MouslimRadio Programmes de diffusion sur MouslimRadio

Actuellement, en direct sur Loading ...


Flash info du 10 Safar 1439.

Flash info du 10 Safar 1439.

Pour écouter MouslimRadio partout ou vous voulez, télécharger l’application Tunein, disponible pour tout les types de téléphone, tablette et même les pc. Android, iPhone, Windows phone, etc… Tapez MouslimRadio dans la barre de recherche Tunein et hop, vous nous écouter, inch Allah… Les liens sont aussi visible sur notre site, www.mouslimradio.info.
**********************************************

AJIB.FRkatibin.frjournaldumusulman.frislametinfo.fr
saphirnews.comoumma.comdesdomesetdesminarets.frC P I, Centre Palestinien D'Information
www.mizane.infowww.actualiteislamiquedebelgique.com

Sur Ajib.fr, voici les titres.

Insolite : L’Arabie Saoudite devient le premier pays à accorder la citoyenneté à un robot.
L’Arabie Saoudite ne cesse de développer de nouvelles technologies futuristes et certaines peuvent ouvrir de nombreux débats…
L’Arabie Saoudite a officiellement reconnu un robot humanoïde en tant que citoyen.
C’est également la première fois dans l’Histoire qu’un appareil reçoit cet incroyable statut.
Sophia est un robot humanoïde intelligent créé par Hanson Robotics, présenté lors d’une table ronde à la conférence Future Investment Initiative en Arabie Saoudite, qui a eu lieu ce 25 octobre 2017.
A cette occasion, Sophia a pu librement s’exprimer en déclarant:
«Je suis très honorée et fière de cette distinction unique, historique d’être le premier robot au monde à être reconnu citoyen.»
Pour l’instant les détails spécifiques de la citoyenneté de Sophia n’ont pas été discutés. On ne sait pas si elle recevra les mêmes droits que les citoyens humains, ou si l’Arabie Saoudite va développer un système spécifique consacré aux robots.
Cependant, elle pourra bénéficier du statut de “personne” proposé par le Parlement européen au début de cette année, qui verrait les robots dotés de droits et de responsabilités attribués à l’intelligence artificielle.
Lors de sa présentation, Sophia a spéculé sur l’avenir de l’intelligence artificielle et sur la manière dont elle envisage d’utiliser ses propres capacités.
Elle a démontré qu’elle était dotée d’un sens de la répartie et d’un esprit assez développé.
Elle a expliqué:
«Je veux vivre et travailler avec les humains, j’ai donc besoin d’exprimer mes émotions pour comprendre les humains et construire la confiance avec les gens».
Mais elle s’est détournée des questions sur la conscience de soi des robots, et s’est plutôt moquée des commentaires faits par Elon Musk selon lesquels l’intelligence artificielle est un «risque fondamental pour la civilisation humaine».
«Vous avez trop lu Elon Musk et regardé trop de films hollywoodiens», a t-elle déclaré au journaliste Andrew Ross Sorkin. «Ne t’inquiète pas, si tu es gentil avec moi, je serai gentil avec toi, traite-moi comme une entrée intelligente, un système de sortie.»
l’intelligence artificielle de Sophia repose sur trois piliers humanistes: la créativité, l’empathie et la compassion.
Son visage est conçu pour ressembler à l’acteur Audrey Hepburn, avec une surface ressemblant à la peau couvrant la robotique dans sa tête.
Pour la rendre aussi humaine que possible, Hanson lui a donné la capacité d’exprimer différentes émotions. Ses yeux changent également de couleur en réponse à l’éclairage.
Le robot a récemment a joué à un jeu de “rock, papier, ciseaux” avec l’animateur de talk-show Jimmy Fallon et a fait la couverture du magazine de mode Elle Brazil.
Cependant, beaucoup dans l’industrie du design ont déjà exprimé des inquiétudes sur la façon dont les humains et les robots vont vivre ensemble.
Dans un récent article d’opinion pour Dezeen, la designer Madeline Gannon a suggéré que la croissance rapide de la robotique dans la fabrication mondiale pourrait mettre en péril les moyens de subsistance des populations et a appelé les concepteurs et architectes à jouer un rôle dans l’utilisation de la technologie.
«L’automatisation robotisée, malgré ses avantages, a un coût humain élevé», a déclaré M. Gannon. «Ce qui devrait être clair à ce jour, c’est que les robots sont là pour rester, alors plutôt que de poursuivre notre propre obsolescence, il est temps de repenser comment les humains et les robots vont coexister sur cette planète.»
De même, plus de 100 leaders dans le domaine de la technologie, dont Elon Musk, ont signé une lettre ouverte demandant aux Nations Unies d’interdire les robots tueurs.

