MouslimRadio Programmes de diffusion sur MouslimRadio

Actuellement, en direct sur Loading ...


Flash info du 17 Rajab 1436.

Flash info du 17 Rajab 1436.

 »
France, Robert Menard déclare, il y a 64,6 % d’enfants de confession musulmane à Béziers.

Le maire de Béziers a révélé lundi soir dans l’émission de France 2 « Mots croisés » que la mairie détenait un document fichant les enfants supposés de confession musulmane dans les écoles de la ville. « Je sais que je n’ai pas le droit mais on le fait ». Robert Ménard, le maire FN de Béziers a révélé lundi soir sur France 2, dans l’émission « Mots croisés » que sa mairie tenait des statistiques sur le nombre d’enfants de confession musulmane qui fréquentent les écoles de la ville.

Alors qu’il donnait des pourcentages sur ces enfants, le maire s’est vu interroger sur sa méthodologie pour obtenir de tels chiffres. »Ce sont les chiffres de ma mairie. Pardon de vous dire que le maire a les noms, classe par classe, des enfants. Je sais que je n’ai pas le droit mais on le fait », a alors répondu Robert Ménard.

Le maire de Béziers ne s’est pas arrêté là, poursuivant : « Les prénoms disent les confessions. Dire l’inverse, c’est nier une évidence ». Ces propos ont déclenché une vague de réactions sur les réseaux sociaux.

Ces révélations ont provoqué de vives réactions sur les réseaux sociaux dans la nuit et la matinée, et notamment du député socialiste de l’Hérault, Sebastien Denaja : « Le procureur de Beziers doit ouvrir une enquête après les déclarations de Robert Ménard sur le fichage des enfants selon leur confession », a-t-il estimé.

En France, les statistiques ethniques sont interdites par la loi du 6 janvier 1978, même si la Commission nationale informatique et liberté peut autoriser des exceptions. Le texte précise qu’il est interdit de traiter des données à caractère personnel qui font apparaître, directement ou indirectement, les origines raciales ou ethniques, les options philosophiques, politiques ou religieuses, ou l’appartenance syndicale des personnes, ou qui sont relatives à la santé ou à la vie sexuelle de celles-ci.
**********************************
 »
Amérique : fusillade lors d’un concours de caricatures du Prophète, (que le paix et la bénédiction soit sur lui).

Dimanche soir à Garland, dans la banlieue de Dallas, un concours de caricatures du Prophète (‘alayhi salat wa salam) a été organisé. Plusieurs figures d’extrême droite étaient conviées à l’événement tel que le néerlandais Geert Wilders. Alors que le concours de dessins touchait à sa fin, deux hommes ont ouvert le feu sur le parking. Ils ont ainsi blessé un policier dont les jours ne sont pas en danger. En effet, les forces de l’ordre avaient été déployées pour monter la garde devant le centre. Les deux suspects ont été abattus par les policiers déjà présents sur les lieux.

Le concours avait rassemblé près de 200 personnes, qui n’avaient rien remarqué jusqu’à l’arrivée de la police à l’intérieur du centre. L’événement a été organisé par l’AFDI (American Freedom Defense Initiative), une association qui se dit défendre la liberté d’expression mais qui au final, s’avère être une organisation anti-Islam. Elle est d’ailleurs largement critiquée hormis par les figures d’extrême droite.

Les responsables de cette association se sont saisis de l’occasion pour crier au terrorisme et à la « guerre contre la liberté d’expression », se comparant alors à Charlie Hebdo. Ils se sont d’ailleurs empressés de publier sur leur page Facebook « Qu’allons-nous faire ? Allons-nous nous livrer à ces monstres ? ». Au terme du concours, le gagnant devait remporter près de 10 000 dollars.

Toutefois, Jean-Baptiste Thoret, critique cinéma de Charlie Hebdo a déclaré, « Comme vous l’avez dit, vous avez un mouvement anti-islamiste [au Texas] et le problème de Charlie Hebdo n’est pas du tout le même. Il s’agissait seulement de critiquer toutes sortes de religions, sans faire mention de personnes en particulier. Vraiment, cela n’a rien à voir ».

