MouslimRadio Programmes de diffusion sur MouslimRadio

Actuellement, en direct sur Loading ...


Flash info du 10 Joumada al Awwal 1439.

Flash info du 10 Joumada al Awwal 1439.

Pour écouter MouslimRadio partout ou vous voulez, télécharger l’application Tunein sur www.tunein.com, disponible pour tout les types de téléphone, tablette et même les pc. Android, iPhone, Windows phone, etc… Tapez MouslimRadio dans la barre de recherche Tunein et hop, vous nous écouter, inch Allah… Les liens sont aussi visible sur notre site, www.mouslimradio.info.

AJIB.FRkatibin.frjournaldumusulman.frislametinfo.fr
saphirnews.comoumma.comdesdomesetdesminarets.frC P I, Centre Palestinien D'Information
www.mizane.infowww.agencemediapalestine.frhttp://www.tribunelecteurs.com/https://lemuslimpost.com/

Sur Ajib.fr, voici les titres.

Scandale au King Abdulaziz Camel Festival. Botox et hormones utilisés pour embellir les chameaux.
Dans les concours de beauté la concurrence est rude, les Miss plus belles les unes que les autres rivalisent d’ingéniosité et se parent de leurs plus beaux atours dans le but de remporter la place si convoitée de Beauté de l’année.
Mais saviez-vous que lors des concours de beauté de dromadaires en Arabie Saoudite, les propriétaires sont prêts à tout pour que leurs bêtes chéries brillent de mille feux ? Et ce n’est pas peu dire !
Qu’est-ce-qui caractérise un dromadaire d’un autre ? La hauteur, la forme, le placement de la bosse et les lèvres tombantes sont entre autres des atouts qui peuvent parfois faire la différence.
Pour la deuxième édition annuelle du King Abdulaziz Camel Festival, l’un des plus grand concours du Golfe, 30.000 dromadaires ont rivalisé à Al Dhana à 120 km de Riyad pour la grande joie des 300.000 visiteurs venus assister à cet événement de prestige.
Mais à peine lancé, l’événement est déjà plongé en plein scandale. Un vétérinaire a été pris en flagrant délit de chirurgie plastique sur des dromadaires ! Les précieuses bêtes hébergées dans sa clinique ont eu droit à un ravalement de façade complet, Botox pour gonfler les lèvres, petits coups de bistouris pour réduire la taille des oreilles, etc.. rapportent les médias saoudiens.
Un propriétaire de chameaux et guide de reconstitution historique de Medinat Zayed nous livre les méthodes dont usent les propriétaires de dromadaires :
Par exemple, ils commencent à tirer les lèvres du chameau, ils le tirent à la main comme ça tous les jours pour le rendre plus long. Deuxièmement, ils utilisent des hormones pour le rendre plus musclé et Botox rend la tête de plus en plus grande. Tout le monde veut être un gagnant.
Les injections de Botox modifient l’apparence d’un dromadaire durant des mois, lorsqu’il reprend son état naturel, il est en général trop tard pour que l’acheteur se retourne contre le vendeur.
« Les gens qui sont juste dans la compétition de chameaux pour le rendre plus précieux, ils trichent tout le monde », déclare M. Al Mazourei un autre propriétaire.
« Une amende devrait être appliquée. Dans les courses de chameaux, quiconque utilise des drogues se voit infliger une amende d’environ 50 000 dirhams à Abu Dhabi. L’amende n’est pas encore appliquée pour les chameaux de beauté ». Les juges se sont contentés de disqualifier les propriétaires incriminés.
Cette compétition acharnée est influencée par les prix remportés au King Abdulaziz Camel Festival. Ils totalisent 57 millions de dollars, dont plus de 31,8 millions rien que pour l’apparat, ceci explique la frénésie qui s’empare des propriétaires prêts à tous les risques pour embellir leur chameau.
L’histoire ne dit pas si ces pauvres bêtes ont dû subir un lifting !