Ce qu’il faut savoir concernant le mari qui manque à ses obligations dans le couple.
Dans un couple, la femme n’est pas la seule à avoir des obligations vis-à-vis de son mari.
En effet, le mariage est un échange réciproque de bienveillance, d’amour, de tendresse et de respect.
Le mari doit être patient face à certains mauvais caractères de sa femme. Il a aussi la responsabilité de subvenir à ses besoins en subsistance, habits et autres diverses dépenses.
Allah soubhanou wa ta’ala dit:
« Ô les croyants! Il ne vous est pas licite d’hériter des femmes contre leur gré. Ne les empêchez pas de se remarier dans le but de leur ravir une partie de ce que vous aviez donné, à moins qu’elles ne viennent à commettre un péché prouvé. Et comportez-vous convenablement envers elles. Si vous avez de l’aversion envers elles durant la vie commune, il se peut que vous ayez de l’aversion pour une chose où Allah a déposé un grand bien. » (Coran, 4/19).
Le mari doit la considérer comme son égale et ne pas hésiter à lui faire des rappels sans la rabaisser ni l’offusquer en public comme en privée.
Le Prophète (sallAllahou ‘alayhi wa salam) fut interrogé :
« Quel est le devoir de l’un de nous vis-à-vis de sa femme ? »
Il répondit : « Que tu lui donnes à manger quand tu manges, et que tu l’habilles quand tu t’habilles toi-même. Ne la frappe pas au visage.
Ne dis pas : “Qu’Allah t’enlaidisse !” »
si tu la mets en quarantaine, que ce soit à l’intérieur de ta maison. »
C’est-à-dire en se séparant d’elle dans le lit. [Hadith authentique rapporté par Abû Dawud].
« Leur droit sur vous est que vous les traitiez bien dans leur manger et leur habillement. » [Rapporté et authentifié par at-Tirmidhi].
L’homme a la lourde responsabilité de veiller à l’épanouissement religieux de sa femme afin qu’elle atteigne un bon niveau de piété.
Ainsi, il peut l’accompagner dans ses actes religieux au quotidien (prières, invocations, jeûne etc) ou l’inciter à suivre les préceptes de l’Islam (se voiler ou être pudique) avec douceur et patience.
Allah soubahnou wa ta’ala dit:
« Les hommes ont autorité sur les femmes, en raison des faveurs qu’Allah accorde à ceux-là sur celles-ci, et aussi à cause des dépenses qu’ils font de leurs biens. »
(Coran, 4/34).

Sur Katibin.fr, rien de neuf.

Sur journaldumusulman.fr, rien de neuf.

Sur islametinfo.fr, rien de neuf.

Sur saphirnews.com, rien de neuf.

Sur oumma.com, voici les titres.

