MouslimRadio Programmes de diffusion sur MouslimRadio

Actuellement, en direct sur Loading ...


Flash info du 4 Joumada Al Awwal 1437.

Flash info du 4 Joumada Al Awwal 1437.

Ecouter le coran, des hadith, des conférences, des annonces divers, des anashids (sans musique), et bien d’autres choses, en direct sur :
www.MuslimRadio.info

******************************************************************


Portrait de femme: Amani Khathatbeh, un titan du web.

Amani Khathatbeh n’était qu’une adolescente quand elle a lancé son blog MuslimGirl. C’était un passe-temps à l’époque. Aujourd’hui c’est devenu son métier. Le besoin de transmettre de la force aux femmes musulmanes qui a fait de son travail une référence dans le milieu de la technologie au point que le New-York Times l’a surnomme lui-même » un titan des médias « .

Si au départ, le site n’était que la volonté d’une ado de lutter contre ce qu’elle considérait comme l’image de la jeune musulmane sans droit à la parole, aujourd’hui, MuslimGirl.net et sa fondatrice de 23 ans sont une référence que l’on s’arrache aux Etats-Unis. Invitée à Los Angeles à la Women’s Mosque of America, elle donnait un discours dans lequel elle comaprait la situation des musulmans de l’après 11/09 à Batman et le ravin dans The Dark night Rises. Elle explique les musulmans peuvent se relever de cette haine constante et se sortir de cette épreuve pour devenir encore meilleur.

MuslimGirl.net en chiffres cela donne cela: 1 000 000 de vues uniques par mois, 50 rédactrices qu’elle peut enfin payer comme il se doit car auparavant » elles travaillaient par amour « . Mais son principal objectif, avec cette aventure qui évolue d’une manière qui dépasse toutes ses attentes, est de faire de ce site une source durable d’autonomisation pour les femmes musulmanes.

» Je crois que cela peut être transformateur d’avoir des femmes de couleurs, des femmes musulmanes, et surtout des femmes musulmanes voilées dans le domaine des technologies. Nous devons accroitre notre visibilité. Notre visibilité est cruciale ».

Clic pour voir la Source de l’article

********************


Association Handicap-Education: une structure pour les enfants handicapés de la communauté.

Des initiatives à destination des enfants de la communauté musulmane françaises nous en connaissons tous, mais les projets à destination des enfants de la communauté souffrant d’un handicap mental et/ou physique manquent cruellement. En effet, il existe une réelle absence de propositions de cours et d’activités au sein des associations musulmanes pour ces enfants handicapés.
C’est la raison pour laquelle l’association Handicap-Education s’est donnée pour objectif d’offrir une structure adaptée pour les besoins spécifiques de ces enfants handicapés de la communauté.
Pour ne pas qu’ils soient marginalisés par la communauté, l’équipe d’Handicap-Education tente alors de pallier ce manque en leur proposant un suivi scolaire dans toutes les matières, en conformité avec les programmes de l’éducation nationale, mais aussi en proposant des activités ludiques et sportives (ex: poney, psychomotricité, ateliers collectifs, sorties …). Enfin, et bien sûr, l’association propose des cours de langue arabe mais aussi une initiation à l’apprentissage du coran, et de cours d’éducation islamique.

Composée d’une équipe professionnelle et pluridisciplinaire (psychologue, enseignants, animateurs), l’association intervient dans différents pôles : pôle scolaire, pôle loisirs, pôle loisirs, pôle échange et écoute.

Des événements et des sorties sont régulièrement organisés : activités sportives, équitation, jardinage, spectacles avec récitation et chants religieux, etc.

Le pôle spirituel occupe une place de grande importance dans la mesure où ces enfants, bien éprouvés par leur handicap ont besoin d’enrichir leur coeur spirituellement et acquérir la patience malgré leurs difficultés quotidiennes. Au delà et à travers l’initiation au Coran, les encadrants leur transmettent ainsi des valeurs précieuses de la communauté du Prophète (sallahou alayi wa sallam) : le don de soi, la solidarité, le positivisme, le respect d’autrui. Des valeurs indispensables pour se construire, et se sentir épanoui avec l’aide d’Allah.

Un grand bravo à toute l’équipe engagée au sein d’Handicap-Education !
Qu’Allah vous accorde le meilleur dans cette vie et l’au-delà pour le temps que vous accordé à ces enfants de la communauté. Qu’Il facilite le quotidien de ces enfants souffrant d’un handicap mental et/ou physique. Qu’Il accorde la patience à leurs parents et leurs proches face à cette épreuve ô combien douloureuse.

