MouslimRadio Programmes de diffusion sur MouslimRadio

Actuellement, en direct sur Loading ...


Flash info du 29 Rajab 1437.

Flash info du 29 Rajab 1437.
Ecouter le coran, des hadith, des conférences, des annonces divers, des anashids (sans musique), et bien d’autres choses, en direct sur :
www.MuslimRadio.info
******************************************************************

Au Danemark, des étudiantes en niqab interdites de cours.
Au Danemark, La VUC Lyngby school a décidé d’interdir à six étudiantes l’entrée en cours à cause de leur niqab.
Une décision pas liée à la religion.
L’école défend sa décision en expliquant que ces élèves ne sont pas discriminées à cause de leur religion, mais plutôt pour les difficultés à regarder les étudiantes et à pouvoir communiquer avec elles, avec ce genre de tenue les cours ne seraient pas assurés dans les meilleures conditions, l’école dit ne plus tolérer qu’un voile puisse recouvrir la bouche, le nez ou bien les yeux. Un débat sur la page Facebook de l’école avait ouvert les hostilités, les médias nationaux se sont empressés de relever l’information, l’administration a donc pris la décision d’interdire le voile intégrale dans la VUC Lyngby school. Suite à cette affaire, de nombreux partis politiques ont souhaité réagir, un des parti conservateurs danois le DPP a même exprimé son désir de bannir définitivement le port du niqab dans les lieux publics. Pour prouver sa bonne foi, l’école affirme avoir tout de même proposé aux étudiantes de poursuivre les cours via du e-learning.
Actuellement, les polémiques concernant le port du niqab enflent en Europe et pas seulement, l’aspect sécuritaire et l’aspect éthique sont les deux arguments mis en avant pour décider de son interdiction. Au Danemark, on compterait entre 100 et 200 femmes qui vêtiraient le niqab.
Clic pour voir la Source de l’article
**********

Palestine : Gaza : l’armée israélienne blesse quatre palestiniens !
L’armée israélienne a réitéré ses bombardements sur la bande de Gaza ce jeudi 5 mai 2016, blessant quatre palestiniens dont trois d’entre eux sont des enfants. La situation des Gazaouis ne cesse de se dégrader comme nous l’affirme Ziad Medoukh, professeur de français à l’Université al-Aqsa à Gaza.
Clic pour voir la Source de l’article
**********

Amnésique, un vieil homme retrouve sa famille 20 ans après en Algérie.
L’homme de 73 ans, devenu amnésique après un accident du travail sur un chantier, était devenu SDF. Le vieil homme avait tout oublié de son passé sauf son nom : Rabah Djemmal.
En 2013, il est retrouvé errant dans les rue de Nice avant d’être placé au titre de l’aide sociale aux Figuiers, une maison de retraite à Villeneuve-Loubet. Le personnel de l’établissement tente alors d’en savoir plus à son sujet mais Rabah Djemmal est incapable d’apporter des informations sur sa famille ou son entourage. Déterminée à mener l’enquête, la directrice, Bahia Louhichi, s’efforce de reconstituer son histoire et finit par retrouver la trace de sa famille en Algérie.
« On a retrouvé sa famille grâce à son titre de séjour et par le biais d’un livret d’épargne » explique Bahia Louhichi
« Nous avons contacté sa banque. J’ai donné le numéro de compte et le monsieur a cherché et m’a dit ‘oui, il est bien chez nous’. J’ai demandé s’il avait de la famille, des enfants et lui a prévenu les enfants de Rabah que nous avions appelé », raconte la directrice d’après Europe 1.
Le contact est alors renoué avec sa femme et ses enfants de l’autre côté de la Méditerranée. Selon Nice Matin, Rabah Djemmal s’est envolé pour l’Algérie retrouver les siens qui le croyaient mort depuis 20 ans.
« Je suis vraiment super heureux. Il mange, il boit, il dort normalement, comme si rien ne s’était passé. En fait il va bien, je suis vraiment super heureux », affirme un des ses fils.
Clic pour voir la Source de l’article
**********

