MouslimRadio Programmes de diffusion sur MouslimRadio

Actuellement, en direct sur Loading ...


Flash info du 4 Rabi al Thani 1439.

Flash info du 4 Rabi al Thani 1439.

Pour écouter MouslimRadio partout ou vous voulez, télécharger l’application Tunein sur www.tunein.com, disponible pour tout les types de téléphone, tablette et même les pc. Android, iPhone, Windows phone, etc… Tapez MouslimRadio dans la barre de recherche Tunein et hop, vous nous écouter, inch Allah… Les liens sont aussi visible sur notre site, www.mouslimradio.info.

AJIB.FRkatibin.frjournaldumusulman.frislametinfo.fr
saphirnews.comoumma.comdesdomesetdesminarets.frC P I, Centre Palestinien D'Information
www.mizane.infowww.actualiteislamiquedebelgique.comwww.agencemediapalestine.fr

Sur Ajib.fr, voici les titres.

Le chanteur algérien Cheb Khaled à la Mecque pour effectuer sa ‘Omra.
Pour la première fois de l’histoire saoudienne, des artistes étrangers se sont produits à Djeddah, deuxième ville d’Arabie saoudite dont la partie ancienne de la ville a été classée en 2014 Patrimoine mondial de l’UNESCO sous la dénomination « Ville historique de Djeddah, la Porte de la Mecque ».
Outre les stars mondiales du rap dont le rappeur Nelly, le chanteur de raï Khaled a animé avec d’autres chanteurs arabes plusieurs concerts qui se dérouleront tout au long du mois de décembre.
Des soirées destinées exclusivement aux hommes et aux jeunes garçons de plus de 12 ans. L’organisation de ces concerts a fait l’objet d’un débat sur les réseaux sociaux entre partisans et opposants, ce qui n’a pas empêché les responsables de prévoir un autre gala ouvert « exclusivement aux femmes ».
Cheb Khaled a profité de son séjour saoudien pour accomplir la Omra. Il a publié des photos de lui vêtu d’un ihram en compagnie d’un ami sur son compte Instagram.
Le Prophète Muhammad (sallAlahou ’alayhi wa salam) a dit : « les Pèlerins et ceux qui accomplissent la ’Umra sont les hôtes d’Allah : s’ils l’Invoquent, Il leur répond et s’ils implorent Son Pardon Il le leur accorde » [Rapporté par Ibn Mâjjah].
Allah exalté soit-Il dit : « Et accomplissez pour Allah le pèlerinage et la Omra ». (Coran : 2/196).
islam : Pleurer par crainte d’Allah soubhanou wa ta’ala.
Quel mérite avons-nous de pleurer par crainte d’Allah, soubhanou wa ta’ala ?
Rares sont ceux qui à notre époque arrivent encore à pleurer à l’invocation d’Allah soubhanou wa ta’ala, les cœurs ont durci car les péchés font désormais partie du quotidien.
Certaines personnes pleurent lorsqu’elles écoutent des versets du Coran ou des hadiths, mais nous sommes loin d’avoir tous atteint ce degré de piété.
Quelle en est la raison ? Pourquoi certaines personnes pleurent à l’invocation d’Allah soubhanou wa ta’ala et d’autres non ?
Concernant la première catégorie, les personnes se sont éloignées des turpitudes de ce monde et espèrent gagner la récompense de l’au-delà, la deuxième catégorie renferme les personnes dont les cœurs se sont éloignés des bonnes œuvres et leur négligence a pris le dessus.
Les uns leur foi s’est raffermie et leurs larmes ont coulé, les autres ont assisté passifs à la dégénérescence de la morale et leurs larmes se sont taries par dureté après avoir perdu les caractéristiques des gens pieux.
Allah (Glorifié et Exalté soit-Il) a dit : « Et ils tombent sur le menton, pleurant, et cela augmente leur humilité ». (Coran 17:109).
D’après Anas ibn Malik, le Messager d’Allah (sallAllahou ’alayhi wa salam) a dit : « Si vous saviez ce que je sais vous pleureriez beaucoup et vous ririez moins ». (Boukhari et Mouslim).
Abou Hourayra (qu’Allah l’agrée) rapporte que Le Messager d’Allah (sallAllahou ’alayhi wa salam) a dit : « L’homme qui pleure par crainte d’Allah n’ira pas en enfer. Son entrée y est autant impossible que le retour du lait dans la pie de la vache, une fois traite. La poussière du chemin d’Allah et la fumée de l’enfer ne pourront jamais se mélanger ». (Rapporté par Tirmidhi).
