MouslimRadio Programmes de diffusion sur MouslimRadio

Actuellement, en direct sur Loading ...


Flash info pour le 7 Shawwal 1439.

Flash info pour le 7 Shawwal 1439.

Pour écouter MouslimRadio partout ou vous voulez, télécharger l’application Tunein sur www.tunein.com, disponible pour tout les types de téléphone, tablette et même les pc. Android, iPhone, Windows phone, etc… Tapez MouslimRadio dans la barre de recherche Tunein et hop, vous nous écouter, inch Allah… Les liens sont aussi visible sur notre site, www.mouslimradio.info.

AJIB.FRkatibin.frjournaldumusulman.frislametinfo.fr
saphirnews.comoumma.comdesdomesetdesminarets.frC P I, Centre Palestinien D'Information
www.mizane.infowww.agencemediapalestine.frhttp://www.tribunelecteurs.com/https://lemuslimpost.com/

Sur Ajib.fr, voici les titres.

L’historienne Samira Benturki Saidi est formelle, les Musulmans ont découvert l’Amérique avant Christophe Colomb.
Nos livres d’histoire regorgent de détails sur la soi-disant découverte de l’Amérique par Christophe Colomb..
Mais la réalité ne correspond pas tout-à-fait à ces faits qualifiés d’ « historiques » et qui étaient jusqu’à peu nos seules références.
Après plus de 20 ans de recherches, l’historienne Samira Benturki Saidi auteure du livre l’identité arabo-islamique de peuples et tribus Indiennes d’Amérique, nous révèle un autre aspect du sujet.
Les navigateurs arabes et africains possédaient des connaissances bien supérieures à celles des occidentaux dans le domaine maritime et ce avant et après l’avènement de l’Islam.
« Des siècles avant Christophe Colomb, ils sillonnaient les mers et les océans, et peuplèrent le continent américain, où la religion musulmane était pratiquée par certaines tribus amérindiennes . »
Que ce soit la médecine, la géographie ou l’astronomie, les Musulmans ont prouvé à travers les siècles qu’ils pouvaient briller dans bien des domaines. Leur nette supériorité dans ces domaines, leur a notamment permis de fouler du pied le territoire Américain bien avant l’arrivée des Conquistadores.
Christophe Colomb fait donc partie des leurres jalousement entretenus par l’Histoire.
Colomb s’est d’ailleurs basé sur des cartes établies par les andalous musulmans pour naviguer jusqu’aux Amériques.
Le témoignage de Mahir Abdal-Razzaaq El, un indien américain cherokee surnommé Eagle Sun Walker lève le voile sur le mystère.
Il indique qu’il y a des centaines d’années, les premiers voyageurs musulmans se sont installés en Amérique et ont fini par se mélanger à la population. Depuis, des générations d’amérindiens musulmans sont nées.
Les traces de ces pionniers de l’époque islamique amérindienne se trouvent dans les Archives nationales de l’Etat de Caroline du Sud ainsi que dans la Bibliothèque du Congrès.
reportage a voir sur ajib.fr.
Qatar: Aéroport Hamad le meilleur aéroport au monde.
La plateforme AirHelp a publié son classement des meilleurs aéroports au monde. Et cette année c’est l’aéroport international Hamad de Doha, la capitale du Qatar qui remporte haut la main la première place du classement avec une note de 8.77 sur 10.
La Grèce remporte la seconde place avec une note de 8.69, suivi de près par l’aéroport international Haneda de Tokyo avec 8.63, puis Cologne (8.61).
Exit l’aéroport de Singapour relégué à la cinquième place.
Les critères retenus par la plateforme pour établir ce classement sont la ponctualité, la qualité du service et la « perception sur les réseaux sociaux ».
Spécialisée dans l’aide à l’indemnisation des passagers, victimes de vols retardés ou annulés, AirHelp puisent ses informations à la source auprès des voyageurs.
Et la France dans tout ça ? Reléguée à la 85e place, l’aéroport de Bâle-Mulhouse est le premier aéroport du classement français avec tout de même une note honorable de 7.41 sur 10.
