MouslimRadio Programmes de diffusion sur MouslimRadio

Actuellement, en direct sur Loading ...


Flash info du 12 Rajab 1436.

Flash info du 12 Rajab 1436.

 »
L’islam s’enracine au Pays du Matin calme.

Lentement mais sûrement, les efforts déployés par la Corée du Sud pour appréhender la culture et le dogme islamiques portent leurs fruits, notamment par la mise en place d’une politique d’accueil favorable aux étudiants étrangers prenant en compte les problématiques concernant la nourriture halal, les lieux de prières etc…Le paysage social coréen révèle peu à peu des dizaines de milliers de citoyens de confession musulmane parfaitement intégrés au tissu social et économique de la 12eme économie mondiale.

« Ces temps-ci, les Coréens ne sont plus aussi discriminants vis à vis du fait que je suis un musulman, mais ce ne fut pas toujours le cas », se confie Kyung Hee, jeune étudiant agé de 28 ans, dans les colonnes du Korea Herald ce dimanche 26 Avril.
« Quand je suis arrivé ici en 2010, les Coréens avaient une attitude distante avec nous notamment ceux qui fréquentent les salles de prière. Ils étaient troublés par la foi des gens comme moi. ».

Ce sont les attitudes positives, d’ouverture et de compréhension mutuelle qui ont peu à peu dissipé les barrières de l’ignorance, permettant à la jeune communauté musulmane asiatique de montrer son vrai visage à la société coréenne, celui de la paix et de la miséricorde. Ces dialogues interreligieux, initiés par les responsables locaux musulmans ces dernières années, ont été déterminants dans ce processus d’interconnaissance.

« Chaque année, il y a un dialogue entre plusieurs religions ici. Nous discutons des moyens de coexister et de coopérer les uns avec les autres », a naturellement expliqué l’imam Lee Ju-Hwa de la mosquée centrale de Séoul.

Pourtant si le dialogue est essentiel, il ne suffit pas; c’est pourquoi il est intéressant de voir comment les coréens ont été invités à suivre gratuitement des cours d’arabe, des séminaires et des conférences sur les traditions religieuses musulmanes et leurs significations.

Kim Sang-kyu, un dirigeant du Markaz Arabic Center, a déclaré:

« Il y a trois ans, deux étudiants seulement sont venus étudier l’arabe. Maintenant, nous comptons plus de 100 étudiants par mois. Comme la plupart des orateurs arabes sont musulmans, les étudiants coréens qui font l’effort de connaître l’arabe obtiennent une chance de comprendre la culture islamique en communiquant avec les enseignants musulmans. ».

Cette coexistence pacifique prônée par l’imam Lee Ju-hwa de la Central Mosquee de Séoul, a, paradoxalement, été encore plus forte lors des la prise d’otage de citoyens coréens en Afghanistan en 2007. Cela a déclenché la curiosité de nos concitoyens au sujet de cette religion qui connaît la plus forte croissance dans le monde.

L’imam Lee ajoute:

« bien sûr, nous avons nos différences, mais il est important de s’ouvrir aux autres pour essayer de mieux se comprendre, et établir ainsi une base commune pour coexister tous pacifiquement. ».

La Corée du Sud accueille une grande population de travailleurs migrants en provenance du Pakistan et du Bangladesh; le nombre de musulmans d’origine coréenne avoisine, lui, les 45 000 personnes. Selon la Fédération Coréenne Musulmane (KMF), créé en 1967, il y a environ au total entre 120 000 à 135 000 musulmans vivant en Corée du Sud, natifs et étrangers réunis.
*************************************
 »
Amérique : Humour et Polémique face à l’islamophobie.

C’est avec originalité et humour que des musulmans américains ont décidé de répondre à l’islamophobie ambiante. Plusieurs messages ironiques devraient donc être affichés sur les métros de New York au cours de cette semaine.

Parmi les messages de cette campagne, notons : « Les musulmans arrivent et ils apportent avec eux des câlins si féroces que vous aurez envie d’appeler votre grand-mère et lui dire que vous l’aimez ». D’autres affiches moins ironiques mais tout aussi marquantes telles que « Ils ont inventé le café, la brosse à dent et l’algèbre » sont également prévues. Les phrases de ce genre seront affichées dans les 140 stations de métro new yorkaises. L’objectif premier de cette initiative est de déconstruire les préjugés sur les musulmans et de répondre à l’islamophobie.

Cette campagne fait suite à des textes islamophobes affichés sur les bus, à l’initiative de Pamela Geller, comparant les musulmans à Hitler. Pamela Geller et ses confrères à l’origine de ces affiches anti-Islam ont déboursé près de 100 000 dollars. Cela a motivé davantage la réplique humoristique des musulmans. C’est ainsi que Dean Obaidallah a déclaré : « Nous avons juste eu l’impression que, si quelqu’un pouvait dépensé 100 000 dollars et que cela était approuvé, pourquoi ne dépenserions-nous pas une fraction de cela, pour faire la promotion d’un message d’amour et ironique sur les musulmans ? ».

