MouslimRadio Programmes de diffusion sur MouslimRadio

Actuellement, en direct sur Loading ...


Flash info du 5 Safar 1439.

Flash info du 5 Safar 1439.

Pour écouter MouslimRadio partout ou vous voulez, télécharger l’application Tunein, disponible pour tout les types de téléphone, tablette et même les pc. Android, iPhone, Windows phone, etc… Tapez MouslimRadio dans la barre de recherche Tunein et hop, vous nous écouter, inch Allah… Les liens sont aussi visible sur notre site, www.mouslimradio.info.
**********************************************

AJIB.FRkatibin.frjournaldumusulman.frislametinfo.fr
saphirnews.comoumma.comdesdomesetdesminarets.frC P I, Centre Palestinien D'Information

Sur Ajib.fr, voici les titres.

Que dit l’Islam concernant l’avortement d’un fœtus malade ?
« Certes, chacun de vous, lorsqu’il est créé dans le sein de sa mère, est d’abord pendant quarante jours une goutte de sperme (Noutfa), puis devient une adhérence (‘Alaqa ) pendant une semblable durée de temps, puis enfin durant un même laps de temps, devient un embryon (Moudgha). Là-dessus, l’ange lui est envoyé, qui insuffle l’âme, et il est ordonné à celui-ci d’accomplir quatre commandements, à savoir d’inscrire : les moyens de vivre (du nouvel être), le terme de son existence, ses actions, enfin son malheur ou son bonheur futur. »
(Hadith Authentique Rapporté par Boukhari et Mouslim).
Ainsi, si l’avortement s’effectue alors que l’âme a été insufflée au fœtus et que ce dernier meurt à cause de cela ; et bien ceci relève du crime contre une âme dont Allah soubhannou wa ta’ala a interdit le meurtre sans raison valable.
Mais qu’en est-il de l’avortement d’un fœtus malade ?
En effet, grâce à l’avancée technologique en matière de gynécologie, il est aujourd’hui possible d’anticiper une malformation susceptible de se développer chez le fœtus.
Pourtant, il arrive souvent que le bébé naisse sans les malformations craint par le médecin.
D’autre part, ne peut-on pas simplement considérer que cet handicap soit une différence physique qu’Allah soubhanou wa ta’ala a décidé par son omnipotence?
Cette volonté d’ Allah soubhanou wa ta’ala peut représenter une bénédiction que les personnes en bonne santé ne peuvent pas assimiler, et peut également devenir une porte d’accès insoupçonnée au Paradis.
Si l’embryon se trouve à sa première phase de développement équivalente à 40 jours et qu’il y aurait un bien fondé légal (religieusement) ou un mal à repousser (décès possible de la mère), il serait alors permis d’avorter.
Au-delà de cette période cela devient un acte criminel.
« Et qu’on demandera à la fillette enterrée vivante pour quel péché elle a été tuée. » (Coran, 81/ 8-9).

Sur Katibin.fr, rien de neuf.

Sur journaldumusulman.fr, rien de neuf.

Sur islametinfo.fr, rien de neuf.

