MouslimRadio Programmes de diffusion sur MouslimRadio

Actuellement, en direct sur Loading ...


Flash info du 3 Dhou al Qa’da 1438.

Flash info du 3 Dhou al Qa’da 1438.
Pour écouter MouslimRadio partout ou vous voulez, télécharger l’application Tunein, disponible pour tout les types de téléphone, tablette et même les pc. Android, iPhone, Windows phone, etc… Tapez MouslimRadio dans la barre de recherche Tunein et hop, vous nous écouter, inch Allah… Les liens sont aussi visible sur notre site, www.mouslimradio.info.
******************************************************************


Apprenons la notion du “pardon” à travers le prophète (‘alayhi salat wa salam).
Le pardon est une valeur morale primordiale souvent relevée dans le Saint-Coran.
« Et que les détenteurs de richesse et d’aisance parmi vous, ne jurent pas de ne plus faire des dons aux proches, aux pauvres, et à ceux qui émigrent dans le sentier d’Allah. Qu’ils pardonnent et absolvent. N’aimez-vous pas qu’Allah vous pardonne? et Allah est Pardonneur et Miséricordieux! » (Coran 24/22).
« Et celui qui endure et pardonne, cela en vérité, fait partie des bonnes dispositions et de la résolution dans les affaires. » (Coran, 42/43).
Afin d’être au plus proche d’un comportement exemplaire comme ordonné par Allah soubhanou wa ta’ala, le croyant peut suivre le chemin tracé par Notre Prophète Muhammad (‘alayhi salat wa salam).
Al Istighfar (le pardon) est une qualité défendue par Notre Messager ‘alayhi salat wa salam.
Le Prophète (‘alayhi salat wa salam) a dit : « Il arrive à mon cœur de se voiler et je demande certes pardon à Allah dans la journée cent fois. » [Rapporté par Mouslim (2702); Abou Daoud (1015) et Ahmed (4/211)].
Il a dit également : « Par celui qui tient mon âme entre ses mains ! Si vous ne commettiez pas de péchés, Allah vous feriez disparaître et remplacer par d’autres peuples qui pèchent puis lui demandent pardon pour ensuite leur pardonner. » [Rapporté par Mouslim (2748) et Tirmidhi (3533)].
Tout le long de sa vie notre modèle en religion demandait constamment pardon à Allah subhanou wa t’ala.
Le Prophète (‘alayhi salat wa salam) prononçait sans cesse, debout comme assis, la demande de pardon. Il a été rapporté d’après Abou Houraira qu’il n’a jamais vu quelqu’un dire autant de fois : « Astaghfiroullâha wa atoubou ilayhi » (je demande pardon à Allah et me repens vers Lui).
Mais il n’était pas seulement bon envers Notre Créateur mais aussi envers tous les autres hommes.
Par exemple, quand son voisin déversait ses ordures devant sa porte, il se contentait de ramasser, jusqu’au jour où il se rendit compte qu’il n’y avait pas d’ordures devant sa porte. Ce jour-là, il prit la décision de rendre visite à son voisin pour s’assure qu’il n’était pas malade !
Notre Prophète (‘alayhi salat wa salam) a dit par ailleurs:
« Avant vous, vivait un marchand qui accordait des prêts aux gens et lorsqu’il voyait parmi eux un nécessiteux, il disait à ses employés : pardonnez-lui, peut-être qu’Allah nous pardonnera, et Allah lui pardonna. » (Rapporté par Boukhari).
Un autre exemple parmi les nombreuses histoires illustrant la bonté du Prophète (‘alayhi salat wa salam) est le suivant :
Un jour, alors que le Prophète (‘alayhi salat wa salam) se rendit à Taïf pour propager l’Islam, les habitants refusèrent son invitation et lui firent subir de terribles souffrances ; les chefs de la ville avaient même envoyé des gens lancer des pierres sur lui ; il (‘alayhi salat wa salam) était blessé jusqu’au sang et très déçu après avoir traversé pieds nus monts et vallées en espérant être écouté.
Malgré tout, il (‘alayhi salat wa salam) n’avait pas l’intention de se venger, et fit même cette invocation à l’égard de ce peuple :
« Oh ! ALLAH, donne la guidée à mon peuple. Sans aucun doute, ces gens ne me connaissent pas bien. »
Dominer sa rage et sa rancœur permet d’atteindre une élévation glorieuse aux yeux d’Allah soubhanou wa ta’ala.
N’aimez-vous pas qu’Allah ’azzawajel vous pardonne ? Alors commençons nous-même, ici dans ce bas-monde !
AJIB.FR
***

L’importance en Islam de préserver un secret que l’on vous confie.
Garder un secret est un devoir que chaque musulman doit entretenir sous peine de voir les siens révélés un jour ou l’autre.
Lorsqu’une personne nous confie un secret elle met entre nos mains une confiance intime, sa dignité et sa réputation.
Cheikh Otheimine explique la définition d’un secret : « ce qu’un frère te confie et te demande de ne pas le dévoiler aux gens. C’est aussi ce qu’une personne te confie en prenant soin que personne ne puisse entendre votre discussion, le secret c’est aussi ce qu’une personne te confie et dont elle craint que les gens le sache, ou aurait honte si les gens venaient à savoir etc… »
Ainsi, divulguer un secret s’apparente à une grave trahison:
Le Prophète (sallAllahou ‘alayhi wa salam) a dit : « Lorsqu’un homme raconte quelque chose puis se détourne, il est du devoir et de la responsabilité de celui qui l’a entendu de le garder secret. » (Hadith rapporté par Jâbir).
Allah soubhanou wa ta’ala dit:
« …Et remplissez l’engagement, car on sera interrogé au sujet des engagements. » (Coran, 17/34).
Le meilleur conseil a apporté à un croyant qui ne se sent pas capable de préserver un secret est de l’inciter à ne pas l’écouter afin d’éviter la colère de Notre Créateur.
Certains hadiths expriment combien le secret en Islam tient une place privilégié et l’importance pour les parents de l’inculquer à leurs enfants.
Anas ibn Malik (qu’Allah l’agrée) raconte:
« Le Messager de Dieu vint, alors que je jouais avec d’autres enfants. Il nous salua et m’envoya en mission. Ma mère fut inquiétée de mon retard et me demanda à mon retour à la maison: “Qu’est-ce qui t’a retenu ?” Je lui dis : “Le Messager de Dieu m’a envoyé faire une mission”. Elle me dit: “Et de quoi s’agissait-il ?” Je lui dis : “C’est un secret.” Elle dit : “Surtout ne dévoile à personne le secret du Messager de Dieu”. Anas dit à Thàbit : “Par Allah, O Thabit ! si j’avais révélé ce secret à quelqu’un d’autre avant toi, je t’en aurais parlé”. » (Hadith rapporté par Tàbit).
La femme délie très facilement sa langue mais l’homme doit également veiller à ne pas raconter publiquement l’intimité de sa vie de couple.
Le Prophète (sallAllahou ‘alayhi wa salam) a dit:
« Parmi les personnes qui auront chez Allah la plus mauvaise situation qui soit le Jour de la Résurrection, il y a l’homme qui a un rapport sexuel avec sa femme, puis il divulgue son secret ». (Hadith rapporté par Abû Sa’îd al-Khudarî).
Garder un secret est un signe de haute noblesse et il est l’une des caractéristiques des grands hommes ainsi que des femmes vertueuses.
AJIB.FR
***

