MouslimRadio Programmes de diffusion sur MouslimRadio

Actuellement, en direct sur Loading ...


Egypte : accélération de la construction d’un mur avec la bande de Gaza

Dans les quatre coins du monde, il existe des murs que les hommes ont construit pour se séparer, créer des frontières. Ils sont souvent des solutions avancées pour mettre fin à un conflit, une guerre. Les murs s’élèvent montrant les blessures de notre monde. Comme si la bande de Gaza n’était pas assez isolée et séparée du monde à cause de l’entité sioniste qui lui a imposé un blocus et élevé un mur, l’Egypte a lancé un projet de mur pour se séparer aussi de l’enclave palestinienne.

Cette clôture qui fera 3 mètres de haut s’étendra sur 14 kilomètres le long de la ligne de séparation entre l’Egypte et la bande de Gaza. Le point de passage de Rafah, vers la frontière est déjà régulièrement fermé et sous contrôle total des autorités égyptiennes. Mais cette prochaine clôture empêchera selon les autorités égyptiennes l’infiltration des membres du Hamas provenant du territoire palestinien et les actes de terrorisme. Le mur n’est pas encore achevé et la deuxième phase de sa construction aura lieu les prochains jours.

Ce mur controversé a de nombreuses conséquences. Il est très mal perçu par de nombreuses personnes que ce soit du côté palestinien, mais aussi du côté égyptien. Par ailleurs, de nombreuses familles égyptiennes sont contraintes de quitter  leur logement pour la construction du mur. Près d’un millier de familles égyptiennes ont dû être évacuées du périmètre du mur. Des membres de Ansar Beit al-Maqdess auraient mis en garde les personnes responsables de l’édification du mur.

Depuis l’éviction forcée du Président Mohamed Morsi en juillet 2013, qui avait été élu démocratiquement, les tensions au niveau de la frontière égyptien et la bande de Gaza sont très vives. Ce mardi 2 décembre, un tribunal égyptien a condamné à mort 188 personnes pour l’attaque d’un commissariat en août 2013 dans la banlieue du Caire et qui avait entraîné le décès de 13 policiers. Ce n’est pas la première fois qu’une condamnation à la peine capitale a été prononcée pour des partisans de l’ex Président Mohamed Morsi. Leur condamnation peut être transformée en peine de prison ou confirmée lors du verdict final, le 24 janvier dernier.

Des associations et des ONG de défense des Droits de l’Homme dénoncent des accusations en masse, une justice sélective, après la libération de l’ex Président de Moubarak. L’ex président a été acquitté pour des accusations de meurtre et de corruption.

Laisser un commentaire