France : Macron reçoit le président Égyptien et balaie la question des droits humains.
Emmanuel Macron vient de recevoir le président égyptien en visite officielle ce mardi à l’Élysée.
Alors que de nombreuses ONG ont dénoncé les pratiques de l’état égyptien dont le recours systématiques à la torture utilisée par l’armée égyptienne sur les prisonniers, Macron a tout bonnement balayé la question des droits humains afin de préserver la relation entre les deux pays.
En effet, depuis de nombreuses années, plusieurs rapports d’ONG accusent le régime d’al Sissi de recourir à des méthodes portant atteinte à la dignité humaine.
C’est ainsi que l’ONG Human Rights Watch a dénoncé des actes de tortures mais aussi Amnesty International qui relatent un nombre inimaginable de disparitions et d’exécutions extrajudiciaires. Selon elles, 60 000 personnes auraient été arrêtées pour leurs convictions politiques depuis le putsch du général sanguinaire al Sissi devenu depuis président en emprisonnant Morsi élu démocratiquement et en massacrant des milliers d’opposants pacifiques.
Pourtant, le président français avait promis d’aborder le sujet en tant que “représentant” du “pays des droits de l’homme”. Mais à la vue d’al Sissi ses bonnes résolutions ont vite été oubliées … C’est ainsi qu’il a déclaré qu’il ne souhaitait donner “aucune leçon de morale” au sujet du respect des droits humains au président égyptien.
Cet oubli n’est il pas volontaire ? Suite à une coopération militaire entre les deux pays qui passe notamment par un juteux commerce d’armes de la France vers l’Égypte n’y a-t-il pas une certaine bienveillance française vis à vis du boucher du Caire ? D’ailleurs il a été question ce jour de la vente de rafales pour un montant de 3 milliards d’euros.
L’Égypte est ainsi devenue le deuxième client de la France, dans ce secteur, ces dix dernières années.
Vous l’aurez donc compris, à chaque fois qu’un peuple musulman cherche à vivre selon ses principes islamiques et souhaite sortir de la férule de la domination impérialiste de l’occident c’est soit un “bombardement libérateur” ou le blanc seing donné au dictateur local pour combattre l’Islam et ses pratiquants …
Une belle leçon de démocratie que l’on devrait enseigner sur les banc des écoles.

Sur saphirnews.com, voici les titres.

L’Irakien Safaa Khalaf lauréat du prix Naseej pour « la diversité culturelle et religieuse ».
L’agence de coopération française pour les médias (CFI), la Fondation libanaise interreligieuse Adyan et le Centre SKeyes pour la liberté de la presse ont remis, jeudi 19 octobre, à Beyrouth (Liban), le prix Naseej des médias. Il s’agit de la première édition de ce concours qui récompense « un article ou un reportage sur un sujet ayant trait à la diversité culturelle et religieuse au Proche-Orient » en Irak, Syrie ou Liban.
Le journaliste et écrivain irakien Safaa Khalaf a été récompensé pour son article sur Mossoul, publié dans le quotidien libanais As Safir. Il publiera prochainement, selon La Croix, un livre sur les changements politiques et la montée des milices chiites à Bassora depuis 2003.
Le deuxième prix a été attribué à la journaliste égyptienne Souad Abou Ghazi qui pour son reportage sur les femmes yézidies mises en esclavage par l’Etat islamique. L’article a été diffusé sur le site Akadnews.
Le prix des médias est un des dispositifs du projet Naseej qui a pour but de dresser un état des lieux du traitement de la diversité dans les médias libanais, irakiens et syriens.
Un rapport sur « la couverture de la diversité dans les médias libanais, syriens et irakiens » a été publié le jour de la remise du prix. Plusieurs dizaines de journalistes du monde arabe étaient présents pour l’occasion. Les meilleurs articles proposés au prix Naseej devraient prochainement être traduits en français et disponibles sur le site du CFI.

 

Etats-Unis : quand un manuel pour infirmiers véhicule des préjugés racistes
Chaque personne réagit différemment face à la douleur. Des différences qui seraient… culturelles ou religieuses selon un manuel destiné aux infirmiers aux Etats-Unis.
Ainsi, les musulmans comme les Arabes (sic) « pourraient ne pas demander d’antidouleurs mais plutôt remercier Allah pour cette douleur si elle est le résultat d’une procédure de guérison » car « la douleur est considérée comme une épreuve pour leur foi ».
Les juifs sont décrits comme « bruyants » car « ils considèrent que la douleur doit être partagée et validée par les autres » tandis que les Noirs « expriment souvent une intensité de douleur plus forte que les autres cultures ». En revanche, aucun mot n’est donné sur le rapport à la douleur des personnes de type caucasien, autrement dit les Blancs, rapporte The Boston Globe.
Le manuel circule depuis 2014 avec ces stéréotypes racistes mais il n’a fait l’objet d’une attention que récemment, avec la force des réseaux sociaux.
La maison d’édition Pearson, basée à Londres, a décidé, jeudi 19 octobre, de retirer de la vente le livre et a choisi de présenter ses excuses.
« Nous avons accentué plusieurs stéréotypes sur différents groupes ethniques et religieux. C’était mal. Nous aurions dû réfléchir davantage sur les informations mises dans ce programme », écrit Pearson indiquant que les pages polémiques allait être retirée des futures éditions.

