MouslimRadio Programmes de diffusion sur MouslimRadio

Actuellement, en direct sur Loading ...


Flash info du 13 Rajab 1436

Flash info du 13 Rajab 1436.

 »
Australie : campagne intereligieuse lancée par des musulmanes.

Des sœurs australiennes se sont lancées dans la sensibilisation à l’Islam en appelant au dialogue intereligieux. Plusieurs femmes se sont donc réunies afin d’inviter autrui à regarder au delà de leur hijab et d’apprendre ce qu’est l’Islam.

Leur projet intitulé « Learning and Living Together » – »Vivre et apprendre ensemble » – a pour objectif de rassembler des femmes de différentes confessions afin d’échanger, de partager et de communiquer. Cette initiative se déroulera sur deux mois et inclut un programme enrichissant. En effet, ces sœurs ont prévu des visites de mosquées et d’églises, des échanges sur des thèmes bien précis et même des échanges dépassant le fait religieux telles que la cuisine et les différentes recettes à se partager.

La sœur à l’origine de ce programme intereligieux est Hayat Doughan, une libanaise dont la visée est de déconstruire les idées reçues au sujet de l’Islam et de partager sa culture avec d’autres femmes. Cette sœur a confié au quotidien Herald Sun : « Nous sommes des femmes comme les autres, la seule différence est que nous suivons notre religion, nous faisons nos prières, nous nous couvrons – ce qui est la seule différence visible entre nous et une autre femme en Australie ». Ainsi, Hayat a décidé de partager ses différences avec les autres femmes, dans le but d’un enrichissement mutuel.

Une autre sœur membre du projet, a expliqué que ce dernier devait favoriser la communication et le vivre ensemble des femmes australiennes, indépendamment de leur appartenance culturelle et religieuse. « Le projet vise à promouvoir la compréhension, le respect, l’appréciation et la coopération entre tous les membres de la communauté » a-t-elle déclaré. Paradoxalement, ces sœurs ont mené ce projet car elles ont été motivées par l’islamophobie et les propos anti-Islam dont elles ont été victimes au quotidien. Elles répondent donc à l’islamophobie en appelant à la découverte de l’Islam et des musulmanes.

Cette réponse à la haine est enrichissante pour toute personne souhaitant se défaire des préjugés. A chacun sa manière de répondre à la haine. En effet, il y a quelques jours, nous évoquions un groupe de musulmans américains qui répondaient à l’islamophobie avec humour et diplomatie. MachaAllah, la communauté fait preuve de tact face aux attaques !
***********************************
 »
Kirghizistan : vers une interdiction du hijab à l’école.

Les musulmans du Kirghizistan ont manifesté leur incompréhension et leur désaccord face à une nouvelle discussion politique au sujet du port du hijab à l’école. En effet, alors qu’une des régions du pays avait déjà appliqué l’interdiction du port du hijab au sein des écoles, cette dernière risque d’être généralisée à tout le pays d’ici l’automne prochain.

Les parents d’élèves ont donc fait part de leur inquiétude face à cette nouvelle. « Cette question a été soulevée il y a un an et les autorités avaient statué que le hijab devrait être autorisé. Maintenant, les écoles ont commencé à discuter de nouveau sur ce sujet », confie une maman au quotidien News Agency. Les parents ne comprennent donc pas pourquoi la discussion est à nouveau d’actualité alors que le débat était pourtant clos.

Cette décision est d’autant plus consternante qu’elle concerne la grande majorité de la population Kirghize. La maman d’une élève voilée a ainsi confié : « Cela me préoccupe ainsi que beaucoup d’autres. Nous vivons dans un pays où 80 pour cent des citoyens sont musulmans, alors pourquoi ne pas laisser les filles musulmanes porter le hijab ? ». Ainsi, face à cette décision, les parents d’élèves sont dans une incompréhension totale. En effet, une telle mesure aurait pu être compréhensible dans un pays à majorité non musulmane mais l’inverse est difficile à saisir.

Plusieurs écoles du pays ont déjà appliqué l’interdiction du hijab en leur sein. Le responsable d’un de ces établissements a affirmé que cette prohibition se conformait aux plaintes de certains parents au sujet du port du hijab dans l’école. Parallèlement à l’interdiction du hijab, le Ministère de l’éducation du Kirghizistan prévoit une obligation d’uniformes scolaires.

Le Kirghizistan est un pays frontalier de la Chine et de langue turque. Avec une population de 5 millions d’habitants, ce pays compte 4 927 000 musulmans soit 88,8% de la population totale. L’interdiction du hijab dans les écoles paraît davantage absurde lorsque l’on prend connaissance de ces chiffres. Rappelons qu’en octobre dernier, c’est la ville de Lagos au Nigeria qui a interdit le port du hijab dans les écoles publiques, en prétextant le respect de la « laïcité ».
********************************
 »
Malawi : lancement d’une assurance maladie islamique.