Cet événement ainsi que les moyens déployés en disent long sur les orientations et les motivations de cette association. Déjà connue, notamment pour avoir placardé des affiches anti-Islam dans les transports, l’AFDI se réclame pour la « liberté d’expression » alors qu’elle affiche clairement des propos islamophobes et qu’elle organise des événements visant les musulmans. Si l’association n’était pas consciente de ses orientations islamophobes, elle n’aurait sans doute pas demander des mesures de sécurité renforcées lors de ce concours. Pamela Gellar, la Présidente du groupe d’extrême droite AFDI, et organisatrice du concours avait déboursé près de 10 000 dollars pour assurer la sécurité de ce concours.
**************************************
France : A-t-on besoin de Mosquées Cathédrales ? L’exemple de la Mosquée de Coulommiers.

Samedi 2 mai, la mosquée de Coulommiers a été inaugurée. Après cinq années de travaux, l’édifice est enfin terminé et pourra accueillir les fidèles. D’un coût de 900 000 euros, le lieu pourra accueillir entre 300 et 600 personnes. C’est depuis 2008, que l’association Er Rahma se bat pour concrétiser la construction de ce lieu de culte, très attendue. La communauté musulmane s’est largement investie en effectuant des dons, et des collectes avaient été organisées. Le temps record pour sa réalisation résulte également des relations entre la mairie et la direction de l’association.

Alors que d’autres mosquées de France ne peuvent être édifiées qu’au bout d’une vingtaine d’années, pour celle de Coulommiers il aura fallu seulement 5 années d’attente. En effet, le maire UMP, Franck Riester, s’opposait à ce qu’il y ait des prières dans les rues et se montrait donc favorable à un lieu de culte musulman digne de ce nom.

« S’il n’y a pas de mosquée, il y a des prières dans la rue. Ce n’est ni digne, ni souhaitable. » avait-il affirmé, rapporte Le Parisien.

Espérons que d’autres maires prendront exemple sur Franck Riester en facilitant les démarches aux associations qui s’investissent dans la construction des mosquées ou ne serait-ce qu’en ne mettant pas d’obstacles à ces projets. La mosquée compte également deux salles de classe pour l’apprentissage de l’arabe et du Coran.

Alors que le recteur de la Mosquée de Paris. Dalil Boubakeur, proposait fièrement la construction de mosquées cathédrale, l’exemple de la mosquée de Coulommiers nous amène a réfléchir sur le besoin et le coût de ces mosquées. Certains élus locaux prennent l’excuse de la construction d’une Grande Mosquée pour justifier la fermeture des petites salles de prière de quartier. Quand est-il de nos pères et mères à la retraite qui ne peuvent traverser toute la ville pour effectuer leurs prières a la mosquée. Quand est-il de l’Imam au fait des problématiques sociales et familiales du quartier, garant de conseils avises et adapter au contexte. Les grandes mosquées cathédrales nous semblent être une fausse bonne idée. Si cela permet d’inscrire l’Islam dans le paysage français, cela entraîne néanmoins une dépersonnalisation de notre religion, un éloignement qui risque inéluctablement de nous vider nos mosquées.
*************************************************
 »
Gaza : les témoignages accablants recueillis par Breaking The Silence.

Malgré la propagande, le vrai visage de Tsahal est apparu aux yeux du monde entier durant l’attaque disproportionnée et dévastatrice de l’été dernier sur Gaza. l’ONG israélienne Breaking The Silence met en cause la politique militaire israélienne contre les Palestiniens après avoir recueilli des témoignages suggérant que les soldats ont reçu l’ordre de «tuer à vue» pendant cet assaut .

Dans un communiqué publié dimanche, l’organisation » Briser le silence » confirme que les propos accablants recueillis auprès de soldats et d’officiers, révèlent l’image « troublante » et « inquiétante » de la politique des « tirs aveugles » autorisés par Tsahal. L’ONG affirme que celle-ci a » directement entraîné la mort de centaines de civils palestiniens innocents « .

Plus de 2.310 Palestiniens, essentiellement des civils, ont été tués.A ce chiffre, s’ajoutent plus de 11 000 blessés. Un déluge de feu qui aura duré 7 semaines, réduisant la bande de Gaza, le lieu le plus densément peuplé au monde, en un effroyable champ de ruines .

La moralité des soldats et de l’état major est mise en cause par ces publications: « les propos recueillis par Breaking the Silence dévoilent un changement radical et inquiétant » dans les procédures de combat de l’armée israélienne, a indiqué l’ONG.

les valeurs directrices de l’armée israélienne, exigeant que les soldats utilisent le minimum de force nécessaire et qu’ils gardent leur humanité même dans le combat, ont été annihilées, voir mises au rebut volontairement».
« les ordres d’engagement » transmis aux soldats » étaient des plus permissifs « , l’ONG ajoute que » Les ordres étaient de tirer pour tuer, même si la cible n’était pas identifiée « .