Allemagne : Un leader du parti islamophobe AfD se reconverti à l’Islam.
Le vieux continent refait face à ses vieux démons, ceux-là même qui l’ont honteusement illustré à une certaine époque et dont il pensait à tort être débarrassé.
Pourtant en pleine chasse aux sorcières contre les musulmans, la nouvelle a de quoi étonner.
L’un des leaders du parti d’extrême droite allemand AfD, Arthur Wagner s’est reconverti récemment à l’Islam, selon la presse allemande.
Connu pour ses positions anti-immigration et anti-Islam, le AfD lutte pour débarrasser le pays des réfugiés et plus particulier les musulmans.
« L’islam n’a rien à faire en Allemagne », un slogan clamé fièrement par le parti.
Mais face à la reconversion aussi soudaine qu’inattendue de leur leader, l’AfD fait profil bas et accuse le coup.
« Le parti n’a aucun problème avec cette décision », a déclaré le porte-parole de l’AfD, Daniel Friese dans le quotidien le Tagesspiegel.
« La religion est une affaire privée. Le respect de la liberté de culte est une obligation fondamentale. Monsieur Wagner aurait pu choisir n’importe quelle autre religion ».
Une explication à laquelle on ose à peine croire mais que Daniel Friese s’est senti obligé d’ajouter tout en assurant que son parti protégeait les droits « des musulmans, des chrétiens et des homosexuel s ».
Après l’annonce de sa reconversion, Arthur Wagner a fait savoir via son parti qu’il comptait ralentir ses activités au sein du parti. Ancien membre de la CDU, M. Wagner est aussi responsable des églises et des communautés religieuses pour son parti.
Ce changement dans sa vie privée contraste avec ses positions contre l’Islam. Durant l’été 2017, il critiquait « l’ouverture » des frontières durant la crise des réfugiés.
« L’Allemagne est en train de devenir un autre pays », avait-il alors déploré, un reproche partagé par son parti qui dit lutter contre l’ « islamisation de l’Allemagne » et l’implantation de mosquées sur le territoire national.
Un discours qui a permis à l‘AfD de réaliser un score historique avec 13,3% lors des dernières élections législatives, il est devenu en quelques mois la troisième force politique du pays.

Sur Katibin.fr, rien de neuf.

Sur journal du musulman.fr, rien de neuf.

Sur islam et info.fr, voici les titres.

France : Zemmour se fait clasher par Cali qui quitte le plateau ! VIDEO.
Zemmour c’est ce présentateur TV qui a vulgarisé pendant des années sur toutes les chaines publiques l’islamophobie avec la complaisance des médias et des politiques français.
Aujourd’hui celui-ci intervient un peu moins mais ses interventions restent toujours des appels sournois à la haine des musulmans. Bien que condamné par la justice Zemmour peut toujours continuer son entreprise de haine sans être inquiété.
Aujourd’hui le chanteur Cali a tenu a dénoncer cet état de fait …
Et quand la communauté musulmane se mobilisera-t-elle ?
reportage a voir sur islam et info.fr.

Syrie : les troupes turques prêtent à attaquer Manbij où les troupes américaines soutiennent le YPG / PKK.
Le président turc Tayyip Erdogan a déclaré mercredi au président américain Donald Trump que les troupes américaines devraient se retirer de la région de Manbij, dans le nord de la Syrie, a annoncé jeudi le ministre turc des Affaires étrangères.
Mercredi, avant son appel téléphonique avec Trump, M. Erdogan a déclaré que la Turquie étendrait son opération militaire en Syrie à la ville de Manbij, un mouvement militaire qui pourrait potentiellement mettre les forces turques en confrontation avec celles de leur allié de l’OTAN, les Etats-Unis.
S’exprimant devant des journalistes à l’issue d’une conférence de presse avec son homologue autrichien, Mevlut Cavusoglu a également déclaré que la Turquie n’attaquerait pas les forces gouvernementales syriennes à moins que ces dernières s’en prennent aux militaires turcs.
Le président américain Donald Trump a exhorté la Turquie à restreindre son opération militaire dans le nord de la Syrie et a averti que les forces américaines et turques ne devraient pas entrer en conflit.
L’opération aérienne et terrestre turque dans la région d’Afrin en Syrie, qui en est à son cinquième jour, cible les combattants des YPG kurdes soutenus par les Etats-Unis, qu’AnKara considère comme des alliés des insurgés kurdes qui commettent des attentats dans le sud-est de la Turquie depuis des décennies.
Le président turc Tayyip Erdogan a déclaré qu’il étendrait l’opération à Manbij, une enclave séparée des Kurdes à 100 km à l’est d’Afrin, mettant éventuellement en péril les forces américaines et menaçant les plans américains en Syrie.
Parlant avec Erdogan par téléphone, Trump est devenu le dernier officiel des États-Unis à tenter de réprimer l’offensive et à signaler de façon précise le risque que les forces des deux alliés entrent en conflit.

