MouslimRadio Programmes de diffusion sur MouslimRadio

Actuellement, en direct sur Loading ...


Flash info du 11 Safar 1438.

Flash info du 11 Safar 1438.

Ecouter le coran, des hadith, des conférences, des annonces divers, des anashids (sans musique), et bien d’autres choses, en direct sur #mouslimradio :
www.MouslimRadio.info

******************************************************************


Présidentielle américaine : Noirs, homosexuels, musulmans… Ils s’inquiètent après la victoire de Trump.

Ils ont massivement investi les réseaux sociaux. Pour exprimer leur dégoût, leur colère et leur déception de voir Donald Trump accéder à la plus haute fonction du pays : la présidence des Etats-Unis. Depuis les premiers résultats, tombés dans la nuit du mardi 8 au mercredi 9 novembre, les gays, les musulmans, les latinos mais aussi les femmes et les Noirs se réfugient sur Twitter pour exprimer leur incompréhension.

« J’ai peur. » Ce sentiment domine dans leurs messages face à la future présidence du milliardaire. Car ce dernier s’est fait connaître, entre autres, en multipliant les propos outranciers à l’égard des minorités. Franceinfo a interrogé certaines de ces personnes qui s’inquiètent pour leur avenir.

Kadijah, 19 ans : « J’ai prévu de partir en Angleterre ».

A 19 ans, Kadijah est très remontée après la victoire de Donald Trump. Cette New-Yorkaise, supportrice de Bernie Sanders, ne digère pas l’arrivée à la Maison Blanche du magnat de l’immobilier. Se décrivant dans un message sur Twitter comme une « fière lesbienne noire souffrant de problèmes de dépression », elle lâche un : « Va te faire voir Donald Trump ».

« J’ai maintenant un président qui hait les Noirs, les homosexuels et se moque des gens qui souffrent de maladies mentales, déplore cette lycéenne, avant de se montrer plus alarmiste. J’ai peur pour ma vie. Je pense que des émeutes vont éclater ou que des gens vont chercher à tuer Trump. »

Kadijah ne croit plus en son avenir américain. « J’ai prévu d’aller en Angleterre voir ma famille », annonce-t-elle. La jeune femme est persuadée que le nouveau président « va mettre l’Amérique à terre ». « Il veut entrer en guerre avec nos alliés. Notre nation est à l’aube d’un bouleversement », conclut-elle.

Alex, 17 ans : « Je suis gay et j’ai peur ».

S’il n’a pas pu voter en raison de son âge, Alex, 17 ans, a suivi attentivement la campagne américaine et les résultats heure par heure. Ce lycéen du Wisconsin a publié sur Twitter un message poignant. « Je suis gay, écrit-il. Je voulais trouver l’amour mais même ça, ça va être compliqué pour moi maintenant puisque les homophobes vont se sentir encouragés par la victoire de Trump. J’ai peur. »

Le jeune homme assure à franceinfo que sa vie va désormais être « plus dangereuse ». Donald Trump affiche, en effet, des positions ambiguës concernant la communauté LGBT, rappelle Têtu, bien qu’il ait tenté, dans la dernière ligne droite avant l’élection, de faire passer un message d’apaisement.

« Les personnes remplies de haine vont sentir qu’elles ont le droit d’exprimer ce qu’elles pensent et de passer à l’action », craint-il. Selon lui, le risque est maintenant élevé de voir une augmentation des crimes homophobes couplée à une baisse des plaintes. Contrairement à Kadijah, Alex assure qu’il ne changera rien à ses rêves d’adulte. « Je sais que le meilleur moyen de faire face à toute cette haine est de continuer à faire ce qui me rend heureux, malgré eux », veut-il croire.

Melisa, 27 ans : « En tant que musulmane, je suis terrifiée ».

Depuis l’officialisation de la victoire de Donald Trump, Melisa ne peut pas s’empêcher de penser à son passé. Cette musulmane de Pennsylvanie, âgée de 27 ans, est arrivée de Bosnie en 1997 après que sa famille a obtenu le statut de réfugié. Son histoire fait écho à celle des immigrés que le nouveau président américain veut renvoyer chez eux. « En tant que femme, mais aussi immigrée, musulmane et américaine, j’ai vraiment peur », a-t-elle tweeté.

