MouslimRadio Programmes de diffusion sur MouslimRadio

Actuellement, en direct sur Loading ...


Flash info du 6 chabann 1436.

Flash info du 6 chabann 1436.

 »
USA : une jeune musulmane remporte le premier prix d’un grand concours scientifique.

Élève au lycée Pilote de Gabès, en Tunisie, Imen Nouri a remporté une médaille d’or dans le cadre du concours scientifique ISEF qui s’est déroulé en Pennsylvanie, aux Etats-Unis.
Un projet ingénieux

Lors de ce plus grand concours au monde consacré aux jeunes scientifiques, la jeune inventrice tunisienne de 17 ans a présenté le 18 mai dernier son projet scientifique « Sky Cleaner », un purificateur d’atmosphère contre les gaz à effet de serre. Une invention pour laquelle elle a été récompensée par une médaille d’or dans la catégorie « Special Awards » remportant ainsi le premier prix.

Une récompense qui n’a cependant pas été saluée à son retour en Tunisie, accueillie par seulement sa famille et une amie à l’aéroport Tunis Carthage. Un talent qui aurait dû cependant faire l’objet d’une couverture médiatique et être encouragé par les responsables politiques.
*************************
 »
Myriam Adnani, première pilote musulmane en Europe !

L’Europe connaît à présent sa première pilote musulmane, Myriam Adnani, une jeune marocaine, fait honneur à sa famille et à son pays en s’appropriant ce titre.
« Je me sens extrêmement heureuse et bénie ».

Âgée de seulement 23 ans, Myriam devient la première pilote musulmane en Europe et ce, après des années de courage et de travail intense. Née en 1991 aux Pays-Bas, cette jeune prodige est originaire d’Oujda (Maroc).

Son parcours a débuté à Amsterdam, où elle a suivi une formation à la CAE NLS Oxford Aviation Global Academy au cours de laquelle des cours de théorie lui ont été octroyés, à Hoofddorp, ainsi que des cours de pratique aux Etats-Unis et en Belgique, pour finir par sa dernière formation sur un Boing 737. Aujourd’hui, Myriam est heureuse et comblée :

Après presque deux ans de formation, je suis enfin prête à devenir pilote pour vols commerciaux. Je me sens extrêmement heureuse et bénie !

La voilà parée au décollage de sa nouvelle vie en tant que première pilote musulmane professionnelle d’Europe, débutant ainsi sa carrière à l’aéroport d’Amsterdam-Schiphol.
***********************
 »
Bordeaux : la discorde les amène à prier dans la rue.

Depuis plusieurs semaines, un désaccord règne autour de la gestion de la mosquée de Bègles en Gironde soupçonnée d’être dirigée par des « salafistes radicaux » par la mairie. Désormais entre les mains de la fédération musulmane de Gironde, de nombreux fidèles ont fait le choix de ne plus fréquenter cette mosquée, et se sont tournés vers une mosquée de Bordeaux à proximité. Malheureusement, cette mosquée n’a pas une grande capacité et par manque de place, certains ont dû prier dans la rue ce vendredi 22 mai.
La fédération musulmane de la Gironde.

Dirigée par Tareq Oubrou, l’imam de la grande mosquée de Bordeaux, c’est elle qui a désormais la gestion de la mosquée de Bègles, suite à la décision du maire et l’intervention des forces de l’ordre dans le courant du mois d’avril. Décriée par de nombreux fidèles résidant en aquitaine, des appels récurrents à l’opposition contre celle-ci sont publiés sur internet. Plusieurs fois, les fidèles ont manifesté devant la mosquée afin d’en bloquer l’entrée à la fédération, en vain.
Installés sur la voie publique.

Les choses n’évoluant pas pour la mosquée de Bègles, les fidèles ont choisi de se tourner vers un autre lieu pour accomplir leurs prières, notamment celle du vendredi qui rassemble le plus du monde. De plus, toutes les mosquées ne démarrant pas le prêche à la même heure dans la région , les béglais se sont tournés vers celle qui pratique les mêmes horaires et c’est également celle qui est la plus proche, la mosquée Nour el Mohamadi dans le quartier St Michel à Bordeaux. Ce vendredi, l’affluence était telle qu’il n’y avait pas de place pour tout le monde, et certains se sont retrouvés contraints de faire leur prière dans la rue, ce qui est interdit par la loi. Conscient des difficultés que cela peut engendrer, les responsables de la mosquée vont rapidement trouver une solution afin de permettre à tout le monde de prier sereinement.

Il est regrettable que des fidèles ne puissent pas pratiquer leur religion en paix à cause d’un conflit fabriqué de toutes pièces par des personnes peu soucieuses du confort des pratiquants. Cette lutte pour la gestion d’une mosquée peut conduire à des problèmes au-delà de la communauté musulmane, avec notamment le voisinage de la mosquée, ce qui est contraire aux principes de l’islam. Il faut fortement souhaiter que les choses rentrent vite dans l’ordre et que la communauté s’unisse à l’approche du mois de Ramadhan afin de ne pas revivre ce genre de situation.
*******************
 »
Salles de prières et repas halal, dans les universités de Corée du Sud.

