MouslimRadio Programmes de diffusion sur MouslimRadio

Actuellement, en direct sur Loading ...


Flash info pour le 19 Rajab 1439.

Flash info pour le 19 Rajab 1439.

Pour écouter MouslimRadio partout ou vous voulez, télécharger l’application Tunein sur www.tunein.com, disponible pour tout les types de téléphone, tablette et même les pc. Android, iPhone, Windows phone, etc… Tapez MouslimRadio dans la barre de recherche Tunein et hop, vous nous écouter, inch Allah… Les liens sont aussi visible sur notre site, www.mouslimradio.info.

AJIB.FRkatibin.frjournaldumusulman.frislametinfo.fr
saphirnews.comoumma.comdesdomesetdesminarets.frC P I, Centre Palestinien D'Information
www.mizane.infowww.agencemediapalestine.frhttp://www.tribunelecteurs.com/https://lemuslimpost.com/

Sur Ajib.fr, voici les titres.

Le mufti de Moscou propose de loger les supporters musulmans lors du Mondial 2018.
La solidarité entre musulmans n’est pas un vain mot.
Ils habitent au bout du monde mais répondent présent lorsqu’il s’agit d’aider leurs frères en Islam.
Lors de la Coupe du Monde qui débutera en Russie en juin prochain, beaucoup de musulmans comptent se déplacer pour aller soutenir leurs équipes préférées.
Un voyage qui risque de faire exploser le budget mais qui vaut tout de même le déplacement c’est certainement ce que s’est dit le mufti de Moscou et président de l’administration spirituelle, Ildar Hazrat Alyautdinov.
En effet, le responsable religieux a proposé de trouver des logements bon marché aux supporters musulmans qui viendraient assister à la Coupe du Monde.
C’est lors d’une conférence internationale organisée au Caire contre le terrorisme, qu’Ildar Alyautdinov a généreusement proposé d’aider les supporters musulmans durant l’événement.
Selon lui, le prix des logements augmentera durant cette période, ce qui pourrait empêcher certains supporters de faire le voyage.
« Nous voudrions et nous pourrions aider les supporters qui viennent d’Égypte et d’autres pays musulmans. Nous pouvons les loger dans nos foyers et dans des appartements de musulmans pour un montant symbolique. Néanmoins, cette question doit encore être discutée et approuvée », a précisé M.Alayaoutdinov.
Des dizaines de milliers de personnes feront le déplacement pour assister à la célèbre compétition sportive organisée à l’échelle mondiale.
Selon l’ambassade égyptienne en Russie, entre 50.000 à 70.000 égyptiens sont attendus pour assister à la Coupe du Monde qui se tiendra du 14 juin au 15 juillet. La Russie accueillera des joueurs venus du monde entier.
Sept pays à majorité musulmane participeront à la Coupe du Monde 2018, la FIFA va, à cette occasion, éditer un guide de voyage pour leurs supporters. Ceux-ci pourront y trouver notamment l’emplacement des mosquées et l’horaire des prières.
Quelques 100.000 touristes musulmans sont attendus en Russie.