Par contre les aéroports de Toulouse, Roissy-Charles de Gaulle, Bordeaux, Orly et Lyon terminent se classent respectivement à la 94e, la 128e, la 133e et la 139e sur
les 141 aéroports sélectionnés.
Selon Hayat Boufeldja d’AirHelp, « C’est une belle position pour les aéroports », a t-elle déclaré au Figaro avant toutefois de relativiser : « Cependant, il est vrai que le classement constitue un signal d’alarme, et montre que les passagers ne sont pas satisfaits ».
Si les aéroports français ont du mal à rivaliser avec la concurrence c’est surtout à cause du manque d’information et l’absence de prise en charge en cas d’annulation analyse la Country Manager France. Sans compter les grèves à répétition des contrôleurs aériens et du personnel navigant et au sol.
Concernant le traditionnel classement des compagnies aériennes, c’est une fois de plus le Qatar qui arrive en tête des 72 compagnies étudiées. Grâce à une qualité de service irréprochable, Qatar Aiways caracole en tête du classement avec une note de 9.08 sur 10 et passe ainsi de la troisième l’année dernière à la première place en 2018.
La seconde place revient à la compagnie allemande Lufthansa, puis Etihad Airways et Singapour Airlines.
La première compagnie française du classement, Transavia se situe à la vingtième place avec une note de 7.88.
Une performance mitigée due à la « ponctualité et aux récentes grèves » a déclaré Hayat Boufeldja.
Le ministère Saoudien de Hajj indique que les Qataris sont les bienvenus pour la Omra.
Les démêlés entre l’Arabie Saoudite et le Qatar n’auront pas raison du rituel de l’Umrah durant le mois de Ramadan.
Les tensions entre les deux pays ne serviront pas de prétextes pour empêcher les Qataris de visiter le Royaume et effectuer leur Umrah. En effet, le ministère de Hajj et Umrah Saoudien a déclaré lundi que les pèlerins Qataris au même titre que les musulmans du monde entier pourront venir accomplir leurs rituels en toute sécurité.
Il a tout de même émis une condition, les citoyens et les résidents du Qatar pourront débarquer à l’aéroport international King Abdulaziz de Djeddah via toutes les compagnies aériennes à l’exception de Qatar Airways.
L’Arabie Saoudite et le Qatar ont rompu leurs relations diplomatiques et économiques depuis juin 2017.
Chaque année ce sont plusieurs millions de musulmans venant de tous les pays du monde qui convergent vers les lieux saints. Le ministère saoudien assure que les rituels de la Omra se font « dans la facilité, le confort, la tranquillité et la sécurité ».
« Sur les directives du Conservateur des Deux Saintes Mosquées le Roi Salman bin Abdulaziz Al Saud et Son Altesse Royale le Prince Mohammed bin Salman bin Abdulaziz, Prince héritier, Vice Président du Conseil des Ministres et Ministre de la Défense, le gouvernement du Royaume de L’Arabie saoudite a exploité tous les potentiels et capacités, en plus de toutes les ressources humaines qualifiées pour le service de tous les artistes de la Omra lors de leur séjour dans le Royaume », a indiqué le ministère dans un communiqué à la SPA, l’agence de presse saoudienne officielle .
Concernant les modalités, le ministère a signalé : « En ce qui concerne les expatriés au Qatar qui veulent effectuer des rituels Umrah, ils peuvent enregistrer leurs données sur le site Web du ministère et conclure des procédures de passation de marchés électroniques avec les sociétés saoudiennes autorisées pour sélectionner le paquet de services »
Il a en outre rappelé qu’en dehors de la sécurité des pèlerins qui fait partie de ses objectifs principaux, le bon déroulement du pèlerinage de la ‘Omra et du Hajj en fournissant « tous les services et installations » incarnent pour le gouvernement saoudien « le rôle principal du Royaume ».

