MouslimRadio Programmes de diffusion sur MouslimRadio

Actuellement, en direct sur Loading ...


Flash info du 29 Ramadan 1438.

Flash info du 29 Ramadan 1438.
Pour écouter MouslimRadio partout ou vous voulez, télécharger l’application Tunein, disponible pour tout les types de téléphone, tablette et même les pc. Android, iPhone, Windows phone, etc… Tapez MouslimRadio dans la barre de recherche Tunein et hop, vous nous écouter, inch Allah… Les liens sont aussi visible sur notre site, www.mouslimradio.info.
******************************************************************


Samedi 24 juin 2017 : Nuit de l’Annonce de la célébration de l’Aïd Al Fitr.
Conformément à la tradition de l’Islam, la Nuit de l’annonce de la célébration de l’Aïd Al Fitr, aura lieu le samedi 24 juin 2017, correspondant au 29ème jour du mois de Ramadan de l’année hégirienne 1438.
Fidèle à la tradition de la Mosquée de Paris, qui remonte à sa création en 1926, comme chaque année à cette période si importante pour la vie religieuse des musulmans, une commission théologique se tiendra le samedi 24 juin 2017, à 19h00, à la Mosquée de Paris, pour déterminer le jour de l’Aïd Al Fitr.
Cette commission religieuse se tiendra en présence du président du Conseil français du culte musulman, des membres du bureau du Conseil français du culte musulman, des représentants des fédérations musulmanes, des représentants de la communauté musulmane dans toute sa diversité, des imams, des responsables de mosquées et des fidèles.
L’objectif de tous est d’unir dans une volonté commune et fraternelle l’ensemble des musulmans de France, autour d’une même date de la célébration de l’Aïd Al Fitr.
Nous implorons Allah Tout Puissant d’accepter notre jeûne
et de nous combler de Sa Clémence et de Sa Miséricorde.
Recteur Dalil Boubakeur.
Président de la Fédération nationale de la Grande Mosquée de Paris.
CLIC POUR VOIR LA SOURCE
***
https://sd3.ajib.fr/wp-content/uploads/2011/05/lever-du-soleil.jpg
il n’y a pas de nationalisme en Islam !
Diviser pour mieux régner est un proverbe inconnu en Islam puisque le musulman doit combattre pour éviter de diviser sa communauté.
Le nationalisme est une doctrine étrangère à notre religion car il fait partie de la jahiliya (époque d’ignorance).
Le Messager d’Allah (sallAllahou ‘alayhi wa salam) a dit également :
«Celui qui lutte, sous un drapeau en faveur d’une cause partisane ou qui répond à l’appel d’une cause partisane ou pour aider une cause partisane et meurt par la suite, sa mort est une mort pour la cause de la jahiliya».
Les conséquences du nationalisme sont dévastateurs puisqu’il pousse les croyants à se disputer ou à commettre des crimes.
Le Messager d’Allah (sallAllahou ‘alayhi wa salam) a dit :
«N’est pas des nôtres celui qui appelle à al ‘assabiyah [nationalisme / tribalisme…] qui combat pour la ‘assabiyah, ou qui meurt pour la ‘assabiyah». (Rapporté par Abou Daoud).
Dans un autre hadith, le prophète Muhammad (sallAllahou ‘alayhi wa salam) dit :
«Délaissez-le (l’esprit tribal, nationaliste), c’est une pourriture».
(Rapporté par Muslim et al Boukhari).
Le nationalisme entraîne de graves dissidences et accentue les défauts humains tels que l’arrogance ou la fierté.
Les musulmans doivent se considérer comme des enfants d’Adam englobés dans un corps et une structure uni dans l’adoration d’Allah (soubhanou wa ta’ala).
«Un arabe n’est pas meilleur qu’un non-arabe. De même q’un non-arabe n’est pas meilleur qu’un arabe. Un homme de race rouge n’est pas meilleur qu’un noir excepté dans la piété. L’humanité descend d’Adam et Adam a été crée d’argile».
(Rapporté par al Boukhari et Muslim d’après Abou Houraira)
Ce hadith symbolise exactement l’état d’esprit à adopter par les musulmans.
Aujourd’hui les arabes ne sont que les habitants de la péninsule arabique.
Il existe des musulmans partout dans le monde (Europe, Afrique, Asie, Amérique du Nord, Amérique du Sud etc) sans limite de frontière spirituelle avec la même foi et la même dévotion envers notre Créateur.
Aucune nation n’est souveraine ou prédominante à une autre car le Tout Puissant est Allah (soubhanou wa ta’ala).
«Ô hommes! Nous vous avons créés d’un mâle et d’une femelle, et Nous avons fait de vous des nations et des tribus, pour que vous vous entre-connaissiez.» (Coran, 49/13).
AJIB.FR
***

