MouslimRadio Programmes de diffusion sur MouslimRadio

Actuellement, en direct sur Loading ...


Flash info du 20 Safar 1438.

Flash info du 20 Safar 1438.

Ecouter le coran, des hadith, des conférences, des annonces divers, des anashids (sans musique), et bien d’autres choses, en direct sur #mouslimradio :
www.MouslimRadio.info

******************************************************************


Santé : L’eau de Zamzam, cette source miraculeuse aux multiples bienfaits.

Nous nous sommes précédemment intéressés à la médecine prophétique, notamment au fait de se soigner par le biais des invocations et du Saint Coran. Aujourd’hui, notre intérêt se porte sur un remède, une eau bénite, une véritable source de bienfaits pour notre corps : l’eau de Zamzam. Quelle est son histoire et quels sont ses bienfaits ? C’est à ces interrogations que nous tenterons de répondre inchaAllah par le biais des récits prophétiques et des paroles de savants.

L’eau de Zamzam, celle qui désaltéra Isma’il (‘alayhi salam).

Dans le célèbre récit du Prophète Ibrahim (‘alayhi salam) qui avait laissé son épouse Hajar (qu’Allah l’agrée) ainsi que son fils Isma’il (qu’Allah l’agrée) près de la Maison Sacrée, l’histoire de l’eau de Zamzam prend toute son essence. En effet, lorsque Hajar (qu’Allah l’agrée) n’eut plus de lait ni d’eau pour abreuver son fils (qu’Allah l’agrée), elle fit des aller-retour entre les monts Safa et Marwa à la recherche d’une subsistance.

Ibn Abbas (qu’Allah l’agrée) raconte ainsi : « Le Prophète (‘alayhi salat wa salam) a dit : voilà pourquoi les gens parcourant cette distance. – Arrivée à Marwa (au bout de la septième traversée de la vallée), Hajar entendit une voix qui lui dit : « écoute bien » et elle écouta attentivement et entendit encore la même voix. Puis elle dit : on t’a bien entendu ; si tu as du secours à apporter, (apporte-le). A sa grande surprise, elle aperçut à l’emplacement de Zamzam l’ange qui creusait avec son pied ou son aile de sorte à faire jaillir de l’eau. Puis elle s’efforça à l’endiguer avec ses mains, en remplit son outre. L’eau dégageait de la vapeur chaque fois qu’elle y puisait… Puisse Allah accorder Sa miséricorde à la mère d’Isma’il : si elle avait laissé Zamzam tel qu’elle l’avait trouvé ou si elle n’y avait pas puisé (tout de suite), le puits serait resté une source ».

Ainsi, Hajar (qu’Allah l’agrée) a pu boire de l’eau de Zamzam et allaiter son fils Isma’il (‘alayhi salam). L’ange Jibril (‘alayhi salam) lui dit alors : « Ne craignez pas la perte car il y aura ici une maison d’Allah que cet enfant et son père construiront ». En effet, Ibrahim et Isma’il (‘alayhim salam) construisirent la Maison Sacrée d’Allah, visitée par des musulmans du monde entier chaque année wal hamdouliLlah.

Aujourd’hui, l’eau de Zamzam est acheminée vers des fontaines, au sein de la Mosquée Sacrée ainsi que dans son enceinte. Cette eau bénite est également transportée vers Médine mais également vers le monde entier afin que toute la communauté puisse tirer des bienfaits de cette eau. L’eau de Zamzam est une source qui n’a jamais failli par la Grâce d’Allah et ce, depuis que l’Ange Jibril (‘alayhi salam) l’a creusée pour Hajar et son fils (qu’Allah les agrée).

L’eau de Zamzam, cette source de bienfaits.

L’eau de Zamzam est dotée de nombreux bienfaits pour ceux qui la boivent. Le Messager d’Allah (‘alayhi salat wa salam) nous a informé du fait qu’elle est pleine de bienfaits. Il a en effet dit d’après Jabir Ibn ‘Abdullah (qu’Allah l’agrée) : « L’eau de Zamzam convient à tout chose » (Ibn Maja).