A l’heure où les polémiques se multiplient en France autour du hijab à l’université, des repas alternatifs dans les cantines scolaires ou encore des acompagnatrices scolaires voilées, en Corée du Sud, tout est fait pour que les étudiants musulmans se sentent à leur aise. Les universités coréennes viennent de mettre en place dans chaque établissement des menus halal et des salles de prières.

Dans l’université de Sejong, des travaux ont été effectués pour permettre aux étudiants musulmans d’accomplir leurs prières dans les meilleures conditions possibles. Une “salle de 73 mètres carrés de moquette, une cloison d’entrée séparant hommes et femmes ainsi qu’un système de loupe destiné à la lecture du Coran” ont été mis à disposition des étudiants.

«Jusque-là, je devais faire mes prières dans les couloirs», confie-t-il au quotidien coréen, The Hankyoreh. «J’apprécie de pouvoir maintenant les faire dans le calme».

Les salles de prières se mutliplient dans les établissements coréens comme le fait remarquer le Figaro, la Kookmin University, Kyung Hee University ou encore la Sungkyunkwan University possèdent eux aussi leur espace réservé au culte musulman. Même les établissements chrétiens procèdent à des modifications afin que les étudiants venus des pays musulmans voisins puissent accomplir leurs prières.

En plus de salles de prières, certaines universités comme la Sun Moon University et l’Hanyang University proposent des menus halal afin que les étudiants musulmans puissent déjeuner au sein de leur établissement.

«Devoir dépenser plus de 10.000 wons [environ 8 euros, ndlr] à chaque repas, alors que la cafétaria propose des menus à 3000 wons [environ 2,5 euros, ndlr] était handicapant», raconte Jafar, pakistanais de 24 ans. «Ce ne sont que de bonnes nouvelles pour nous, qui restons ici, rappelle-t-il, une minorité».

A l’heure où en France, les étudiantes et autres lycéennes musulmanes subissent discriminations et islamophobies pour le simple fait de porter un voile ou une jupe longue, en Corée du Sud, tout est mis à disposition pour que les élèves religieux puissent pratiquer leur culte librement.
***********************
 »
Algérie : les couffins du Ramadan, l’indicateur de pauvreté.

Le monde musulman se prépare à accueillir le mois du Ramadan. En Algérie, les familles dans le besoin et les chômeurs auront le droit à un panier garni. Environ 1,7 million de familles algériennes sont concernées cette année à travers les différentes wilayas du pays. Une enveloppe de plus de 8 milliards de dinars est engagée pour cette action, a annoncé le 17 mai la ministre de la Solidarité nationale, de la famille et de la condition féminine, Mounia Meslem.

Pour leur permettre de passer un Ramadan dans des conditions convenables, 12 produits alimentaires de base composent le couffin : semoule, farine, pois chiche, riz, orge, huile et autres aliments bien connus des foyers. Pour en bénéficier, chaque famille doit s’inscrire jusqu’au 20 juin dans leur mairie. Elles devront fournir également des documents tels qu’une fiche familiale et une attestation de chômage entre autres documents d’état civil.

Les denrées doivent être distribuées localement par les mairies sur ordre du ministère de l’Intérieur et des collectivités locales. L’opération de solidarité sera bien encadrée pour éviter les vols et les détournements de la part de certains responsables de mairies corrompus, comme ce fut parfois le cas les années précédentes. Ce sera la mission du ministère de la Solidarité sociale. Si de telles pratiques sont déplorées, des poursuites seront engagées contre leurs auteurs, a averti le ministère.

De plus en plus de pauvres dans un pays de plus en plus riche.

En Algérie, les couffins de Ramadan sont chaque année un indicateur de la pauvreté dans le pays. « Ramadan est là, et il a ramené avec lui un terrible constat : il y a plus de 1 628 000 familles pauvres en Algérie. C’est le nombre d’inscrits prévus pour bénéficier du couffin du Ramadan (…). Ce chiffre est encore plus effrayant, car il ne représente que le nombre des familles inscrites, cela fait plus de 24 % des Algériens qui vivent en dessous du seuil de pauvreté », déplore la Ligue algérienne pour la défense des droits de l’homme (LADDH) dans un communiqué diffusé le 17 mai.

L’opération est louable, et loin d’être systématique dans les pays musulmans voisins du Maghreb, mais la LADDH pointe du doigt le paradoxe d’« un pays de plus en plus riche, et sa population de plus en plus pauvre ».

Le plus grand pays d’Afrique par sa superficie est en effet l’un des plus riches. A la fin du troisième trimestre 2014, les réserves de change de l’Algérie atteignaient 185,27 milliards de dollars, selon les chiffres officiels de la Banque d’Algérie. Sans oublier les ressources exponentielles de gaz et de pétrole qui composent 97 % de recettes nationales. C’est un fait, « les Algériens vivent mieux qu’il y a 15 ans, leurs dépenses ont été multipliées par 2,9 de 2000 à 2011 », selon une enquête de l’Office national de la statistique publiée en 2013. Mais tous les importants atouts du pays ne profitent pas encore aux plus pauvres, notamment aux jeunes, en grande partie sans emploi.
*****************************

Laisser un commentaire