La reconstruction de l’Irak pourrait coûter plus de 100 milliards de dollars.
La reconstruction de l’Irak pourrait coûter plus de 100 milliards de dollars et exigera que Bagdad continue à soutenir les coupes pétrolières de l’OPEP et à attirer un maximum d’investissements de l’étranger, a déclaré jeudi le Premier ministre irakien Haider Al-Abadi.
Le Koweït accueillera une conférence internationale en février sur la reconstruction dans certaines parties de l’Irak dévastées par la guerre contre l’EI, a rapporté mardi l’agence de presse koweïtienne KUNA.
Les pays donateurs et les organisations devraient annoncer des contributions financières à la réunion du 12 février au 14 février, a-t-il rapporté.
Le sous-secrétaire du ministère koweïtien des Affaires étrangères, Khaled Al-Jarallah, a fait cette annonce lors d’une conférence de presse conjointe à Koweït avec le secrétaire général du gouvernement irakien, Mahdi Al-Allaq.
Le Premier ministre irakien Haider Al-Abadi a déclaré le mois dernier la victoire dans la guerre contre les jihadistes, qui contrôlaient jusqu’à un tiers du territoire irakien il y a trois ans.

Les Etats-Unis démentent avoir bombardé un camp de réfugiés afghans.
Les Etats-Unis ont rejeté jeudi une allégation pakistanaise selon laquelle un drone américain aurait tiré des missiles sur un camp de réfugiés afghans dans le district de Kurram, dans les régions sans loi bordant l’Afghanistan.
Bien qu’alliés dans la guerre contre Al Qaida, les deux pays sont actuellement en désaccord après que Washington a suspendu près de 2 milliards de dollars d’aide, accusant Islamabad de soutenir les talibans en Afghanistan.
“Le Ministère des Affaires étrangères pakistanais a déclaré hier que les forces américaines ont frappé un camp de réfugiés afghans à l’Agence Kurram. Ceci est faux”, a déclaré un porte-parole de l’ambassade américaine à Islamabad dans un communiqué.
Le Pakistan rejette les accusations américaines selon lesquelles il soutient et abrite des militants haqqani utilisant des bases à l’intérieur du Pakistan pour préparer des attaques contre les forces américaines et alliées de l’OTAN en Afghanistan.
Le président Donald Trump a accusé Islamabad dans un tweet de “mensonges et de tromperie”. Le Pakistan dément les allégations, affirmant que Washington a essayé de faire de lui un bouc émissaire devant ses échecs en Afghanistan.

Sur saphirnews.com, rien de neuf.

Sur oumma.com, voici les titres.

Un Canadien, ruiné par les frauduleuses options binaires israéliennes, se suicide.
Dépouillé par des financiers israéliens sans foi ni loi, la fin tragique de Fred Turbide, un retraité canadien de 61 ans, pleuré par sa femme et ses enfants inconsolables et regretté par tous ceux qui l’ont côtoyé, professionnellement ou amicalement, jette une lumière crue sur les options binaires frauduleuses made in Israël.
Entièrement ruiné par un courtier de la société israélienne 23Traders, un escroc de la pire espèce se faisant appeler « Julien Wellington », qui l’a pris dans les mailles de ses filets jusqu’à l’acculer au suicide le 21 décembre 2016, le malheureux Fred Turbide a été progressivement poussé à investir les économies de toute une vie, le crédit de sa maison et de ses entreprises dans l’illusoire perspective d’améliorer sa retraite.
Les belles promesses de tirer profit de ses soi-disant juteux placements se sont évanouies à l’air libre, et ses 200 000 dollars canadiens ont été dilapidés en un rien de temps, le laissant anéanti, sans ressources et couvert de honte, au point d’être conduit à commettre un geste fatal quelques jours avant Noël, chez lui, à Edmonton, dans l’Alberta.
Fred Turbide, ce père et mari attentionné, unanimement loué pour son intégrité, son sens du dévouement et sa bonté d’âme notamment envers les plus démunis (il a recruté plusieurs sans abri au sein de son entreprise) est tombé, comme des milliers d’autres proies de par le monde, dans le traquenard tendu par l’industrie israélienne des options binaires, qui l’a dépecé.
Une industrie qui n’a cessé de prospérer en Israël en l’espace de dix ans et de tisser sa toile à l’échelle planétaire, faisant un long cortège de victimes, à coup de milliards de dollars, sans que les autorités israéliennes ne s’en émeuvent.
« J’ai perdu ma maison, l’argent de ma retraite et mon entreprise, à cause de vous. Il est maintenant 15h52 (mon heure). Je vais prendre une douche puis aller au garage pour me finir. Je vous donne une heure pour m’appeler avec des résultats positifs pour récupérer l’argent que j’ai perdu».
En proie à un profond désespoir, c’est un homme brisé qui a écrit ces derniers mots poignants dans un courriel lancé comme une bouteille à la mer à l’infâme « Julien Wellington » de la société 23Traders, illégale au Canada, et resté bien entendu lettre morte, avant de mettre fin à ses jours dans son garage.