Palestine : Des dizaines de milliers de Palestiniens unis pour la grande marche du retour.
Le peuple Palestinien a toujours su faire face à l’adversité et une fois de plus il a démontré qu’en matière de courage il n’a rien à envier à qui que ce soit.
Unie comme les doigts de la main, la population gazaoui s’est assemblée le long de la frontière séparant l’enclave Palestinienne d’Israël. Femmes, enfants, jeunes et moins jeunes ont répondu présent à l’appel des organisateurs pour la « grande marche du retour ».
Car malgré les années et les nombreuses privations, les Palestiniens gardent l’espoir de revoir un jour la Palestine unie comme elle le fût autrefois.
« On est debout, on existe » a scandé la foule à l’adresse des forces occupantes. Leur foi en Allah est inébranlable et les rend chaque jour plus fort.
Ils ont afflué par dizaines de milliers aux cinq points de rassemblement, bien déterminés à recouvrir leurs droits.
« On ne veut pas de nourriture ou d’aide, on veut la liberté, le respect de nos droits. C’est aux Israéliens de résoudre ce problème » explique le journaliste Ahmed Abou Irtema, l’un des organisateurs.
Le mouvement de protestation doit durer six semaines pour exiger le « droit au retour » des réfugiés Palestiniens et dénoncer le blocus de Gaza.
La « grande marche du retour » a été lancée à l’occasion de la « Journée de la Terre », dédiée au droit au retour des Palestiniens qui, par centaines de milliers, ont été chassés de leurs terres lors de la guerre ayant suivi la création d’Israël en 1948.
Le Président turc Recep Tayyip Erdogan toujours prompt à réagir lorsque les musulmans sont frappés par une épreuve, a condamné les tirs des soldats israéliens contre les manifestants palestiniens qui ont fait 16 morts parmi ces derniers.
« Je condamne fermement l’administration israélienne pour cette attaque inhumaine », a déclaré le Président Erdogan, cité par l’AFP, au cours d’un discours télévisé à Istanbul.
Les Palestiniens sont attachés à leurs « racines » et à leur histoire marquée par la résistance face à l’occupant israélien ; Saluons la bravoure d’un peuple qui n’a jamais plié malgré les épreuves.

Sur journal du musulman.fr, voici les titres.

A Trèbes, chrétiens et musulmans se sont recueillis côte à côte.
Des chrétiens et des musulmans main dans la main, figés dans la douleur, se recueillaient dimanche, deux jours après les attaques terroristes qui ont endeuillé le village de Trèbes et la ville voisine de Carcassonne.
En ce dimanche des Rameaux, les cloches de l’église gothique Saint-Etienne retentissent. Par centaines, les habitants de la commune et des environs affluent, rameaux d’olivier ou de laurier à la main, en se frayant un chemin parmi les dizaines de journalistes présents.
Des gendarmes lourdement armés patrouillent devant l’église et en gardent les accès tandis que des barrières sont installées pour tenir éloignée la presse des habitants pétris d’émotion. […]
« L’islam a été poignardé ».
« La communauté (musulmane a été) poignardée, l’islam lui-même (a été) poignardé par des gens qui utilisent des symboles chers à nos coeurs. +Allah Akbar+, c’est un symbole d’adoration de Dieu, ça veut dire Dieu est plus grand que la haine », a insisté l’imam de la mosquée du Viguier de Carcassonne, Mohamed Belmihoub, en sortant de l’église.

Sur saphirnews.com, voici les titres.

Palestine : un imam assassiné à l’entrée d’une mosquée.
Muhammad Saadeh, l’imam de 45 ans d’une mosquée de la ville d’Umm al-Fahm, au nord d’Israël, a été abattu au petit matin du mardi 3 avril. La mort a été déclarée sur place par les premiers secours.
Le maire adjoint de la ville Bilal Daher Mahajane a reconnu qu’il n’existe encore aucune piste à explorer pour identifier le(s) coupable(s) et n’a pas manqué de reprocher à la police de ne pas mobiliser assez de moyens pour mettre fin aux violences commises contre les Arabes.
« Ils doivent reprendre toutes les armes. Chaque nuit, il y a des fusillades », a-t-il indiqué, le fait de renforcer le déploiement des agents dans la ville n’étant pas suffisant selon le maire adjoint.
Par le passé, la police israélienne, par son porte-parole Micky Rosenfeld, a déjà affirmé se montrer active dans la lutte contre le crime dans les secteurs à forte population arabe. Ne partageant manifestement pas ce point de vue, le chef de l’ONG Mosawa basée à Haïfa Jafar Farah a soutenu que « si l’imam était un citoyen juif abattu à Umm al-Fahm, la police et les services secrets seraient immédiatement intervenus. Ils auraient arrêté des gens et trouvé les sources d’armes légales et illégales ».
L’imam est le 10e citoyen arabe à être assassiné en Israël depuis le début de l’année 2018, rapporte le Jerusalem Post. Ils ont été, l’an passé, 71 à avoir été tués, représentant 60 % des meurtres dans le pays mais avec un taux de résolution des affaires de moins de 20 %. Des chiffres qui laissent penser que la police ne se montre pas aussi réactive qu’elle le prétend s’agissant des Arabes.

