MouslimRadio Programmes de diffusion sur MouslimRadio

Actuellement, en direct sur Loading ...


Flash info du 18 Rajab 1437.

Flash info du 18 Rajab 1437.

Ecouter le coran, des hadith, des conférences, des annonces divers, des anashids (sans musique), et bien d’autres choses, en direct sur :
www.MuslimRadio.info

******************************************************************


Coup de cœur : une ancienne esclave noire américaine sur les billets de 20 dollars.

C’est une grande première pour les États-Unis ! Pour la première fois, une femme noire américaine sera représentée sur les billets de banque de 20 dollars. Cela ne s’est jamais produit auparavant. La décision a été prise mercredi par le Trésor américain. Une décision que la population américaine attendait depuis un an. Ainsi, le suspense est enfin tombé : nous connaissons désormais l’identité de celle qui prendra la place d’un président sur les billets de 20 dollars.

Harriet Tubman, cette ancienne esclave et abolitionniste figurera donc au recto de ces billets. Elle remplacera Andrew Jackson qui est actuellement représenté sur le recto des billets de 20 dollars. Andrew Jackson est le 7ème président des États-Unis, connu pour ses positions esclavagistes et pour avoir commandé la déportation des Amérindiens.

C’est la première fois qu’une personnalité noire sera présente sur un billet de banque américain, qui plus est, une ancienne esclave. Cette nouveauté a fait le bonheur de bien des américains. Parmi eux, Hillary Clinton a confié : « Une femme, une meneuse et une combattante de la liberté ! Je ne peux imaginer meilleur choix pour le billet de 20 dollars qu’Harriet Tubman ». En effet, Harriet Tubman avait œuvré pour la liberté des noirs américains et s’était opposée à l’esclavagisme. Féministe, courageuse et engagée, elle représente une figure de liberté pour la communauté noire américaine. Après avoir été elle-même libérée, elle a participé à la lute pour le droit de vote des femmes et la libération de centaines d’esclaves en leur faisant passer la frontière canadienne.

Cela dit, comble de l’ironie : d’ici 2020, Harriet Tubman se retrouvera au recto du billet de 20 dollars alors qu’au verso figurera Andrew Jackson, le président esclavagiste qui se trouve actuellement au recto du billet. Curieuse cohabitation !

Clic pour voir la Source de l’article

**********


Algérie : le Front des Forces Socialistes tire la sonnette d’alarme !

Le Front des Forces Socialistes, s’élève depuis longtemps contre le pouvoir en place en Algérie et veut proposer une autre façon de diriger le pays. Aujourd’hui, le parti tire la sonnette d’alarme face à plusieurs phénomènes qui tirent l’Algérie vers le bas comme la corruption, les volontés séparatistes de certains Kabyles et les crises financières et économiques.
Un pouvoir autiste et arrogant.

Mohamed Nebbou, premier secrétaire du parti dresse un constat alarmant et veut mettre en garde le peuple algérien, le pays va mal et ses dirigeants ne sont pas à l’écoute. Il a ainsi rappelé :

Cela fait des années que le Front des Forces Socialistes propose au pouvoir « d’ouvrir un processus de sortie de crise AVEC les Algériens », cela fait des années qu’il lui dit « n’ayez pas peur de votre peuple ! Allons vers la construction d’un consensus national qui redonne un nouveau souffle à cette Algérie meurtrie !».

Selon lui, les volontés séparatistes de certains Kabyles sont révélées et exacerbées par le pouvoir en place qui en niant les difficultés de son peuple, pousse les gens les uns contre les autres. Il indique que, pour lui, le séparatisme n’a pas d’avenir et que l’Algérie est gangrénée par la corruption, ce qui freine considérablement les possibilités de développement et de construction d’un avenir serein. Mohamed Nebbou va jusqu’à dire que « le temps est compté pour le pays » et qu’il est temps que chacun prenne ses responsabilités. Enfin, le message du Front des Forces Socialistes se conclut en rappelant que cette alerte n’est pas une menace mais une véritable volonté de faire avancer le pays par la voie de la discussion, de l’écoute et de l’échange.