Suède : Tess Asplund, poing levé face à des néo-nazis, devenue symbole de la résistance.
Tess Asplund, 42 ans, femme noire est devenue le symbole de la protestation pacifique contre le racisme.
En effet, elle se trouvait sur le chemin du cortège de néo-nazis suédois lorsqu’elle a brandi silencieusement son poing face à des néo-nazis.
La photographie a été prise dans le centre de la Suède, où l’organisation néo-nazie Nordiska motståndsrörelsen (Mouvement de résistance nordique) tenait un rassemblement.
Ce cliché gravant son acte de bravoure et de défi a été partagée par des milliers de Scandinaves sur Twitter et Facebook.
Elle affirme ne pas « avoir peur d’eux » alors qu’elle sait bien que certains d’entre eux ont été condamnés à des crimes violents.
Alors comme pour prouver qu’elle ne craint personne, elle décide au beau milieu de la rue de ne plus bouger et de lever son poing. En face d’elle, l’ensemble des leaders des organisations se rapprochent dans un silence solennel. Le regard de la femme rencontre celle de l’homme au milieu. Il y a alors une bataille de regard avant que la police ne l’évacue.
Un courage venant de ce petit bout de femme qu’il faut saluer.
Clic pour voir la Source de l’article
**********

Palestine : Imad Barghouthi, éminent astrophysicien, à nouveau kidnappé par les forces d’occupation.
L’astrophysicien palestinien Imad Barghouthi a été arrêté à nouveau par les forces d’occupation israéliennes à Nabi Saleh checkpoint au nord-ouest de Ramallah, le 24 Avril.
Barghouthi, âgé de 53 ans, est professeur de physique théorique sur les plasmas dans l’espace, à l’Université Al-Quds. Ancien employé de la NASA aux États-Unis, son travail scientifique est reconnu internationalement.
Il avait précédemment été arrêté, le 6 décembre 2014, alors qu’il se rendait à une conférence scientifique dans les Émirats Arabes Unis, et condamné à la détention administrative sans inculpation ni jugement. Il avait été libéré le 22 Janvier 2015, suite à un tollé international dans la communauté scientifique, avec les protestations émises par l’AURDIP (Association des Universitaires pour Respect du Droit International en Palestine), le BRICUP (Comité britannique pour les universités de Palestine), le Committee of Concerned Scientists , le MESA (Middle East Studies Association, le Comité pour la liberté académique, et Euroscience.
A l’époque, son avocat, Jawad Boulos, a déclaré que « Barghouthi a été arrêté en raison des déclarations qu’il a faites en soutien aux militants palestiniens lors de l’invasion israélienne de la bande de Gaza l’été dernier. » « Dans un interrogatoire après son arrestation, il a été interrogé sur ce qu’il avait écrit sur Facebook et déclaré à la télévision contre l’occupation, » avait déclaré Boulos à la prestigieuse revue scientifique Nature.
Après sa libération, Barghouthi a écrit une lettre aux organisations internationales qui l’avaient soutenu : « Je demande à la communauté internationale qui s’est exprimée sur mon nom à prendre la parole également au nom de tous les prisonniers politiques palestiniens. Il y a environ 500 Palestiniens en détention administrative, emprisonnés sans inculpation ni jugement. L’utilisation systématique de l’emprisonnement arbitraire par les forces israéliennes pour punir les Palestiniens, viole le droit international humanitaire tel que stipulé dans la Quatrième Convention de Genève ».
Le Réseau Samidoun de solidarité avec les Prisonniers palestiniens appelle à la libération immédiate du scientifique palestinien Imad al-Barghouthi. Les arrestations en cours d’universitaires palestiniens, de scientifiques, d’écrivains et de journalistes palestiniens sont une tentative de la part de l’occupation israélienne de faire taire les voix palestiniennes reconnues.
Nous exhortons les organisations scientifiques et universitaires internationales à exiger la libération de Barghouthi. DE plus, Samidoun souligne que des cas comme celui de Imad al-Barghouthi représentent un déni fondamental du droit des Palestiniens à l’éducation et à la liberté académique.
Cette affaire souligne la nécessité du boycott universitaire international des institutions académiques israéliennes – un appel adopté par un nombre croissant d’associations universitaires et de syndicats de travailleurs. Ces institutions sont profondément complices dans les structures de l’occupation, qui nient les droits humains des Palestiniens à tous les niveaux, y compris leurs droits fondamentaux à l’éducation et à la liberté académique.
Clic pour voir la Source de l’article
**********