France : Le chef de la task force contre Daesh condamné pour diffamation envers un imam.
Pierre de Bousquet de Florian a été condamné, jeudi 22 juin, à une amende de 500 euros avec sursis. Récemment intronisé à la tête du Centre national de contre-terrorisme, la fameuse task force créé par Emmanuel Macron pour lutter contre l’Etat islamique, l’ancien préfet du Hérault est accusé d’avoir diffamé Mohammed Khattabi.
L’imam de Montpellier avait été assigné à résidence par le préfet dans le cadre de l’état d’urgence en novembre 2015. Il reprochait à l’imam de tenir des « prêches anti-occidentaux, incitant au jihad et prônant l’usage de la violence ». Pierre de Bousquet de Florian s’était épanché sur le cas dans Le Figaro, affirmant que l’imam « a des paroles de haine contre notre mode de vie, pouvant être influentes sur les jeunes, il symbolise l’islam dont on ne veut pas dans ce pays ».
Il ajoutait en outre que la perquisition administrative du domicile de Mohammed Khattabi a permis de débusquer « le fraudeur et le tricheur ». L’imam était, selon lui, coupable d’une « fraude importante aux prestations sociales et familiales. (…) il vit en outre avec son épouse, qui touche une allocation de parent isolé ».
Le recteur de la mosquée Aïcha de Montpellier a vu son assignation à résidence abrogée par le ministère de l’intérieur dès le 11 décembre 2015. Il a en revanche été condamné en mai 2016 à six mois de prison avec sursis pour recel de fraudes aux allocations et de « travail dissimulé ». Il a fait appel de cette décision. « Aujourd’hui, l’Etat ne lui reproche aucune dangerosité et encore moins un lien avec le terrorisme », avance Arié Alimi, l’avocat de Mohammad Khattabi. Il ajoute que, « compte tenu de cette diffamation, la nouvelle task force commence un peu difficilement » sa tâche.
saphirnews.com
***

Incendie à Londres : ils ont choisi de rester avec leurs parents plutôt que de les laisser mourir seuls.
Les histoires relatives aux derniers moments vécus par les victimes de l’incendie de la tour Grenfell à Londres émergent doucement. Parmi elles, celle de la famille Miah dont cinq membres ont péri dans la nuit du 13 au 14 juin, en plein mois du Ramadan, est déchirante.
Trois jeunes adultes ont préféré mourir avec leurs parents plutôt que de les laisser mourir seuls dans leur appartement situé dans le 17e étage. Husna, 22 ans, et ses frères Hanif, 26 ans, et Hamid, 29 ans, ont choisi ce destin, préférant sacrifier leur vie que de vivre hantés le restant de leurs vies pour avoir abandonné père et mère qui n’étaient pas en capacité de s’enfuir. Kamru Miah, âgé de 82 ans, n’était en effet physiquement plus apte à marcher. Son épouse Rabeya, 65 ans, n’a pas voulu abandonner son mari.
Leurs enfants auraient pourtant pu s’en sortir, rapportent les médias britanniques. Ils avaient encore une heure devant eux avant qu’il soit impossible de sortir de la bâtisse. Conscients de l’issue fatale qui les attendait, ils ont consacré le temps qui leur restait à appeler leurs proches pour leur dire qu’ils ne pouvaient décemment pas laisser leurs parents périr seuls dans les flammes.
Samir Ahmad, un cousin de la famille, a témoigné auprès du Times que sa tante a parlé à Hanif et qu’il était « très calme » : « Il a dit que son heure est arrivée, qu’il ne fallait pas s’endeuiller pour eux et il nous a demandé de se réjouir pour eux car ils seront dans un lieu meilleur. » « La famille était très importante pour eux. Ils ont vécu ensemble et sont mort ensemble », a-t-il ajouté.
Husna Begum devait se marier à Leicester le mois prochain. Son fiancé et le reste de sa famille ont décidé de leur rendre hommage au cours d’une cérémonie de prière publique jeudi 22 juin. Parmi la fratrie, Mohammed Hakim est le seul survivant connu. Il aurait quitté l’immeuble quelques heures avant que l’incendie ne se déclare.
Le drame a provoqué la mort de 79 personnes. La Première ministre britannique Theresa May a présenté ses excuses mercredi 21 juin pour la gestion du sinistre, dénoncée par les habitants de la tour et leurs proches.
saphirnews.com
***