« Sa victoire va simplement valider les préjugés de certains Américains et renforcer les discours anti-musulmans et anti-immigrés », analyse-t-elle. Melisa reconnaît avoir de « la chance » parce qu’elle n’est pas « une musulmane visible ». « Mais toutes celles qui portent le voile vont se sentir visées », glisse-t-elle. Cette assistante juridique n’a qu’un espoir : que les habits de président changent le Donald Trump candidat. « Il doit réaliser que les mots ont un sens. Qu’il ne peut pas juste déverser sa haine sans conséquence, prévient-elle. Il ne peut pas dire n’importe quoi et s’il n’arrive pas à se maîtriser et à être plus diplomate, alors on risque tous d’avoir de graves problèmes ».

Clic pour voir la Source de l’article

***


islam : Sourate Al Mulk (67) – سورة الملك et ses mérites.

La sourate Al Mulk est une sourate Mecquoise qui comporte 30 versets. Le Prophète salallahou ‘aleyhi wa salam ainsi qu’Abdallâh Ibn Mass’oûd (radhiallâhu ‘anhu) ont vanté ses mérites notamment l’intercession de la sourate en faveur du croyant ou encore le fait que sa lecture assidue engendre la protection d’Allah contre le supplice de la tombe.

Il a été rapporté par Abû Hurayrah (radhiallâhu ‘anhu) que le Prophète (sallallahu ‘alayhi wa salam) a dit :

« Une certaine Sourate du Qor’ân, qui contient trente versets, a intercédé en faveur d’un homme jusqu’à ce qu’il en fût pardonné [pour ses péchés]. C’est la Sourate -Tabârak al-ladhî bi-yadihi al-Mulk – [c’est-à-dire la Sourate al-Mulk – La Royauté]. » Rapporté par at-Tirmidhî, Abû Dâwoud et Ibn Mâdjah – At-Tirmidhî a dit que c’est un hadîth « hasan » [bon]. Il a été classifié comme « Sahîh » par SHeikh al-Islâm Ibn Taymiyyah dans son Majmû ’ al-Fatâwa et par SHeikh al-Albânî dans « Sahîh Ibn Mâdjah ».

Il a été rapporté que Abdallâh Ibn Mass’oûd (radhiallâhu ‘anhu) a dit :

« Quiconque récite la Sourate « al-Mulk » [La Royauté] chaque nuit, Allâh le préservera du supplice de la tombe. Du temps du Messager d’Allâh (sallallahu ‘alayhi wa salam) nous l’appelions « al-Mâni’ah » [La protectrice]. Elle est, en fait, une Sourate du Qor’ân dont la récitation chaque nuit est source d’une bonne et grande rétribution. » Rapporté par an-Nassâ’î et al-Hâkim qui a dit que sa chaîne de transmission est authentique [Sahîh] – Et SHeikh al-Albânî (rahimahullâh) l’a classé comme : « hasan » [bon] dans « Sahîh at-Targhîb wal-Tarhîb ».

Clic pour voir la Source de l’article

***


Les clés de l’éducation: 7 idées de conteuse pour faire aimer les mots à nos enfants.

Quelle tâche fastidieuse pour, nous, parents que d’essayer de faire aimer la lecture à notre progéniture. Combien d’entre nous trouvent qu’il est inutile de lutter puisque, semble t-il, l’amour de la lecture est inné. Et s’il en était autrement ?

En tant qu’auteure et conteuse, je vous propose de voir les choses sous un autre angle. Apprendre à se familiariser avec les mots avant d’aimer lire serait le secret à découvrir avec ces 7 idées de conteuse. Rien de bien compliqué, ce ne sont que des petites astuces très simples à réaliser pour lesquelles vous aurez besoin de :

Votre voix.

Les mots se trouvent partout. En parlant, et en lisant vous mêmes des histoires à vos enfants, vous vous faites porte parole de cet amour des mots qui passera d’abord par votre voix. L’univers des mots n’est pas froid. Il sera la chaleur des cœurs de vos enfants surtout si vous prenez soin de choisir des histoires porteuses de sens, comme celles de nos prophètes. Nos vrais héros et ceux de vos enfants sont tirées du Saint Coran ou de la Sunna, ne l’oubliez pas !