Sur oumma.com, voici les titres.

Etats-Unis : la candidate voilée aux sénatoriales confrontée à un déchaînement de haine sans précédent.
Alors que les élections sénatoriales américaines, qui se profilent à l’horizon automnal de 2018, occupent déjà toutes ses pensées, Deedra Abboud, la candidate démocrate voilée de Phoenix, a toutefois l’esprit tourmenté par les réactions épidermiques, acrimonieuses, voire franchement islamophobes qui ont déferlé sur sa page Facebook en juillet dernier.
Cette avocate accomplie, spécialisée en droit de l’immigration, qui fut la première directrice de l’influent Conseil sur les relations américano-islamiques (CAIR) en Arizona, l’Etat dont elle rêverait de défendre les intérêts et ceux de sa population si, par bonheur, les urnes parlaient en sa faveur d’ici à quelques mois, aurait certes préféré passer de l’ombre à la lumière de manière moins fracassante…
Mais comment aurait-elle pu imaginer que sa candidature qui, jusqu’alors, n’avait pas déchaîné les passions, allait soudainement embraser les réseaux sociaux après avoir publié un post en hommage aux héros des Etats-Unis d’Amérique ? « Je tiens à féliciter les Pères fondateurs pour la séparation de l’Eglise et de l’Etat afin que les deux institutions puissent être protégées librement », avait-elle écrit, sans se douter un seul instant que ses propos allaient faire entrer le volcan Facebook en éruption…
De la lave en fusion qui en a jailli, parsemée de commentaires fielleux, injurieux, menaçants, allant jusqu’à lui dire qu’il n’y a « pas de place pour les musulmans au Congrès, et encore moins au gouvernement », et pire encore, qu’elle « devrait figurer dans la prochaine vidéo de Daesh, vêtue d’orange et à genoux », Deedra Abboud a été particulièrement saisie d’effroi par l’incitation au suicide formulée sans mots couverts sur son compte Instagram.
Difficile de rester imperméable au torrent de haine qui s’est déversé en quelques heures seulement ! Mais elle n’a pas vacillé, ni fendu l’armure et encore moins capitulé, démontrant sa grande force de caractère au cours de la conférence de presse qu’elle a tenue dès le lendemain.
Bien que son islamité soit visible, cette défenseuse de l’environnement, des soins de santé accessibles à tous, notamment aux plus démunis, de l’augmentation du salaire minimum et des droits des LGBT, en a profité pour clarifier les choses devant la forêt de micros tendus vers elle : elle ne se présente pas aux sénatoriales en tant que candidate musulmane briguant un siège sous la coupole du Capitole, mais en tant que candidate démocrate, prônant une politique libérale, soucieuse de l’intérêt général, qui s’avère être de confession musulmane.
La nuance est de taille, mais sa subtilité a manifesté échappé à ceux, nombreux, qui continuent de la critiquer, de l’insulter ou de la renvoyer hargneusement à sa religion ou ses origines, derrière le clavier de leur ordinateur.
Dans un contexte aussi délétère, on comprend mieux combien il doit être ardu de faire abstraction de l’hostilité ambiante pour fixer toutes ses pensées sur un scrutin crucial, qui est encore loin et si proche à la fois.

