MouslimRadio Programmes de diffusion sur MouslimRadio

Actuellement, en direct sur Loading ...


Flash info du 15 Rabi Al Awwal 1437.

Flash info du 15 Rabi Al Awwal 1437.
Ecouter le coran, des hadith, des conférences, des annonces divers, des anashids (sans musique), et bien d’autres choses, en direct sur :
www.MuslimRadio.info
******************************************************************

Canada : une mosquée incendiée ouvre ses portes grâce aux dons.
Souvenez-vous, au Canada, une mosquée située dans le quartier de Peterborough a été touchée par un incendie criminel en novembre dernier. Suite à cet acte ignoble, les responsables de la mosquée ont dû lancer une quête pour reconstruire les lieux.
C’était sans compter sur la mobilisation et la solidarité qui se sont aussitôt manifestées dans la ville. Après un mouvement de crowdfunding massif, les responsables de la mosquée ont reçu près de 100 000 dollars en seulement trois jours. Ils ont ainsi pu reconstruire la mosquée ravagée par l’incendie et rouvrir les portes mercredi dernier.
L’imam de la mosquée Masjid As-Salam a fait part de son émotion face à un tel soutien venant de la population. Il a ainsi déclaré : « Il est merveilleux d’avoir ce retour et nous remercions beaucoup les gens. Du fond de nos cœurs, nous disons, « Merci Peterborough » », propos relevés par CBC News.
Les fidèles de la mosquée soulignent même que la mosquée reconstruite est plus belle qu’avant son incendie. Paradoxalement, cet incendie a apporté une vague de soutien dans la ville et davantage de force dans la communauté musulmane.

Canada : une mosquée incendiée ouvre ses portes grâce aux dons


***************************************************

Découverte : un exemplaire du Saint Coran datant du califat d’Abou Bakr.
Sans doute l’une des découvertes les plus importantes pour le monde musulman : un des plus anciens exemplaires du Saint Coran a été analysé à l’Université de Birmingham. Les résultats rendus sont pour le moins surprenants !
D’après les analyses effectuées sur cette copie du Saint Coran, celle-ci daterait du temps du califat d’Abu Bakr As-Saddiq. La datation au radiocarbone relève en effet que cet exemplaire date environ de 1 370 ans, ce qui fait de lui le Coran le plus ancien jamais découvert jusqu’à ce jour.
Jamal bin Huwareib, directeur général de l’institut de sciences islamiques aux Emirats Arabes Unis explique qu’à cette époque, très peu de personnes possédaient un exemplaire du Noble Coran. Et parmi le peu de personnes en possédant un, il y avait Abu Bakr As-Saddiq. Au delà de dater de l’époque du premier calife de l’Islam, ce Coran aurait pu lui appartenir, d’après Jamal bin Huwareib. « Je crois que cela est le Coran d’Abu Bakr » a-t-il confié à The Independant.
Cette découverte des plus insolites nous prouve que la terre nous réserve encore des surprises. Comme le souligne Jamal, « cette version, cette collection, ce manuscrit est la racine de l’Islam, il est la racine du Coran… Ce sera une révolution dans l’étude de l’Islam ».

