protection civile palestinienne a accusé les forces d’occupation israéliennes de viser d’une manière délibérée ses équipes alors qu’elles luttaient contre les feux qui ravagent une usine de plastique au nord de la bande de Gaza.

Al-Qassam menace d’une grande frappe en riposte à toute agression précédant le cessez-le-feu.
Les Brigades al-Qassam, aile armée du mouvement du Hamas, ont prévenu d’adresser une grande frappe à l’occupant israélien s’il ose mener une agression sur la bande de Gaza en ces heures qui précèdent l’entrée en vigueur du cessez-le-feu.

.
.
Retrouvez l’intégralité de tout ces articles sur http:// french pal info.com.
.
.
.
.
Aujourd’hui en Algérie, sur algerie-eco.com, le journal d’information indépendant, voici les titres..
.
.
Coronavirus en Algérie : 278 nouveaux cas, 164 guérisons et 4 décès ces dernières 24h.

Le ministère de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, a annoncé, ce vendredi dans un communiqué, 278 nouveaux cas confirmés de Coronavirus (Covid-19), 164 guérisons et 4 décès ont été enregistrés ces dernières 24 heures en Algérie.

La même source a précisé que le total des cas confirmés de Coronavirus s’élève ainsi à 126.434, celui des décès à 3.405 cas, alors que le nombre de patients guéris est passé à 88 066 cas.

Par ailleurs, 21 patients sont actuellement en soins intensifs, ajoute le ministère de la Santé, qui souligne, en outre, que 19 wilayas n’ont recensé aucun cas durant les dernières 24 heures, 20 autres ont enregistré de 1 à 9 cas, alors que 9 autres ont connu plus de 10 cas.

Le ministère a rappelé, par la même occasion, que la situation épidémiologique actuelle exige de tout citoyen vigilance et respect des règles d’hygiène et de distanciation physique, tout en insistant sur le respect du confinement et du port du masque.

Hirak : les marches de nouveau empêchées à Alger et dans d’autres villes, plusieurs arrestations signalées.

Pour la deuxième fois consécutive, les marches hebdomadaires du mouvement populaire « Hirak » ont été empêchées à Alger dans d’autres villes pays par les forces de l’ordre déployées à cet effet. Plusieurs arrestations ont été opérées parmi les manifestants qui ont tenté de marcher pour ce 118ème vendredi du mouvement citoyen.

A la capitale Alger, la marche qui débutait habituellement vers 14h00 n’a pas pu démarrer. Tout le centre-ville a été quadrillé par un impressionnant dispositif policier, empêchant les manifestants de rejoindre la marche.

Le quartier de Bab El Oued, d’où partait habituellement une grande foule de manifestants, a été encerclé par les forces de l’ordre déployées en force pour empêcher les manifestants de démarrer la marche en direction d’Alger-Centre.

Selon des médias, les forces de l’ordre ont été déployées au niveau de Kitani, Place des Martyrs, Square Port Said, Place de l’Emir Abdelkader, sur l’axe Grande Poste-Place-Audin-Rue Didouche Mourad. La place du 1er Mai a été également quadrillée par les forces de l’ordre qui ont bloqué l’accès à la rue Hassiba Ben Bouali.

Une forte présence des policiers en civil a été constatée, alors que la connexion internet a été fortement perturbée, ce qui explique le peu d’informations et d’images diffusées sur les réseaux sociaux. Le Comité national pour la libération des détenus (CNLD) a signalé plusieurs arrestations de manifestants à Didouche Mourad et Bab El Oued.

Le parti Rassemblement pour la Culture et la Démocratie (RCD) a annoncé que son siège sis à Didouche Mourad a été encerclé par les forces de l’ordre, qui ont empêché tout rassemblement de personnes à Alger Centre.
La marche tourne à l’affrontement à Bouira.

Selon le journal El Khabar, la même situation a été constatée dans d’autres villes notamment à Oran et Annaba.

A Bouira, la marche du Hirak a été violemment empêchée par les forces de l’ordre déployées en force au centre-ville, sous prétexte que la manifestation n’est pas autorisée.