Sur saphirnews.com, voici les titres.

Pourquoi la France gèle les comptes de Hani Ramadan ?
Dans le cadre de la lutte contre le financement du terrorisme, le gouvernement français, par le biais du ministère de l’Intérieur et du ministère de l’Économie, a émis 17 arrêtés dans le Journal officiel en date du dimanche 17 juin. L’un des arrêtés porte sur le gel des avoirs en France de l’islamologue suisse Hani Ramadan, le frère aîné de Tariq Ramadan, pour une durée de six mois.
Le ministère de l’Intérieur a décrit Hani Ramadan comme un individu ayant « dans le passé adopté un comportement et tenu des propos faisant peser une menace grave sur l’ordre public sur le sol français », rapporte Lyon Capitale.
Cette description a rendu possible la référence à l’article du Code monétaire pour le gel de ses avoirs pendant six mois, car il correspond, selon le gouvernement, aux « personnes physiques ou morales, ou toute autre entité qui commettent, tentent de commettre, facilitent ou financent des actes de terrorisme, y incitent ou y participent ».
Au même titre que les 16 autres ressortissants étrangers qui ont connu le même sort, Hani Ramadan peut s’opposer à cette décision dans les deux mois suivant la publication des décrets.
Une décision « ridicule » selon Hani Ramadan.
« Décidément, les procédures qui visent à limiter la liberté d’expression et d’action en France s’enfoncent dans le ridicule », a-t-il réagi sur son blog dans la soirée du mardi 19 juin. « Seul problème : je ne dispose d’aucun bien personnel en France, ni même d’aucune trace d’un quelconque compte bancaire gaulois ! », a-t-il précisé, avant de qualifier la décision de « parfaitement inutile » et d’insinuer que la mesure « relève d’un affichage politique ».
Hani Ramadan a déjà été expulsé de la France vers la Suisse en avril 2017, après avoir été sujet d’une interdiction administrative.
Bien connu pour ses discours antisionistes, Hani Ramadan n’a pas manqué d’ajouter que c’est « Benjamin Netanyahu qui devrait être interdit de séjour en France, et ce sont les comptes de l’État d’Israël qui devraient être bloqués, jusqu’à ce que ce pays se trouve dans l’obligation de respecter les Conventions de Genève et le droit international ».
Philippe Tesson relaxé pour ses propos anti-musulmans post-attentats .
Le tribunal correctionnel de Paris s’est prononcé, mardi 19 juin, sur l’affaire qui oppose le journaliste et chroniqueur Philippe Tesson au Mouvement contre le racisme et l’amitié entre les peuples (MRAP).
Celui-ci a poursuivi en justice le chroniqueur en raison de ses propos lors d’un débat télévisé affirmant que les musulmans « amènent la merde ». La justice française a réduit ce propos à une simple « indignation » de la part du journaliste qui a été alors relaxé.
Pour le tribunal correctionnel de Paris, le contexte de l’époque justifie ces paroles qui, pourtant, « ont légitimement pu être perçues, par les membres de la communauté musulmane, comme stigmatisants ou offensants ».
Le débat a eu lieu le 13 janvier 2015 sur Europe 1 après la minute de silence organisée dans les établissements scolaires en France. Quelques jours après les attentats de Paris, les sujets entourant les musulmans demeuraient un « sujet brûlant d’actualité », a reconnu le tribunal. C’est dans ce contexte que Philippe Tesson a affirmé : « D’où vient le problème de l’atteinte à la laïcité, sinon des musulmans ? On le dit, ça ? Ben moi je le dis ». Et de continuer : « C’est pas les musulmans qui amènent la merde en France aujourd’hui ? Il faut le dire, quoi ! »