La situation de l’Algérie est préoccupante et ce depuis des années, au regard des ressources qu’elle possède et de l’amour que son peuple lui porte, il y a matière à développer le pays et le faire prospérer. Encore faut-il que ce soit une volonté commune et qu’elle soit mise en oeuvre dans l’intérêt de tous.

Clic pour voir la Source de l’article

**********


Algérie : La chambre haute très en colère contre Manuel Valls.

Nous vous relations dans les colonnes de notre rédaction la polémique née d’une photo du président algérien, Abdelaziz Bouteflika publiée par le premier ministre français Manuel Valls.

En effet, de nombreux médias avaient jugé la photo dégradante car laissant apparaitre un président algérien hagard, les yeux dans le vide lors d’une réunion officielle. Par ailleurs, ils avaient accusé le premier ministre d’avoir volontairement publié ce cliché sur tweeter.

Plus de dix jours après cette incident, voilà une première réaction officielle algérienne qui vient d’être rendu publique.

La chambre haute du parlement a déclaré que la photo du chef de l’état a été « exploitée » et que cette exploitation constituait un « dérapage grave qui outrepasse les limites de la décence politique et les us diplomatiques ».

« La campagne orchestrée contre l’Algérie s’est une fois encore confirmée à travers le comportement répréhensible du Premier ministre français Manuel Valls après l’honneur qui lui a été fait d’être reçu par le président de la République, un dérapage grave dénotant une intention malveillante et procédant d’un penchant irréfléchi qui transgresse les règles d’éthique, les us diplomatiques et les limites de la décence politique ».

La chambre haute du parlement rappelle que la France n’en ait pas à sa première attaque contre le gouvernement algérien.

En effet, en début de mois, le journal Le Monde avait illustré un article sur le scandale des Panama papers avec la photo du président algérien.

Excédée par ces petites attaques successives, soutenue par le peuple algérien qui s’est senti blessé, l’Algérie s’affirme. L’incident (de trop ?) autour de cette photo vient certainement sonner le glas des relations entre la France et l’Algérie.

Clic pour voir la Source de l’article

**********


Algérie : la construction de la Mosquée d’Alger prend du retard.

Mystère autour de la livraison du projet de la Mosquée d’Alger.

En effet, au départ l’inauguration de la très grande mosquée d’Alger était prévue pour septembre 2015 mais finalement celle-ci a été remise à fin 2016.

Hélas, les spécialistes affirment qu’au vu de l’avancée des travaux, elle ne sera pas fini avant 2020.

Cette Mosquée classée 3e au classement des mosquées les grandes jamais construites sur terre est très attendu, surtout par les algérois mais crée la polémique non seulement par son retard mais aussi par son prix. Sa construction est estimée à 3 milliards au lieu du milliards prévu initialement. De quoi agacer les algérois …

Clic pour voir la Source de l’article

**********


Belgique : 90% d’élèves musulmans considèrent les terroristes comme des héros selon le président du PS de Schaerbeek.

La Belgique est actuellement en ébullition depuis que le Premier Ministre Jan Jambon a accusé les musulmans d’avoir dansé après les attentats.
Des accusations difficiles à entendre pour une communauté déjà stigmatisée mais qui va devoir faire face à de nouvelles déclarations islamophobes cette fois portée contre les enfants musulmans.

Selon Yves Goldstein, président de la section PS à Sherbeak et chef de cabinet du ministre-président Rudi Vervoort, « 90% des élèves, âgés de 17 ou 18 ans, considèrent les terroristes de Paris comme des héros« . Des propos extrêmement choquants qui auraient été tenus lors d’une table ronde internationale organisée le 20 mars dans le cadre du German Marshall Fund’s Brussels Forum 2016.

Lors du conseil communal de mercredi soir, le conseiller Abdallah Kanfaoui a demandé la condamnation des propos de Jan Jambon mais aussi d’Yves Goldstein. Une position qui a rapidement divisé le PS entre les défenseurs et les opposants du président de la section PS de la commune. Le principal concerné n’était pas présent lors des débats.

