MouslimRadio Programmes de diffusion sur MouslimRadio

Actuellement, en direct sur Loading ...


Flash info du 15 Rajab 1436.

Flash info du 15 Rajab 1436.

 »
Liberté de la presse : Israël et violence toujours indissociables.

Récemment lors de son 67ième anniversaire, Israël avait bombardé Gaza. Une façon plutôt étrange de le fêter, les palestiniens parleront quant à eux, d’incidents quotidiens. Ce samedi lors de la journée mondiale de la liberté de la presse en Israël, l’armée israélienne a encore fait des siennes. Comme à son habitude elle a usé de violence. Cependant une question nous heurte l’esprit, où se trouve la logique d’un état qui veut la paix mais qui utilise la violence tous les jours ?

Ce qui s’est passé.

Les faits se sont alors déroulé le samedi 2 mai 2015, à Bethléem, lors de la journée mondiale de la liberté de la presse. Tsahal a attaqué un groupe de journalistes en Cisjordanie, causant la blessure d’un certain nombre de Palestiniens. L’armée israélienne a choisi de varier ses attaques, ainsi, ce sont des grenades assourdissantes et des gaz lacrymogènes qui ont été utilisés, l’attaque avait alors commencé dans le nord de Bethléem. Hormis des journalistes palestiniens, d’autres journalistes ont également souffert de suffocation due à des gaz lacrymogènes.

La culpabilité et la violence de l’armée israélienne ne font plus aucun doute. Elle le prouve tous les jours. Mais le plus surprenant sont les soutiens apportés à cette armée, surtout l’été dernier depuis lequel elle est qualifiée d’armée la plus morale du monde. Il suffit de voir le contexte pendant lequel cette attaque a eu lieu, et d’analyser le rôle qu’a voulu jouer Netanyahu lors des attentats de Paris en janvier dernier, pour se rendre compte de la supercherie.
*******************************
 »
Dîner de Gala du CCIF : passez une agréable soirée tout en étant solidaire.

Le Collectif Contre l’Islamophobie en France (CCIF) a plus que jamais besoin de nous. C’est à travers un Dîner de Gala que l’organisation appelle à la solidarité.

350 convives au pavillon Wagram à Paris.

Le 29 mai prochain -in sha Allah- se tiendra la 4ème édition du Dîner de Gala organisé par le CCIF au sein du pavillon Wagram à Paris pour près de 350 convives. Durant cette soirée, un repas gastronomique halal sera servi. Mais pas seulement. De nombreuses animations et rencontres seront au rendez-vous telles qu’une vente aux enchères afin de soutenir le CCIF et des invités d’exception à l’instar de Rokhaya Diallo ou Houria Bouteldja. Aussi, cet évènement sera l’occasion de découvrir, dans le détail, les valeurs, missions et projets du collectif.

Une augmentation des actes islamophobes.

Cela fait plus de 10 ans que le CCIF est au service des personnes victimes d’islamophobie, ainsi, elle les accompagne dans les démarches à suivre afin d’obtenir gain de cause. Les frais juridiques étant excessivement coûteux, l’association précise que « dans 99% des cas, les familles touchées par cette haine sont dans le besoin et n’ont pas de quoi payer ces recours. Les juristes du CCIF et les avocats bénévoles tournent à plein régime, même le week-end ». Aussi, le travail réalisé par l’équipe est devenu plus important depuis les évènements de janvier 2015 qui ont généré une augmentation de la haine anti-musulman. Le CCIF déclare :

Malheureusement les évènements de janvier dernier ont largement contribué à une libéralisation de la parole islamophobe. Il ne se passe pas une heure sans qu’une maman en pleure, un papa effondré, une sœur voilée, un responsable d’une mosquée appelle le CCIF pour signaler un acte islamophobe, une injustice, une de plus.

Aujourd’hui, être islamophobe peut être considéré comme une fierté par certain. Et pourtant. Peut-on se dire fier d’être raciste ou même « antisémite » ? Non. Le combat que l’on tient, tous ensemble, est de faire reconnaître ces actes anti-musulmans comme une atteinte à l’individu et à sa liberté d’appartenance religieuse. Soyons solidaire, soutenons le CCIF à travers ce Dîner de Gala.
***********************************************
Caroline Fourest insulte Aymeric Caron et ment sur une condamnation pour diffamation.

