MouslimRadio Programmes de diffusion sur MouslimRadio

Actuellement, en direct sur Loading ...


Flash info du 26 Mouharram 1437.

Flash info du 26 Mouharram 1437.

Ecouter le coran, des hadith, des conférences, des annonces divers, des anashids (sans musique), et bien d’autres choses, en direct sur :
www.MuslimRadio.info
******************************************************************

L’actrice de Much Loved s’excuse pour avoir menacé de demander l’asile politique.

D’après le 360 Maroc, Loubna Abidar, actrice du film controversé Much Loved, a tenu à s’excuser pour avoir posé un ultimatum aux autorités compétentes les menaçant de demander l’asile politique.
La menace de l’asile politique.

L’actrice qui s’était fait discrète, allant jusqu’à porter une burqa pour passer inaperçue, est de nouveau sous les feux des projecteurs. Le 5 novembre dernier à Casablanca, suite à l’agression dont elle a été victime, elle dénoncait sur les réseaux sociaux l’indifférence des autorités marocaines.

J’ai été victime d’une agression à Casablanca. Aucun commissariat ni hôpital n’a voulu m’accepter. Je me suis rendue à la Wilaya de Casablanca. Tout le monde se moquait de moi et disait: ‘Tu es enfin venue, Abidar! » Tout cela parce que j’ai fait un film que vous n’avez pas regardé. Vous avez regardé ce qu’ils ont voulu vous montrer », témoigne l’actrice dans une vidéo publiée sur Facebook.

C’est lors d’une interview accordée à Aljarida24 que l’actrice précise son intention de dénoncer les autorités marocaine. Pour ce faire, elle donne un ultimatum aux responsables politiques en les menaçant de demander l’asile politique si elle n’est pas reçue par une personnalité « haut placée » dans les 48 heures.

En tant qu’actrice internationale, je mérite d’être sous protection policière (…) Si on ne veut pas de moi au Maroc, il y a d’autres pays qui voudraient bien m’accueillir.

Mea culpa.

Alors qu’on ignore toujours les raisons de cette agression, et surtout si le motif de cette dernière puisse avoir un quelconque rapport avec son rôle tenu dans Much Loved, l’actrice semble revenir sur ses mots.

Je m’excuse d’avoir demandé l’asile politique. J’étais dans un état hystérique. J’ai senti du mépris et j’ai réagi à chaud […] Je remercie tous ceux qui ont pris de mes nouvelles. Je vais mieux, Dieu merci.

Loubna Abidar semble bien seule et doit porter le poids d’un film lourd de sens à tout point de vue si bien qu’elle en paie le prix fort aujourd’hui. Des médecins se sont refusés à lui prodiguer les soins les plus élémentaires. Dénoncer un film qui ne répond pas aux valeurs islamiques est un fait, mais ne donne pas le droit d’en oublier l’éthique enseignée ou la miséricorde.
Le Messager d’Allah (saws) a dit : « On ne fera pas miséricorde à celui qui n’est pas miséricordieux. »
Rapporté par Aboû Dawoud et Tirmidhy et authentifié par Albany.

L’actrice de Much Loved s’excuse pour avoir menacé de demander l’asile politique


*******************************************

Palestine : Mohammed Allan enfin libéré.

La porte-parole de l’autorité pénitentiaire israélienne a annoncé mercredi soir la libération de Mohammed Allan, détenu depuis le 6 novembre.
« Une détention administrative ».

Arrêté depuis le 6 novembre 2014, Mohammad Allan, avocat, est âgé de 31 et est résidant de Naplouse dans le nord de la Cisjordanie. Il était soupçonné d’appartenir à une organisation dite terroriste par Israël, celle du « Jihad islamique ». Selon des sources sécuritaires israéliennes, l’avocat palestinien a été incarcéré « sur la base de témoignages et d’informations selon lesquels il était en contact avec un activiste terroriste du Jihad islamique en vue de commettre des attentats de grande envergure. »

Mohammed a, de ce fait, fait l’objet d’une mesure extrajudiciaire qui permet à Israël d’emprisonner des suspects sans inculpation ni procès pour une durée de six mois renouvelables indéfiniment, une détention administrative.
Une courageuse grève de la faim.

Suite à une grève de la faim où il faillit perdre la vie, la Cour suprême israélienne avait décrété la levée de sa détention administrative le 19 août. En indiquant que Mohammed Allan allait « demeurer en soins intensifs » à l’hôpital en attendant une décision sur son sort, trois mois plus tard le Palestinien a été libéré.

