MouslimRadio Programmes de diffusion sur MouslimRadio

Actuellement, en direct sur Loading ...


Flash info du 22 Joumada al Awwal 1439.

Flash info du 22 Joumada al Awwal 1439.

Pour écouter MouslimRadio partout ou vous voulez, télécharger l’application Tunein sur www.tunein.com, disponible pour tout les types de téléphone, tablette et même les pc. Android, iPhone, Windows phone, etc… Tapez MouslimRadio dans la barre de recherche Tunein et hop, vous nous écouter, inch Allah… Les liens sont aussi visible sur notre site, www.mouslimradio.info.

AJIB.FRkatibin.frjournaldumusulman.frislametinfo.fr
saphirnews.comoumma.comdesdomesetdesminarets.frC P I, Centre Palestinien D'Information
www.mizane.infowww.agencemediapalestine.frhttp://www.tribunelecteurs.com/https://lemuslimpost.com/

Sur Ajib.fr, voici les titres.

Algérie : Fin des subventions pour tous, l’état veut cibler les plus démunis.
L’aide aux plus démunis est une priorité pour le gouvernement algérien, pour parer à l’urgence, l’état prévoit de cibler les personnes dans le besoin en leur faisant parvenir directement des chèques.
Le ministre du Commerce, Mohamed Benmeradi l’a confirmé officiellement ce 5 février, il a indiqué que « les subventions seront adressées directement aux personnes concernées. Les bénéficiaires seront classés par catégories et le montant de la subvention sera proportionnel au revenu des ménages. Les ménages concernés recevront mensuellement des chèques en guise de subventions », a-t-il déclaré dans une interview accordée à l’APS.
Il s’agit selon le ministre de focaliser l’attention sur ceux qui en ont vraiment besoin et d’abandonner le système de subvention généralisée, qui est « le plus gros dossier qui est sur la table du gouvernement ».
Comment le ministre compte-t-il identifier les personnes vivant dans la précarité ?
M. Benmeradi précise que le fichier national des personnes physiques visées par cette subvention sera élaboré en collaboration avec le ministère de l’Intérieur et des collectivités locales, de la Caisse nationale des assurances sociales (CNAS) et des Direction de l’Action sociale des wilayas (DAS).
L’objectif du gouvernement est avant tout de faire des économies, car pour le moment les subventions des carburants, des produits alimentaires et énergétiques profitent à tous les algériens et coûtent très cher à l’état, plus de 6 milliards de dollars par an.
Le gouvernement espère réduire drastiquement la facture en faisant en sorte que les subventions ne soient destinées qu’aux personnes qui en ont réellement besoin.

Six laboratoires d’idées marocains primés au classement mondial des Think Tank.
Dans la 11e édition du Global Go-To Think Tanks Index 2017 du Lauder Institute de l’Université de Pennsylvanie publié le 31 janvier et regroupant plus de 3.750 experts de plusieurs pays, le Maroc se positionne en bonne place et ceci dans plusieurs domaines.
Sur les 90 laboratoires d’idées répertoriées par des journalistes, des décideurs, des chercheurs et des donateurs que composent ces experts venus du monde entier, six sont marocains : L’OCP Policy Center se retrouve à la 9ème place des meilleurs Think Tank de la région Moyen Orient Afrique du Nord (MENA), soit 4 rangs de mieux qu’en 2016 et 1er Think Tank du Maghreb et du Maroc. Parmi les autres laboratoires répertoriés, on trouve le Centre d’études et de recherches en sciences sociales (13e), l’Institut royal des études stratégiques (21e), l’Institut marocain des relations internationales (45e), l’Institut Amadeus (46e) et le Groupe de recherche et d’études sur la Méditerranée (78e).
L’OCP Policy Center se distingue dans trois catégories : énergie, collaboration et échanges avec d’autres instituts, et organisation des meilleures conférences. Il a « pour mission la promotion du partage de connaissances et la contribution à une réflexion enrichie sur les questions économiques et les relations internationales »
Le Centre d’études et de recherches en sciences sociales (CERSS) créé en 1993 effectue des études, des enquêtes académiques et de terrain reprises dans la catégorie des think tank spécialisés dans la santé domestique (qualité de l’air dans un lieu clos), réflexion sur les politiques de santé mondiales et meilleures campagnes de sensibilisation etc.
La Banque mondiale confirme dans son rapport doing Business 2018 sur les perspectives économiques mondiales une reprise à l’échelle globale. Parmi les pays qui ont su tirer leur épingle du jeu, le Maroc arrive en troisième position dans sa région et 69ème au rang mondial parmi 190 pays.

Sur Katibin.fr, rien de neuf.

Sur journal du musulman.fr, rien de neuf.

Sur islam et info.fr, voici les titres.

La Turquie «remettra Manbij à ses propriétaires arabes» après l’expulsion des YPG.
L’opération militaire prévue par la Turquie à Manbij en Syrie expulsera les unités de protection du peuple kurdes syriennes (YPG) de la ville afin que ses “propriétaires d’origine arabe” puissent y être réinstallés, a déclaré le président Recep Tayyip Erdoğan.
“M. Obama n’a pas dit la vérité. Trump est également sur le même chemin. Ils ont dit: “Nous nous retirerons de Manbij.” Pourquoi ne pas vous retirer ? Qui as-tu amené dans cette ville avec toi ? Le PYD [Parti de l’Union démocratique], les YPG et le [Parti des travailleurs du Kurdistan] PKK. Vous leur permettez de s’installer et de nous dire «Ne venez pas à Manbij». Nous viendrons à Manbij pour le remettre à ses vrais propriétaires “, a déclaré M. Erdoğan à son groupe parlementaire du Parti pour la justice et le développement (AKP), le 6 février.
Manbij, une ville du nord-ouest de la Syrie, est devenue l’objet d’une recrudescence des tensions bilatérales entre la Turquie et les États-Unis à la suite de la défaite de l’État islamique face à la coalition occidentale. L’administration Obama avait promis de déplacer les miliciens des YPG à l’est de l’Euphrate après le départ de l’EIIL.
Les États-Unis se sont associés aux YPG dans la lutte contre l’EIIL malgré la farouche opposition d’Ankara. La Turquie a récemment lancé une opération militaire pour écraser les YPG du district d’Afrin au nord de la Syrie, de hauts responsables turcs promettant à plusieurs reprises que la prochaine cible serait Manbij.
Erdogan a également affirmé que la Turquie “a vécu les deux derniers siècles avec des sacrifices” et a “perdu environ 5 millions de kilomètres carrés” de terres autrefois gouvernées par l’Empire ottoman.

