MouslimRadio Programmes de diffusion sur MouslimRadio

Actuellement, en direct sur Loading ...


Flash info du 24 Mouharram 1438.

Flash info du 24 Mouharram 1438.

Ecouter le coran, des hadith, des conférences, des annonces divers, des anashids (sans musique), et bien d’autres choses, en direct sur #muslimradio.info :
www.MouslimRadio.info

******************************************************************


France : Jean-François Copé ne connaît pas le prix d’un pain au chocolat !

C’est ce qu’il s’appelle, un retour de flamme. Monsieur Copé qui aime stigmatiser la communauté musulmane vient une nouvelle fois de s’auto-flageller en direct sur Europe 1…

Entre 10 et 15 centimes le pain au chocolat selon Copé…

Durant le Ramadan, il affirmait que de jeunes enfants non-musulmans n’avaient pas le droit de manger leur pain au chocolat devant ces jeûneurs sous peine de représailles… Aujourd’hui Jean-François Copé a vu ses propos lui éclater en plein visage. Interrogé par Thomas Sotto sur Europe 1, le temps d’un Facebook live, le député-maire de Meaux s’est retrouvé dans l’embarras lorsqu’on lui a demandé le prix d’un pain au chocolat. D’abord le candidat à la primaire des Républicains a voulu botter en touche, mais il a fini par se prêter au jeu. Mauvaise idée, l’épée de damoclès lui est tombée sur la tête, Jean-François Copé lâche désespérément un « 10 à 15 centimes. » Déjà sous le feu des critiques depuis la première affabulation liée au pain chocolat, aussi à cause de l’affaire Bygmalion (où il a été blanchi), ce second épisode de la boulangerie ne va pas l’aider dans sa course aux Primaires… Cible des railleries depuis ce matin, il faudrait préciser à monsieur Copé, cet éventuel candidat à la Présidentielle, que le pain au chocolat coûte généralement plus d’un 1 euro.

Il faut savoir que l’erreur est humaine, mais lorsqu’on stigmatise une communauté sans avoir une once de bon soupçon à son encontre, la moindre bêtise ne passera pas inaperçue… surtout si on a pour ambition de diriger un pays.

Clic pour voir la Source de l’article

***

France : Bruno Le Maire : « Je souhaite combattre toutes les provocations vestimentaires ».

C’est surement en raison de sa faible position dans les sondages que Bruno Le Maire tente d’amadouer les français avec des mots plats et peu réels comme la sincérité et l’honnêteté de sa politique. Il cherche tellement le renouveau qu’il ferait presque croire qu’aucune loi contre le niqab n’a déjà été votée.

Entre autre, il se démarque par sa volonté d’interner les personnes fichées S avant même qu’elles ne passent devant la justice. Il prétend même qu’il est impossible de laisser un individu fiché S en liberté puisque « on sait qu’il va commettre un acte criminel ».

Le voile est perçu comme une provocation vestimentaire… La laïcité n’est vraiment plus appliquée…

Reportage vidéo a voir sur www.mouslimradio.info.
w w w . m o u s l i m r a d i o . i n f o .

Clic pour voir la Source de l’article

***

France : Florian Philippot veut « expulser » Rachid Nekkaz.

Sans surprise, aujourd’hui, Rachid Nekkaz, homme d’affaires et politique algérien s’est rendu à Forbach, fief du FN où Florian Philippot et quelques amis frontistes s’étaient également donné rendez-vous.

Rachid Nekkaz avait d’ores et déjà annoncé sa venue à Forbach via ses comptes réseaux sociaux personnels afin de poursuivre son tour de France pour payer les amendes des femmes portant le voile intégral dans l’espace public. Il avait fait de même pour son passage à Toul où il avait une virulente altercation avec Nadine Morano.

Florian Philippot l’attendait avait un discours peu original. Des pseudo-slogans étaient scandés dans son dos, dictés par toujours les mêmes préjugés fantasques.

Reportage vidéo a voir sur www.mouslimradio.info.
w w w . m o u s l i m r a d i o . i n f o .

Clic pour voir la Source de l’article

***


Turquie : Des marques européennes exploitent des réfugiés syriens mineurs.

Un scandale impliquant des grandes marques européennes vient d’éclater. C’est ainsi qu’une enquête de la BBC a démontré que des enfants syriens mineurs travaillaient dans les usines des fournisseurs de grandes marques européennes de vêtements, dont Marks and Spencer et Asos.