Quand dans le couple, l’homme et la femme font chambre à part.
Faire chambre à part est une preuve indiscutable du déclin du couple.
En effet, dormir avec son époux dans un même lit fait partie de « al-`ichratou bi al-ma`rouf » (vie conjugale fondée sur la bienfaisance mutuelle).
Ainsi, dormir séparément va à l’encontre de cela, et est une preuve de l’éloignement réel (dans le fond et la forme) des deux époux (selon la réponse de Cheikh Abdallah `Atiq al-Matterafi).
La pire des cas est lorsque la femme refuse de rejoindre le lit conjugal pour fuir son époux.
Le Prophète Muhammad (sallAllahou ‘alayhi wa salam) a dit:
«Si l’homme appelle sa femme à son lit et elle ne vient pas, et il passe la nuit en colère, les anges la maudissent jusqu’au matin.» (Hadith d’Abou Hourayra).
La seule excuse légiféré qui permet à la femme de s’abstenir de partager le lit conjugal est la maladie ou tout autre excuse de ce genre.
Même si à l’époque de notre Prophète (sallAllahou ‘alayhi wa salam) dormir dans le même lit n’était pas une obligation, on peut constater que partager son lit est un signe d’harmonie et d’amour dans le couple.
De nombreux couples font chambre à part lors de disputes mais il s’avère que cette solution aggrave la situation et prolonge ou envenime le conflit.
AJIB.FR
***

Belgique : Bruxelles : l’école musulmane La Sagesse ouvrira à la rentrée de septembre.
Le conseil des ministres de la Fédération Wallonie-Bruxelles a approuvé le projet d’arrêté pour la création d’une école confessionnelle musulmane sur le territoire de Forest.
Mercredi dernier, le conseil des ministres de la Fédération Wallonie-Bruxelles a approuvé le projet d’arrêté pour la création d’une école confessionnelle musulmane sur le territoire de Forest. L’école La Sagesse (El Hikma, en arabe) ouvrira ses portes aux élèves dès cette rentrée de septembre.
Dans un premier temps, sept classes maternelles et cinq classes de primaire seront prêtes: elles pourront accueillir entre 240 et 250 élèves. A terme, la section fondamentale de La Sagesse, située rue Saint-Denis dans le bas de Forest, souhaite pouvoir offrir 400 places. Une bouffée d’oxygène pour cette partie du territoire bruxellois victime du boum démographique.
Le parcours de l’école la Sagesse est long et compliqué. Le projet remonte à 2014. Il voit le jour dans un contexte de défiance à l’égard de l’islam. Reste que pour les promoteurs du projet, il aura d’abord fallu convaincre les autorités publiques et récolter des moyens financiers pour pouvoir acquérir un bâtiment, l’aménager, le mettre aux normes… En trois ans, trois millions d’euros ont pu être récoltés.
journaldumusulman.fr
***
 

Palestine : Un père juif accusé d’avoir tué sa fille de 17 ans, car elle voulait se convertir à l’islam.
Un père de famille israélien est accusé d’avoir tué sa fille de 17 ans, de plusieurs coups de couteau, car elle voulait se convertir à l’islam.
Elle venait tout juste d’être diplômée et de quitter le lycée. Retrouvée morte au domicile de ses parents, à Ramla, dans le centre d’Israël, le 13 juin dernier, le corps mutilé de multiples coups de couteau, Henriette Karra, 17 ans, n’aura jamais pu se lancer dans sa vie d’adulte. La faute, apparemment, à un différend familial ayant tragiquement tourné.
C’est en tout cas ce que pense la justice israélienne qui a mis en examen dimanche le père de la jeune femme, comme le rapporte notamment CNN.
Le père de famille a d’abord refusé de collaborer à l’enquête avant d’avouer être à l’origine du meurtre.
Poignardée à plusieurs reprises
Le meurtre a eu lieu le 13 juin dernier. La jeune adolescente de 17 ans a été retrouvée morte au domicile de ses parents à Ramla, dans le centre d’Israël. Son corps était mutilé de multiples coups de couteau. Trouvée gisante et inanimée sur le sol de la cuisine, Henriette Karrasera déclarée morte sur place par les secours. Comme le rapporte CNN, quelques heures auparavant, elle avait fait part de son intention de se convertir à l’islam. Ne supportant pas la nouvelle, son père, Sami Karra, aurait alors décidé de la tuer. Le père vient d’être mis en examen pour meurtre.
Sami Karra a été mis en examen pour meurtre, dimanche 16 juillet, près d’un mois après les faits. Il est accusé d’avoir tuée sa fille de 17 ans, parce qu’il était opposé à sa conversion. Pour le moment, la défense a contesté ces accusations, assurant qu’il n’y a pas assez de preuves.
journaldumusulman.fr
***

France : Cannes : Cédric Herrou interpellé en compagnie de 156 migrants.
La police a interpellé 156 migrants à la gare de Cannes lundi 24 juillet. L’agriculteur Cédric Herrou a lui aussi été arrêté alors qu’il les accompagnait pour rejoindre Marseille afin d’y effectuer des demandes d’asile.
Il s’agit de la sixième fois que le militant est arrêté en l’espace d’un an pour ses activités de soutien aux migrants clandestins. Une centaine de migrants ont été conduit en car à Menton tandis que les autres ont été gardés par la police en attendant un transfert futur.
Cédric Herrou, originaire de Breil-sur-Roya, est membre de Roya citoyenne, une association qui vient régulièrement en aide aux migrants.
Depuis avril dernier, un millier de personnes ont pu entamer leurs démarches dans l’optique d’obtenir l’asile. Les demandeurs devaient se présenter au guichet de l’association Forum réfugiés à Nice. Mais, depuis lundi 24 juillet, cette structure n’enregistre plus que les dossiers de migrants qui souhaitent rester dans les Alpes-Maritimes. Le département n’a pas de centre d’accueil de première urgence car les élus s’y opposent. Ainsi, plus d’une centaine d’entre eux a choisi de se rendre à la préfecture de Marseille. Eric Ciotti, président du conseil département, a demandé à l’Etat de « faire cesser l’action de M. Cédric Herrou et de ceux qui le soutiennent ».
saphirnews.com
***

Chine : les Ouïgours forcés d’installer une application de surveillance sur smartphone.
Le quotidien devient de plus en plus compliqué pour la minorité musulmane et turcophone des Ouïgours. Depuis juillet, le gouvernement chinois leur ordonne de télécharger sur leur smartphone « Jingwang », qui se révèle être une application de surveillance.
Selon Mashlabe, les habitants ont été averti d’un message transmis via la messagerie WeChat. Les utilisateurs doivent scanner un QR code pour la télécharger. Cette application permettrait de « détecter automatiquement les vidéos, images, e-books et documents éléctroniques religieux » dans les smartphones des utilisateurs.
Un bel outil d’espionnage qui a accès au contenu du smartphone tels que les logins des connexions wifi, les identifiants aux applications WeChat et Weibo, au numéro IMEI ainsi qu’aux données de la carte SIM. Jingwang scanne tous les fichiers stockés dans les appareils et les font correspondre à une base de données du gouvernement qui répertorie les contenus supposés faire l’apologie du terrorisme.
Si des contenus jugés illégaux sont interceptés, l’individu devra les supprimer. Les personnes n’installant pas l’appli encourent une peine de dix jours de prison. L’Etat promet des mesures de vérification afin de s’assurer que tous les smartphones soient équipés.
« Les autorités chinoises vont devoir s’expliquer sur cette application et sur ce qu’elle est capable de faire », dénonce Maya Yang, chercheure pour Human Rights Watch. « Je crois qu’il y a bien une raison de s’inquiéter sur les données que ces applis peuvent collecter à propos des utilisateurs et de leurs activités, sans qu’ils ne le sachent ni en consentent », ajoute, pour sa part, Joshua Rosenzweig d’Amnesty international. Le gouvernement chinois poursuit, par tous les moyens, sa politique de répression envers les Ouïgours, principalement implantés dans la province de Xinjang, dans le nord-ouest de la Chine.
saphirnews.com
***