A la fin, la majorité a voté une motion pour dénoncer les propos du Ministre de l’intérieur après les attentats de Belgique tout en omettant ceux de Goldstein. Le PS est définitivement divisé sur la position à tenir suite aux déclarations stigmatisantes de son président à Sherbeak.

Clic pour voir la Source de l’article

**********


Gennevilliers : L’auteure de l’agression dément avoir frappé la fille parce qu’elle portait une jupe.

Depuis hier, les médias et politiques relayent une information selon laquelle une jeune femme aurait été frappée à Gennevilliers parce qu’elle portait une jupe. Une version remise en question par la partie adverse qui déclare n’avoir aucun problème avec la façon de s’habiller de sa victime.

Dans un interview accordé au journal Le courrier de l’Atlas, la personne auteure des coups contre une jeune femme à Genevilliers, déclare s’être battue pour une toute autre raison. Selon Ilhame, 19 ans, que l’on peut voir sur la vidéo publiée sur les réseaux sociaux, elle s’est disputée avec la jeune femme après une petite altercation verbale dans le tramway.

« Nous avons commencé à nous battre dans le tramway. La vidéo ne montre que la fin de la bagarre. Tout a commencé quand des jeunes garçons du quartier ont traité l’adolescente de « pute ». Mais, il n’y a eu aucun coup porté contre elle. Avec mes amis, nous sommes allés lui demander ce qu’il s’était passé et l’adolescente nous a dit de nous mêler de nos affaires. Le ton est monté et on a commencé à se battre. Une fois sorties du tramway, d’autres gens nous ont séparées. ».

La bagarre prend une toute autre tournure lorsque dans le Parisien, le journaliste déclare que la victime a été frappée parce qu’elle portait une jupe. Sous-entendant peut-être une certaine intolérance quant au choix vestimentaire de la jeune fille et en règle générale des habitants de la banlieue. La femme voilée qui sépare les deux camps sur la vidéo laisse place à tous les fantasmes islamophobes.

Cette affaire rappelle la bagarre qui avait éclaté dans un parc à Reims. Les médias et politiques s’étaient emparés de l’affaire, travestissant une simple dispute d’adolescentes en « police de la charia » qui interdit aux femmes de s’habiller ou se dénuder dans l’espace public. Rapidement, Islam&Info avait obtenu le témoignage d’une des protagonistes de la bagarre et avait pu fournir une toute autre version des faits, obligeant les médias à faire marche arrière.

Clic pour voir la Source de l’article

**********


La notion de « voile » dans le Coran, par Marie-Hélène Dassa, Psychologue et ergologue à la Direction Centrale des Soins de l’Assistance Publique de Marseille, chargée de la formation des infirmiers psychiatres.

Loin d’être un code juridique ou un traité du licite et de l’illicite, le Coran est avant tout une incitation à une nouvelle manière d’être au monde et de faire émerger le Divin dans sa propre existence.

Aborder la notion de voile dans le récit coranique doit s’inscrire dans cette idée que l’esprit et la lettre du texte sacré sont intimement liés pour faire sens et revivifier à chaque instant les actes de chaque croyant dans son orientation vers l’Unique, en puisant à sa source la plus intime, au plus profond de son cœur.

Loin d’être un code juridique ou un traité du licite et de l’illicite, le Coran est avant tout une incitation à une nouvelle manière d’être au monde et de faire émerger le Divin dans sa propre existence : « Dieu fait descendre le plus beau des messages : un Ecrit harmonieux en ses déploiements. Ils en ont la peau qui frissonne, ceux qui craignent leur Seigneur ! Mieux : elle s’attendrit ainsi que leur cœur au Rappel de Dieu. – Telle est la guidance venue de Dieu : Il en guide celui qu’Il veut ; celui qu’Il égare ne trouve pas de guide » (Coran 39, 23).

