MouslimRadio Programmes de diffusion sur MouslimRadio

Actuellement, en direct sur Loading ...


Flash info du 22 Rabi el awwal 1436

Un seul exemple face aux provocations: Le Prophète (‘alayhi salat wa salam)

Le Prophète (‘alayhi salat wa salam), un exemple de clémence

Rappelons que le Messager d’Allah (‘alayhi salat wa salam) était d’une grande douceur. Cette qualité a été relevée le Saint Coran : {Par miséricorde de la part d’Allah, tu étais doux avec eux. Si tu avais été rude, au cœur dur, ils se seraient détournés de toi.} (Sourate 3 : Verset 159). Personne ne peut atteindre la douceur de l’Envoyé d’Allah (‘alayhi salat wa salam).

Savez-vous que notre noble Prophète (‘alayhi salat wa salam) avait beaucoup de clémence envers les autres ? C’est en ce sens qu’Abu Hourayra (qu’Allah l’agrée) a rapporté que lorsqu’un bédouin urina dans un coin de la mosquée, les personnes présentes se levèrent afin de le réprimander. Cependant, le Messager d’Allah (‘alayhi salat wa salam) les retint en disant : « Laissez-le (finir), vous n’aurez qu’à verser un seau ou un pot d’eau sur son urine. Vous avez été envoyés pour être indulgents et non intransigeants ! ». N’importe quelle personne se serait mise en colère devant un tel geste qui plus est lorsqu’il s’agit de la mosquée, mais le Messager d’Allah (‘alayhi salat wa salam) laissa finir le bédouin et veilla afin que personne ne le dérange. Un véritable modèle de clémence face aux provocations !
Le Prophète (‘alayhi salat wa salam) et la maîtrise de la colère

Le Messager d’Allah (‘alayhi salat wa salam) nous a recommandé de garder notre calme face aux provocations. Il nous a donc enjoints à maîtriser notre colère. C’est en ce sens qu’il a dit « Celui qui maîtrise la colère tout en ayant la possibilité de lui laisser libre cours aura son cœur rempli de lumière au jour de la Résurrection ». (At-tabarani). Le fait de maîtriser sa colère permet donc aux musulmans de bénéficier d’une lumière le Jour du Jugement, {le jour où ni les biens, ni les enfants ne seront d’aucune utilité}. (Sourate 26 : Verset 88).

Le mérite de garder son calme et de contrôler sa colère est également relevé dans une autre parole du Prophète (‘alayhi salat wa salam) qui a dit : « Quiconque étouffe sa colère alors qu’il est en mesure de lui laisser libre cour, Allah, le Puissant, Le Majestueux, l’interpellera au jour de la Résurrection devant toutes les créatures et l’invitera à choisir celle des Houris qui lui plaira. » (Abu Dawud). En maîtrisant sa colère, le musulman bénéficiera d’immenses récompenses dans l’au delà inchaAllah.

Gardons à l’esprit que le Messager d’Allah (‘alayhi salat wa salam) a été extrêmement éprouvé. Pour le réconforter, Allah a dit : {D’autres prophètes avant toi ont été accusés de mensonge. Mais ils ont supporté avec patience injures et persécutions jusqu’à ce que leur vint Notre secours, car rien ne peut modifier les paroles du Seigneur, et tu es déjà au courant d’une partie de l’histoire des prophètes} (Sourate 6 : Verset 34).

Il est donc primordial que chacun d’entre nous veille à garder son calme, pour montrer le bon comportement du musulman, pour suivre la voie du Messager d’Allah (‘alayhi salat wa salam) et enfin pour espérer recevoir la récompense promise par notre Seigneur.

Qu’Allah nous permette de parfaire notre comportement. Qu’Il nous assiste et nous secoure en ces temps éprouvants.
*********************************
François Hollande ne voulait pas de Netanyahou à la grande marche

L’information est relayée par FranceTvInfo en ce lundi, on apprend que François Hollande n’avait décidément pas très envie d’avoir Netanyahou dans ses pattes lors du rassemblement à Paris. Sa crainte ? Déplacer le problème et changer le sens de la manifestation en une polémique sur le conflit israélo-palestinien.

Mais Netanyahou, le bourreau du siècle, est venu. Ayant tout d’abord accepté de ne pas venir comme un communiqué l’indiquait, il s’est finalement ravisé en apprenant la présence de ses concurrents politiques : Avigdor Lieberman d’Israel Beytenou et le ministre de l’Economie Naftali Bennett.

François Hollande alors coincé aurait décidé au dernier moment d’inviter Mahmoud Abbaas pour équilibrer la donne, fort heureusement, celui-ci n’a pas fait le compliqué et accepté l’invitation. Entre un Hollande qui ne voulait pas de Netanyahou, un Netanyahou animé par son propre devenir politique et un Abbas ni impliqué ni compliqué… on a de quoi faire une marmelade bien amère.
***********************************
Poitiers : une nouvelle mosquée incendiée !