Usez donc de votre instrument vocal pour transmettre la passion qui se ressentira à votre voix ! Mettez toutes les intonations qu’il faut au bon moment et donnez un impact à chacun des mots prononcés.

Et n’oubliez pas : en prononçant des mots, comme les conteurs, vous faites passer des émotions.

Vos mains.

Jeux de main, jeux…très malins !

Mimez autant que vous pouvez. Tout petit déjà, votre enfant perçoit dans votre voix et vos gestes tout un tas de concepts importants à son développement psychomoteur et à l’amour des mots que vous voulez lui inculquer. N’hésitez pas à varier les comptines, et petites histoires en rime qui aiguiseront son oreille tout en sollicitant sa mémoire auditive et visuelle.

Les sons et les gestes se marient pour un futur plaisir de lire en construction. C’est vous qui êtes sur les planches et votre enfant tout content !

Votre histoire.

Votre quotidien est son histoire. Utilisez à volonté les événements de votre vie de tous les jours pour apporter des solutions contées au moment de se coucher.

C’est un instant privilégié qu’il est bon de mettre à profit pour découdre tous les petits tracas de votre enfant en les dédramatisant. Au lieu de sortir un livre, prenez parfois une de ses peurs du moment que vous mettrez en scène avec des animaux comme personnages principaux, ou encore mieux : mettez en relation ce qui lui arrive avec un hadith ou un comportement de nos nobles Compagnons !

Beaucoup d’entre eux, qu’Allah les agrée tous, étaient petits en accompagnant notre Bien-Aimé.

Vous ferez ainsi d’une pierre deux coups : apprendre notre Sunna pour la transmettre à votre enfant, en appuyant sur les mots, et en mimant à l’occasion. Vous renforcerez son caractère et son sentiment d’appartenance à la Oumma…et pourrez fermer le rideau sur ce qui s’est passé !

De les encourager.

Lorsque votre enfant commence à grandir les histoires et les mimes ne suffisent plus.

Dès qu’il commence à apprendre l’alphabet vous pouvez l’inciter à rechercher des lettres puis des mots qu’il connaît dans la maison sur les différents emballages, les vieux magazines ou tout autre support.

Avec un peu d’imagination vous pouvez fabriquer, avec lui, un élément à accrocher sur le mur de sa chambre. En forme de train ou de chenille, ou autre, vous lui demanderez d’épingler chaque mot nouveau à l’intérieur des wagons ou du corps de chenille. Vous pouvez aussi l’utiliser pour faire de chaque wagon ou des parties du corps de l’insecte choisi un compartiment par adjectif dont il remplit à chaque fois de synonymes. Les variantes sont multiples. Le but de la manœuvre est de l’encourager.

L’essentiel étant que chaque jour, un peu plus, le support se remplisse et que sa fierté grandisse !

Les faire rire.

Apprendre à lire et à écrire n’est pas tous les jours drôles. Les enfants ont besoin de décompresser, et de parfois sortir du cadre scolaire pour intégrer un élément de leur apprentissage. Jouez avec eux à des jeux de mots. Scrabble, méli melo, mots fléchés adaptés, baccalauréat, les jeux de société ne manquent pas mais vous pouvez aussi en inventez un autre.

Prenez plusieurs chapeaux ou paniers et placez-y des bouts de papier sur lesquels vous inscrirez des noms communs, des verbes, des adjectifs, des compléments. Vous obtiendrez rapidement des phrases saugrenues du genre : Le poisson chatouille un sifflet…ou pire encore.

Fous rires, dans la salle, garantis !

De les faire participer.

Soyez à l’écoute de leur curiosité.

Lorsqu’un mot leur semble nouveau au point de solliciter une explication, c’est qu’il retient leur attention. Proposez leur de jouer à la chasse au papillon. C’est un exercice en animation d’atelier d’écriture qu’il est facile de reproduire à la maison. Demandez-leur de l’écrire sur un papier et retenez-le prisonnier dans un filet. Si vous avez l’âme d’un artiste, confectionnez-le avec un bout de votre filet de citrons, du papier et du carton, dans lequel votre enfant pourra venir mettre son mot nouveau.