Des affrontements ont éclaté entre les manifestants et les forces de l’ordre à la ville de Bouira. Les policiers ont tiré des bombes lacrymogènes et utilisé les canons à eau. Les manifestants ont riposté avec des jets de pierres. Plusieurs arrestations de manifestants ont été signalées.
Les marches ont eu lieu à Tizi-Ouzou et Béjaïa .

Cependant, les marches de ce 118ème vendredi ont pu avoir lieu dans les villes de Tizi-Ouzou et Béjaïa, malgré les arrestations opérées par la police. Une forte mobilisation a été constatée dans ces deux villes, selon les images diffusées sur les réseaux sociaux.

Le CNLD a signalé des arrestations dans plusieurs villes : Alger, Tlemcen, Jijel, Bordj Menaïel (Boumerdes), Annaba, Tizi-Ouzou, Béjaïa. Selon la même source, les journalistes Aboubaker Khaled (Radio M) et Massin Amrouni (Algérie 360), qui était à Alger-Centre pour couvrir la marche du Hirak, ont été interpellés puis relâchés.

Pour rappel, les marches de vendredi 117 ont été également empêchées à Alger et dans d’autres villes du pays. La Ligue algérienne de défense des droits de l’homme (LADDH) avait indiqué que 1000 manifestants avaient été arrêtés dans une vingtaine de wilayas. Des journalistes, des chefs de partis, des enseignants universitaires et des étudiants étaient parmi les personnes arrêtées. Si la majorité des personnes arrêtées ont été libérées, 44 ont été présentées devant les tribunaux, placées sous mandat de dépôt, dont 22 à Sétif.

Le 9 mai, le ministère de l’Intérieur, des Collectivités locales et de l’Aménagement du territoire avait indiqué, dans un communiqué publié, que les organisateurs des marches sont tenus à la déclaration, auprès des services compétents, des noms des responsables de l’organisation de la marche et des heures de son début et de sa fin, de l’itinéraire et des slogans à lever, conformément à la loi.

Covid-19 : l’Algérie réceptionne plus de 750.000 doses de vaccin.

L’Algérie a réceptionné, ce vendredi, 758.400 doses du vaccin anti-Covid-19, dans le cadre du dispositif onusien « Covax », rapporte l’agence officielle APS sans préciser de quel vaccin s’agit-il. La quantité de vaccin a été réceptionnée au niveau de l’aéroport international d’Alger.

Selon la même source, l’Institut Pasteur d’Algérie (IPA) a réceptionné mercredi 170.000 doses et qu’il est attendu la réception de 500.000 doses lundi prochain, ce qui portera le total de doses réceptionnées en une semaine à 1.428.400 unités.

Le ministre de la Santé, Abderrahmane Benbouzid, avait annoncé il y a quelques jours que d’importantes quantités de vaccins anti-Covid seront réceptionnées fin mai courant et en juin prochain. Pour rappel, l’Algérie avait lancé sa campagne de vaccination le 30 janvier dernier.

L’Algérie prévoit de rouvrir partiellement ses frontières aériennes à partir du 1er juin prochain, à raison de 5 vols quotidiens de et vers les aéroports internationaux d’Alger, Constantine et Oran. Les détails de cette réouverture progressive seront communiqués dans quelques jours.

Rachid Belhadj : « Si tout se passe bien, d’autres aéroports rouvriront ».

Le président du syndicat des professeurs et chercheurs universitaires, Rachid Belhadj, a indiqué que si tout se passe bien et qu’on n’enregistre pas d’augmentation du nombre de cas, d’autres aéroports rouvriront, et pourquoi pas les frontières terrestres, rapporte, ce vendredi 21 mai 2021, la radio locale Sétif, sur sa page Facebook.

Rachid Belhadj a indiqué que la deuxième étape de récupération des crânes des martyrs de France se déroule bien, et le 7 juin prochain nous nous une réunion à distance, suivi d’un dernier déplacement et ce dossier sera clos.