Abou Oumama, Soudai ben Ajlan Al-Bahili (qu’Allah l’agrée) rapporte que le Prophète (sallAllahou ’alayhi wa salam) a dit : « Rien n’est plus aimable à Allah exalté que deux “gouttes” et deux “traces” : une goutte de larme qui s’écoule de la crainte d’Allah, et une goutte de sang versée [en combattant] dans le chemin d’Allah ; Quand aux deux traces : une laissée après le combat dans le chemin d’Allah, et une autre dans l’accomplissement de l’un des rites prescrits par Allah exalté ». (Rapporté par Tirmidhi).
islam : Noël, une fête qui n’est pas la nôtre.
Les guirlandes et les pères-Noël inondent nos rues. Comme chaque année, de nombreuses familles musulmanes se posent des questions. Que faire chez nous ? Nos enfants risquent-ils de mal vivre cette période, alors que leurs camarades de classe vont afficher leur bonheur, défiler avec leurs cadeaux ? Et que faire lorsque les grands-parents célèbrent Noël et vous invitent pour déguster ce repas familiale ? Qu’apprendre à nos enfants, comment leur expliquer, leur inculquer le bon comportement ?
Les origines de Noël.
De nombreux sites vous l’expliqueront plus dans le détail. Pour être brefs, les évangiles n’ont jamais indiqué le jour de la naissance de Jésus (‘Issa, alayhi salam). Noël est lié au culte païen. Les légionnaires romains auraient importé cette fête, célébrant la naissance de la déesse Mitra, et le Solstice d’hiver (la journée la plus courte), et ce le 25 décembre. Ne parvenant pas à calmer l’engouement qu’auraient eu les gens pour cette fête païenne, l’église décida de contenter le peuple en laissant en place cette fête, mais en remplaçant Mitra par Jésus de Nazareth.
Quelques siècles plus tard, Saint Nicolas distribuait des cadeaux aux enfants la nuit du 5 au 6 décembre. Ceci a été popularisé au 19ème siècle par la presse écrite. Les dates furent décalées au 25 décembre, puis, en 1931, Coca Cola propulsa le Père Noël ROUGE, en le dessinant, le mettant en scène, et ce durant 35 ans ! Malgré l’opposition de l’église, le Père Noël ne fut plus détrôné jusqu’à ce jour, au grand dam du « petit jésus », dont la crèche a bien du mal à garder une place sous le sapin. Le sapin, les boules de Noël, les guirlandes, la bûche, chaque symbole a une histoire bien à lui. La bûche de Noël était à l’origine une bûche de bois allumée plusieurs jours, dont on surveillait les flammes pour prédire les moissons et les morts. Les boules étaient à l’origine des pommes, mais lors d’un hiver très rude, les pommes furent remplacées par des boules de verre… Pour conclure, cette fête de Noël n’a aucun fondement ni dans l’Islam, ni dans le christianisme, ni dans le judaïsme.
Mais même si cette fête ne tient pas ses bases dans la religion, cette fête est devenue importante depuis des siècles chez les chrétiens. Le 24 décembre, une messe est célébrée, le lendemain il est coutume de se retrouver en famille, et de s’offrir des cadeaux. Comment se situer, en tant que musulman ?
Grands-parents chrétiens ?
Il n’est pas évident, pour les parents convertis issus de famille chrétiennes, de rompre les traditions familiales. Nous sommes chacun à une étape de notre cheminement, l’important est de ne pas stagner, et de se remettre en question chaque jour. L’heure n’est pas au jugement. Certains jeunes convertis fêtent peut être encore les fêtes de fin d’année avec leur famille, d’autre évitent le réveillon et passent quelques heures avec leur proche le 25, certains appellent uniquement afin de souhaiter une joyeuse fête, afin de ne pas rompre les liens… Allah préfère les petits efforts, lorsqu’ils sont constants. Notre but en tant que croyant est de contenter Le Très Haut. Et de délaisser ce qui lui déplaît, ce qu’Il nous a interdit. Notre but est de nous rapprocher de la satisfaction du Très Miséricordieux, et d’agir en connaissance de cause. Nous devons réfléchir à nos situations, et à la manière dont nous pourrions faire évoluer ces situations à notre avantage, tout en respectant nos proches, qui eux n’ont pas changé. Voici ci dessous deux avis, tiré du site la maison de l’Islam. Ibn ul-Qayyim est d’avis qu’on ne peut ni assister ni souhaiter une joyeuse fête à nos proches, voisins et collègues.