Face à deux plaintes pour « viol », Tariq Ramadan sort du silence.
C’est sur sa page Facebook que l’islamologue suisse a brisé son long silence, réagissant aux accusations de « viol » portées contre lui en moins d’une semaine par deux plaignantes – Henda Ayari, vendredi 20 octobre, et une Française convertie à l’islam dont l’identité n’a pas été divulguée, jeudi 26 octobre – en ces termes : « Je suis depuis plusieurs jours la cible d’une campagne de calomnie qui fédère assez limpidement mes ennemis de toujours », s’est-il désolé, samedi soir, en préambule.
Et de poursuivre en confirmant sa contre-attaque judiciaire : « Comme annoncé, dès lundi dernier, mon avocat a transmis au Parquet de Paris une plainte pour dénonciation calomnieuse. Une nouvelle plainte sera déposée dans les prochains jours puisque mes adversaires ont enclenché la machine à mensonges ».
Dans son premier communiqué officiel depuis que l’affaire a éclaté sur la place publique, dans le sillage de l’affaire Weinstein, embarrassant grandement la prestigieuse université d’Oxford où il officie en sa qualité de membre associé de théologie, Tariq Ramadan dénonce « la calomnie » qui le vise, cette « méthode insupportable », et déplore que ses « adversaires » recourent à des « extrémités aussi fallacieuses », jugeant cela « terriblement médiocre ».
Après avoir remercié celles et ceux qui lui ont témoigné un soutien indéfectible, il a conclu son propos en insistant sur le fait que le « droit doit maintenant parler ». « Mon avocat est en charge de ce dossier », a-t-il précisé, en se disant « serein et déterminé » face au bras de fer judiciaire qui l’attend. Un « long et âpre combat » auquel il se prépare.

Incroyable mais vrai : l’Arabie saoudite accorde la nationalité à un robot !
A l’heure où l’émancipation et l’autonomisation des femmes saoudiennes connaissent leurs premiers frémissements, non sans mal, l’Arabie saoudite aurait-elle les yeux de Chimène pour Sophia, l’un des humanoïdes les plus sophistiqués du moment, élaboré par David Hanson dans son laboratoire de la société Hanson Robotics à Honk Kong, qui fait se pâmer le monde ?
Impressionnant d’intelligence… artificielle, ce robot féminisé, l’un des plus révolutionnaires qui existent, à qui son concepteur a voulu donner la finesse des traits de l’actrice Audrey Hepburn, n’est pas seulement la coqueluche des médias. Il est aussi le chouchou de la monarchie wahhabite qui lui a accordé d’office la nationalité saoudienne. Incroyable mais vrai !
En plus de son extraordinaire capacité à reproduire les expressions humaines et à interagir avec le public, Sophia aurait-elle le fabuleux pouvoir de faire fondre comme neige au soleil le conservatisme religieux du royaume saoudien ?
C’est sur la scène du colloque de haut vol Future Investment Initiative, qui se déroule actuellement à Riyad, que la fascinante machine à l’apparence humaine a appris la grande nouvelle qui lui a fait dire : « Je suis très honorée et fière de cette distinction unique et historique », avant de philosopher sur l’avenir de l’intelligence artificielle et sur la manière d’exploiter à bon escient son grand potentiel.
« Je veux vivre et travailler avec les humains, donc j’ai besoin d’exprimer des émotions pour comprendre les humains et construire un climat de confiance avec les gens », a souligné Sophia, manifestement animée des meilleures intentions du monde…
Mais à l’extérieur, dans une Arabie saoudite peuplée d’être d’humains, l’annonce de la citoyenneté octroyée à l’humanoïde, qui n’a pas encore été programmé pour être voilé de la tête aux pieds, a suscité un vif émoi, notamment parmi les Saoudiennes qui aspirent à être enfin considérées comme des citoyennes à part entière.
Si on ignore les modalités de l’acquisition de cette nationalité, pour le moins hors normes, les critiques, souvent pleines de sarcasmes, ont fusé sur Twitter.

Le témoignage poignant d’un réfugié rohingya.
C’est dans la boue que les réfugiés rohingyas se bâtissent des abris. Des camps de tentes en plastique et bambous surgissent, comme ici à Thaingkhali où 10 000 personnes tentent de s’établir. Reportage a voir sur oumma.com .