“Donne-moi un signe”: des cours d’arabe et de religion pour sourds et malentendants.
L’émission “La fraternité en action” reçoit Baya, membre de “Donne- moi un signe”, une association qui donne des cours d’arabe et de religion pour enfants et adultes sourds et malentendants. L’objectif de cette association est également de permettre aux personnes entendantes d’apprendre la langue des signes. A noter dans cette émission, la présence de Siham, bénévole qui a eu la gentillesse de traduire en langue des signes cette émission. Vous pouvez aider “Donne- moi un signe” en effectuant un don, sur http://www.donnemoiunsigne.fr/contact/dons/ .
reportage a voir sur oumma.com.

France : Laurent Wauquiez a reconnu qu’il citait une sourate qui n’existe pas.
Invité de “L’Emission Politique” sur France 2, Laurent Wauquiez, président des Républicains qui se vante de parler l’arabe devait s’expliquer sur une sourate qu’il citait régulièrement sur les plateaux tv selon laquelle “’un musulman doit adapter sa pratique religieuse aux coutumes de son pays d’accueil “. Confronté à la psychanalyste Houria Abdelhouaed, cette dernière lui a clairement signifié que non seulement cette sourate n’existait pas, mais qu’il confondait “sourate” et “verset”. Face à l’évidence, Wauquiez a certes reconnu son erreur, mais cherchant à sauver les apparences en montrant qu’il maîtrise toujours le sujet, notre politicien spécialiste de l’islam s’enfonce de nouveau en mentionnant le terme ” hadiths” qu’il définit comme des textes interprétation, alors qu’ils sont des recueils des actes et paroles du Prophète Muhammad.
reportage a voir sur oumma.com.

France : BDS : nouvelle tromperie de LIDL , la police se déplace et fait une main courante. Vidéo.
Le LIDL de la Porte d’Orléans, déjà épinglé pour ses tromperies de la clientèle sur la marchandise exposée, vient d’être pris la main dans le sac par la police, alertée par les clients du magasin le 19 janvier 2018. Deux policiers sont venus vendredi à l’intérieur du Lidl du Boulevard Jourdan, et ont établi une main courante après avoir constaté la présence d’avocats affichés « Maroc » mais laissés dans leurs boites en carton indiquant clairement « Produit d’Israël » !
reportage a voir sur oumma.com.

Sur Mizane.info, rien de neuf.

Sur des domes et des minarets.fr, rien de neuf.

Sur tribune lecteurs.com, le journal d’algérie, rien de neuf.

Sur le muslim post.com, voici les titres.

Mosquée En-Nour de Nice : Christian Estrosi désavoué.
Voilà plusieurs mois que le maire de Nice bataille pour implanter une crèche sur le site de la mosquée En-Nour. Pour ce faire, Christian Estrosi s’appuyait sur une décision, en février 2016, du commissaire-enquêteur qui avait rendu un avis favorable au projet de crèche et déclaré une reconnaissance d’utilité publique. Un collectif de soutien à la mosquée, baptisé « Touche pas à ma mosquée », avait alors vu le jour.
Ce dernier devrait se féliciter de l’avis rendu cette semaine. La justice, devant l’insistance des opposants à Christian Estrosi, avait accepté d’étudier si une crèche de 40 places et une ludothèque avaient davantage leur place qu’une mosquée dans ce bâtiment de l’avenue Pontremoli, à l’ouest de Nice. Alors que le maire de la ville souhaitait faire reconnaître la nécessité d’implanter son centre de multi-accueil, le commissaire-enquêteur dépêché par le tribunal administratif a cette fois rendu un avis défavorable.
Christian Estrosi veut « protéger les Niçois ».
Mais la bataille entre le maire de Nice et les partisans de la mosquée En-Nour est loin d’être terminée. Christian Estrosi a en effet demandé à Georges-François Leclerc, préfet des Alpes-Maritimes, suite à l’avis défavorable rendu par le commissaire-enquêteur, de lui accorder une déclaration d’utilité publique. Le maire assure, en agissant ainsi, vouloir « protéger les Niçois » et estime que ce n’est pas de l’acharnement.
Pour tenter de convaincre le préfet, Christian Estrosi assure que 750 000 euros de travaux n’ont pas été facturés par des entreprises qui, « pour certaines d’entre elles, se sont constituées deux jours avant les travaux et ont déposé leur bilan au terme de ces travaux. » Pour le maire de Nice, dans ce dossier, « il y a matière à retenir des infractions avérées. »
Ce que conteste l’avocat de l’Association cultuelle Nice la Plaine En-Nour. Maître Ouassini Mebarek assure que, pour ces travaux, l’association n’a pas eu recours à des financements étrangers, encore moins saoudiens. « L’association gère seule le lieu avec les dons recueillis le vendredi. » Le propriétaire du lieu est bien un prince saoudien, assure l’avocat, mais cet homme « s’est engagé à léguer (le lieu) gratuitement » à l’association.