La Syrie et la Russie augmentent les raids aériens dans les zones contrôlées par les rebelles.
Au moins 40 personnes ont été tuées dans des attaques aériennes syriennes et russes dans la Ghouta orientale près de la capitale, Damas.
Le gouvernement syrien a également déployé de nouveaux missiles antiaériens sur les lignes de front à Alep et à Idlib, où il combat les combattants rebelles.
Les zones rebelles ont vu une escalade dans les combats et les bombardements aériens ces dernières semaines, avec des centaines de civils tués.
reportage a voir sur islam et info.fr.

Iran : 49% des citoyens sont contre l’obligation du port du hijab dans les lieux publics (sondage).
L’Iran a publié une étude vieille de trois ans qui révèle que 49% des citoyens du pays sont contre le port du voile obligatoire pour les femmes. Il intervient après que les protestations contre la loi existante ont conduit à l’arrestation de 29 femmes.
Le rapport – publié dimanche par le Centre iranien d’études stratégiques, une branche de recherche pour le président Hassan Rouhani – compare les données de 2006, 2007, 2010 et 2014. Le sondage le plus récent, qui a interrogé 1.167 répondants, a révélé que 49,2% des participants croyait porter un foulard devrait être une affaire privée.
En outre, le sondage de 2014 a révélé que seulement 39% des répondants croyaient que le gouvernement devrait porter plainte contre les femmes qui ont été arrêtées sans hijab en public. Ce nombre était nettement inférieur à celui de 2006, alors qu’environ la moitié de la population pensait que des suites judiciaires devraient être faites dans de tels cas.
La publication du rapport vient après que les femmes à travers le pays ont protesté contre la loi du foulard obligatoire, avec des images sur les médias sociaux montrant des femmes iraniennes enlevant leurs hijabs en public, beaucoup d’entre eux agitant les bâtons au milieu des rues animées . Un total de 29 femmes ont été arrêtées à la suite de la campagne, a rapporté l’agence de presse Tasnim, citant la police.
Les photos des têtes nues des manifestantes ont été largement diffusées sur les pages Facebook et Twitter de la campagne «My Stealthy Freedom», qui se mobilise pour que les femmes iraniennes puissent choisir de porter ou non le foulard.

Le Danemark propose l’interdiction du voile intégral dans l’espace public.
Le gouvernement danois a proposé mardi une interdiction des voiles intégrales islamiques tels que le niqab et la burqa dans les espaces publics, ce qui pourrait devenir le prochain pays européen à restreindre le port du vêtement religieux.
“Il est incompatible avec les valeurs de la société danoise et irrespectueux envers la communauté de cacher son visage en se rencontrant dans les espaces publics”, a déclaré le ministre de la Justice Soren Pape Poulsen dans un communiqué.
“Avec l’interdiction de couvrir le visage, nous traçons une ligne dans le sable et soulignons qu’au Danemark, nous nous montrons en toute confiance et respect en nous rencontrant face à face”, a-t-il ajouté.
Le niqab est un voile intégral avec une petite fente pour les yeux, tandis que la burqa est un voile intégral originaire d’Afghanistan qui couvre la tête et le corps avec un écran en maille sur les yeux.
La proposition doit être évaluée par des organisations non gouvernementales de défense des droits de l’homme et peut-être être réécrite pour tenir compte de leurs remarques. Le gouvernement de centre-droit devrait présenter un projet de loi au Parlement au printemps.

Palestine : un palestinien tué par les forces israéliennes à Naplouse.
Après une chasse à l’homme qui a duré près d’un mois, les forces israéliennes ont annoncé avoir assassiné un Palestinien suspecté d’être derrière le meurtre d’un colon juif le mois dernier.
Ahmad Jarrar, 22 ans, s’est caché après que Raziel Shevah eut été tué dans une fusillade près d’une colonie illégale dans la ville occupée de Naplouse, en Cisjordanie , le 9 janvier.
Avant l’aube ce mardi, Jarrar a été retrouvé par les forces israéliennes, dont les unités de renseignement et d’élite de Shabak, dans le village de Yamoun, à neuf kilomètres de sa ville natale de Djénine.
Selon des sources israéliennes, les forces de sécurité ont ordonné à Jarrar de sortir d’un bâtiment vers 3 heures du matin (01:00 GMT). Il aurait émergé armé d’un fusil M-16 et de grenades à main, et a été immédiatement frappé par un barrage de balles qui a abouti à sa mort.
Son décès a été confirmé par le gouverneur de Jénine mardi matin.

Sur saphirnews.com, rien de neuf.

Sur oumma.com, voici les titres.

La Tunisie promeut des muezzins et récitateurs du Coran, formés à l’école tunisienne.
En Tunisie, derrière les murs de l’une des plus anciennes écoles de musique arabe, le prestigieux Institut Al-Rachidi fondé en 1934, sous l’impulsion de personnalités issues du monde de la politique et des milieux intellectuel et artistique, un cycle de formation se prépare à accueillir sa première promotion d’élèves avec une certaine effervescence. Une formation de haut vol, qui aspire à détecter les talents vocaux en vue de faire émerger une nouvelle génération de muezzins et récitateurs tunisiens.
Désireux de préserver l’héritage du pays jasmin, en puisant dans son vivier de récitateurs et auditeurs du Noble Coran, le ministre des Affaires religieuses, Ahmed Adhoum, a expliqué la vocation de cette initiative d’envergure : elle vise à parfaire l’appel à la prière et la psalmodie du Noble Coran, en s’inspirant de l’école tunisienne.
« Il ne faut pas y voir une sorte de fanatisme pour l’école tunisienne, mais plutôt la volonté d’éduquer l’oreille des Tunisiens à entendre l’Adhaan et à écouter les psalmodies du Coran avec la voix de muezzins et récitateurs tunisiens », a-t-il souligné, en insistant sur le fait que la Tunisie reste « ouverte à toutes sortes de lecture ».
De son côté, Al-Shadi Shoro, le directeur de l’Institut supérieur de théologie de l’Université Al-Zaytoonah, a loué une démarche non seulement salutaire, favorisant « l’affirmation de l’identité tunisienne en enseignant la parfaite prononciation des mots », mais qui s’est aussi avérée nécessaire en raison des piètres prestations de certains muezzins, dont les « voix peu audibles et leur mauvaise utilisation des haut-parleurs dans les mosquées » ont fait l’objet de plaintes.
Promouvoir des muezzins et récitateurs formés à l’école tunisienne, dotés de voix mélodieuses résonnant agréablement aux oreilles des fidèles, qui appelleront à la prière et réciteront le Coran dans les « grandes mosquées de Tunis », tel est le premier grand objectif que se fixe le ministère des Affaires religieuses, en songeant déjà à la deuxième étape : étendre cette expérience, riche en belles modulations, à l’ensemble des mosquées de Tunisie.