Australie : la figure de proue de la lutte contre l’islamophobie, victime d’un cyber-harcèlement, démissionne.
Elle vient de jeter l’éponge, usée par un cyber-harcèlement qui est allé crescendo en l’espace de trois ans, se déchaînant contre sa personne, ses origines afghanes et son islamité, Mariam Veiszadeh, 33 ans, une brillante avocate australienne devenue la figure de proue de la lutte contre l’islamophobie sur la terre du Bush, aura jusqu’au bout opposé une résistance pleine de panache à ses ennemis fanatisés à l’extrême, mais leurs menaces de mort glaçantes proférées à maintes reprises auront eu raison de sa ténacité.
Hissée sur un piédestal dans la lointaine Australie, la fondatrice et présidente de l’association « Islamophobia Register Australia » (IRA), encensée à la fois par ses coreligionnaires pour son activisme salutaire et l’ensemble de ses concitoyens qui, au paroxysme de la violence islamophobe qui l’a prise pour cible, ont fait bloc derrière elle via le hashtag #Istand with Mariam, a démissionné, la mort dans l’âme.
Dans le viseur de groupuscules ultra-nationalistes rendus hystériques par sa notoriété grandissante et les insignes distinctions qui l’ont doublement consacrée « Australienne de l’année» et « Femme musulmane de l’année » en 2016, Mariam Veiszadeh s’est notamment attirée les foudres de la bouillonnante Ligue de Défense Australienne pour avoir protesté vigoureusement, en 2014, contre un t-shirt aux relents nauséabonds commercialisé par Woolworths, la plus grande chaîne de supermarchés du pays.
Son sang n’avait alors fait qu’un tour à la vue du slogan délétère cousu sous l’étendard national ornant le t-shirt « L’Australie, l’aimer ou partir », qui n’est pas sans nous rappeler l’ère Sarkozy de sinistre mémoire et sa petite phrase décochée telle une flèche empoisonnée contre l’islam et la concorde nationale : « la France, tu l’aimes ou tu la quittes ».
Dès lors, elle fut en butte à des représailles impitoyables sur les réseaux sociaux, se retrouvant odieusement caricaturée, brocardée, injuriée, menacée des pires sévices, jusqu’à la « décapitation » par un site se réclamant ouvertement de son appartenance à la mouvance néo-nazie.
Mariam Veiszadeh, l’instigatrice du recensement des actes islamophobes sur le sol australien pour mieux en dénoncer l’ampleur, épouse de Ehssan Veiszadeh, le directeur de la communication de Gladys Berejiklian, la Première ministre de la Nouvelle-Galles du Sud, était devenue la musulmane à abattre sur la Toile gagnée par une effervescence malsaine.
La présidente de l’IRA qui, il y a peu encore, déplorait vivement que le terme « islamophobie » soit mal compris dans l’opinion, surtout par des « ignorants » prenant un malin plaisir à le dénaturer à seule fin de semer la confusion dans les esprits, a transmis les rênes de son association à l’Américain Brice Hamack, l’ex-coordinateur du Conseil sur les relations américano-islamiques (CAIR). Celui-ci s’est particulièrement illustré en 2015 par sa critique virulente du FBI, l’accusant de se livrer à une terrible chasse aux sorcières contre les musulmans derrière le paravent de la lutte anti-terroriste.
Avant de passer le flambeau avec une infinie tristesse, Mariam Veiszadeh, pleinement consciente que son combat ne s’achève pas avec son retrait de la scène publique, a une dernière fois tiré la sonnette d’alarme sur Facebook : « la sensibilisation à l’islamophobie et à la discrimination anti-musulmans demeure un défi de taille, comme c’était le cas en 2014 », a-t-elle averti avec gravité.
oumma.com
***

Palestine : Solidarité : un chrétien prie avec les musulmans à Jérusalem.
Nidal Aboud, un palestinien de 24 ans de confession chrétienne, Bible à la main, a prié aux cotés des musulmans à Jérusalem, suite à l’installation par Israël de portiques de sécurité aux abords de l’esplanade des Mosquées, empêchant ainsi les hommes de moins de 50 ans de prier à la mosquée Al Aqsa, troisième lieu saint de l’islam
A la différence des fidèles musulmans il a effectué le rituel chrétien de la prière. Lorsque les musulmans se prosternaient, il effectuait le signe de la croix, lorsqu’ils récitaient des versets coraniques, il lisait la Bible, et lorsqu’ils prononçaient la formule “Allahu Akbar” (Dieu est le plus grand), il se tenait debout silencieusement avec beaucoup de respect.
Il était le seul chrétien parmi les milliers de musulmans à assister à la prière du vendredi dans le quartier de Wadi El-Joz, en dehors de la vieille ville de Jérusalem. Depuis, cette photo s’est largement répandue sur les réseaux sociaux, devenant un symbole de solidarité islamo-chrétienne en cette période de conflit.
Nidal Aboud, qui auparavant n’avait jamais assisté à une prière musulmane, a déclaré à CNN qu’il voulait se tenir aux côtés des musulmans pendant leur prière. “J’ai un rêve depuis que je suis petit, celui de propager l’amour dans le monde. Je voulais être celui qui sème l’amour dans le cœur des gens“.
“J’ai demandé la permission à mes amis musulmans de prier avec eux. Ils m’ont demandé de me tenir derrière eux.” a également précisé Nidal Aboud. “Ma motivation était de manifester ma solidarité avec mes frères musulmans et ma condamnation de ‘l’occupation israélienne, et sa politiques d’atteinte à la souveraineté de nos sites religieux , qu’il s’agisse de la mosquée ou de l’église “.
Aboud a par ailleurs signifié qu’il refuserait de passer au détecteur de métaux, si l’un d’eux était placé à l’extérieur de l’Église du Saint-Sépulcre située dans la vieille ville, un site qui englobe également le lieu de la crucifixion de Jésus Christ. Partisan du dialogue entre toutes les religions, Aboud perçoit son geste de solidarité comme un signe de Dieu que son rêve “soit devenu réalité: celui d’être un ambassadeur de bonne volonté entre les religions“.
oumma.com
***