Quelques jours plus tard, ce chroniqueur s’est plus ou moins excusé en reconnaissant un « dérapage » dans ses paroles, mais a estimé que « sur le fond », il n’avait « pas complètement tort ».
Le tribunal a estimé, dans son jugement consulté par l’AFP, que la « virulence des termes employés par Philippe Tesson » témoignait juste du « caractère éminemment polémique » du sujet et qu’il exprimait son « indignation à l’égard du comportement extrémiste ou contraire aux principes républicains de certains d’entre eux ».
Un géant japonais de la bière accusé de complicité dans les massacres de Rohingyas .
Amnesty International soupçonne la multinationale japonais Kirin d’avoir financé, à travers l’une de ses filiales Myanmar Brewery, la campagne de nettoyage ethnique contre les Rohingyas en 2017.
Pour cette organisation internationale, les dons fournis par la firme sont « plus que douteux ».
Pour appuyer cette accusation, Amnesty International a avancé trois faits dans un communiqué daté du 14 juin. Elle indique que « la brasserie japonaise a reconnu que sa filiale avait fait trois dons au moment des récentes violences qui ont secoué l’État d’Arakan ». Ces trois dons séparés ont été attribués entre le 1er septembre et le 3 octobre 2017 et sont estimés à environ 25 000 euros.
C’est « un officier de l’armée (qui) a été filmé en train de recevoir les dons qui, selon lui, étaient destinés aux forces de sécurité ». Il s’agit du général Min Aung Hlaing qui a affirmé, selon Amnesty International, que la somme est destinée « aux membres des forces de sécurité et au personnel du service d’État » œuvrant dans l’État d’Arakan, là où les massacres ont fait rage. Selon cette organisation internationale, pas moins de 5 000 euros ont été alloués à l’armée de cet État.
Enfin, « Kirin reconnaît qu’elle ignore à quoi ont servi ces dons ». Le porte-parole du groupe Kirin a, en effet, indiqué que l’argent n’a pas été « suffisamment suivi », en ajoutant que toute aide financière sera suspendue jusqu’à ce que les résultats de l’enquête soient prononcés.
« Des financements meurtriers » selon Amnesty International.
Pour Amnesty International, les dons ont été attribués au moment où la persécution de la minorité ethnique du Rohingyas faisait rage. Le 11 septembre 2017, les Nations unies ont dénoncé un « exemple classique du nettoyage ethnique » quand Amnesty International a parlé de « crimes contre l’humanité ».
Amnesty International a rappelé les responsabilités des entreprises à « respecter les droits humains » et de mettre en application i]« le devoir de vigilance »]i aux termes des Principes directeurs des Nations Unies. Bien que Kirin a adopté une nouvelle politique humanitaire en début de l’année 2018, « c’est à la fois trop peu et trop tard » estimé l’ONG, car « les dégâts éventuels ont déjà eu lieu ». Aujourd’hui, ils sont plus de 700 000 Rohingyas à s’entasser dans des camp de réfugiés au Bangladesh, subissant encore les conséquences des actes de barbarie à imputer à l’armée birmane.
Inde : quand de jeunes musulmans aident un hindou à enterrer sa sœur .