Ibn ul-Qayyim écrit en susbtance : « Ce qui précède concerne le fait de les féliciter à propos de choses communes aux humains. En revanche, les féliciter à propos des symboles de leur religion est interdit à l’unanimité. Par exemple les féliciter pour leurs fêtes ou leur jeûne, et leur dire alors : « Joyeuse fête ! » etc. Si celui qui dit ceci ne tombe pas lui-même dans le kufr, il commet au moins un interdit. C’est comme si on félicitait ce non musulman pour sa prosternation devant la croix« (Ahkâmu ahl-idh-dhimma, pp. 205-206).
Al-Qardhâwî émet un avis plus nuancé, prenant en considération le contexte social, et donc, de fait, la condition des convertis.
Il écrit en substance : « Je sais que certains savants, comme Ibn Taymiyya dans son livre Iqtidhâ us-sirât al-mustaqîmi mukhâlafata as’hâb il-jahîm, ont été sévères à propos des fêtes des non-musulmans. Je suis moi aussi d’avis qu’un musulman ne doit pas célébrer une fête religieuse non-musulmane. Certains musulmans se sont mis à fêter Noël comme ils fêtent la Eid ul-fitr et la Eid ul-adh’hâ. (…) Or nous musulmans célébrons nos fêtes religieuses et eux célèbrent les leurs » (Fatâwâ mu’âssira tome 3 pp. 672-673).
Al-Qardhâwî poursuit : « Mais je ne vois pas de mal à ce que un musulman souhaite une bonne fête à un non-musulman lorsque tous deux sont parents, voisins ou collègues : ce sont des cas où les relations humaines nécessitent cela.« Et il souligne : « Leur souhaiter bonne fête ne revient pas à reconnaître vrai ce qu’ils font, ni à être d’accord avec leurs croyances ou leurs pratiques religieuses. Il ne s’agit que de paroles de courtoisie, relevant de bonnes relations humaines« (Fatâwâ mu’âssira tome 3 pp. 672-673).
Il explique d’autre part qu’aujourd’hui, pour une grande partie des occidentaux, Noël n’est plus vécu comme un phénomène religieux mais comme un phénomène traditionnel à l’occasion duquel ils se réunissent, se font des cadeaux et prennent ensemble un repas.
Il est important de se poser les bonnes questions maintenant, pas seulement pour nous, mais également pour nos enfants. Car si nous fêtons Noël, cela implique que nous adhérons à des principes qu’il sera dur de soustraire de l’esprit de nos enfants une fois adulte.
Comment l’expliquer à mes enfants ?
« (…) Il existe un jour de fête pour chaque peuple, et celui-ci (le jour de Ide oul Fitr) est le notre. » (Boukhâri). Cette phrase résume à peu près tout. Si en tant que parent nous sommes à la hauteur des attentes de nos enfants, si nous réussissons à combler leur besoin d’appartenance, à préserver leur nature primordiale (Fitrah), nous aurons accomplit le plus gros du travail.
L’Homme, dans sa nature primordiale, a besoin de faire la fête, d’être enjoué, joyeux, heureux. Il est naturel qu’un enfant ne fêtant pas comme il se doit les deux fêtes de l’Aïd envie ses camarades de classe lorsque les fêtes de fin d’année arrivent. Mais un enfant qui aura eu « le plein de fête » ne connaîtra qu’une frustration positive fasse aux enfants fêtant Noël, comme les enfants non musulmans peuvent ressentir une envie passagère lors de nos fêtes musulmanes d’ailleurs. L’être humain est une sorte de réservoir. Le plein d’amour, de sécurité, d’appartenance, de bonheur… et il peut avancer, sûr de lui et de ce qu’il est si Dieu le veut bien.