Ce qui est entendu comme « voile », dans la Révélation, recouvre plusieurs significations avec à chaque fois un mot approprié. Il y a tout d’abord ce que l’on nomme : jilbâb, khimâr ou thaûb, selon les versets et circonstances, et qui se rapportent à la tenue vestimentaire féminine. Il y a d’autre part la notion de hijab qui n’est pas un vêtement mais – et cela concerne aussi bien les hommes que les femmes – qui est en rapport avec le souci de préserver, de cacher et de voiler.

Les aspects vestimentaires.

Voyons d’abord ce qui se rapporte à la tenue vestimentaire de la femme :

« Ô Prophète ! Dis à tes épouses, à tes filles et aux femmes des croyants de se couvrir de leurs voiles (jalâbihinna), c’est pour elles le meilleur moyen de se faire connaître et de ne pas être offensées… » (Coran 33, 59).

Le mot « jilbâb » (plur. jalâbih) vient de la racine j-l-b qui signifie « tirer », et désigne un pardessus « tiré » sur la robe. Le port du voile, nous précise Jacques Berque dans son essai de traduction du Coran, distingue la femme libre (hurra) des femmes de conditions inférieures.

« Dis aux croyantes de baisser leurs regards, d’être chastes, de ne montrer que l’extérieur de leurs atours, de rabattre leurs voiles (khumur, sing. khimâr) sur leurs poitrines , de ne montrer leurs atours qu’à leur époux…Dis leur encore de ne pas frapper le sol de leurs pieds pour ne pas montrer leurs atours cachés. » (Coran 24, 31).

Le mot « khimâr » vient de la racine kh-m-r qui veut dire « couvrir » (de là aussikhamr, boisson alcoolisée qui couvre les sens et l’intelligence normaux de l’individu ivre). Ce verset instaure une nouvelle attitude de décence en public plutôt qu’il n’impose de voiler le visage des femmes.

« Il n’y a pas de faute à reprocher aux femmes qui ne peuvent plus avoir d’enfants et qui ne peuvent plus se marier, de déposer leurs voiles (thiyâb, sing. thaûb i.ehabit, vêtement), à condition de ne pas se montrer dans tous leurs atours ; mais il est préférable pour elles de s’en abstenir… » (Coran 24, 60).

Concernant ce vêtement proprement dit, il n’est donné aucune précision quant à la nature du tissu, son coloris, son genre, sa coupe, etc. Il est seulement indiqué la manière dont il doit être porté : rabattu, afin de ne pas montrer ni révéler les atours ou agréments féminins. Seule la décence, la réserve et finalement le vêtement de Crainte révérencielle de Dieu, qui seul donne la juste orientation et le discernement, est demandé. Ceci ne s’obtient pas par l’uniformisation du comportement et de l’habillement, car chaque situation sociale demande une réponse adaptée où le discernement, c’est à dire le respect d’autrui et non pas simplement notre simple identification, est la principale qualité.

L’islam ne se résume évidemment pas à une manière de s’habiller. On peut même dire qu’il n’y pas de tenue vestimentaire véritablement « islamique ». En effet, la tenue vestimentaire du Prophète ne se différenciait pas de celle d’un arabe ou d’un Mecquois vivant au VII e siècle. Par ailleurs, pour la non observation du port du voile, la Loi n’a pas prévu de sanction temporelle, car il s’agit là d’une question relevant de l’au-delà (contrairement au meurtre ou au vol).

Le voile comme symbole.

Un autre terme désignant le « voile » dans le récit coranique est traduit par le mothijâb et ne semble pas recouvrir l’idée de vêtement au sens de ce qui a été abordé précédemment. Le mot hijâb est devenu dans le langage courant un terme générique servant à désigner tout ce qu’une femme peut utiliser pour se couvrir la tête et/ou le visage, ce qui ajoute à la confusion. Il désigne en fait aussi bien ce qui couvre, ce qui cache, que ce qui sépare, ce qui fait écran. Ce terme apparaît dans six versets :

« David dit : j’ai préféré l’amour de ces nobles cavales au souvenir de mon Seigneur ; jusqu’à ce que ces chevaux aient disparu derrière le voile. Il dit alors : « Ramenez- les moi ». Et il se mit à leur trancher les jarrets et le cou. » (Coran 38, 32-33).