Dans un contexte où le discours de certains politiciens indiens cherche à diviser la communauté hindoue et musulmane dans le pays, des citoyens envoient des messages de paix et d’union à travers des actions d’entraide et de solidarité qui défient les discours haineux et discriminatoires.
Saluée par beaucoup d’internautes, l’action de ces cinq hommes musulmans qui ont aidé un hindou à enterrer sa sœur démontre qu’au-delà de la politique, il existe une volonté de cohésion de ces deux communautés.
Un geste d’entraide fort.
Quand sa famille a tourné le dos à cet hindou, l’aide est venue de là où il ne s’attendait pas. Selon GulfNews, Bhavani, une hindoue de 52 ans a succombé à un arrêt cardiaque samedi 16 juin. N’étant pas mariée, c’est son frère, Krishna qui a recueilli sa dépouille et a demandé à sa famille et à ses connaissances de l’aider pour les rites funèbres.
« Jusqu’à samedi après-midi, la dépouille était restée à la maison de Krishna puisque personne n’est venu l’aider. C’est alors que Shaukath, Hamza, Nazeer, Riyaz et Farooq ont commencé à collecter des fonds et l’ont aidé à incinérer le corps », rapporte toujours GulfNews. Une aide improbable, mais fort bienvenue.
« La fraternité existe encore dans notre société et en voici un exemple. Autant les politiciens essaient de nous diviser, mais, par le cœur, on reste unis parce que nous sommes des êtres humains et non des politiciens avides qui font la distinction au nom de la religion uniquement pour leur fauteuil, leur pouvoir et une vie luxueuse. Les gens doivent comprendre que, si une émeute éclate, qui souffre ? Seulement des gens ordinaires et non des politiciens », écrit un des nombreux internautes sur Facebook.
Malgré le retentissement de leurs actions sur les réseaux sociaux, ces jeunes musulmans, héros d’une société unie dans la diversité, ont affirmé au Times Of India : « Nous n’avons pas fait ça pour la publicité. Nous sommes venus pour aider, sans tenir compte de l’ethnie ou de la religion de la défunte. Nous voulions envoyer un message que les morts ne devraient pas être privés des derniers rites ».
Inde : pour l’Aïd, des musulmans réparent les maisons de familles hindoues.
Alors que le rapport hindou-musulman reste tendu dans certaines régions de l’Inde, les musulmans du district de Murshidabat, dans le Bengale Occidentale, ont offert un bel exemple d’entraide et de générosité en réparant les maisons de familles hindoues à l’occasion de l’Aïd al-Fitr, célébré en Inde samedi 16 juin.
C’est un fait qui devra renforcer la coexistence hindou-musulman dans le district de Murshidabat. Après un incendie accidentel qui a ravagé les maisons de six familles hindoues, rendant sans abris près de 26 personnes, le secrétaire du comité local d’Idgah a demandé aux musulmans, pour les prières de l’Aïd, de faire preuve de générosité envers ces familles obligées de vivre dans des tentes.
« J’étais dans une épicerie près de chez moi avec ma fille de 9 ans quand le feu a commencé. À mon retour, j’ai trouvé ma maison en flamme. J’ai alerté les autres villageois et personne n’a été blessé », a raconté une des victimes à The New Indian Express après l’incendie déclaré jeudi 14 juin.
L’élan de générosité dont les musulmans ont fait preuve pendant l’Aïd al-Fitr renforcera le lien d’amitié qui réunit ses deux communautés dans ce district. Ce sont en effet 49 000 roupies (622 €) qui ont pu être collectées auprès d’environ 3 000 musulmans. Les travaux de reconstruction devraient commencer bientôt.