Il a également souligné que « ce n’est pas facile et nous mettons tout en œuvre pour mener à bien cette mission historique dans les meilleures conditions, tout en respectant les lois et les engagements pris par chaque pays ».

M. Belhadj estime qu’ « il est naturel que les frontières s’ouvrent progressivement et le processus a été mené selon des études, des données sanitaires et des statistiques fournies par les ministères de l’Intérieur et de la Santé ».

Il a rappelé que « si le nombre des contaminations repart à la hausse, l’État va recourir à la fermeture », précisant que « la situation sanitaire est actuellement stable, ce qui a incité les autorités à ouvrir l’espace aérien », selon la même source.

Il a expliqué que « les frontières terrestres ont été exclues pour mieux contrôler la situation sanitaire et pour empêcher l’entrée d’un grand nombre de personnes en provenance d’autres pays par nos frontières terrestres », selon le même média.

Pour le professeur Belhadj, les Algériens rapatriés doivent respecter le protocole sanitaire, et nous demandons à la communauté algérienne patience et compréhension.

Abordant la question de la falsification des analyses PCR, le Pr Belhadj a indiqué que c’est « un phénomène mondial et l’Algérie prendra des mesures juridiques strictes ».

« Nous devons sortir de cette crise et chaque personne doit jouer son rôle en agissant avec conscience, responsabilité, compréhension et rationalité », a-t-il ajouté.

Il a affirmé qu’un nombre important de personnes souhaitant entrer sur le territoire national, et la question nécessite une organisation, une rigueur et une gestion rationnelle, et nous sommes préparés à toute urgence qui pourrait survenir.

M. Belhadj estime que le système de santé algérien a une particularité humanitaire qui est la gratuité des soins.

Fermeture des ports secs : des conséquences désastreuses en termes d’emplois et de pertes financières.

Fin mars dernier, la Direction Générale des Douanes (DGD) avait notifié la fermeture de 16 ports secs. Les lourdes retombées de cette décision n’ont pas tardé à se manifester. En effet, un document de la Fédération patronale des transports et de la logistique (SPC Translog), relayé jeudi dans la presse nationale, évoque l’impact induit par cette décision prise par les pouvoirs publics.

Si le ministre des Finances, Aymen Benabderrahmane avait rassuré quant aux conséquences d’une telle mesure, le constat fait par la SPC Translog est alarmant, vu le nombre d’emplois directs et indirects perdus et les pertes financières induites par la fermeture de ces entreprises.

En effet, la Fédération patronale des transports et de la logistique a rappelé, dans son document, que le 28 mars dernier, le Directeur général des Douanes a pris « de manière unilatérale » la décision de fermer 16 entreprises nationales, publiques et privées, qui existaient depuis plus de 15 ans pour les plus anciennes et qui activaient comme plateforme logistique à l’import et à l’export. Le document repris par le journal El Watan dans son édition de jeudi 20 mai 2021, rappelle également qu’en juillet 2020 déjà, rappelle la même source, 5 ports secs, appartenant à 3 sociétés étrangères, à savoir MSC (société suisse), CMA.CGM (société française) et la société turque Arkas, ont été fermés sur décision du DG des Douanes.

Le président de la fédération patronale, Abdellah Seriai, cité par la même source, a dit ne pas comprendre ce qui a motivé la fermeture de ces entreprises. Selon lui, cette décision n’a été ni étayée ni argumentée officiellement. Pourtant, dit-il, la plupart d’entre elles se sont conformées au cahier des charges et avaient levé rapidement les réserves qui leur avaient été émises. Pour la seule région d’Alger, indique la même source, pas moins de 11 ports secs, dont 3 entreprises publiques, ont été fermés unilatéralement.

Selon le même document, précise le même journal, « 60 hectares en superficie utile d’entreposage de conteneurs, représentant deux fois la surface occupée par le port d’Alger, sont perdus, 11 scanners pour faciliter le contrôle des marchandises ne sont plus opérationnels, sans parler de déficit en moyens de manutention d’au moins une cinquantaine de stackers, d’une dizaine de parcs à feu pour recevoir tous les produits dangereux et de 11 salles de saisie pour les transitaires afin de procéder à leur déclaration en douane. ».