Mohammed Allan enfin libéré


*******************************************

Palestine : L’ambassadeur palestinien à l’ONU alerte quant au trafic d’organes sur les morts palestiniens.

L’ambassadeur palestinien à l’ONU, Riyad Mansour, alerte l’organisation internationale sur le trafic d’organes dont sont sujets les corps morts des palestiniens, rapporte katibin.fr. Il interpelle Matthew Rekerovi, actuel président du Conseil de Sécurité, sur cet épineux problème dont l’ampleur ne cesse de croître.

Après la remise des cadavres des martyrs palestiniens qui ont été tués par les forces armées de l’occupation en Octobre et après un examen médical, il a été reporté que les corps ont été retournés avec des cornées manquantes, ou d’autres organes », explique-t-il.

Depuis le début de l’année juive, 74 morts sont à déplorer, dont 41 suite à une attaque au couteau, outil laissé près du corps de la victime par l’agresseur sioniste.
Les corps des victimes sont conservés un certain nombre d’heures si ce n’est plusieurs jours par les autorités israéliennes avant d’être remis aux familles.

L’ambassadeur palestinien à l’ONU profite également de son intervention pour dénoncer les attaques des forces israéliennes ainsi que les mesures racistes et injustifiables prises par le gouvernement de Netanyahu à l’instar de la peine d’emprisonnement de trois ans contre les jeteurs de pierre.

Le trafic d’organe avait déjà fait l’objet de dénonciation par un journal suédois « Aftonbladet » en 2009. Il en avait été de même par le « New York Times » qui, en 2014, évoquait le poids « disproportionné » d’Israël dans le trafic d’organes au niveau des grandes affaires depuis 2000.

L’ambassadeur palestinien à l’ONU alerte quant au trafic d’organes sur les morts palestiniens


*******************************************

Palestine : Un soldat israélien déguisé en manifestant a tiré sur des jeunes palestiniens.

Des jeunes palestiniens ont manifesté contre les confrontations permanentes avec les forces israéliennes au poste de contrôle militaire à Bethléem dans toute la Cisjordanie et la bande de Gaza depuis le début octobre.

Ces protestations ont été accueillies avec brutalité par l’armée. Vingt-six Palestiniens ont été tués lors de manifestations le mois dernier, dont Mutaz Zawahreh âgé de 28 ans, qui a été abattu par un soldat israélien lors d’une manifestation près du Tombeau de Rachel.

Vendredi dernier, des dizaines de jeunes palestiniens se sont rassemblés au nord de Bethléem pour jeter des pierres sur les soldats israéliens qui se sont positionnés en face du mur qui domine la région. Des nuages ​​de gaz lacrymogènes lancés par les militaires ont recouvert le camp de réfugiés d’al-Azzeh à proximité.

Une semaine plus tôt, un soldat israélien avait averti les résidents d’un autre camp de réfugiés de la région que «les gens de Aida, nous sommes l’armée d’occupation. Si vous continuez à jeter des pierres, nous allons vous asphyxier avec du gaz jusqu’à la mort. Les enfants, les adultes, les personnes âgées. «

Un jour plus tard, un bébé de seulement 8 mois est mort après avoir inhalé du gaz lacrymogène tiré par des soldats israéliens dans le village de Bethléem.

Au cours de la manifestation de vendredi, des agents israéliens déguisés en manifestants palestiniens ont dégainé leurs armes et ont sauté sur un manifestant, qui a été frappé et arrêté, tandis que les soldats israéliens en uniforme ont tiré des balles en acier recouvertes de caoutchouc et des grenades lacrymogènes.

Les médecins et les journalistes ont également été la cible de ces balles en acier recouvertes de caoutchouc, mais aucun n’a été blessé. Au moins trois Palestiniens ont été blessés. L’un d’eux est grièvement atteint, il a été touché au cou et est aux urgences.

La violence d’Israël contre des manifestants palestiniens et l’utilisation d’agents infiltrés déguisés en civils est la routine. Plus de 7.000 Palestiniens ont subi des blessures nécessitant un traitement médical durant le dernier mois seulement.

[PHOTO] Un soldat israélien déguisé en manifestant a tiré sur des jeunes palestiniens

Laisser un commentaire