Découverte : un exemplaire du Saint Coran datant du califat d’Abu Bakr


***************************************************

L’histoire de la prière.
Avant l’avènement de l’islam, la prière était déjà un acte de foi pratiqué par les prophètes. Celle-ci faisait partie intégrante du Message délivré par chacun d’eux. Khalil Allah « l’ami intime de Dieu », le prophète Ibrahim, paix sur lui, implora le Seigneur en ces termes :
Ô Seigneur, j’ai établi une partie de ma descendance dans une vallée sans agriculture, près de Ta Maison [la Ka’b],
Ô Seigneur, afin qu’ils accomplissent la Prière. Coran : Sourate 14, verset 37,
Plus qu’un acte de foi, la prière est véritablement devenu un acte d’adoration ordonné par le Seigneur.
Ô Myriam, obéis à Ton Seigneur, prosterne-toi et incline-toi avec ceux qui s’inclinent. Coran : Sourate 3, verset 43.
Au commencement.
Les prémices de la prière telles que nous la connaissons et telles que nous la pratiquons furent d’abord instaurés par étape. Au commencement, les croyants devaient s’acquitter d’une prière de deux unités le matin et d’une autre le soir. Sa forme la plus parfaite fut révélée lors de l’ascension céleste du Prophète Muhammad (SWS), la nuit du Voyage Nocturne du 27 Rajab de l’an 620. C’est à travers un hadith contenu dans le Sahih Muslim, un des six plus grands recueils de hadiths, que l’on découvre l’histoire éblouissante de l’ascension qui a marqué la prescription des cinq prières quotidiennes du Musulman.
Le voyage céleste d’après le hadith sahih de Muslim.
Al-Bouraq, une monture blanche, plus grande qu’un âne et plus petite qu’une mule, me fut amenée. Je la montai et fus transporté à Jérusalem. Là-bas, je l’attachai à l’anneau destiné à l’usage des prophètes. Je pénétrai dans la Mosquée où je priai deux rak’a. A ma sortie, l’Ange Gibril m’offrit deux récipients : l’un contenant du vin, l’autre du lait. Je choisis le lait et Gibril me déclara alors que j’avais élu la voie primordiale. Porté par lui, je m’élevai jusqu’aux régions célestes. […] Puis, il m’emmena vers Sidrat Al-Mountaba (le Lotus de la limite extrême) dont les feuilles ressemblaient aux oreilles d’éléphants et dont les fruits étaient grands comme des cruches. Au moment où, par l’ordre d’Allah, le Lotus fut couvert, il se transforma et aucune des créatures d’Allah ne pourraient décrire sa splendeur. Allah me révéla ce qu’Il voulut et prescrivit l’accomplissement de cinquante prières par jour.
Je retournai voir Moussa qui me demanda : « Qu’est-ce qu’a prescrit le Seigneur à ta communauté ? » Une cinquantaine de prières, lui dis-je. « Retourne à ton Seigneur et demande-Lui la réduction de ce nombre, car ta communauté ne supportera point cette prescription. Je connais bien les Israélites ; je les avais mis à l’épreuve et je m’étais employé à les ramener sur la bonne Voie ».
Je retournai à mon Seigneur et Lui demandai de réduire le nombre des prières pour la faveur de ma communauté. Il m’exauça en les diminuant de cinq prières. J’allai ensuite trouver Moussa pour l’informer de la suppression de cinq prières. Toutefois, il me répéta : « Retourne à ton Seigneur et demande-Lui la réduction de ce nombre, car ta communauté ne le supportera point ».
Je ne cessai alors de faire la navette entre mon Seigneur et Moussa pour demander plus de réduction encore jusqu’à ce que Dieu me décréta :
Ô Muhammad ! Je prescris irrévocablement cinq prières jour et nuit, dont chacune équivaut à dix, cela fait alors cinquante. Quiconque a dessein de faire une bonne action et ne la fais pas, on lui inscrira une récompense à son actif ; s’il l’exécute, une récompense équivalente à dix bonnes actions lui sera inscrite. Tandis que quiconque a l’intention de perpétrer une mauvaise action et qu’il ne l’accomplit pas, rien ne sera inscrit à son passif ; si au contraire, il l’accomplit, on lui inscrira la punition d’une seule mauvaise action.
Je redescendis et arrivai auprès de Moussa pour l’informer de la situation, mais il me dit : « Retourne à ton Seigneur et demande-Lui une nouvelle réduction ». Je suis déjà retourner plusieurs fois à mon Seigneur, jusqu’à ce que j’aie trouvé inconvenant de Lui adresser encore une fois cette demande, répondis-je à Moussa.
L’histoire de la prière, que nous accomplissons cinq fois par jour,découle de cet extraordinaire voyage Céleste qui a scellé la forme parfaite de la Salat qui a été ordonnée à tous les musulmans.