A vous de trouver une autre idée, si le cœur vous en dit, pour le faire participer à cette apprentissage des mots que vous pouvez mettre en scène.

Le support ne sert qu’à visualiser joliment sa mémoire. Ce n’est pas obligatoire !

De montrer l’exemple et une ouverture d’esprit.

Autant que faire se peut, il faudra montrer un peu d’enthousiasme de votre part quant au monde des mots. L’important est de transmettre de l’amour et de l’intérêt pour le milieu que ce soit à l’oral ou à l’écrit.

Enfin offrir la liberté d’écrire à votre enfant sans le juger sur la forme est vital pour l’image qu’il se fait de ses capacités. Acceptez donc de le voir s’exprimer avec des fautes, il aura tout le temps de se corriger. Cela peut d’ailleurs être fait en deux temps : proposez lui une boîte à mots doux, ou de coups de gueule qui sera à sa portée. Une vieille boîte à mouchoirs customisée par exemple. Et réservez les temps de révisions pour un autre moment comme celui des devoirs.

De manière générale, le maître ou la maîtresse est la personne vers qui se rapprocher pour apporter de l’aide à son enfant lors de difficultés. Ces quelques conseils de conteuse ne sont que des petits fils conducteur entre les mots et le cœur de vos enfants, qui, je l’espère, vous donneront des ailes et des idées encore plus grandes !

Puissions-nous aider nos enfants à être conscients et amoureux du premier mot prononcé à notre prophète Mohamed ( que la Paix et le Salut soient sur lui) :«Iqra» !

Sonia Djebaili.

Auteure et conteuse du site mes-id-mots.com
.

Clic pour voir la Source de l’article

***


Ecosse : il se convertit à l’Islam après avoir entendu l’adhan.

En été dernier, nous vous parlions de cet américain qui a embrassé l’Islam après avoir lu la Bible. La Bible l’avait en quelque sorte poussé à lire le Saint Coran sobhanAllah. Aujourd’hui, nous vous rapportons la conversion à l’Islam d’un écossais, qui n’a jamais rencontré de musulman et qui ne se doutait pas un instant de la tournure qu’allait prendre sa vie.

Cet écossais s’est confié au quotidien The Independant afin d’expliquer les causes de sa conversion à l’Islam : « Pour moi, tout a commencé quand j’ai entendu l’appel à la prière d’une mosquée locale tandis que j’étais sur une plage en vacances en Turquie. Il a éveillé quelque chose en moi et m’a inspiré à commencer une quête spirituelle ». Il a ainsi été attiré par l’Islam par le biais de l’adhan entendu lors de son séjour en Turquie.

De retour dans son pays, cet écossais s’est lancé dans une recherche au sujet de l’Islam, se demandant en quoi consistait cette religion. Il confie donc « de retour à Inverness, je suis allé à la librairie locale, j’ai acheté un Coran et j’ai commencé à lire. Lors de la lecture, j’ai toujours demandé à Dieu de me guider sur le chemin vers lequel Il m’a destiné ».

A la lecture du Saint Coran, cet écossais a vu toute son existence être remise en question. Il a été bouleversé par la véracité et la sagesse de ces paroles comme il l’explique : « Le Coran m’a vraiment secoué. Il est vraiment un livre effrayant à lire, car il vous dit tant de choses sur vous-même ». La lecture du Saint Coran l’a poussé à modifier son comportement, à se détacher de certains péchés et à se rapprocher autant que possible des vertus du musulman.

Il savait pertinemment que la finalité de ces changements serait une conversion à l’Islam al hamdouliLlah. « Je savais ce que le résultat de ce processus final serait que je serai un musulman. Donc, j’ai continué à lire. Je l’ai lu trois fois ». Après avoir réformé son comportement étape par étape et s’être documenté sur l’Islam, la suite logique de ce cheminement fut en effet une conversion à l’Islam. Bien que n’ayant jamais rencontré de musulman, cet écossais a fini par embrasser l’Islam. Une histoire qui prouve une fois encore que quels que soient le lieu, les fréquentations et les orientations de chacun, quand Allah a décidé de guider un cœur, rien ni personne ne peut s’opposer à Sa volonté.