La différence entre nos fêtes est la médiatisation, les décorations communales, et les rayons des hyper et super débordant de cadeaux plus merveilleux les uns que les autres pour les enfants en fin d’année. Il est possible d’expliquer cela aux enfants, et ce dès le plus jeune âge afin qu’ils comprennent et intègrent non pas la société pour la singer, mais les faits pour participer à l’évolution de cette même société. Noël, c’est une grande fête en France, pour les chrétiens mais pas seulement. C’est une grande fête pour tous ceux qui ont besoin de faire partie d’un tout ne sachant plus ce qu’ils sont. Nous savons qui nous sommes. Et Dieu, dans sa grande Clémence, a offert deux fêtes aux musulmans, deux fêtes lors desquelles nous pouvons faire de grandes choses, cela ne tient qu’à nous.
Anas (radhia Allâhou anhou) rapporte que lorsque le Prophète Mouhammad (sallâllâhou alayhi wa sallam) arriva à Médine, il constata qu’il y avait deux jours durant lesquels les gens avaient l’habitude de faire la fête. Le Prophète Mouhammad (sallâllâhou alayhi wa sallam) demanda: « Que sont donc ces deux jours ? » Les gens dirent: « Nous avions l’habitude de les célébrer durant la période de l’Ignorance. » Le Prophète Mouhammad (sallâllâhou alayhi wa sallam) répliqua alors: « Allah vous a donné en échange deux jours bien meilleurs que ces deux là, le jour de Ide oul Adha et le jour de Ide oul Fitr. » (Aboû Dâoûd).
Cette année, réfléchissons à comment tendre vers le mieux. Comment nous pourrions nous réapproprier notre identité en cette fin d’année, tout en respectant nos amis, voisins et collègues non musulmans. Comment nous pourrions expliquer aux grands-parents chrétiens que ne pas célébrer Noël en leur compagnie ne remet en cause que vous, et que vous ne souhaitez plus attendre de telles occasions pour leur prouver votre amour, votre respect. Offrez leur un cadeau sans raison particulière, invitez les, selon les caractères de chacun… Faites un pas vers Allah il accourra vers vous ! SubhanALLAH !
L’importance d’avoir constamment de bonnes manières.manières.
Démontrer un sens inné des bonnes manières permet de faire valoriser l’éducation apportée par les parents. Le respect et la politesse sont des qualités indispensables pour évoluer dans l’espace public comme dans la sphère privée.
Maîtriser les bonnes manières est un acte nécessaire chez le musulman car il lui permet de préserver son intégrité.
Notre exemple le Messager Muhammad (sallAllahou ‘alayhi wa salam) s’appliquait dans ses rapports humains afin d’être le meilleur possible.
D’ailleurs, Allah soubhanou wa ta’ala dit à propos du Prophète (sallAllahou ‘alayhi wa salam).
« Et tu es certes, d’une moralité éminente. » (Coran, 68/4).
« C’est par quelque miséricorde de la part d’Allah que tu (Muḥammad) as été si doux envers eux! Mais si tu étais rude, au cœur dur, ils se seraient enfuis de ton entourage. Pardonne-leur donc, et implore pour eux le pardon (d’Allah). Et consulte-les à propos des affaires; puis une fois que tu t’es décidé, confie-toi donc à Allah, Allah aime, en vérité, ceux qui Lui font confiance. » (Coran, 3/159).
Notre infaillible Prophète (sallAllahou ‘alayhi wa salam) a également dit: « Rien ne pèse plus lourd lors de la Pesée des Œuvres (Mîzân) du musulman le Jour du Jugement que ses nobles manières. Certes Allah déteste celui qui est obscène et grossier. » (rapporté par At-Tirmidhî et Ibn Hibbân).
Ainsi, la véracité de notre foi se traduit par une sincérité de l’acte et d’un comportement irréprochable envers autrui.
L’homme doit tenter de se surpasser humainement, et cela, depuis le plus jeune âge.
Les nobles qualités et les bonnes manières sont l’essence de l’Islam car Allah soubhannou wa ta’ala dit:
« Ô vous qui avez cru! Qu’un groupe ne se raille pas d’un autre groupe: ceux-ci sont peut-être meilleurs qu’eux. Et que des femmes ne se raillent pas d’autres femmes: celles-ci sont peut-être meilleures qu’elles. Ne vous dénigrez pas et ne vous lancez pas mutuellement des sobriquets (injurieux). Quel vilain mot que «perversion» lorsqu’on a déjà la foi. Et quiconque ne se repent pas… Ceux-là sont les injustes. » (Coran, 49/11).
« Si on vous fait une salutation, saluez d’une façon meilleure; ou bien rendez-la (simplement). Certes, Allah tient compte de tout. » (Coran, 4/86).