L’histoire de la prière en Islam -as salat-


***************************************************

Haïti : de nombreuses reconversions à l’islam.
Chaque vendredi, des milliers de musulmans se rassemblent dans les quelques mosquées de la perle des Antilles. Nombre d’entre eux sont des reconvertis et notamment des jeunes en quête de spiritualité dans un pays où le catholicisme, le christianisme, les témoins de Jéhovah et le vaudou sont les religions majoritaires. La reconversion de ces jeunes passent, pour la plupart, par les médias et plus particulièrement la télévision et internet.
« J’étais dans une religion qui s’appelle disciple. Là, on m’a appris beaucoup de choses dans la bible. Mais en suivant régulièrement l’émission Haïti-islam réalisé par Télémax, je commence à déceler quelques contradictions dans la Bible. En faisant une comparaison entre les différentes versions de la Bible, j’ai finalement compris qu’il ne s’agit pas d’un problème de traduction, mais c’est une falsification. J’avais accumulé assez de preuves pour déduire que l’islam est vérité et le dernier prophète est Mohammed, non pas Jésus. Et j’ai ainsi accepté l’islam. » témoigne Grégory Alexandre.
« J’étais très jeune, je ne comprenais pas grand-chose. J’étais catholique. Mais en regardant les musulmans, j’aimais la façon dont les femmes étaient voilées. Ensuite, dans l’islam, les femmes ont beaucoup de respect. » raconte Raïcha, qui a une vingtaine d’années.
Derrière l’engouement, une histoire.
Bien que cette jeune génération démontre un engouement remarquable pour la religion du prophète Mohammed (paix et bénédictions sur lui), l’histoire de l’islam à Haïti ne date pas d’hier. Cette religion est arrivée avec les esclaves noirs, parmi lesquels se trouvaient une minorité de musulmans.
Il aura fallut attendre la fin des années 80 pour que des intellectuels, politiciens et d’autres professionnels Haïtiens apportent l’islam avec eux, au retour de leurs voyages en Amérique du nord. Fidèles et imams émergent discrètement, bâtissant la première mosquée en 1994 à Delmas. Aujourd’hui il existe une dizaine de mosquées dispersées dans différentes villes accueillant chacune, grâce à Dieu, entre 150 et 200 fidèles. Même si l’islam reste une religion minoritaire dans ce pays, cette ferveur de la part de nos frères Haïtiens commence à poser les questions de sa reconnaissance sur le plan politique.

Haïti : de nombreuses reconversions à l’islam


***************************************************

France : Taher assigné à résidence : l’état d’urgence ou comment persécuter en toute légalité.
Entre les perquisitions abusives, les arrestations sans raisons et les assignations à résidence qui n’en finissent plus, l’état d’urgence est devenu le parfait alibi pour justifier les déboires de l’Etat.
Une histoire d’injustice… parmi tant d’autres.
Taher est l’une des nombreuses victimes de « l’après 13 novembre » qui doit pointer 3 fois par jour au commissariat depuis le 16 novembre parce qu’il est assigné à résidence, sans raisons valables. Les faits qui lui sont reprochés ne sont que des soupçons et aucune preuve n’a été apportée contre lui, pourtant, Taher a « l’impression de passer sa vie au commissariat. ».
Son témoignage n’est qu’un témoignage parmi de nombreux autres qui prouvent les dérives de la France qui s’enfonce de jour en jour dans son islamophobie maladive, sous le regard complice de ceux qui prétendent défendre une liberté qui est devenue une illusion dans le pays des droits de l’Homme.

Taher assigné à résidence : l’état d’urgence ou comment persécuter en toute légalité


**************************************************

Un couple d’hindous prénomme leur bébé comme leur sauveteur musulman.
Le quotidien anglophone indien Hindustan Times nous raconte l’histoire d’un entrepreneur musulman qui a sauvé une femme enceinte de la noyade lors des violentes tempêtes de pluie qui ont frappé Chennai, la capitale de l’Inde.
La jeune femme, Chitra, et son mari, Mohan, hindous de confession, vivent à Urapakkam, un des quartiers de la capitale qui a été le plus touché par les inondations. Alors qu’ils se trouvaient pris dans le torrent, Yunus, diplômé en administration des affaires, est venu à leur secours et a tiré la jeune femme des eaux avant de l’emmener à l’hôpital.
Younous raconte :
« Je vis à Nungambakkam et, la nuit du 2 décembre, je me suis rendu compte de la situation et j’ai décidé d’aller voir si mes amis du côté d’Urapakkam n’avaient pas besoin d’aide. ».
Une fois sur place, ils ont entendu les cris d’une femme qu’ils ont d’abord attribués à la frayeur face aux intempéries avant de réaliser qu’elle était sur le point d’accoucher.
« Au départ, mon but était de la transporter en lieu sûr et nous l’avons donc emmenée en bateau près de Perungalathur. Ce trajet de 15 minutes restera à jamais gravé dans ma mémoire ».
Pour exprimer leur reconnaissance à leur sauveteur musulman.
Afin d’exprimer leur reconnaissance à leur sauveteur musulman, Chitra et Mohan ont décidé d’appeler leur fille Yunus. Ce dernier fut agréablement surpris d’apprendre la nouvelle et promis qu’il prendrait en charge tous les frais d’instruction de l’enfant.L’heureux papa ajouta que son épouse et lui-même étaient très fiers et, étant lui-même victime d’une catastrophe naturelle, qu’il s’engageait à verser la moitié de son salaire pour venir en aide aux plus démunis.
Yunus, encore occupé à secourir les gens touchés par les inondations avec les 15 membres de son équipe, n’a pas encore eu le temps de rendre visite à sa protégée.
« Tout le mérite revient à l’équipe, à mes amis et aux pêcheurs de la plage de Besant Nagar. Ils étaient avec moi ce soir-là et travaillent encore dans les zones touchées par la tempête. Quant au bébé, j’irai lui rendre visite dès que possible ! ».

