MouslimRadio Programmes de diffusion sur MouslimRadio

Actuellement, en direct sur Loading ...


Flash info du 7 Shawwal 1436.

Flash info du 7 Shawwal 1436.

Ecouter le coran, des hadith, des conférences, des annonces divers, des anashids (sans musique), et bien d’autres choses, en direct sur :
http://www.islamatouswebradio.info.

**********************************************

Moustapha, un père de famille musulman, menacé de décapitation par son patron.

Menacé et insulté par son Patron, Moustapha, un salarié d’une société franco-luxembourgeoise à Hauconcourt en Lorraine, est traumatisé.

Ce père de famille musulman était sur son lieu de travail samedi 13 juillet à 18 heures quand il croise son employeur. « J’ai croisé mon patron, j’ai vu à son visage que ça n’allait pas. Il voulait me voir… » La discussion s’envenime au bout de quelques minutes au sujet du remplissage d’une citerne d’eau selon Le Républicain Lorrain.

Le patron demande à Moustapha le nombre de mètres cubes dans la citerne. Moustapha répond qu’il ne sait pas. Une réponse qui ne convient pas à son supérieur hiérarchique qui lui dit :

« Vous ne le connaissez pas ? Écoutez voir, si Manu (un autre employé) vous dit 8 m3 … C’est la parole d’un Français, d’un Français ! Toi, t’es un arabe. Et tu écoutes ce que je te dis, d’accord ! ».

Moustapha n’en croit pas ses oreilles. Les insultes racistes proférées par son employeur sont suivies de menaces de mort :

« Parce que peut-être qu’un jour, c’est moi qui vais te décapiter, et que je vais mettre la tête sur un portail. Espèce de… musulman ! ».

L’employeur nie bien évidemment en bloc mais il existe pourtant une vidéo qui confirme les accusations de Moustapha. En effet, l’employé a eu le réflexe d’enregistrer la scène avec son téléphone portable. Quelques minutes d’enregistrement que son avocat, Me Mehdi Zouaoui, a en sa possession et que Le Républicain lorrain a pu consulter.

Moustapha a porté plainte à l’hôtel de police de Metz. Le salarié est actuellement en arrêt maladie. Un médecin a conclu à un syndrome dépressif.
********************************

La petite phrase de Nicolas Sarkozy qui choque les Algériens et gène les Tunisiens.

En visite à Tunis lundi 20 juillet, le président des « Républicains » (ex-UMP), Nicolas Sarkozy, a estimé que la situation de la Tunisie est liée à son emplacement géographique qu’il considère coincée entre l’Algérie et la Libye.

La phrase au sujet de la position géographique de la Tunisie passe très mal en Algérie et a gêné ses hôtes tunisiens.

« La Tunisie est frontalière avec l’Algérie, avec la Libye ce n’est pas nouveau, vous n’avez pas choisi votre emplacement » a déclaré Nicolas Sarkozy sur un ton ironique lors d’un point presse.

L’ancien président de la république est allé encore plus loin en évoquant l’avenir de l’Algérie :

« L’Algérie qu’en sera-t-il dans l’avenir ? De son développement, de sa situation ? C’est un sujet qui, me semble-t-il, doit être traité dans l’Union de la Méditerranée ».

L’ancien ministre de la Culture et de la Communication et porte-parole du gouvernement algérien à quant à lui dénoncé les propos de Sarkozy qui tiennent selon lui de la « déclaration de circonstance pour plaire aux Tunisiens ».

vidéo a voir sur islamatouswebradio.info.

******************************************************

Manifestation : Non aux bavures policières ! Argenteuil se mobilise !

Encore une fois la Police vise et blesse ! Amine, 14 ans, touché grièvement par un tir de LBD (Lanceur de Balles de Défense).

Malgré sa dangerosité et une proposition de loi déposée en 2012 visant à interdire l’utilisation de cette arme, le système LBD a fait de nouvelles victimes en France.