Contact : http://www.handicapeducation.com
.

Nous vous partageons également une belle vidéo de l’équipe « Deen de Confiance » qui s’est rendu à Lyon au cours du Ramadan 2015 pour rencontrer cette magnifique association :

Reportage a voir sur www.muslimradio.info.
w w w . m u s l i m r a d i o . i n f o .

Clic pour voir la Source de l’article

********************


Une étude révèle l’importance des thèmes de la miséricorde et de la joie dans le Coran.

Il y a quelques mois de cela, nous vous parlions de cet américain qui a été poussé vers l’Islam par le biais de la Bible. C’est en constatant des contradictions dans le texte biblique que cet homme s’est lancée dans la lecture du Saint Coran, suite à quoi il a embrassé l’Islam. Aujourd’hui, un ingénieur américain du nom de Tom H.C Anderson a décidé de contrer l’islamophobie en comparant la Bible et le Coran.

La question était de savoir si le Coran, si souvent présenté par les médias comme véhiculant la violence, était plus violent que les textes bibliques ou s’il s’agit seulement d’une idée reçue. Afin de répondre à cette interrogation, Tom Anderson a mis en place un logiciel pour comparer les textes quant à l’utilisation de certains mots : joie, colère, tristesse, meurtre. Cette comparaison était ensuite regroupée sous forme de statistiques.

Suite aux comparaisons du Saint Coran, de l’ancien et du nouveau testaments, cet ingénieur a conclu que l’ancien testament est celui qui fait le plus référence à la violence. Il précise ainsi : « la mort et la destruction sont légèrement plus présents dans le Nouveau Testament que dans le Coran (2,8% contre 2,1%) mais l’Ancien Testament est clairement loin devant le Coran, avec deux fois plus de références à la destruction et au meurtre (5,3%) ». La notion de « colère » est davantage présente dans la Bible alors que celle de « joie » et de « croyance » sont prédominantes dans le Coran.

Au delà de ce constat, Tom Anderson a également remarqué par son étude que la miséricorde et la bonté sont des aspects bien plus présents dans le Saint Coran que dans la Bible. L’ingénieur a d’ailleurs expliqué qu’il a lui même été surpris par ces conclusions : « Ceux qui n’ont pas lu ou qui ne sont pas familiers de ces trois textes religieux seront peut-être un peu surpris d’apprendre que le Coran n’est pas plus violent que ses homologues judéo-chrétiens. (…) Personnellement, j’étais un peu surpris de voir que le concept de miséricorde était autant présent dans le Coran ; je pensais qu’il serait plus présent dans le Nouveau Testament (…).«

Les résultats de cette étude déconstruisent ainsi les préjugés circulant au sujet de l’Islam et du Saint Coran : la Bible contient des passages bien plus violents et le Coran véhicule davantage la miséricorde. Il y a quelques mois de cela, nous évoquions d’ailleurs cette expérience sociale aux Pays Bas : des passants écoutaient des passages de la Bible pensant qu’il s’agissait du Coran. Leur réaction illustre la présence de préjugés bien ancrés dans la société.

Clic pour voir la Source de l’article

********************


Dissolution du Centre de prévention contre les dérives sectaires liées à l’islam.

Après le vote sur la déchéance de la nationalité à l’Assemblée, les réactions ne se sont pas faites attendre. Parmi elles, celle de Dounia Bouzar, directrice du Centre de prévention contre les dérives sectaires liées à l’Islam, qui compte dissoudre la structure.
Les préfectures devront prendre le relais

Jusqu’à présent, le centre de prévention travaillait en étroite collaboration avec le ministère de l’Intérieur. Cependant, étant contre l’extension de déchéance de la nationalité, la directrice a décidé que ce travail cesserait en avril prochain. A cette date, le Centre de prévention contre les dérives sectaires liées à l’islam cessera d’exister. Qui s’occupera alors individuellement des plus de 700 cas suivis ? Les préfectures devront accompagner les individus concernés. Le communiqué de presse précise que «faire croire aux Français que la déchéance sera un symbole pour lutter contre Daech est une réponse déconnectée de la réalité […]. L’amalgame renforce toujours les radicaux ».

Dernièrement des polémiques étaient nées sur le Centre de prévention contre les dérives sectaires liées à l’islam notamment concernant la composition de l’organigramme dans lequel sont présents certaines membres de la famille de Dounia Bouzar.