Obeidallah, au cœur de ce projet explique que cet humour est bien plus intéressant et profitable que les messages islamophobes qui ternissent l’image de New York. En effet, cette ville est notamment connue pour la richesse de sa diversité culturelle. La réaction des musulmans est donc légitime mais également originale et surprenante. Utiliser l’humour pour répondre à la haine, il fallait y penser !
***************************
 »
Charlie Hebdo, boycotté par des romanciers.

Presque quatre mois après les attaques de janvier dernier, un événement est prévu aux Etats-Unis, en hommage aux victimes de Charlie Hebdo. En effet, le journal va recevoir un prix à New York pour « le courage et la liberté d’expression », dans les jours qui suivent.

L’événement organisé par l’association mondiale d’écrivains le PEN, aura donc lieu mardi prochain. Pourtant, six auteurs reconnus ont refusé de participer à cette remise de prix, dénonçant les satires de Charlie Hebdo touchant l’Islam et les musulmans. Ces romanciers sont originaires d’Australie, du Canada ou encore de Grande-Bretagne et des Etats-Unis.

Les six auteurs justifient leur décision de boycotter l’événement en raison « des choix éditoriaux du magazine qui vise trop souvent l’Islam et son Prophète », comme le relève France Info. Ainsi, Peter Carey, Michael Ondaatje, Francine Prose, Teju Cole, Rachel Kushner et Taiye Selasi n’assisteront pas au prochain Gala, alors qu’ils avaient pour habitude de s’y rendre chaque année.

Rachel Kushner, auteure de livres, tels Les Lance-Flammes, s’est expliquée dans un mail envoyé aux représentants du PEN, dans lequel elle décrit son malaise vis-à-vis de ce qu’elle nomme « l’intolérance culturelle » de Charlie Hebdo et sa défense d’une « sorte de vision laïque forcée ». « Je ne pourrais pas m’imaginer assise dans une salle qui ferait une ovation debout à Charlie Hebdo. ».

Quelques jours après les attentats, Teju Cole avait déjà critiqué la ligne éditoriale de l’hebdomadaire français, l’accusant de s’articuler « spécifiquement autour de provocations religieuses et racistes ».

Le boycott de ces auteurs est aussi surprenant que courageux. En effet, ils assument totalement leur position, notamment sur les réseaux sociaux, quitte à prendre le risque de perdre une partie de leurs lecteurs. Rappelons que les attaques de Charlie Hebdo ont paradoxalement entraîné un accroissement de l’intérêt pour l’Islam. L’augmentation des ventes du Saint Coran et de livres sur l’Islam a été impressionnante, si bien que certaines librairies se sont retrouvées en rupture de stock.
****************************
 »
Najat Vallaud-Belkacem s’exprime sur l’affaire de la jupe.

La ministre de l’éducation est revenue sur l’affaire de l’exclusion pour cause de jupe ostentatoire, ce jeudi 30 avril. Selon elle, la longueur de la jupe n’était pas le motif de l’exclusion.
L’équipe pédagogique aurait fait preuve de discernement.

En revenant sur l’épisode de l’exclusion, la ministre a indiqué qu’aucun élève ne peut être exclu pour la longueur ou la couleur d’une jupe. Mais elle nuance ses propos, et apporte un soutien clairement marqué à la direction de l’établissement de Charleville-Mézières en détournant le débat.

En effet, selon Najat Vallaud-Belkacem, ce n’est pas la jupe qui a motivé la décision du directeur d’établissement mais « le prosélytisme » supposé.

« l’équipe pédagogique a fait preuve du discernement nécessaire, ce n’est pas la tenue de l’élève qui a été jugée mais le prosélytisme de la part de celle-ci ».

Le reste de l’interview a été consacré à la nouvelle réforme scolaire. Au vu de l’énorme bévue commise, et l’écho retentissant dans les médias, la ministre s’est sentie obligée de monter au créneau afin de défendre son périmètre. Quitte à faire preuve de mauvaise foi et tenter de noyer le poisson en parlant d’une histoire de « prosélytisme » dont il n’avais jamais été question jusque-là et qui reste encore à prouver.

Charger une élève de 15 ans, qui a déjà subi l’humiliation d’une exclusion moralement violente est d’une bassesse sans nom. Le crime commis est d’avoir osé porter une tenue vestimentaire décente. Il s’agit clairement dans cette histoire de préjugés et d’islamophobie. Cette méthode de communication et ces agissements de politique politicienne destinés à faire taire la polémique ne suffiront pas. Oui madame la ministre, nous ne sommes pas dupes.
******************************************
 »
Que savons-nous, sur la mort ?