Afin de répondre à la pauvreté au Malawi et au manque d’accès aux soins, une assurance maladie islamique a été mise en place dans le pays. En effet, nombreux sont les Malawites qui ne peuvent accéder aux soins et n’ayant pas les moyens, ils se retrouvent dans des situations difficiles tant au niveau financier qu’au niveau sanitaire.

Ainsi, une nouvelle assurance maladie lancée par les musulmans a été proposée pour les personnes aux revenus peu élevés. Le directeur de cette assurance maladie a confié : « La plupart des Malawites sont incapables d’accéder aux services médicaux offerts par les régimes médicaux existants parce qu’ils sont à but lucratif », propos relevés par le site On Islam. C’est ainsi qu’ils sont « arrivés à aider les personnes à faible revenus », comme l’explique le directeur Adil Chilungo.

L’objectif de cette assurance maladie est de « répondre aux besoins de tous les Malawites, indépendamment de leur revenu ». Cette assurance maladie connaît un véritable succès puisqu’elle s’inscrit dans les moyens financiers des catégories sociales non aisées. Le grand avantage que les usagers tirent de cette assurance maladie, comme le souligne Adil Chilungo est qu’« avec peu d’argent, ils peuvent facilement accéder aux services médicaux de qualité auxquels ils ne peuvent pas accéder à travers les autres régimes médicaux existants ».

Bien que l’assurance maladie ait été lancée par des musulmans, tous les Malawites peuvent en profiter, quelle que soit leur appartenance religieuse. Cette initiative est une grande première et s’avère bien utile, d’autant plus que la crise économique ne laisse pas d’alternative aux classes moyennes. Adil Chilungo explique : « Nos frais sont tout à fait abordables. Nous sommes là pour fournir des secours à l’humanité à un moment où l’économie du pays est presque au plus bas ».

Le fait que les musulmans soient à l’origine de ce genre de projet est admirable. En effet, l’Islam valorise l’aide envers autrui et l’altruisme. Ces valeurs ont également été portées par les musulmans birmans qui financent un hôpital offrant les soins aux plus démunis. Un dentiste musulman propose quant à lui des prestations gratuites en Californie.
******************************
EMOUVANT, « Si je n’étais pas devenue musulmane, ma vie n’aurait aucun sens ».

Alors que Ramadan 2015 approche à grands pas, revenons sur un des épisodes de la série « Par le biais du Coran, je me suis converti » présentée par cheikh Fahd al-Kandari et diffusée durant le mois de Ramadan 2014.

Barbara, Française et reconvertie.

Barbara, étudiante en master de sociologie et reconvertie à l’Islam, raconte la démarche qu’elle a suivi dans sa quête de la Vérité. Un témoignage plus qu’émouvant, la jeune lilloise fond en larmes et émeut tout le monde sur le lieu de tournage.

vidéo a voir sur islamatouswebradio.info.

****************************
 »
Islamophobie : une carcasse de sanglier devant une boucherie halal à Ghisonaccia.

Dans la nuit de mercredi à jeudi, une carcasse de sanglier a été déposée devant une boucherie halal. Les faits se sont déroulés à Ghisonaccia, en Haute-Corse. En effet, hier matin le cadavre d’un sanglier a été retrouvé devant la boucherie. C’est un énième acte islamophobe qui est à déplorer.

Du déjà vu à Ghisonaccia.

Le 10 janvier dernier lors de la vague islamophobe qui a frappé la France, la mosquée de Ghisonaccia n’avait pas été épargnée. Cohincidence ou pas, cette mosquée se trouve juste derrière la boucherie. Un cadavre de sanglier avait également été déposé. Et les deux actes n’ont pas été revendiqués. Cette fois ci une balle de 22 LR a aussi été retrouvée devant la boucherie.

La commune située à l’est en Haute-Corse recense environ 5 000 habitants, avec une forte population musulmane. Le maire de la ville, ainsi que les préfets de Corse et Haute-Corse avaient déjà apporté leur soutien aux musulmans Corses le 10 janvier dernier. Cette fois-ci une enquête a été ouverte. Malgré cela, on ne peut pas s’empêcher de penser si l’islamophobie va s’arrêter un jour. En revanche, une chose est sûre elle semble se banaliser petit à petit.
********************************
 »
Agression islamophobe contre une musulmane de 81 ans et sa fille à Perpignan.

Une fille et sa maman de 81 ans ont porté plainte contre un couple qui les a insultées et menacées de violence à Perpignan.