Sur oumma.com, voici les titres.

Algérie : Un entrepreneur chinois provoque l’embarras d’un ministre algérien, en répondant en arabe à son recadrage en anglais….
Nul doute que Mohamed Hattab, le ministre algérien de la Jeunesse et des Sports, gardera un souvenir plus cuisant qu’impérissable de sa rencontre très médiatisée avec un entrepreneur chinois, dont il ignorait les talents linguistiques cachés…
Cachés au point d’être totalement méconnus de ses proches conseillers, lesquels auraient été bien inspirés de se pencher, en amont, sur le parcours de cet arabisant insoupçonné venu de Pékin.
Devant les objectifs des caméras qui n’en ont pas perdu une miette, la scène de ce qui devait être un rappel à l’ordre officiel adressé par l’Algérie au chef d’entreprise chinois, maître d’œuvre du projet du stade Baraki, afin de le presser de respecter les délais imposés par le cahier des charges et de combler son retard, a tourné au gag, mais au détriment de Mohammed Hattab.
Ou comment faire rire à ses propres dépens, quand, après avoir bredouillé quelques phrases en anglais pour recadrer son interlocuteur chinois demeuré impassible, le ministre algérien a dû ressentir un grand moment de solitude en l’entendant lui répondre en arabe… et pas de manière approximative !
Ce responsable chinois d’un grand chantier situé au sud-est d’Alger peut se targuer d’avoir surpris son monde et, par là-même, d’avoir volé la vedette au ministre algérien venu, pour ainsi dire, lui remonter les bretelles.
reportage a voir sur oumma.com.
France : La mairie de Cannes condamnée à rembourser la vacancière verbalisée pour port de burkini en 2016.
Encore dans toutes les mémoires, la chasse aux sorcières anti-burkini, liberticide jusqu’à l’absurde, qui a embrasé les heures chaudes de l’été 2016 et causé de violents remous sur le littoral français, revient sous les feux de l’actualité brûlante, mais en se retournant, cette fois-ci, contre l’un de ses artisans les plus fiévreux : le maire LR de Cannes, David Lisnard.
Près de deux ans après avoir enfourché son fougueux destrier, à l’instar d’autres édiles de la Côte d’Azur et d’ailleurs, pour livrer une croisade estivale peu glorieuse contre des baigneuses dont le seul tort étaient d’être un peu trop couvertes à ses yeux, celui-ci vient d’être désavoué une nouvelle fois par la justice.
En effet, son arrêté anti-burkini avait eu beau se parer des atours de la légalité, il s’était heurté au veto du Conseil d’Etat, la plus haute juridiction administrative française, et au mur de l’anti-constitutionnalité. Le Conseil d’Etat finit par sonner le glas de cette traque sur le sable fin ou sur les galets, aussi frénétique qu’ubuesque, en appelant les maires emportés par la déraison islamophobe au respect des libertés fondamentales.
Des libertés qui furent bien mises à mal au cours d’un été incendiaire, de même que le blason du pays des droits de l’homme qui s’en est trouvé un peu plus terni par-delà les frontières…
Un nouveau camouflet cuisant a donc été infligé, mardi, à David Lisnard par le tribunal administratif de Nice, qui a condamné sa municipalité à rembourser l’amende de 11 euros qui avait sanctionné abusivement une jeune mère de famille prénommée Siam, le 16 août 2016, et gâché ses vacances sur les plages cannoises.
« La requérante est (…) fondée à demander le paiement du préjudice correspondant à l’amende d’un montant de 11 euros qui lui a été infligée en application d’un arrêté illégal », indique l’ordonnance du juge administratif, saisi par cette jeune femme musulmane originaire de la région toulousaine, qui a toutes les raisons de se réjouir de sa belle victoire judiciaire.
« C’est une décision de principe qui montre qu’on est déterminés à aller jusqu’au bout même pour une amende de 11 euros », s’est félicité Me Sefen Guez Guez, son avocat. La demande de 1000 euros d’indemnisation, au titre du préjudice moral résultant de l’humiliation subie au moment où les agents cannois ont dressé le PV, a en revanche été rejetée.
Pourtant, l’humiliation ressentie par cette trentenaire, revêtue alors d’un voile léger et chatoyant, qui était impatiente de profiter des joies de la baignade en famille, accompagnée de ses deux enfants, a laissé de profondes traces en elle, de celles qui sont invisibles mais souvent indélébiles.
Le ton autoritaire employé par les policiers municipaux pour lui ordonner de quitter les lieux comme une malpropre, sous peine d’être verbalisée, résonne encore dans sa tête, tandis qu’elle reste hantée par le souvenir de l’attroupement qui s’était formé autour d’elle, comme si elle était une bête curieuse ou, pire encore, une criminelle ayant commis un terrible forfait.