Un camion rose sillonne Dubaï pour sensibiliser au cancer du sein.
Habillé aux couleurs lumineuses de « Pinktober », la campagne internationale de sensibilisation au cancer du sein qui, chaque année, au mois d’octobre, alerte les populations sur la réalité de l’un des grands maux du 21ème siècle et triste apanage des femmes, le camion, paré du rose de l’espoir, qui stationne actuellement aux endroits névralgiques de Dubaï ne passe pas inaperçu.
Telle était la volonté de Lana Ghandour, fondatrice d’un salon de coiffure ayant pignon sur rue dans la cité phare du célèbre émirat du même nom, qui aspirait à marquer durablement les esprits à travers sa première action de communication du genre #blowoutcancer.
Une opération qui s’est trouvée une égérie de premier plan : l’incontournable Megan Pormer, une ambassadrice de beauté multi-casquettes issue du Moyen-Orient, très impliquée dans la promotion de la recherche contre le cancer.
Face à des statistiques qui parlent d’elles-mêmes – près de 40% des cas de cancer diagnostiqués aux Emirats arabes unis sont des cancers du sein et plus de 20% des décès enregistrés chez les femmes en sont la conséquence tragique – le camion rose, spécialement affrété par Lana Ghandour, sillonne Dubaï pour délivrer des informations qui contrastent avec l’éclat de sa couleur, mais revêtent une importance capitale sur ce qui reste le premier cancer affectant les femmes dans le monde et sur sa détection précoce d’autant plus impérieuse.

Sur des domes et des minarets.fr, voici les titres.

France : Le putschiste terroriste Al-Sissi reçu à l’Élysée par le président Macron.
Emmanuel Macron sur les pas de François Hollande en matière de politique étrangère. Un chef d’État putschiste terroriste sera reçu ce mardi 24 octobre à l’Élysée par le président français Emmanuel Macron. Parmi les sujets qui seront abordés lors de ce déjeuner de travail, la « lutte contre le terrorisme » [islamique bien sûr, ndlr]. La France des droits de l’Homme et des libertés recevra donc un dictateur arrivé au pouvoir suite à un putsch sanglant.
Depuis le putsch militaire de juin 2013, des milliers d’égyptiens refusant la dictature ont été tués quand d’autres, opposants politiques ou simples citoyens ont été emprisonnés. Les condamnations à mort se comptent également par milliers, un record dans l’histoire de ce pays devenu la risée du monde libre. Mais visiblement, cette dictature implacable plaît à l’occident, donneur de leçons.
Le 14 août 2013, un massacre atroce s’est produit au Caire lorsque les forces de sécurité égyptiennes, aidées par l’armée, ont attaqué deux camps de manifestants pro Morsi. Bilan : entre 1.500 et 2.600 morts et des milliers de blessés.
Ils dénoncent la barbarie et le terrorisme, mais ce sont eux les barbares et les terroristes !

La France, éternelle amie des dictatures.
Aujourd’hui, il l’a fait. Le président du moindre mal, aka Emmanuel Macron, a reçu le dictateur d’Égypte, aka Al-Sisi, le tyran arrivé au pouvoir en tuant plus de 3000 civils en moins de 5 heures, le tyran aux 64 000 prisonniers politiques, femmes hommes, vieillards et enfants, torturés jour et nuit, le tyran qui n’hésite pas à faire violer des femmes en pleine rue par ses moukhabarat (police secrète) masqués, pour instiller la terreur dans les cœurs de celles qui réclament leurs droits.
Au final, on remerciera les « musulmans » qui ont appelé à voter pour le « moindre-mal », et on rit au nez de ce bouffon hypocrite d’Emmanuel Macron qui n’a rien à envier à Marine Le Pen. Car si cette dernière acceptait volontiers de normaliser ses relations avec Bachar Al-Assad, dont les crimes sont connus du monde entier, ce cocu politique de Macron accepte volontiers de traiter et de recevoir tour sourire l’équivalent égyptien de Bachar Al-Assad.
Bah oui, c’est ça l’idéal démocratique occidental : tous les dictateurs, même les pires, sont nos alliés, du moment que leurs crimes ignobles ne sont pas mondialement connus. Et dès que ces dictateurs sont massivement contestés par leur peuple, on fait semblant de soutenir la liberté et la transition vers la démocratie.