Sur Katibin.fr, rien de neuf.

Sur journal du musulman.fr, voici les titres.

France : Accident de Millas : rassemblement devant la mosquée de Perpignan.
Une prière rituelle était organisée à la mémoire de Yonas, le jeune collégien de confession musulmane. Salim Bencheikh, président de la grande mosquée de Perpignan, a pris la parole devant l’assistance réunie à l’extérieur du lieu de culte.
« Aujourd’hui, toute la France est affligée et dans l’épreuve. Toute la France est attristée par la perte de ces enfants victimes de ce drame », Salim Bencheikh.
En rendant hommage aux collégiens morts dans l’accident, le président de la grande mosquée de Perpignan a souligné que la communauté musulmane, qui « fait partie de la communauté nationale », tenait « à assurer les familles endeuillées par ce drame de son soutien ».
Par ailleurs, le président de la Grande Mosquée de Perpignan, Salim Bencheikh, communique : Dès le lendemain du drame du jeudi 14 décembre et lors de la prière du grand rassemblement du vendredi à la Grande Mosquée de Perpignan et dans tous les lieux du culte musulman du département, des invocations ont été faites pour toutes les victimes de l’accident mortel de Millas et pour leurs familles attristées. L’ensemble des membres de la communauté musulmane des P.-O. expriment aux familles endeuillées toute leur compassion et leur solidarité dans ces moments de grande peine et d’affliction.

Sur islam et info.fr, rien de neuf.

Sur saphirnews.com, voici les titres.

Photos, selfies et vidéos à La Mecque et Médine désormais interdits.
Face à la fièvre des selfies qui s’est emparée des pèlerins à La Mecque et à Médine, les autorités saoudiennes ont décidé de sévir en interdisant les selfies mais également tout type de photos, quel que soit le moyen utilisé par la personne.
L’information a été officialisée jeudi 14 décembre par la Direction des affaires du Hajj au sein du ministère saoudien de la Justice et des Affaires islamiques comme en atteste le document officiel (en arabe) que Saphirnews a pu obtenir.
Selon la presse saoudienne, les autorités souhaitent préserver la portée spirituelle et religieuse des lieux saints et à éviter la gêne occasionnée par les prises de photos et de vidéos auprès des pèlerins qui accomplissent des rites religieux.
Gare aux contrevenants : ils pourront se voir confisquer le téléphone ou l’appareil photo par la police.

Sur oumma.com, voici les titres.