Victorieuse Syrie.
Comme par un matin calme, le paysage s’éclaircit peu à peu en Syrie. Partout à l’offensive, l’armée nationale a reconquis des milliers de kilomètres carrés de territoire à l’est d’Alep, de Homs et de Damas. Elle s’apprête à reprendre le contrôle intégral des frontières syro-jordanienne et syro-irakienne, traditionnelles voies de transit des mercenaires venus dévaster le berceau de la civilisation pour une poignée de pétrodollars. En restaurant la souveraineté de l’Etat sur le sol national, cette courageuse armée de conscrits inflige un camouflet à tous ceux qui rêvaient de détruire cet Etat récalcitrant, à tous ceux qui voulaient le mettre en charpie parce qu’il osait déjouer leurs plans néo-coloniaux.
Victorieuse sur le plan militaire depuis la libération d’Alep, la Syrie souveraine l’emporte aussi sur le plan politique. Le temps paraît lointain où “Le Monde diplomatique” pouvait prédire, sans craindre le ridicule, l’exil doré de la famille Assad quelque part en Sibérie. Ses adversaires, le président syrien les a vus défiler, qui psalmodiaient les mêmes stupidités sur un pays dont ils ignoraient tout. A en croire les Occidentaux, le départ de Bachar Al-Assad devait être un “préalable” à la solution de la crise. En réalité, c’était tout le contraire. La résistance de l’Etat syrien dont le président est la clé de voûte exigeait son maintien. Là où tant d’autres auraient pris la poudre d’escampette, le chef est resté à son poste, et il a bien fait.
Fervent admirateur d’Al-Qaida, Laurent Fabius estimait que le chef de l’Etat syrien “ne méritait pas d’être sur terre”. Mauvaise pioche ! Car si M. Fabius cultive son éthylisme mondain au Conseil constitutionnel, M. Assad, lui, est toujours aux commandes à Damas. Son armée élimine la nébuleuse de groupes sectaires dont l’ancien ministre espérait le triomphe, et le peuple syrien goûte l’espoir renaissant d’une issue à la guerre. Ce qui est frappant avec les dirigeants occidentaux, c’est leur tendance à parler trop vite. Pendant six ans, leur presse aux ordres répétait comme un mantra l’effondrement imminent du régime syrien. Heureusement pour les journalistes, ils ne sont pas payés au résultat.
Pour comprendre les raisons de cette résistance à une offensive internationale sans précédent, il suffisait de consulter des sources fiables et d’exercer son jugement critique. Les officines de propagande avaient beau prétendre qu’un peuple unanime se dressait contre le tyran, on pouvait voir sur “Al-Mayadeen”, en mars et octobre 2011, de gigantesques rassemblements populaires en faveur du “gouvernement et des réformes”. Clamant sa fidélité à l’Etat nationaliste laïc et son rejet de la charia wahhabite, la foule inondait les rues de Damas, Alep, Tartous et ailleurs. Mais les médias occidentaux préféraient braquer leurs caméras vers des attroupements de barbus en les faisant passer pour un soulèvement populaire.
Des faits majeurs, indispensables à l’intelligence des événements, ne firent donc l’objet d’aucune narration, tandis qu’on nous proposait une narration des “faits” qui consistait à les fabriquer pour les besoins de la cause. Les “rebelles modérés” massacraient les familles des fonctionnaires baasistes, par exemple, et ces horreurs étaient imputées à une armée nationale dont il était entendu qu’elle “tire sur les civils”. Les “neocons” de Washington étant à la manoeuvre, ce genre de supercherie était pourtant plus que prévisible. “Pendant que vous parlez de la réalité que nous produisons, nous produisons une nouvelle réalité”, disait Karl Rove, conseiller de George W. Bush et apôtre distingué du “chaos constructif”.
Heureusement, vient un moment où l’épreuve des faits dissipe les mensonges les plus grossiers. Difficile de répéter les sornettes habituelles lorsque les populations fuient manifestement les zones rebelles, l’armée reconquiert peu à peu le territoire national et le gouvernement syrien, à l’évidence, bénéficie du soutien sans faille de ses alliés. Après avoir renoncé à la formule rituelle sur le “régime aux abois”, la presse occidentale a fini par proscrire son ironie coutumière sur les “victoires en trompe-l’oeil” de Damas. Pour se divertir, il aurait fallu conserver les centaines d’articles expliquant que les Russes et les Iraniens allaient “lâcher Bachar”, que c’était cuit pour le “despote”, et autres prédictions dont a pu mesurer la vacuité.
Victorieuse sur le plan militaire face aux milices takfiristes, soutenue par la majorité du peuple syrien qui veut en finir avec cette tragédie, confortée par un jeu d’alliances qui penche en sa faveur, la Syrie souveraine entrevoit le bout du tunnel. L’impérialisme n’ayant pas l’habitude de lâcher le morceau, la route sera encore longue, mais l’évolution favorable de la “guerre du désert” laisse augurer une accélération des événements. Combat d’arrière-garde mené par une puissance en déclin, les provocations militaires US n’y changeront rien. La dernière agression, qui a vu un SU-22 syrien abattu par un F-16 près de Raqqa, a eu pour seul effet de torpiller les velléités de coopération russo-américaine contre Daech, Moscou ayant annoncé que tout aéronef étranger serait dorénavant ciblé par la DCA russe.
Cette provocation a aussi incité les Iraniens à effectuer leur premier tir de missile en territoire syrien contre Daech, l’implication militaire de Téhéran ayant fait preuve d’une discrétion qui n’est plus de mise dès lors que le bras de fer avec Washington atteint un seuil critique. En réalité, cette montée des tensions sert Damas, qui condamne fermement la présence occidentale sur le territoire national, et dont l’allié russe joue sa crédibilité à chaque provocation US. Même s’ils prennent Raqqa, les alliés arabo-kurdes des Etats-Unis vont se retrouver le bec dans l’eau, et l’armée syrienne y retournera sous peu. Bientôt chassé de ses pseudo-capitales (Mossoul et Raqqa), privé de ses voies de ravitaillement, pris en tenailles par les forces irakiennes et syriennes, Daech est en mauvaise posture.
Mais ce n’est pas tout. Une enquête du “Wall Street Journal” vient de donner de précieuses informations sur le soutien d’Israël aux rebelles syriens qui assurent la garde rapprochée du Golan occupé. Peu préoccupé par le sort de ces supplétifs, le journal de la finance new-yorkaise ironise sur le “cash” touché par les chefs de milices. Lorsque Damas en aura fini avec Daech, ces collaborateurs de l’occupant auront du souci à se faire. Quant aux pseudo-défenseurs de la cause palestinienne qui réclamaient des armes pour la “rébellion syrienne”, ils ont l’air malin. “Provoquer la chute de Bachar al-Assad est le meilleur moyen de protéger Israël”, écrivait Hillary Clinton. Après six années de mensonges, les masques tombent. La Syrie a affronté l’envahisseur sioniste en 1948-49, 1967, 1973 et 1982, et elle n’a jamais capitulé. Aujourd’hui, l’heure de vérité approche, mais on sait déjà qui a gagné la partie.
oumma.com
###################################
####### Aujourd’hui en Palestine #######
####################################