E. de Vitray-Meyerovitch : “L’islam oblige à reconnaître toutes les communautés spirituelles”.
Eva de Vitray-Meyerovitch (1909-1999), convertie à l’islam en 1950, éminente intellectuelle, traductrice, auteure de plus d’une quarantaine d’ouvrages, spécialiste de Mohammad Iqbal et de la mystique musulmane.
Dans cette citation elle évoque sa conversion à l’islam : « De toute façon, l’islam oblige à reconnaître toutes les communautés spirituelles, tous les prophètes antérieurs. L’islam est le dénominateur commun à toutes les religions. On ne se convertit pas à l’islam. On embrasse une religion qui contient toutes les autres. »
reportage a voir sur oumma.com.

Mennel pourrait être évincée de The Voice.
En accrochant merveilleusement bien la lumière, revêtue de son turban soyeux qui en fait la première candidate voilée de The Voice, on pouvait craindre que le charisme et le talent de Mennel, ainsi que le choix de sa chanson “Hallelujah” de Léonard Cohen, soient éclipsés par une énième controverse anti-voile, passionnelle et rugissante…
Mais de là à penser que cette graine de star paierait le prix fort pour avoir subjugué le jury du télé-crochet de TF1, reléguée au rang d’étoile filante sous l’opprobre général, il y avait un pas que l’on n’aurait pas osé franchir sur ce… tremplin de la gloire.
Exhumés opportunément par ses farouches détracteurs de la fachosphère, qui la traitent “d’islamiste” avec un art consommé de la diabolisation, les tweets postés par Mennel en 2016, dans le sillage des attentats de Nice et de Saint-Etienne-du-Rouvray, ont fait couler beaucoup d’encre en l’espace de quelques jours, choquant particulièrement l’association de victimes “Promenade des anges : 14 juillet 2016”, et pourraient sonner le glas de son aventure musicale.
« Nous avons découvert les messages dimanche, comme le grand public. Nous avons alors voulu étudier la situation intelligemment et ne pas prendre de décisions précipitées sans avoir tous les éléments », a déclaré la direction de TF1 à Télé Loisirs, ajoutant : « Nous ne pouvons pas garder dans le programme une personne qui tient des propos contre la loi de la République ».
Le sort de Mennel semble donc scellé et son ode à la France qu’elle entonne avec force, en assurant que ses tweets, sortis de leur contexte, étaient l’expression de sa colère contre le terrorisme, n’y changera rien. Elle n’adoucira pas les mœurs.

Israël détruit pour la 5e fois une école financée par l’Union européenne.
Et de 5… C’est la cinquième fois que les autorités israéliennes détruisent l’école d’Abou Nouwar, un projet financé par l’Union européenne, destiné aux communautés de Bédouins de Cisjordanie occupée.Hier, l’armée israélienne a rasé deux salles de classe situées sur la colline du village après avoir bouclé le secteur. L’an dernier, à la même époque, Tsahal avait déjà détruit toute l’école.
Après la démolition, les enfants en compagnie de leurs professeurs ont pris place à l’endroit-même où la bâtiment a été rasé. “Ils ne veulent pas qu’on apprenne, à chaque fois, on reconstruit, et ils la démolissent…” explique Osama Younis, 9 ans.
reportage a voir sur oumma.com.

Sur Mizane.info, voici les titres.

L’Inde en marche vers l’abolition du talaq (divorce) express.
Alors que le gouvernement indien du Premier ministre Narendra Modi est déterminé à faire adopter le projet de loi « Triple Talaq » au Parlement, le Conseil du droit musulman de l’Inde (AIMPLB) va tenir son Assemblée générale pour déterminer son action future sur cette question.
Une réunion générale de trois jours du corps des savants musulmans indiens, à partir du 9 février, s’efforcera d’élaborer une stratégie de protection du droit personnel musulman. Le projet de loi Triple Talaq, qui sera présenté à la Cour suprême le 8 février, est en tête de l’ordre du jour de la réunion cruciale présidée par le chef de l’AIMPLB, Moulana Rabey Hasani Nadvi. L’AIMPLB, qui a été créée en 1972 et représente toutes les écoles de pensée islamiques en Inde, adoptera une résolution définissant la feuille de route sur cette question épineuse du divorce express prononcé verbalement par le mari et qui congédie sans autres formes de droits l’épouse. L’Assemblée générale discutera également du projet de loi surnommé « Triple Talaq », qui a été adopté par le parlement indien. La réunion devrait aboutir à une décision sur la proposition d’introduire une nouvelle disposition dans le contrat de mariage dans lequel l’homme doit s’engager à ne pas prononcer de triple talaq instantané. Le conseil estime que cet amendement aidera à dissuader les hommes de pratiquer ce qui est considéré comme la pire forme de divorce en islam.
Contre l’ingérence parlementaire mais pour la réforme sociale.
Le conseil a néanmoins qualifié le projet de loi, qui a criminalisé le Triple Talaq, d’ingérence dans le droit personnel musulman. Il est d’avis que le taux de musulmans qui divorcent de leurs femmes de cette manière est très faible et que cette pratique peut être freinée par la prévention et la sensibilisation. Le Conseil du droit musulman de l’Inde passera également en revue les progrès réalisés dans la campagne nationale mise en oeuvre par cette instance pour les réformes dans la société musulmane (Islah-e-Moashira), campagne visant à sensibiliser le public contre les abus sociaux de certaines pratiques telles que la dot et le Triple Talaq. La commission fera le point sur les affaires relatives au droit personnel musulman en instance devant divers tribunaux et discutera de la façon dont elle peut s’imposer pour protéger la charia. Il discutera également de l’utilisation efficace des plateformes de médias sociaux pour informer de ses activités et sensibiliser le public. Près de 600 dirigeants musulmans éminents, y compris des érudits religieux, des chefs de diverses organisations musulmanes, des politiciens, des avocats, des académiciens et d’autres personnalités éminentes de différents horizons assisteront au conclave. Le conseil compte 102 membres fondateurs et 149 membres généraux. Ils comprennent 30 femmes.
Traduit du site The News Minute.