Au moins sept enfants d’origine syrienne ont été vus en train de travailler dans ces usines des fournisseurs turcs des marques des vêtements Marks & Spencer et Asos pour moins d’un euro par heure travaillée pour une journée de 12 heures.

De plus, certains de ces enfants sont exposés à des composants chimiques nocifs car leur mission est de décolorer des pantalons pour le compte de la marque Mango sans moyens de protection adaptés.

De leur côté, les dirigeants de ces marques européennes de vêtements, à savoir Marks & Spencer, Asos, Mango et Zara ont évidemment nié la totalité de ces informations.

Une terrible vie pour ces enfants qui ont fui la guerre en Syrie et qui sont à présent exploités par les grandes entreprises capitalistes. Une vie d’adulte dans un corps d’enfant …

Clic pour voir la Source de l’article

***


Suisse : Un employeur condamné pour avoir renvoyé une femme voilée.

Un tribunal suisse vient de condamner une entreprise qui avait licencié une employée musulmane au motif qu’elle portait le voile.

En effet, la cour régionale de Berne a jugé que cette femme voilée a été victime d’un licenciement abusif de la part de l’entreprise de blanchisserie chez qui elle travaillait.

Pourtant, l’employeur a tenté de dissimuler son islamophobie en évoquant des motifs d’hygiène. Mais selon le tribunal, il a violé le droit constitutionnel à la liberté de conscience et de croyance de la plaignante.

Il a donc été condamné à verser trois mois de salaire et une indemnité de 8.000 francs suisses (7.400 euros environ.

Ce cas est l’un des premiers du genre à être porté devant la justice en Suisse. Les victimes ayant peur de déposer des plaintes qui n’aboutissent que très rarement. Ce jugement est une victoire, une preuve qu’il faut toujours faire valoir ses droits.

Clic pour voir la Source de l’article

***


France : Nicolas Sarkozy promet de défendre les musulmanes qui ont le droit de choisir leurs vêtements.

La blague de la semaine est signée Nicolas Sarkozy. Lors d’un discours donné à Toulon, le candidat à la primaire Les Républicains, a indiqué qu’il protégera le choix des femmes musulmans dans leur liberté de se vêtir comme elles le souhaitent. Des propos transmis sur les réseaux sociaux qui ont rapidement fait rire et moquer les internautes.

Depuis son élection en tant que président de la République en 2007 jusqu’à aujourd’hui, Nicolas Sarkozy a toujours agi pour restreindre la liberté des femmes musulmanes. Il s’est notamment vanté récemment d’être responsable de la loi interdisant l’espace public aux femmes en niqab. Il souhaite aussi interdire le voile à l’université voire dans l’espace public comme il l’a indiqué dans une émission de télévision.

En tenant ces propos, Nicolas Sarkozy ne fait que confirmer son double discours et sa volonté de jouer toutes les cartes possibles. Les sondages l’annonçant perdant, l’ex-Président de la République est prêt à tout quitte à dire tout et son contraire sans rougir.

Clic pour voir la Source de l’article

***


France : Dalil Boubakeur insultant envers les Arabes et les musulmans ? Il dément.

Patrick Buisson a décidé de régler ces comptes avec Nicolas Sarkozy. Celui qui fut le conseiller de l’ex-chef d’Etat a publié fin septembre « La cause du peuple » (Ed. Perrin) relatant « l’histoire interdite de la présidence Sarkozy » sur la base supposée d’enregistrements de conversations auxquelles Patrick Buisson a assisté.

Quel rapport avec la Grande Mosquée de Paris ? Un des passages du livre a directement visé Dalil Boubakeur qui a décidé, lundi 24 octobre, de démentir la teneur d’un échange qui aurait été tenu en octobre 2002 entre le recteur et Nicolas Sarkozy, alors ministre de l’Intérieur, concernant la première présidence du Conseil français du culte musulman (CFCM) en 2003.

Lors d’un échange qui fut rapporté à Patrick Buisson en septembre 2010 « par Sarkozy lui-même », Dalil Boubakeur n’aurait initialement pas été très emballé à la proposition de Nicolas Sarkozy de présider l’instance, déclarant être « très malade » et « très fatigué ». Une fatigue qui ne serait pas que physique des mots de Patrick Buisson.

