MouslimRadio Programmes de diffusion sur MouslimRadio

Actuellement, en direct sur Loading ...


Flash info du 5 Rajab 1438.

Flash info du 5 Rajab 1438.
Ecouter le coran, des hadith, des conférences, des annonces divers, des anashids (sans musique), et bien d’autres choses, en direct sur MouslimRadio :
www.MouslimRadio.info
******************************************************************


Prêter de l’argent : les bienfaits et la récompense.
Les qualités qui permettent de dissocier les musulmans et les mécréants, sont la solidarité et la générosité.
En effet, aider son frère est une valeur que chaque musulman doit cultiver au quotidien. Allah (soubhanou wa ta’ala) a prévu pour les plus généreux des récompenses terrestres et divines.
Le Prophète Muhammad (sallAllahou ‘alayhi wa salam) a dit : « Allah vient en aide au serviteur tant que ce dernier vient en aide à son frère. » « Celui qui s’occupe des besoins de son frère, Allah s’occupera de ses besoins. » (Rapporté par Muslim).
Le croyant peut aider les nécessiteux de plusieurs manières. Il peut les nourrir ou les abreuver, leur offrir des vêtements pour les habiller, les conseiller sincèrement, prendre des nouvelles, donner de son temps, ne serait-ce faire des invocations ou croiser son frère avec un visage souriant.
Le musulman a par ailleurs la possibilité supplémentaire de pouvoir aider financièrement celui qui est dans le besoin.
D’après ‘Abdallah Ibn Mass’oud (qu’Allah l’agrée), le Prophète (sallAllahou ‘alayhi wa salam) a dit: « Il n’y a aucun musulman qui prête à un musulman deux fois sans que cela ne soit équivalent au montant en aumône ».
(Rapporté par Ibn Maja dans ses Sounan n°2430 et authentifié par Cheikh Albani dans sa correction de Sounan Ibn Maja).
Veiller au bien-être de ses frères et cultiver l’entraide est un principe fondamental dans la vie d’un croyant.
Allah (soubhanou wa ta’ala) dit:
« Entraidez-vous dans l’accomplissement des bonnes oeuvres et de la piété et ne vous entraidez pas dans le péché et la transgression. Et craignez Allah, car Allah est, certes, dur en punition ! » (Coran 5/2).
Ainsi, l’entraide est un ordre divin et comme chaque obligation, le musulman doit le faire avec ferveur et sincérité. Allah (soubhanou wa ta’ala) nous a donné assez de richesses sur terre pour faire perdurer l’humanité, mais si l’égoïsme prend le dessus, les hommes créeront leurs propres pertes.
Nos principaux besoins d’ordre primaire sont l’adoration d’ Allah et la foi, et en vérité se nourrir et se vêtir sont des besoins secondaires qui doivent être développer à travers la fraternité.
D’apres Abû Hourayra (qu’Allah l’agrée) le Prophète (sallAllahou ‘alayhi wa salam) a dit :
« Quiconque soulage un croyant d’une des situations affligeantes de ce monde, Allah le soulagera de l’une des situations affligeantes le Jour de la Résurrection. Quiconque rend les choses faciles à quelqu’une en difficulté, Allah lui rend les choses faciles dans ce monde et dans l’autre. Quiconque couvre un musulman, Allah le couvre dans ce bas-monde et dans l’autre. Allah aide son serviteur tant que celui-ci aide son frère. Celui qui parcourt un chemin à la recherche de la science, Allah lui facilite un chemin vers le Paradis. Toutes les fois que les gens se réunissent dans l’une des maisons d’Allah pour réciter le Livre d’Allah et pour l’étudier entre eux, la sérénité descend sur eux, la miséricorde les couvre, les anges les entourent de leurs ailes et Allah les mentionne devant ceux qui sont auprès de Lui. Quant à celui que ses œuvres ont mis en retard, il ne sera pas mis en avance par son appartenance [ nasah ] ». [Hadîth sahîh, rapporté par Muslim (n°2699)].
Aider les autres fait partie des 60 actes méritoires et expiatoires que le musulman doit fortifier tout au long de sa vie.
AJIB.FR
***
Sourate Al Mulk (67) et ses mérites.
La sourate Al Mulk est une sourate Mecquoise qui comporte 30 versets. Le Prophète salallahou ‘aleyhi wa salam ainsi qu’Abdallâh Ibn Mass’oûd (radhiallâhu ‘anhu) ont vanté ses mérites notamment l’intercession de la sourate en faveur du croyant ou encore le fait que sa lecture assidue engendre la protection d’Allah contre le supplice de la tombe.
Il a été rapporté par Abû Hurayrah (radhiallâhu ‘anhu) que le Prophète (sallallahu ‘alayhi wa salam) a dit :
« Une certaine Sourate du Qor’ân, qui contient trente versets, a intercédé en faveur d’un homme jusqu’à ce qu’il en fût pardonné [pour ses péchés]. C’est la Sourate -Tabârak al-ladhî bi-yadihi al-Mulk – [c’est-à-dire la Sourate al-Mulk – La Royauté]. » Rapporté par at-Tirmidhî, Abû Dâwoud et Ibn Mâdjah – At-Tirmidhî a dit que c’est un hadîth « hasan » [bon]. Il a été classifié comme « Sahîh » par SHeikh al-Islâm Ibn Taymiyyah dans son Majmû ’ al-Fatâwa et par SHeikh al-Albânî dans « Sahîh Ibn Mâdjah ».
Il a été rapporté que Abdallâh Ibn Massoûd (radhiallâhu ‘anhu) a dit :
« Quiconque récite la Sourate « al-Mulk » [La Royauté] chaque nuit, Allâh le préservera du supplice de la tombe. Du temps du Messager d’Allâh (sallallahu ‘alayhi wa salam) nous l’appelions « al-Mâni’ah » [La protectrice]. Elle est, en fait, une Sourate du Qor’ân dont la récitation chaque nuit est source d’une bonne et grande rétribution. » Rapporté par an-Nassâ’î et al-Hâkim qui a dit que sa chaîne de transmission est authentique [Sahîh] – Et SHeikh al-Albânî (rahimahullâh) l’a classé comme : « hasan » [bon] dans « Sahîh at-Targhîb wal-Tarhîb ».
Reportage vidéo à voir sur www.mouslimradio.info.
w w w . m o u s l i m r a d i o . i n f o .