Sur des domes et des minarets.fr, rien de neuf.

Sur tribune lecteurs.com, le journal d’algérie, voici les titres.

Djamel Ould Abbas revient sur l’initiative de Tliba concernant le cinquième mandat présidentiel : « Nous enquêtons pour savoir qui tire les ficelles ».
Comme il fallait s’y attendre, l’installation, hier, de la commission de discipline du FLN a été l’occasion pour le secrétaire général de ce parti, Djamel Ould Abbas, de revenir longuement sur la récente initiative du député et membre du Comité Central, Baha Eddine Tliba, concernant le soutien à un cinquième mandat présidentiel. Une occasion pour Ould Abbas de rappeler ses fermes instructions concernant l’interdiction formelle aux cadres et militants de ce parti d’évoquer ce sujet jusqu’à nouvel ordre. Explications : » seul le président est habilité à décider s’il veut ou pas briguer un autre mandat. Ce n’est qu’une fois que sa décision sera prise que le FLN se mettra en mouvement « . En attendant, explique-t-il encore, » ce genre de manoeuvre, qui nous laissent froids, étant les tenants d’une force tranquille, ont peut-être visé à rééditer le scénario de 2004 « . Or, il n’en a été rien. L’initiative de Tliba a fini en queue de poisson, surtout que l’ensemble des noms évoqués, soutenant prétendument sa démarche, ont formellement démenti cela. Il s’agit, notamment, de Abdelmalek Sellal, Hamid Grine, Saïda Bounab, Tahar Khaoua, Abdelkader Nouri… Ould Abbas, qui ne dénie à personne le droit de faire de la politique et de défendre ses idées comme il l’entend, refuse en revanche que cela se fasse au nom du FLN, qualifié de » bouclier pour le président et la nation algérienne « . Tliba devra donc répondre de ses actes, lorsqu’il sera convoqué par la commission de discipline. En attendant, une enquête a également été diligentée afin de tenter de savoir qui est derrière cette manoeuvre, pour ne pas dire complot. Ould Abbas, qui a consacré le plus clair de son intervention, hier, à ce sujet, a également précisé que cinq autre cas disciplinaire sera traités dans les prochains jours, avant de conclure, sur ce chapitre, pour dire que » plus aucun écart ne sera toléré « . Pour ce qui est de la tenue de la session ordinaire du Comité Central du FLN, l’orateur indique que la date du 19 février coïncide avec un lundi. Aussi la tenue de cette rencontre aura lieu soit deux jours avant, soit deux jours après, cette date.

Salon International de la Promotion Immobilière : La seconde édition s’annonce prometteuse.
SPP Communication organise la deuxième édition du Salon International de la Promotion Immobilière (SIPIAU 2018), prévue du 07 au 10 Février au centre international des conférences.CIC, club des pins. SIPIAU 20187, est un rendez-vous incontournable de la filière de l’immobilier, de la construction, de l’habitat, de la décoration et de l’aménagement urbain. Et un lieu de rencontre entre les métiers de l’urbanisme, de l’aménagement, de la construction et de l’investissement. Pour sa 2ém édition, SIPIAU 2018 rassemblera en 4 jours prés de 60 exposants du domaine de la Promotions Immobilière et de l’Aménagement Urbain. Le salon SIPIAU est un espace de rencontre avec les futurs acquéreurs de logements ou locaux commerciaux, investisseurs et d’échange d’opportunités relationnelles avec les décideurs de collectivités locales ,organisme de financement, organisme de conseil, bureaux d’études…etc. Par ailleurs, il permet aux exposants de présenter leurs produits et services afin de donner aux visiteurs l’occasion de découvrir des offres immobilières, aménagement urbain et des solutions concrètes de logements répondants à leurs besoins et préoccupations. Parmi les participons, les promoteurs de l’immobilier et de l’aménagement urbain, architectes, organisme d’état de la filière, banques, bureaux d’études, seront tous aux rendez-vous à la disposition des investisseurs et des potentiels acquéreurs dans des conditions optimales. SPP Communication informe les visiteurs que l’entreprise de transport urbain et suburbain d’Alger » Etusa » assure gratuitement le transport au CIC club des pins partir des stations : Tafoura, Ardis, Bne Aknoun, Birtouta, Kouba (Bne Omar) toute les heures de 09 heure jusqu’à 17 heure.

Déclaration et paiement des G50 : Les opérations se feront en ligne.
Dans le cadre du chantier de modernisation de l’administration fiscale en Algérie, la direction générale des Impôts va procéder à la généralisation des opérations électroniques en vue de dématérialiser l’administration fiscale et de généraliser le numérique dans ce domaine. Dans le cadre de l’examen des deux projets de loi relatifs aux conditions d’exercice des activités commerciales, à la protection du consommateur et à la répression des fraudes, la commission des affaires économiques, de l’industrie, du commerce et de planification de l’Assemblée populaire nationale (APN), a auditionné lundi le directeur général des Impôts, Mustapha Zikara. Au cours de cette séance de travail, le directeur des impôts a mis en avant à cette occasion l’attachement de sa direction à la consécration des opérations électroniques en vue de dématérialiser l’administration fiscale et de généraliser le numérique dans ce domaine. Concernant le projet de loi complétant la loi 04-08 relative aux conditions d’exercice des activités commerciales, l’administration des impôts est concernée par les téléprocédures à travers l’introduction des opérations électroniques dans les procédures fiscales pour la dématérialisation et à la numérisation de l’administration », a expliqué M. Zikara, lors d’une séance, présidée par M. Fouad Benmerabet, président de la commission, en présence des cadres du ministère du Commerce. Il a affirmé, à ce propos, qu’il sera procédé à l’application des dispositions contenues dans la loi de Finances 2018, relatives à la mise en oeuvre de l’obligation légale de la déclaration et du paiement par voie électronique pour les sociétés relevant de la direction des grandes entreprises (DGE).Il s’agit, a-t-il précisé, de l’obligation du paiement et de déclaration électroniques par les contribuables relavant de la DGE. »Il est porté à la connaissance de l’ensemble des sociétés rattachées à la DGE, qu’en exécution des dispositions de l’article 58 de la loi de Finances 2018, la souscription des obligations déclaratives et de paiement des G50 doit s’effectuer par voie électronique », avait indiqué, lundi, la Direction générale des Impôts (DGI), dans un communiqué rendu public sur son site électronique concernant la mise en oeuvre de l’obligation légale des téléprocédures pour la déclaration mensuelle (G50). »L’application relative aux télé-procédures www://https.jibayatic.dz contient l’application ayant trait à la déclaration de la taxe sur l’activité professionnelle (TAP) qui vous permet de produire l’état de la répartition mensuelle de cette taxe », a-t-elle rappelé.