« Tu sais que je ne les supporte plus ces Arabes, que je les déteste. Je ne peux plus les voir en peinture », aurait-il déclaré devant un Sarkozy insistant prêt à lui offrir ce qu’il désirait (« Combien ? », répétait-il). « Avec les musulmans, c’est pire. Toutes leurs histoires me sortent par les yeux. Ça fait plus de 60 ans que je les subis. Il faut me comprendre : j’ai été élevé dans une mosquée. Je n’ai jamais pu en sortir », aurait-il ajouté.

Des proférations d’insultes « inacceptables »
La Grande Mosquée de Paris a « formellement » démenti les allégations, indiquant que la décision de désigner Dalil Boubakeur à la tête du CFCM « a été prise en présence de l’ensemble des représentants des fédérations musulmanes et des grandes mosquées fondatrices du CFCM réunis par Nicolas Sarkozy, (…) qui a ensuite annoncé publiquement le choix unanime sur lequel se sont portés tous les représentants du culte musulman en France » après une réunion en décembre 2002 « en conclave au Château de Nainville-les-Roches, dans l’Essonne ».

« Et contrairement à ce qu’avancent les propos rapportés par Patrick Buisson, il n’y a eu aucune négociation personnelle et encore moins de proférations d’insultes intolérables et inacceptables », précise la fédération musulmane.

Jusqu’à ce démenti, ces allégations brutales auraient pu passer inaperçues du grand public. A la sortie du livre, cet échange n’a en effet pas été souligné par les journalistes au profit d’autres histoires et anecdotes graves, comme lors des émeutes qui se sont produites en marge de la mobilisation anti-CPE en 2006 et que Nicolas Sarkozy aurait volontairement laissé faire.

« Nous avions pris la décision de laisser les bandes de black et de beurs agresser les jeunes Blancs aux Invalides, tout en informant les photographes de Paris Match. L’émotion fut en effet à son comble, après la publication de photos dont l’opinion ne retiendrait qu’une chose: des hordes sauvages étaient entrées dans Paris », rapporte Patrick Buisson de la bouche de l’ancien ministre.

Clic pour voir la Source de l’article

***


Inde : l’accès aux femmes dans une mosquée de Bombay réautorisé.

Il a fallu de longues années de bataille aux femmes pour que leur soit de nouveau permis d’avoir accès à un important lieu de culte musulman à Bombay (ou Mumbai), en Inde.

La mosque Haji Ali Dargah, qui abrite un mausolée très visité, a subitement été interdit d’accès aux femmes en 2011 par la fondation qui gère la mosquée, celle-ci estimant que leur présence près de la tombe d’un saint était un grave péché.

Des femmes ont refusé de se plier à une telle décision, jusqu’à saisir la justice. Celle-ci s’était prononcée en août contre l’interdiction des femmes dans la mosquée car elle violait le principe constitutionnel d’égalité des droits. Un verdict qui a poussé les dirigeants de la fondation à saisir dans la foulée la Cour suprême indienne.

Ces derniers ont cependant changé d’avis et ont informé la haute instance judiciaire, lundi 24 octobre, que l’accès aux femmes sera désormais possible. La seule condition adressée aux femmes est d’attendre quelques semaines, le temps pour la fondation de mettre en place une entrée qui leur soit réservée et qui n’existait donc pas avant 2011. Le changement est tout de même vécu comme une victoire pour celles qui revendiquaient l’accès à ce haut lieu islamique indien, à égalité avec les hommes.

Cette affaire n’a rien d’unique en Inde. Dans un pays où de très nombreux temples hindous sont interdits aux femmes, des cas similaires de confrontation entre des groupes de femmes et des religieux sont répertoriés dans le pays.

La mosquée, construite en 1431 en mémoire d’un riche marchand qui a abandonné ses biens pour effectuer un pèlerinage à La Mecque, attire des milliers de visiteurs chaque semaine, musulmans ou non. Elle est située sur un îlot accessible par une digue uniquement à marée basse.

Clic pour voir la Source de l’article

***


Irak : l’interdiction totale de l’alcool fait des vagues.

Le Parlement irakien a voté, samedi 22 octobre, une loi interdisant la vente, l’importation et la production d’alcool. Les contrevenants à la nouvelle règle s’exposent à une amende 10 à 25 millions de dinars (soit 7 300 à 18 000 euros).