Clic pour voir la Source de l’article

********************


Obama poursuivi pour discrimination envers les musulmans.

L’Union américaine pour les libertés civiles (ACLU) a décidé de poursuivre l’administration Obama pour ses programmes de lutte contre « l’extrémisme violent » qui ciblent injustement les musulmans aux États-Unis, a-t-elle annoncé mercredi 10 février. Selon l’ACLU, ces programmes fédéraux posent problème. La définition de ce concept étant jugé comme mal définie et malléable peut amener à l’inspection officielle de tous les musulmans.

Hina Shamsi, une dirigeante de l’ACLU, déclare dans son blog qu’elle a été interpellée par les paroles du président Barack Obama lors de sa visite à la mosquée de Baltimore. « Ce qui est grave lorsqu’on écoute le discours du président, c’est la déconnexion entre ces paroles puissantes et les politiques gouvernementales qui visent injustement les Américains musulmans et favorisent un climat de peurs et de discriminations », écrit-elle. Elle ajoute que les plans d’actions de l’administration Obama « stigmatisent les musulmans comme s’ils étaient intrinsèquement suspects, malgré qu’un faible nombre d’entre eux soient impliqués dans des tueries au sein du pays ».

Hina Shamsi explique avoir saisi le Freedom of Information Act, une loi qui permet aux citoyens d’avoir accès à tout document administratif les concernant directement. Cette demande, effectuée dans le but d’obtenir des justifications, n’a pas été suivi d’effets. « Afin de rendre public des informations cruciales, et faire valoir ce que le président Obama a dit dans son discours sur les droits des Américains musulmans, nous poursuivons aujourd’hui son administration », a-t-elle expliqué. La plainte été déposée à la Cour fédérale de Washington et vise le FBI mais aussi les ministères de la Sécurité intérieure, de la Justice, de la Santé, de l’Éducation, des Affaires étrangères.

Cet épisode judiciaire fait écho à la déclassification obtenue le 5 février dernier de 198 photos, preuves de la torture utilisée par les militaires américains en Irak et en Afghanistan durant la présidence de George Bush. Il aura fallu 12 ans pour que l’ACLU obtienne gain de cause.

Clic pour voir la Source de l’article

********************


Cologne : l’écrasante majorité des agresseurs ne sont pas des réfugiés.

Nouveau rebondissement dans l’affaire des agressions de la nuit du Nouvel an à Cologne, en Allemagne.

Alors que les réfugiés syriens et irakiens avaient été largement vilipendés et accusés d’avoir agressé sexuellement des femmes, le procureur de Cologne Ulrich Bremer annonce vendredi 12 février dans les colonnes du journal allemand Die Welt que sur les 58 personnes arrêtées, seules trois proviennent de zones de guerre. Parmi ces 58 suspects se trouvent 25 Algériens, 21 Marocains, trois Tunisiens, trois Allemands, deux Syriens, un Irakien, un Monténégrin, un Libyen et un Iranien. Si les origines des suspects sont précisées par le procureur, la responsabilité est uniquement individuelle.

Le procureur a aussi annoncé que la police analysait plus de 590 heures de vidéos et des échanges téléphoniques. Plus de 300 personnes ont d’ores et déjà été interrogées. Le détail des motifs des 1 054 plaintes indique que 600 d’entre elles concernent des cas de vols et 454, des cas de violences sexuelles. Die Welt publie sur son site une description détaillée, infographies à l’appui des diverses plaintes enregistrées.

À l’issue du carnaval de Cologne la semaine dernière, 66 plaintes pour agressions sexuelles ont été déposées contre 18 lors de l’édition 2015. Les autorités locales ont estimé que les victimes ont été plus enclines à témoigner qu’en temps normal.

La révélation des agressions de Cologne a déclenché depuis un peu plus d’un mois des débats enflammés sur la politique migratoire européenne, remettant en cause celle défendue par la chancelière allemande Angela Merkel.

Clic pour voir la Source de l’article

********************


Accueil triomphal pour les footballeurs palestiniens à l’aéroport d’Alger.

Alors que l’équipe de Palestine doit affronter l’équipe olympique algérienne le 17 février prochain en match amical, des centaines d’algérois ont réservé un accueil chaleureux aux joueurs palestiniens à leur arrivée à l’aéroport ce jeudi.

« Plusieurs centaines de personnes étaient présentes avec instruments de musique et percussions afin d’accueillir en fanfare les joueurs palestiniens à leur sortie de l’avion. « Les marques de sympathie des Algériens traduisent leur amour pour la Palestine et leur soutien à une cause qui est aussi la leur », a déclaré à l’Algérie Presse Service le capitaine de la sélection palestinienne, Abdelatif El Bahdari.