Subventions ciblées : Les ménages recevront des chèques.
Le ministre du Commerce, Mohamed Benmeradi, affirme que son département préconise, dans le cadre d’un système de subvention ciblée, l’utilisation d’un moyen de payement assurant, à la fois, la traçabilité et la sécurité, tel le chèque, au bénéfice des ménages concernés. Dans un entretien accordé à l’APS, le ministre du Commerce indique qu’un fichier national des personnes physiques nécessiteuses et destinataires de cette subvention sera élaboré avec la collaboration du ministère de l’Intérieur et des Collectivités locales, de la Caisse nationale des assurances sociales (CNAS) et des directions de l’Action sociale des wilayas (DAS). « Les subventions seront adressées directement, aux personnes concernées. Les bénéficiaires seront classés par catégories et le montant de la subvention sera proportionnel au revenu des ménages. Les ménages concernés recevront des chèques, mensuellement, en guise de subventions », avance M. Benmeradi. Selon lui, la question des subventions « est le plus gros dossier » sur la table du gouvernement, ajoutant que « l’intérêt de cette réforme est de mettre de côté le système de subvention généralisée pour aller vers un système ciblé ». Concernant la revendication d’augmentation du prix du pain, réclamée par les boulangers, le ministre soutient que « le pain est un dossier très sensible ». « L’Etat ne veut pas toucher au prix du pain », dit-il, tout en admettant partager « la même analyse que les boulangers pour dire que la marge bénéficiaire est érodée et qu’il faut trouver une solution ». A ce sujet, le ministre assure que des solutions sont en cours d’examen. Parmi ces solutions, le ministre cite l’utilisation d’une farine appelée « farine complète » qui permettra aux boulangers d’améliorer leur marge de bénéfice en produisant 20% de plus par quintal, en comparaison avec le quintal de farine utilisée actuellement. Dans ce sens, il fait savoir que son ministère a préparé un dossier sur cette question qui a été transmis au Premier ministre, ajoutant que si cette solution technique sera avalisée, il sera alors procédé à la révision du décret réglementant le taux de trituration.

L’ambassadeur de Palestine, Louai Mohamed Aissa, hôte de la commission des AE de l’APN : » Le soutien de l’Algérie est un stimulant de choix « .
Pour la première fois, comme l’a indiqué M. Si Afif dans son discours de bienvenue, une rencontre entre le parlement algérien et la chancellerie palestinienne a réuni une délégation palestinienne et des députés de l’APN pour faire la lumière sur la cause palestinienne et les voies et moyens de centrer le plus grand nombre de parlements à l’effet de porter haut la cause noble des Palestiniens qui est, également celle des pays arabes et musulmans, particulièrement l’Algérie qui est restée constante sur ses positions ancestrales à savoir : » Avec la Palestine, à tort ou à raison » Pour le diplomate palestinien, « L’administration américaine est responsable de l’échec des pourparlers de paix, vu son parti pris pour Israël », at- il fait savoir avant d’ajouter qu’ »elle n’aura, à l’avenir, aucun rôle dans le processus de paix en dehors d’un mécanisme international multilatéral sous l’égide de l’ONU ». Ce fut aussi l’occasion pour Aissa Louai de préciser que : La décision du président américain Donald Trump de proclamer El Qods capitale d’Israël est « une tentative visant à saper la cause palestinienne, à faire sortir El Qods du cercle du conflit et à expulser les Palestiniens de cette ville Sainte », a-t-il soutenu, soulignant que cette décision « est rejetée et que le président américain doit la revoir ». Le diplomate palestinien, n’a cessé tout au long de son intervention de rappeler que : » Le soutien en question atteste de la grandeur de la révolution algérienne dont le dénominateur commun avec le soulèvement du peuple algérien réside dans le refus d’abdiquer dans le combat visant la restitution des terres des ancêtres « . Il a noté qu’au moment où nombre de pays arabes ont tourné le dos à la cause et au combat du peuple palestinien, le peuple et les gouvernants algériens, plus que jamais convaincus par la noblesse de la cause pour laquelle il se bat, n’ont guère fait preuve de versatilité, affirmant que ce soutien se poursuivra jusqu’à la victoire finale. « Les fameuses citations des présidents Boumèdienne et Bouteflika en l’occurrence ‘nous sommes avec le peuple palestinien oppresseur ou opprimé’ et ‘l’indépendance de l’Algérie ne saurait avoir de sens sans la libération de la Palestine’ semblent, plus que jamais, être d’actualité », a-t-il observé, rappelant que l’Algérie a de tout temps oeuvré pour que la décision palestinienne soit autonome. Pour sa part, M. Si Afif n’a pas manqué d’emblée, de mettre en avant la position de l’Algérie qui soutient la cause de la Palestine depuis toujours et qui est en lutte perpétuelle contre les régimes liberticides. » L’Algérie est à l’avant-garde des pays qui ont de tout temps soutenu la cause palestinienne « , a-t-il lancé avant d’évoquer l’évènement de la proclamation de l’Etat de’ Palestine, le 15 Novembre 1988 que la capitale Alger a abrité avec grande fierté. C’est dire que l’Algérie à pour constante de soutenir l’ensemble des cause justes de par le monde, une attitude dictée par le fait que L’Algérie est parmi les pays initiateurs du mouvement des non-alignés. Devant toute cette énergie et cette détermination de l’Algérie à soutenir » aveuglement » la cause palestinienne, le diplomate algérien déplore toutefois l’absence d’une volonté politique ferme de la part de la communauté internationale en vue d’une mise en oeuvre des résolutions des Nations unies concernant la question palestinienne « . Chose qui ne saurait tarder suite à la mobilisation du parlement algérien à faire entendre la voix de la Palestine à travers le monde.

Sur le muslim post.com, voici les titres,.