Cette interdiction, introduite discrètement dans un projet de loi sur les municipalités, a été mal reçue par une partie des minorités religieuses du pays ainsi qu’une part de l’opposition. Malgré que l’Irak soit un pays majoritairement musulman, plusieurs compagnies locales produisent des boissons alcoolisées telles que Farida pour la bière et Asriya pour l’arak, un alcool anisé.

« C’est notre seul travail, nos familles vont perdre leurs revenus », a fait savoir Maytham, qui tient une échoppe vendant des bières, vins et spiritueux à Karrada, un quartier de Bagdad. «On ne sait pas s’ils vous nous autoriser à rouvrir, comment ces familles vont-elles vivre? », se demande-t-il.

Plusieurs hommes politiques se sont soulevés contre l’interdiction, à commencer par Haidar al-Mullah, membre de l’alliance Al-Arabiya. Il estime qu’il s’agit là d’une « victoire pour l’idéologie de Daesh ». « A l’heure où tous les efforts du peuple irakien sont concentrés sur la lutte contre les terroristes de Daech, une coterie de politiciens islamistes au Parlement leur offre un succès », dit-il à l’AFP. « Ils suppriment les autres croyances, violent la liberté des autres communautés et tournent le dos à la Constitution », ajoute-t-il.

Le député chrétien Yonadam Kanna s’est lui exprimé à la télévision irakienne. Il promet de contester la loi devant la Cour fédérale. Les partisans de la prohibition affirment que la Constitution le permet car elle exclut toute loi en contradiction avec les préceptes de l’islam. Mais pour les opposants, la Constitution garantit les traditions de toutes les minorités du pays. La députée Maysoun al-Damaluji ne décolère pas et déclare que « non seulement cette loi a été adoptée sans un comptage en bonne et due forme des voix, par le biais d’un article introduit en catimini dans un texte sur un autre sujet, mais les seules personnes à qui elle profitera sont celles qui contrôlent le marché noir !»

Clic pour voir la Source de l’article

***


La présentatrice voilée de Channel 4, fustigée par un journaliste pour avoir couvert la tragédie de Nice, s’émeut de son non-lieu.

En 2012, à 26 ans à peine, Fatima Manji était le nouveau visage rafraîchissant de la diversité sur Channel four News, profitant du vent audacieux du changement qui soufflait sur la chaîne de service public britannique pour faire son apparition à l’antenne sous son hijab, tout en balayant sur son passage les préjugés anti-musulmans les plus tenaces et ravageurs.

Quatre ans plus tard et après avoir fait les heures enrichissantes de l’info généraliste, en démontrant que le talent et la télégénie peuvent irradier sous le voile, la jeune femme, qui a largement gagné ses galons de présentatrice attitrée de la chaîne, est en proie à la consternation à l’annonce du non-lieu qui, le 19 octobre, a définitivement exonéré Kelvin Mackenzie, l’ancien rédacteur en chef du Sun, de ses propos abjects et irresponsables tenus à son encontre.

C’était le 18 juillet dernier, soit quatre jours après l’horreur absolue de l’attentat qui ensanglanta la promenade des Anglais, à Nice, Kelvin Mackenzie trempait sa plume dans l’encre noire de la haine, primaire et revancharde, pour fustiger la « stupidité éditoriale de Channel 4 » et diffamer sa journaliste qui, à ses yeux, avait l’indécence de couvrir la tragédie niçoise en étant voilée. Sa vive indignation culmina dans la stigmatisation odieuse, lorsqu’il s’autorisa à la livrer à la vindicte en la suspectant de « sympathie avec un homme ayant perpétré un attentat terroriste meurtrier ».

Réconfortée par les nombreuses marques de soutien de la part de ses collègues, Fatima Manji espérait beaucoup de l’arbitrage rendu par l’IPSO ((Independent Press Standards Organisation), l’instance chargée de l’autorégulation de la presse britannique, mais ses espoirs ont été anéantis en une fraction seconde à l’énoncé de son verdict extrêmement clément envers l’un de ses censeurs les plus implacables et malveillants qui soient.

Absout de toute faute faute pour avoir le « droit d’exprimer librement son opinion », aussi dénuée de fondement et dévastatrice soit-elle, Kelvin Mackenzie doit se réjouir de cette véritable prime à l’impunité qui lui a été décernée, l’encourageant à récidiver, voire même à se livrer à une chasse aux sorcières anti-musulmans au nom de la sacro-sainte liberté d’expression, ce paravent derrière lequel l’islamophobie se défoule sans garde-fous, comme s’en émeut sa principale et première victime.