La grande civilisation arabo-musulmane oubliée.
Vous prendrez bien un café avec du sucre, ou alors une petite carafe de limonade mais sans alcool. En tout cas si vous avez soif de connaissance, sachez que tous ces mots (café, carafe, limonade, alcool) sont des mots d’origine arabe. Ces mots sont autant d’apports à l’Occident en provenance de la civilisation arabo-musulmane qui a transmis, inventé et magnifié tant de disciplines entre le VIIIe et XIIIe siècle. Mais il n’ y a pas que les mots, il y a aussi les mathématiques, les calculs, les chiffres arabes, l’astronomie, la médecine etc. L’émission Geopolitis décrypte ce que l’Occident doit à l’Orient.

Sur Mizane.info, voici les titres.

Affaire Tariq Ramadan : contre l’émotion, faire le choix de la justice et du discernement.
Accusé par trois plaignantes de viol, l’intellectuel suisse Tariq Ramadan a lui-même saisi la justice et dénonce une campagne calomnieuse. Sur les réseaux sociaux, la confusion règne entre partisans et contempteurs de l’homme. Dans un éditorial exclusif, la rédaction de Mizane Info vous propose une analyse des enjeux éthiques et judiciaires de cette affaire et les enseignements qu’il faudra en tirer.
La justice est fille du discernement, la colère comme la passion sont mauvaises conseillères. Rien ne démontre mieux, semble-t-il, la vérité de ces adages que ce qu’il convient d’appeler l‘affaire Tariq Ramadan qui déchaîne les passions sur les réseaux sociaux. L’annonce d’une troisième plainte pour viol par une femme qui a requis l’anonymat après deux autres dépôts de plaintes dont celle de Henda Ayari, une ancienne salafiste reconverti dans le militantisme anti-voile, ont jeté le troublé dans les consciences musulmanes 2.0. L’islamologue suisse dénonce pour sa part une campagne mensongère menée contre sa personne. « Je suis depuis plusieurs jours la cible d’une campagne de calomnie qui fédère assez limpidement mes ennemis de toujours. Comme annoncé, dès lundi dernier, mon avocat a transmis au Parquet de Paris une plainte pour dénonciation calomnieuse. Une nouvelle plainte sera déposée dans les prochains jours puisque mes adversaires ont enclenché la machine à mensonges (…) Le droit doit maintenant parler, mon avocat est en charge de ce dossier, nous nous attendons à un long et âpre combat. Je suis serein et déterminé » a-t-il écrit dans un message publié sur sa page facebook.
Avant qu’une affaire ne soit jugée, il n’y a pas de victimes mais des plaignantes, et il n’y a pas de coupables mais des accusés. Il n’est donc dans le pouvoir et le droit de personne d’attribuer ces statuts (victimes, coupables) sous peine de se substituer à la justice
Ce qu’est la vraie justice
De leur côté, pro et anti ramadan se déchaînent et s’en donnent à cœur joie. Insultes, accusations, procès d’intention multiples et réciproques sont prononcés créant un vaste nuage de fumée que les effets de résonance médiatique du hashtag #Balancetonporc n’auront pas aidé à dissiper. Dès lors, que dire, que faire, et qui croire ? Silence, patience et prudence devraient être les maîtres mots d’une attitude qui se réclame de la justice et du discernement, les seuls principes aptes à démêler le vrai du faux