A Argenteuil, se sont déroulés des faits d’une extrême gravité. Comme vous le savez sûrement la nuit du 13 au 14 juillet 2015, en plus d’être veille de Fête Nationale, était pour les Musulmans du Monde et de France, une nuit d’une grande importance, il s’agissait de la Nuit du Destin. Comme bon nombre de ses coreligionnaires, Amine, âgé de 14 ans, totalement intégré dans la vie de la cité, bon élève, s’est rendu à la Mosquée Al lhsan (surnommée Mosquée de Renault située environ à 1,5km de son domicile) afin d’y rejoindre ses amis et de prier. Ses parents apprenant qu’il y avait eu des interventions policières dans certains endroits de la ville, ont contacté Amine sur son téléphone portable pour lui donner instruction de contourner la dalle d’Argenteuil lors de son retour à la maison. Amine et ses amis sont sortis de la Mosquée vers 2H15 et ont donc contourné la dalle. Souhaitant tout de même célébrer la Fête Nationale, vers 2H30 ils se sont arrêtés dans un parc, situé allée Ronsard, lequel est très bien éclairé, équipé de jeux pour enfants et où, en conséquence, des familles avec enfants étaient présentes en cette nuit estivale de Ramadan et de 14 juillet. Il souhaitait faire péter quelques petits pétards (artifices de divertissement pour enfants et sans danger) dans cette ambiance festive et familiale.

C’est à ce moment que s’est produit un événement inacceptable et impardonnable :

Peu après l’arrivée d’Amine et de ses amis, un groupe de jeunes gens est passé en courant devant eux et les a dépassés. Ensuite, alors que lesdits jeunes gens s’étaient déjà éloignés, des policiers en tenues se sont alignés en haut des marches qui surplombent le parc dans lequel se trouvaient Amine, ses amis, mais aussi d’autres enfants encore plus jeunes que lui. Tel un peloton d’exécution, ils ont visé et tiré, sans un mot ni sommations, touchant Amine, qui était vêtu d’un Khamis blanc, au niveau de l’entre-jambes.

Au-delà de la gravité du fait consistant à avoir tiré sur des enfants qui n’étaient pas les jeunes gens que ces policiers poursuivaient, et blessant l’un d’eux. Se pose tout simplement la question des motifs de ces tirs, qui s’ils avaient touchés les jeunes poursuivis les auraient atteints dans le dos. Ces policiers qui surplombaient la scène de plusieurs mètres n’étaient aucunement en situation de défense.

Ces mêmes policiers ont ignoré les cris et appels au secours d’un des amis d’Amine qui a hurlé qu’il y avait un blessé.

La réponse de la police qui ne pouvait pas ne pas voir Amine, allongé au sol dans son khamis blanc, a été l’envoi de fumigène, malgré la présence de familles et de jeunes enfants sur les aires de jeux.

La police a ensuite quitté les lieux.

Ce sont les camarades d’Amine qui ont dû le porter tant bien que mal jusqu’à son domicile.

Conduit aux Urgences, Amine a subi une intervention chirurgicale qui a duré près de 3 heures. Les médecins sont encore réservés sur les suites de sa blessure.

Une plainte a été déposée par Amine et ses parents à l’Inspection de Générale de la Police Nationale (IGPN), et pour le moment son ITT constatée par l’Institut Médico-légale est de 15 jours.

Nos territoires victimes des échecs successifs des politiques de la ville et autres plans Marshall des Banlieues deviennent, par la volonté des Politiques, des enclaves où l’on tente de tuer tout lien social et le vivre ensemble ; on a commencé par retirer la police de proximité, limiter volontairement l’effet positif des associations, aujourd’hui on ferme des bureaux de l’Assurance Maladie, Sécurité Sociale et autre Institutions, les maires s’enferment dans des tours d’ivoire et la population n’a plus d’interlocuteur.

Cet Etat de fait est exacerbé par des visites sur la fameuse dalle d’Argenteuil, et déclarations assassines de Politiciens qui sont censés être au service du peuple, Sarkozy et Valls pour ne citer qu’eux.

Ce sont ces politiciens qui permettent à la Police d’utiliser le LBD sur nos enfants alors que de nombreux rapports soulignent leur extrême dangerosité et préconisent leur interdiction ou, à tout le moins, la mise en place d’une règlementation qui encadrerait leur usage de manière cohérente.