Une palestinienne, Iqbal Mahmoud Al Asaad, plus jeune diplômée en médecine au monde.
Enfant surdouée, Iqbal Mahmoud Al Asaad était prédestinée à devenir un jeune prodige de la médecine. Née au Liban, d’un père palestinien et d’une mère libanaise, son haut potentiel en fit une élève précoce, puis une étudiante d’exception. Abonnée à l’excellence, elle fut la plus jeune diplômée du secondaire à 13 ans et la plus jeune diplômée en médecine à 20 ans.
Sensible à la détresse des enfants malades, dans les camps de réfugiés palestiniens où elle a grandi, sa vocation est née très tôt : elle serait pédiatre. Ses fabuleuses capacités ont fasciné Cheikha Mozah, l’épouse de l’émir du Qatar. Elle lui obtint une bourse, en 2006, pour étudier à l’Université Weill Cornell, à Doha. La jeune palestinienne en blouse blanche a été honorée en 2013 par Michel Sleiman, le président du Liban, et par l’Autorité palestinienne.
Agée aujourd’hui de 24 ans, elle poursuit sa brillante trajectoire, en faisant la fierté des réfugiés palestiniens du Liban. Seule ombre au tableau : le refus des autorités israéliennes de la laisser exercer la médecine chez elle, dans la plaine de la Bekaa. Face à ce veto, Iqbal Mahmoud Al Asaad s’est envolée vers les Etats-Unis, grâce à une autre bourse du Qatar. Elle travaille actuellement à l’hôpital pour enfants de Cleveland, l’espoir de soigner les siens chevillé au corps.
reportage a voir sur oumma.com.
Meyer Habib ridiculisé par Meurice, le chroniqueur de France Inter.
Le chroniqueur de France inter Guillaume Meurice a interrogé le député Meyer Habib, vulgaire propagandiste de la politique coloniale israélienne plus ridicule que jamais!
reportage a voir sur oumma.com.
Palestine : La jeune activiste palestinienne Ahed Tamimi arrêtée par l’armée israélienne.
En 2012, du haut de ses 11 ans, son poing levé contre les soldats israéliens avait marqué durablement les esprits, révélant une témérité et une combativité exceptionnelles à un si jeune âge, ainsi qu’une conscience politique d’une rare précocité.
Cinq ans plus tard, Ahed Tamimi, la courageuse petite fille palestinienne devenue une jeune activiste aguerrie, entrée résolument en résistance, la rage au cœur, a été interpellée et menottée chez elle, en pleine nuit, devant la caméra de l’armée israélienne d’occupation qui n’en a pas perdu une miette.
Devenue la bête noire d’Israël, sa participation à de nombreuses actions menées contre les colons et les hommes en treillis, incarnant le colonialisme forcené de l’Etat hébreu, ne lui avait valu jusqu’à présent aucune séquestration, ni arrestation.
Mais quatre jours après avoir été filmée à Nabi Saleh, en train d’affronter deux soldats israéliens demeurés impassibles, avec la pugnacité qui la caractérise, en présence de sa cousine, Ahed Tamimi a vu l’armée israélienne faire brutalement irruption à son domicile, dans la nuit du 18 au 19 décembre, à la manière d’un rapt, la terrifiante marque de fabrique de l’ultrasionisme au pouvoir.
L’adolescente de 16 ans, dont le dernier coup d’éclat est devenu viral sur les réseaux sociaux, à la fois sur les comptes pro-palestiniens, mais aussi pro-israéliens chauffés à blanc, a comparu, le 20 décembre, devant un tribunal militaire israélien. Elle est poursuivie pour avoir agressé un soldat et encourt jusqu’à sept ans de prison. Sa cousine Nor Naji Tamimi et sa mère, Nariman Tamimi, ont été également arrêtées.
Des Israéliens se sont déchaînés contre Ahed Tamimi, à l’image du ministre de l’Education Naftali Bennett, leader du Foyer juif, le parti ultra-nationaliste et sioniste, qui sans surprise la voue aux gémonies, souhaitant qu’elle croupisse en prison.
reportage a voir sur oumma.com.
Palestine : le temps des paroles est passé, il faut maintenant des actes.
Seuls contre tous, les États-Unis ont opposé leur veto, lundi 18 décembre, à une résolution soumise au Conseil de sécurité de l’ONU appelant Donald Trump à revenir sur sa décision de reconnaître Jérusalem comme capitale d’Israël.
Ils ont été désavoués magistralement par tous les autres membres du Conseil de sécurité, dont la France et la Grande Bretagne, ainsi que la Chine et la Russie. En reconnaissant Jérusalem comme capitale d’Israël, piétinant ainsi le droit international et les droits humains, Donald Trump avait montré le vrai visage de la politique états-unienne à ceux qui en doutaient : les États-Unis sont maintenant discrédités, et font l’unanimité contre eux.
Pendant ce temps le peuple palestinien, lui, doit faire face à la répression féroce de l’armée israélienne d’occupation, à Jérusalem, dans l’ensemble de la Cisjordanie, dans la Bande de Gaza : les enfants et les jeunes sont notamment la cible privilégiée de violences révoltantes ; des rapports officiels font état de l’usage massif d’armes de guerre face à des manifestants désarmés. 11 Palestiniens ont été tués et 350 blessés depuis l’annonce de Trump.
Le silence des pays occidentaux dont la France n’est plus acceptable : cette répression doit être dénoncée avec force et il n’est plus possible de laisser le peuple palestinien, sans protection, à la merci d’une armée d’occupation qui se croit tout permis. Un mécanisme international d’observation et de protection du peuple palestinien doit être mis en place d’urgence et la France doit en prendre l’initiative.
Sur le plan diplomatique, il est grand temps de constater que les États-Unis sont sortis du jeu et que le prétendu “Accord du siècle” de Trump n’est rien d’autre qu’un jeu de dupes qui ne trompe plus personne. Encore faut-il le lui faire savoir à lui et à son ami Netanyahou et enterrer définitivement cette « supercherie du siècle ».
La France doit renoncer à toute illusion sur les dirigeants israéliens qui ne respectent que le rapport de forces. Elle doit reprendre son initiative comme elle s’y était engagée à la conférence de Paris, en mobilisant le maximum de pays pour imposer à Israël le respect du droit. Elle doit marquer sa volonté de rompre avec la culture du fait accompli, et tenir sa promesse en reconnaissant l’État de Palestine dans les frontières d’avant 1967 avec Jérusalem-Est comme capitale.
Elle doit également :
soutenir les Palestiniens dans leurs efforts diplomatiques pour être admis comme État membre à l’ONU.
montrer son attachement au droit et à l’éthique en soutenant la publication de la base de données des entreprises exerçant des activités dans les colonies israéliennes.
Enfin, la France doit mettre sur la table la question des sanctions, indispensables pour imposer à l’État d’Israël le respect du droit.
C’est ce que demandent, dans la rue, des milliers de citoyen.ne.s partout en France depuis le 7 décembre.
Le Bureau national de l’Association France Palestine Solidarité (AFPS).
le 20 décembre 2017.
Finis les selfies à La Mecque !
La folie des selfies, très contagieuse, n’a pas épargné la Terre sainte. Cette véritable fièvre des autoportraits est allée jusqu’à s’emparer d’un nombre grandissant de fidèles en plein pèlerinage, au grand dam des autorités saoudiennes que cette manie, un tantinet narcissique, compulsive et déplacée, exaspérait au plus haut point.
Ce temps-là est désormais révolu ! L’Arabie saoudite a décidé de prendre le taureau par les cornes en interdisant formellement de se photographier ou de se filmer devant les sites sacrés de l’islam, durant les moments intenses de dévotion et d’émotion que sont le Hajj et la Omra.
Et pour faire passer l’envie de saisir leur smartphone aux plus accros des pèlerins, incapables de résister à la tentation de s’auto-immortaliser lors de grands rituels, dans des sanctuaires inviolables, une mesure drastique a été prise : leur appareil pourra être confisqué. De quoi les dissuader de braquer l’objectif sur eux, sans considération du lieu, ni de l’instant.
Mais quand est-il des juif sioniste que profane Al Aqsa, et ceux qui pénètre dans la mosquée de notre Prophète ( pbsl ) ?