Aujourd’hui en Palestine, Voici les principaux titres du site d’information, C P I, Centre Palestinien D’Information.
Le Hamas appelle la Nation à soutenir la cause palestinienne et la résistance
.
Le mouvement de la résistance islamique « Hamas » a appelé toute la population de la Nation Arabe à supporter la Palestine et à soutenir la résistance de son peuple qui lutte bravement pour libérer sa terre de l’occupation israélienne.
.
Al-Qassam: La nation devrait éradiquer le « cancer sioniste »
.
Des députés israéliens incitent contre le soutien turc à la mosquée Al-Aqsa
.
Incursion des bulldozers israéliens au nord de Jabalia
.
Des militants soutiennent les détenus libérés privés de leurs allocations
.
Alain Gresh : « Le mouvement palestinien organisé n’est pas antisémite »
.
7000 nouveaux logements à Jérusalem
.
5 citoyens arrêtés en Cisjordanie et Jérusalem occupée
.
Des détenus libérés sur le bord de la route…qui les défendra ?
.
Lieberman : « Abbas veut pousser le Hamas à la guerre contre Israël »
.
6 500 palestiniens croupissent dans les prisons israéliennes à la veille de l’Aid al-Fitr
.
Hamas: Les menaces de l’armée israélienne ne font pas peur à notre peuple
.
Incursion limitée à l’est de Jabalya
.
Adouane: aucune information sur l’ouverture du passage de Rafah avant l’Aid
.
Al-Quds occupé: Arrestation de trois palestiniens dont une jeune fille
.
L’occupation réduit encore son approvisionnement en électricité à Gaza
.
Retrouvez l’intégralité de tout ces articles sur http:// french pal info.com
.

Le Centre Palestinien D'Information

Flash info du 26 Rajab 1438.

Flash info du 26 Rajab 1438.
Pour écouter le Coran, des hadiths, des conférences, des annonces divers, des anashids (sans musique), et bien d’autres choses, en direct sur MouslimRadio :
www.MouslimRadio.info
******************************************************************


Santé : Voici les précautions à prendre avant de se lever la nuit.
Le principe des 3 fois 30 secondes peut vous sauver la vie !
La majorité des personnes qui se lèvent la nuit sortent du lit précipitamment sans prendre le temps d’éveiller son corps en douceur.
Respecter le «principe des 3 fois 30 secondes» permet de réduire les risques cardiovasculaires et diminuer considérablement les possibilités de morts subites. Voici la méthode à suivre avec précision:
1 – Lorsque vous vous réveillez, restez au lit, couché pendant 30 secondes.
2 – Puis, asseyez-vous sur le lit pour encore 30 secondes suivante.
3 – Abaissez vos jambes, assis sur le bord du lit pour les dernières 30 secondes.
Grâce à cela, vous n’aurez pas le cerveau et le cœur anémiés car vous ne manquerez pas de sang, ce qui réduit donc la possibilité d’une chute et donc la mort subite.
Mais aussi, n’oublier pas de dire l’invocation, lorsqu’on se réveille :
« Al-hamdou li-l-lahi l-ladhî ahyana bacda ma amatana wa ilayhi n-noushour. »
« Louange à Allah qui nous a rendus à la vie après nous avoir fait mourir, et tout retourne à Lui. »
AJIB.FR
***

France : Fusillade sur les Champs-Elysées : l’UOIF monte au créneau contre Marine Le Pen.
L’Union des organisations islamiques de France (UOIF) est toujours dans le viseur de Marine Le Pen. A l’occasion du 34e Rassemblement annuel des musulmans de France (RAMF), la candidate Front national à la présidentielle avait encore réclamé la dissolution de la fédération musulmane. Une demande qu’elle a réitérée lorsqu’est survenue l’attaque contre des policiers aux Champs-Elysées jeudi 20 avril au soir.
« Il faut s’attaquer à la racine du mal. C’est le fondamentalisme islamiste qui est l’idéologie qui arme ces terroristes », a déclaré Marine Le Pen, fustigeant pêle-mêle « l’UOIF, les mosquées radicales, les associations qui servent de vecteurs à cette idéologie » contre lesquelles « rien n’a été fait depuis dix ans, pas depuis cinq ans ». Des déclarations faites deux jours avant le premier tour de l’élection présidentielle.
La fédération est montée au créneau vendredi 21 avril contre les « déclarations hystériques » de la présidente du FN qui ne cherche, « comme à son habitude, qu’à jouer la peur pour tenter de ratisser des voix ». « Par ses idées et les valeurs qu’elle promeut, l’UOIF constitue un réel rempart contre l’extrémisme et le repli communautaire », indique la fédération, qui dit « se réserver le droit de porter l’affaire en justice ».
Celle qui s’est choisie pour nouveau nom Musulmans de France, qui a rendu « hommage aux forces de l’ordre » après l’attentat, juge que les déclarations de Marine Le Pen « confortent Daesh dans son discours sur une France qui rejetterait ses enfants de confession musulmane ».
saphirnews.com
***