Etat d’Israël ou la culture de la braise au Proche-Orient.
Habitué aux provocations afin de justifier des répressions démesurées envers les Palestiniens, l’Etat d’Israël ne manque jamais d’ingéniosité, en recourant à des politiques toujours plus répressives afin de saboter toute tentative de paix et se constituer en “victime” aux yeux de l’opinion internationale.
Rappelons-nous du 28 septembre 2000. Une date marquée par la visite d’Ariel Sharon sur l’esplanade des Mosquées, provoquant près de 6.000 morts (à 90% palestiniens), altérant ainsi toute possibilité d’accord sur les 5 années supplémentaires, suivie d’une répression féroce de la population palestinienne.
Nous nous trouvons dans la crise actuelle dans la même configuration. Un remake de “l’oeuvre de Sharon” à la sauce Netanyahu, en portant atteinte cette fois-ci à ce qui reste de vital pour les Palestiniens, le sacré.
Après les avoir privés de leur indépendance, de leurs terres, de leurs droits les plus élémentaires, l’Etat d’Israël savait pertinemment qu’il allumait une nouvelle mèche en empêchant l’accès au plus grand nombre d’entre eux (les hommes de – 50 ans) à la mosquée Al Aqsa, coeur de l’identité palestinienne et l’un des lieux les plus sensibles du Proche et Moyen-Orient.
Une analyse partielle et hors contexte des médias.
Certains de nos médias, et particulièrement nos “fast-food” de l’info (qui préfèrent se concentrer davantage sur la starisation de leurs présentateurs plutôt que sur la qualité du contenu), présentent comme à chaque fois les faits sans rappeler le contexte. Ils contribuent ainsi à donner l’image d’un peuple violent qui refuse un simple contrôle par l’installation de portiques détecteurs de métaux, censée être une réponse au meurtre de trois israéliens implantés dans les colonies. Une information partielle, qui induit aussitôt des sous-entendus dans l’esprit du téléspectateur lambda.
Ces médias ne rappellent pas (ou trop peu) le contexte historique et politique. Depuis 60 ans, les Palestiniens vivent en effet dans une prison à ciel ouvert, voient leurs terres confisquées et leur territoire se réduire par le développement incessant de colonies (200 familles juives de France se sont récemment installées avec fierté). Ils subissent des coupures d’eau et d’électricité de façon répétitives, notamment durant les mois de ramadan. Leurs “droits” civiques, espace aérien et l’unique terminal commercial sont sous contrôle israélien. Aucun pays, ni aucune instance internationale ne peut influer sur les décisions israéliennes et sa politique coloniale. Quant aux résolutions de l’ONU, quand elles ne subissent pas le veto américain, elles sont tout simplement ignorées et même refusées en toute impunité.
Le refus de l’accès à la Mosquée Al-Aqsa, troisième lieu saint de l’islam, à la majorité des hommes palestiniens (les – de 50 ans), s’est traduit par des heures de files d’attente avec le risque de se voir refouler, une fois arrivé aux portiques. Une nouvelle humiliation qui caractérise cette “dépendance” supplémentaire vis-à -vis de celui qui vous colonise méthodiquement depuis plus d’un demi siècle. Autant d’éléments à rappeler pour une saine compréhension de ces événements, plutôt que de les réduire à une réaction violente des Palestiniens, incapables de comprendre cette politique sécuritaire israélienne.
La perception d’une situation prend une toute autre dimension, si l’on intègre tous les compartiments de ce contexte colonial. Une démarche intellectuelle dont nos médias sont très éloignés, préoccupés qu’ils sont par orienter l’opinion et non l’informer.
Quel peut- être le rôle de la France?
Notre président Emmanuel Macron pourra mesurer la portée de son message envoyé à Benyamin Netanyahu lors des commémorations de la rafle du Vel d’Hiv. Le président jupitérien lui a rappelé que la paix au Proche-Orient passe par l’arrêt des colonies, la reconnaissance de la Palestine comme Etat avec Jérusalem comme capitale conjointe… bref, une rhétorique classique qui vise à la reconnaissance légitime des droits d’un peuple, à sa liberté et à son auto-détermination.
Voilà, M. Le Président comment vous répond cet état “ami” de la France, par l’intermédiaire de son Premier ministre, reçu avec tous les égard par le pays des Droits de l’homme, à la devise républicaine arborant les valeurs de “Liberté, Égalité et Fraternité “. La France a été historiquement très influente au proche-Orient, mais il convient de demeurer réaliste et reconnaître sa faiblesse diplomatique dans cette région du monde.
Cher président Macron, l’Etat d’Israël a surtout comme principal ami, les Etats-Unis, son traditionnel allié, garant de sa sécurité. Israël, qui oeuvre avant tout pour la seule défense de ses intérêts, n’hésite pas à s’abriter derrière l’antisémitisme pour écarter toute critique de sa politique criminelle. Il pousse l’ignominie jusqu’à le pratiquer lui-même par ailleurs. Faut-il rappeler que les Arabes (et donc les Palestiniens) sont tout aussi sémites que les juifs ?
Sans effectuer de comparaison, ces discriminations nous rappellent celles dont sont victimes certains de nos citoyens français de confession musulmane, victimes d’une interprétation erronée de la laïcité, instrumentalisée comme moyen de combat contre les religions.
Eric Berlingen, Porte- parole de l’UDMF – Union des Démocrates Musulmans Français.
oumma.com
***

Palestine : L’occupation retire les détecteurs de métaux des entrées d’al-Aqsa.
Le gouvernement d’occupation israélienne a retiré les détecteurs de métaux qu’il avait installés aux entrées de la mosquée sainte d’al-Aqsa à Jérusalem occupée, une mesure de sécurité arbitraire qui avait été suivie de violences meurtrières entre occupants et Palestiniens.
La décision de ne plus utiliser ces portiques de sécurité a été annoncée dans la nuit par le bureau du Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, après une intense mobilisation diplomatique internationale visant à empêcher une extension de la crise au-delà de l’Etat d’occupation et des territoires palestiniens.
Le cabinet israélien a accepté « la recommandation de tous les organismes de sécurité sionistes de remplacer l’inspection au moyen de détecteurs de métaux par une inspection de sécurité basée sur des technologies avancées et sur d’autres moyens » en référence à l’installation des caméras de surveillance aux entrées de la mosquée sainte d’al-Aqsa, a déclaré le bureau du criminel Netanyahu dans un communiqué.
Il est à noter que des caméras ont été installées cette semaine à certaines entrées de la mosquée sainte d’al-Aqsa.
Suite à cette décision, des ouvriers se sont immédiatement attelés, dans la nuit de lundi à mardi, à démonter les détecteurs positionnés aux entrées de la mosquée sainte d’al-Aqsa.
Dans le même temps, des centaines de fidèles palestiniens se sont rassemblés à la porte d’al-Asbat, mais ils ont été confrontés par les forces armées d’occupation israéliennes qui les ont matés et dispersés avec des grenades lacrymogènes et des bombes assourdissantes.
En savoir plus sur
https://french.palinfo.com/32449
@Copyright Le Centre Palestinien D’Information
CPI Centre Palestinien D'information
###################################
####### Aujourd’hui en Palestine #######
####################################

Aujourd’hui en Palestine, Voici les principaux titres du site d’information, C P I, Centre Palestinien D’Information.
Autriche: Un palestinien condamné à la perpétuité pour avoir planifié une opération contre l’occupation
.
La justice autrichienne a condamné lundi à la réclusion à perpétuité le réfugié palestinien, Abdul Karim Abou Habel, âgé de 27 ans, après qu’il avait donné des instructions pour deux personnes séjournant dans les territoires palestiniens
.
Le Hamas appelle à une intervention urgente pour protéger Al-Aqsa des régimes sionistes
.
Les forces israéliennes lancent un ballon de surveillance au dessus de la barrière de Zaatara
.
Erdogan: Israël tente de prendre al-Aqsa aux musulmans
.
Blessés et arrestations signalées lors de raids israéliens avant l’aube
.
Les Brigades d’Al-Qassam endeuillés par la mort d’un de leurs combattants
.
L’occupation retire les détecteurs de métaux des entrées d’al-Aqsa
.
Cisjordanie: la mère de l’auteur de l’attaque de Halamish arrêtée
.
L’occupation installe des barrières de fer devant la porte des Lions
.
La mission diplomatique israélienne a quitté Amman
.
Un palestinien blessé par balle lors des affrontements à Jerusalem
.
Istanbul: L’OCI se réunit le 1er août pour discuter sur la mosquée al-Aqsa
.
L’occupation installe des checkpoints et arrête deux journalistes à Toulkarem
.
5 morts et 1090 blessés dans les affrontements d’Al-Aqsa
.
DCI Palestine : 11 enfants tués par Israël depuis le début de l’année
.
A l’ONU, le criminel Danon cherche à justifier les crimes sionistes à Jérusalem occupée
.
Retrouvez l’intégralité de tout ces articles sur http:// french pal info.com
.

Le Centre Palestinien D'Information
///////////////////////////////////////////////////
LES TAGS
///////////////////////////////////////////////////
#flashinfo #journal #quotidien #information #presse #attentat #daesh #étatislamique #isis #tv #radio #article #islam #news #musulman #coran #sourate #croyance #islamophobie #ccif #islamophobe #cri #ldj #ldjm #gaza #palestine #ouighours #immigration #fn #israel #valls #hollande #terroriste #racisme #nazisme #Rohingyas #tartar #réfugier #migrant #hindoue #hindou #cpi #CentrePalestinienD’Information #sif #secoursislamique #mouslimradio #tunein #Hui

Flash info du 30 Cha’ban 1438.