Le Printemps Républicain : un cyberharcèlement qui n’en finit plus.
Après Rokhaya Diallo, Yassine Belattar, Nassira El Moaddem, Marlène Schiappa — redevenue depuis une alliée…. c’est sur la jeune chanteuse Mennel, récente candidate à « The Voice », que le Printemps Républicain a jeté son dévolu.
Initiateur de campagnes de diabolisation sur internet ou relayant celles déjà commencées par des sites comme Fdesouche — les deux clans se disputent régulièrement la primeur des infos —, le mouvement a su montrer ces derniers mois de quoi il était capable.
Scrutant de près les propos de leurs cibles, fouillants dans leurs posts Facebook, exhumant de vieux tweets ou d’anciennes interviews, c’est une vraie police du web qui s’est mise en place. Sous couvert de laïcité et de liberté d’expression, le Printemps Républicain, semble surtout vouloir museler la parole de ses détracteurs.
Pour rappel, cet été, interpellé sur Twitter par un membre du Front National et par le Printemps Républicain, le Service civique avait fini par retirer l’offre de mission proposée par l’association féministe et musulmane Lallab. Le groupe était accusé d’avoir des relations avec les Frères Musulmans et de faire le jeu du communautarisme. Lallab avait clairement dénoncé ce « cyberharcèlement » et cette « campagne de diffamation sur les réseaux sociaux » menée par les « anti-laïques », c’est-à-dire le Printemps Républicain.
Puis en octobre l’organisation a ensuite fait pression pour faire annuler un colloque sur l’islamophobie à l’Université Lyon II, aidée par la Licra et le Comité Laïcité République. Le Printemps Républicain a contacté à plusieurs reprises la direction de l’université lyonnaise. Ils dénonçaient non seulement le sujet du colloque, mais aussi ses invités, des « personnalités islamistes », selon leurs propres critères. Alors que Laurent Bouvet, l’un des fondateurs du PR, dénonçait un colloque « de nature politique et non académique », il s’émouvait quelques mois plus tard de l’annulation, à l’université Lille 2, de la lecture de « Lettre aux escrocs de l’islamophobie qui font le jeu des racistes » de Charb. Un événement très politique et peu académique.
Un autre évènement universitaire a également été pointé du doigt par Laurent Bouvet et ses confrères : les ateliers en non-mixité de l’Université de Saint-Denis, en novembre dernier, organisés par le syndicat Sud Education 93. Oppression et racisme au sein de l’université ? Des sujets bien trop polémiques. Nassim Seddiki, secrétaire général du Printemps Républicain, relayé par Fdesouche, a lancé la polémique.
Très vite, le ministre de l’Education nationale, Jean-Michel Blanquer, a alors déclaré ce stage « inconstitutionnel et inacceptable. » Il avait porté plainte — classée sans suite —, mais le local du syndicat avait alors été vandalisé suite à la polémique.
Organisations, associations, médias, personnalités… le Printemps Républicain vise large
Au-delà de ces pressions pour faire annuler des initiatives ou des évènements jugés pas assez républicains, ‘Le Printemps’ s’en prend également aux médias. Parmi eux, leurs cibles favorites : Mediapart, le Bondy Blog, Libération et leurs quelques journalistes un peu trop « islamogauchistes » à leur goût. « Plenel a des accointances avec les Frères musulmans, il joue un jeu politiquement dangereux en banalisant et en légitimant ces thèses », confiait Laurent Bouvet à 20minutes.fr.
Mais plus grave encore est le ciblage direct envers des personnalités, dont Rokhaya Diallo a fait les frais en décembre dernier. La jeune militante a été exclue du Conseil National du Numérique, huée pour avoir parlé de « racisme d’Etat » et pour avoir signé une pétition critiquant « l’union sacrée » autour de Charlie en 2011.
Nassira El Moaddem, directrice du Bondy Blog a quant à elle été accusée d’antisémitisme par Laurent Bouvet. Son Facebook a été pris d’assaut en octobre, envahis par des messages à caractères violents, la traitant de « féminazie » et de journaliste « à qui on a envie de balancer une bonne paire de gifles ». Pour ces commentaires diffamants, la journaliste a porté plainte. Même chose pour Madjid Messaoudene, régulièrement taxé d’antisémitisme pour ses positions… pro-palestiniennes. L’élu de Saint-Denis a été victime d’attaques répétées de la part du Printemps Républicain.
Marlène Schiappa, secrétaire d’Etat à l’égalité femmes-hommes est également dans le collimateur du Printemps Républicain, pour oser parler d’islamophobie. Les membres de l’organisation ont repris et diffusé un article écrit par la jeune femme en 2014. Dans celui-ci elle s’en prenait à l’interdiction faite aux femmes voilées d’accompagner les sorties scolaires de leurs enfants et estimait qu’interdire le voile à l’école est contraire à la loi de 1905. Des positions qui n’ont bien sûr pas plu au mouvement, non conformes à leur conception de la laïcité. Depuis, Laurent Bouvet est entré au Conseil des sages de Blanquer et semble s’être rabiboché avec la secrétaire d’Etat, dont il loue sur Twitter les déclarations.
« Le Printemps Républicain est, objectivement, un groupe tangent au racisme »
Ces divers exemples, relevés sur quelques mois seulement, montrent l’organisation bien rodée du Printemps Républicain, qui n’en demeure pas moins inquiétante. Avec des éléments de langage bien rodés : un musulman critique vis-à-vis de la France sera taxé d’« islamiste », « proche des Frères musulmans. » Des pseudo-arguments souvent ponctués d’une phrase censée couper court au débat : « Les mots ont un sens. »
Des tweets et posts de captures d’écran publiées par les leaders du mouvement suffisent à mettre le feu aux poudres. En quelques heures, les « retweets » et les « likes » de leur sphère déclenchent une polémique, qui sera alimentée pendant plusieurs jours. Des attaques humiliantes pour les personnes concernées et dont la portée peu parfois aller au-delà de la toile.
Dans un article pour son blog sur Médiapart, Geoffroy de Lagasnerie, professeur à l’Ecole Nationale Supérieure d’Arts de Paris-Cergy, estime d’ailleurs qu’il est tant de mettre fin à ces campagnes de diabolisation « qui prennent pour cibles des Noirs et des Arabes », écrit-il.
Pour lui, ce cyberharcèlement est une façon de « de les renvoyer à l’illégitimité et à l’invisibilité », alors même qu’ils ne font pas « allégeance à certaines idéologies ».
En effet, parmi les personnalités ciblées, la majorité sont « de couleur ». Alors que Geoffroy de Lagasnerie dit avoir pris position sur le racisme d’Etat et Charlie Hebdo, il estime ne pas avoir été attaqué du fait de son identité et de sa position de « blanc ». D’ailleurs, il arrive parfois que les membres du Printemps Républicain montrent parfois leur vrai visage comme lorsque Laurent Bouvet, mi-janvier, a estimé, en retweetant Waleed Al-husseini, que « le voile (…) est un symbole de l’islamisation de notre société » et qu’il est donc « dangereux ».
Le philosophe compare même le Printemps Républicain à une sorte de Ku Klux Klan, « qui entend maintenir une suprématie blanche dans l’espace public » et qui se permet de remplir « une fonction de police dans l’espace médiatique et politique ».
Il pose enfin une question importante : Comment devons-nous lutter contre le Printemps Républicain ? Pour le sociologue, la réponse est la suivante : « Il est certain que si nous voulons leur faire perdre leur efficacité nous devons au maximum les nommer, les disqualifier, les révéler pour ce qu’ils sont (…) et commencer par dire que le Printemps Républicain est, objectivement, un groupe tangent au racisme. »