Certains officiers décrivent une atmosphère délétère durant cette guerre, sans commune mesure avec les actions militaires précédentes : « Le discours était vraiment d’extrême droite, un discours raciste et nationaliste « ; un lieutenant ajoute: « Il y avait beaucoup de gens qui haïssaient les Arabes, vous pouviez le voir dans leurs yeux « . Une violence attisée comme le rapporte un sergent : « [nos supérieurs] nous ont dit : si vous tuez quelqu’un à Gaza, c’est cool, ce n’est pas grave « .

Pendant les sept semaines d’assaut contre Gaza, Tsahal a méthodiquement « réalisé la destruction massive des infrastructures civiles et des habitations », l’ONG a noté que, « dans de nombreux cas, la destruction a eu lieu sans aucune justification opérationnelle valable.« .

Breaking The Silence a été fondée par des vétérans israéliens qui ont servi Tsahal durant la deuxième Intifada. Sur le site Internet éponyme de l’ONG, ces anciens combattants « ont décidé de révéler au public israélien la réalité dramatique de la vie quotidienne dans les territoires occupés. ».
« Ce qu’il ressort de ces témoignages, c’est un échec éthique énorme de la part de l’armée israélienne », déclare Yuli Novak, le directeur de Breaking The Silence, qui réclame une enquête indépendante.
********************************
 »
Un ministre algérien dénonce « la diabolisation de l’Islam par les occidentaux » et propose au monde musulman d’agir.

A l’occasion de la 10ème session du Comité permanent pour l’information et les affaires culturelles (COMIAC) de l’Organisation de la Conférence Islamique (OCI) qui s’est déroulée à Dakar le 28 avril, le ministre algérien de la Communication, Hamid Grine, a dénoncé « l’entreprise de diabolisation de l’Islam, aussi bien dans les discours politiques que dans les médias et les manuels scolaires occidentaux « .

Hamid Grine a appelé les pays musulmans du monde à impliquer leurs médias pour répondre à l’Occident. Le ministre algérien a prôné une stratégie de communication spécifiquement dirigée vers les jeunes visant à déconstruire ce discours « qui donne de l’Islam l’image d’une religion du chaos, alors qu’elle est, en réalité, religion de la paix et de la tolérance ».

La Radio Algérienne rapporte que le ministre de la Communication a rappelé que l’Algérie « appuie toute action tendant à l’élargissement du rôle de l’Observatoire (de lutte contre l’islamophobie) aux domaines de la prévention et de la lutte contre l’islamophobie et ses manifestations pour promouvoir l’image du monde musulman« .

Pour finir, Hamid Grine a renouvelé, par ailleurs, la solidarité constante et indéfectible de l’Algérie avec le peuple palestinien jusqu’au recouvrement de ses droits nationaux légitimes, dont l’établissement de son État indépendant avec pour capitale El Qods.
*********************************
 »
Tombes profanées à Lausanne : seuls les défunts musulmans ont été pris pour cible.

Treize tombes musulmanes ont fait l’objet de vandalisme dimanche au cimetière du Bois-de-Vaux, à Lausanne dans l’ouest de la Suisse. Croix gammées et stèles retournées. Les profanateurs islamophobes ont ciblé uniquement des défunts musulmans.

D’après la police de Lausanne, les sépultures visées sont celles de « personnes ayant un nom à consonance arabe ».

Le Président de l’Union vaudoise des associations musulmanes a exprimé sa colère et son incompréhension face à «cet acte inhumain qui ne respecte même pas les morts».

« Mon père venait du Kosovo. Il a vécu une trentaine d’années ici. Il est décédé d’un cancer en 2013 après de longues souffrances. Il a été enterré dans le cimetière du quartier où il vivait. Juste parce qu’il était musulman, des gens ont profané et piétiné sa tombe. Aujourd’hui, toute ma famille pleure comme si mon papa venait de mourir encore une fois. » témoigne la fille d’un défunt au quotidien 20 minutes.ch.

Pour la municipalité, il y a peut-être un lien entre cette profanation et le projet de création du carré musulman en cours. Le futur espace confessionnel musulman du cimetière du Bois-de-Vaux pourra accueillir 350 tombes orientées en direction de la Mecque dès 2016.
*************************************
 »
Deux individus interpellés après la tentative d’incendie à la mosquée de Mâcon.