Depuis une semaine, tout le monde attendait le fameux clash entre Aymeric Caron et Caroline Fourest. Ce samedi, les téléspectateurs n’ont pas été déçus et le face à face a bien eu lieu lors de l’émission de Ruquier “On n’est pas couché”.

Caroline Fourest qui plaide pour la liberté d’expression et le droit au blasphème a vite démontré ses limites. Alors qu’Aymeric Caron lui faisait remarquer son aversion pour les militants anti-racistes qui combattent l’islamophobie ou encore ses procès pour diffamation, cette dernière n’a pas hésité à l’insulter et mentir.

Caroline Fourest a déclaré avoir gagné en appel son procès face au père de Rabia, jeune musulmane agressée à Argenteuil car voilée. La journaliste avait été condamnée en première instance pour diffamation après avoir laissé entendre sur Radio France Culture que l’agression de Rabia par deux skinheads à Argenteuil l’été 2013 était un “règlement de compte familial” plutôt qu’une agression islamophobe.

Hier, elle a déclaré à plusieurs reprises avoir gagné en appel son procès contre la famille de Rabia ce qui s’avère être faux si l’on en croit le communiqué de l’avocat des plaignants. Une nouvelle fois, Caroline Fourest démontre qu’elle est prête à tout pour avoir raison, même à mentir… Un hashtag #MensCommeFourest a d’ailleurs rapidement fait son apparition sur Twitter, tournant en ridicule l’essayiste.
*********************************
SCANDALE : Aïcha, qui s’est suicidée, n’est pas la fille sur la vidéo polémique.

Les médias, tout comme les réseaux sociaux, s’étaient emballés lors de l’annonce de la mort de Aïcha, 14 ans, à Stains en Seine St-Denis. La jeune fille qui s’est suicidée pour des raisons qui restent pour l’instant mystérieuses a été victime d’insultes et de calomnies à son égard suite à une rumeur mensongère post-mortem.

« Ô vous qui croyez ! Si un homme pervers vous apporte une nouvelle, vérifiez-en la teneur, de crainte de faire du tort à des innocents, par ignorance, et d’en éprouver ensuite des remords.» (Sourate 49, Verset 6).

Aïcha, 14 ans, s’est suicidée pour des raisons encore ignorée par la police. Après sa mort, de nombreuses rumeurs ont circulé sur la défunte notamment son apparition dans une vidéo avec son “petit ami” de couleur noire. Suite à cela, les réseaux sociaux se sont totalement déchaînés contre la défunte, le hashtag #Aïcha a même été placé parmi les plus populaires sur Twitter. Les messages d’insultes et de menaces ont explosé contre la jeune fille, traitée de tous les noms par les internautes.

“Ce qui a été diffusé sur les réseaux ne concernait pas la victime”, assure une source policière au Parisien. “En l’état actuel des investigations, il n’y a aucune photo ni vidéo d’elle diffusée avant les faits”, ajoute le parquet de Bobigny.

Or, après vérification par la famille, ce n’était aucunement Aïcha sur la vidéo et elle n’a jamais été harcelée sur Internet avant sa mort. Elle se serait suicidée pour une raison que tout le monde ignore encore. La défunte a été confondue avec une autre personne d’origine maghrébine.

Un jeune d’origine subsaharienne a été accusé sur Twitter d’être le responsable de la mort de Aïcha notamment en diffusant la vidéo avec une jeune fille que tout le monde croyait être Aïcha. Sa photo et son adresse ont été diffusées sur les réseaux sociaux et de nombreuses menaces et insultes racistes ont été proférées à son encontre. Pourtant lui et Aïcha ne se connaissaient pas. Toutes les rumeurs diffusées dans les médias et sur Twitter étaient totalement fausses.

La mémoire de Aïcha a été salie, c’était donc notre devoir de faire cet article pour appeller nos frères et soeurs à la plus grande prudence lorsque des informations leur parviennent. Il est essentiel de vérifier et surtout de “tenir sa langue” pour éviter “de faire du tort à des innocents, par ignorance, et d’en éprouver ensuite des remords”.

D’après les premiers éléments de l’enquête, les voisins n’ont pas entendu de cris ou de disputes au moment où la jeune fille s’est défenêstrée. L’enquête suit son cours et Twitter est déjà passé à d’autres polémiques…

L’honneur de Aïcha est sauf, qu’Allah lui fasse miséricorde et l’accepte dans son Vaste Paradis. Amin.
*******************************************
 »
Gaza : Situation intolérable, selon l’ancien président américain, Jimmy Carter.