Affligée, Fatima Manji tire aujourd’hui la sonnette d’alarme, dénonçant vigoureusement dans un article publié dans le Guardian « un discours incitant à la haine et à l’intolérance religieuse contre sa personne », tout en reprochant vertement à IPSO d’avoir enfreint les règles d’or de la surveillance en matière de discrimination et de harcèlement. Plus de 1 700 plaintes ont inondé la messagerie de l’organisme censé être indépendant et impartial, mais en vain.

Craignant désormais pour sa sécurité après avoir été littéralement lynchée sur les réseaux sociaux, la présentatrice voilée de Channel 4 n’a pas de mots assez forts pour exprimer son anxiété grandissante. Condamnant fermement et sans relâche, aux micros qui se tendert vers elle, « la suspicion terrible qu’a fait peser sur elle Kelvin Mackenzie », elle rappelle également de manière vibrante que « l’immense majorité de ses coreligionnaires a été épouvantée et a blâmé ce terrorisme aveugle qui contrevient gravement aux fondements mêmes de l’islam ».

Un terrorisme impitoyable qui, sous les roues d’un camion lancé à vive allure, a fauché de nombreuses vies musulmanes à Nice dont Fatima Charrihi, cette mère de famille arrachée cruellement aux siens, à qui Fatima Manji a souhaité rendre hommage avec émotion, parce qu’elles avaient en commun le même prénom et le même voile.

Clic pour voir la Source de l’article

***


Mark Burke, un Ecossais pas si tranquille, accusé d’avoir incendié le Centre islamique et culturel de son comté

La localité écossaise de Bishopbriggs, située à proximité de Glasgow, ignorait qu’elle comptait en son sein un dangereux islamophobe qui ruminait, depuis des mois, sa rancœur et sa haine contre la communauté musulmane locale, jusqu’à ce jour du 17 novembre 2015 où ses bas instincts se sont brusquement réveillés, révélant le criminel qui sommeillait en lui.

L’heure était manifestement venue d’extérioriser sa colère inextinguible et de passer à l’acte pour Mark Burke, 41 ans, un citoyen bien moins tranquille qu’il ne le laissait paraître… Emporté par sa rage folle, celui-ci se mua en pyromane à la nuit tombée, déterminé à détruire par les flammes le Centre islamique et culturel Al Farouk.

Fort heureusement circonscrit à temps, l’incendie criminel, derrière lequel se cachait un administré de prime abord insoupçonnable, n’a fait aucune victime et n’a pas atteint l’objectif suprême visé par son auteur : réduire en cendres un haut lieu cultuel et culturel de l’islam.

Confondu au grand jour par la police du comté, Mark Burke, accusé d’avoir « mis volontairement le feu au Centre islamique Al Farouk » et causé de graves dommages, a comparu récemment devant le tribunal de Glasgow qui ne lui a trouvé aucune circonstance atténuante, le procureur livrant un réquisitoire implacable contre le facteur aggravant que constituent « ses préjugés religieux ».

Libéré sous caution dans l’attente du verdict, Mark Burke a définitivement fait tomber le masque du citoyen ordinaire pour montrer son vrai visage, empreint d’une noirceur qui le rongeait de l’intérieur.

Clic pour voir la Source de l’article

***


Les photos rares de Janet Jackson, enceinte et en abaya, main dans la main avec son mari Qatari.

Après avoir marché, en rythme et avec succès, dans le sillage étincelant de son frère Michael, le roi de la pop, et répondu à la même inclination du cœur que son autre frère Jermaine, Janet, la petite dernière du clan Jackson aux 110 millions d’albums vendus dans le monde, se fait rare sur la scène publique depuis qu’elle a quitté les feux des projecteurs, le strass et les paillettes, et renoncé au tourbillon étourdissant de la gloire.

Aussi, quand, à l’orée de ses 50 ans, l’ex-star de la Rnb et de la pop réapparaît à la Une des magazines, plus sereine et épanouie que jamais, le ventre visiblement arrondi d’une femme enceinte, en train de se promener dans les rues de Londres, au bras de son mari, le milliardaire Qatari Wissam Al Mana, 42 ans, l’événement médiatique est de taille !