Sur oumma.com, voici les titres.

Un Saoudien colore sa barbe en rose, en soutien à sa femme rattrapée par le cancer.
Le cancer du sein, qui frappe pour la seconde fois son épouse, n’aura pas raison de la détermination à le combattre du Saoudien Samir Kurdi.
Teintée du rose lumineux de l’espoir, emblématique de la lutte contre l’un des grands maux du siècle, la barbe de cet homme d’affaires affiche son soutien indéfectible à celle qui est à ses côtés depuis si longtemps, unis comme au premier jour dans l’épreuve douloureuse qu’ils affrontent à deux.
Souriant résolument à la vie, Samir Kurdi, après avoir accusé le coup, a rechargé ses accus pour défier ce cancer qui ronge à nouveau sa femme. Il lui a dédié le hashtag devenu viral #SuperDema, ainsi qu’à toutes celles et ceux qui, comme elle, livrent une difficile bataille contre la maladie, sans jamais s’avouer vaincus.
Si certaines remarques désobligeantes ont fusé sur Twitter, dénuées de la moindre compassion et indifférentes à la campagne de sensibilisation menée par ce mari aimant, au-delà du seul cas de sa femme, elles ont été heureusement englouties sous l’avalanche de commentaires chaleureux et de marques de sympathie qui lui ont fait chaud au cœur.
Avec pour seules armes, sa barbe colorée et le symbole international du ruban rose à la boutonnière, Samir Kurdi se bat quotidiennement en faisant des émules, au chevet de son épouse et sur les réseaux sociaux, où il adresse ses pensées émues à tous les malades, par-delà les frontières. Sans se départir de son sourire, il est résolu à faire reculer ce cancer qui a ressurgi brusquement, telle une hydre hideuse.

Palestine : Harcèlement sexuel contre Ahed Tamimi.
Me Gaby Lasky, l’avocate de la jeune détenue palestinienne Ahed Tamimi vient de saisir le procureur général du gouvernement israélien d’une plainte contre un officier affecté au dispositif sécuritaire de sa cliente pour harcèlement sexuel verbal, selon les révélations du quotidien “Israël aujourd’hui” dans son édition du mardi 3 avril 2018.
Au cours de l’enquête avec la jeune fille, l’officier lui a déclaré être charmé par sa chevelure dorée et ses beaux yeux bleus et que si elle ne cède pas à ses avances il menace de détenir des membres de sa famille.
L’avocate a déclaré que ces propos sont assimilables à du harcèlement sexuel et représentent une atteinte grave à la sécurité de sa cliente.
Rappelons que Ahed Tamimi, devenue une icône de la lutte contre l’occupation, avait été condamnée le 21 mars à huit mois de prison par un tribunal militaire pour avoir giflé un soldat dans la cour de la maison familiale à Bani Saleh en Cisjordanie occupée.
Source : Assawra.

Football : l’Algérie, eldorado des binationaux.
L’Algérie, une deuxième chance pour certains footballeurs bi-nationaux. Formés dans des clubs français, ils n’ont pas réussi à percer au plus haut niveau. Certains franco-algériens ont donc fait le choix de jouer dans le championnat algérien où ils touchent un salaire compris entre 7500 euros et 22 500 euros mensuels. Ils sont 33 franco-algériens à jouer dans ce championnat.
reportage a voir sur oumma.com.

Sur des domes et des minarets.fr, voici les titres.