« Sur le PV, les agents avaient cité l’arrêté interdisant l’accès à la plage à “toute personne n’ayant pas une tenue correcte respectueuse des bonnes mœurs et de la laïcité” », précise Me Guez Guez, renchérissant : « C’était une expérience assez traumatisante, surtout en public ».
Saisi par le Collectif contre l’islamophobie en France et la Ligue des droits de l’homme, le tribunal administratif niçois a par ailleurs annulé l’arrêté cannois. « En l’absence de risques de trouble à l’ordre public, l’arrêté du 28 juillet 2016, en interdisant les tenues manifestant de manière ostensible une appartenance religieuse lors de la baignade et sur les plages, a méconnu les libertés fondamentales que sont la liberté d’aller et venir et la liberté de conscience, d’où découle le principe de laïcité, garanties par la Constitution et la convention européenne des droits de l’homme et de sauvegarde des libertés fondamentales », a rappelé le juge dans une seconde ordonnance.
New York : 27% des femmes voilées affirment avoir été poussées sur une plateforme de métro, selon une étude.
Dans l’Amérique passée sous pavillon nationalisme blanc, les rapports sur la résurgence du racisme, son chapelet de discriminations et sa spirale de la violence se suivent et se ressemblent, dépeignant tous le même sombre tableau, y compris à New York, la mégapole multicolore par excellence.
Ainsi, la récente enquête réalisée par la Commission des droits de l’homme de la ville, auprès d’un panel représentatif de la diversité new-yorkaise, composé de 3 100 personnes arabo-musulmanes, sikhs, sud-asiatiques et juives, a non seulement mis en lumière les préjugés, le rejet et les agressions verbales et physiques qui empoisonnent leur quotidien, mais également les grandes réticences, voire la peur qui s’empare d’elles à l’idée d’aller porter plainte.
Il ressort en effet que la majorité des sondés (70% d’entre eux) craignent d’être traités avec mépris par les forces de l’ordre, relégués au statut peu enviable de citoyens de seconde zone, ce qui constituerait une humiliation d’autant plus insupportable qu’elle leur serait infligée par ceux qui sont censés les protéger. Autrement dit, la plupart des agressions à caractère raciste ne sont pas signalées, et encore moins consignées noir sur blanc.
Cette étude édifiante qui, à partir des témoignages recueillis, a été en mesure d’observer la hausse des actes racistes et leur sauvagerie de plus en plus désinhibée, au cours de la période allant de juillet 2016 à fin 2017, a notamment révélé que 27% des femmes musulmanes revêtues d’un hijab ont affirmé avoir été violemment poussées sur une plateforme de métro. Terrifiant !
Parmi elles, Souad Karima a relaté péniblement l’attaque d’une extrême brutalité dont elle a été victime dans un restaurant de Brooklyn l’année dernière. Une attaque qui l’a doublement traumatisée, à la fois par la jeunesse et la féminisation de ses agresseurs qui étaient, à sa grande stupeur, des adolescentes enragées qui l’ont battue en la traitant de « terroriste », et par l’indifférence glaçante des clients de l’établissement, alors qu’elle vacillait sous la pluie de coups.
« Les gens se tenaient là, me regardant en train d’être frappée à plusieurs reprises et insultée, elles hurlaient en me frappant, elles m’ont traitée de “terroriste” », a-t-elle raconté lors de la conférence de presse donnée par la Commission des droits de l’homme de New York. « Jamais, dans ma vie, je n’avais vu un tel degré de haine et d’agressivité, surtout de la part de femmes, qui plus est très jeunes », a-t-elle ajouté, la voix étranglée par l’émotion.
« Je suis fière d’être new-yorkaise et je tiens à exprimer ma reconnaissance à la Commission d’enquête de la ville pour son travail de terrain remarquable, qui a fait entendre nos voix », a-t-elle insisté, avant de s’exclamer : « Maintenant plus que jamais, il est essentiel que tout le monde à New York se lève contre le racisme et sa violence ! ».
« Personne à New York n’est autorisé à discriminer, harceler ou à agresser les autres, en raison de leur religion, de leurs origines, de leur couleur de peau ou de leur apparence extérieure », a martelé, quant à elle, Carmelyn P. Malalis, la présidente de la Commission.
« La Commission des droits de l’homme de New York prend très au sérieux les agressions de quelque nature que ce soit, qui sont motivées par des préjugés racistes et la détestation de l’altérité. Nous sommes déterminés à les combattre », a-t-elle averti avec solennité, en indiquant qu’une grande campagne de sensibilisation venait d’être lancée conjointement sur les réseaux sociaux américains et sur 15 médias ethniques.