Jimmy Carter, ancien président américain a déclaré samedi que huit mois après la guerre sanglante dans la bande de Gaza, la situation y était “intolérable”.

Jimmy Carter devait visiter les territoires palestiniens occupés, mais sa visite a été annulée pour motifs sécuritaires non justifiés.

Il a déclaré qu’il désirait toujours aider à la création d’un État palestinien surtout depuis qu’il a découvert la vie insoutenable des palestiniens dans la bande de gaza depuis l’attaque contre les palestiniens de l’été 2014 dernier.

Il a même ajouté que le peuple palestinien était oublié et qu’aucune maison n’avait été reconstruite après cette attaque sanglante qui a fait plus de 2000 morts dont une majorité de femmes et d’enfants.

Il faut souligner que Jimmy Carter est considéré comme hostile par l’État juif.

Mais que fait la communauté internationale qui s’enorgueillit sans cesse de défendre les droits de l’Homme face à cette situation invivable ?
**************************************
 »
Port du voile intégral dans la rue : “La police à autre chose à faire” , déclare Jean-Paul Huchon.

Jean-Paul Huchon président socialiste du conseil régional d’Ile de France était en milieu de semaine l’invité de l’émission sud Radio.

Jean-Paul Huchon gère aussi les lycées et la question lui a été posée quant à une possible nouvelle législation concernant les tenues vestimentaires, suite au refus d’une chef d’établissement d’accepter Sarah, jeune lycéenne portant une jupe trop longue à son goût.

Pour Jean-Paul Huchon, il est clairement inutile de revenir sur ce type de sujets d’un point de vue législatif car des circulaires claires à l’attention des chefs d’établissements ont déjà été transmises.

Lors de cette émission est abordée aussi le thème du voile intégral, interdit depuis avril 2011, et pour J.P Huchon cette loi n’est pas une priorité. En effet, pour lui une interdiction formelle doit avoir lieu dans les services publics mais pour la rue hors de question.

“Elle doit être appliquée par la police, mais en ce moment (…), la police à d’autres choses à faire vraiment“.

Voilà une déclaration qui, si elle était appliquée permettrait à une minorité de femmes françaises de confessions musulmanes de souffler un peu.

En effet, depuis l’application de cette loi discriminatoire en avril 2011 ces femmes résistent à une loi qui les met au banc de la société au nom d’une laïcité sélective.
***************************************************
La mort de Moussa, 14 ans, révolte à Trappes.

Tristesse et colère ont dominé la foule rassemblée à Trappes samedi 2 mai. Des centaines de personnes se sont massées dans cette commune des Yvelines, pour rendre hommage à Moussa. Le jeune adolescent de 14 ans sans histoires a été tué par balles la veille des suite d’une fusillade qui a éclaté en pleine après-midi au square Albert-Camus. Avec Moussa, un autre camarade de 17 ans a été touché à la jambe, sans gravité.

Les causes de la mort du jeune garçon, inconnu des services de police, sont encore floues. Apprécié dans son quartier, il venait de rentrer d’un voyage d’Auvergne organisé par la mairie afin de permettre aux jeunes de réviser leur brevet des collèges.

Une enquête a été ouverte pour assassinat et complicité d’assassinat par le parquet de Versailles. Celui-ci a indiqué être à la recherche de deux suspects, non encore identifiés, ayant pris la fuite après la fusillade à bord d’une Renault Clio noire qui a été abandonnée et incendiée quelques kilomètres plus loin.

« Mes prières vont à Moussa, 14 ans, victime d’une balle perdue, et mes pensées a sa famille, ses proches. Paix à son âme et paix à Trappes ! », a lancé l’acteur Omar Sy, né à Trappes, sur Twitter. L’artiste La Fouine a quant à lui écrit sur Instagram : « La mort de ce petit frère de 14 ans me touche profondément. C’est avec une immense tristesse que je présente mes condoléances à toute sa famille. Allah y rahmo. ».

Le maire de Trappes Guy Malandain, qui a rencontré la famille de la victime avec plusieurs élus locaux, a rendu hommage à Moussa. Après le rassemblement spontané de samedi, une marche blanche est prévue lundi 4 mai à 18h. Des fleurs seront déposés sur les lieux de la fusillade.

Moussa se préparait à faire la rentrée après deux semaines de vacances de Pâques durant lesquelles il a profité d’un voyage d’Auvergne organisé par la mairie pour permettre aux jeunes de réviser leur brevet des collèges.
*************************

Laisser un commentaire