Le rôle du voile désignant l’occultation quant aux affaires du monde et aux plaisirs terrestres est ici essentiel. Cette occultation permet en définitive de quitter l’illusion d’un monde qui serait une fin en lui-même et qui contiendrait lui-même sa propre vérité.

« Un voile épais est placé entre le Paradis et la Géhenne… », (Coran 7, 46). Ici, le voile ne permet pas aux habitants respectifs de l’un ou l’autre site de communiquer ni d’échanger entre eux.

« Mentionne Marie dans le Livre. Elle quitta sa famille et se retira en un lieu vers l’Orient. Elle plaça un voile entre elle et les siens. Nous lui avons envoyé notre Esprit : il se présenta devant elle sous la forme d’un homme parfait. » (Coran 19, 16-17). Une fois encore, il apparaît que l’orientation vers Dieu nécessite une forme de rupture, symbolisée ici par le voile, avec certains aspects du monde terrestre qui peuvent être source d’égarement.

« Quand tu lis le Coran, Nous plaçons un voile épais entre toi et ceux qui ne croient pas à la vie future. » (Coran 17, 45).

« Il n’a pas été donné à un mortel que Dieu lui parle, si ce n’est par inspiration ou de derrière un voile, ou bien encore en lui envoyant un Messager à qui est révélé, avec Sa permission, ce qu’il veut…. » (Coran 42, 51). Il faut préciser ici que ce « voile » est celui qui recouvre notre état terrestre en permanence. C’est-à-dire que nous croyons faire les choses par nous-mêmes, alors que c’est Dieu qui agit par nous. Et à cet égard, se sentir responsable de ses actes, c’est déjà une façon de faire vivre Dieu en nous.

« Quand vous demandez quelque chose aux épouses du Prophète, faites le de derrière un voile, ce sera plus pur pour vos cœurs et pour leurs cœurs. Vous ne devez pas offenser le Prophète de Dieu, ni jamais vous marier avec ses anciennes épouses ; ce serait de votre part une énormité devant Dieu. » (Coran 33, 53).

D’après les 6 occurrences que nous venons de citer, il apparaît que le rôle du « voile » ou hijab est double puisque à la fois il sépare et lie deux ordres de réalités. Donc, il nous sépare des tentations de ce monde en nous permettant de nous tourner vers Dieu et nous rappelle également notre statut de créature.

C’est dans le cadre de la réalisation spirituelle au sein de la voie soufie que cette thématique est la plus développée. La notion de « voile » est alors tout ce qui détourne, sépare, protège l’homme de la vision de son Créateur : « Alors le voile sera ôté et ils verront leur Seigneur. Dieu ne leur a rien donné de meilleur et de plus réjouissant que de Le regarder » ; « Dieu possède soixante-dix voiles de lumière, et s’il découvrait Sa Face, la gloire de sa Face brûlerait à coup sûr ce qui atteindrait Son regard. » (hadîth).

Dans cette optique le concept de « limitation » est traduit par le terme « voile » (hijâb), c’est à dire ce qui cache à l’homme l’aspect véritable des choses. Etre au monde est en soi imperfection, voile, péché, en raison du caractère nécessairement limité de l’individu, mais surtout en tant qu’affirmation de l’existence d’un être indépendant de Dieu. « Le bas monde est une prison pour le croyant et un paradis pour le mécréant » (hadîth), c’est dire que le désir insatiable du prisonnier, c’est de sortir de sa prison, nous dit Al Hakim Tirmidhî.

Ainsi, tout le « travail » spirituel s’effectue à travers un « combat » intérieur qui vise la levée des voiles (kashf) en se détournant de tout ce qui n’est pas Dieu. Ce combat consiste en « l’effacement des qualités humaines et la neutralisation des puissances corporelles […] puis dans l’orientation de l’homme vers le Réel […] pour que le voile s’écarte et qu’apparaissent les secrets des mondes et des sciences ». C’est la vision claire, « une image vraie […] un surcroît d’évidence et de retrait du voile dans la connaissance telle qu’elle se réalise ici bas ».