Au delà de contenir des bienfaits, elle représente à elle seule une nourriture sobhanAllah. Combien sont ceux qui boivent de cette eau puis qui se sentent rassasiés par la Grâce divine ? Dans un autre hadith, le Prophète (‘alayhi salat wa salam) a dit de l’eau de Zamzam : « Elle est certes bénite ; elle est certes une vraie nourriture » (Muslim).

Un des bienfaits de l’eau de Zamzam est qu’elle représente un remède pour les maladies et un soulagement face aux différents maux qui nous atteignent. Le Prophète (‘alayhi salat wa salam) ainsi que ses compagnons (qu’Allah les agrée) l’utilisaient pour se guérir. Les nombreux savants ainsi que les musulmans du monde entier tirent également des bénéfices de cette eau face à la maladie. C’est en ce sens que l’éminent savant Ibn Al Qayim (qu’Allah lui fasse miséricorde) a dit : « Moi et d’autres personnes avons expérimenté le traitement par l’eau de Zamzam et avons vu des choses miraculeuses. Avec l’eau de Zamzam, j’ai traité plusieurs maladies et m’en suis soulagé par la grâce d’Allah. J’ai vu des gens qui consommaient cette eau presque au quotidien pendant un demi-mois ou plus, sans plus ressentir la faim et se comporter comme n’importe quel homme ».

Lorsque l’on boit l’eau de Zamzam, il est préférable de faire des invocations. En effet, un des plus importants bienfaits de cette eau est que l’on peut faire des invocations en la buvant, invocations entendues par Le Très-Haut. Rappelons que les compagnons (qu’Allah les agrée) faisaient des invocations comme Ibn ‘Abbas (qu’Allah l’agrée) qui prononçait l’invocation suivante : « Mon Seigneur, je Te demande un savoir utile, une subsistance abondant et un remède de toute maladie ».

L’eau de Zamzam, la pureté même.

L’eau de Zamzam est dénuée de toute impureté. Elle est la meilleure eau qui puisse exister, sans crainte de maladies ou de maux. D’après Abou Dharr le Prophète (‘alayhi salat wa salam) a dit : « À La Mecque, mon plafond fut enlevé, Gabriel en descendit, ouvrit mon cœur, le lava avec l’eau de Zamzam puis il apporta un récipient rempli d’or, de sagesse et de foi, la déversa dans ma poitrine, referma celle-ci, me saisit la main et me fit monter au ciel le plus bas » (Al Boukhari). Le fait que le cœur du Prophète (‘alayhi salat wa salam) ait été lavé avec cette eau prouve son caractère pur.

Les savants et jurisconsultes ont consenti sur le fait que l’eau de Zamzam est pure et qu’elle permet de se purifier. Il est autorisé de faire ses ablutions avec de l’eau de Zamzam, car elle est une eau bénite comme nous l’avons précisé. Rappelons que le Prophète (‘alayhi salat wa salam) a déjà fait ses ablutions avec cette eau comme le rapporte Ali (qu’Allah l’agrée) : « Et puis le Prophète (‘alayhi salat wa salam) descendit (à La Mecque) et ordonna qu’on lui apportât un seau rempli de l’eau de Zamzam et il en but et fit ses ablutions » (Ibn Ahmed).

L’eau de Zamzam représente une source miraculeuse, dotée de bienfaits qu’on ne mesure pas sobhanAllah. Elle est une nourriture à elle seule, un remède et une purification tant physique que spirituelle pour quiconque s’en sert. Profitons donc des bienfaits de cette eau dont les Prophètes (‘alayhim salam) et les compagnons (qu’Allah les agrée) ont bu avant nous.

Qu’Allah apporte la guérison à tous ceux qui l’espèrent par Son eau bénite. Qu’Il nous pardonne nos péchés, nous guide et nous accorde la réussite.

Clic pour voir la Source de l’article

***


Syrie : Alep : deux infirmières fondent en larmes après le bombardement d’un hôpital pédiatrique.

La situation est d’autant plus préoccupante dans la ville assiégée d’Alep. Des bombardements au chlore chimique à l’Est de la ville ont provoqué la mort de 47 Syriens et blessé 150 autres vendredi matin.

Les Syriens résistent.

