MouslimRadio Programmes de diffusion sur MouslimRadio

Actuellement, en direct sur Loading ...


Les chocolats « négro » et « bamboula » mis à l’amende

Lundi 1er août, le Conseil Représentatif des Associations Noires de France (CRAN) et Sortir du Colonialisme ont été saisis par de nombreux citoyens indignés de la vente du « négro » et du « bamboula », deux confiseries vendues, entre autres, dans la chocolaterie auxerroise Féret.

Les commerçants ont tenté de désamorcer la polémique, en vain. La chocolaterie affirmait sur sa page Facebook qu’il s’agissait de spécialités auxerroises vieilles d’un siècle, hommage « aux tirailleurs sénégalais » et à « une danse africaine », sans aucune connotation raciste.

Le CRAN et Sortir du Colonialisme ont dénoncé, mardi dans un communiqué, « un revival de l’imagerie coloniale la plus nauséabonde » et ont exigé que « la chocolaterie de la honte retire de la vente ces horreurs ». Interrogée par l’AFP, la chocolaterie a précisé qu’elle n’avait « jamais eu de souci » auparavant, évoquant des menaces reçues par mail et par téléphone, et qu’elle changerait donc le nom de ces deux produits.

Pourtant, les stigmates du colonialisme sont encore présents en France et reviennent couramment sur le tapis.

La marque française de chocolat en poudre Banania avait aussi fait les frais d’une accusation similaire, avec son slogan « Y’a bon » et son emblème du même tirailleur sénégalais. En 2011, le MRAP avait d’ailleurs obtenu l’interdiction des produits de cette société affichant le slogan « Y’a bon », après avoir estimé qu’il renvoyait une image « cliché » et « niaise » de l’Africain.

Autre confiserie connue en France, en Allemagne et en Suisse, la « tête de nègre » aussi appelée « bisou de nègre » ou « tête de Maure », désormais plutôt appelée « tête au choco » ou « whippet ».