Maroc : la lourde condamnation d’une figure du Hirak.
Il s’appelle El Mortada Iamrachen et passe à partir d’aujourd’hui en appel, après avoir été condamné en fin d’année dernière à cinq ans de prison. Ce Marocain de 31 ans était devenue une des icônes du mouvement de contestation dans le Rif. Condamné pour « apologie du terrorisme » et « incitation au terrorisme », El Mortada Iamrachen aurait fait des aveux « apparemment forcés », selon la défense.
L’ONG Human Rights Watch demande aux autorités marocaines de « réexaminer en toute urgence » la condamnation du militant condamné notamment « pour un commentaire sur Facebook concernant l’attentat qui a coûté la vie à l’ambassadeur russe en Turquie, en décembre 2016 » et pour « une autre publication dans laquelle il racontait s’être moqué d’un journaliste suspicieux en lui rétorquant avoir reçu l’ordre du ‘chef d’Al-Qaïda (…) d’importer des armes dans le Rif’. », explique l’organisation non gouvernementale.
Avançant le sarcasme des publications et commentaires incriminés, la défense n’a finalement pas réussi à libérer le jeune homme. Mais aujourd’hui, HRW estime que son arrestation pour ces posts n’était qu’un prétexte et qu’El Mortada Iamrachen a en réalité « surtout été questionné sur l’organisation du Hirak et ses détails opérationnels. »
Pour espérer le faire sortir, HRW indique que les policiers lui ont fait signer un procès-verbal « dans lequel il ’avouait’ que son intention, en publiant certains éléments sur Facebook, était de faire l’éloge d’actes terroristes et d’inciter d’autres personnes à en commettre. » Impensable selon l’ONG qui assure que le trentenaire a été « forcé de signer » le document suite à un chantage : les policiers l’auraient menacé de publier des photos de son épouse sur les réseaux sociaux.
Sarah Leah Whitson, directrice Moyen-Orient et Afrique du Nord de HRW, s’étonne que la justice n’ait pas enquêté sur les soupçons d’aveux forcés et rappelle qu’El Mortada Iamrachen était un militant pacifiste. El Mortada Iamrachen n’est pas le seul manifestant à s’être fait arrêter : Nasser Zefzafi, leader de la contestation, passe depuis plusieurs semaines devant le juge, comme une cinquantaine d’autres accusés.

Mort d’Amar Benaouda, figure historique de la résistance algérienne.
Il était l’un des derniers survivants du « Groupe des 22 », un groupe indépendantiste algérien. Âgé de 93 ans, Benmostefa Benaouda, dit « Amar », est mort en ce début de semaine. Le colonel a été l’une des figures de l’indépendance de l’Algérie. En 1954, avec son « Groupe des 22 », il avait décidé de lancer la lutte armée pour libérer son pays de la colonisation.
En 1950, Amar Benaouda faisait partie, comme certains de ses camarades indépendantistes du « Groupe des 22 », de l’Organisation spéciale, que les autorités coloniales françaises ont décidé de démanteler. En mars 1954 naît le Comité révolutionnaire d’unité et d’action, qui deviendra quelques mois plus tard le FLN, Front de libération nationale.
Amar Benaouda restera dans les annales de l’histoire algérienne, il a fait partie des vingt-deux personnalités historiques qui ont déclenché la Révolution de novembre. Il était, avec Athmane Belouizda et Abdelkader Lamoudi, l’un des trois derniers survivants du « Groupe des 22 ».
Le 18 mars 1962, il avait participé aux négociations des accords d’Evian avec la France, cinq ans après son entrée au Conseil national de la Révolution algérienne, le parlement du FLN.

Affaire Tariq Ramadan : pourquoi sa détention provisoire a-t-elle été maintenue ?
La nouvelle est tombée hier soir : Tariq Ramadan, après quatre nuits passées en prison, a appris que sa détention provisoire était maintenue. Mis en examen pour « viol » et « viol sur personne vulnérable » la semaine dernière, le professeur s’est vu notifier cette décision par le juge des libertés et de la détention. Comme le rappelle Libération, le JDL ne se prononce pas sur le fond du dossier mais sur la pertinence de maintenir le prévenu en détention pour diverses raisons.
Plusieurs rebondissements ont émaillé l’affaire ces derniers jours. Parmi ces rebondissements, l’information selon laquelle, le 6 décembre dernier, les avocats de Tariq Ramadan ont transmis à la section du parquet de Paris chargée de l’enquête une note dans laquelle ils indiquent que le professeur a voyagé entre Londres et Lyon en fin d’après-midi le 9 octobre 2009, alors qu’une des plaignantes affirme avoir été violée « dans l’après-midi. » Selon les avocats de Tariq Ramadan, « cette information fragilise considérablement les déclarations de son accusatrice. »
L’IGJ bientôt saisie à propos de la note perdue et de Caroline Fourest ?
Problème : la note n’a pas été enregistrée, ni transmise, et ce n’est que le 1er février, au moment de la garde-à-vue du professeur, que la justice a décidé de s’intéresser à ce document, qui n’a donc « pas été vérifié », comme le déplorent les avocats de Tariq Ramadan. La disparition de cette note pourrait permettre aux avocats de contester la mise en examen du théologien.
En attendant, le JDL a donc décidé de poursuivre la détention provisoire de Tariq Ramadan. Les avocats du Suisse ont réclamé la saisie de l’Inspection générale de la justice (IGJ), une institution qui, au nom du ministère de la Justice, assure un contrôle sur les services liés à la justice. Les juristes demandent à l’IGJ de s’intéresser à la disparition de la réservation du billet d’avion mais également d’identifier un juge cité par Caroline Fourest que cette dernière dit avoir mis en contact avec l’une des plaignantes.