Deux jeunes hommes, suspectés d’être les auteurs des dégradations qui ont visé le lieu de culte musulman de Mâcon, sont en garde à vue. Ils correspondent au signalement des deux individus qui avaient tenté d‘incendier la mosquée de Mâcon dans la nuit du samedi 25 au dimanche 26 Avril 2015.

La tentative d’incendie de la mosquée avait été filmée par une caméra de vidéo-surveillance. Deux personnes apparaissaient dans les images munis d’essence et de papier, ils ont essayé de mettre le feu au mur nord de l’édifice aux environs de 4 heures du matin.

L’un des suspects a été arrêté ce lundi alors que le second s’est rendu de lui même au commissariat après convocation.
***********************************
 »
Maroc : Voici pourquoi Shimon Perèze a annulé sa visite au Maroc.

Une plainte a été déposée par des avocats marocains opposés à la venue de Shimon Peres le 5 et le 6 mai à Marrakech, pour participer à des activités de la Fondation Clinton. Le collectif d’avocats exige l’arrestation et le jugement de l’ex-président israélien dès son arrivée sur le sol marocain.

« La venue de Peres constitue une atteinte aux sentiments des Marocains, et va à l’encontre de l’ordre général et des dispositions de la Constitution », estiment les avocats dans la plainte. Ils accusent l’ex-président israélien « d’avoir assassiné la citoyenne marocaine Roqya Abou Naja (tuée lors de l’offensive israélienne contre Gaza, le 8 janvier 2009), et d’avoir commis des crimes contre les Palestiniens« , ce qui, pour eux, incite à « se préparer d’urgence pour émettre un mandat d’arrêt contre lui dès qu’il aura franchi la frontière » selon le huffpost maghreb.

Le nom de Shimon Perèze retiré de la liste des invités officiels.

Les avocats ont également appelé les opposants à la normalisation avec Israël à s’unir pour s’opposer à cette visite.

La menace du collectif ainsi que les pressions de différents mouvements pro-palestiniens ont porté leurs fruits. L’ancien président israélien ne viendra finalement pas au Maroc. Shimon Peres aurait eu peur de se faire arrêter suite à la plainte déposée contre lui à Rabat par les avocats. Son nom a été définitivement retiré de la liste des invités officiels de la conférence.
************************
Charlotte de Turckheim indigne les internautes pro-Charlie en déclarant, Je ne suis pas Charlie.

Charlotte de Turckheim a indigné les internautes pro-Charlie suite à ses propos concernant l’ambiance de l’après Charlie qui règne en France depuis les attentats de janvier 2015.

En effet, lors de la présentation de son film dans l’émission 7 à 8, le sujet “Charlie” a été abordé :

“Je suis Charlie parce que évidemment il faut qu’on soit le plus libre possible mais je suis pas pour la provoc, je ne suis pas forcément pour la provoc. Je suis pas Charlie des fois. Je crois qu’il ne faut pas allumer le feu, il y a des moments il faut pas allumer le feu”.

Suite à ses confessions, de nombreux internautes s’indignent et relèvent ses propos :

“Charlotte de Turckheim dans 7à8 “Ya des moments je ne suis pas Charlie, parfois faut pas jouer avec le feu”.
Va-t-elle se faire lyncher ?.

***************************
L’imam Hatim Abu Abdillah revient sur la mort d’Aïcha et lave son honneur.

Récemment nous dénoncions avec force les calomnies et mensonges autour de la petite Aïcha, qui s’est suicidée, à l’âge de 14 ans à Stains (93). Si à l’heure actuelle, la police ne sait toujours pas pourquoi la jeune fille s’est défenestrée, il est certain qu’elle n’est jamais apparue sur les photos et vidéos qui circulaient sur les réseaux sociaux.

Pendant plusieurs heures, le hashtag RIP Aïcha a servi de défouloir aux sexistes, calomniateurs et racistes en tout genre qui se sont déchaînés sur la jeune fille qui a été prise pour une autre. Le parquet de Bobigny a confirmé qu’elle n’avait jamais été victime de harcèlement sur Internet avant sa mort.

L’imam de Stains, Hatim abou Abdillah est revenu sur l’affaire afin de clarifier les choses et appeller la Communauté à faire attention devant la circulation de rumeurs. Un conseil bénéfique à l’heure où la jeunesse musulmane passe énormément de temps sur les réseaux sociaux en partagant des informations sans aucune vérification.

*****************************

Laisser un commentaire