L’équipe s’est ensuite rendue au siège de l’ambassade de Palestine à Alger, où se trouvait déjà le président de la Fédération palestinienne de football, Djibril Al Rajoub.

Le match, qui se tiendra dans le stade du 5 juillet dans la capitale algérienne, sera gratuit afin qu’un maximum de spectateurs puissent y assister. « Cette rencontre de football va renforcer davantage les liens fraternels entre les deux peuples » a déclaré l’entraîneur de l’équipe de Palestine, lui-même de nationalité algérienne, Noureddine Ould Ali à El Watan.

Au contraire de son homologue algérien, l’équipe de football de la Palestine ne s’est pas qualifiée pour les jeux olympiques de Rio. La Palestine avait perdu face à l’Arabie Saoudite 3 à 2 en juin 2015 et battu le Timor 6 à 0 en novembre dernier dans le cadre des éliminatoires de la Coupe du monde 2018.  »

Reportage a voir sur www.muslimradio.info.
w w w . m u s l i m r a d i o . i n f o .

Clic pour voir la Source de l’article

********************


Une jeune australienne rêve de devenir la première danseuse classique voilée.

Du haut de ses 14 ans et chaussée de ses pointes qui la grandissent, la gracieuse et talentueuse ballerine australienne, Stephanie Kurlow, a résolu avec une étonnante maturité le cruel dilemme qui se posait à elle, refusant de devoir choisir entre son tutu virevoltant et son hijab couvrant sans lesquels elle aurait l’impression de perdre son âme.

Face à cet impossible choix, la jeune fille qui a embrassé l’islam en famille en 2010, avec son père australien, sa mère d’origine russe, et ses deux frères, a refusé de renoncer aux arabesques aériennes et à ce voile qui fait partie d’elle-même, décidant, face aux portes des studios de danse qui se sont refermées devant elle, de s’imposer comme la première danseuse de ballet classique voilée.

Avec toute la fougue de l’adolescence et armée d’une persévérance à toute épreuve qu’elle puise dans les sources scripturaires de l’islam et la rigueur de sa discipline, celle qui, petite fille s’émerveillait devant les danseuses étoiles, n’est pas en proie au découragement. Bien au contraire, elle veut croire en sa bonne étoile en marchant sur les traces de musulmanes qu’elle admire, telle Noor Tagouri, la première présentatrice voilée de la télévision américaine.

« Le hijab est si important pour moi, C’est une partie de moi-même et il représente la belle religion que j’aime », s’est livrée à cœur ouvert Stephanie Kurlow dans un entretien accordé à la presse de Sydney, là où elle réside et s’est déjà fait un nom. « Le hijab symbolise ma dévotion à mon Créateur. Il couvre une partie de mon corps mais pas mon esprit, ni mon cœur, ni mon talent de danseuse », a-t-elle souligné avec conviction.

Epaulée par sa mère, sa première admiratrice, la jeune australienne a pris le taureau par les cornes, tentant de récolter la somme de 6 000 euros via une opération de crowdfunding afin d’autofinancer ses frais de scolarité et ses cours de perfectionnement de danse avec un professeur particulier. Elle poursuit deux buts suprêmes désormais : ouvrir la voie en tant que première danseuse classique musulmane à évoluer sur scène avec un hijab et, à terme, créer une école de danse classique accessible à tous les talents, notamment ceux qui ne demandent qu’à éclore au grand jour sous un voile.

« Tout ce que je veux, c’est partager la beauté de la danse et redonner confiance à des jeunes filles qui renoncent à leurs rêves en raison des tenues qu’elles portent, de leurs convictions religieuses ou de l’absence de possibilités. Je veux qu’elles puissent réaliser leurs rêves », a insisté Stephanie Kurlow avec l’ardeur d’une jeune danseuse qui a le feu sacré et qui sait qu’elle ne sera jamais perdante, puisque qu’elle a déjà remporté sa plus belle victoire face à l’adversité et au fléau de l’islamophobie : la victoire sur soi.

Clic pour voir la Source de l’article

********************


Une première au Wisconsin : une musulmane prononce la prière d’ouverture à l’Assemblée législative.