Amérique : Donald Trump veut échanger des naturalisations contre la construction de son mur.
C’est un deal assez étonnant que vient de proposer le président américain. A 1,8 million de jeunes sans-papiers entrés illégalement aux Etats-Unis, Donald Trump veut proposer au Congrès une voie d’accès à la citoyenneté américaine. Un processus de naturalisation qui prendra une dizaine d’années et profitera aux 700 000 « Dreamers » — des enfants arrivés illégalement aux Etats-Unis et qu’un décret de Barack Obama est censé protéger pendant encore deux mois — mais aussi à 1,1 million de jeunes immigrés.
Un geste qui ne serait pas sans contrepartie. En effet, le président américain demande, en échange de son geste, que le Congrès vote le financement du mur qu’il a promis lors de la campagne. Un vote qui coûterait 25 milliards de dollars. Autrement dit, Trump naturalisera des immigrés d’un côté et réduira l’immigration illégale de l’autre. Le président demande enfin des mesures pour faire baisser également l’immigration légale. Dans son projet de loi, la Maison-Blanche propose en effet de revoir le programme de la loterie de cartes vertes.
Un deal qui ne devrait pas être accepté. D’une part, les démocrates estiment que Donald Trump fait là du chantage. Il s’agit, explique la démocrate du Nevada Dina Titus, d’« une nouvelle attaque contre les immigrés qui utilise les Dreamers comme monnaie d’échange. » Les républicains sont favorables à la régularisation des Dreamers, et voter la construction d’un mur à la frontière mexicaine ne les effraie pas. Mais les plus conservateurs ne veulent, eux, pas entendre parler de naturalisations massives. Les démocrates dénoncent une demande de « rançon » de la part de Trump, dont le projet de loi doit être discuté au Congrès sous peu.

France : Procès contre des médias et ONG : une oligarchie à bout de nerfs ?
Ce jeudi s’est ouvert le procès de plusieurs médias — Mediapart, L’Obs et Le Point — et ONG — Sherpa et ReAct — attaqués en diffamation par la société Socfin. En avril 2015, un article de l’ONG ReAct, relayé par l’association Sherpa et par certains médias, parlait des revendications de Camerounais à l’encontre de la Socapalm, Socfin et du groupe Bolloré. Dans cet article, l’organisation non gouvernementale dénonçait un « accaparement de terres » de la part de la société luxembourgeoise.
Depuis 2016 et le vote, par les députés européens, d’une directive pour protéger le secret des affaires — qui permet ainsi de lutter contre les lanceurs d’alerte —, les « poursuites-bâillons » se généralisent, dénoncent des journalistes et médias. « Le lobbying des acteurs économiques a récemment facilité un renforcement de la protection de ses intérêts avec l’adoption de textes tels que la directive européenne sur le secret des affaires », écrivent de nombreux journalistes dans une tribune intitulée « Face aux poursuites-bâillons de Bolloré: nous ne nous tairons pas ! ».
Etouffer financièrement ONG et médias lanceurs d’alertes.
« Les poursuites-bâillons visent à faire pression, à fragiliser financièrement et à isoler tout journaliste, lanceur d’alerte ou organisation qui mettrait en lumière les activités et pratiques contestables de géants économiques », déplore de son côté Sherpa, association de juristes et d’avocats défendant les populations victimes de « crimes économiques ». Sherpa rappelle que la plainte de la filiale de Bolloré est loin d’être un cas isolé, rappelant les attaques de Vinci suite à la plainte de l’association pour travail forcé au Qatar.
Et pour mieux bâillonner médias et ONG, les multinationales n’hésitent pas à demander des sommes exorbitantes. Ainsi, 400 000 euros ont été demandés à Sherpa par Vinci, « à la place de l’euro symbolique », se désole l’association, ou encore cinquante millions d’euros par le groupe Bolloré à France 2, le groupe accusant la chaîne de « dénigrement commercial. »
« Informer n’est pas un délit ».
Et le groupe de Vincent Bolloré est un habitué des procédures : « Depuis 2009, plus d’une vingtaine de procédures en diffamation ont ainsi été lancées par Bolloré ou la Socfin en France et à l’étranger — pour contourner la loi de 1881 sur la liberté de la presse — contre des articles, des reportages audiovisuels, des rapports d’organisations non gouvernementales, et même un livre », écrivent les journalistes signataires de la tribune, précisant qu’« une cinquantaine de journalistes, d’avocats, de photographes, de responsables d’ONG et de directeurs de médias, ont été visés par Bolloré et ses partenaires. »
Des procédures lancées par des multinationales qui, continuent les signataires, « sont en train de devenir la norme » et qui « visent à faire pression, à fragiliser financièrement, à isoler tout journaliste, lanceur d’alerte ou organisation qui mettrait en lumière les activités et pratiques contestables de géants économiques comme le groupe Bolloré. » Les journalistes demandent « un renforcement de la liberté d’expression et une meilleure protection des victimes de ces poursuites-bâillons » car, concluent-il, « informer n’est pas un délit. »