« Les investissements réalisés sont d’au moins 260 millions de dollars, dont près de 80 millions directement en devises », souligne la fédération patronale dans son document, qui précise que la décision prise par les pouvoirs publics a causé une perte de plus de 3000 emplois directs et 10 000 indirects, entre transporteurs routiers, personnels des sociétés de sécurité, transitaires, etc.

La fédération a également évoqué dans son document l’impact sur le taux de fret. « Dès l’annonce de la fermeture des ports secs, les grands armateurs de conteneurs ont décidé de réduire le volume de transport sur l’Algérie de 30%, voire de 50% pour certains », souligne la même source qui précise que, « la conséquence directe de la réduction de l’offre de transport sur l’Algérie est l’augmentation des taux de fret qui culminent à des niveaux jamais atteints. »

Selon le document de la SPC Translog, le prix du conteneur de 40 pieds pour son transport d’Asie, qui était de 3000 dollars avant la pandémie, a atteint 12 000 dollars à partir d’août et septembre 2020. Ces prix ont commencé à décroître en janvier, mais depuis avril, ils sont repartis à la hausse en comparaison avec les pays voisins.

« Même en acceptant de payer le double ou le triple, les opérateurs nationaux ont du mal à trouver des armateurs pour acheminer leurs marchandises vers l’Algérie, même 16 000 dollars le conteneur. La situation est tellement grave que les armateurs surnomment l’Algérie »de piège à conteneurs ». Entre 12 000 à 18 000 conteneurs appartenant aux opérateurs emprisonnés sont bloqués. Ils renferment plus de 20 000 véhicules en pièces détachées, entre camions, bus et véhicules de tourisme », indique la fédération patronale.

D’après les chiffres communiqués par Abdellah Seriai, 450 millions de dollars sont le montant de transfert des surestaries conteneurs en 2021, alors qu’il était de 250 en 2020. « Quant aux surestaries navires payées à travers l’augmentation des coûts du fret maritime en provenance d’Asie et qui représente environ 30% de nos importations, elles sont de l’ordre 1,2 milliard de dollars », précise encore El Watan.

Coronavirus : 96 cas du variant britannique et 15 cas du variant indien détectés ces deux dernières semaines.

L’Institut Pasteur d’Algérie (IPA) a communiqué ce vendredi le nombre de nouveaux cas des variants britannique (B.1.1.7) et indien (B.1.617) de la Covid-19 détectés en Algérie ces deux dernières semaines. En tout, 111 nouveaux cas dont 96 cas du variant britannique et 15 cas du variant indien ont été détectés en 15 jours.

Ces nouveaux cas de variants britannique et indien ont été découverts dans le cadre des activités de séquençage relatives à la surveillance des variants du virus SARS-CoV-2, menées par l’Institut Pasteur d’Algérie sur les prélèvements reçus des différentes wilayas du pays.

En effet, selon l’Institut Pasteur, durant la semaine du 4 au 12 mai, 57 cas variant britannique et 15 cas du variant indien ont été découverts dans plusieurs wilayas.

S’agissant des 57 cas du variant britannique, 34 cas ont été détectés à Alger; 03 cas de la wilaya de Blida ; 01 cas de la wilaya de Bejaia ; 01 cas de la wilaya de Bouira ; 02 cas de la wilaya de Constantine ; 01 cas de la wilaya d’El Oued ; 01 cas de la wilaya de Ghardaia ; 05 cas de la wilaya de Médéa ; 04 cas de la wilaya de M’sila ; 02 cas de la wilaya de Ouargla ; 01 cas de la wilaya de Souk Ahras ; 01 cas de la wilaya de Tissemsilt ; 01 cas de la wilaya de Touggourt.

Pour ce qui des 15 cas du variant indien, 14 cas ont été découverts dans la wilaya de Ouargla et 01 cas a été détecté dans la wilaya de Tizi Ouzou.