Bariza Khiari, élue présidente de l’Institut des Cultures d’Islam.
Réuni le jeudi 21 avril, le conseil d’administration de l’Institut des Cultures d’Islam a élu, à l’unanimité, Bariza KHIARI, à la Présidence de l’ICI et a reconduit les autres membres du bureau. Ce bureau a pour mission de pérenniser et de développer l’Institut des Cultures d’Islam.
Une élection pour porter haut le projet de l’Institut des Cultures d’Islam.
Bariza Khiari, sénatrice de Paris, ancienne haut fonctionnaire du Tourisme, a placé son engagement politique sous le sceau de la lutte contre toutes les discriminations. Elle intervient régulièrement sur les questions liées à l’Islam et à la citoyenneté. Franco-algérienne, membre du Comité national de réflexion et de propositions sur la laïcité à l’école, Bariza Khiari est ancienne membre du MRAP et membre d’honneur du Club XXIe siècle, elle est également membre du conseil d’administration de la fondation Aladin ayant pour mission de renforcer l’amitié judéo-musulmane. Elle a organisé plusieurs temps d’échanges et de rencontres sur l’Islam au Sénat, dont le colloque « L’Islam des Lumières ». Bariza Khiari s’inscrit dans l’héritage spirituel et politique de l’Émir Abd el-Kader, figure par excellence de celui qui agit en homme de pensée et pense en homme d’action.
Avec la reconduction du bureau de l’association, composé de Nacira GUENIF-SOUILAMAS, vice-présidente, de Naïl BOURICHA, secrétaire et de Khaled ABICHOU, trésorier, le conseil d’administration inscrit son action dans la continuité des missions et ambitions de l’Institut des Cultures d’Islam : être à la fois un lieu de création contemporaine de qualité et un acteur culturel, médiatique et social sur la question des cultures liées à l’Islam et de la place de l’Islam en France.
« C’est avec beaucoup de joie que je prends mes fonctions de Présidente de l’Institut des Cultures d’Islam, avec pour première tâche de célébrer la Tunisie et ses aspirations démocratiques, à l’occasion de la très belle exposition d’art contemporain Effervescence.
Dans un contexte particulièrement troublé, les artistes sont un miroir de nos sociétés en nous montrant ce que nous sommes. À travers leur travail, ils transgressent les normes, les dépassent et les subliment. Ils sont en cela symbole de liberté, sachant dire « non », à leur manière, quand les libertés et droits humains sont atteints, constituant pour nous des sas de sécurité. C’est à cette capacité à dire « non » que je souhaite rendre hommage, en saluant l’engagement citoyen des artistes tunisiens qui n’hésitent pas à créer et à faire valoir leurs droits, parfois au péril de leur intégrité physique.
Comme ces frêles et gracieux papillons que l’artiste Nicène Kossentini met en scène dans son oeuvre L’envol du papillon, la démocratie dans le monde arabomusulman est un processus long et d’une terrible fragilité. En Tunisie, seuls l’engagement sans faille d’un peuple soudé et la remarquable force des femmes ont pu garantir son émergence. Cinq ans après la révolution, la stabilisation et la permanence de cette démocratie constituent encore un enjeu crucial…
En tant que co-fondatrice du Festival des Cultures Soufies de Fès et membre durant trois ans de la commission « Culture et éducation » du Sénat, je tiens à ce que la culture soit aussi un instrument de construction d’espaces d’apaisement et de rassemblement. Farouchement républicaine et sereinement musulmane, je suis fière d’assurer la présidence de l’Institut des Cultures d’Islam en m’inspirant de l’hymne à l’altérité d’Ibn Arabi : « Les hommes sont les ennemis de ce qu’ils ignorent ». Faciliter la compréhension de l’Islam, de ses cultures, de ses valeurs et de ses figures tutélaires constitue une nécessité pour construire une société dépassant ses blocages. La culture est un formidable vecteur pour apprendre à se connaître et à se rapprocher.
À cet égard, je me dois de rendre un hommage appuyé à Jamel Oubechou à qui je succède. Il a réussi à installer un établissement d’art contemporain dans le quartier par excellence de la diversité. Cet équipement a maintenant sa légitimité dans le paysage culturel de Paris. Il est surtout reconnu comme tel par la sphère culturelle, ainsi que l’a voulu et pensé Bertrand Delanoë, dont je salue ici l’audace. Il a aussi fallu l’enthousiasme et le soutien des élus du 18e et de Daniel Vaillant, indéfectible partisan de ce projet. Je remercie enfin Anne Hidalgo de s’inscrire dans cet héritage, et d’en soutenir le déploiement.
Mes remerciements vont vers le trésorier de l’Institut des Cultures d’Islam Khaled Abichou, dont le dévouement a, ces derniers mois, largement dépassé ses fonctions, vers l’équipe qui travaille au quotidien afin de faire de ce projet une réalité, et vers Michket Krifa, initiatrice et commissaire de l’exposition. Merci enfin à l’Institut Français de Tunis pour son soutien et son aide inestimable sur l’épineuse question du transport desœuvres, à l’Office National du Tourisme Tunisien, à Madame Saïda Garrach et Monsieur le Ministre Kamel Jendoubi, aux collectionneurs qui nous ont prêté leurs œuvres, aux galeries et bien-sûr aux artistes, ainsi qu’à tous les partenaires, notamment le laboratoire Central Dupon, qui ont rendu possible cette effervescence.
Je vous invite donc à découvrir jusqu’au 14 Août, cette exposition et cette programmation foisonnantes à l’Institut des Cultures d’Islam. »
BARIZA KHIARI
.
Présidente de l’Institut des Cultures d’Islam
.
Clic pour voir la Source de l’article
####################################
####### Aujourd’hui en Palestine #######
####################################