France : La présidente du Conseil supérieur des programmes veut désacraliser l’enseignement de l’Islam.
Nommée à la présidence du Conseil supérieur des programmes en remplacement du géographe Michel Lussault, Souad Ayada était invitée mercredi dernier à une audition à l’Assemblée nationale par la commission des affaires culturelles. Philosophe spécialiste de spiritualité islamique, la présidente du CSP a notamment été invitée à se prononcer sur l’enseignement du fait religieux à l’école. Concernant l’enseignement de l’Islam, Souad Ayada a été critique avec les manuels scolaires.
« Un enseignement qui ne respecte pas les règles de l’histoire critique ».
Selon la présidente du Conseil supérieur des programmes, l’enseignement de l’Islam dans les manuels scolaires est « un enseignement qui ne respecte pas les règles de l’histoire critique, les règles de contextualisation, c’est un enseignement dogmatique. » L’agrégée de philosophie s’étonne par exemple que l’« on présente le Prophète de l’Islam sans mettre en perspective le contexte socio-culturel auquel il appartient. » Souad Ayada reproche également que soient inscrites « des choses très étonnantes sur les piliers de l’Islam », ajoutant que « ce n’est pas dans le rôle d’un professeur d’histoire de parler ainsi du fait religieux. »
Que reproche exactement la présidente du CSP aux manuels scolaires ? Souad Ayada dénonce « un enseignement qui sacralise, (…) qui ne me semble pas servir des fins de connaissance historique, mais plutôt à apaiser, flatter, soutenir des choses qui relèvent du vivre-ensemble, mais qui n’est pas articulé au souci de vérité. » Autrement dit, toujours selon Souad Ayada, il faudrait donner une plus grande place à un « enseignement laïque du fait religieux. »
« Les nouveaux programmes mettent en avant la partie civilisationnelle ».
Une analyse qui tranche avec la réalité des faits : comme le rappelle Jean-Riad Kechaou dans son blog Politis, « l’Islam en histoire est étudié en cinquième. Les programmes d’histoire au collège qui dataient de 2008 étaient bien équilibrés entre l’islam (la religion) et l’Islam (la civilisation musulmane). » Or, ajoute l’enseignant, « les nouveaux programmes applicables (depuis) la rentrée 2016 réduisent clairement la partie religieuse de cette étude pour mettre en avant la partie civilisationnelle et les contacts des empires musulmans avec les empires chrétiens, carolingien et byzantin. » Une « erreur », selon lui.
La place de l’enseignement de l’Islam a été réduite lors de la réforme du collège. « Il serait fort utile de considérer l’enseignement laïque des religions, notamment de l’Islam comme salutaire », indique Jean-Riad Kechaou, qui conclut qu’« enseigner les croyances religieuses est indispensable car on se rend également rapidement compte de l’inculture religieuse de nos élèves, notamment de nos élèves musulmans. »