Dortmund : l’attentat devait servir non pas Daesh mais une opération boursière.
Le parquet fédéral allemand a annoncé, dans un communiqué vendredi 21 avril, l’arrestation de Serguej W., un Allemand de 28 ans suspecté d’être l’auteur de l’attentat commis contre le bus du Borussia Dortmund le 11 avril dernier.
Alors que les footballeurs s’apprêtaient à rejoindre le Signal Iduna Park pour y disputer le quart de finale aller de Ligue des champions les opposant à l’AS Monaco, une explosion a blessé l’Espagnol Marc Bartra ainsi qu’un policier. Le lendemain de l’attaque, les enquêteurs avaient annoncé privilégier la piste du terrorisme islamiste.
Serguej W. aurait réservé deux chambres de l’hôtel L’Arrivée où résidaient les footballeurs de Dortmund : la première pour la période du 9 au 13 avril, la seconde pour la période 16 au avril et cela deux mois avant les faits car la date précise de la rencontre n’était pas encore connue. Il avait choisi des chambres donnant sur la rue, lui permettant de visualiser le bus qu’il prévoyait de faire exploser. C’est au sein de cette chambre qu’il aurait passé un ordre d’achat d’une valeur de « plusieurs dizaines de milliers d’euros » sur des actions du Borussia. Il espérait, en spéculant sur la baisse du cours de l’action, tirer un bénéfice de près d’un million d’euros selon le Spiegel, voire plusieurs millions d’euros, d’après le ministre de l’Intérieur de Rhénanie-du-Nord-Westphalie. Les enquêteurs ont repéré cette opération en passant au crible les connexions Internet passées par l’adresse IP de l’établissement.
Les trois textes de revendication retrouvés aux abords du lieu de l’attentat ont été rédigés par Serguej W. dans le but de tromper la police. On pouvait y lire une demande de retrait des avions de reconnaissance allemands Tornado déployés en Syrie dans le cadre de la coalition contre l’Etat islamique mais aussi la demande de fermeture d’une base de l’OTAN en Rhénanie-Palatinat. Le plan d’action du spéculateur machiavélique aurait bien pu tourner à l’hécatombe.
En effet, il a disposé trois bombes dans de petits buissons à proximité de l’hôtel. Les bombes étaient truffées de tiges métalliques dont certaines ont été retrouvées à plus de 200 mètres de l’explosion. Le parquet fédéral annonce que les recherches visant à déterminer la provenance des explosifs se poursuivent encore à l’heure qu’il est.
saphirnews.com
***