5ème édition de “Palestine dans le cœur” à Mulhouse le 8 mai 2018.
Comme chaque année depuis 2014, l’Association des Palestiniens de France basée à Mulhouse organise la 5ème édition de “Palestine dans le cœur”. Un événement dont les bénéfices iront aux activités de cette association qui œuvre dans les camps de réfugiés à Gaza et au sud Liban. Pour en savoir plus sur les actions de l’APF, vous pouvez vous référer à notre article.
Rendez-vous mardi 08 mai 2018 de 12h à 18h au Grand Palais Gluck sis 23 Allée Gluck à Mulhouse pour une journée solidaire et festive. Au menu : présentation de l’association, récitation du Coran, conférences diverses, chants islamiques (Anachid), restauration sur place, pâtisseries, jeux gonflables pour les enfants, autres animations… etc.
Entrée à 10€ avec repas et une OMRA à gagner ! Soyez nombreux !
Tickets disponibles.
Association des Palestiniens de France.
17 Avenue Aristide Briand, 68200 Mulhouse.
Tél: 03 69 54 11 64 – 07 69 39 47 54.

Sur tribune lecteurs.com, le journal d’algérie, voici les titres.

L’ONU dément les allégations marocaines sur de prétendus mouvements de troupes sahraouis : La gifle !

Bilan de la lutte antiterroriste : Quatre criminels abattus en mars.

Au lendemain de sa réélection à la tête de l’Etat égyptien : Bouteflika félicite al-Sissi.

Ouyahia souligne « la qualité remarquable » et « le progrès » des relations algéro-espagnoles : Des acquis à consolider.

Mohamed Aissa appelle les partisans des idées sectaires à renouer avec leur algérianité : Retour à l’islam authentique.

Assemblées générales des médecins résidents : La grève continue !

L’éditorial de la revue El Djeich à propos du service national : » Un lien solide entre la nation et son armée « .

Affaire Skripal : Moscou accuse Londres.

Hadj 2018 : La durée du séjour fixée à 34 jours.

Sommet africain de cyber-sécurité : Vers la création d’une instance technique.

Sur le muslim post.com, voici les titres.

Elections communales belges : le parti Islam veut faire mieux qu’en 2012.
Deux élus, l’un à Molenbeek, l’autre à Anderlecht. Voilà le bilan du parti Islam lors des élections communales de 2012. Une belle performance, sachant qu’à l’époque, la formation politique n’avait pas réussi à réunir des « personnes compétentes capables de faire des propositions et de prendre part aux débats pour faire avancer des dossiers », selon Talal Magri, coordinateur de la campagne des élections communales en Wallonie.
En octobre prochain, le parti Islam sera présent dans au moins six communes, peut-être neuf. La formation a déjà complété ses listes à Ans, Liège, Verviers, Herstal, Saint-Nicolas et Dison. Et elle vise maintenant les communes de Namur, Mons et Charleroi pour, en octobre prochain, espérer faire mieux qu’en 2012.
Malgré son nom, le parti espère montrer qu’il est plus qu’une simple formation regroupant des musulmans et montrer qu’il défend « des valeurs et pas des dogmes. » Les dirigeants du parti veulent « d’abord aider nos concitoyens et ce, peu importe la conviction. » Pour ce faire, Islam va miser sur la politique participative et appeler à l’égalité du travail ou du logement.
L’objectif du parti, c’est également le vivre-ensemble. Islam veut aujourd’hui une politique d’intégration plus humaine. Pour cela, il veut mettre en place des outils à destinations des immigrants : « Chacun a d’abord des devoirs envers le pays qui l’accueille et cela passe par l’apprentissage de la langue ou de l’histoire du pays », indique Talal Magri.