Le musulman est pleinement conscient du caractère inévitable de la mort. Ainsi, tout au long de sa vie, il œuvre de façon à être prêt à la rencontrer. L’Heure de la mort est des plus explicitées, en effet, elle est clairement expliquée dans le Coran.
Un sentiment de délivrance.

La mort est pour le croyant le moment où il quitte ce bas-monde. Il est une libération, un retour au Créateur. La délivrance est faite par les anges qui recueillent son âme avec douceur. Le défunt ressent alors le besoin de communiquer avec les autres croyants encore vivants, afin de leur annoncer la véracité de la promesse de Dieu, et le fait qu’ils n’ont rien à craindre. Mais, cela lui est proscrit.
Elle est inévitable.

La mort n’est plus dans les têtes, surtout chez les plus jeunes. Étant le plus souvent considérée comme la fin de la vie, l’Homme évite d’y penser, il en a même peur. Mais la mort est pour tous un passage obligatoire. Autrement dit, il est impossible de la fuir, elle ne présente en effet aucune échappatoire, et peu importe qui nous sommes.
Un rappel constant.

La mort fait partie de notre quotidien. En effet, chaque jour les médias nous font état d’innombrables décès, nous observons des cortèges funèbres, de nombreux cimetières, des pertes dans notre entourage. Lorsque l’on est touché par un décès, on ne peut s’empêcher de penser à sa propre mort.
Le Coran au sujet de la mort.

La mort que vous fuyez va certes vous rencontrer. Ensuite vous serez ramenés à Celui qui connaît parfaitement le monde invisible et le monde visible et qui vous informera alors de ce que vous faisiez. Sourate al-Jumua: 8.

Où que vous soyez, la mort vous atteindra, fussiez-vous dans des tours imprenables. Sourate an-Nisa: 78.

De cette façon, il nous est difficile de tricher, nous devons nous efforcer de gagner la satisfaction d’Allah durant ce laps de temps qu’est la vie qu’il nous a accordée, et dont seul Lui connaît le terme.
**********************************
 »
France, histoire de jupe longue, Sarah est malheureusement loin d’être un cas isolé, témoignages.

Sarah est malheureusement loin d’être un cas isolé. Ces extraits de témoignages que nous partageons avec vous sont particulièrement symptomatique des dérives de ces administrations scolaires :

L’incompréhension est totale quand une lycéenne de première nous rapporte ceci :

« Alors le jeudi 4 septembre, j’enlève mon voile et je rentre au lycée. Le proviseur m’interpelle en me disant de mettre un gilet fermé. Je lui explique que ma robe est noire mais que c’est une robe et que cette robe n’est pas religieuse.

Il me répond que « oui c’est un signe ostentatoire qui montre ma religion ».

Je lui explique que j’habite à 1 heure d’ici et que si je pars, je raterai mes cours puisque je n’en ai pas sur moi, mais que cette après-midi j’en aurai un sûr et certain. Il a refusé et m’a interdit l’entrée au lycée et m’a dit de retourner chez moi et de trouver un gilet FERME ou un pull donc je suis parti. ».

Forcée de rater des cours…car son gilet ne ferme pas. On croit rêver.

Un autre témoignage :

« Nos tenues vestimentaires ne dérangent aucunement pour la plupart des professeurs et des élèves, certains même nous soutiennent en secret. »

Et ça continue… « On a pas le droit de porter des robes longues non plus car on nous demande de dépareiller nos vêtements ».

Cette situation est grave. Elle dénote des dérives inquiétantes au sein de ces établissements scolaires. Le ministère de l’Education Nationale doit prendre ses responsabilités.
********************************************
 »
La vérité sur le futur « sex shop halal » à la Mecque.

Vous en avez certainement entendu parler, la news a fait le tour du monde : l’ouverture d’un « sex shop halal » à la Mecque est imminente. L’info largement relayée par les médias était en réalité une intox.

Le fondateur de la marque ElAsira cité dans les articles publiés à ce sujet a souhaité réagir :

« C’est faux ce que les médias ont rapporté à propos de l’ouverture d’un « Sex shop halal » à la Mecque » explique Abdelaziz Aourag.

« Je n’ai jamais proposé aux autorités saoudiennes d’installer ma marque là-bas, c’est une fiction. » ajoute l’entrepreneur néerlando-marocain.

Un sex-shop ne peut pas être halal.

Abdelaziz Aourag précise qu’il vend bien des produits « sensuels » pour le corps à un public musulman mais pas halal.