Malgré l’émotion qui l’étreignait, c’est le pas assuré, et d’une voix claire et limpide, que Janan Najeeb, une figure éminente de la communauté musulmane du Wisconsin, a pénétré dans l’enceinte de l’Assemblée législative pour y prononcer, jeudi dernier, la prière d’ouverture, créant l’événement dans un hémicycle habitué à résonner d’autres invocations.

Cette grande première a été l’œuvre d’un parlementaire démocrate très en vue, Mandela Barnes, qui souhaitait non seulement mettre à l’honneur une femme remarquable, chantre du dialogue interreligieux depuis plusieurs années, mais aussi promouvoir la diversité au sein du centre névralgique du pouvoir local, majoritairement blanc et chrétien.

A l’heure où les plus populistes des Républicains, les Donald Trump et consorts, s’évertuent à distiller le venin de la calomnie islamophobe dans l’Amérique profonde, Mandela Barnes s’est fait un devoir de prendre l’exact contrepied à Madison, la capitale du Wisconsin, en offrant une tribune inespérée à une activiste communautaire charismatique et estimée de tous, qui a fondé le Centre de ressources islamique et préside la Coalition des femmes musulmanes du Milwaukee.

Parvenant à surmonter sa fébrilité grandissante à l’approche d’un jour à marquer d’une pierre blanche, Janan Najeeb ne s’attendait pas à ce que ses efforts inlassables en faveur du vivre-ensemble et son extraordinaire dévouement auprès de ses coreligionnaires la propulsent un jour devant les élus du peuple.

« Je suis très honorée et nerveuse à la fois », confiait-elle avant de faire sa grande entrée dans l’Assemblée du Wisconsin, ayant du mal à réaliser qu’aucun musulman avant elle n’avait été convié à y prendre la parole et de surcroît à y réciter des versets du Saint Coran, choisis pour être une ode à la diversité.

« Nous devons absolument dépasser nos peurs », a martelé le chrétien Mandela Barnes, avant d’insister : « Les musulmans aspirent aux mêmes choses que leurs concitoyens, que nous tous : vivre en paix, se divertir, juste vivre et respirer. »

« Il y a dans la création des Cieux et de la Terre et dans la succession de la Nuit et du Jour, des signes pour ceux qui sont doués d’intelligence » (Sourate 3 / Verset 190), et encore « Ô hommes! Nous vous avons créés d’un mâle et d’une femelle, et Nous avons fait de vous des nations et des tribus, pour que vous vous entre-connaissiez. Le plus noble d’entre vous, auprès d’Allah, est le plus pieux. Allah est certes Omniscient et Grand-Connaisseur » (Sourate 49/ verset 13), a énoncé à voix haute Janan Najeeb, dans un silence recueilli, nourrissant l’espoir que son intervention aura favorablement marqué les esprits des législateurs et convaincus les plus sceptiques d’entre eux que « les musulmans font bel et bien partie du tissu de la société américaine. »

Clic pour voir la Source de l’article

********************


Les tribulations d’un journaliste blessé par un tireur israélien.

Le 21 octobre 2000, armé d’un fusil d’assaut M-16, un tireur israélien répond aux ordres de sa hiérarchie, loge une balle à haute vitesse dans la poitrine d’un journaliste français alors en reportage à Ramallah, en Palestine occupée. Jacques-Marie Bourget, à cet instant envoyé spécial de Paris-Match, échappe par miracle à la mort. Le projectile est passé près du cœur avant de s’écraser dans l’omoplate. Cohérents dans leur choix, celui de détruire cette « homme-cible », les autorités israéliennes refusent de relever le blessé, de le soigner. Ce sont les sauveteurs et chirurgiens palestiniens qui opèrent et gardent le journaliste à la vie.

Après quarante-huit heures passées à l’hôpital du Croissant rouge, l’évacuation du reporter vers Paris par avion spécial est refusée par Israël. Et c’est le président Jacques Chirac qui se met en colère et exige la liberté pour l’envoyé spécial blessé. Aujourd’hui, après toutes ces années où les mois de soins et les nouvelles opérations se sont additionnés, notre confrère reste victime d’un handicap évalué à 42%.

Le reporter a déposé une plainte contre X pour « tentative d’assassinat » devant le TGI de Paris. Après une longue paresse, la justice envoyait une Commission rogatoire internationale (CRI) en Israël et sollicitait l’application du traité bilatéral d’assistance judiciaire signé en 1959. Puis le silence a recouvert le dossier. Plus de trois années plus tard, le gouvernement de Tel-Aviv répond enfin. Une réplique très curieuse et contradictoire. « L’armée israélienne a fait une enquête sur le cas Bourget ». « Mais elle est frappée du secret ». Pis « elle a été perdue ». Pour conclure les autorités israéliennes précisent : « de toutes façons le journaliste a été atteint par un tir palestinien »… Voilà pour la coopération et la cohérence.