Palestine : Visite de la mosquée al-Asqa : la Palestine exige des excuses du Sénégal.
Les relations diplomatiques entre la Palestine et le Sénégal ont-elle du plomb dans l’aile ? Depuis la visite en Israël du ministre des Affaires étrangères et des Sénégalais de l’Extérieur, Sidiki Kaba, le torchon brûle entre les deux pays. Non pas parce que le ministre a rencontré les autorités de l’Etat hébreu mais pour une visite de la mosquée al-Aqsa en compagnie d’officiels israéliens et de policiers.
Le ministre palestinien de l’Information a déploré cet acte très symbolique. Mohamed Assaf a indiqué que cette visite était « inacceptable », notamment à cause des relations entre la Palestine au Sénégal qui font tous deux partie de l’OCI depuis 1969. L’été dernier, l’Organisation de la coopération islamique (OCI) avait rappelé, lors d’une réunion, que l’esplanade des Mosquées était « un sanctuaire appartenant à l’Islam. » « Cette visite est à la fois une violation du consensus de l’OCI et un événement dangereux dans lequel les relations sénégalo-palestiniennes ont été compromises », a résumé le ministre palestinien.
Ce dernier exige désormais des « excuses publiques à la Palestine. » Le directeur de la mosquée al-Asqa a lui aussi déploré cette visite sénégalaise aux côtés d’officiels israéliens. D’ailleurs, Omar El Kaswani affirme n’avoir « pas officiellement salué » Sidiki Kaba « car sa visite a été organisée par des autorités d’occupation israéliennes et non par nous-mêmes. » Le directeur des lieux n’en démord pas : « Toute personne qui entre dans le site religieux accompagnée de la police israélienne est considérée comme un intrus. »
Le chef du gouvernement sénégalais n’a pas encore voulu s’exprimer sur le sujet, assure La Croix. Mais, rappelle le quotidien, de nombreuses voix se sont élevées contre la visite d’al-Aqsa par le ministre sénégalais. Parmi ces voix, celle de l’islamologue Assane Seck, qui pointe une méconnaissance des règles de bienséance.

Expulsion de migrants : Netanyahu aura été humain pendant cinq heures.
« Il y a des journées comme ça… A 20h57, vous félicitez Israël pour son accord sur les réfugiés » et « à 22h50 le Premier ministre le suspend et accuse, parmi d’autres, l’UE. » Le message est signé de la délégation de l’Union européenne à Tel-Aviv. Elle montre le désaccord profond qui subsiste entre sa politique et celle de Benyamin Netanyahu, le Premier ministre israélien.
Retour sur une journée un peu étrange. Lundi, le Premier ministre israélien déclarait qu’il mettait fin à sa campagne d’expulsion de migrants. En effet, les autorités israéliennes comptaient expulser 38 000 migrants africains arrivés illégalement sur son sol et renvoyer ceux-ci dans des pays qui avaient donné leur accord pour les accueillir.
Il faut dire que les migrants ne sont pas les plus grands amis de Netanyahu : le Premier ministre a récemment déclaré qu’« une arrivée massive de migrants africains illégaux » était « pire » que le terrorisme.
Bisbille diplomatique avec le Rwanda et l’Union européenne
Cela n’a pourtant pas empêché le Premier ministre israélien de négocier avec le Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR). En a découlé un accord qui prévoyait de mettre fin le pacte proposé aux migrants : la prison ou l’expulsion. Finalement, Netanyahu a négocié avec le HCR un sort plus juste pour 16 000 migrants, qui allaient avoir le choix de rejoindre des « pays occidentaux » quand les 12 000 autres seraient temporairement régularisés.
Mais quelques heures après cet accord, le Premier ministre de l’Etat hébreu est revenu sur son engagement, pressé par la majorité au pouvoir. Le ministre de l’Education, Naftali Bennett, a notamment dénoncé la création par Netanyahu d’« un paradis pour les infiltrés », tandis que le ministre des Finances, Moshe Kahlon, jugeait l’accord « inacceptable. »
Finalement, le Premier ministre israélien est revenu sur l’accord avec le HCR. Humilié par ses alliés du gouvernement qui lui en ont voulu d’avoir signé un document sans leur avis, Netanyahu a dénoncé l’accord et a même accusé les Européens d’avoir incité le Rwanda à saboter le plan d’expulsion initialement prévu. L’UE et le Rwanda ont démenti. Yaïr Lapid, son futur rival pour le poste de Premier ministre, a ironisé : « Netanyahu s’est comporté comme un dirigeant pendant… cinq heures. » Le Premier ministre israélien a surtout, pendant ces cinq heures, été humain. Avant de finalement renoncer.