Le dernier hôpital pédiatrique d’Alep-Est a également été touché par ces frappes, les images ont été diffusées en direct par la chaîne Al Jazeera. Dans cette vidéo, on peut voir la détresse des patients syriens asphyxiés par du chlore mais également le professionnalisme des infirmières. Deux d’entre elles parviennent à sauver cinq nourrissons tout en fondant en larmes. Les images sont bouleversantes, elles sont le reflet de ce qu’endurent les Syriens depuis plusieurs années : l’endurance et la résistance malgré les épreuves, l’espoir en dépit d’une guerre des plus meurtrières.

Reportage vidéo a voir sur www.mouslimradio.info.
w w w . m o u s l i m r a d i o . i n f o .

Clic pour voir la Source de l’article

***


France : 6 mois de prison ferme pour avoir consulté le site d’un chercheur sur le jihadisme.

Consulter le site d’un chercheur sur le jihadisme peut vous envoyer directement à la case prison. C’est le cas de Ouahid, jeune marocain de 22 ans, qui a été condamné par le tribunal correctionnel de Senlis.

Six mois de prison ferme, expulsion du territoire après la fin de la peine et interdiction du territoire pendant 10 ans. La peine est extrêmement lourde puisque le coupable est simplement accusé d’avoir consulté le site d’un chercheur américain spécialisé dans le « jihadisme ».

«Je suis arrivé sur ce site par un lien Twitter d’un journaliste de France 24», en l’occurrence Wassim Nasr, s’est défendu le jeune homme.

Une réponse qui n’a visiblement pas rassuré la procureure qui a déclaré que «ce site prône la guerre sainte et demande à s’engager pour devenir un héros.» Des accusations graves que le chercheur américain, Aaron Y. Zelin, administrateur du site « jihadology », risque d’apprécier.

De son côté, le journaliste de France 24 Wassim Nasr a confirmé partagé des liens du site « Jihadology.net » sur Twitter en soulignant le «remarquable travail académique» fait par le chercheur américain.

Le jeune marocain est fiché S par les services de renseignements et a subi une perquisition après les attentats de Paris du 13 novembre. Les policiers ont analysé son téléphone et retrouvé de multiples connexions au site « jihadology.net ».

Depuis juin, la consultation de sites publiant des vidéos de jihadistes est passible d’une peine de prison ferme. Les chercheurs, journalistes et autres « personnes de bonne foi » qui regardent ces sites ont une dérogation…

Clic pour voir la Source de l’article

***


France : Géopolitique de la France ou obsession de l’islam ?

À la vue des intitulés de chapitre, on est tout de suite plus circonspect : « L’immigration postcoloniale au cœur du trouble » ; « L’islamisme contre la nation » ; « L’immigration, le danger islamiste » ; « Trois objets et critères de détestation : l’Amérique, le sionisme, le néocolonialisme français » ; « La conquête de l’Algérie, un cas très exceptionnel ». La lecture de l’ouvrage ne fait que confirmer le malaise. Il y a une obsession antimusulman, mal cachée derrière une dénonciation de l’islamisme. Ce dernier n’est d’ailleurs jamais défini, démarche curieuse pour qui se dit universitaire mais qui permet tous les amalgames. L’autre cosignataire est Frédéric Encel.

Si le lecteur attend une réflexion globale de la place de la France dans le monde, de l’évolution de son positionnement géopolitique face à la disparition du monde bipolaire et aux grandes mutations stratégiques dues à la globalisation et à l’émergence, sur les marges de manœuvre dont elle peut se doter face aux États-Unis, à la Chine et à la Russie, sur la redéfinition de notre politique par rapport au monde arabe, au Proche-Orient, à l’Asie, l’Afrique et l’Amérique latine, qu’il passe son chemin ! Le livre est entièrement consacré à la menace que fait peser l’islamisme en France. « La patrie est en danger » affirment les auteurs. L’islamisme est un dangereux fléau menaçant nos valeurs républicaines[1]. Faut-il prendre les armes ?