AJIB.FR
***

France : La bergère de Corneilla et son calvaire.
Menacés de ratonnade, ils sont tous incarcérés : L’AFFAIRE DES BERGERS DE CORNEILLA, Pyrénées-Orientales.
Tout a commencé le 20 mai 2016.
Cela n’aurait dû être qu’une simple bagarre entre voisins, dans un cadre rural, à propos de l’utilisation de l’eau d’un canal d’irrigation. Mais alors que de part et d’autre on mobilise certificats médicaux et ITT de moins de 8 jours après avoir porté plainte, voilà qu’un événement survient et que tout s’emballe.
Le 21 mai, 350 villageois se rassemblent sur la grande place de Corneilla de la Rivière (66), des élus locaux se mêlent à eux et donnent naissance à ce qui devient l’affaire des bergers de Corneilla. Un député fait même le déplacement.
Des insultes à caractère raciste et des menaces de mort y sont exprimées.
Et le journal local, l’Indépendant parle de « marche blanche contre la violence »… Rien de ce qui a été entendu par des témoins anti racistes et par les gendarmes n’est évoqué. Le maire de Port-Vendres publie d’ailleurs sur sa page Facebook une charge anti musulmans.
Aussitôt cet événement annoncé, il est procédé à l’interpellation de la bergère et par la suite du berger et de leurs 2 jeunes fils !
Les bergers de Corneilla de la Rivière sont musulmans, pratiquants et la bergère porte un foulard. Ils font état dans leur déclaration d’un climat islamophobe et raciste, alimenté par des agressions répétées d’une partie des villageois (incendie criminel sur l’exploitation, attaques répétées du troupeau par des chiens, destruction des biens, etc. ) et par des entraves administratives de la Mairie, légitimement vécues comme des persécutions. Éleveurs depuis plus de 10 ans sur la commune, ils ont ainsi dû saisir le Tribunal Administratif pour obtenir les autorisations de construction de la bergerie.
Il règne dans ce village un climat délétère depuis des années.
La bagarre entre les bergers et leurs voisins n’aurait dû susciter qu’une réaction pénale modérée, mais elle a pris une ampleur disproportionnée.
Le berger a eu l’intelligence de délocaliser pour partie son affaire en s’entourant de grands pénalistes montpelliérains d’abord puis toulousains.
Le berger, la bergère et deux de leurs enfants ont été placés en détention provisoire des mois durant.
Les avocats avaient pourtant mis l’accent sur le caractère disproportionné de la réaction pénale, l’existence d’une enfant mineure de 13 ans, un troupeau de 300 brebis qui est en péril, des vergers dont les fruits pourrissent sur les arbres, des agressions racistes depuis plus de 10 ans.
Mais surtout, les avocats dénonçaient l’instrumentalisation de l’institution judiciaire par des élus populistes dont la Maire du Village de Corneilla de la Rivière (le score électoral du FN, aux dernières élections de décembre 2015, y a approché les 49 %) qui a adressé un courrier au procureur et au préfet des Pyrénées-Orientales dans lequel elle assimile la famille des bergers à des terroristes. L’avocat de la partie adverse n’est autre l’avocat habituel de la Mairie de Corneilla.
Les mobilisations se sont déroulées à Perpignan. Des rassemblements répétés ont eu lieu devant le palais de justice. Des élus de Perpignan sont quant à eux intervenus auprès de commerçants musulmans connus sur la ville pour les dissuader d’apporter leur soutien aux bergers.
En fait, ce qui a pris le dessus, au-delà de toute autre considération, c’est la volonté de préserver l’ordre public, de gérer les désordres en éloignant les bergers du village.
Tous libérés, ils font alors l’objet d’un contrôle judiciaire qui leur interdit l’accès à leur exploitation ainsi qu’au domicile familial.
Toutes leurs demandes de levée des interdictions sont rejetées. Le troupeau est en péril et subit de lourdes pertes et leur verger se meurt. Le 9 mars 2017, la famille ayant épuisé ses économies dans le fourrage, afin de nourrir le troupeau, est assignée à résidence suite à l’interdiction qui lui a été faite de se rendre sur ses propriétés (Maison et Bergerie).
La bergère n’ayant pu se résigner à rester à Perpignan alors que son troupeau allait mourir de faim, commet en son âme et conscience une désobéissance civile en bravant l’interdiction et en allant faire paître son troupeau avec le comité de soutien. Les deux premiers jours, tout se passait bien, le troupeau a retrouvé une santé en allant paître de l’herbe fraîche.
Le 3ème jour, la bergère fut arrêtée comme une criminelle.
Sa fille à ses côtés a pu raconter l’interpellation violente qu’elles ont subie. La mineure de 13 ans a pris des photos sur son portable qui par la suite ont été supprimées par l’un des motards. Elle a été braquée d’une arme, menottée et traînée par terre. Sa maman, la bergère, a finalement été mise en prison pour avoir voulu sauver son troupeau.
30 mars 2017 : saisi du troupeau …
Et le calvaire continue puisque la préfecture a saisi les bêtes aujourd’hui pour porter un coup fatal à ces pauvres bergers et par là même à l’élan de solidarité du comité de soutien. La bergère en prison et sans contact avec l’extérieur n’avait en effet aucun moyen de s’opposer à cette décision.
C’est un réel acharnement !
Le comité de soutien reste toutefois mobilisé pour que cette famille bénéficie d’un traitement équitable, inquiet de la possible répétition judiciaire de l’inique procès de l’affaire de Cisco en Corse.
Le 30 mars 2017, http://www.crifrance.com
.
islametinfo.fr
***

ALERTE : L’Afrique en proie à une crise nutritionnelle grave.
Le Soudan du Sud déjà en état de famine.
Depuis le 20 février, l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) et l’Univef ont déclaré le Soudan du Sud en état de famine :
« Cela signifie que les gens ont déjà commencé à mourir de faim », précise le document rédigé en commun.
La situation de famine est le cas le plus sévère d’insécurité alimentaire, c’est la dernière phase de la sous-alimentation. Il s’agit d’une « catastrophe ». Le Soudan du Sud est en état de guerre civile depuis décembre 2013 ce qui conduit à des pillages, la destruction de récoltes et des massacres de bétails. Ce sont 3 millions de personnes qui ont dû fuir leurs terres et d’après la FAO 5 millions de Sud-Soudanais sont menacés par la famine.
Somalie : 6,2 millions de personnes nécessitent une aide humanitaire d’urgence.
Le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres a déclaré lors d’une visite à Mogadiscio au début du mois de Mars :
« La combinaison du conflit armé, de la sécheresse, du changement climatique, des maladies et du ­choléra est un cauchemar ».
Au fur et à mesure du temps, la sécheresse s’accentue et l’agriculture est de plus en plus en situation dramatique. Pas moins de 2,9 millions de personnes souffrent de carence alimentaire. D’après l’Organisation mondiale de la santé (OMS), 6,2 millions d’habitants ont besoin d’une aide ­humanitaire d’urgence. Cette situation n’est pas inconnue à la Somalie puisqu’elle avait connu une famine d’une ampleur dévastatrice entre 2010 et 2012 au cours de laquelle 260 000 personnes avaient trouvé la mort.
Au Yémen, la famine guette.
Au début de l’année 2017, le chef des opérations humanitaires des Nations unies, Stephen O’Brien, a jugé que, « sans action immédiate, la famine était un scénario possible pour 2017 au Yémen ». La situation est critique notamment en raison du blocus sur le port d’Hodeida qui empêche l’arrivée de l’aide humanitaire.
Ce sont plus de 7 millions de personnes qui ont besoin d’une aide alimentaire d’urgence et 460 000 enfants souffrent de malnutrition aiguë. Malgré des appels de l’ONU à ^pouvoir se rendre sur tout le territoire, invoquant pour cela le « droit international humanitaire », la situation demeure bloquée.
Au Nigéria, la famine comme horizon.
Selon l’Unicef, 250 000 enfants sont au bord de la famine et, sans aide, 50 000 mourront au cours de l’année 2017.
Le 16 février dernier, l’économiste en chef du PAM, Arif Husain, fait un constat morbide sur les risques encourus par les populations civiles au Soudan, au Yémen, en Somalie et au Nigeria : la famine menace à court terme 20 millions de personnes.
islametinfo.fr
***