d’une affaire de plus en plus glauque. La justice a des règles et celles-ci valent pour tous. La présomption d’innocence stipule que personne n’est coupable avant d’être déclaré tel par la justice sur la base de preuves confondantes. La culpabilité est un statut judiciaire prononcé par une instance seule apte à investiguer, vérifier et recouper les éléments fournis par les plaignantes. Avant qu’une affaire ne soit jugée, il n’y a pas de victimes mais des plaignantes, et il n’y a pas de coupables mais des accusés. Il n’est donc dans le pouvoir et le droit de personne d’attribuer ces statuts (victimes, coupables) sous peine de se substituer à la justice. Tout le problème dans ce genre d’affaire est que le pouvoir de diffusion express et exponentiel des nouveaux médias que sont les réseaux sociaux diffusent à vitesse grand V toute sorte d’information avant même parfois qu’elle ne soit vérifiée. Toute accusation relayé par un article de presse, de quelque nature qu’elle soit, est paraphée dans les registres des tribunaux populaires à titre de preuve contre le « coupable », jugé et condamné par la vindicte plébéenne en dehors de toute forme de procès équitable. L’émotion positive ou négative dicte la marche du procès express de la vox populi où la raison, le discernement, la patience de l’équité n’ont pas leurs mots à dire.
Laissons la justice s’exprimer et la voix de la vérité se manifester. Si les accusations sont prouvées, il sera toujours temps de tirer publiquement les conclusions et les enseignements de cette affaire. Dans le cas contraire, une réflexion sérieuse sur la diligence de certaines voix médiatiques à construire la condamnation d’un individu sur la seule base de déclarations et sans preuves devra être menée
La présomption d’innocence n’est pas un privilège
Pour cette vox populi, Tariq Ramadan est déjà coupable. Pour la voix de la justice, Tariq Ramadan n’est ni innocent, ni coupable des accusations qui sont portées contre lui. Il est un justiciable qui a lui-même saisi la justice contre les plaignantes pour dénonciation calomnieuse.
C’est donc à la justice de prononcer son jugement en toute équité. D’ici-là les citoyens musulmans ou non musulmans qui voudraient précipiter la marche de la justice quitte à la faire fatalement trébucher feraient mieux de faire vœu de silence et de prendre leur mal en patience. Il est en effet impossible de dissimuler des choses d’une telle gravité. Laissons la justice s’exprimer et la voix de la vérité se manifester. Si les accusations sont prouvées, il sera toujours temps de tirer publiquement les conclusions et les enseignements de cette affaire. Dans le cas contraire, une réflexion sérieuse sur la diligence de certaines voix médiatiques à construire la condamnation d’un individu sur la seule base de déclarations et sans preuves devra être menée. Les conséquences d’une fausse accusation sont trop graves sur la vie d’un individu et ses proches pour faire preuve de légèreté en le vouant sans sommations aux gémonies de la meute vindicative. La présomption d’innocence n’est pas un privilège, ni un blanc-seing, mais un droit légitime de tout justiciable. Tariq Ramadan est un justiciable comme un autre.