Clic pour voir la Source de l’article

***


France : François Hollande félicite Donald Trump qu’il considère vulgaire.

François Hollande a fait comme de nombreux chefs d’Etat à travers le monde, respectant la tradition : il a félicité Donald Trump pour son élection. Non sans devoir serrer les dents pour le faire !

Coopérer avec le candidat républicain sans concession.

C’est ainsi dans la journée du mercredi 9 novembre que François Hollande a adressé ses félicitations au nouveau président des Etats-Unis. Le visage assez fermé lors de son discours, il a indiqué vouloir travailler avec l’administration Trump « sans concession ». Pas le choix tout simplement puisque le milliardaire américain est maintenant à la tête d’une des puissances mondiales importantes sur l’échiquier politique et économique. Pourtant il y a quelques mois encore, le locataire de l’Elysée qualifiait celui qui est aujourd’hui devenu son homologue d’homme vulgaire. Ajoutant aussi qu’il serait le pire président s’il venait à être élu. On y est justement ! D’ailleurs aux journalistes Gérard Davet et Fabrice Lhomme, François Hollande avait déclaré : « Lui, tout ce qu’il aime, c’est la vulgarité. C’est un être, je trouve, dans tous les sens du terme, vulgaire. Comme pouvaient l’être des leaders populistes en Europe, qui sont fondés sur la vulgarité. »

François Hollande n’a pas manqué de préciser que les positions de Donald Trump lors de sa campagne doivent être confrontées aux valeurs et aux intérêts partagés avec les Etats-Unis. Parlait-il notamment de son côté misogyne, de son islamophobie, de son racisme contre les Afro-Américains, les Latinos-Américains… ? Il y a le choix puisque Donald Trump a dit beaucoup d’énormités avant d’être élu !

Clic pour voir la Source de l’article

***


France : Paris : un centre humanitaire pour migrants est ouvert.

Afin de parer au flux toujours plus important d’arrivées de migrants à Paris, la ville s’est équipée d’un centre humanitaire. L’ouverture officielle s’est tenue jeudi 10 novembre près de la porte de la Chapelle, au nord de la capitale.

Le centre dont la création avait été annoncée en mai dernier accueillera chaque jour entre 50 et 80 personnes, soit le nombre de migrants arrivant quotidiennement à Paris selon les estimations. Il doit servir d’étape de transition avant une réorientation selon les situations, Centre pour demandeurs d’asile (Cada) pour certains, centre d’accueil ou d’orientation (CAO) pour d’autres.

Les femmes et familles seront amenées en navette dans des lieux spécifiques en attendant l’ouverture prochaine d’un centre destiné à ces « publics vulnérables ». Ce nouveau centre devrait voir le jour début 2017 à Ivry-sur-Seine, au sud de Paris. Les mineurs isolés seront, quant à eux, transférés vers d’autres structures parisiennes.

Le centre humanitaire de Paris comporte huit villages de 50 places dans une halle 10 000 m2. Des cabanons en bois recouverts de bâches, d’espaces de bureaux, d’un réfectoire et de sanitaires contiendront des chambres pour quatre personnes. « Il y une douche, une toilette et un lavabo pour 8 personnes, nous sommes au-delà des normes du HCR », le Haut-commissariat aux réfugiés, a souligné Bruno Morel, directeur général d’Emmaüs solidarités, en charge du centre. Il ajoute que « des lavabos plus bas ont été installés pour (que les musulmans puissent) faire des ablutions ».

Le Samu social et l’ONG Médecins du monde participeront au soutien médical et psychologique des réfugiés. Environ 120 salariés et 500 bénévoles seront déployés sur le site pour distribuer des kits d’hygiène et proposer des activités. Le projet est estimé à un coût global de 16,4 millions d’euros. Il doit permettre de mettre fin à la logique d’établissement de camps clandestins qui a notamment pris racine à Paris.