L’ex-chef du Renseignement saoudien aux côtés de l’ex-chef du Mossad dans une synagogue.
L’image est inédite. Turki bin Faisal Al Saud à côté de Efraim Halevy dans une salle du Temple Emanu-El Streicker Center de New York, la plus grande synagogue du monde. Dimanche 22 octobre, un forum sur « la sécurité au Moyen-Orient » était organisé par l’Israel Policy Forum, une organisation juive américaine. Un événement aux couleurs des drapeaux américain et israélien, largement promu.
Turki bin Faisal Al Saud est membre de la famille royale saoudienne, chef pendant 23 ans d’Al Mukhabarat Al A’amah, l’agence de renseignements d’Arabie saoudite. Il a également occupé le poste d’ambassadeur auprès des Etats-Unis il y a une dizaine d’années.
Bien que non officiel et non assumé, le rapprochement du royaume saoudien avec l’entité sioniste bat son plein. Une photo souvenir pour finir.

###################################

####### Aujourd’hui en Palestine #######

###################################


Aujourd’hui en Palestine, Voici les principaux titres du site d’information, C P I, Centre Palestinien D’Information.

Plusieurs délégations européennes arrivent aujourd’hui à Gaza
.
Un certain nombre de délégations européennes et internationales sont arrivées, mardi matin, dans la bande de Gaza.
.
54 colons prennent d’assaut la mosquée Al-Aqsa
.
L’occupation ouvre de nouvelles écoles dans une colonie au nord de la Cisjordanie
.
Une campagne de « représailles » vise al-Issawiya à Jérusalem-Est
.
Un jeune jérusalémite condamné à 16 ans de prison sur un soupçon
.
Al-Tafkaji: Il faut adopter une stratégie pour contrer l’expansion des colonies de l’occupation
.
L’occupation israélienne arrête deux citoyens au passage d’al Karama
.
L’UE fait don de 13 millions d’euros pour les hôpitaux de Jérusalem occupée
.
19 Palestiniens arrêtés et des milliers de shekels confisqués
.
Des siamoises nées à Gaza ont besoin d’une chirurgie à l’étranger
.
Début du recensement des Palestiniens aux États-Unis
.
Gaza: trois ouvriers palestiniens portés disparus dans un tunnel à Rafah puis retrouvés indemnes
.
Dweik appelle à l’activation immédiate du CLP et à appliquer la réconciliation
.
Une nouvelle compagnie de télécoms se lance à Gaza
.
L’occupation harcèle les citoyens à l’entrée de Qalqilya
.
L’occupation effectue des exercices militaires à l’ouest de Jénine
.

Retrouvez l’intégralité de tout ces articles sur http:// french pal info.com
.


Le Centre Palestinien D'Information
///////////////////////////////////////////////////
 

LES TAGS
 

///////////////////////////////////////////////////

#flashinfo #journal #quotidien #information #presse #attentat #daesh #étatislamique #isis #tv #radio #article #islam #news #musulman #coran #sourate #croyance #islamophobie #ccif #islamophobe #cri #ldj #ldjm #gaza #palestine #ouighours #immigration #fn #israel #valls #hollande #terroriste #racisme #nazisme #Rohingyas #tartar #réfugier #migrant #hindoue #hindou #cpi #CentrePalestinienD’Information #sif #secoursislamique #mouslimradio #tunein #Hui

flash info,journal,quotidien,information,presse,attentat,daesh,état islamique,isis,tv,radio,article,islam,news,musulman,coran,sourate,croyance,islamophobie,ccif,islamophobe,cri,ldj,ldjm,gaza,palestine,ouighours,immigration,israel,valls,hollande,terroriste,racisme,nazisme,Rohingyas,tartar,réfugier,migrant,hindoue,hindou,cpi,Centre Palestinien D’Information,sif,secours islamique,mouslimradio,Chams

Laisser un commentaire