Traces musulmanes dans l’art chrétien.
Chronologiquement, l’art chrétien est né avant l’art musulman, mais l’histoire du monde a fait que ces deux arts ont, tour à tour, évolué dans le temps et dans l’espace, chacun s’inspirant de l’autre, les premiers monuments musulmans de Syrie et de Palestine s’appuyant sur les concepts chrétiens de l’église byzantine, les églises romanes de l’Occitanie s’inspirant à la fois de ces mêmes monuments byzantins et des systèmes décoratifs musulmans.
D’autre part, le monde chrétien est plutôt constitué de peuples sédentaires alors que le monde musulman, même s’il s’est étendu à des peuples eux-aussi sédentaires, est d’origine nomade, et sans cesse, sera « irrigué » par des invasions, mongoles, seljoukides, turques, mais toujours entreprises par des nomades.
Sur toutes les terres où l’Islam, venu du désert d’Arabie, s’est étendu, il a assimilé le type d’architecture local préexistant, qu’il soit byzantin, perse, hindou ou bouddhiste, en en développant les formes qui convenaient à sa vision du monde, que ce soit dans les constructions d’argile qui bordent le fleuve Niger, dans les monuments moghols de Fatehpur Sikhri en Inde ou dans les mosquées aériennes de Sinan de l’actuelle Turquie.
Les mosquées et les églises sont construites à partir de matériaux épars, pierres et bois trouvés dans la nature et de matériaux fabriqués à partir d’autres éléments naturels comme briques ou verreries. Et ce seront les outils qui se feront les instruments du divin en transformant ces pièces brutes en ses reflets. Les ciseaux du sculpteur seront semblables aux calames qui, dans les medersas creuseront le papier pour y inscrire les versets du Coran. Du « chaos » des matières, surgit l’harmonie des cimes.
On entre dans une église par une porte qui, par l’existence d’un arc plus ou moins travaillé, décoré de voussures, la rend semblable à une niche, niche que l’on retrouve au chœur de l’église, et qui représente le « Saint des Saints », le lieu de l’ « apparition » divine. Niche que l’on retrouve également dans les lieux de prière musulmans, sous la forme du mihrâb, dont la voûte représente le ciel, mais qui, contrairement au rite chrétien, ne « contiendra » pas Dieu, les croyants dirigeant leur prière vers un centre à elle extérieur, au-delà de la niche, la Kaaba.
Et on peut imaginer les centaines de milliers de mirhâb, qui, de par le monde, forment des milliers de cercles concentriques autour d’un simple cube noir et sacré. Alors que les abords de ce portail-niche seront l’objet de toutes les attentions artistiques, aussi bien dans l’église que dans la mosquée, comme ils l’étaient déjà pour les niches contenant, dans les temples hindous, les images, les signes de la Divinité.
La ligne courbe, ligne directrice de tout art nomade, de tout nomadisme, venu d’Orient avec les conquérants musulmans du VIIIe s., orne fastueusement sous forme de polylobes et d’arabesques le mihrâb de la mosquée de Cordoue au Xe s., avant de conquérir, deux cents ans plus tard, de nombreuses églises romanes du Sud de la France, les faisant ainsi renouer avec le mouvement primordial, au plus près de l’Origine.
Les églises et les mosquées sont décorées de motifs zoomorphes venus des plus lointaines sociétés préhistoriques, et repris par les cultures mésopotamiennes aussi bien que par les cultures septentrionales d’Europe. Et, dans la France du Sud, se retrouveront les lions et les aigles échappés de l’Evangéliaire du Livre de Kells comme des Ateliers de Cordoue, unis en dragons et griffons souvent affrontés, animaux solaires, symboles des solstices, des phases ascendante et descendante du cycle de l’année, chaque dogme, chrétien ou musulman, lui donnant sa propre signification, des créatures infernales domptées par l’Homme-Dieu à celles, fabuleuses, combattant sans fin les forces surnaturelles, symboles de puissance ambiguë.
L’art chrétien, héritier, entre autres, des mondes grec, latin et nordique, rencontre l’art musulman héritier des mondes babylonien, indien et perse, et l’un échangera avec l’autre ses techniques, ses motifs, ses formes pour construire des œuvres destinées à la concrétisation matérielle et de l’infini divin.
Le carré des fondations, posé solidement à terre, rencontre dans les airs la coupole destinée à atteindre le ciel. Et des étoiles d’or couvriront celle du mausolée de Galla Placidia à Ravenne au Ve s., alors que des milliers de pièces de mosaïque tournoieront au plafond de la mosquée Jamia de Thatta au Pakistan plus de mille ans plus tard.