Abandonné par l’ensemble des pouvoirs publics français et tous autres, syndicats ou ONG du type Reporters Sans Frontières, notre confrère n’a d’autre choix que de se retourner devant la Commission d’Indemnisation des Victimes d’Infractions (CIVI). Laquelle est accouplée à un Fonds de Garantie (FGTI) qui doit, le cas échéant, indemniser les victimes.

Dans un premier temps – écoutez bien ! – le TGI de Paris déclare que Jacques-Marie Bourget n’est pas une victime puisque son statut est celui d’un soldat… Et les magistrats ajoutent que « se prononcer sur l’origine de la blessure du journaliste serait s’immiscer dans la politique d’un état étranger et démocratique ». Autrement dit, si un agent israélien a tiré sur le reporter français, c’est qu’il avait de bonnes raisons ! Fermez le ban.

En appel les juges du TGI lisent les faits et le droit tout autrement. William Bourdon – l’avocat du reporter – glisse la Convention de Genève et celle d’Athènes sous le nez de la cour : un journaliste en zone de conflit reste un civil qu’il faut protéger, ou pour le moins épargner. Que d’efforts pour atteindre le pic du bon sens. L’envoyé de Paris-Match, (abandonné par sa rédaction), est donc une victime qu’il faut indemniser. Patatras, cette décision – qui par sa jurisprudence est une très bonne nouvelle pour tous les « reporters de guerre » – est frappée d’un recours devant la Cour de cassation !

Résumons. Un journaliste français est tiré comme un gibier par un soldat israélien. Personne ne bouge pour demander des comptes à Tel-Aviv, ni pour soutenir le rescapé. Puis, quinze années après le drame, un tribunal reconnait enfin que l’homme de plume est une « victime ». Très bien ! Et là, subitement un Fonds de Garantie, placé sous l’autorité du gouvernement français, conteste cette qualité, à la fois à Jacques-Marie Bourget et, au-delà, à tous les confrères tués ou blessés en « zone de conflit ». On atteint les sommets de l’indicible !

Voilà une histoire bien exemplaire à l’heure même où, selon la doxa, les journalistes doivent être protégé par l’increvable parapluie de « Je suis Charlie ». Finalement, quelle drôle d’idée pour notre confrère de s’être fait blesser par un tireur ami de la France et de la démocratie ?

Clic pour voir la Source de l’article

####################################################
############## Aujourd’hui en Palestine ################
####################################################

Aujourd’hui en Palestine, Voici les principaux titres du site d’information C P I , Centre Palestinien D’Information.

Arrestation d’un palestinien qui aurait l’intention de mener une attaque à Bir es-Saba.
.
Hébron : Nahalin sous l’état de siège pour le quatrième jour.
.
La guerre syrienne a coûté la vie à plus de 3000 réfugiés palestiniens .
.
40 enfants palestiniens malades détenus à Ofer .
.
L’occupation ouvre le feu sur les bergers de Rafah.
.
5 Palestiniens arrêtés pour « jets de pierres » .
.
L’occupation prend d’assaut Ramallah et Al-Bireh.
.
Le captif libéré Natsheh à Al-Qiq : La victoire est proche.
.
Un colon poignardé à Jérusalem pour des raisons inconnues.
.
Libération du captif Ezzeddine Atoun .
.
La famille d’Al-Qiq appelle à la mobilisation générale .
.
L’occupation arrête quatre jeunes infiltrés à l’est de Gaza.
.
Des palestiniens et des colons asphyxiés par les gaz lacrymogènes.
.
Plusieurs palestiniens blessés lors des confrontations au nord de Qalqilya.
.
Beyrouth: Zitouna a tenu une conférence scientifique sur la cause palestinienne.
.
Le Hamas refuse une réunion de sécurité entre l’Autorité Palestinienne et israel.
.
Les forces d’occupation ciblent les cultivateurs palestiniens à Khan Younès.
.
L’Egypte décide d’ouvrir la frontière de Rafah samedi et dimanche.
.
Hébron endeuillée par les funérailles du martyr Jawabra dans le camp Aroub.
.

Retrouvez l’intégralité de tout ces articles sur http:// french pal info.com
.
Le Centre Palestinien D’Information, sur http://french.palinfo.com

Laisser un commentaire