Un couple d’hindous prénomme leur bébé comme leur sauveteur musulman


***************************************************

Syria Charity : L’hôpital mère-enfant de l’ONG bombardé par l’aviation russe.
Triste nouvelle pour le peuple syrien.
En effet, ce matin l’hôpital Mère-enfant de l’ONG Syria Charity a été victime de bombardements direct par l’aviation russe.
Syria charity est une ONG humanitaire qui vient au secours des victimes en Syrie.
Hélas, ce n’est pas la première fois que les humanitaires sont ciblés par l’aviation. Que peut on craindre d’un hôpital dans lequel il n’y a que des mamans avec leurs bébés ?
Prions pour que le bilan soit le moins lourd possible.
www.syriacharity.org
.

Syria Charity : L’hôpital mère-enfant de l’ONG bombardé par l’aviation russe


**************************************************

France : Des manifestants saccagent une salle de prière musulmane, et tentent de brûler des Corans.
« Des manifestants ont saccagé vendredi à Ajaccio une salle de prière musulmane et tenté de mettre le feu à des exemplaires du Coran, à proximité d’une cité où deux pompiers et un policier avaient été blessés la nuit précédente dans des échauffourées, a-t-on appris auprès de la police et de la préfecture » rapporte l’AFP.
Le Premier ministre Manuel Valls a réagi sur Twitter :  » Corse : après l’agression intolérable de pompiers, profanation inacceptable d’un lieu de prière musulman. Respect de la loi républicaine. ».

http://oumma.com/222252/manifestants-saccagent-une-salle-de-priere-musulmane-
***************************************************