France : Tenues vestimentaires à l’Assemblée : le règlement de la discorde.
On ne peut pas s’empêcher de suivre ce débat, absolument passionnant tant il n’intéresse que peu de monde, sur la question des signes religieux au sein de l’Assemblée Nationale. En effet, il a été décidé que, désormais, les signes religieux ou distinctifs ne seront pas admis dans l’Hémicycle de l’Assemblée. D’aucuns n’ont pas hésité à convenir, avec un raisonnement fallacieux défiant toute concurrence et un sens du maccarthysme extraordinairement développé, que les opposants à une telle mesure étaient de sombres islamistes, opposés à la laïcité.
Il faut toutefois rappeler que l’Assemblée Nationale est censée représenter le peuple. La France est riche de sa diversité, à savoir des personnes arborant un signe religieux et d’autres non, des personnes avec des maillots de foot et d’autres avec des kimonos. Réduire l’expression d’une tendance à l’Assemblée Nationale à la neutralité ne reviendrait-il pas à neutraliser en réalité la diversité française ? N’oublions pas que les représentants nationaux ne sont pas les représentants du service public, ce sont des élus de la Nation. Limiter la libre expression dans l’enceinte qui l’a justement incarnée, à travers le vote de la loi de 1905 ou encore le vote sur la loi relative à la liberté d’expression, semble tout à fait contreproductif, sinon incohérent.
Ensuite, il convient de rappeler, à tous les tenants de l’athéisme d’Etat — puisque c’est de cela qu’il s’agit en l’espèce — que l’Etat laïque n’est pas athée — l’athéisme ne représentant qu’une philosophie de pensée étrangère à un Etat dit laïque qui ne reconnait rien. Si l’Etat n’est pas athée, mais laïque, et que les élus sont les représentants du peuple, pourquoi ne pas les laisser arborer l’accoutrement qu’ils désirent, qu’il s’agisse du maillot de foot de François Ruffin ou encore de la soutane de l’Abbé Pierre ou de la kippa de Meyer Habib et de Claude Goasguen ? On remarquera, encore une fois, qu’on a rarement, sinon jamais, vu une députée porter le voile islamique mais que les débats ont toujours la fâcheuse tendance à se concentrer sur cela.
Comme le rappelle très pertinemment Bismatoj dans un billet d’humour qu’il propose à Médiapart, le Conseil d’Etat a d’ailleurs précisé que les élus n’étaient pas tenus par le port d’une tenue faisant abstraction de toute manifestation religieuse :
« Aucune norme constitutionnelle, et notamment pas le principe de laïcité, n’impose que soient exclues du droit de se porter candidates à des élections des personnes qui entendraient, à l’occasion de cette candidature, faire état de leurs convictions religieuses » (CE, 23 décembre 2010, n° 337899).
En réalité, les tenants du débat confondent toujours, comme le rappelle pertinemment Marik Fetouh dans le Cahier de la Lutte Contre les Discriminations, sécularisation et laïcité. Ils pensent que les désidératas de ces derniers, emporter la religion loin de la sphère publique, reflètent la laïcité qui n’a pourtant pas à se mêler de l’éloignement ou du rapprochement du religieux.
Une telle approche est une énième atteinte à la laïcité qui, quelques années plus tard, va être, selon les dires de ces mêmes tenants de l’athéisme d’Etat, un des règlements qui fonde le pacte laïque français ! Drôle de vision de la laïcité qui consiste donc à neutraliser la liberté d’expression dans une enceinte qui l’a toujours incarnée par la diversité de ses débats.
Mais comme la mauvaise foi est souvent sans limite, accoler le fameux terme « d’islamiste » ou « proche du PIR » est devenu le moyen le plus efficace pour écarter toute idée contraire, dans ce pays censé incarner les droits de l’homme, la démocratie et la pluralité d’opinion de pensée !
* Asif Arif est avocat au Barreau de Paris, auteur et conférencier spécialiste de l’Islam et de la laïcité. Il a écrit « Outils pour maîtriser la laïcité » publié aux éditions La Boîte à Pandore.