La scène s’est passée dimanche 26 avril vers 16h15 , les deux musulmanes marchaient dans le quartier du Moulin à Vent quand Yamina, qui se déplace avec une canne, s’appuie sur une voiture pour se reposer et patienter un moment. Ce geste n’a pas été apprécié par les propriétaires du véhicule qui somment la vieille dame de retirer sa main. Lorsque Sabira, la fille de Yamina, demande au couple d’avoir un peu plus de respect pour cette personne âgée, l’homme les agresse verbalement et les menace.

« L’homme avait de la haine sur le visage, les dents serrés, les poings levés » raconte Sabira à France Bleu.

« Le monsieur s’est approché de nous, les poings levés et l’air menaçant, raconte Sabira, la fille de Yamina, il avait vraiment une haine sur le visage, les dents bien serrés » ajoute la fille à la radio locale.

Insultes, salut nazi et « Vive Le Pen ! ».

Une pluie d’insultes et de de menaces s’abat alors sur la mère et sa fille :

« De toutes façons vous n’êtes pas nées en France, vous ne comprenez pas le français, sale race, retournez dans votre pays. » a vociféré l’islamophobe haineux.

Lorsque sabira menace l’agresseur de porter plainte, celui-ci décide de quitter les lieux en faisant un salut nazi et en criant « Heil Hitler ! » et « Vive Le Pen ! ».

Les deux femmes sont choquées en n’en dorment pas la nuit. Avec l’appui de la coordination contre le racisme et l’islamophobie (CRI), Sabira et Yamina décident de porter plainte.

La police a ouvert une enquête pour injure et menace à caractère raciste et islamophobe.

écouter le témoignage de la maman de 81 ans, et ensuite celui d’une représentante du c r i.

********************************************
 »
Un joueur marocain boycotte un israélien en coupe du monde de tennis de table.

Pour afficher sa solidarité avec le peuple palestinien, Reda Abdellah, joueur de l’équipe du Maroc a refusé de jouer contre un joueur de la sélection israélienne lors du championnat du monde 2015 de tennis de table.

Cette action menée par le pongiste marocain vise à contester la normalisation de l’état d’apartheid sioniste qui ne cesse de coloniser impunément la Palestine. On ne sait pas encore si le sportif marocain sera sanctionné pour ce boycott.

Le championnat du monde 2015 de ping-pong a débuté dimanche à Suzhou, dans l’est de la Chine. La compétition se poursuivra jusqu’au 3 mai prochain.
********************************
 »
Témoignage de Nadia, une maman musulmane privée de ses enfants.

Témoignage de Nadia, une maman musulmane, qui a commencé une grève de la faim après avoir été privée de ses enfants. Depuis 15 jours, Nadia tente de récupérer ses deux enfants, riahi 9 ans et hasna 7 ans, placés abusivement par les services sociaux.

Elle est aux cotés de sa voisine, Valérie, devant le Tribunal administratif de Nantes.

Interview complète de Nadia par le comité « Plus jamais ça ».

vidéo a voir sur islamatouswebradio.info.

***************************
 »
Congo : Interdiction du voile intégral au Congo.

Le Congo-Brazaville revient à la charge contre les femmes portant le voile.

En effet, depuis de nombreux mois était en préparation une loi interdisant l’espace public aux femmes portant le voile intégral pour des motifs sécuritaires.

La décision prise par le ministère de l’Intérieur vient de tomber et désormais les femmes musulmanes désirant se couvrir seront punis par la loi.

Pourtant environ 800.000 musulmans vivent, aujourd’hui, au Congo Brazzaville (5,8% de la population totale), 20% d’entre eux sont d’origine congolaise selon les chiffres officiels.

Cette décision est la première du genre portant sur des restrictions vestimentaires, dans la loi congolaise.

A nouveau, les musulmans sont touchés par des lois d’exception.

A l’instar de la France où cette loi est appliquée depuis plus de 4 ans, cette loi amorce une véritable politique d’apartheid contre les musulmans du Congo sous couvert de motif sécuritaire.
********************************
L’imam Noureddine Aoussat appelle les musulmans à réagir devant les attaques islamophobes.

Il existe très peu d’imams en France qui prennent leur responsabilité en tant que guide de la Communauté musulmane et cela en restant intègres et courageux. La situation dans laquelle se trouvent les musulmans est dramatique et les quatre premiers mois de 2015 sonnent comme une accélération de l’histoire.

C’est pour cela, que nous avons décidé de partager ce message de l’imam Noureddine Aoussat, un des rares religieux de France qui ose prendre la parole. Il revient sur les récentes déclarations islamophobes de plusieurs députés UMP et dresse un parallèle avec les musulmans d’Andalousie et d’Italie il y a quelques siècles. L’histoire doit être étudiée pour éviter les mêmes erreurs.