Même le Centre de Recherche de la Police National a, en 2003, indiqué clairement que « le système LBD présente des effets traumatiques dont la sévérité peut entrainer des lésions graves pouvant être irréversibles voir mortelles ».

Entre 2005 et 2014 au moins 14 personnes dont plusieurs mineurs ont subi de graves blessures suite à des tirs de LBD non justifiés. Certains ont perdu un œil, d’autres ont eu la mâchoire cassée et joue perforée. Aujourd’hui on vise l’entre-jambe malgré l’instruction ministérielle du 31 août 2009 qui prévoit d’ailleurs que le tir avec visée est à proscrire au-dessus de la ligne des épaules ou dans la région du triangle génital.

Le bilan s’alourdit ! En 2015, aux vues de ces chiffres peut-on encore parler d’accidents ?

Force est de constater que :

La police nationale et, a fortiori, la police municipale (de plus en plus souvent dotée de L.B.D.), ne bénéficient d’aucune formation sérieuse, ni d’aucune formation continue concernant l’usage de ces armes,
La police fait largement usage de ces armes dans des situations offensives, hors toute situation de danger, alors qu’il s’agit d’armes exclusivement défensives,
Souvent, la police n’assume pas les dérapages résultant de l’usage intempestif et mal contrôlé de ces armes, en conséquence elle n’assiste pas et ne prend pas en charge les blessés, alors même que la présence d’un policier formé aux premiers secours a été préconisée, lors de l’usage de cette arme,
L’entretien et le réglage des L.B.D. sont totalement négligés ; négligences qui ne peuvent servir d’excuse à des tirs plus qu’approximatifs et à l’issue dramatique.

Il est difficile de concevoir que des policiers assermentés, ceux qui sont censés nous protéger, puissent se rendre coupables de telles pratiques. Pourtant des précédents judiciaires sont là pour nous montrer qu’il ne s’agit pas de réalité fantasmée mais de faits avérés.

Une autre question a été soulevée, que l’on ne peut pas ne pas se poser dans le contexte actuel et aux vues des événements récents qui se sont déroulés à Argenteuil.

Comme nous l’avons dit Amine et ses amis étaient dans un parc éclairé, il était immobile, vêtu d’un Khamis blanc, ce vêtement non seulement le rendait particulièrement visible, mais l’identifiait, sans doute possible, comme étant un membre de la communauté Musulmane.

Cette même nuit, deux autres jeunes gens qui sortaient de mosquées ont également été blessés par L.B.D., dans deux autres villes de banlieue.

Comment ne pas s’interroger sur les motivations qui ont animé les tireurs.

Le khamis d’Amine faisait-il une cible idéale ?

A-t-il été considéré comme une atteinte à la laîcité ? Ce qui justifierait l’usage d’un Lanceur de Balles de Défense !

Cela n’est malheureusement pas inconcevable dans ce contexte décrit par Katrina Lantos Swett de la Commission Américaine sur les Libertés Religieuses Internationales, dans son rapport comme : « le fait d’une laïcité trop agressive et restrictives des libertés ».

Plusieurs ONG, dont Amnesty International, ont dénoncé les « discriminations » envers les musulmans dans des pays européens comme la France et la Belgique, et l’exploitation politique des « préjugés ».

Dès 2012, Amnesty International a appelé les gouvernements européens « à faire plus pour s’en prendre aux stéréotypes négatifs (…) contre les musulmans, qui attisent les discriminations (…).

Malheureusement, plutôt que de lutter contre ces préjugés, les partis politiques les encouragent bassement dans leur quête de voix électorales et la situation ne fait que se dégrader.

Nous attendons beaucoup de l’enquête en cours car ce fait gravissime soulève deux problématiques de société que sont les violences policières et la discrimination, contre lesquelles il est essentiel de s’élever pour le bien de la population.

Nous vous informons qu’un Rassemblement Pacifique en soutien aux victimes de violences policières aura lieu sur la dalle d’Argenteuil (95100) place de la Commune de Paris, samedi 25 juillet 2015 de 14H à 17H.