Et les têtes de Bouddha seront serties au Nord du même pays dans une auréole, courbe parfaite enserrant la plus noble partie de l’être humain, comme elle entourera, cercle presque complet, les têtes des saints de l’iconographie chrétienne avant d’envelopper, complètement cette fois, les noms de Allah et de Mohammed de part et d’autre des mirhâb de toutes les mosquées.
Lorsqu’on lève les yeux au plafond de la mosquée de Karbala en Iraq, entièrement recouvert de miroirs biseautés, s’y reflètent, difractés, méconnaissables, les sols, mais également les foules les foulant, et notre imagination peut isoler n’importe quel brillant coloré et le rattacher à toute religion, à toute croyance – puisque le miroir est reflet, à la fois semblable et différent de la Vérité – et le désigner comme mémoire de l’univers.
oumma.com
***

Le parcours unique de Layla Shaikley, la nouvelle voix du féminisme musulman américain.
La soif d’entreprendre transparaît dans le curriculum vitae déjà bien rempli de Layla Shaikley qui, à tout juste 30 ans, est passée allègrement de l’idée à la réalisation à plusieurs reprises, avec un goût prononcé pour l’éclectisme et l’innovation.
D’origine irakienne, ses parents étant allés voir si l’herbe était plus verte sous les cieux ensoleillés de la Californie des années 70, la jeune femme, née dans une fratrie de six enfants, qui garde un souvenir heureux de son « enfance américaine », a creusé son sillon en s’affirmant comme une insatiable touche-à-tout de talent.
« J’ai grandi sur une planche à roulettes, j’adore faire du surf et du snowboard ! », s’exclame-t-elle avec un enthousiasme rafraîchissant qui révèle l’âme d’enfant qui sommeille en elle, et dans laquelle elle puise sa formidable capacité à s’émerveiller, à se renouveler et à aller de l’avant.
« Il n’y a rien de plus créatif que de créer une entreprise », clame la fondatrice passionnée de Wise Systems – une start-up qui a développé un logiciel de routage afin d’aider les entreprises à assurer leurs livraisons de biens et de services dans les meilleures conditions – avec une exaltation d’autant plus grande que son aventure entrepreneuriale est couronnée d’un premier succès : l’intérêt que lui porte un investisseur de poids, la Techstars Mobility, une société basée à Detroit, spécialisée dans les technologies de construction et les modèles commerciaux novateurs.
Après avoir étudié l’architecture dans la prestigieuse enceinte universitaire du Massachusetts Institute of Technlogy et avoir effectué le stage « le plus cool de sa vie » au sein de la NASA, dans le département de la robotique pour Mars, Layla Shaikley n’a cessé d’accumuler les expériences, toutes plus enrichissantes et variées les unes que les autres, jusqu’à s’essayer à la réalisation audiovisuelle en laissant vibrer sa fibre militante.
Ayant fait de la lutte contre les préjugés sur les femmes musulmanes son cheval de bataille, elle a contribué, avec le feu sacré qui la caractérise, à la conception d’un clip qui, pour être un galop d’essai, fut un coup de maître : « Muslim Hipsters: #mipsterz ». Le succès viral a été immédiatement au rendez-vous, la vidéo suscitant une avalanche de louanges sur les réseaux sociaux, contrebalancées par une déferlante de critiques, tout en lui ouvrant les portes d’une gloire naissante.
« C’est une vision joyeuse, moderne et pleine de fraîcheur des jeunes musulmanes américaines, attirées par la culture et les arts, que j’ai voulu donnée dans ce clip, afin de briser les stéréotypes et d’en finir avec l’image médiatique si étroite et orientée », explique celle qui s’est fait un nom dans le monde virtuel et réel et s’est imposée comme la nouvelle voix, originale et forte, du féminisme musulman de l’autre côté de l’Atlantique.
Un bonheur n’arrivant jamais seul, Layla Shaikley a convolé en justes noces en août 2016 avec l’homme de sa vie, Hadi Durali. Depuis Boston où le couple a installé son nid douillet, cette dynamique Américaine, fourmillant d’idées, mesure le chemin parcouru, mais aussi combien ses séjours en Irak, auprès des siens, l’ont enrichie et façonné sa compréhension du monde. Elle qui estime avoir tant reçu de la vie, considère que sa plus belle réussite serait de pouvoir donner en retour à la collectivité et à sa communauté.
Dans le clip « Muslim Hipsters », on remarque la présence de Noor Tagoori, la première journaliste indépendante voilée de la télévision américaine, ainsi que de la grande championne d’escrime, Ibtihaj Muhammad, première athlète américaine voilée à avoir concouru aux Jeux Olympiques, à Rio en 2016, et avoir décroché la médaille de bronze.
oumma.com
***