Aujourd’hui en Palestine, Voici les principaux titres du site d’information C P I, Centre Palestinien D’Information.
Dans le camp de réfugiés palestiniens d’al-Fawar, au sud de ville d’al-Khalil, se trouve al-Iraqawiya, le quartier qui a pris le nom d’Iraq al-Manchiya, le village d’où les habitants du quartier furent expulsés durant la Nakba (la tragédie de l’année 1948).
Dans ce quartier se tient une maison humble dans laquelle vit une famille humble, la famille du captif Sami al-Janazra. La maison abrite sa mère Om Kayed, sa femme Om Firas, et ses enfants : Firas, 13 ans, Mahmoud Darwich, 10 ans, Maria, 4 ans.
Durant le périple à pied pour aller vers la maison du captif, le visiteur sera étonné par les ruelles étroites, surpris par les quartiers modestes, médusés par la vie de misère dans laquelle survivent les réfugiés palestiniens.
.
Incursions et affrontements limités à Jérusalem et ses banlieues
Les forces armées d’occupation israéliennes ont pris d’assaut jeudi 5 mai 2016, plusieurs villages dans la ville occupée de Jérusalem et ses banlieues.
.
Le tribunal de l’occupation recommande de remettre les corps des martyrs incarcérés depuis 30 jours.
La cour suprême de l’occupation sioniste a recommandé, jeudi matin 5 mai 2016, lors d’une audition des Jérusalémites pour récupérer les corps de leurs proches martyrs.
.
Le prisonnier Abou al-Houda révèle les conditions de son isolement dans les prisons israéliennes.
Le prisonnier Fadi Abou al-Houda a révélé les conditions de sa détention, pendant 28 jours, dans des conditions extrêmement difficiles et son isolement dans la prison Eshel Sheva.
.
Un vieux homme légèrement blessé.
L’armée occupante viole l’accalmie avec Gaza, Jeudi matin, le 05/05/2016, un Palestinien âgé a été blessé, après un raid sioniste qui a visé un atelier de métallurgie dans le quartier Zeitoun, à l’ est de Gaza.
.
Le Hamas tient l’occupation responsable de l’escalade à l’est de Gaza.
Le mouvement du Hamas a tenu l’occupation israélienne responsable complètement de l’escalade à l’est de la ville de Gaza et de toutes les implications.
.
Une force militaire sioniste a ouvert le feu le mercredi soir 4 mai 2016, sur un jeune homme handicapé, qui passait près de la route de contournement N° 60 au nord de la ville d’Hébron.
.
Des sources hébreux ont déclaré, hier soir, que 4 jérusalémites, y compris une jeune fille, ont été arrêtés sous le prétexte d’avoir tenté d’effectuer des attaques anti-occupation dans la ville occupée de Jérusalem.
Trois jérusalémites ont été kidnappés sous le prétexte d’avoir tenté de commettre des attaques au couteau au nord de la ville occupée de Jérusalem.
Les sources ont prétendu qu’on a trouvé un couteau avec l’un des jeunes hommes et un marteau avec un autre.
Les soldats israéliens ont arrêté, hier soir, une jeune fille dans la ville de Jérusalem sous le prétexte qu’il portait un couteau.
Des sources locales ont déclaré que les forces armées occupantes ont agressé une jeune fille (14 ans) après l’avoir arrêtée dans la rue de Wad à la vieille ville de Jérusalem.
.
Les forces de la sécurité préventive dans la ville de Ramallah ont arrêté le mercredi soir 4 mai 2016, le prisonnier libéré Rebhi Hamed (44 ans) du village de Selwad.
.
Les forces armées d’occupation israéliennes ont arrêté le jeudi 5 mai 2016, huit civils palestiniens des villes et villages de la Cisjordanie occupée.
.
Le tribunal militaire sioniste de Salem a émis mercredi 4 mai 2016, une condamnation de 6 mois de prison ferme contre le leader du mouvement du Hamas, Nazih Abou Aoun, sur des accusations de l’incitation.
.
Tubas : Affrontements entre l’Autorité Palestinienne et des hommes armés au camp de Farea’a.