Le « djihadisme » n’existe pas en islam.
L’émergence de la mouvance « djihadiste » est si rapide et puissante aujourd’hui qu’elle appelle impérieusement des clarifications terminologiques. Le présent article s’inscrit ainsi dans ce contexte tragique de « terreur djihadiste » et se propose d’engager une réflexion sur les fondamentaux sémantiques du « djihad » en islam. J’aimerais en outre que ma voix soit entendue dans deux directions. Celle de la masse musulmane d’abord au nom de ses valeurs éthiques et citoyennes car mon propos est de rappeler qu’aucun musulman n’est dédouané de l’étude de sa religion. Ensuite, celle des personnes faisant autorité dans la hiérarchie des savants musulmans de par le monde.
Fondamentaux sémantiques.
Quelques évidences d’abord : Nulle part le Coran n’attribue au terme « djihad » le sens de conflit armé lequel est désigné par l’expression « qital1 » (« combat », « guerre »). Le sens de « djihad » a quant à lui fondamentalement à voir avec la lutte intime qui oppose l’homme à son égo (nafs).
De fait, les « prêcheurs djihadistes » se rendent coupables d’un des glissements de sens les plus préjudiciables qui soient à la terminologie juridique musulmane. Les arguments invoqués par ces prédicateurs sont en effet tirés de la tradition eschatologique que l’on appelle « fitna apocalyptique » à savoir la fréquence des situations génocidaires de la fin des temps qui justifierait la mise à mort de civils. Or ceci est perversement rapproché d’un hadith qui défend l’idée selon laquelle les hommes seront ressuscités dans l’intention de leur mort:
« La mère des croyants, ‘Aïsha, a dit: Le Messager de Dieu (Saw) a dit : « Une armée attaquera la Ka’ba. Lorsqu’elle parviendra dans une région désertique, la terre l’engloutira, du premier au dernier. » ‘Aïsha dit alors : « O Prophète de Dieu ! Comment serait-elle engloutie alors que, parmi eux, il y aura des gens qui seront là uniquement pour commercer ou pour d’autres raisons? » Il dit : « Ils seront engloutis du premier au dernier et chacun sera ressuscité [et jugé] selon ses propres intentions » [Bukhari et Muslim, texte de Bukari] ».
Les « djihadistes » greffent à ce même hadith un autre concept appelé « bain de sang » (al-harj) qui justifierait ainsi l’appel au meurtre. Autrefois, les khawarij avait utilisé ce procédé pour légitimer l’assassinat d’innocents en toutes circonstances dès lors que l’intention était de plaire à Dieu. De cette manière, ces prêcheurs qui appellent à la mise à mort de civils, dans des attentats suicides par exemple, se justifient en opposant le contexte de guerre.
Or, d’après nombre d’exégèses, ce hadith a été donné par le Prophète comme une exhortation morale à ne pas céder aux tentations. Dès lors, en terme de proportion, le djihad armé est une interprétation étymologique opérée par les prêcheurs « djihadistes » de manière extrêmement minoritaire et injustifiée au regard de la définition qu’en donne le Coran. Pour démontrer l’évidence de mon propos, je me référerai à un tafsir2 récent qui se pose comme un recueil de commentaires plus anciens.
Ancrage à la source : une exégèse du XVIIIe siècle .
Nous avons dans le commentaire coranique « Al-zahab al-iblis » de Muhammad ibn Mukhtar al-Yadhali (m.1753), un bon exemple d’exégèse du mot djihad en tant qu’exercice d’un individu sur la voie de l’amélioration personnelle. Il étudie en effet très bien la notion de djihad à partir du dernier verset de la sourate L’Araignée:
« Ceux qui auront combattu pour Notre cause, Nous leur indiquerons Nos voies et Dieu est sûrement avec les bienfaiteurs » (XXIX, 69).
Ce verset a la spécificité de ne pas renvoyer directement le djihad au contexte de guerre mais à celui de la psychologie islamique (‘ilm al-suluk). Dans la tradition exégétique, les voies en question sont nécessairement multiples car elles sont le fruit d’actions multiples. Les exégètes référencés par al-Yadhali ont alors déduit à partir de ce verset que le djihad est une obligation. Or, c’est en isolant le contexte que certains prédicateurs de la haine l’ont interprété comme étant une justification au « djihad du sabre » (djihad al-sayf). Ce qui revient à oublier le fameux hadith faisant valoir que :
« L’homme fort n’est pas celui qui terrasse son adversaire. L’homme fort est celui qui se domine lorsque la colère tente de s’emparer de lui » (Al-Bukhârî).
Dans ce sens, nous dit al-Yadhali, le djihad contre l’égo est infiniment supérieur car le nafs est le premier ennemi du croyant. Cependant, l’égo ayant été intrinsèquement lié à sa personne, le suicide est synonyme de péril pour lui, car synonyme de damnation. Pour Al-Yadhali en effet, il y a dans le nafs « l’arrogance d’Iblis, la jalousie de Caïn, l’anarchie des ‘Ad, la rébellion de Nemrod, la mégalomanie de Pharaon, la morgue de Qarun/Crésus, l’insolence de Amman, la perversion de Bal’am, /…/ »3. Le sens profond du djihad c’est ainsi de constamment désobéir à l’égo pour limiter ses penchants et appétits, sa soif inextinguible de splendeur apparente et intérieure qu’elles suggèrent en permanence à travers ses aspirations.
Que faire alors, s’interroge al-Yadhali ? Il faut la traiter d’une manière douce et progressive, répond-il, car elle a un tempérament farouche (tab’ nafûr). Elle est semblable à un corps malade dont le traitement doit toujours accompagner une phase de détente. Et c’est ainsi que l’on peut l’amener à atteindre les attributs par lesquels elle sera éduquée. Il faut impérieusement éviter de la violenter, selon un autre hadith célèbre:
« Ne violenter pas cette religion car ceux qui lui font violence seront toujours finalement dominés ».
Pour finir, je dirais que la tradition exégétique de l’islam ne croit certes pas au pacifisme du XVIIIe à la manière de Kant et l’abbé de Saint Pierre et rejette en ce sens « la paix perpétuelle »4 comme une utopie. Pour autant, le fait que la guerre ne soit pas une guerre « pour rien » ni un vecteur de propagation de l’islam implique que le djihad n’est pas la normalité. Dans cette conception, l’islam le conçoit comme une nécessité douloureuse sans en faire la norme. Enfin, je ne suis certainement pas le premier à écrire ces lignes ni le plus compètent. Raison pour laquelle je déplore d’être obligé de revenir sur cette question étymologique qui pourtant devrait être comprise de tous.
http://oumma.com/222248/djihadisme-nexiste-islam
**************************************************