Concernant la semaine du 13 au 20 mai, l’Institut Pasteur a fait état de la détection de 39 cas du variant britannique. Selon la même source : 05 cas de la wilaya d’Alger ; 15 cas de la wilaya d’Oran ; 01 cas de la wilaya de Bejaia ; 09 cas de la wilaya de Bouira ; 09 cas de la wilaya de Bechar.

« Nous invitons encore une fois nos chers concitoyens à observer de la manière la plus stricte, les règles de base énoncées dans le protocole sanitaire (Port du masque de protection, distanciation physique, lavage fréquent des mains) qui représentent dans ces circonstances, la seule garantie pour freiner la propagation de ce virus et éviter plus de contaminations », conclut le communiqué de l’Institut Pasteur.

Ces 111 nouveaux cas de variants découverts s’ajoutent aux 180 cas détectés entre le 25 février et le 3 mai, ce qui porte le nombre total de cas de variants (britannique, nigérian et indien) détectés en Algérie à 291 cas.

Des dizaines d’enseignantes fuient Bord Badji Mokhtar.

Depuis l’horrible agression de neuf enseignantes mardi 18 mai dans leur logement de fonction à Bordj Badji Mokhtar, la panique s’est emparée de la communauté de l’éducation dans cette ville frontalière avec le Mali, en raison de l’insécurité qui y règne. Plusieurs dizaines d’enseignantes ont fuit Bordj Badji Mokhtar.

En effet, selon le journal El Watan qui rapporte l’information, « jeudi, cinquante sept enseignantes, tout cycle confondu, ont quitté la ville par avion, trente huit autres ont pris le risque de faire le voyage par route, jusqu’à Adrar (770 km en grande partie en piste), dans des camions, et vingt autres sont parties mercredi dernier, fuyant le climat de terreur, qui règne depuis l’agression menée en pleine nuit, contre neuf institutrices à l’intérieur de l’école N°10 de Bordj Badji Mokhtar, où elles enseignent. »

Selon Ghafour Bensalmane, secrétaire du Syndicat algérien des travailleurs de l’éducation, tous les syndicats de l’éducation ont décidé d’arrêter les cours dans tous les établissements de la wilaya d’Adrar et de Bordj Badji Mokhtar, et d’organiser des rassemblements de protestation tous les jours de la semaine, jusqu’à ce que le ministre de l’éducation se déplace sur les lieux. Dans le cas échéant, ils annoncent le boycott de tous les examens.

Le premier procureur général adjoint de la Cour d’Adrar, Mahmoud Bouleksibat, a révélé, jeudi, les détails de l’enquête judiciaire sur l’affaire des neuf enseignantes sauvagement agressées.

Lors d’une conférence de presse, le premier procureur général adjoint a précisé que l’enquête ouverte par le parquet a révélé « un cas de viol commis sur une enseignante », « coups et lésions corporelles graves sur quatre enseignantes », « menaces à l’arme blanche » et « vol d’effets personnels », rapporte la rédaction web du journal Liberté.

La même source a fait état de « l’arrestation de 9 suspects », dont « quatre ont avoué leur crime ». Ils ont été présentés, jeudi, devant le procureur de la république du tribunal de Bordj Badji Mokhtar.

.
.
Retrouvez l’intégralité de tout ces articles sur https:// www.algérie- éco point com.
.
.

Palestine : Retrouvez l’intégralité de tout ces articles sur http:// french pal info.com

Algérie : Retrouvez l’intégralité de tout ces articles sur www.algerie-eco.com


https://www.algerie-eco.com
flash info,journal,quotidien,information,presse,islam,news,musulman,coran,sourate,croyance,islamophobie,ccif,islamophobe,gaza,palestine,ouighours,israel,Rohingyas,tartar,cpi,Centre Palestinien D’Information,mouslimradio,hamas,Hébron,Cisjordanie,algérie,maroc,tunisie,maghreb
Rabi èl A’oill,Rabi At’sèni,Joumada èl A’oill,Joumada At’sèni,Rajab,Chabann,Ramadann, cha’oual

Laisser un commentaire