En définitive, il n’y a pas d’autre Réalité que Dieu (Lâ ilâha illa Llâh), et rien n’est plus proche de nous que Dieu (Coran 50, 16). Ainsi, le voile lui-même devient une illusion : « Ce qui te voile de Dieu n’est pas l’existence d’une entité qui partagerait l’être avec Lui – ceci est impossible – mais simplement ton illusion qu’il existe autre chose que Lui. ».

Clic pour voir la Source de l’article

**********


Chalghoumi récompensé pour son « courage » en Californie par le Centre juif Simon Wiesenthal.

Quand une escroquerie à la française s’exporte sous le soleil aveuglant de Beverly Hills, et pire encore, est mise à l’honneur pour sa fameuse « promotion du dialogue inter-religieux » (ce grossier subterfuge qui, ô surprise, n’a jamais leurré personne au sein de la communauté musulmane hexagonale !), cela donne la nouvelle mascarade d’une soirée de remise des prix tout en strass et paillettes qui a distingué, lundi 18 avril 2016, dans les somptueux salons d’un palace californien, l’imam le plus désavoué par sa base, mais multi-primé grâce au fabuleux coup de pouce du CRIF : Hassen Chalghoumi.

Du prix Léon Blum, ou prix spécial du CRIF et de l’organisation B’nai B’rith dont le soutien à l’Etat d’Israël est pleinement revendiqué, qui lui fut décerné à Grenoble, en janvier dernier, à la consternation des musulmans d’Isère et des membres d’Isère Palestine qui dénoncèrent « une imposture », à cette ovation par un auditoire trié sur le volet et très partisan, lors du dîner de gala du Centre Simon Wiesenthal, décrit par le journal The Hollywood Reporter comme « le principal rassemblement de la communauté juive de Los Angeles », que de chemin parcouru sur la vaste scène de l’hypocrisie par le plus servile des larbins et pantins du CRIF !

L’inimitable charabia Chalghoumiesque, après avoir écorché la langue de Molière, va donc mettre à rude épreuve la langue de Shakespeare et heurter d’autres oreilles… Cette perspective, plutôt jubilatoire, prêterait à sourire et à rire si cette mauvaise farce, qui a désormais traversé l’Atlantique pour élargir son public, ne dissimulait pas de bien ténébreux desseins islamophobes…

Clic pour voir la Source de l’article

####################################
####### Aujourd’hui en Palestine #######
####################################

Aujourd’hui en Palestine, Voici les principaux titres du site d’information C P I, Centre Palestinien D’Information.

Libération de la plus petite prisonnière palestinienne au monde.

Les autorités d’occupation sionistes, ont libéré, dimanche après-midi, l’enfant captive, Dima al-Wawi, 12 ans, de la ville de Halhoul, au nord d’Hébron.
.
Augmentation du nombre des mineurs palestiniens dans les prisons de l’occupation israelienne .
.
La marine sioniste arrête des pêcheurs palestiniens dans la mer du nord de Gaza.
.
La mosquée Al-Aqsa sous tension après les rituels talmudiques des colons.
.
L’Égypte appelée à ouvrir le passage de Rafah .
.
Arrestation de plusieurs jeunes à Jérusalem et en Cisjordanie.
.
Des dizaines de blessés dans la marche de Kafr Qadoum à Qalqilia.
.
Le prisonnier Ganazera en grève de la faim depuis 53 jours.
.
Al-Khatib: Netanyahu à la tête d’un lobby extrémiste pour judaïser la mosquée al-Aqsa .
.
Haniyeh présente ses condoléances à la famille du martyr Abou Sourour.
.

Retrouvez l’intégralité de tout ces articles sur http:// french pal info.com
.
Le Centre Palestinien D’Information, sur http://french.palinfo.com

Laisser un commentaire