France : La souveraineté, fantôme de l’élection présidentielle ?
Le moins qu’on puisse dire, c’est que la campagne électorale relègue à l’arrière-boutique les questions essentielles. Quel rôle jouera la France dans le monde de demain ? Va-t-elle rendre le pouvoir au peuple, ou le laisser entre les mains de l’oligarchie ? Va-t-elle restaurer sa souveraineté, ou se résigner à sa disparition ? Que ces questions soient quasiment absentes du débat est révélateur. A leur place, des politiciens drogués à la “com” et des médias serviles nous servent une soupe insipide où surnagent quelques grumeaux faits d’histoires de pognon, de mises en examen, de costumes à 3 000 euros, sans oublier les postures ridicules et les tirades alambiquées du candidat dont il faudrait être frappé d’une profonde cécité pour ne pas voir qu’il a été adoubé par la caste dominante.
La souveraineté est une question que la plupart des candidats, manifestement, mettent un soin particulier à éluder. En dépit de leurs différences, Emmanuel Macron, François Fillon et Benoît Hamon, pour ne citer qu’eux, s’accommodent fort bien de cette chape de plomb qui étouffe la délibération démocratique et tétanise l’action publique dans notre pays. Il n’y a qu’à les écouter ! Que ce soit au plan économique, diplomatique ou stratégique, ce vieux pays qu’est la France serait condamné à suivre les vents dominants. Il n’aurait qu’à descendre la pente de cette merveilleuse mondialisation qui rapproche les peuples et répand ses bienfaits, notre nation se laissant glisser dans l’indifférenciation à laquelle la convie le modèle européen, comme si cette libéralisation à marche forcée était une nécessité historique.
Pour la caste nourrie au lait maastrichtien, l’appartenance à l’Union européenne est à la fois providentielle et irréversible. M. Hamon est sans doute plus fédéraliste que M. Fillon, et M. Macron davantage encore, mais cette différence est négligeable. Dans une belle unanimité, les trois larrons de l’eurobéatitude chantent les louanges de la supranationalité et communient dans le dogme de la libre concurrence. L’euro est responsable du déclin industriel français, mais peu importe. Ils s’obstinent à y voir un atout dans la compétition économique mondiale. Jamais à court d’une idée saugrenue, M. Hamon croit tellement à ses vertus qu’il veut doter l’Europe d’un nouveau machin qu’il a baptisé “parlement de la zone euro”. Comme la supranationalité est un fiasco, on vous la ressert au carré en guise de remède ! Une chose est sûre : pièce maîtresse de la mondialisation capitaliste, “l’union économique et monétaire” instituée par le funeste traité de Maastricht continuera de sévir si l’un de ces trois candidats l’emporte le 7 mai.
Rien d’étonnant, donc, si pour nos pieds nickelés l’appartenance de la France à l’OTAN est aussi un article de foi qu’ils ne songent même pas à interroger. Le dogme atlantiste est si profondément enraciné, du PS aux « Républicains », que la pérennité de cette alliance militaire va de soi, comme s’il était vital pour la France de servir les ambitions de Washington. Les velléités d’indépendance de M. Fillon, sur ce plan, furent de courte durée. D’abord favorable au dialogue avec Moscou, il a mis de l’eau dans son vin au moment où l’administration Trump a viré de bord dans la foulée de la démission de Michael Flynn, conseiller à la sécurité nationale contraint de quitter ses fonctions en raison de ses accointances moscovites. On croyait que pour M. Fillon, il fallait dialoguer avec la Russie pour rééquilibrer notre diplomatie, mais il vient de déclarer que la Russie est un “pays dangereux”. Même revirement sur la Syrie. Après avoir condamné le soutien apporté par la France aux islamistes armés, il dénonce en Bachar Al-Assad un menteur invétéré et un dictateur abominable. Comprenne qui pourra. Plus atlantiste que l’alliance atlantique elle-même, M. Macron, lui, n’a pas cette subtilité. Adorateur d’une Amérique imaginaire, il s’est payé le luxe de faire la leçon au nouveau président américain, lui reprochant de brader les valeurs libérales (entendez, le libre-échangisme cher à l’oligarchie) qui constitueraient le patrimoine commun de la France et des Etats-Unis depuis La Fayette.
Ce sera donc du côté des autres candidats, et non de cette troïka, que l’on pourra entendre un discours sur la souveraineté qui ne se résume pas à son abandon en rase campagne. C’est notamment le cas avec Marine Le Pen, dont la présence au second tour est prophétisée par des instituts de sondage dont nous ne doutons pas qu’ils sauront capter avec finesse le moindre frémissement de l’opinion avec leur efficacité coutumière. Si jamais elle est élue, Mme Le Pen entend renégocier les traités européens. En cas d’échec de ces négociations (ce qui est plus que probable), la nouvelle présidente organisera dans les six mois un référendum sur la sortie de l’UE. De même, en politique étrangère, la candidate du FN a toujours dénoncé l’alignement de Paris sur l’agenda américain, que ce soit en Syrie ou en Ukraine, et elle plaide avec ferveur, à juste titre, pour une reprise du dialogue avec Moscou.
La classe politique euro-boboïsée ayant laissé au FN le monopole du discours sur la souveraineté, il n’est pas surprenant que ce parti ait occupé l’espace qu’on lui abandonnait si généreusement. Mais de quelle souveraineté s’agit-il ? Contrairement à ce que croient certains, Marine Le Pen ne veut pas rompre avec l’alliance atlantique. A la différence de MM. Mélenchon et Asselineau, elle prévoit le retrait de la France du commandement intégré, et non la sortie pure et simple de l’OTAN. A ses yeux, la France fait partie d’un monde occidental dont il faut préserver à tout prix l’identité menacée. Peut-être l’élection de Donald Trump a-t-elle convaincu Mme Le Pen, en outre, que la France devait rester l’alliée des Etats-Unis. Renouant avec la tradition atlantiste de l’extrême-droite européenne, le FN demeure prisonnier de son occidentalisme.
Son attitude pro-israélienne en fournit aussi l’illustration. Lorsque la résistance palestinienne réplique à l’envahisseur sioniste, le FN ne se prive jamais de dénoncer le “terrorisme”. Dans une interview accordée à “Haaretz” en avril 2002, Jean-Marie Le Pen avait exprimé son admiration pour Ariel Sharon, louant son efficacité dans la lutte contre les organisations palestiniennes. Répondant en expert israélien à cet expert français des guerres coloniales, Ariel Sharon avait déclaré à son tour que si on lui avait confié, à lui, la direction de l’armée française, il aurait “gagné la guerre d’Algérie”. Bref, si le FN était sincèrement attaché à l’auto-détermination des nations, il soutiendrait le peuple palestinien. Manifestement, ce n’est pas le cas.
De même, son islamophobie (qui n’a rien à voir avec la lutte, parfaitement légitime, contre l’islamisme radical) vise à désigner un bouc-émissaire. Mais elle sert aussi la thèse du “choc des civilisations”. Elle érige la différence culturelle en frontière infranchissable, comme si la souveraineté était celle d’un peuple français dont le FN détiendrait le code génétique. C’est la limite du discours identitaire, qui suppose la définition a priori d’une identité nationale dont on a envie de demander : qui a déposé le brevet ? C’est pourquoi le nationalisme identitaire divise au lieu de rassembler. La souveraineté n’appartient à personne, elle est construite et non reçue. “Est Français celui qui le veut”, disait de Gaulle. Le malheur de l’extrême-droite, c’est qu’elle a une longue histoire et que tout le monde n’est pas amnésique. Ce parti fut le seul à défendre obstinément le régime d’apartheid sud-africain, ne l’oublions pas. Il a peut-être changé, mais son héritage colonialiste lui colle aux semelles.
Loin de ces confusions délétères, le programme de la “France insoumise” se réclame, lui, d’un “indépendantisme français” qui renoue avec les meilleures traditions de la gauche populaire, celle de 93, de la Commune et de la Résistance. “L’Europe, on la change ou on la quitte”, a déclaré M. Mélenchon. Il veut renégocier les traités européens (plan A). En cas d’échec, la France “désobéira aux traités” et refondera l’Europe avec les pays qui partagent ses priorités (plan B). Ce scénario alternatif présente un avantage et un inconvénient. L’avantage, c’est qu’il signifie clairement le refus de l’Europe des banquiers. L’inconvénient, c’est qu’il élude la question de la sortie de l’UE. Ce n’est pas pour rien que les dogmes libéraux sont inscrits dans le marbre des traités européens. Ils sont la raison d’être de l’Union, et pour les jeter aux orties, il faudra sortir de l’UE. On ne peut restaurer la souveraineté qu’en rompant avec une institution dont la fonction est de soustraire l’économie à la délibération démocratique. Si M. Mélenchon est élu, de toutes façons, la “force des choses”, comme disait Saint-Just, imposera cette rupture malgré la frilosité de ses amis.
Pour restaurer la souveraineté nationale, le candidat propose aussi aux Français de dire adieu à l’OTAN, cette machine de guerre mise au service d’une Amérique d’autant plus agressive que plane sur sa tête l’ombre menaçante de son déclin. Pour la “France insoumise”, le choix est clair. Quitter l’OTAN, ce n’est pas seulement quitter le commandement intégré, mais l’alliance atlantique elle-même. Consommer cette rupture, c’est mettre fin à l’alignement de la France, se donner les moyens d’une diplomatie planétaire, faire entendre une voix indépendante sur la scène mondiale. Le dialogue avec la Russie, la refonte de nos relations avec l’Afrique, la reconnaissance de la Palestine, la révision de notre politique en Syrie, enfin, seront à l’ordre du jour. Aucune force politique n’est exempte d’insuffisances, mais l’ambition dont témoigne “l’indépendantisme français” est de bon augure.
La question de la souveraineté n’est pas une question accessoire. C’est la question essentielle. Lorsqu’une nation n’est pas souveraine, le peuple qui l’incarne ne l’est pas, et un peuple qui n’est pas souverain est à la merci des puissants. Restaurer cette souveraineté et rendre la parole au peuple, c’est la même chose. Il reste vingt jours, désormais, pour remettre cette question au centre des débats, vingt jours pour faire de la souveraineté autre chose qu’un fantôme, vingt jours pour mettre en lumière la différence entre ceux qui s’accommodent de la dépossession du peuple français, ceux qui se croient patriotes parce qu’ils désignent des bouc-émissaires, et ceux qui veulent faire de la souveraineté restaurée la cinglante défaite de l’oligarchie.
(Ce texte est la version modifiée d’une chronique parue dans le numéro d’avril 2017 d’”Afrique-Asie”).
oumma.com
###################################
####### Aujourd’hui en Palestine #######
####################################