La mousson, un nouveau danger pour les Rohingyas.
Ils croyaient avoir tout connu en quittant leurs habitations pour rejoindre la frontière avec le Bangladesh. Mais les Rohingyas voient désormais un autre danger menacer leurs vies : la mousson. Entassés dans des camps, les exilés vont très prochainement être exposés à de possibles glissements de terrain.
Pour éviter un nouveau drame, les autorités du Bangladesh ont décidé de déplacer près de 100 000 réfugiés rohingyas vers des terrains plus élevés, pour éviter les glissements de terrain mais également les inondations. 10 000 d’entre eux ont déjà été dirigés « vers des lieux plus sûrs », indique le commissaire bangladais aux réfugiés, Mohammad Abul Kalam.
Si les autorités locales proposent de déplacer 100 000 réfugiés dans les mois à venir, cela s’annonce insuffisant : en effet, selon les Nations Unies, ils seraient 150 000 à être exposés au danger, 200 000 selon des responsables humanitaires présents sur place. Tout doit aller très vite, car la mousson est prévue au mois de juin prochain. L’ONU redoute également la propagation d’épidémies.
Depuis leur arrivée en août dernier en Birmanie, les réfugiés se sont vu octroyer un terrain de quatorze kilomètres carrés en pleine forêt. Là-bas, ils ont construit des abris plus ou moins solides, qui pourraient bien ne pas résister à la mousson. De plus, le bois commence à manquer dans cette zone et les pluies torrentielles pourraient bien avoir des conséquences encore plus graves après ce déboisement du terrain.

Sur agence media palestine.fr, voici les titres.