Message de l’imam :

La bête, férocement islamophobe et hydre à trois têtes, en l’occurrence le triumvirat Nadine Morano, Christian Estrosi et Eric Ciotti, a encore une fois craché son feu et son venin cette semaine. Chacun à sa façon, du lundi au jeudi, à notre désolation, a pondu sa dose de haine islamophobe.

Ignorer ces propos, et laisser passer sans réagir, est plus que irresponsable et irraisonnable, c’est tout simplement dangereux !

Si ces propos essentialistes, racialistes et racistes,sont de nature à susciter les sentiments de peur et de méfiance envers les musulmans, aujourd’hui , il y a fort à craindre qu’ils ne nourrissent le ressentiment et la haine, qui ne peuvent que conduire à la violence, demain !

Ceux et celles des politiques qui sont contre ces propos devraient exprimer leur réprobation. Car dans les circonstances actuelles, qui ne dit mot consent ; et ce silence – au demeurant signe de complicité ou d’indifférence – est aussi agaçant que les propos nauséabonds et fascisants de la nébuleuse islamophobe.
**********************************
 »
France : Il y a 20 ans, Brahim Bouarram, était jeté dans la Seine.

Il y a 20 ans, jour pour jour, le 1er mai 1995, Brahim Bouarram mourrait noyé. Alors qu’il profitait de la Fête du travail pour se balader sur les quais de Seine, le jeune Marocain de 29 ans, père de deux enfants, est attaqué en public par un groupe de trois skinheads. Sans bagarre ni réelle altercation, il est tout simplement jeté dans la Seine par l’un d’eux, au niveau du Pont du Carrousel, à Paris. Ses agresseurs faisaient partie du cortège annuel du Front national qui célèbre, comme chaque année, Jeanne d’Arc. Le défilé avait alors rassemblé 8 000 personnes selon la police.

Le meurtre raciste avait vite pris une ampleur politique car il intervenait entre les deux tours des élections présidentielles qui marque la fin de la présidence Mitterrand. Dans le quotidien Libération du lendemain, Jean-Marie Le Pen ne voit en ce meurtre qu’un « fait divers ». Pour lui, la mort de Brahim Bouarram n’avait « aucun rapport » avec le défilé du FN : « Ces faits se sont produits alors que la queue de la manifestation du Front national était très éloignée du pont où se sont produits ces incidents. ».

De son côté, Jacques Chirac, qui sera élu président le 17 mai 1995, avait exprimé « son indignation et sa consternation devant un geste sauvage qui semble être de nature raciste ». Un « acte odieux nous rappelle une fois encore la vigilance qui s’impose devant toutes les formes de l’intolérance ».

L’accusé principal du meurtre de Brahim Bouarram, Michael Fréminet était âgé de 19 ans au moment des faits. Il est jugé trois ans plus tard en mai 1998 par la cour d’Assises de Paris et condamné à huit ans de prison ferme. Un jugement très modéré pour un acte si grave. En 2003, Bertrand Delanoë, alors maire de Paris, a décidé de poser une plaque commémorative, sur le quai rive droite, en la mémoire du Marocain, au nom des citoyens de Paris.

Si, depuis 20 ans, le 1er mai est jour de deuil pour la famille de Brahim Bouarram et de commémoration pour les militants antiracistes, ce jour reste l’affirmation de l’identité française pour les frontistes et les identitaires. En célébrant la pucelle d’Orléans, les militants du FN entendent faire preuve chaque année une démonstration de force.

La manifestation de 2015 prendra un caractère particulier car c’est la première fois, depuis l’histoire du parti, que le FN va rassembler autant d’élus. Entre les deux députés, les deux sénateurs, les 12 maires, 1 546 conseillers municipaux, 118 conseillers régionaux, les 62 conseillers généraux, sans oublier les 24 eurodéputés dont Jean-Marie Le Pen et Marine Le Pen… Le cortège va mettre en valeur ses nombreuses écharpes « bleu-blanc-rouge » qui représentent la République, et ainsi appuyer la stratégie de dédiabolisation du parti si chère à l’actuelle présidente du FN.

De leur côté, de nombreuses associations et organisations antiracistes et antifascistes appellent à un rassemblement de 11h à 12h au Pont du Carrousel à Paris pour commémorer la mémoire de Brahim Bouarram et celles de toutes les autres victimes du racisme. L’occasion pour eux de rappeler que, si le visage du FN a beaucoup changé, ses discours typique de l’extrême droite sont toujours les mêmes.
*******************************

Laisser un commentaire