Aujourd’hui en Palestine, Voici les principaux titres du site d’information, C P I, Centre Palestinien D’Information.
.
Des groupes de colons extrémistes ont agressé, le samedi soir, les citoyens de la ville de Hawara et le village de Burin, au sud de Naplouse, au nord de la Cisjordanie occupée.
.
Jérusalem: Trois israéliens blessés dont un soldat et l’assaillant ciblé
.
L’occupation empêche les agriculteurs de rejoindre leurs terres au sud de Naplouse
.
Inauguration d’un monument pour les prisonniers à Gaza
.
Le Centre du retour discute de la cause des réfugiés palestiniens avec le député britannique Bossi
.
Un nouveau projet sioniste pour la colonie Ma’ale Adumim
.
Rassemblement au village d’Umm Hiran
.
L’occupation attaque la maison du prisonnier Shreim à Jénine
.
Plan colonial pour saisir des dizaines d’acres à l’ouest de Salfit
.
Khalil al-Hayya: Aucune alternative à la terre de la Palestine pour notre peuple
.
Les drones israéliens ne quittent pas l’espace aérien de Gaza
.
L’occupation empêche les agriculteurs d’Ourif de cultiver leurs terres
.
Un Palestinien arrêté à Hébron et un soldat israélien blessé à Ramallah
.
Na’lin: Un Palestinien arrêté après avoir été blessé par les balles de l’occupation
.
L’occupation prend d’assaut la maison de l’ex-détenu Hamarsheh à Yabad
.
Quatre Palestiniens blessés lors de la marche pacifique de Kafr Qadum
.
Retrouvez l’intégralité de tout ces articles sur http:// french pal info.com
.

Le Centre Palestinien D'Information

Flash info du 17 Joumada At-Thani 1438.

Flash info du 17 Joumada At-Thani 1438.
Ecouter le coran, des hadith, des conférences, des annonces divers, des anashids (sans musique), et bien d’autres choses, en direct sur MouslimRadio :
www.MouslimRadio.info
******************************************************************