De violents affrontements ont éclaté avec des armes à feu la nuit dernière entre les éléments de la sécurité de l’Autorité Palestinienne et des hommes armés au camp de Farea’a.
.
L’occupation arrête un malade sur le passage de Beit Hanoun.
Les forces armées d’occupation sionistes ont arrêté le mercredi soir, un jeune homme palestinien lorsqu’il était sur le chemin pour le traitement dans les territoires palestiniens.
.
Les répercussions de la récente guerre sur la bande de Gaza en été 2014, jettent leur ombre sur la plupart des soldats israéliens qui ont participé à l’agression contre le secteur assiégé.
Selon le journal israélien hébreu, Yediot Ahronot, le soldat sioniste Ariel Ben-Meir, qui a combattu dans la récente guerre à Gaza, souffre de problèmes psychologiques lui firent passer la plupart de son temps, après avoir quitté l’armée, voyageant dans sa voiture et ne la quitte pas toute la nuit.
Ariel accuse, selon le journal, l’armée d’occupation sioniste et le gouvernement, d’avoir négligé les troupes et les faire souffrir des maladies mentales.
Il a également accusé le gouvernement de l’occupation , les dirigeants sionistes d’être traîné l’armée seulement à la guerre pour les caprices politiques », sans supporter les pertes lourdes de la guerre.
Le journal a rapporté que Ariel souffre de maladies mentales et ne quitte pas de prendre de haschisch « Drogue », ni le siège de sa voiture qui est devenue son abri où il dormait , tout en disant: «que des centaines de soldats ne trouvent pas de confort depuis la fin de la guerre ».
« La guerre a laissé beaucoup de blessés, des malades mentaux, des cicatrices et des brûlures sans traitements », a -t-il souligné.
Il a ainsi ajouté la récente agression sur Gaza a duré 51 jours, et que les soldats israéliens ont été confronté à la résistance et les opérations spétiales d’al-Qassam, derrière les lignes ennemies, où les troupes sionistes ont agité la panique et leurs ranges ont été perturbés.
En outre , il a également révélé que la recherche qui a été menée a montré qu’un quart des soldats souffrent d’un fort traumatisme psychologique, en raison des effets de la guerre, et que la prévalence de la pensée suicidaire chez les combattants qui ont subi une « guerre traumatique », était plus élevé deux fois que l’état de leurs camarades qui ne se sentent pas ce même choc, selon le journal.
.
Le mouvement d’al-Jihad al-Islami a assuré que la résistance palestinienne ne croisera pas les bras devant l’escalade des forces d’occupation sionistes dans la bande de Gaza.
.
Une force d’occupation israélienne a arrêté ce mercredi soir le militant Atef Salhi (43 ans), de la ville de Salouad à Ramallah, Juste après sa libération par les services sécuritaires de l’Autorité Palestinienne.
.
Al-Qassam à l’occupation: « Quittez Gaza immédiatement ! ».
Les Brigades al-Qassam du mouvement de la résistance islamique «Hamas» a annoncé qu’elles ne permettront pas l’agression sioniste sur la bande de Gaza.
.
L’armée de l’air israélienne bombarde le sud de la bande de Gaza.
Des avions de guerre israéliens ont bombardé, aujourd’hui dans la soirée, des cibles de la résistance à l’est de Rafah dans le sud de la bande de Gaza.
.
2ème incident depuis ce matin : L’occupation cible les sites de la résistance à Shijia.
Les forces d’occupation sionistes ont bombardé, cet après-midi 4 mai 2016, un certain nombre de sites militaires appartenant à la résistance islamique à l’est de Shijia dans la ville de gaza.
.
Retrouvez l’intégralité de tout ces articles sur http:// french pal info.com
.
Le Centre Palestinien D’Information, sur http://french.palinfo.com

Laisser un commentaire