« C’est une alternative digne à la rue », affirme Anne Hidalgo, maire de la ville. Elle a rappelé néanmoins que la structure est démontable et pourra être transposée ailleurs. En effet, dans 18 mois, l’emplacement doit accueillir des bâtiments universitaires.

Clic pour voir la Source de l’article

***


Lancement de la campagne pour la suspension de l’Accord d’association entre l’Union européenne et Israël.

Les colonies israéliennes s’étendent en Cisjordanie :

Suspension de l’accord d’association UE/Israël !

Les implantations de nouvelles colonies ne cessent de se multiplier dans les territoires palestiniens de Cisjordanie occupée. En juin 2016, le gouvernement de M. Netanyahou a permis la construction de 560 nouveaux logements pour les colons de Ma’ale Adoumim et 840 autres à Jérusalem-Est. Il a poursuivi le Plan E1 visant à former une continuité territoriale entre Jérusalem-Est et cette colonie de Ma’ale Adumim pour couper en deux la Cisjordanie. Le projet d’Israël de construire 98 habitations dans la colonie de Shilo en Cisjordanie, ainsi que l’accélération durant l’année 2016 des destructions de maisons palestiniennes, ont été dénoncés au Conseil de sécurité des Nations-Unies, le 19 octobre 2016. Environ six cent mille colons israéliens vivent aujourd’hui dans ces territoires. Les implantations incessantes de colonies, au nom de l’argument théologique intégriste selon lequel ces terres auraient « été données par Dieu à Israël », constituent une violation flagrante de la quatrième Convention de Genève selon laquelle une puissance occupante ne peut transférer dans un territoire occupé une partie de sa population.

Le lobby des colonies au parlement israélien, la Knesset, réclame « une loi d’annexion de la Judée et de la Samarie », c’est-à-dire de la Cisjordanie occupée en 1967. Le ministre israélien de l’Éducation, Naftali Bennett, demande celle de la « zone C », soit 60% de ce territoire. Même si le gouvernement Netanyahou feint de refuser une telle violation flagrante du droit international, il ne cesse de la préparer méthodiquement. La poursuite de la colonisation, qui compromet l’existence d’un Etat palestinien indispensable au retour de la paix dans la région, éloigne la reconnaissance par ses voisins de l’Etat d’Israël dans ses frontières de 1967, et, par conséquent, met aussi en danger sa survie.

Les représentants de l’organisation israélienne de défense des droits de l’Homme B’Tselem et du mouvement La Paix maintenant qui ont témoigné devant le Conseil de Sécurité des Nations-Unies, le 14 octobre 2016, des conséquences de l’occupation et de l’extension ininterrompue des colonies, sont accusés en Israël de trahison et sont l’objet d’une campagne de haine sans précédent. Des responsables politiques demandent qu’ils soient déchus de leur nationalité. Déjà, le 12 juillet 2016, la Knesset a adopté une loi renforçant les contrôles auxquels sont soumis B’Tselem et vingt-six autres mouvements en Israël dénonçant la colonisation. Les interventions de l’ONG Breaking the Silence dans les écoles et les casernes ont été interdites. Le ministre israélien de la Défense, Avigdor Lieberman, semblant juger favorable le moment où le président des Etats-Unis arrive à la fin de son mandat, menace d’une nouvelle guerre contre les institutions de la bande de Gaza qui « sera la dernière confrontation car nous les détruirons totalement ».

La seule manière d’obliger Israël à se conformer au droit international, d’imposer le respect des droits des Palestiniens, et de soutenir efficacement les courageux dissidents israéliens, est d’exercer des pressions internationales.

« Trop, c’est trop ! », conjointement avec le Collectif national pour une paix juste et durable entre Palestiniens et Israéliens et avec le soutien de la Plateforme des ONG pour la Palestine, lance une campagne pour la suspension de l’Accord d’association entre l’Union européenne et Israël.

Cet accord s’est traduit récemment par des programmes de recherche dans le domaine militaire au profit d’Israël. Or il stipule que « toutes [ses] dispositions […] se fondent sur le respect des droits de l’homme et des principes démocratiques » (article 2), et que sa suspension est possible « si une partie considère que l’autre ne satisfait pas à une obligation découlant du présent accord » (article 79). En s’en tenant strictement au droit international, l’Union européenne doit donc, par sa suspension, se conformer aux règles qu’elle a elle-même fixées et qu’elle a appliquées en d’autres circonstances.