Palestine : Donald Trump estime que Mahmoud Abbas lui « manque de respect ».
Le Forum économique de Davos, en Suisse, a été l’occasion d’entendre l’avis de Donald Trump sur la Palestine. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que le président américain est en train de creuser un véritable fossé entre les Etats-Unis et l’Autorité palestinienne. Trump a en effet parlé d’un « manque de respect » de la part de l’AP. Et sans dire de quoi il s’agit, le président américain invite les Palestiniens à s’assoir avec lui à la table des négociations.
Pour ce faire, Trump use comme à son habitude le chantage : après avoir effectué d’énormes coupes dans le budget de l’UNRWA, l’agence pour les réfugiés palestiniens, Trump rappelle que « l’argent est sur la table. » Mais il n’arrivera pas aux Palestiniens « tant qu’ils ne viennent pas d’asseoir. » Et le président américain d’assurer qu’il a « une proposition géniale pour les Palestiniens, mais ils nous doivent du respect. » Concernant Jérusalem, Donald Trump a enfin estimé que la question « n’est plus à l’ordre du jour. » « Nous n’avons plus à en parler », a asséné Donald Trump aux côtés de Benyamin Netanyahu.
Du côté de l’Organisation de libération de la Palestine, on n’apprécie que moyennement le ton de Donald Trump. « Ne pas rencontrer son oppresseur n’est pas une marque d’irrespect mais une marque d’estime de soi », a répondu Hanane Achraoui, membre de l’OLP. L’Autorité palestinienne n’a pas encore réagi mais nul doute que la nouvelle sortie du président américain n’arrangera pas les relations entre elle et les Etats-Unis. Une Autorité palestinienne qui espère maintenant que l’Union européenne jouera un rôle au Proche-Orient.

Sur agence media palestine.fr, voici les titres.

####### Aujourd’hui en Palestine #######

Aujourd’hui en Palestine, Voici les principaux titres du site d’information, C P I, Centre Palestinien D’Information.

Terrorisme sioniste : une voiture palestinienne brulée et des slogans racistes à Jérusalem
.
Des colons israéliens ont brûlé un véhicule palestinien dans la ville de Beit Safafa à Jérusalem occupée. ​
.
9 blessés lors des affrontements au nord de Gaza
.
Greenblatt rencontre les familles de quatre Israéliens otages à Gaza
.
L’envoyé de la paix du président américain Donald Trump, Jason Greenblatt, a rencontré jeudi les familles de quatre Israéliens retenus captifs dans la bande de Gaza et a sympathisé avec eux.
.
L’occupation arrête des citoyens à Hébron et énorme campagne de recherches à Jénine
.
La Turquie remet au Liban un suspect dans l’attaque de Sidon au Liban
.
Le membre du Comité exécutif de l’OLP, Ghassan Chakaa, n’est plus
.
Après de longues années de prison, Israël libère le prisonnier Yehya Ashour
.
Kiswani appelle à intensifier la présence à al-Aqsa
.
Le prisonnier Naser Abu Khdeir condamné à 16 mois de prison
.
Le Hamas appelle Abbas à prendre parti pour l’option choisie par les Palestiniens
.
L’occupation prolonge la détention de deux enfants blessés
.
L’occupation installe un portique en fer entre Jayyous et Nabi Ilyas à Qalqiliya
.
L’occupation démolit des caravanes et une bergerie au sud de Naplouse
.
Trump: Nous avons retiré Jérusalem des pourparlers
.
L’occupation arrête un Palestinien du camp de réfugiés de Jénine
.
Corruption de Netanyahou: deux projets de loi sur la limitation des mandats du Premier ministre
.
L’occupation prend d’assaut Sebastia et ferme la zone archéologique
.
Une manifestation devant un bureau de l’UNRWA contre la politique de réduction
.

Retrouvez l’intégralité de tout ces articles sur http:// french pal info.com
.


Le Centre Palestinien D'Information
LES TAGS
#flashinfo #journal #quotidien #information #presse #attentat #daesh #étatislamique #isis #tv #radio #article #islam #news #musulman #coran #sourate #croyance #islamophobie #ccif #islamophobe #cri #ldj #ldjm #gaza #palestine #ouighours #immigration #fn #israel #valls #hollande #terroriste #racisme #nazisme #Rohingyas #tartar #réfugier #migrant #hindoue #hindou #cpi #CentrePalestinienD’Information #sif #secoursislamique #mouslimradio #tunein #Hui

flash info,journal,quotidien,information,presse,attentat,daesh,état islamique,isis,tv,radio,article,islam,news,musulman,coran,sourate,croyance,islamophobie,ccif,islamophobe,cri,ldj,ldjm,gaza,palestine,ouighours,immigration,israel,valls,hollande,terroriste,racisme,nazisme,Rohingyas,tartar,réfugier,migrant,hindoue,hindou,cpi,Centre Palestinien D’Information,sif,secours islamique,mouslimradio,Chams,tunein,life,ajib,katibin,oumma,saphirnews,mizane,jdm,journal du musulman,islam,info,Autorité Palestinienne,hamas,Hébron,Cisjordanie,Haaretz,Aquaboulevard,algérie,maroc,tunisie,maghreb,+972,Agence Media Palestine,Electronic Intifada,Ouïgours,Mintpress

Laisser un commentaire