Événement : La commission des femmes de Cuesmes organise, le lundi 1 mai, à partir de 13H, une après-midi conviviale.
Au programmes :
Anachid, défilés, chorale, animation divers.
Une garderie sera assurée et il y aura une petite restauration sur place.
Tarifs :
Adultes : 12 euro.
Enfants de moins de 12 ans : 5 euro.
Préventes : 10 euro .
Adresse de l’évènement :
Salle calva de Jemappes,
641, Avenue Roi Albert,
Mons,
Hainaut,
7012 Belgique.
Informations et réservations au : 00 324 89 08 20 52
.
Venez nombreuses, innch Allah
.

actualiteislamiquedebelgique.com
***

Les musulmans Ouïghours vivent les pires heures de leur histoire.
La persécution de la minorité musulmane Ouïghoure s’intensifie dans la région du Turkestan occupée. Les autorités chinoises de cette région viennent d’adopter une série de mesures ciblant les comportements considérés comme des « manifestations d’extrémisme » à l’égard de cette minorité turcophone. Et malheur à ceux qui s’aventurent à critiquer cette nouvelle réglementation islamophobe et liberticide.
BARBES « ANORMALES », VOILE INTÉGRAL ET PRÉNOMS ISLAMIQUES INTERDITS.
Dans un texte adopté fin mars, l’assemblée régionale a décidé de l’interdiction du voile intégral pour les femmes et les « barbes anormales » pour les hommes. Les habitants du Turkestan ne pourront par ailleurs pas « forcer » autrui à participer à des activités religieuses. Ainsi, la fréquentation de la mosquée devient interdite aux moins de 18 ans et les enfants ne pourront apprendre le Coran avant l’âge de 10 ans.
Il est également interdit d’utiliser le mot de halal sur les devantures des magasins et restaurants ou encore de se marier uniquement religieusement.
La réglementation qui s’impose à l’ensemble des habitants de cette région va jusqu’à rendre illégal le fait de refuser d’écouter et de regarder la télévision et la radio d’Etat qui relaie la propagande de la dictature communiste. Pire, une liste de prénoms musulmans prohibés vient d’être publiée, parmi ces prénoms : Muhammad, Muslim, Usama, … etc. C’est la première fois dans l’histoire qu’une autorité interdit le prénom Mouhammad.
Même l’alphabet arabe utilisée pour l’écriture Ouïghoure n’a échappé à cette campagne d’anéantissement de l’identité de ce peuple. Dans une vidéo publiée par des activistes Ouïghours en mars, on y voit un homme (un officiel ?) en train d’enlever les lettres arabes de la devanture d’un bâtiment.
Sur l’application WeChat (le Wattsapp chinois), certains mots musulmans comme Allah, Al Hamdulillah, Salat, … sont interdits.
275 EUROS DE RÉCOMPENSE POUR DÉNONCER LES VOILÉES ET LES BARBUS.
Une vaste campagne de délation a été lancée, et le GPS est imposé dans toutes les voitures sur une partie du territoire. A Hotan, une ville où l’équivalent de 275 euros de récompense sont offerts pour toute dénonciation de personnes «dont la tête est couverte» ou de «jeunes arborant de longues barbes», une équipe de journalistes de Reuters a assisté à l’inspection des papiers et de l’habillement d’une foule de mille personnes, serrées sur un terrain de basket, et vu des policiers enlever de force le foulard d’une femme d’âge moyen.
Et gare aux forces de police qui ne dénoncent pas assez. Ces derniers jours, 92 responsables de la police ont été démis de leurs fonctions. La répression est telle qu’un cadre du parti a récemment été sanctionné pour s’être abstenu de fumer devant des responsables religieux musulmans, signe selon sa hiérarchie de sa faiblesse face à « l’extrémisme ». Un autre pour avoir célébré un mariage religieux chez lui.
Dans la ville de Kashgar, les commerçants sont forcés de participer à trois « exercices antiterroristes » par jour et d’installer des caméras de surveillance à leurs frais.
L’année dernière, les autorités avaient interdit aux membres du parti, fonctionnaires, cadres, étudiants et mineures d’accomplir le jeûne du mois de Ramadan ainsi que la participation aux activités religieuses.
« 50% DES MOSQUÉES DÉTRUITES DEPUIS JUIN 2016 ».
Depuis 1997, la Chine a fermé 1200 mosquées, certaines ont été transformées en QG pour la Parti Communiste Chinois. Selon le « Congrès Mondial des Ouïghours », la moitié des mosquées de cette région ont été détruites par les autorités.
SCÈNES D’HUMILIATIONS PUBLIQUES.
L’humiliation est telle que des femmes voilées sont forcées parfois de se dévoiler dans la rue.
Le 9 février 2015, Sur une place publique, des dizaines d’imams en qamis sont alignés en rang et… dansent, «au nom de la civilisation». La mise en scène est soignée. Les slogans sont cruels. «Notre revenu provient du CKP (administration chinoise) pas d’Allah», «la paix du pays donne la paix à l’âme».
En 2014, la ville de Karamay avait interdit aux barbus et aux femmes voilées de prendre les transports en commun; en mai 2015, une autre municipalité (Aktash) avait obligé les commerçants locaux à vendre de l’alcool et des cigarettes, les forçant même à afficher les produits en vitrine.
ÉTÉ 2014 : LE MASSACRE QUI COÛTA LA VIE À DES CENTAINES DE MUSULMANS OUÏGHOURS.
Fin juillet 2014, à la suite d’une émeute dans la ville de Yarkand, des centaines de personnes ont été tuées par la police chinoise, au moins 2000 selon le « Congrès Mondial des Ouïghours ». Un massacre dans l’indifférence générale comme tous les massacres lorsque les victimes sont musulmanes.
Ajoutant à cela les milliers de condamnés à mort accusés souvent de terrorisme et les prisonniers politiques. lham Tohti, universitaire et instigateur d’un rapprochement entre les deux ethnies Han et Ouïghours, est depuis 3 ans emprisonné à vie pour « séparatisme ».
IL ÉTAIT UNE FOIS LA RÉPUBLIQUE DU TURKESTAN ORIENTAL…
En 1949, l’Armée populaire de libération de Chine envahit le Turkestan Oriental à majorité Ouïghoure. Il devint une province chinoise autonome du nom de Xinjiang. Depuis, la Chine fait tout pour effacer l’identité de ce peuple qui ne représente actuellement que la moitié du nombre des habitants de cette région (22 millions). En effet, le régime communiste a depuis toujours favorisé l’installation de l’ethnie Hans, majoritaire en Chine dans cette région afin de la « siniser ».
Birmanie, Cachemire, Turkestan, Palestine, … Les plaies de la oumma se multiplient. Nous demandons à Allah le Tout-Puissant d’accorder à ces peuples opprimés Son soutien et les renforce face aux tyrans et injustes.
desdomesetdesminarets.fr
###################################
####### Aujourd’hui en Palestine #######
####################################

Aujourd’hui en Palestine, Voici les principaux titres du site d’information, C P I, Centre Palestinien D’Information.
.
Le ministère de l’éducation et de l’enseignement supérieur a dénoncé « le crime » de la dévastation de deux établissements scolaires par les forces d’occupation au nord d’al-Quds occupé.
.
Les soldats israéliens détenus à Gaza accusent leur gouvernement de mentir
.
Appels à soutenir les prisonniers en grève de la faim
.
Incursion dans le sud d’Hébron et un barrage à l’ouest
.
6e jour : les prisonniers de Ramon rejoignent la bataille de la Dignité
.
Reportage: Affiches de solidarité avec les prisonniers en grève de la faim à Athènes
.
L’occupation restitue le corps du martyr Ahmed Ghazzal de Naplouse
.
Les colons agressent un militant israélien pro-palestinien
.
Une journaliste palestinienne blessée par l’occupation lors d’une marche à Kafr Qaddum
.
Haniyeh: Les partis qui ont trahis Gaza sont en difficulté
.
Avertissements contre les tentatives israéliennes de saper la grève des prisonniers
.
Blasphème des fanatiques juifs dans la ville de Kifl Hares
.
Les soldats israéliens ouvrent le feu sur une palestinienne handicapée mentale
.
L’occupation prend d’assaut les villes à l’ouest de Jénine
.
Les forces israéliennes arrêtent un ex-prisonnier de Tulkarem
.
La préventive de l’Autorité Palestinienne arrête 3 citoyens, dont deux captifs libérés
.
Retrouvez l’intégralité de tout ces articles sur http:// french pal info.com
.

Le Centre Palestinien D'Information