Une brève et douloureuse histoire des massacres israéliens.
On aimerait pouvoir se dire, se référant à la phrase prononcée naguère par un officier israélien, — “Cette fois-ci, nous sommes allés trop loin” — que la mort de 17 manifestants sans armes abattus à Gaza vendredi (30 mars) par des tireurs israéliens postés de l’autre côté d’une barrière de sécurité amènera enfin le monde à sanctionner Israël pour ses actes. Mais si vous examinez l’histoire d’Israël, vous constaterez que les massacres ont toujours été un outil à portée de la main dans la panoplie israélienne, et que les Israéliens n’ont subi aucune punition pour ceux qu’ils ont commis. Mieux encore, deux hommes qui en ont été responsables sont plus tard devenus Premier ministre !
En puisant essentiellement dans mes souvenirs, je peux vous proposer sans tarder une liste de massacres, sachant que le dictionnaire de la langue française Le Petit Robert définit ce mot comme l’« action de massacrer », verbe lui-même défini ainsi: “tuer avec sauvagerie et en masse des êtres qui ne peuvent pas se défendre” (comme vous le verrez, deux de ces massacres ont eu lieu avant la naissance de l’État).
1946. Des milices sionistes font exploser l’aile sud de l’hôtel King David, causant la mort de 91 personnes, des civils pour la plupart, et protestant ainsi contre la domination britannique en Palestine.
1948. Des milices sionistes tuent plus de 100 civils dans le village de Deir Yassin, sur la route de Jérusalem. Cette action contribue à ouvrir la voie en vue de l’avancée militaire vers Jérusalem et terrifie des milliers d’autres Palestiniens qui fuient leurs villages. Le nom de Deir Yassin deviendra un cri de ralliement pour les Palestiniens pendant les décennies à venir, même si personne n’est puni. Menahem Begin, alors officier, joue un rôle dans ce massacre ; il est devenu Premier ministre 29 ans après.
1948. Lors de l’expulsion des Palestiniens de la ville de Lydda, dans le centre d’Israël, plus de 100 hommes sont raflés, enfermés dans une mosquée puis massacrés (selon le nouveau livre de Reja-e Busailah, entre autres). Cet épisode sème la terreur chez des milliers d’autres Palestiniens qui se réfugient en Cisjordanie.
Des centaines de civils palestiniens sont tués par des soldats israéliens dans le village d’Al Dawayima, à l’ouest de Hébron. De nombreux actes barbares sont commis lors de ce massacre, qui est passé sous silence pendant des décennies.
1953. Avec Ariel Sharon à leur tête, des troupes israéliennes effectuent un raid contre le village de Qibya, en Cisjordanie alors occupée par la Jordanie, et tuent 69 personnes, pour la plupart des femmes et des enfants, en représailles d’un raid transfrontalier qui a fait trois morts israéliens. (Ce massacre figure dans le roman récent de Nathan Englander comme le moment, dans la vie de Sharon, où cet officier acquiert la réputation de se venger sans tarder et sans pitié de quiconque fait du mal aux juifs, ce qui assure son ascension.)
1956. Des soldats israéliens abattent des paysans de Kafr Qasim qui rentrent des champs et ignorent que, le jour même, le gouvernement israélien a imposé à leur village un couvre-feu strict. Quarante-huit Palestiniens, citoyens d’Israël, sont tués ; nombre d’entre eux sont des femmes ou des enfants.
1956. Des soldats israéliens tuent 275 Palestiniens dans la bande de Gaza, en pleine crise de Suez. Ce massacre a fait l’objet d’une œuvre graphique de Joe Sacco, Gaza 1956, En marge de l’histoire.
1967. Des soldats israéliens auraient tué de très nombreux militaires égyptiens faits prisonniers dans le Sinaï au cours de la guerre de 1967. Leur nombre pourrait s’élever à plusieurs centaines.
1970. Israël tue 46 enfants égyptiens et en blesse 50 lors d’un raid aérien sur une école primaire du village de Bahr el-Baqar, en Égypte. Connue sous le nom de massacre de Bahr el-Baqar, cette attaque détruit l’école de fond en comble et fait partie des opérations Priha (Fleurs) dans le cadre de la guerre d’usure.
1982. Les massacres de Sabra et Chatila, subis par des Palestiniens dans les camps de réfugiés de Beyrouth, sont le fait de milices libanaises phalangistes. Mais les Forces de défense d’Israël contrôlent le secteur ; Ariel Sharon autorise les milices à pénétrer dans les camps. Le nombre de Palestiniens tués se situe entre plusieurs centaines et 3000. Sharon, mort en 2014, a échappé à toute punition pour ses crimes de guerre ; il est devenu Premier ministre d’Israël.
1996. Le premier massacre de Qana survient lorsque des missiles israéliens frappent un complexe des Nations unies au Sud-Liban dans lequel de nombreux civils sont venus chercher refuge au cours d’affrontements entre Israël et le Hezbollah. Plus de 100 civils sont tués. “Israël a fait l’objet d’une condamnation universelle, les États-Unis sont intervenus pour sortir leur allié de ce bourbier”, écrit Avi Shlaim dans The Iron Wall.
2006. Le deuxième massacre de Qana a lieu au cours de la guerre du Liban: des missiles israéliens frappent un bâtiment d’un village aux abords de Qana, tuant 36 civils, dont 16 enfants. Ce bombardement est présenté comme une riposte à des tirs de roquettes Katioucha lancés contre Israël depuis des secteurs civils.
2008-2009. Lors de l’opération Plomb durci, offensive israélienne contre Gaza à la suite d’échanges d’attaques de roquettes/missiles au cours des mois antérieurs, plus de 1400 Palestiniens, des civils pour la plupart, sont tués en 22 jours. Les circonstances sont souvent comparables à celles de Qana, ces civils fuyant leur domicile pour se réfugier dans des écoles ou des complexes de l’ONU où ils espèrent être en sécurité. Le massacre suscite des condamnations internationales, portées notamment par le rapport Goldstone au Conseil des Droits de l’homme des Nations unies, qui parle de crimes de guerre ; mais les États-Unis, dont le président est Barack Obama, font de leur mieux pour défendre Israël contre toutes les accusations, et personne n’a à répondre de ces actes.
2012. Au cours de l’opération Colonne de Nuée, qui dure huit jours, Israël tue 160 Palestiniens de Gaza, dont la plupart sont des civils. Cette offensive vaut à Netanyahu de meilleurs sondages et semble calculée pour torpiller les démarches historiques entreprises par la Palestine auprès de l’ONU pour acquérir le statut d’État.
2014. Une nouvelle attaque israélienne contre Gaza, qui dure 51 jours, cause la mort d’environ 2200 Palestiniens, des civils pour la plupart. Ce massacre s’est illustré par l’action des snipers qui ont tué des personnes désarmées et par la mise à mort de familles entières, 89 selon certaines sources, ces homicides étant généralement dus à des frappes de missiles sur des immeubles de logements. Dans un cas, 20 membres d’une même famille ont été tués. Là encore, la condamnation internationale n’a été assortie d’aucune sanction.
Source : Mondoweiss.
Traduction : S.M. pour Agence Média Palestine.