Loin de fuir l’objectif des paparazzi, celle qui réussit à se faire un prénom dans l’ombre de son célébrissime frère, tout en étant sa plus proche confidente et meilleure alliée, s’est laissée volontiers photographier devant une boutique très chic de vêtements pour enfants, revêtue de son abaya relookée.

Affichant son bonheur sans nuages aux yeux de tous, et notamment des plus sceptiques ou critiques envers son changement de vie radical et sa conversion à l’islam, Janet Jackson a fait mentir et taire les esprits chagrins, à travers cette série de clichés où elle déambule, radieuse, main dans la main avec l’homme providentiel, issu d’une longue lignée de riches promoteurs immobiliers, qu’elle épousa en novembre 2012.

En avril dernier, la future maman de cinquante ans, qui attend un heureux événement pour la première fois de sa vie à la fin de l’année, annonçait sur les réseaux sociaux à ses fans, toujours aussi nombreux, sa grossesse conçue par fécondation in vitro.

Les Jackson et l’islam, c’est une belle histoire de famille qui se perpétue au sein de la fratrie. En effet, outre l’islamité connue et assumée publiquement par Jermaine, le frère aîné, la conversion à l’islam de Michael Jackson est une rumeur qui a longtemps couru et reste à ce jour très vivace, d’autant plus que la regrettée superstar planétaire s’était épanchée avant sa mort sur sa quête spirituelle en pleine éclosion, se disant bouleversée par la résonance des appels à la prière et désireuse d’approfondir sa connaissance des préceptes coraniques.


Clic pour voir la Source de l’article

###################################
####### Aujourd’hui en Palestine #######
####################################

Aujourd’hui en Palestine, Voici les principaux titres du site d’information, C P I, Centre Palestinien D’Information.

La police de Jénine détruit 120 voitures illégales.
La police de l’Autorité Palestinienne (AP) a détruit ce lundi 120 voitures qui circulent d’une manière illégale dans la circonscription de Jénine, au nord de la Cisjordanie.
.
Gelick: 3 000 colons juifs ont pris d’assaut la mosquée d’Al-Aqsa.
.
Plus de quatre mille Palestiniens ont quitté la bande de Gaza par le passage frontalier de Rafah avec l’Egypte, dans les 7 derniers jours, de l’ouverture exceptionnelle du passage.
.
Les forces d’occupation israéliennes ont forcé dimanche soir les commerçants du quartier de Bab Hutta, dans la Vieille Ville de Jérusalem, à fermer leurs magasins, en pratiquant la politique de punition collective infligée à la population Jérusalémite.
.
Des habitants menacent de fermer les bureaux de l’UNRWA à Hébron.
.
Hamas: on espère voir l’Egypte reprendre son rôle de soutien à la cause palestinienne.
Hamas, a présenté ses remerciements et sa reconnaissance aux autorités égyptiennes pour avoir ouvert le passage de Rafh le long de la semaine dernière.
.
Les forces armées d’occupation israélienne ont pris d’assaut ce matin lundi 24, la maison de la famille d’un martyr dans le village de Seir à l’est d’Hébron.
.
Trois Palestiniens arrêtés à Naplouse et Qalqilia.
.
Le village de Madma étouffé par la colonisation et une route déviatrice.
.
Des jeunes de Silwan expulsés après leur arrestation.
.
L’occupation envahit plusieurs villages à Naplouse et arrête deux jeunes.
Les forces armées d’occupation israéliennes ont mené une vaste campagne de raids dans plusieurs villages et villes dans le gouvernorat de Naplouse, y compris Beit Fourik, Kafr Qalil.
.
L’artillerie d’occupation israélienne a bombardé ce matin lundi 24, un point de surveillance de la résistance palestinienne dans la ville de Beit Hanoun au nord de la Bande de Gaza.
.
Des colons extrémistes ont pris d’assaut, le dimanche soir, la zone du Mont de Jowayhan, dans la ville de Beit Anoun, au nord d’Hébron, au sud de la Cisjordanie occupée.
.
Deer Jarir déclarée zone militaire fermée.
Les forces d’occupation israéliennes ont fermé aujourd’hui, les entrées du village de Deir Jarir, nord-est de Ramallah et déclarée une zone militaire fermée.
.

Retrouvez l’intégralité de tout ces articles sur http:// french pal info.com
.
Le Centre Palestinien D’Information, sur http://french.palinfo.com

Laisser un commentaire