« C’est incroyable comme cette fausse information est devenue virale ! Le monde entier en a parlé, de l’Australie au Brésil, mais peu de médias ont essayé de me contacter pour vérifier cette nouvelle. Le terme « sex-shop halal « a été repris partout, mais ce n’est pas correct, un sex-shop ne peut pas être halal. El-Asira est une marque de soins pour le corps et de plaisir sensuel. » a indiqué l’entrepreneur à France 24.

Selon lui, les produits El Asira sont acceptés par la charia dans la manière d’être exposés :

« Si je propose de la lingerie par exemple, je ne montre pas de vraies personnes pour l’exposer. Je fais en sorte de bien expliquer l’usage d’un produit sans utiliser de mots vulgaires pour que mon site soit tout public. Je suis musulman et je ne veux en aucun cas offenser les gens. ».

Ce hoax grotesque a tout de même fait les affaires du PDG. Abdelaziz Aourag assure que ses commandes ont augmenté depuis la diffusion de cette fausse information.
**********************************************************************
 »
Espagne : Un Maire se bat contre la construction d’une Mosquée par le Maroc et en ferme une autre.

L’islamophobie n’épargne pas non plus l’Espagne.

C’est ainsi qu’un Maire de la commune de Badalona (Espagne), Xavier García Albiol, s’est opposé fermement à la construction par le Maroc d’une grande mosquée dans sa ville. Ce Maire islamophobe déclare :

“Ce n’est pas le modèle que je veux pour ma municipalité”.

Actuellement, la ville de Badalona recense quatre lieux de culte musulman mais le problème est que ce Maire s’acharne aussi contre l’un de ces lieux en décidant de le fermer au motif qu’il ne répondrait pas aux normes.

Plus de 600 fidèles se retouvent donc à prier dehors le Jour du Vendredi. C’est la raison principale qui a motivé le Maroc en souhaitant construire une Mosquée pour les fidèles de Badalona qui sont en majorité marocain. Le Maire ne l’entend donc pas de cette oreille…

Un vent islamophobe parcourt l’Europe et on ne sait jusqu’où ira cette haine ?
***************************************
 »
Corse : Nouvelle profanation d’un lieu de culte.

L’islamophobie ne cesse guère d’augmenter en France. C’est ainsi qu’un lieu de culte musulman a été à nouveau profané en début de semaine en Corse.

C’est dans la nuit que des individus ont pénétré dans la Mosquée afin de la vandaliser.

Les responsables de cette salle de prière ont déposé plainte.

Mais hélas, comme dans la majorité des attaques islamophobes ces criminels ne sont jamais retrouvés.

Les attaques terroristes à l’encontre des lieux de cultes musulmanes sont de plus en plus fréquents.

Le dernier en date date d’il y a à peine quelques jours. Un incendie a ravagé la salle de prière de Pargny-sur-Saulx, ville située dans la Marne.

En début de mois, ce sont quatre élèves de l’école de formation militaire de Grenoble qui avaient projeté de faire exploser une Mosquée.

Le silence des médias et des politiques sur ces affaires qui passent désormais pour des faits divers a de quoi inquiéter.
********************
France, Apolline de Malherbe déclare sur BFM TV, On peut être nu mais pas porter une jupe trop longue !

Apolline de Malherbe, journaliste politique de BFM TV, revient sur la polémique créée par l’exclusion d’une collégienne musulmane pour le port d’une jupe trop longue considérée comme un signe religieux ostentatoire. Contraste saisissant, à la cérémonie des Molières, un acteur a fait rire toute la salle, incluant la ministre de la Culture, Fleur Pellerin, en se présentant sur scène complètement nu.

L’éditorial d’Apolline de Malherbe résume bien l’hypocrisie actuelle de la classe politique française qui instrumentalise le principe de laïcité pour stigmatiser la communauté musulmane. Derrière la polémique autour de la jupe de Sarah , collégienne de 15 ans, se cache une des nombreuses dérives de la loi contre le port du voile à l’école.

Depuis la loi de 2004 qui empêche les jeunes filles musulmanes de porter le voile à l’école, les discriminations à l’encontre de ces dernières sont nombreuses. Interdiction de porter des gants, des jupes longues ou encore un simple bandeau sur une partie des cheveux, les lycéennes de confession musulmane subissent une véritable “chasse aux sorcières”. Des mesures spécifiques et illégales sont prises à leur encontre sans que le rectorat ou l’inspection académiquee ne réagissent pour faire cesser ces abus contraire aux libertés fondamentales.

11 ans après la mise en place de la loi de 2004 qui oblige les jeunes filles voilées à retirer leur voile devant les grilles des établissements scolaires, il serait temps de faire un bilan. Sentiment d’exclusion, islamophobie ou dérives discriminatoires, les retours négatifs ne manquent pas.


***********************************************

Laisser un commentaire