Sur Mizane.info, voici les titres.

Non M. Bouamama, l’Homme n’est pas qu’un être social !
Saïd Bouamama au centre social et culturel Pari’s des faubourgs, mercredi 13 décembre, au cours de son intervention sur le sujet du vivre-ensemble égalitaire.
Mercredi 13 décembre, le centre social et culturel Pari’s des faubourgs invitait le sociologue et militant Said Bouamama, spécialiste des questions de discriminations, pour une conférence sur le thème : « Vivre ensemble » ou « vivre ensemble égalitaire » ? L’occasion, pour cette figure intellectuelle proche notamment du mouvement des Indigènes de la République, de développer quelques-unes de ses idées politiques. Parmi elles, la conception de l’Homme défini comme « un être social », une idée classique du marxisme reprise à son compte par le sociologue. Dans un article d’analyse critique, Fouad Bahri interroge, sur Mizane Info, cette vision jugée réductrice de l’Homme et ses implications pratiques dans les problématiques contemporaines liées notamment à la question de l’islam en France ou à la visibilité sociale des musulmans. L’auteur définit également les prémisses conditionnelles d’un dépassement du modernisme et de ses multiples formes idéologiques.
Invité à intervenir au centre social et culturel « Pari’s des faubourgs », le sociologue militant Saïd Bouamama a abordé mercredi 13 décembre la question du vivre-ensemble en ayant recours à une analyse critique de toutes les notions qui lui sont étroitement associées. Une conférence qui a repris partiellement les éléments développés dans un texte publié sur le blog de l’auteur le 21 janvier 2017. Saïd Bouamama dénonce ainsi les postulats implicites de la notion de vivre-ensemble (« S’il faut promouvoir le « vivre ensemble » c’est que celui-ci serait menacé. L’expression appelle donc un implicite rapidement explicité par le « sens commun » diffusé par les discours politiques et médiatiques dominants : le « communautarisme ») et l’accusation ciblée de populations qu’il indique (Le « vivre ensemble » idéalisé du passé serait aujourd’hui mis en péril par des comportements communautaristes, lesquels seraient la caractéristique des citoyens issus de l’immigration postcoloniale»). Des postulats qui viendraient masquer la réalité des déterminismes sociaux à l’origine des phénomènes invoqués, et nieraient les aspects les plus positifs de la vie sociale des quartiers dits « sensibles ». La notion de vivre-ensemble devenant le cache-misère d’une société profondément inégalitaire.
« Je considère que l’être humain est un être social ».
C’est au cours d’un échange avec le public que le sociologue a défendu une conception de l’être humain qu’il a défini exclusivement comme un être social, idée classique du marxisme 4 que l’on retrouve par exemple dans la fameuse théorie de l’infrastructure sociale déterminant la superstructure idéologique de la société (droit, religion, art, philosophie, politique, etc). Dans une réflexion introduite par une question sur l’estime de soi, Saïd Bouamama a souligné qu’il existait deux écoles sur le sujet : « Ou l’on pense que l’individu est le résultat de ses interactions sociales : la confiance et l’estime que l’on a en soi étant fonction de la reconnaissance sociale qui est la nôtre. Dans ce cas, nous avons une diminution d’estime de soi qui est liée à la pauvreté dans cette société. Cette approche se distingue de l’approche psychologisante (explicitée par l’exemple du maquillage pour que les jeunes filles aillent mieux, ndlr). » Avant de se positionner lui-même en déclarant : « Moi je considère que l’être humain est un être social ». Une définition également justifiée en miroir par l’appropriation libérale de la notion d’individu. « L’ultralibéralisme ne peut fonctionner qu’en mettant en avant l’individu autocentré », « Ce sont des concepts (l’estime de soi, ndlr) qui sont centrés sur l’individu et non pas sur la dynamique collective, sur le fait qu’on s’en sort en groupe, sur le fait que les grandes avancées sociales depuis le début de l’humanité ont été collectives, que certaines classes sociales ont intérêt à l’individu et que d’autres classes sociales savent très bien que c’est dans le collectif que se réalise l’émancipation ».
retrouver l’article complet sur Mizane.info.