Palestine : Israël empoisonne les terres agricoles à Gaza.
Des avions israéliens épandent depuis le début de la semaine des pesticides sur des terrains en culture de la bande de Gaza, a annoncé le ministère palestinien de l’agriculture, cité par l’agence Maan.
« Plusieurs agriculteurs nous ont signalé les épandages israéliens dans le secteur d’al-Qarrra à l’est de Khan Younès, ainsi que dans le Wadi al-Salqa au centre du territoire, causant des dégâts importants aux cultures », a déclaré Wahil Thabet,directeur générale de l’environnement au ministère.
Saleh al-Najjar, cultivateur à al-Qarrara, indique qu’il a déjà perdu le produit de 3 hectares plantés d’épinards et de haricots, suite à un épandage de ses champs trois jours de suite.
Un autre paysan, Wahil al-Shami, fait état de pertes identiques de persil et haricots, dans la même zone.
Un représentant de la Croix-Rouge s’est rendu sur les lieux et a évaluée la zone empoisonnée à 150 hectares dans le secteur central, et à une vingtaine d’autres au sud-est de la bande.
La destruction, par une puissance occupante, des moyens de subsistance de la population d’un territoire occupé est un crime de guerre, selon les Conventions de Genève.
http://oumma.com/222251/israel-empoisonne-terres-agricoles-a-gaza
***************************************************

Grande-Synthe: un Noël dans la boue pour les migrants.
A Grande-Synthe, dans le Nord, quelques 2.600 migrants vont passer Noël dans des conditions très précaires. Dans ce camp, le nombre d’occupants a doublé ces dernières semaines. Une autre jungle oubliée à seulement 40km de Calais. Ils devraient déménager en janvier.
vidéo a voir sur www.muslimradio.info.

http://oumma.com/222249/grande-synthe-un-noel-boue-migrants
####################################################
############## Aujourd’hui en Palestine ################
####################################################

Aujourd’hui en Palestine, Voici les principaux titres du site d’information C P I , Centre Palestinien D’Information.
Actes d’arrogance des colons au nord-ouest de Ramallah.
.
L’occupation force un citoyen à démolir sa bergerie au nord de la vallée du Jourdain.
.
Deux palestiniens abattus froidement et des dizaines de blessés.
.
50 000 fidèles ont assisté à la prière du vendredi à Al-Aqsa.
.
Azzam al-Khatib: Nous ne permettrons pas la levée du drapeau israélien sur la Mosquée Al-Aqsa.
.
Fermeture des zones au nord de Tulkarem et agression des citoyens.
.
Naissance de la première organisation européenne contre le lobbying sioniste.
.
Shallah appelle l’Autorité Palestinienne à arrêter la coordination de la sécurité avec Israël.
.
L’occupation arrête un journaliste palestinien à Jénine.
.
25 prisonniers dans la prison d’Etzion décident d’entamer une grève de la faim.
.
L’occupation arrête cinq palestiniens en Cisjordanie occupée.
.
3 blessés dans des affrontements qui ont suivis la prise d’assaut sioniste du camp de réfugiés de Qalandia.
.
L’occupation arrête un jeune palestinien qui a tenté de franchir la barrière de séparation à la bande de Gaza.
.
L’occupation prend d’assaut et déclenche de violents affrontements.
.
Un noël triste à Bethléem.
.
Des affrontements à l’ouest de Jénine font plusieurs blessés.
.
Retrouvez l’intégralité de tout ces articles sur http:// french pal info.com
.
Le Centre Palestinien D’Information, sur http://french.palinfo.com

Laisser un commentaire