Flash info du 30 Cha’ban 1438.
Pour écouter MouslimRadio partout ou vous voulez, télécharger l’application Tunein, disponible pour tout les types de téléphone, tablette et même les pc. Android, iPhone, Windows phone, etc… Tapez MouslimRadio dans la barre de recherche Tunein et hop, vous nous écouter, inch Allah… Les liens sont aussi visible sur notre site, www.mouslimradio.info.
******************************************************************


Santé : Comment gérer la fièvre chez l’enfant.
Votre enfant s’est réveillé au milieu de la nuit inconsolable ? Il semblait chaud au toucher, vous prenez rapidement sa température et là : 39,5° ! Naturellement, vous êtes inquiets pour votre enfant. Faut-il appeler immédiatement son médecin ? Faut-il se précipiter aux urgences ? Voici quelques conseils utiles et réponses aux questions que vous pouvez vous poser sur les enfants fiévreux.
Quand une fièvre n’est très probablement pas grave.
Rappelez-vous, la fièvre est une réponse naturelle de votre corps à une infection, et non pas nécessairement un signe que quelque chose de grave est en cours.
La fièvre peut élevée n’est généralement pas grave, facile à traiter et peut facilement attendre le matin pour être évalué par votre médecin.
La fièvre entre 38,5 et 39,5° n’est généralement pas grave, elle peut attendre jusqu’au matin pour être évalué.
La haute fièvre (40°) ou plus qui descend rapidement à 37,8/38,5° n’est généralement pas sérieuse et peut attendre jusqu’au matin.
Donc pour l’instant, ne vous précipitez pas à appeler votre médecin. Lisez ce paragraphe, essayez de traiter la fièvre puis appelez votre médecin pendant les heures de bureau. Attention toutefois car, il sera nécessaire d’appeler un médecin assez rapidement dans certaines situations :
Quand appeler en urgence votre médecin.
Voici les situations qui justifient habituellement un appel urgent à votre médecin. Si aucunes de ces types de fièvres de l’enfant correspondent à votre situation actuelle, alors vous n’avez probablement pas besoin d’appeler votre médecin.
Si votre enfant est âgé de 6 semaines ou moins, et qu’il a une fièvre de 38,5 degrés ou plus, cela peut être considéré comme une urgence médicale. Votre médecin doit évaluer votre enfant assez rapidement, que ce soit pendant les heures ouvrables ou dans une salle d’urgence après les heures. Avant votre départ, assurez-vous de confirmer la fièvre de l’enfant avec un thermomètre rectal (si disponible) avant de contacter votre médecin.
Les nourrissons âgés de 7 semaines à trois mois avec une fièvre de plus de 38,5° justifient un rendez-vous avec votre médecin dans les prochaines heures. Vous n’avez généralement pas besoin de contacter votre médecin au milieu de la nuit dans cette situation si le cabinet ouvre le matin. Essayez dans un premier temps de traiter la fièvre et contactez votre médecin au réveil si bébé semble toujours aussi mal.
Si votre enfant de tout âge a un ou plusieurs des symptômes suivants, vous devriez probablement appeler votre médecin immédiatement:
Fièvres de 40° ou plus qui ne baisse pas malgré les traitements
Léthargie – La léthargie fait référence à un enfant mou, sans vie, qui ne répond pas ou ne veut pas établir un contact visuel.
Irritabilité – Un enfant vraiment irritable va pleurer pendant des heures avec un minimum d’interaction verbale et étant presque impossible à consoler.
Méningite – Les symptômes sont une forte fièvre, raideur de la nuque ou des douleurs dans le dos de la nuque, des vomissements, des maux de tête, lumière qui fait mal aux yeux. Avant de contacter votre médecin, vous devriez rechercher d’autres symptômes, comme la toux, des vomissements, des éruptions cutanées, etc.
La fièvre est-elle forcement dangereuse ?
Non, beaucoup de parents ont cette idée fausse que la fièvre est systématiquement une mauvaise chose et qu’elle est un signe sous-jacent de maladie grave. Ceci n’est pas vrai. La fièvre de l’enfant est une réaction normale et saine du corps face à une maladie. Le système immunitaire du corps libère des produits chimiques qui augmentent la température du corps. Cela fait partie du processus normal de lutte contre l’infection.
Dois-je traiter une petite fièvre ?
Non, la petite fièvre est utile dans la lutte contre l’infection. Elle aide le système immunitaire de votre enfant à se construire et à se défendre plus facilement lorsqu’il est attaqué par des infections. Vous ne devez traiter une fièvre seulement quand votre enfant ne la supporte pas.
Top 3 des causes qui provoque une fièvre.
Si votre enfant a de la fièvre, elle est sûrement due à une de ses trois causes :
Infection virale.
Ceci est la cause la plus fréquente de fièvre chez les enfants. Les exemples sont: la roséole , le rhume , la grippe , coxsackie (main, fièvre aphteuse), la varicelle , la cinquième maladie , ainsi que beaucoup d’ autres. La plupart des virus ne sont pas dangereux. Il suffit d’attendre plusieurs jours pour que la fièvre baisse et s’arrête d’elle-même car de toute façon elle n’est pas traitable avec des antibiotiques.
Infection bactérienne.
Quelques exemples : l’infection de l’oreille , infection des sinus , la pneumonie, infection de la vessie et l’angine streptococcique. La fièvre provoquée par ce type d’infection bactérienne peut être traitée avec des antibiotiques, bien que le traitement puisse généralement attendre le lendemain pour contacter votre médecin.
Dentition.
Les poussées dentaires peuvent provoquer de la fièvre chez l’enfant, bien que généralement elle ne dépasse pas les 38,5.
Traiter la fièvre.
Première étape : aérer bien la pièce car laisser votre enfant dans une pièce chauffée et étouffante n’est pas une bonne solution. Le pièce doit se trouver à température ambiante.
Deuxième étape : enlever les couches superflues de vêtements afin que la chaleur puisse se disperser plus facilement. Pensez également à bien hydrater votre enfant (tétée ou eau).
Un bain tiède et relaxant : Si votre enfant apprécie le bain alors celui-ci lui fera le plus grand bien. Attention, il s’agit de lui donner un bain à une température adapté à sa fièvre soit -2° en dessous sa température. Un bain trop froid risque de lui provoquer des convulsions. Vous pouvez y ajouter des plantes antipyrétiques et relaxantes, telles que : Achillée Millefeuille, Bourrache, fleur de Sureau, Camomille, Lavande, Saule…
Homéopathie : vous pouvez utiliser un traitement classique : Belladona 4CH ou d’Arnica 4CH, à raison de 5 granules au 2 heures.
Le doliprane restera, pour moi, la dernière solution à apporter à l’enfant mais il peut être utilisé (avec parcimonie).
AJIB.FR
***