Sur des domes et des minarets.fr, rien de neuf.

Sur Actualite islamique de Belgique, rien de neuf.

Sur agence media palestine.fr, rien de neuf.

####### Aujourd’hui en Palestine #######

Aujourd’hui en Palestine, Voici les principaux titres du site d’information, C P I, Centre Palestinien D’Information.

L’occupation déploie un important dispositif de sécurité à Jérusalem
.
Les forces d’occupation israéliennes ont renforcé jeudi la présence de leurs forces dans la zone « Bab al-Amoud » de Jérusalem occupée.
.
Les deux tiers des enfants palestiniens ont été violentés pendant leur détention
.
Des colons israéliens coupent des oliviers dans les terres palestiniennes près de Naplouse
.
Wa’ed: 500 enfants palestiniens arrêtés par l’occupation en décembre
.
Gaza : Un blessé par balles et 20 autres asphyxiés par les gaz lacrymogènes
.
Agressions et arrestations de citoyens en Cisjordanie occupée
.
Haniyeh et l’ambassadeur turc en Palestine parlent de la réconciliation et d’al-Quds
.
Les forces d’occupation israéliennes installent des caméras de surveillance à Jérusalem-Est
.
25 colons extrémistes profanent la mosquée Al-Aqsa
.
5 Jérusalémites expulsés de la mosquée al-Aqsa pendant 15 jours
.
Israël/corruption: David Bitan quitte son poste de chef de la coalition
.
Trump menace de couper les fonds avant un vote sur Jérusalem à l’ONU
.
Une cellule du Hamas aurait planifié de kidnapper Adre’i et Glick, selon les allégations sionistes
.
Abbas se tourne vers la Chine et la Russie pour remplacer les Etats-Unis
.
Trump met en garde les membres de l’ONU de voter contre sa décision sur Jérusalem
.
Une délégation du Hamas rencontre le Premier ministre libanais
.

Retrouvez l’intégralité de tout ces articles sur http:// french pal info.com
.


Le Centre Palestinien D'Information
LES TAGS
#flashinfo #journal #quotidien #information #presse #attentat #daesh #étatislamique #isis #tv #radio #article #islam #news #musulman #coran #sourate #croyance #islamophobie #ccif #islamophobe #cri #ldj #ldjm #gaza #palestine #ouighours #immigration #fn #israel #valls #hollande #terroriste #racisme #nazisme #Rohingyas #tartar #réfugier #migrant #hindoue #hindou #cpi #CentrePalestinienD’Information #sif #secoursislamique #mouslimradio #tunein #Hui
flash info,journal,quotidien,information,presse,attentat,daesh,état islamique,isis,tv,radio,article,islam,news,musulman,coran,sourate,croyance,islamophobie,ccif,islamophobe,cri,ldj,ldjm,gaza,palestine,ouighours,immigration,israel,valls,hollande,terroriste,racisme,nazisme,Rohingyas,tartar,réfugier,migrant,hindoue,hindou,cpi,Centre Palestinien D’Information,sif,secours islamique,mouslimradio,Chams,tunein,life,ajib,katibin,oumma,saphirnews,mizane,jdm,journal du musulman,islam,info,

Laisser un commentaire