Yves Lacoste s’élève contre le discours stigmatisant ou culpabilisant selon lequel les immigrés algériens auraient été livrés à leur sort ou refoulés dans des ghettos.[2] Selon lui, les « prétendues mauvaises conditions de vie dans les grands ensembles de banlieue sont les faits du mécontentement de notaires exclus du marché des logements locatifs qui, conjointement avec les petits entreprises de la fédération du bâtiment, ont lancé dans les médias une campagne pour dénigrer les prétendues mauvaises conditions de vie dans les grands ensembles de banlieue. » On croit rêver ! On est au cœur de la réflexion géopolitique…

Assez décomplexé, Yves Lacoste pose très franchement la question : « Quand on se pose la question de l’islam et des musulmans qui vivent en France dans le déroulement de cette offensive djihadiste, on se fait accuser de racisme. C’est encore passer sous silence que les musulmans français sont loin d’être les seuls à être des chômeurs et à vivre en banlieue ». Yves Lacoste déplore la dénonciation devenue presque rituelle des horreurs des conquêtes coloniales et ensuite de la colonisation devenue chez les intellectuels de gauche le moyen de disqualifier la République[3].

Frédéric Encel, quant à lui, nous tire les larmes en écrivant qu’aussi loin que remontent ses souvenirs, il a toujours été profondément et viscéralement attaché à la France[4]. Ben voyons ! Il entame le couplet récurrent contre l’islamo-gauchisme (qui se situe entre la haine de soi du Français occidental blanc ou européen, dogmatisme marxisant éculé, et le lucratif lobbying en faveur de l’Arabie Saoudite et du Qatar)[5]. Amusant pour quelqu’un qui vit essentiellement de son engagement communautaire, n’a pas de poste statutaire universitaire et dont le lobbying pro-israélien est ancien et constant. N’est-il pas présenté par ses amis comme « le battant pour Israël dans les médias ». C’est d’ailleurs ainsi qu’il se présente lui-même dans les cercles privés[6].

Il évoque un mimétisme quasi obsessionnel et victimaire entre les prétendus « droits des juifs par rapport à ceux des musulmans » et dénonce les tentatives d’influer contre la politique extérieure de la France dans le sens de l’hostilité à notre alliance atlantique[7]. Bien sûr, personne ne fait pression sur la France pour qu’elle oriente sa diplomatie dans un sens plus favorable à Israël. Il n’y va pas non plus avec le dos de la cuillère en expliquant que le conflit israélo-palestinien n’a strictement rien à voir avec la représentation négative extrêmement partagée dans le monde arabe : juifs nuisibles, lâches, comploteurs, viscéralement hostiles à l’islam. On la trouve, selon lui, dans quantité de corpus interprétatif du Coran[8].

Donc cela veut dire que les musulmans sont par essence antisémites. Il ne faut pourtant pas être docteur en Histoire pour savoir la différence entre le sort des juifs dans le monde occidental et le monde musulman de 1492 à la moitié du XXème siècle. Frédéric Encel rappelle qu’il soutient la création d’un État palestinien aux côtés d’Israël depuis toujours. Ah bon ? Même lorsqu’il était au Betar ? Même jusqu’au milieu des années 2000 où il disait avoir pour maître à penser Jabotinsky ? Il déclarait dès 2001 : « Soyons donc sûr de notre bon droit, c’est un problème de légitimité. Vous êtes aussi obligé d’être systématiquement le plus fort et d’utiliser ce que Jabotinsky préconisait, une muraille d’acier ».[9]

Le professeur Encel se prend un peu les pieds dans le tapis lorsqu’il écrit[10] que le Hamas, groupe islamiste, est considéré comme terroriste par l’ONU. Le Hamas est certainement reconnu terroriste par Israël, les pays occidentaux et les Émirats arabes unis, mais ni la Russie, ni le Brésil, ni l’Afrique du Sud, ni la Chine et donc certainement pas l’ONU ne le considèrent comme tel. Zéro pointé s’il était étudiant. Cela ne l’empêche pas de se présenter trois pages plus tard comme professionnel de la géopolitique.