C’est officiel, Ramadhan 2017 débutera ce samedi 27 mai !
Le CFCM vient d’annoncer la nouvelle, le mois sacré de Ramadhan 2017/1438 débutera officiellement ce samedi 27 mai in sha Allah !
Communiqué officiel.
Il y a tout juste 45 minutes que l’annonce a été faite. La lune n’ayant pas été observée, le début du mois de jeûne de cette année débutera ce samedi 27 mai. Le CFCM a annoncé la nouvelle à travers un communiqué officiel :
« Réuni dans un esprit d’unité et de solidarité à la Grande Mosquée de Paris ce jeudi 25 mai 2017 (correspondant au 29ème jour du mois de Chaâbane 1438 de l’année hégirienne), et après consultation des données astronomiques en France (Observatoire de Paris et de Belgique) ainsi que des données astronomiques recueillies auprès des pays musulmans, l’ensemble des fédérations musulmanes de France en présence du Président du CFCM Anouar Kbibech et les membres de son bureau exécutif, n’a pas constaté la vision de la nouvelle Lune. Par conséquent, la durée du mois de Chaâbane est de 30 jours. Aussi, conformément à la Tradition du Prophète (SAWS), le premier jour du mois béni de Ramadhan de l’année 1438 de l’Hégire est fixé au : samedi 27 mai 2017. »
Puisse Allah le Très-Haut vous assister et vous accompagner durant chaque jour de ce mois sacré et exaucer vos invocations les plus sincères !
AJIB.FR
 » target= »_blank »>katibin.fr
***

Ils protestent avec des tranches de porc contre l’ouverture d’une mosquée en Italie.
Une trentaine de personnes ont manifesté dimanche 21 mai dans la ville de San Stino di Livenza, près de Venise en Italie, contre l’inauguration d’une mosquée.
En signe de protestation, ils ont installé en face de l’édifice religieux un banquet sur lequel ils avaient posé des tranches de rôti de porc.
Une provocation soutenue par le parti d’extrême droite italien, la Ligue du Nord, qui avait lancé une pétition contre ce nouveau centre culturel islamique qui a pourtant eu toutes les autorisations nécessaires pour ouvrir, rapporte la presse italienne.
Près de deux cents fidèles musulmans étaient réunis lors de la cérémonie d’inauguration, à laquelle était présent l’ambassadeur du Maroc en Italie, Hassan Abouyoub, ainsi que le maire de la ville, Matteo Cappelletto.
Le chef religieux de la nouvelle mosquée, Bouchaib Tanji, avait invité à la cérémonie toute la population. « Nous voulons que cet endroit soit ouvert à tous les citoyens qui veulent en savoir plus sur le monde et la culture islamique », a-t-il déclaré dimanche.
journaldumusulman.fr
***

La réponse parfaite d’une femme à un troll islamophobe après les attentats de Manchester.
L’attentat survenu lundi 22 mai à Manchester qui a fait au moins 22 morts et une soixantaine de blessés, dont de nombreux enfants et adolescents, a été revendiqué par l’organisation terroriste Daesh. Peu après l’attaque, les discours les plus islamophobes se sont multipliés sur internet et les réseaux sociaux. Sur twitter, les internautes les plus xénophobes appellent désormais à la haine des musulmans et des immigrés.
Quelques heures après le drame, une utilisatrice de twitter, qui était présente au concert, a publié un message sincère aux personnes touchées par l’attentat.
« Je ne peux pas le croire, j’ai le cœur brisé, je suis tellement désolé pour toutes les familles qui ont perdu leurs proches et pour tous ceux qui ont été blessés » a tweeté @hannawwh.
Sa réponse à un troll islamophobe
Un troll islamophobe a profité de l’occasion pour s’immiscer dans le fil de discussions et le polluer.
« C’est ce qui se passe lorsque vous laissez les musulmans dans votre pays. » a écrit le troll Agent Richard Gill (@X5265015119).
La réponse de la jeune mancunienne ne s’est pas fait attendre. @hannawwh a été obligé de raconter au troll de service ce qu’elle a vécu.
« C’était un musulman qui nous a fait monter dans son taxi et nous a conduit en sécurité. Un homme très compatissant qui a également été terrifié et a aidé les autres. » a tweeté @hannawwh.
@hannawwh explique à d’autres qu’un homme de religion sikhe offrait ses services aux personnes en détresse. Quant à son chauffeur, il était bel et bien musulman.
« Un homme sikh est offrait des tours gratuits. Il n’était pas le conducteur de mon taxi. Le conducteur était Musulman et je le sais parce qu’il a me l’a dit. »
Des chauffeurs de taxi musulmans offraient leur service
D’autres internautes se sont manifestés pour exprimer leur solidarité et apporter un témoignage similaire.
« C’était un chauffeur de taxi musulman qui m’a fait sortir de cette situation infernale et de la sécurité. Les gens devraient surveiller leurs paroles. » raconte
«Les musulmans sont à blâmer». En réalité, les chauffeurs de taxi musulmans proposaient leur service gratuitement et un médecin musulman travaillait de nuit à sauver des vies. » témoigne Joshua.
« Absolument, un chauffeur musulman m’a emmené la maison la nuit dernière m’a donné de l’eau et a chargé mon téléphone. C’est une star à mes yeux ! » a répondu à son tour Mark.
journaldumusulman.fr
***

Ramadan 2017 : En Algérie, Tunisie et au Maroc, la nuit du doute sera vendredi soir.
Les pays du Maghreb se démarquent cette année du calendrier de l’Arabie Saoudite. Si cela est habituel du côté du Maroc, cette situation est inédite en Algérie.
La nuit du doute se déroulera vendredi 26 mai. Le Ministre des Affaires religieuses et des Wakfs algérien, Mohamed Aïssa, a affirmé que la décision a été prise sur la base de données astrologiques certifiant qu’il sera impossible d’observer le croissant lunaire jeudi, que ce soit à partir de l’Afrique du Nord ou du Moyen-Orient.
«L’observation du croissant lunaire annonçant le premier jour du mois sacré aura lieu le 29 chaâbane 1438 de l’Hégire, qui coïncide avec le vendredi 26 mai, et ce sur la base «de calculs astronomiques».
Il est tout de même peu probable que le premier jour du mois de Ramadan tombe dimanche selon le Ministre.
La plupart des pays musulmans ont annoncé qu’ils commenceront le mois de Ramadan le Samedi 27 mai.
islametinfo.fr
***

Arabie Saoudite : le 1er jour du mois de Ramadan sera Samedi 27 mai.
Le Qatar, l’Arabie Saoudite et les Emirats-arabes-unis ont annoncé que la nouvelle lune n’avait pas été vue dans le Golf. Le Ramadan 1438 débutera donc normalement samedi. Une vérification sera effectuée demain afin de s’assurer de la visibilité de la nouvelle lune.
Un communiqué a été publié par les autorités saoudiennes via Twitter.
islametinfo.fr
***

L’OTAN rejoint la coalition contre Daesh.
Les 28 États membres du l’Organisation du traité de l’Atlantique nord (OTAN) ont décidé, mercredi 24 mai, de prendre part formellement à la coalition internationale contre le groupe terroriste État islamique en Irak et en Syrie.
Ce choix intervient trois jours après le terrible attentat-suicide de Manchester qui a fait 22 morts.
Les États-Unis, qui chapeautent la coalition, réclamaient depuis plus d’un an que l’OTAN s’y implique entièrement.
La décision a été approuvé par les 28 ambassadeurs de l’Alliance atlantique mais, selon une source diplomatique, elle « doit encore être endossée par les chefs d’État et de gouvernement ». Ce sera le cas ce jeudi 25 mai lors du sommet de l’Otan à Bruxelles où Donald Trump va inaugurer un nouveau QG. L’intégration du Monténégro comme 29e pays membre devrait également être acté ce même jour.
saphirnews.com
***