Santé : Médecine Prophétique : traiter les douleurs par le Saint Coran et les invocations.
La douleur physique et la maladie nous touchent tous, de manière plus ou moins importante. Petits et grands sommes confrontés à différentes douleurs, à des maux divers et à des maladies variées. Hormis la médecine moderne, la médecine prophétique et populaire permet de nous soulager et de parvenir à la guérison. Nous nous intéressons dans une série de rappels à la guérison par la Sunna et le Saint Coran.
Invoquer Allah le Guérisseur de nos maux.
La première chose à faire lorsque nous ressentons un mal physique, quel qu’il soit, c’est de chercher secours et guérison auprès d’Allah. Lui seul nous entend, entend notre peine et a le pouvoir de la soulager. Le Prophète (‘alayhi salat wa salam) a dit : « Demandez à Allah le pardon, la bonne santé et la guérison. Après la foi, il n’y a pas de bien meilleure que la guérison » (An Nassai). La guérison est un bien en soi comme la santé est un bienfait que l’on ne mesure pas assez sobhanAllah. Le fait de chercher guérison après d’Allah nous permettra de nous soulager de nos maux mais également de nous rapprocher de Lui car nous L’invoquons.
L’invocation d’Allah doit être faite avec crainte et espoir. Nous devons craindre notre Seigneur, nous soumettre à Lui et à Sa volonté. Mais nous devons également fonder un espoir infini en Lui et en Sa Puissance. Rappelons que l’imam Ahmed a rapporté que le Messager d’Allah (‘alayhi salat wa salam) a dit : « Allah n’a pas fait descendre une maladie sans lui destiner un remède, certains le connaissent, d’autres l’ignorent ». Cela signifie que nous pouvons accéder à la guérison, en recherchant dans les plantes et remèdes qu’Allah et Son Messager (‘alayhi salat wa salam) ont mentionnés mais également en invoquant sincèrement Allah de nous soulager.
L’importance de l’invocation sincère et le bienfait qu’en tire le musulman n’est plus à prouver. Le Prophète (‘alayhi salat wa salam) nous a invité à invoquer Allah lorsqu’il a dit : « L’invocation est utile pour ce qui est et pour ce qui n’est pas encore. Serviteurs d’Allah ! Je vous exhorte à l’invocation » (Al Hakim). Nous pouvons et devons donc invoquer Allah pour le mal qui nous touche à l’instant présent mais également pour la préservation des maladies qui pourront nous toucher à l’avenir.
Savoir que la douleur est une expiation de péchés.
Chers frères et soeurs, bien que la maladie et la douleur soient des épreuves, il faut prendre de manière positive ces maux qui nous atteignent. En effet, il faut garder à l’esprit qu’il s’agit d’épreuves que notre Seigneur nous soumet afin de nous faire gagner en patience et en endurance et ainsi nous rapprocher de Lui.
Il nous faut voir la douleur comme un bienfait, au delà des gênes qu’elle suscite au quotidien. Être éprouvé c’est être aimé par le Créateur des Cieux et de la Terre et il n’existe d’amour plus parfait que le Sien. Le Prophète (‘alayhi salat wa salam) nous a expliqué quant au mal qui peut nous toucher : « Aucun mal n’atteint le musulman, que ce soit une fatigue, une douleur chronique, une mélancolie, une tristesse ou même s’il s’agit d’une simple piqûre d’épine, sans qu’Allah n’en fasse une expiation de ses péchés » (Al Boukhari et Muslim).
Ainsi, la douleur doit être perçue comme un bienfait, un moyen de nous faire pardonner nos péchés. En effet, voyez lorsque nous sommes éprouvés, malades, affaiblis, nous nous éloignons des tentations, des péchés et de la désobéissance. Nous nous rapprochons d’Allah lui demandant la délivrance et la guérison. Cela nous prouve que la douleur est finalement une véritable expiation de péchés.
Traiter la douleur par le Saint Coran et les invocations.
La récitation de sourate al Fatiha est un bienfait pour le corps et l’âme. Cela apaise les douleurs, dissipe les mauvaises pensées et rapproche d’Allah. Les sourates al Ikhlass, al Falaq et An Nass sont également un remède comme cela a été rapporté par ‘Aisha (qu’Allah l’agrée) : « Quand un membre de sa famille tombait malade, le Messager d’Allah (‘alayhi salat wa salam), lui faisait des insufflations en récitant les sourates de la recherche de la protection divine (al Falaq et an Nass). Au cours de la maladie à laquelle il succomba, je lui faisais moi-même des insufflations, en lui passant ses mains propres sur son corps. Puisque ses mains ont plus de bénédiction que les miennes » (Muslim). La pratique de cette Sunna revêt de nombreux bienfaits sobhanAllah. Appliquons nous à la suivre et à la pratiquer sur nos enfants, nos parents, nos proches affaiblis inchaAllah.
Hormis les sourates citées précédemment,les invocations permettent également d’apaiser la douleur. Il s’agit là de Sunna, d’invocations rapportées authentiquement et dont nous poussions tirer tant de bienfaits sobhanAllah. En effet, le Messager d’Allah (‘alayhi salat wa salam) a lui même enjoint à la récitation de ces invocations. Il a conseillé à ‘Uthman ibn Abi al ‘aas qui se plaignit auprès de lui d’une douleur qu’il ressentait : « Pose ta main sur l’endroit où tu ressens la douleur et récite : au nom d’Allah 3 fois, je cherche protection auprès de la puissance d’Allah contre ce que je ressens et me prémunis » (Muslim).
Dans les Sahihaine, il est raconté que le Prophète (‘alayhi salat wa salam) passait sa main droite sur ses proches qui souffraient d’un mal en disant : « Dissipe le mal, ô Seigneur des hommes, guéris car Tu es le Guérisseur ; il n’y a d’autre guérison que celle que Tu opères, c’est la guérison qui ne laisse pas la moindre maladie ». Le Messager d’Allah (‘alayhi salat wa salam) usait avant tout remède de l’invocation. Une invocation sincère et profonde est donc un véritable bienfait dont nous devrions nous servir autant que possible, d’autant plus qu’il s’agit de faire revivre une Sunna.
L’ange Jibril (‘alayhi salam) prononçait également une invocation : « Au nom d’Allah, qu’Il te soulage et te guérisse, du mal de l’envieux et du mal provenant du mauvais œil » (Muslim). Toutes ces invocations rapportées dans les ahadiths représentent un apaisement, du fait qu’elles soient entendues par l’Audient et l’Omniscient mais également du fait qu’elles aient été pratiquées par le meilleur des hommes (‘alayhi salat wa salam), ses compagnons et ses épouses (qu’Allah les agrée tous).
Qu’Allah nous pardonne nos péchés par le biais des maux qui nous atteignent au quotidien. Qu’Il fasse de nos maladies un moyen de L’invoquer, de nous rapprocher de Lui et du bien.

AJIB.FR
***

Le supplices de la tombe.
Le musulman a le devoir de croire au supplices de la tombe pour le mécréant et certains musulmans désobéissants. Le supplice de la tombe est une vérité que le croyant ne doit pas nier.
« Et quiconque se détourne de Mon Rappel, mènera certes, une vie pleine de gêne, et le Jour de la Résurrection Nous l’amènerons aveugle au rassemblement » [Sourate 20 – Verset 124].
Les Anges Mounkar et Nakir poseront une question au mort dans sa tombe: « L’homme, à peine déposé dans sa tombe, alors que les siens viennent de le quitter, et qu’il entend résonner le bruit de leurs pas, voit deux Anges se présenter à lui, le faire asseoir et lui poser la question suivante : – Que disais-tu de cet homme (appelé) Muhammad? (…) » [Hadith rapporté par Al-Boukhari].
Et selon la réponse qu’il donnera, sa tombe lui sera un jardin du Paradis (en terme de jouissance) ou un antre de l’Enfer (châtiment). A ce moment là, le mécréant, dont l’hypocrite (celui qui dit les deux témoignages par la langue alors qu’il déteste l’Islam ou doute de sa véracité), tout paniqué et terrorisé laissera échapper : « Je ne sais pas… je répétais ce que les gens disaient! Sur ce, les Anges lui objecteront : – En fait, nous savions ce que tu disais (de ton vivant) . Tu n’as donc rien su de la vérité et tu ne l’as pas suivie! »
Allah (soubhanou wa ta’ala) nous dit explique dans le Coran le comportement des mécréants face à la découverte du châtiment: « Et dis: « Seigneur, je cherche Ta protection, contre les incitations des diables et je cherche Ta protection, Seigneur, contre leur présence auprès de moi »…Puis, lorsque la mort vient à l’un d’eux, il dit: « Mon Seigneur! Fais-moi revenir (sur terre), afin que je fasse du bien dans ce que je délaissais». Non, c’est simplement une parole qu’il dit. Derrière eux, cependant, il y a une barrière, jusqu’au jour où ils seront ressuscités » ». [Sourate – Versets 97 à 100].
Plusieurs supplices attendent celui qui s’est détourné d’Allah (soubhanou wa ta’ala). Le supplice le plus douloureux est celui de la pression de la tombe. Les parois des deux côtés de la tombe vont se rapprocher au point que les côtes du supplicié vont s’entrecroiser. Les côtes du côté droit vont croiser ses côtes du côté gauche.
Une douleur plus terrible que la fracture d’une main ou l’entrecroisement des côtes, attend le mécréant. Il n’y a pas que la peur de la solitude ou l’obscurité que doit craindre l’être humain. En effet, les deux anges auront « un marteau de fer avec lequel ils asséneront un violent coup entre les oreilles (au-dessus de la nuque) qui lui fera pousser un hurlement qu’entendront tous ceux qui l’entourent, à l’exclusion des Jinn et des humains.
Une montagne s’effondrera sous l’effet d’un tel coup, mais Allah (soubhanou wa ta’ala) maintiendra le mécréant conscient pour qu’il endure cette terrible souffrance. Alors, la Terre recevra l’ordre de le compresser jusqu’à ce que ses côtes s’entrecroisent. Il connaîtra l’angoisse de la solitude et de l’obscurité la plus totale; des serpents, des scorpions et d’autres bêtes terrifiantes l’assailliront de toute part. Lorsque son corps se sera désintégré, son âme descendra à « Sijjin », un lieu de châtiments atroces dans la septième Terre. Il ne cessera de subir ainsi des châtiments puis après la résurrection et le Jugement Dernier, il sera précipité, corps et âme, dans l’Enfer pour y demeurer éternellement. » (Al-Hakim Dans son recueil de hadith « Al-Moustadrak »).
« le Feu, auquel ils sont exposés matin et soir(10). Et le jour où l’Heure arrivera (il sera dit): « Faites entrer les gens de Pharaon au plus dur du châtiment » » [Sourate 40 – Verset 46].
«Il dit: « Descendez d’ici, (Adam et Eve), [Vous serez] tous (avec vos descendants) ennemis les uns des autres. Puis, si jamais un guide vous vient de Ma part, quiconque suit Mon guide ne s’égarera ni ne sera malheureux. Et quiconque se détourne de Mon Rappel, mènera certes, une vie pleine de gêne, et le Jour de la Résurrection Nous l’amènerons aveugle au rassemblement » ». [Sourate 20 – Versets 123 et 124].
Dans le Sahîh de Mouslim, d’après Abôu Hourayrah, il a dit : « le Messager d’Allah (sallAllahou ‘alayhi wa salam) a dit : Demandez à Allah de vous préserver de Son châtiment ; demandez à Allah de vous préserver du supplice de la tombe ; demandez à Allah de vous préserver de la dissension que va entraîner le faux-messie ; demandez à Allah de vous préserver des dissensions provoquées par la vie et la mort ».
A l’image des paroles véridiques du Prophète Muhammad (sallAllahou ‘alayhi wa salam), le musulman doit demander à Allah (soubhanou wa ta’ala) de l’écarter du châtiment de la supplication grâce aux invocations. Pour se prémunir du terrible châtiment, il est primordial que le croyant puisse attester de la Shahada (témoignage de Foi): « Ašhadu an lâ ilâha illa-llâh, wa-ašhadu anna muḥammadan rasûlu-llâh » pouvant se traduire par: «J’atteste qu’il n’y a de divinité digne d’adoration qu’Allah et j’atteste que Muhammad est le messager d’Allah».
Boukhari a rapporté d’après Al Baraa Ibn Azeb que le Messager d’Allah (sallAllahou ‘alayhi wa salam) a dit : « Lorsque le Musulman sera interrogé dans sa tombe, il témoignera qu’il n’y a point de divinité en dehors d’Allah et que Mohammed est le Messager d’Allah. »
Ceci s’atteste par la parole d’Allah : « Allah affermit les croyants par une parole ferme, dans la vie présente et dans l’au-delà. Tandis qu’Il égare les injustes. Et Allah fait ce qu’Il veut. » [Sourate 14 – Verset 27].