Encel demande à ce que les associations soi-disant antiracistes de type confessionnel ne puissent prétendre aux deniers de l’État[11]. Il propose par contre d’augmenter les aides à SOS racisme et Ni putes ni soumises, dont la gestion financière a pourtant souvent été mise en cause. Il s’élève contre le culte païen du football et propose de le remplacer par le cinéma, le spectacle, la musique, le théâtre. Son hostilité proviendrait-elle du fait que c’est un secteur où les jeunes issus de la diversité réussissent particulièrement ? Il propose également d’interdire le rassemblement annuel des musulmans de France au Bourget où, selon lui, il y a des appels à la lapidation de femmes adultères et des ventes d’ouvrages à caractère antisémite ou négationniste. On peut penser que si de tels éléments étaient subvenus, il ne serait pas le seul à en parler.

Pour faire bonne mesure, il dénonce la « cinquième colonne », – thème très connoté ! – qui cherche à ringardiser ou à criminaliser la Nation et la République[12].

On comprend dès lors qu’aucun des deux auteurs ne se réclame dans ce livre de l’Institut français de géopolitique, ce qu’ils font habituellement. Il aurait été délicat d’un point de vue intellectuel, scientifique et moral, qu’ils y soient associés.

Clic pour voir la Source de l’article

***


Lettre à mon frère Eric Zemmour, par l’avocat Hosni Maati.

La Cour d’appel de Paris a confirmé la condamnation d’Eric Zemmour pour provocation à la haine envers les musulmans pour des propos tenus en 2014 dans le journal italien Corriere della Sera. Hosni Maati, avocat de l’association “Les Indivisibles”, partie civile dans cette affaire, lui adresse cette lettre.

La Cour d’appel a parlé au nom du peuple français et confirmé qu’Eric Zemmour incite à la haine envers les musulmans. Ce même peuple qu’il dit représenter mieux que quiconque. La Cour d’appel a dit tout haut ce que le droit français dit tout aussi fort et confirmé à quel point ses propos, eux, sont bas.

A en croire ses déclarations intempestives et réitérées sur les femmes, les homosexuels, les associations anti-racistes, les Noirs, les Arabes, les Roms et les musulmans, j’imagine que mon frère Eric Zemmour me pense ironique quand je l’appelle ainsi. Et pourtant, je suis parfaitement sincère. Nous sommes frères car nous avons au moins la France en partage. Pas seulement les papiers, mais aussi les livres, les lettres et les poètes. Pas seulement le code pénal, mais aussi l’histoire et les philosophes. Si comme le disait Ernest Renan “l’homme n’est esclave ni de sa race, ni de sa langue ni de sa religion, ni du cours des fleuves, ni du cours des montagnes”, il précisait néanmoins qu“une grande agrégation d’hommes saine d’esprit et chaude de coeur, crée une conscience morale qui s’appelle une nation”.

Mais comme dans toute famille nous avons un différent à régler. En effet, mon frère a décidé à la place de millions de concitoyens qu’il savait mieux qu’eux ce qu’ils pensent. Selon mon frère donc, avec les musulmans, nous aurions affaire à des colonisateurs, des envahisseurs et des admirateurs de l’horreur, des dissimulateurs et terroristes en puissance. Des personnes qui auraient la haine et qui attendraient seulement le bon moment pour prendre une revanche, qui rejettent le code civil et ne jurent que par le Coran….

La particularité de cette affaire qui vous vaut, Eric Zemmour, aujourd’hui, d’être condamné en appel pour incitation à la haine, est qu’en plus de l’association “Les Indivisibles” que j’ai défendu, d’autres associations notamment laïques, juives et musulmanes se sont également mobilisées. Pour elles, comme pour les musulmans, la décision de la Cour d’appel suffit amplement à leur plaisir.

A ce propos, permettez-moi de rappeler les mots du grand Benjamin Constant : “Les liens particuliers fortifient le lien général, au lieu de l’affaiblir. Dans la gradation des sentiments et des idées, on tient d’abord à sa famille, puis à sa cité, puis à sa province, puis à l’Etat. Brisez les intermédiaires, vous n’aurez pas raccourci la chaîne, vous l’aurez détruite. Personnifiez la patrie sous tous les points, dans vos institutions locales, comme autant de miroirs fidèles (……)”.