France : Législatives : une candidate voilée victime d’un déchaînement de haine sur Twitter.
Sous son voile doré aux reflets soyeux, Sandra Fourastier, 21 ans, est le nouveau visage féminin de l’Union des Démocrates Musulmans Français (UDMF). Elle porte fièrement les couleurs éclatantes de son parti « laïc et non religieux » et néanmoins riche de son « éthique musulmane », symbolisant un éveil des consciences dont elle est tout à la fois l’incarnation et l’activiste engagée sur le terrain, à l’approche du premier tour des élections législatives, le 11 juin.
Formant un binôme en « or », complémentaire et volontaire, avec Abdelmajid Aodella, président de l’association « l’Union Gennevilloise » et figure locale de la première circonscription des Hauts-de-Seine, cette jeune française convertie à l’islam prend très au sérieux son rôle de suppléante, consciente de l’enjeu crucial que représente le scrutin local qui se profile à l’horizon.
En lutte contre les extrêmes et le racisme sous toutes ses formes, Sandra Fourastier n’entend pas être reléguée au rang de citoyenne de seconde zone mais veut au contraire « affirmer sa place au sein de la République », et à travers sa candidature, réhabiliter l’image déshumanisée des femmes musulmanes voilées qui sont, de surcroît, les proies de prédilection de l’islamophobie violente.
Cruelle ironie du sort, alors qu’elle a fait sien le slogan de l’UDMF « Agir pour ne plus subir », elle subit, depuis une semaine, des attaques calomnieuses infâmes sur Twitter, allant jusqu’à menacer de porter atteinte à son intégrité physique, pour être apparue voilée sur l’affiche officielle de campagne.
Sandra Fourastier, plus combative que jamais, a accepté de répondre à nos questions et de retracer sa trajectoire personnelle unique.
Vous êtes une jeune française convertie à l’islam et voilée. Avez-vous été élevée dans la tradition catholique et quel a été votre cheminement spirituel ?
J’ai grandi dans un environnement très ouvert, même si mes parents, à l’époque du moins, ne croyaient pas vraiment en Dieu. Ma mère, catholique de naissance, était devenue athée avec le temps, tandis que mon père évoluait doucement vers le protestantisme. Mes soeurs étaient attirées par le bouddhisme, quant à moi, je savais qu’un DIEU existait mais je ne savais pas le nommer. J’ai toujours ressenti un besoin de spiritualité. Très jeune, je me posais déjà des questions sur la création, sur mon existence, je pouvais en discuter des heures avec mon grand-père.
A l’âge de 8 ans, je me suis rapprochée de la seule personne réellement pratiquante de mon entourage : mon oncle protestant. Je lui ai demandé de me faire découvrir sa religion et j’allais donc souvent, le dimanche, à l’église pour enfants qu’on appelait “l’école du dimanche”. J’y ai appris la religion protestante et j’étais souvent celle qui récitait les louanges.
Vers l’âge de 13 ans, toujours en quête de sens, j’ai tapé un jour CORAN sur Internet et j’ai commencé à me documenter sur l’islam avec un intérêt accru. Mes parents étaient au courant mais pensaient que c’était “une mode” passagère. Cependant, au fil des années, j’éprouvais une attirance irrésistible pour la religion musulmane au point de vouloir me convertir, mais sans savoir comment m’y prendre.
Un matin, en me rendant au marché avec ma mère, j’ai aperçu au loin un homme qui tenait un stand de livres sur la religion musulmane. J’avais très envie d’acheter un exemplaire du Coran, mais je n’ai pas osé devant ma mère. Or, à ma grande surprise, c’est elle qui a fait le premier pas en demandant au vendeur : « J’aimerais un Coran pour ma fille ». Celui-ci m’a regardé et m’a aussitôt posé la question : « Es-tu musulmane? ». Je lui ai dit « non », ce à quoi il m’a répondu en me tendant un Coran : « Tiens, alors je te l’offre ».
J’avais 17 ans quand j’ai décidé de me convertir, alors que j’étais chez une amie en train de converser avec sa famille. Lorsqu’un de ses parents me demanda si je voulais devenir musulmane, j’ai dit “oui” en m’exclamant, comme une libération intérieure. Ce soir-là, c’était clair dans ma tête : j’allais prononcer la Shahada.
J’ai immédiatement fait part de ma décision à mes parents qui en furent très heureux pour moi. Ma mère, qui était très curieuse, me posait beaucoup de questions, me regardait prier. Finalement, un beau jour, elle m’a annoncé quelque chose d’incroyable : « Ma fille, j’ai pris rendez-vous à la mosquée pour me convertir ». Rien qu’en songeant à ce moment, je suis encore profondément émue. Aujourd’hui, ce qu’il y a de merveilleux, c’est que nous sommes toutes les deux parfaitement épanouies dans notre croyance.
Quelles sont les raisons qui vous ont incitée à vous voiler dans une société française qui est particulièrement hostile au port du hijab ?
J’ai longtemps hésité à revêtir le voile. A l’époque, je travaillais encore en apprentissage pour une grande marque et ce n’était pas une démarche facile. Cela ne s’est pas imposé à moi comme une évidence au départ. Suite à une réflexion longuement mûrie, j’ai décidé de le porter deux ans après ma conversion et je dois avouer que ce fut pour moi un immense soulagement intérieur.
Au travail, les choses se sont compliquées, mes relations sont devenues plus tendues avec mon responsable et, pourtant, je veillais à retirer mon hijab avant d’entrer dans l’établissement.
Vous êtes étudiante dans quelle discipline ? Rêvez-vous d’un métier ou d’une filière professionnelle en particulier ?
Après avoir choisi de porter le voile et face à la situation conflictuelle que mon islamité visible a générée sur mon lieu de travail, j’ai décidé de quitter mon poste et je me suis consacrée à mon association caritative pendant un an. J’ai ensuite décidé d’obtenir des diplômes dans le social afin d’être plus efficace sur le terrain. Je suis devenue médiatrice et, en parallèle, j’ai repris des études universitaires cette année. Pour le moment, je ne poursuis pas un but de carrière précis, ce que je veux surtout, c’est connaître parfaitement les lois afin d’aider quiconque à ne plus subir d’injustices ou de discriminations en raison de sa couleur de peau, de sa religion, de ses origines.
Comment est né votre désir de vous engager en politique et pourquoi avoir choisi de rejoindre les rangs de l’UDMF, il y a dix-huit mois de cela ?
L’horreur des attentats a fait que j’ai vu le monde changer autour de moi. Les regards ne sont plus forcément les mêmes, les discriminations sont légitimées derrière “l’islamophobie” et déjà bien avant tout cela, les lois liberticides avaient fleuri dans notre pays, et ce, dès le 15 mars 2004.
Mon attachement à l’intérêt général m’a menée tout naturellement vers l’UDMF en 2015, avec l’espoir de parvenir à stopper le phénomène de la bouc-émissarisation des Français musulmans par la sphère politico-médiatique, de défendre nos droits et de faire entendre nos voix et notre message dans l’enceinte de l’Assemblée nationale.
Vous êtes suppléante de l’UDMF dans la première circonscription des Hauts-de-Seine, aux côtés de Abdelmajid Aodella, et vous vous investissez sur le terrain depuis le mois février. Quel est l’accueil que vous réserve la population locale ?
Je suis effectivement candidate aux côtés de Monsieur Abdelmajid Aodella. Nous avons tracté à la cadence d’un jour sur deux pendant un mois dans chaque ville de notre circonscription. Les échanges avec la population locale sont en général très riches, le nom du parti Union des Démocrates Musulmans Français interpelle les gens que nous rencontrons, et les réactions sont de tous types. La plupart du temps, nous sommes agréablement surpris par leur caractère positif. C’est un formidable encouragement à continuer et à redoubler de pédagogie auprès des administrés dans la diversité de leurs composantes. Beaucoup de personnes nous ont même félicités, en nous disant « Enfin, il était temps ».
Nous insistons sur le fait que nous ne sommes pas un parti religieux mais laïc, avec une éthique musulmane, et que le mot « Musulmans » figure dans notre appellation uniquement pour frapper les esprits, étant donné qu’il revient systématiquement dans les discours des médias et des politiques depuis une décennie. Nous expliquons vouloir dé-islamiser les débats en nous recentrant sur les véritables préoccupations des Français, à savoir l’emploi, la santé, l’environnement et tout ce qui nous touche au quotidien. Ce qu’il y a de très réconfortant et stimulant, c’est qu’il y a beaucoup de personnes non musulmanes qui nous soutiennent et acceptent de venir à nos réunions publiques.
Que répondez-vous à ceux de vos concitoyens qui, au nom de la laïcité, vous dénient la liberté de porter le voile et a fortiori le droit de vous présenter à une élection locale ?
Beaucoup d’entre eux ont été contaminés par les discours identitaires totalement contraires à l’esprit républicain et en totale contradiction avec la laïcité. La loi de 1905 n’est pas un rempart contre le religieux et encore moins contre l’islam. Ceux qui affirment cela ne connaissent rien au code électoral et ne font que répéter ce qu’ils ont entendu de la bouche de certains politiques populistes en quête de voix. Rien n’interdit à une citoyenne qui n’est pas un agent de la fonction publique de porter le voile, de se porter candidate et de siéger voilée au sein de l’Assemblée Nationale.
Que dites-vous à vos coreligionnaires qui redoutent de voir le voile interdit à l’université et qui se heurtent au double ostracisme de la société et du monde du travail ?
Je veux dire à toutes ces étudiantes dont les droits les plus élémentaires sont aujourd’hui menacés et qui sont obligées de se déguiser en portant un bonnet, parfois juste pour ne pas être agressées, de se battre pour défendre leurs droits envers et contre tout. Il est temps d’AGIR politiquement pour ne plus avoir à SUBIR cette islamophobie institutionnalisée. Tel est le sens de mon combat.
Dans ce même ordre d’idées, que pensez-vous de la décision rendue par la Cour de justice européenne qui autorise désormais les employeurs à proscrire les signes religieux au sein de l’entreprise ? Un arbitrage rendu à partir de deux affaires de licenciement de femmes voilées, l’une française, l’autre belge.
Cela illustre parfaitement la banalisation, totalement assumée, de la négation des droits fondamentaux des musulmans, non seulement en France, mais aussi dans le reste de l’Europe. Il s’agit là d’une réelle régression de nos acquis. Les femmes ont lutté durant des siècles pour avoir le droit de s’habiller et de s’exprimer librement dans notre pays. La lutte doit donc être poursuivie sans relâche dans ce sens, car l’Histoire est notre témoin et c’est le combat que doivent incarner les féministes du monde entier.
Pourquoi pensez-vous que la candidature de Abdelmajid Aodella et la vôtre pourraient faire la différence dans votre circonscription ?
C’est d’abord un signal fort que nous voulons envoyer à la Nation. Celui, en 2017, d’affirmer pleinement notre place au sein de la République en tant que citoyens à part entière. Nous ne voulons plus nous cacher, nous terrer et nous taire. Cela n’a malheureusement jamais contribué à améliorer les choses.
J’espère que tous les Français, sans distinction aucune, comprendront la nécessité de se mobiliser dans ce combat, car c’est l’essentiel de notre programme. Celui de l’ouverture, du rassemblement pour faire barrage aux idées de l’extrême droite.
Depuis votre apparition sur l’affiche de campagne, il y a environ une semaine, vous êtes victime d’un déchaînement de haine sur Twitter. Que ressentez-vous face à cette violence verbale qui s’extériorise en toute impunité ? Pourriez-vous envisager de porter plainte ?
Je suis évidemment très choquée par les propos orduriers et les menaces qui me visent. Hélas, c’était très prévisible dans le climat ambiant. Si cela va trop loin, j’envisage effectivement de porter plainte. Fort heureusement, cela n’a pas entamé ni mon énergie, ni mon enthousiasme, et c’est avec une motivation décuplée que je sillonne, avec Abdelamajid Aodella, la première circonscription des Hauts-de-Seine dans la perspective de conquérir les suffrages, dimanche 11 juin.
Propos recueillis par la rédaction d’Oumma.com
.
oumma.com
***