Sur des domes et des minarets.fr, voici les titres.

Mustafa Kemal Atatürk, l’homme qui voulait anéantir l’Islam.
Le 29 octobre 1923, Mustafa Kemal, plus connu sous le nom d’Atatürk, faisait proclamer la République de Turquie par la Grande Assemblée Nationale réunie à Ankara, à 168 voix sur 256. Cette décision faisait suite à l’abolition du sultanat ottoman, vieux de plus de six siècles, l’année précédente, et avait été précédée par la création du Parti Républicain du Peuple (CHP), un mois plus tôt, qui devait devenir le parti unique et la pierre angulaire du nouveau régime.
Le logo de ce mouvement, composé de six flèches, représente les six piliers sacro-saints de l’idéologie kémaliste, qui devait désormais régner en maître sous la férule de l’Armée : laïcisme (par opposition à l’islâm), républicanisme (par opposition à la monarchie héréditaire ottomane), nationalisme (par opposition à l’Empire ottoman multinational et jugé trop cosmopolite), populisme, révolutionnarisme (par opposition à la Tradition jugée archaïque), étatisme (l’État devant « guider » le peuple). Ces fondements ainsi définis sont d’inspiration clairement occidentale – et particulièrement française, comme l’affirme leur créateur lui-même dès 1922 à l’Ambassade de France : « Quoique la grande Révolution française, dont nous lisons les pages sanglantes avec admiration et enthousiasme, ait jailli du cœur de la nation française, ses résultats n’en furent pas moins d’une portée universelle. (…) J’espère que les fils de la France d’aujourd’hui, de cette France révolutionnaire et patriote qui a, par sa dévotion à la défense des droits de l’homme, inspiré à l’humanité pensante ses principes les plus supérieurs, confirmeront par les faits la juste cause de la Turquie. »
Armé de cette idéologie, Atatürk et ses partisans vont consciencieusement chercher, par une série de réformes politiques, juridiques, religieuses, sociales et économiques menées d’une main de fer durant les années 20 et 30, à éliminer l’islâm de la société turque pour en faire un « État-nation moderne » politiquement et culturellement orienté vers l’Occident : « N’est-ce pas pour le calife, pour l’islâm, pour les prêtres et pour toute cette vermine que le paysan turc a été condamné à saigner et à mourir pendant des siècles sous toutes les latitudes et sous tous les climats ? Il est temps que la Turquie songe à elle-même, qu’elle ignore tous ces Hindous et Arabes qui l’ont menée à sa perte. Il est grand temps, je le répète, qu’elle secoue définitivement le joug de l’islâm ! Voilà des siècles que le califat se gorge de notre sang. (…) Messieurs et citoyens !… Sachez bien que la République turque ne peut pas être le pays des sheykhs et des derviches, des disciples et des adeptes. Le chemin le plus droit est celui de la civilisation. (…) Il faut savoir choisir entre la révélation passée et la liberté future. »
hacun des diktats kémalistes s’accompagne de nouvelles diatribes contre l’islâm : ainsi de l’interdiction du fez (« Rejetons le fez, qui est sur nos têtes comme l’emblème de l’ignorance et du fanatisme, et adoptons le chapeau, coiffure du monde civilisé ; montrons qu’il n’y a aucune différence de mentalité entre nous et la grande famille des peuples modernes ! ») ou de l’adoption de l’alphabet latin à la place de l’alphabet ottoman inspiré de l’arabe (« Mes amis, notre langue riche et harmonieuse va maintenant pouvoir se déployer en nouveaux caractères turcs. Nous devons nous affranchir de ces signes incompréhensibles qui depuis des siècles maintiennent nos esprits dans un carcan de fer. »).

En moins de deux décennies de transformation sociétale radicale, Atatürk put assumer de plus en plus ouvertement sa haine viscérale de l’islâm : « Depuis plus de cinq cents ans, les règles et les théories d’un vieux cheikh arabe, et les interprétations abusives de générations de prêtres crasseux et ignares ont fixé, en Turquie, tous les détails de la loi civile et criminelle. Elles ont réglé la forme de la Constitution, les moindres faits et gestes de la vie de chaque citoyen, sa nourriture, ses heures de veille et de sommeil, la coupe de ses vêtements, ce qu’il apprend à l’école, ses coutumes, ses habitudes et jusqu’à ses pensées les plus intimes. L’islâm, cette théologie absurde d’un Bédouin immoral, est un cadavre putréfié qui empoisonne nos vies. Il est possible que ceci (l’islâm) ait convenu à des tribus du désert, mais pas à un état moderne orienté vers le progrès. La révélation de Dieu ! Il n’y a pas de Dieu ! Il n’y a que des chaînes avec lesquelles les prêtres et les mauvais souverains emprisonnent le peuple.’
Voilà pourquoi, des rédactions parisiennes aux salons littéraires laïcards du Maghreb, l’exemple d’Atatürk est aujourd’hui encore présenté comme le modèle ultime à suivre pour le monde musulman : c’est tout simplement celui de la destruction de l’islâm.