Je ne vous ferai pas le cadeau d’alimenter votre haine. Je suis en paix, je veux faire société mais, évidemment, pas au détriment de ma dignité. La décision rendue par la Cour d’appel de Paris vient nous rappeler, à tous, la nécessité de préserver la démocratie même contre ceux qui s’imaginent en être les meilleurs garants, surtout en ces temps socialement compliqués, minés par des attaques terroristes.

La Cour d’appel n’a pas rendu une décision pour faire plaisir aux musulmans mais pour sanctionner des propos incitant à la haine contre eux et c’est tant mieux car telle est sa mission. Pourtant, il est à craindre qu’il se trouvera encore des personnes pour donner l’occasion à un récidiviste de s’exprimer de nouveau avec les risques que l’on sait. Maintenant, vous ne pouvez décemment plus dire “nous ne savions pas” ! Tant que nous y veillerons, ceux qui font le jeu de la division sont condamnés à l’échec et la République restera malgré tout une et indivisible.

Clic pour voir la Source de l’article

###################################
####### Aujourd’hui en Palestine #######
####################################

Aujourd’hui en Palestine, Voici les principaux titres du site d’information, C P I, Centre Palestinien D’Information.

Prise d’assaut de l’Université de Jérusalem et destruction du contenu d’une exposition estudiantine.
.
L’occupation vise les barques des pêcheurs au large de la mer de Beit Lahia.
.
Un Comité israélien discutera dimanche prochain de la loi sur Adhan
.
De violents affrontements entre les jeunes et la sécurité de l’AP au centre de Naplouse
.
Des milliers de Palestiniens effectuent des marches protestant contre la loi anti-Adhan
.
L’Egypte ferme le passage de Rafah après 5 jours d’ouverture exceptionnelle
.
Plans sionistes pour construire 30 000 nouvelles unités coloniales à Jérusalem
.
Les renseignements de l’Autorité Palestinienne détiennent un homme d’Affaires de Qalqilia.
.
Gel de la détention administrative des deux prisonniers en grève de la faim Shadid et Abou Fara
.
Les Etats-Unis libèrent le détenu palestinien Rashid Zagari après 16 ans
.
Un jeune homme tué et plusieurs autres blessés dans des affrontements avec l’occupation à l’est d’Al-Bureij
.

Retrouvez l’intégralité de tout ces articles sur http:// french pal info.com
.
Le Centre Palestinien D’Information, sur http://french.palinfo.com

Condamné à 6 mois de prison ferme après s’être emporté en criant « vive l’Etat islamique ! »

A Strasbourg, une grosse colère contre les employés de la Caisse d’Allocations Familiales aura valu 6 mois de prison ferme à Abdelhafid Ayadi.

« Vive l’Etat islamique »

Ce lundi 6 octobre, M. Ayadi se rendait dans les locaux de la Caisse d’Allocation Familiale pour se plaindre d’une baisse de prestations sociales mais malheureusement, les employés n’ont rien pu faire pour lui. C’est ainsi, qu’Abdelhafid s’est emporté jusqu’à soutenir l’Etat islamique en ces termes : « Vive l’État islamique! ». Aussi, il aurait également déclaré qu’à « chaque fois qu’un Français est décapité, je suis content ». Des mots qui ont valu à cet homme de 57 ans une comparution devant le tribunal correctionnel de Strasbourg.

Condamné à 6 mois de prison ferme

Mercredi 8 octobre, après comparution devant le parquet, l’homme, en larmes, a regretté ses mots et a avoué qu’il avait prononcé ces atrocités sous l’impulsion de la fatigue et de l’énervement. Il a même qualifié les membres de cet Etat islamique d’inhumains et de non musulmans : « ce ne sont pas des musulmans, ce sont des chiens ». Mais Abdelhafid a été reconnu coupable « d’apologie publique d’un acte de terrorisme », d’ « outrage » et a été puni de 6 mois de prison ferme. Et cela, bien que le parquet ait avoué que :

« M. Ayadi n’est absolument pas connu par les services de renseignement, ce n’est pas quelqu’un qui serait susceptible de partir en Syrie. »

Ce sont des termes, certes, condamnables mais jusqu’à quel point ? La sentence n’a-t-elle pas été abusive ? D’autant plus que cet homme n’est pas connu des services de renseignement et est décrit comme quelqu’un de sensible mais d’inoffensif.