AJIB.FR
***

France : La bergère mise en prison, sa fille braquée, la traque islamophobe continue …
A Corneilla la rivière, un berger et une bergère musulmane vivent le calvaire.
Traqués et agressés par des islamophobes, ils ont été agressés physiquement. La justice au lieu de les protéger leur a interdit l’accès à leur bergerie. Leur agresseur peut lui circuler sereinement.
Une centaine de brebis sont mortes du fait de cet acharnement islamophobe. La fermière qui a tenté de sauver ses derniers moutons dimanche a été violemment appréhendée par la police avec sa petite fille de 13 ans …
Elle dort encore aujourd’hui en prison pour avoir essayé de nourrir ses bêtes et nourrir par la même ses enfants.
Comment croire un instant que celle-ci pourrait constituer une menace ?
Comment interpréter cet acharnement de la police, de la mairie et de la justice qui par leurs décisions iniques font tout pour que le troupeau meurt ?
Il y a bien islamophobie et tentative délibérée de chasser un couple trop visiblement musulman pour des islamophobes qui ne reculent plus devant rien.
Vous pouvez aider cette famille, surtout si vous habitez la région, votre mobilisation est indispensable !
islametinfo.fr
***
Erdogan menace l’Allemagne : « Nous allons vous humilier devant le Monde ! ».
Les relations entre l’Allemagne et la Turquie continuent de se dégrader quelques jours après que l’avion du Ministre des Affaires Etrangères Turques n’est pas pu atterrir aux Pays-Bas. Recep Erdogan continue de critiquer les démocraties occidentales les accusant d’empêcher des rassemblements politiques.
A l’heure actuelle, seule la France n’a pas interdit les meetings des proches du président turc en Europe. Plusieurs pays du nord de l’Europe ont déjà annoncé qu’ils empêcheront également toute sortie politique des représentants de l’AKP.
Reportage vidéo à voir sur www.mouslimradio.info.
w w w . m o u s l i m r a d i o . i n f o .

islametinfo.fr
***

Institutions, médias et personnalités victimes d’un piratage massif pro-Erdogan sur Twitter.
Grosse panique sur Twitter au matin du mercredi 15 mars. Plusieurs comptes certifiés ou anonymes français (ceux de l’émission Envoyé Spécial, du ministère de l’Economie, de l’Académie de Rennes, d’Alain Juppé…) et internationaux (BBC, Forbes, Unicef USA, la marque Nike en Espagne, le Parlement européen…) ont été victimes d’un vaste opération de piratage sur le réseau social.
Sur chacun d’entre eux, un Tweet commençant par une croix gammée et un message écrit en turc disait : « #Allemagne nazie #Pays-Bas nazis. Voici une petite claque ottomane pour vous. #Rendez-vous le 16 avril. Vous voulez savoir ce que j’ai écrit ? Apprenez le turc. » Un drapeau de la Turquie en bannière apparaissait sur la plupart des comptes. Le message était accompagné d’un lien vers une vidéo Youtube de quatre minutes montrant des interventions du président Recep Tayyip Erdogan.
La page YouTube renvoie également vers un compte Twitter enregistré au même nom, un certain « Sebomubu ». Ce même utilisateur aurait revendiqué implicitement son piratage selon Le Parisien en postant ce message : « Je ne peux pas présenter mes excuses à tout le monde pour la gêne temporaire et permanente que j’ai créée. » Interpellé par un internaute, il lui aurait répondu avoir « fait ce qu’il fallait faire ».
« Sebomubu » aurait posté sur son compte des poèmes d’un auteur turc décédé, Necip Fazil Kisakürek connu pour ses textes favorables à l’islamisme turc. Son compte Twitter a été suspendu depuis.
Qui est à l’origine de cette cyberattaque ? « Nous sommes conscients de problèmes ce matin touchant de nombreux comptes. (…) Nous avons localisé la source rapidement qui est limitée à une application tierce », a indiqué un porte-parole de Twitter à l’AFP.
En effet, l’application Twitter Counter, installée au Pays-Bas, confirme le piratage de son service et le lancement d’une enquête en interne. Cet outil indépendant et payant permet aux utilisateurs de mesurer la popularité de leurs tweets.
Pour cela, ils doivent transmettre certaines données à l’application. C’est ainsi que le piratage a été rendu possible pour de nombreux comptes. Cependant, la société a assuré que les mots de passe n’avaient pas été compromis, ni les informations bancaires. Un appel à supprimer les autorisations données à Twitter Countera tout de même circulé, de même que celui à changer de mots de passe pour parer à une nouvelle offensive.
Ce piratage intervient dans un contexte très tendu entre la Turquie et l’Europe après le refus de plusieurs pays d’assurer des meetings électoraux en vue du référendum le 16 avril prochain.
saphirnews.com
***

Allemagne : le gouvernement réclame des mosquées indépendantes de la Turquie.
La crise diplomatique entre la Turquie et l’Allemagne n’est pas prête de s’apaiser. Le ministre allemand de l’Intérieur Thomas de Maizière a déclaré, mardi 14 mars, son souhait de mettre en place « des mesures concrètes pour garantir de manière claire et transparente l’autonomie et l’indépendance de l’association nationale Ditib et de ses représentations dans les Länder », lors d’une réunion avec la Conférence islamique allemande.
Une demande assez ambitieuse compte-tenu du fait que la Ditib, la plus grande fédération de mosquées d’Allemagne, est une émanation du Diyanet, organisme de l’Etat turc en charge de la gestion des affaires religieuses. La déclaration du ministre de l’Intérieur intervient après la découverte de cas d’espionnages d’opposants turcs pour le compte d’Ankara. En janvier dernier, le parquet fédéral allemand a diligenté une enquête pour tirer au clair cette affaire.
Les services de renseignement intérieur allemand ont signalé une hausse des activités d’espionnages turcs en Allemagne. La Diyanet a rejeté toute implication dans l’affaire des espionnages. Ces signalements prennent d’autant plus d’intensité à mesure que se rapproche le référendum du 16 avril visant à renforcer ou non les pouvoirs du président Recep Tayyip Erdogan. Comme les Pays-Bas, l’Allemagne a refusé aux membres du gouvernement turc de se rendre sur son sol pour y mener campagne en faveur du oui.
saphirnews.com
***