####### Aujourd’hui en Palestine #######

Aujourd’hui en Palestine, Voici les principaux titres du site d’information, C P I, Centre Palestinien D’Information.

Netanyahu salue le retrait des Etats-Unis du Conseil des droits de l’homme
.
Les États-Unis se sont officiellement retirés du Conseil des droits de l’homme des Nations Unies pour ce qu’ils ont appelé les préjugés continus contre Israël et l’absence de réforme, tandis que le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a salué la décision.
.
Hamas: La résistance ne permettra pas à l’ennemi d’imposer de nouvelles équations
.
L’occupation israélienne démolit une maison palestinienne à Qalandiya
.
Un parti irlandais exige l’application des décrets du Parlement irlandais sur la Palestine
.
Raids en série et arrestations en Cisjordanie occupée
.
Des raids aériens sur des sites de la résistance à Gaza
.
16 incendies dans l’enveloppe de Gaza depuis mardi matin
.
Le passage de Rafah ouvert jusqu’à nouvel ordre
.
Des résistants tirent sur un camp militaire au nord de Ramallah
.
L’occupation pénètre dans des quartiers en Cisjordanie et à Jérusalem et arrête des citoyens
.
Un Palestinien blessé lors de la prise d’assaut du village Al Mazraa à Ramallah
.
Des dizaines de colons profanent la mosquée Al-Aqsa
.
Arrestation de 13 personnes en Cisjordanie et des milliers de shekels confisqués
.
Qaraqe: Israël réprime délibérément les prisonniers pendant l’Aïd
.
Le Waqef islamique condamne les provocations israéliennes à la mosquée al-Aqsa
.
Hébron: Les forces d’occupation obligent les citoyens à se déshabiller
.

Retrouvez l’intégralité de tout ces articles sur http:// french pal info.com
.


Le Centre Palestinien D'Information
LES TAGS
#flashinfo #journal #quotidien #information #presse #attentat #daesh #étatislamique #isis #tv #radio #article #islam #news #musulman #coran #sourate #croyance #islamophobie #ccif #islamophobe #cri #ldj #ldjm #gaza #palestine #ouighours #immigration #fn #israel #valls #hollande #terroriste #racisme #nazisme #Rohingyas #tartar #réfugier #migrant #hindoue #hindou #cpi #CentrePalestinienD’Information #sif #secoursislamique #mouslimradio #tunein #Hui #AmirTheVoice
flash info,journal,quotidien,information,presse,attentat,daesh,état islamique,isis,tv,radio,article,islam,news,musulman,coran,sourate,croyance,islamophobie,ccif,islamophobe,cri,ldj,ldjm,gaza,palestine,ouighours,immigration,israel,valls,hollande,terroriste,racisme,nazisme,Rohingyas,tartar,réfugier,migrant,hindoue,hindou,cpi,Centre Palestinien D’Information,sif,secours islamique,mouslimradio,Chams,tunein,life,ajib,katibin,oumma,saphirnews,mizane,jdm,journal du musulman,islam,info,Autorité Palestinienne,hamas,Hébron,Cisjordanie,Haaretz,Aquaboulevard,algérie,maroc,tunisie,maghreb,+972,Agence Media Palestine,Electronic Intifada,Ouïgours,Mintpress,MiddleEastEye,Newsweek,#AmirTheVoice

Laisser un commentaire