Depuis l’attaque menée à l’encontre de Charlie Hebdo, ce sont les musulmans qui payent le prix fort, le prix de l’amalgame et du deux poids deux mesures. Dès mercredi, les actes islamophobes visant principalement les mosquées n’ont cessé d’être recensés. Et pour cause, c’est un lieu de culte de plus qui a été victime d’islamophobie hier soir.

C’est à Poitiers que le drame s’est déroulé aux alentours de 21 heures, les secours ont dû être contactés d’urgence. Le journal Centre Presse rapporte qu’une mosquée, encore en pleine construction, a été incendiée hier soir. Le feu a rapidement été éteint et « peu de dégâts » a été occasionné. La cause de l’incendie, elle, n’a pas encore été déterminée mais une piste est déjà privilégiée et une enquête a été ouverte. Le journal rapporte : « Le chantier étant vide, surtout un dimanche soir, le caractère volontaire de l’incendie laisse donc peu de place au doute. »

L’imam de la mosquée visée, Boubaker el Hadj Amor, était présent sur les lieux. Il s’est exprimé et a assuré que :

« Des policiers allaient rester en faction sur les lieux toute la nuit. De notre côté, il va falloir qu’on organise un système de surveillance (…) La mosquée avait déjà été visée par un tag la semaine dernière, mais là, c’est un incendie, c’est plus pénible. »

Trente-cinq actes islamophobes en 5 jours

C’est le 35ème acte islamophobe avéré recensé en seulement 5 jours, où sont donc passés ces politiciens venus des quatre coins de la planète pour manifester, prônant la justice et condamnant l’injustice ?
*********************************************
Hyper Casher : Lassana Bathily, suspect devenu héros

Qualifié de héros par la presse, Lassana Bathily mérite son appellation. Quand la prise d’otage a débuté vendredi 9 janvier, Porte de Vincennes, l’employé a aidé plusieurs clients du magasin à se cacher du terroriste, Amedy Coulibaly, au sous-sol de l’Hyper Casher.

« Quand Coulibaly est arrivé, il ne m’a pas trouvé car j’étais dans la réserve, où j’installais des produits destinés au rayon frais », a expliqué Lassana Bathily sur BFM TV. Il a compris que quelque chose se passait quand il a entendu des coups de feu. Des clients, paniqués, descendent se réfugier.

« Quand ils sont descendus en courant, j’ai ouvert la porte du congélateur. Il y a plusieurs personnes qui sont rentrées avec moi. J’ai éteint la lumière, j’ai éteint le congélateur. Quand j’ai éteint la chambre froide, je les ai mis dedans, j’ai fermé la porte, j’ai dit : « vous restez calmes là, moi je vais sortir » », a raconté Lassana à RTL.

Menotté 1h30 avant d’être innocenté
Amedy Coulibaly avait ordonné à un des otages d’aller chercher ceux qui s’étaient réfugiés au sous-sol. Certains ont décidé de rejoindre le terroriste malgré les risques encourus, d’autres sont malgré tout restés cachés dans la chambre froide. C’est notamment le cas de cette mère, présente avec son enfant de deux ans, persuadée que les pleurs de son enfant auraient insupporté le terroriste. « J’ai proposé à des clients de s’enfuir. Mais ils n’ont pas voulu. Moi, je n’ai voulu les forcer. (…) J’ai donc décidé de partir seul. Il fallait sortir, sinon, les policiers n’auraient pas su qu’il y avait du monde en bas », poursuit le jeune héros, qui a emprunté le monte-charge.

Quand il parvient à s’échapper, les policiers, qui ne savent pas à qui ils ont affaire, menotte le jeune homme : « Je ne savais pas que le preneur d’otages était un Noir. Les policiers ne m’ont pas cru quand je suis sorti. Ils m’ont menotté pendant 1h30. Quand un collègue m’a vu, il leur a dit qui j’étais. Là, ils m’ont cru. » Le jeune homme collabore malgré tout avec la police : « Mon but était d’aider la police. Je connais le magasin, ça fait presque quatre ans que j’y travaille. Ils m’ont demandé de les aider pour dessiner les plans et savoir où se trouvent les rayons, les caisses, les bureaux. ».

Sans son courage, le nombre de victimes aurait pu être plus important. Musulman pratiquant, il a appelé ses concitoyens à ne pas faire d’amalgames. « Je suis musulman pratiquant. Je fais mes prières dans la réserve du magasin. On est des frères. Juifs, chrétiens, musulmans : on est tous dans le même bateau. Il faut qu’on s’aide pour sortir de cette crise », a-t-il plaidé.
***********************************************

Laisser un commentaire