Discriminations à l’embauche : les bonnets d’âne remis à Courtepaille et AccorHotels.
Le ministère du Travail s’est décidé à désigner nommément deux mauvais élèves pour discriminations à l’embauche en France. Lors de la conférence « Halte aux discriminations selon les origines » co-organisée par le ministère, l’Association française des managers de la diversité (AFMD) et Les entreprises pour la cité (LEPC) mardi 14 mars, Myriam El Khomri a pointé du doigt les groupes Courtepaille et AccorHotels, jugeant qu’ils présentaient « un risque élevé de discriminations » à l’embauche.
Le groupe hôtelier et de restauration faisait partie des 40 entreprises de plus de 1 000 salariés ciblées par la campagne de « testings » menée entre avril et juillet 2016 par le ministère du Travail.
Le ministère a annoncé avoir reçu une à une les entreprises ciblées et a demandé aux 12 mauvais élèves de présenter un plan d’action pour y remédier. Le cabinet Vigeo Eiris a passé au peigne fin les dispositifs et méthodes mis en place par les entreprises concernées. Celles apportées par Courtepaille et AccorHotels n’ont pas été jugée satisfaisantes, poussant la ministre du travail Myriam El Khomri à rendre public leur identité, lesquelles avaient été gardé secrètes le temps de leur laisser la possibilité de mettre en place un plan d’action.
Cette décision de porter « le cas de ces deux entreprises est porté à l’attention du Défenseur des droits ». « Si dans les jours ou les semaines qui viennent, ces entreprises produisent des éléments nouveaux attestant d’un changement de comportement, je le ferai savoir publiquement. Il n’est jamais trop tard pour améliorer les choses et ma porte reste ouverte », a-t-elle ajouté.
Courtepaille et AccorHotels ont été surpris par cette annonce. Le groupe AccorHotels a souligné auprès de l’AFP que près de 122 nationalités étaient présentes dans ses quelque « 1 635 hôtels en France » et que les résultats de ce testing ne reflètent pas la réalité puisqu’il aurait été réalisé sur 38 de ses hôtels. Courtepaille, quant à lui, s’est dit « surpris d’être cité de cette manière dans ce rapport car ils ont été présentés en novembre comme « bon élève » pour le très bon travail de recrutements et de non-discrimination, notamment au sein du siège ».
saphirnews.com
***

Alain Soral condamné à trois mois de prison pour un dessin négationniste.
Le tribunal correctionnel de Paris a condamné, mardi 14 mars, l’essayiste Alain Soral à trois mois de prison ferme pour contestation de crime contre l’humanité et injure raciale. Une première pour cet homme pourtant habitué aux attaques judiciaires.
La Ligue contre le racisme et l’antisémitisme (Licra) et l’Union des étudiants juifs de France (UEJF) avaient porté plainte suite à la diffusion sur le site Egalité et réconciliation d’un dessin titré « Chutzpah Hebdo ». La caricature détournait la Une de Charlie Hebdo publié au lendemain des attentats du 22 mars à Bruxelles intitulée « Papa où t’es ? », rebaptisée pour l’occasion « Shoah où t’es ? ».
Selon la justice, le dessin et sa mention « historiens déboussolés » « traduisent qu’il serait légitime de s’interroger sur l’existence de la Shoah » et « reflète et insinue chez le lecteur que l’idée que la Shoah serait non une réalité indiscutable mais une fabrication de l’esprit ».
« C’est la première fois qu’Alain Soral est condamné à une peine de prison ferme », se félicite l’UEJF qui attends désormais « que la justice ferme le site Egalité et Réconciliation, organe de propagande antisémite, négationniste et homophobe d’Alain Soral qui fait partie des sites internet les plus consultés en France ».
Dans la même journée, Alain Soral a été condamné à une amende pénale de 2 000 euros par le tribunal correctionnel de Marseille pour diffamation d’un blogueur mieux connu sous le pseudo « Le Libre penseur ». « On ne l’entend plus le dentiste obèse. Il n’appelle plus au jihad anti-gaulois. C’est pourtant sa ligne depuis des mois», avait écrit le polémiste sur sa page Facebook.
« La condamnation d’Alain Soral s’inscrit dans une longue série de condamnations », rappelle la Délégation interministérielle à la lutte le racisme et l’antisémitisme et la haine anti-LGBT (DILCRAH). Il avait été condamné en juin 2016 à six mois de prison avec sursis pour « apologie de crimes de guerre et contre l’humanité » pour des propos visant les époux Klarsfeld. « Voilà ce qui arrive quand on ne finit pas le boulot ! », avait-il posté sur Facebook avec article informat d’une décoration au mérite pour les Klarsfeld.
saphirnews.com
***

Le destin tragique du jeune Abdulrahman bouleverse l’Egypte.
Enfant des rues, jeté dehors du jour au lendemain, avec son frère, par un père indigne qui s’est débarrassé de sa progéniture pour complaire à sa seconde épouse, l’histoire déchirante du petit Abdulrahman dont la douloureuse errance, en plein cœur du Caire, a trouvé un certain apaisement grâce à la compagnie de chiens errants, a brisé le cœur de nombreux Egyptiens.
Abandonné de tous, sans nouvelles de son frère et livré à lui-même dans la jungle de l’espace public, où il a été roué de coups et volé à plusieurs reprises, notamment par une femme qui lui avait loué un taudis, le jeune garçon, sans famille et sans toit, tente de survivre depuis trois ans dans l’indifférence générale.
Il aura fallu qu’un reporter de VideoYoum7 braque l’objectif de sa caméra sur son destin tragique pour susciter enfin une forte onde de choc émotionnel, d’abord sur les réseaux sociaux, puis dans le monde réel, jusqu’au sommet du pouvoir égyptien qui s’est engagé à mettre un terme à son calvaire et à lui prodiguer les meilleurs soins dans un institut spécialisé pour enfants orphelins et sans-abri.
« Je ne vois plus ma mère qu’en rêve, je ne l’ai pas revue depuis très longtemps, quand j’étais très jeune », a confié Abdulrahman à la journaliste qui l’interviewait sur le trottoir. Rien n’aura été épargné à ce petit égyptien, si vulnérable et courageux à la fois, dont l’esprit est constamment tourmenté par l’absence cruelle de sa maman et de son frère. Il ignore ce qu’ils sont tous deux devenus.
« J’ai loué une petite chambre à une femme appelée Shaimaa quand j’ai commencé à vivre dans la rue. Je vends des papiers tissus et je lave les voitures pour gagner ma vie. Mais après avoir économisé une petite somme, elle m’a volé mon argent et m’a expulsé », raconte-t-il, le cœur gros.
Après des mois de solitude, de déshérence, de souffrances affectives et physiques, Abdelrahman, poussé par la force du désespoir, est venu à bout de bien des dangers, a déjoué bien des pièges tendus par des adultes sans cœur et sans scrupules, entouré de sa nouvelle famille d’adoption, débordante d’amour et d’une fidélité sans faille : cinq chiens errants qui ne quittent plus leur petit protégé depuis que leur route de vagabondage a croisé la sienne.
« Je suis plus heureux avec des chiens, ils sont de meilleure compagnie que la plupart des humains. Les hommes ne veulent que l’argent, et rien d’autre. Je me suis détourné des gens qui me disaient de rester loin d’eux », a-t-il souligné, en indiquant ne plus rien attendre de ses parents proches, cousins, oncles et tantes, qui l’ont totalement rejeté depuis qu’il est dans la rue.
« Chaque jour, quand je prends le petit déjeuner, j’essaie d’obtenir de la nourriture pour les chiens, et si quelqu’un me donne du poulet frit, je donne les bonnes parties aux chiens et pas seulement les restes », précise-t-il devant la caméra non sans émotion, ajoutant : « Souvent, quand je me sens fatigué, je m’assois et les chiens sont gentils avec moi. Ils me font la fête ou dansent avec moi ».
Le récit poignant de l’enfance sacrifiée, oubliée et d’autant plus dramatique du petit Abdulrahman, a bouleversé plus de 800 000 téléspectateurs égyptiens, déclenchant une profonde prise de conscience et un grand élan de solidarité à l’échelle nationale.
Reportage vidéo à voir sur www.mouslimradio.info.
w w w . m o u s l i m r a d i o . i n f o .