####### Aujourd’hui en Palestine #######

Aujourd’hui en Palestine, Voici les principaux titres du site d’information, C P I, Centre Palestinien D’Information.

Scandale: Les Coptes d’Egypte et de Jérusalem s’engagent dans la normalisation au nom de la religion
.
La question de voyage à Jérusalem occupée a beaucoup soulevé de vives controverses dans les milieux religieux en Egypte, où le pape Shenouda III a insisté sur le refus de se rendre à la ville sainte tant qu’elle est encoure sous l’occupation israélienne, et imposant des pénalités pour ceux qui violent cette décision, atteignant parfois l’interdiction d’entrer dans l’église, jusqu’à ce le violateur ait publié une excuse au pape dans un grand journal public, pour lever la peine.
.
Des colons exécutent des rituels talmudiques sur un site archéologique à Hébron
.
Des colons inscrivent des slogans racistes sur les propriétés des palestiniens
.
Les autorités arrêtent deux étudiants universitaires
.
Zarif confirme à Haniyeh le soutien de l’Iran à la résistance
.
Haniyeh et l’Emir du Qatar discutent de la répression de la marche du Retour par l’occupation
.
La CPI va-t-elle enquêter sur les crimes de la « Grande marche du Retour » commis par Israël?
.
Cheikh Sabri appelle à documenter le massacre de la « marche du Retour » devant la CPI
.
Des dizaines de sites israéliens piratés par Anonymous
.
Un jeune palestinien tué par l’occupation israélienne dans le centre de la bande de Gaza
.
Le peuple palestinien privé de droit au développement par l’occupation israélienne, s’alarme une étude de l’ONU
.
Human Rights Watch appelle à l’ouverture d’une enquête internationale sur le « massacre du Retour »
.
Les colons juifs prennent d’assaut les anciennes « piscines de Salomon »
.
L’occupation punit Azzun en ajoutant des sections au mur de séparation
.
L’ambassadeur américain accomplit des prières talmudiques au Mur des Lamentations
.
L’occupation israélienne arrête 16 palestiniens en Cisjordanie et à Jérusalem
.

Retrouvez l’intégralité de tout ces articles sur http:// french pal info.com
.


Le Centre Palestinien D'Information
LES TAGS
#flashinfo #journal #quotidien #information #presse #attentat #daesh #étatislamique #isis #tv #radio #article #islam #news #musulman #coran #sourate #croyance #islamophobie #ccif #islamophobe #cri #ldj #ldjm #gaza #palestine #ouighours #immigration #fn #israel #valls #hollande #terroriste #racisme #nazisme #Rohingyas #tartar #réfugier #migrant #hindoue #hindou #cpi #CentrePalestinienD’Information #sif #secoursislamique #mouslimradio #tunein #Hui #AmirTheVoice

flash info,journal,quotidien,information,presse,attentat,daesh,état islamique,isis,tv,radio,article,islam,news,musulman,coran,sourate,croyance,islamophobie,ccif,islamophobe,cri,ldj,ldjm,gaza,palestine,ouighours,immigration,israel,valls,hollande,terroriste,racisme,nazisme,Rohingyas,tartar,réfugier,migrant,hindoue,hindou,cpi,Centre Palestinien D’Information,sif,secours islamique,mouslimradio,Chams,tunein,life,ajib,katibin,oumma,saphirnews,mizane,jdm,journal du musulman,islam,info,Autorité Palestinienne,hamas,Hébron,Cisjordanie,Haaretz,Aquaboulevard,algérie,maroc,tunisie,maghreb,+972,Agence Media Palestine,Electronic Intifada,Ouïgours,Mintpress,MiddleEastEye,Newsweek,#AmirTheVoice

Laisser un commentaire