Islamophobie : condamnation requise pour Eric Zemmour.
La procureure de la 17ème chambre correctionnelle du tribunal de Paris a requis mercredi la condamnation du chroniqueur Eric Zemmour, jugé le même jour pour provocation à la discrimination et à la provocation à la haine, après une série de propos d’une rare virulence contre la population musulmane de notre pays.
Mis en délibéré, le jugement sera rendu le 22 juin prochain.
Le chroniqueur était jugé sur citation directe de notre association CAPJPO-EuroPalestine, qui s’était résolue à se porter partie civile, après avoir constaté l’inertie de la justice face aux propos pourtant ouvertement délictueux tenus par Eric Zemmour lors de l’émission C’ à Vous sur France 5, le 6 septembre 2016.
A l’antenne, Zemmour avait estimé que tous les musulmans sont terroristes puisque « le djihad guerrier fait partie du Coran » et sommé les musulmans de « faire le choix entre l’Islam et la France », tirant un trait d’égalité entre les auteurs « djihadistes » d’attentats et l’ islam.
oumma.com
***

Code de bonne conduite avant, pendant et après le Ramadan.
Le bon comportement est capital en Islam. Dans un hadith authentique, le Prophète (Paix et Salut sur lui) dit: « Certes je n’ai été envoyé que pour parfaire les nobles comportements ». Dans un autre hadith, Abdullah ibn ‘Amr ibn al-‘As a dit: «Le Messager d’Allah n’était ni grossier et ne proférait jamais des propos immoraux. Et il disait : «les meilleurs d’entre vous sont ceux qui jouissent d’un bon caractère».
Et qui d’autre est meilleur modèle à suivre que le prophète (Paix et Salut sur lui) ? « En effet, vous avez dans le Messager d’Allah un excellent modèle (à suivre), pour quiconque espère en Allah et au Jour dernier et invoque Allah de façon abondante » (Sourate 33, verset 21).
L’infographie rappelant ce que doit être le comportement du musulman tous les jours, est visible sur www.mouslimradio.info.
desdomesetdesminarets.fr
###################################
####### Aujourd’hui en Palestine #######
####################################

Aujourd’hui en Palestine, Voici les principaux titres du site d’information, C P I, Centre Palestinien D’Information.
L’auteur de l’attaque au couteau de Netanya meurt de ses blessures
.
Le citoyen palestinien Mohanad Abou Sefaqa (45 ans) de la ville de Toulkarem, est mort de ses blessures subies il y a deux jours par les tirs des forces armées d’occupation israéliennes, après avoir poignardé un policier israélien à Netanya.
Qu’Allah l’accueil en son Paradis
.
Des manifestants ferment une route principale à Naplouse
.
Ce mois de Ramadan est le plus accablant pour la bande de Gaza depuis des décennies
.
Nouvelle expansion de colonies sur des terres palestiniennes
.
Vendredi de colère par solidarité avec les prisonniers en grève de la faim
.
Des milliers de colons font irruption dans la vieille ville de Jérusalem
.
Israël veut exclure Shuafat et Kafr Aqab de Jérusalem
.
La Jordanie dénonce les invasions d’al-Aqsa par les juifs extrémistes
.
L’occupation arrête la mère d’un prisonnier de Jénine en route pour l’Omra
.
Le prisonnier Issawi transporté à l’hôpital dans un état critique
.
Le gouvernement sioniste projette l’exécution systématique des prisonniers
.
L’occupation prolonge la détention de six Jérusalémites
.
Qaraqea: Prenez les armes car les prisonniers meurent chez l’occupation
.
20 prisonniers transférés de Hadarim à l’hôpital de Meir
.
Al-Masri: la politique boiteuse de l’Amérique ne changera pas les faits de l’histoire
.
L’occupation arrête 3 enfants au camp d’Aïda et confisque le véhicule d’un prisonnier libéré
.
Retrouvez l’intégralité de tout ces articles sur http:// french pal info.com
.

Le Centre Palestinien D'Information