MouslimRadio Programmes de diffusion sur MouslimRadio

Actuellement, en direct sur Loading ...


Birmanie : L’ONU appelle à accorder la nationalité birmane aux Rohingyas

Le vendredi 21 novembre, la commission des droits de l’Homme de l’Assemblée générale des Nations Unies a voté une résolution appelant la Birmanie à accorder la nationalité birmane aux Rohingyas. Aujourd’hui, les Rohingyas, minorité musulmane concentrée dans l’Etat d’Arakan sont un peuple apatride, l’un des plus persécutés au monde, selon les données de l’ONU.

C’est un véritable massacre qu’est en train de connaître ce peuple dont les droits sont totalement bafoués par l’Etat birman. Contraints  de fuir les persécutions, ils n’ont pas où aller. Ils traversent un véritable calvaire, que ce soit au cours de leur exode et même une fois arrivés dans un pays voisin. Ils doivent prendre des bateaux de fortunes pour se rendre dans les pays frontaliers. Parfois, leurs embarcations n’arrivent pas, et ils meurent en mer.

D’autrefois, lorsqu’ils arrivent sur terre, ils sont parqués dans des camps de détention, et victimes de trafiquants d’humains. Certains propriétaires de bateaux de pêche ont même profité de cet exode massif pour se faire de l’argent en mettant à disposition leurs bateaux. Il y a deux semaines, nous évoquions également la disparition de plusieurs milliers de migrants. En l’espace de deux semaines, plus de 10 000 personnes ont embarqué dans des bateaux de fortune en direction de la Malaisie, selon une ONG locale, Arakan Project.

La résolution onusienne a également évoqué la « vive inquiétude » au sujet de la situation des Rohingyas. Privés de nationalité birmane, il serait temps que le gouvernement birman cesse un tel traitement pour ce peuple. Il serait temps que les Rohingyas ne soient plus appelés les « bengalis », terme péjoratif pour désigner les immigrants  illégaux du Bangladesh, pays voisin.

Il serait temps qu’ils obtiennent, comme le suggère l’ONU, «  la citoyenneté pleine et entière » et qu’ils puissent des mêmes droits que les autres birmans, comme l’accès à la santé, l’éducation, l’emploi. Il serait temps de mettre un terme aux massacres des musulmans birmans.

Laisser un commentaire