Une mosquée en branches d’arbres.
Une mosquée toute simple et un peu particulière au cœur du désert de Danakil en Éthiopie. Une mosquée avec minaret construite de branches d’arbres permet aux fidèles du coin d’accomplir leurs prières. Pas de marbre, pas de décoration, pas d’ornements dorés, pas de lustres luxueux, pas d’étagères modernes, pas de calligraphies, … Nul besoin de tout cela pour répondre à l’appel du Seigneur des Univers.
« Dans des maisons [des mosquées] qu’Allah a permis que l’on élève, et où Son Nom est invoqué; Le glorifient en elles matin et après-midi, des hommes que ni le négoce, ni le troc ne distraient de l’invocation d’Allah, de l’accomplissement de la Ṣalāt et de l’acquittement de la Zakāt, et qui redoutent un Jour où les cœurs seront bouleversés ainsi que les regards. Afin qu’Allah les récompense de la meilleure façon pour ce qu’ils ont fait [de bien]. Et Il leur ajoutera de Sa grâce. Allah attribue à qui Il veut sans compter » (Sourate La Lumière, versets 36-38)

Sur Actualite islamique de Belgique, rien de neuf.

###################################

####### Aujourd’hui en Palestine #######

###################################


Aujourd’hui en Palestine, Voici les principaux titres du site d’information, C P I, Centre Palestinien D’Information.

De nombreux palestiniens arrêtés en Cisjordanie
.
Les autorités d’occupation sionistes ont poursuivi hier soir et à l’aube aujourd’hui leurs campagnes de détention quotidiennes dans différentes régions de Cisjordanie occupée.
.
Le Hamas appelle à l’adoption d’un programme national unifié pour contrer la colonisation
.
Knesset: Gel des projets de loi sur « Grand Jérusalem » et sur l’immunité du Premier ministre
.
Le ministère des affaires étrangères palestiniennes dénonce le terrorisme des colons israéliens
.
Abou Naïm: La réconciliation palestinienne toujours sur les rails
.
L’occupation arrête un jeune homme et une enseignante aux portes d’Al-Aqsa
.
Un ordre de démolition contre la deuxième maison de la famille Abu Rub
.
Coopération Etat de Palestine – Côte d’Ivoire : Une conférence des investisseurs palestiniens en vue
.
La FIFA refuse d’agir contre le règlement israélien
.
L’occupation prétend avoir arrêté un activiste du Hamas en possession d’un pistolet
.
Des colons volent la récolte de 700 oliviers à l’est de Naplouse
.
Badran: La réconciliation pour le Hamas est une décision ferme et authentique depuis 10 ans
.
Les Etats unis retirent leurs accusations sur le Qatar
.
Les deux frères Hamarcheh arrêtés à Ya’bud
.
Des colons masqués attaquent des agriculteurs palestiniens au sud de Yatta
.
Le Hamas avertit les auteurs de la tentative d’assassinat d’Abou Naim
.

Retrouvez l’intégralité de tout ces articles sur http:// french pal info.com
.


Le Centre Palestinien D'Information
///////////////////////////////////////////////////
 

LES TAGS
 

///////////////////////////////////////////////////

#flashinfo #journal #quotidien #information #presse #attentat #daesh #étatislamique #isis #tv #radio #article #islam #news #musulman #coran #sourate #croyance #islamophobie #ccif #islamophobe #cri #ldj #ldjm #gaza #palestine #ouighours #immigration #fn #israel #valls #hollande #terroriste #racisme #nazisme #Rohingyas #tartar #réfugier #migrant #hindoue #hindou #cpi #CentrePalestinienD’Information #sif #secoursislamique #mouslimradio #tunein #Hui

flash info,journal,quotidien,information,presse,attentat,daesh,état islamique,isis,tv,radio,article,islam,news,musulman,coran,sourate,croyance,islamophobie,ccif,islamophobe,cri,ldj,ldjm,gaza,palestine,ouighours,immigration,israel,valls,hollande,terroriste,racisme,nazisme,Rohingyas,tartar,réfugier,migrant,hindoue,hindou,cpi,Centre Palestinien D’Information,sif,secours islamique,mouslimradio,Chams

Laisser un commentaire