Contre l’extension de la colonisation qui compromet chaque jour davantage l’établissement d’une paix juste entre un Etat d’Israël renonçant aux conquêtes de 1967 et un Etat palestinien, l’Europe doit avoir le courage de réagir.

« Trop, c’est trop ! » est un collectif d’individus constitué à la fin de l’année 2001 à l’initiative de Madeleine Rebérioux et Pierre Vidal-Naquet pour protester contre l’enfermement de Yasser Arafat à Ramallah et les coups portés par l’armée israélienne à l’Autorité palestinienne. Il s’est exprimé de nouveau quand de nouvelles menaces ont compromis encore davantage la paix dans la région qui passe par l’existence d’un Etat palestinien.

Vous pouvez soutenir en envoyant un chèque à l’ordre de :
LDH Trop, c’est trop,
Ligue des droits de l’Homme,
138, rue Marcadet,
75018 Paris
.

Clic pour voir la Source de l’article

***


France : Dominique de Villepin: « Le président ne comprend pas ce qu’il se passe aux Etats-Unis ».

L’ancien Premier ministre, Dominique de Villepin, a réagi au discours de François Hollande après l’élection de Donald Trump. Pour lui, le chef de l’Etat est dans l’erreur face aux événements américains.

Reportage vidéo a voir sur www.mouslimradio.info.
w w w . m o u s l i m r a d i o . i n f o .

Clic pour voir la Source de l’article

###################################
####### Aujourd’hui en Palestine #######
####################################

Aujourd’hui en Palestine, Voici les principaux titres du site d’information, C P I, Centre Palestinien D’Information.

Netanyahou participe aux creusements et met al-Aqsa sur le volcan
Au rythme de l’escalade des creusements, des fouilles, pratiqués dans la ville d’al-Quds occupée (Jérusalem), au rythme du nombre de ces colons envahissant la sainte mosquée d’al-Aqsa.
.
Abbas : « Je sais qui a tué le président Yasser Arafat ».
Le président de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, a annoncé pour la première fois, à sa connaissance des assassins du Président Yasser Arafat.
.
La Knesset refuse de reconnaître les Palestiniens de 48 comme une minorité nationale.
.
: « Les stratégies de l’avenir » discutées dans une conférence nationale à Gaza.
Voilà le mois de novembre qui arrive et arrive avec lui la commémoration annuelle de la Déclaration de Balfour, la 99ème cette année.
.
20 Palestiniens arrêtés lors d’une série de rafles en Cisjordanie.
Les forces armées d’occupation israéliennes ont poursuivi les vastes campagnes de raids et d’arrestations dans les diverses zones de la Cisjordanie occupé.
.
Yatta: l’occupation scelle une chambre dans la maison du captif Zein.
Les forces d’occupation israéliennes ont scellé, tôt jeudi matin, une chambre dans la maison du prisonnier, Younis Zein, à Yatta, au sud de la province de Hébron.
.
L’occupation rend les effets personnels d’un Palestinien 24 ans après sa mort.
.
Medvedev se rend dans les territoires occupés et rencontre Netanyahu et Abbas.
Le Premier ministre russe, Dmitri Medvedev, est arrivé la nuit dernière à l’entité sioniste dans une visite de 3 jours.
.
Un jeune blessé et arrêté au nord de Ramallah.
Les forces armées de l’occupation israélienne ont arrêté aujourd’hui matin, un jeune après l’avoir blessé par une balle réelle lors des affrontements.
.
Affrontements avec les forces de la sécurité de l’Autorité Palestinienne à l’est de Naplouse.
De violents affrontements ont éclaté le mercredi soir, entre les citoyens palestiniens et les forces de la sécurité de l’Autorité Palestinienne au camp d’Askar.
.

Retrouvez l’intégralité de tout ces articles sur http:// french pal info.com
.
Le Centre Palestinien D’Information, sur http://french.palinfo.com

Laisser un commentaire