Collectif de soutien aux victimes de violences policières d’Argenteuil.
********************************************

France : Nice : Une plage privatisée par la famille Saoudienne fait polémique.

A lire les colonnes de la rédaction du Nice matin, il paraitrait que la famille Saoudienne a privatisé une plage publique et que l’accès à la plage sera interdite au public pour satisfaire le Roi Salman et ses 500 invités.

Le sous préfet de Grasse a d’ailleurs pris les dispositions nécessaires :

« Dès que la Garde royale saoudienne nous aura donné le jour d’arrivée de l’avion du roi, avec un délai de prévenance de 24 heures, l’accès au littoral sera interdit par des policiers pour le temps des vacances du roi ».

Cette « privatisation » de la plage publique a crée une grosse polémique.

En effet, de nombreux touristes ne comprennent pas pourquoi de telles dispositions sont prises à l’égard des Saoudiens.

Le Roi Salman a par ailleurs déjà fait installer par les ouvriers une grille à l’entrée du souterrain qui dessert la petite plage de sable fin.

Quelques jours avant, une dalle de béton a même été coulée dans le sable pour accueillir un ascenseur, là encore sans autorisation.

La préfecture a bel et bien accepté de fermer les yeux.

A l’heure où les musulmanes françaises subissent des lois d’exception, il serait intéressant de savoir pour combien de milliards, la République accepterait de revenir sur ses lois islamophobes… En 1789, la révolution mettait fin aux privilèges, en 2015 la République les réinstaure pour une poignée de dollars.
**********************************************

Immigration : les droits des étrangers en débat au Parlement.

C’est en plein été que les députés planchent sur le très sensible projet de loi sur le « droit des étrangers », porté par le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve. Depuis lundi 20 juillet, il est question de faciliter certaines démarches administratives pour les immigrés réguliers mais également de renforcer les contrôles.

L’une des principales mesures du texte prévoit la création de cartes de séjour d’une validité de deux à quatre ans délivrées après un premier titre d’un an et ce, pour éviter les interminables files d’attente en préfecture pour renouveler leurs titres de séjour. Ces personnes pourraient ensuite demander la carte de résident, à condition qu’elles n’aient jamais « manifesté de rejet des valeurs essentielles de la société française et de la République ». Cette disposition a été votée mardi 21 juillet par l’Assemblée.

Dans le cadre de l’immigration professionnelle, les immigrés qualifiés pourraient avoir un « passeport talent » valable quatre ans pour remplacer les nombreux titres existants. Cette mesure, qui figure dans le même article que le titre de séjour pluriannuel, a aussi été approuvée à la majorité.

Pour les cas d’entrées irrégulières sur le territoire, le projet de loi donne la priorité à l’assignation à résidence plutôt qu’à la rétention, sauf lorsqu’il n’y a pas de garantie de représentation. Les forces de l’ordre pourront conduire sous la contrainte les personnes au consulat pour obtenir les laissez-passer nécessaires à leur expulsion.

Les quelques facilités administratives s’accompagnent aussi d’un renforcement de la la lutte contre la fraude aux titres de séjour et à l’immigration clandestine, qui passe par le renseignement. Le projet de loi devrait permettre aux préfets de recueillir des informations personnelles auprès des banques, des établissements scolaires ou de la Sécurité sociale.

Pour les demandeurs d’asile déboutés, le gouvernement voudrait faciliter les reconduites à la frontière en optant pour un délai de recours plus court. Toujours pour gagner du temps, sur le cas des sans-papiers enfermés en centre de rétention, le juge des libertés et de la détention pourrait intervenir au bout de 48h, et non plus après cinq jours comme c’est le cas depuis 2011.

Sans surprise, les propositions sont très critiquées par l’opposition. Les Républicains et le Front national fustigent ce projet de loi, et dénoncent le « laxisme » du gouvernement en matière d’immigration. En revanche, du côté des associations de défense des droits de l’homme, le projet de loi est jugé restrictif.
***************************************

Laisser un commentaire