Filmer un policier n’est pas une infraction.
« Les policiers ne peuvent faire obstacle à l’enregistrement ou à la diffusion publique d’images ou de paroles à l’occasion de l’exercice de leurs fonctions. » Une note envoyée aux agents de police parisiens, et émise par la direction de la sécurité de proximité (DSPAP), est claire : les policiers n’ont plus le droit d’arrêter une personne les filmant.
Suite à la mort d’Adama Traoré après une interpellation, la sœur de la victime avait filmé l’arrestation de l’un de ses frères. Sur la vidéo, on entendait un policier dire : « Si on retrouve ces images sur un site on viendra chez toi. »
La pratique de filmer des policiers est fréquente aux Etats-Unis, pas encore en France même si cela se fait de plus en plus régulièrement. Le Collectif contre le contrôle au faciès préconise d’ailleurs cette méthode dans un document : « Si vous assistez à une scène d’abus manifeste ou de violences, n’hésitez pas à filmer en continu », peut-on lire.
La diffusion d’images ne constitue pas une infraction.
Désormais, les policiers ont ordre de se laisser filmer. Selon la note envoyée à leurs services, ils ne peuvent pas « interpeller des journalistes ou des particuliers effectuant des enregistrements dans les lieux publics ou ouverts au public, ni leur retirer leurs appareils ou détruire les prises de vue effectuées. » Une mise en garde contre ceux qui tenteraient d’arracher le téléphone portable de toute personne filmant la police.
Et cela vaut pour les policiers « qu’ils soient en uniforme ou en civil. » En réalité, la note ne fait que confirmer une décision datant de 2008, émise par la Direction générale de la police nationale (DGPN). La note explique également que « la captation d’images de policiers en fonction sur la voie publique n’est pas interdite, la diffusion de ces images dans les médias et sur internet ne constitue pas, à elle seule, une infraction, quand bien même les agents seraient identifiables. »

Sur agence media palestine.fr, voici les titres.

Rencontre à Paris le 13 février 2018 avec Rebecca Vilkomerson de Jewish Voice for Peace.
L’Association France Palestine Solidarité (AFPS) et l’Union Juive Française pour la Paix (UJFP) invitent Rebecca Vilkomerson, directrice exécutive de Jewish Voice for Peace (JVP).
Une Voix Juive pour la Paix (JVP, Jewish Voice for Peace) est une association active au niveau local et national et qui puise son inspiration dans la tradition juive afin d’œuvrer pour la pleine égalité et la liberté pour tous les peuples en Israël/Palestine.
JVP est suivie par plus de 250 000 personnes/sympathisant-e-s sur Internet, compte plus de 70 sections locales, une branche jeunesse, et plusieurs Conseils : rabbinique, artistique, universitaire ainsi qu’un Conseil consultatif composé d’intellectuels et artistes américains majeurs.
Mardi 13 février, à 20h salle Jean Dame.
17, rue Léopold Bellan, 75002 Paris.
Evénement facebook.
À Paris (2ème), réunion publique avec Rebecca Vilkomerson.
Le mardi 13 février 2018 à 19h30.
salle Jean Dame.
17, rue Léopold Bellan, 75002 Paris.
Métro Sentier (ligne 3) ou Réaumur (lignes 3 & 4).
La salle dispose de 279 places assises, et est accessible aux personnes à mobilité réduite (6 places).

####### Aujourd’hui en Palestine #######

Aujourd’hui en Palestine, Voici les principaux titres du site d’information, C P I, Centre Palestinien D’Information.

L’occupation propse une loi pour voler les allocations de martyrs et prisonniers palestiniens
.
Le Comité ministériel israélien de la législation décidera de discuter, dimanche prochain, un projet de loi, proposé par le ministre de la guerre, Avigdor Lieberman, prévoit de saisir les allocations des familles de martyrs, des prisonniers et des blessés palestiniens
.
ONG: les déclarations de l’ONU reflètent la situation tragique dans la bande de Gaza
.
L’occupation décide de construire 13 000 logements dans la colonie Netivot
.
L’occupation décide de libérer l’ancien ministre Wasfi Qabha
.
Mobilisation israélienne à Bourin et Bracha
.
L’occupation ferme soudainement le rond-point de Salfit- Kifl Hares
.
4 palestiniens arrêtés lors d’affrontements à Bethléem
.
Des dizaines de blessés lors d’affrontements avec l’occupation à l’est de Naplouse
.
Grève commerciale à Naplouse en signe de deuil pour Khaled Tayeh
.
Hezbollah : le sang de Jarrar nous appelle à soutenir le peuple Palestinien
.
Doudin : l’occupant ne jouira pas de la paix après l’assassinat de Ahmed Jarrar
.
Abbas salue les relations bilatérales entre la Palestine et la Turquie
.
17 palestiniens arrêtés en Cisjordanie et Naplouse envahie
.
Un colon blessé dans une attaque au couteau à Hébron, l’auteur tué
.
Tristesse et colère à Jénine et affrontements avec l’occupation
.
Jénine en grève, les écoles fermées en signe de deuil après la mort de Jarrar
.

Retrouvez l’intégralité de tout ces articles sur http:// french pal info.com
.


Le Centre Palestinien D'Information
LES TAGS
#flashinfo #journal #quotidien #information #presse #attentat #daesh #étatislamique #isis #tv #radio #article #islam #news #musulman #coran #sourate #croyance #islamophobie #ccif #islamophobe #cri #ldj #ldjm #gaza #palestine #ouighours #immigration #fn #israel #valls #hollande #terroriste #racisme #nazisme #Rohingyas #tartar #réfugier #migrant #hindoue #hindou #cpi #CentrePalestinienD’Information #sif #secoursislamique #mouslimradio #tunein #Hui

flash info,journal,quotidien,information,presse,attentat,daesh,état islamique,isis,tv,radio,article,islam,news,musulman,coran,sourate,croyance,islamophobie,ccif,islamophobe,cri,ldj,ldjm,gaza,palestine,ouighours,immigration,israel,valls,hollande,terroriste,racisme,nazisme,Rohingyas,tartar,réfugier,migrant,hindoue,hindou,cpi,Centre Palestinien D’Information,sif,secours islamique,mouslimradio,Chams,tunein,life,ajib,katibin,oumma,saphirnews,mizane,jdm,journal du musulman,islam,info,Autorité Palestinienne,hamas,Hébron,Cisjordanie,Haaretz,Aquaboulevard,algérie,maroc,tunisie,maghreb,+972,Agence Media Palestine,Electronic Intifada,Ouïgours,Mintpress,MiddleEastEye

Laisser un commentaire