MouslimRadio Programmes de diffusion sur MouslimRadio

Actuellement, en direct sur Loading ...


Une campagne publicitaire italienne contre le racisme et la discrimination


Le racisme et la discrimination font rages. Cela s’observe dans toute société qu’elle soit française, américaine, marocaine ou italienne. Ainsi l’agence de publicité italienne Armando testa lance une campagne de lutte contre les discriminations et le racisme.
« Les mots peuvent tuer »
Nous ne nous rendons pas toujours compte de l’impact des mots prononcés à l’égard d’une personne membre d’une communauté. Les musulmans sont-ils des terroristes ? Les gens du voyage sont-ils tous des voleurs ? Une personne à forte corpulence doit-elle supporter qu’on la traite de « gros lard » ? La réponse est bien évidemment non. Les mots sont blessants voire très blessants et nous avons tendance à minimiser cela. C’est pourquoi Armando testa lance sa campagne publicitaire « words can kill » (traduction : les mots peuvent tuer) dans le but de sensibiliser la population et particulièrement la jeunesse à l’impact des mots prononcés.
« Les mots aussi peuvent tuer. Non à la discrimination. L’autre est mon égal »


Foot : le président de la Fédération italienne sanctionné pour racisme


Ses déclarations racistes ne seront pas restées impunies. Carlo Tavecchio, le président de la Fédération italienne de football a été suspendu pour une durée de six mois par l’Union des associations européennes de football (UEFA). Durant toute cette durée, il sera privé de toute fonction officielle auprès de l’UEFA, a précisé l’instance européenne mardi 7 octobre.
Il ne pourra donc pas assister, en mars prochain, à Vienne, au Congrès de l’UEFA, durant lequel Michel Platini devrait être réélu à la tête de l’instance. La suspension de M. Tavecchio sanctionne les paroles racistes qu’il avait eues à l’encontre du joueur français Paul Pogba, en juillet dernier. Alors président de la Ligue nationale amateur de football italien, il avait déclaré : « Opti Poba est arrivé et mangeait des bananes, aujourd’hui il joue en titulaire » en série A, lors d’un discours présentant sa candidature au poste de président de la Fédération italienne de football. Cette phrase ne l’avait pas empêché d’être élu quelques jours plus tard à la tête de l’instance.
Carlo Tavecchio a fait savoir qu’il acceptait la sanction de l’UEFA, qui lui impose, par ailleurs, d’organiser un événement en Italie pour sensibiliser à la lutte contre le racisme, qui gangrène tout particulièrement les stades du pays.