oumma.com
***

La première boxeuse d’Arabie saoudite a ouvert une salle de sport à Jeddah.
Dans la salle de sport qu’elle a ouverte à Jeddah, sur les rives de la mer rouge, Hala al-Hamrani, la première boxeuse du royaume saoudien, tape sur son punching-ball avec une ardeur intacte, chacun de ses crochets du droit envoyant valser l’archaïsme du wahhabisme mais aussi les stéréotypes négatifs d’où qu’ils viennent, qui tendent à déshumaniser ses concitoyennes.
Cette athlète chevronnée, ayant l’âme d’une guerrière des rings, n’a jamais raccroché ses gants depuis l’âge de 12 ans, quand elle s’est découvert une vraie passion pour les arts martiaux en général, et la boxe thaï en particulier, que les tabous pesants et les obstacles indépassables n’ont jamais émoussée à l’épreuve du temps.
La jeune adolescente d’hier qui était fascinée par le Ju-jitsu, l’art de la souplesse typiquement japonais, rêvant de tatamis et de samouraïs au point de décrocher une ceinture noire de la discipline, s’essaya aussi avec talent au kick-boxing et au karaté, avant de trouver son sport de prédilection et d’en maîtriser la technique, au terme de 10 années de formation intensive à San Diego, aux Etats-Unis.
Née à Jeddah où elle a fait son grand retour, auréolée de son diplôme en relations internationales et de sa certification d’entraîneur de boxe, Hala al-Hamrani, devenue épouse et mère, aspirait à transmettre sa passion des sports de combat aux femmes saoudiennes, ainsi que les nobles valeurs qui en découlent.
« Les arts martiaux ont des effets extrêmement bénéfiques. Ils aident à prendre confiance en soi, à apprendre le dépassement de soi, à respecter l’autre, ils entretiennent la forme, préservent la santé, et font le bonheur de ceux qui les pratiquent », assure-t-elle avec un enthousiasme renouvelé.
« Si les autorités consentent à m’accorder des licences pour ouvrir d’autres salles sur l’ensemble du territoire national, je pourrai élargir mes activités et rendre l’activité physique et le sport vraiment accessibles aux femmes », a-t-elle précisé, tout en battant en brèche la rumeur insidieuse selon laquelle son engouement pour les arts martiaux ne serait pas né spontanément, mais aurait été suscité par une atteinte à son intégrité physique.
« C’est faux ! », se défend Hala al-Hamrani, avec la fougue qui la caractérise. « J’ai appris la boxe thaï, parce que j’aimais vraiment cette discipline et non pas parce que j’ai été agressée physiquement. Elle ne diffère pas des autres sports que j’ai aussi pratiqués, tels que la gymnastique, le basket-bell, ou le baseball et l’aviron », clame-t-elle haut et fort, résolue à opposer une farouche résistance à la calomnie et à mettre au tapis ceux qui la propagent sur son compte.
« Les valeurs prônées par la boxe et les qualités mentales qu’elle permet de développer sont essentielles aujourd’hui dans notre société patriarcale », insiste l’heureuse responsable de la salle de sport de Jeddah, faite par et pour les femmes, qui se réjouit de voir ses efforts récompensés, lentement mais sûrement.
oumma.com
***

Biographie du grand géographe Al Idrissi.
Géographe, cartographe, botaniste et sociologue d’avant l’heure, musulman, Abu Abdallah Muhammad Ibn Muhammad Ibn Abdallah Ibn Idrissi al-Qurtubi al-Hassani, est né en 492H (1099G) à Ceuta, actuel pied à terre espagnol au Maroc.
Evoluant tout d’abord à Cordoue, capitale de l’Espagne musulmane encore sous le pouvoir des Almoravides, il entame sa carrière scientifique en opérant d’abord en une période d’itinérance, de plusieurs années, en voyageant jusqu’en Asie Mineure. A ses 39 ans, sans que l’on sache trop pourquoi, on le retrouve à Palerme, en Sicile. Cette petite île, au sud de l’Italie, si elle n’est pas encore le fief de la mafia italienne, est depuis redevenue chrétienne, après que les Normands, vikings d’alors, l’eurent reprise aux musulmans l’ayant colonisée plus tôt. L’on dit alors qu’il fut invité par le roi de Sicile Roger II, mais selon certaines sources, il semblerait s’être écoulé plusieurs mois entre son arrivée et le moment où on le retrouve près du souverain. Peut-être l’invasion de l’Espagne par les Almohades, quelque peu hostiles à certains savants et courants scientifiques, l’eut contraint à fuir… Al-Idrissi y restera en tous cas jusqu’à sa mort, en 560H (1165G).
Sur place, il interroge les marins et commerçants, passant dans les ports de l’île, enquêtant sur le monde traversé par ces derniers, et collectant nombre d’informations. Carrefour des cultures, les musulmans y sont encore très nombreux, les vikings se sont largement imprégnés des mœurs locales et ont fondé un royaume tolérant et aux influences véritablement diverses. Ceci avant qu’il ne bascule dans le despotisme en 1197, suite à l’arrivée d’un nouveau souverain déportant alors tous les musulmans en Italie du Sud… Le roi Roger II lui confie d’abord la réalisation d’un globe en argent, de 400kg, avant de lui réclamer un livre de géographie commentant le globe. »Kitâb nuzhat al mushtâq fi-ikhtirâq al-afâq’’ (Livre du divertissement de celui qui désire parcourir le monde), connu sous le nom de ‘’Livre de Roger’’ est ainsi une 1ère version, datant approximativement de 552 (1157G), suivit d’une version plus complète : ‘’Kitab al-Mamalik wa al-Masalik’’ (Le livre des royaumes et des routes), écrit plus tard.
Il y décrit de manière très codifiée les pays, villes principales, routes et frontières, les mers, fleuves et montagnes ; en commentant ses cartes à la manière d’un guide suivant son itinéraire. L’inspiration vient avant tout du grec Ptolémée, mais aussi de plus récents géographes espagnols et arabes. Compilant des informations déjà existantes, il y ajoute ses propres observations, recueillies au fil de ses voyages ou lors de ses collectes en Sicile. Si les débuts de la géographie arabe privilégiaient l’usage de calculs astronomiques pour la réalisation des cartes ; à partir de Ibn Hawqal, un de ses prédécesseurs, l’on tend à préférer le voyage. C’est dans ce courant, appelé géographie des routes et des royaumes qu’al Idrissi s’inscrit. Il s’agit ainsi et aussi d’intégrer la pensée grecque dans une vision islamique du monde.
Pourvu de 70 cartes, représentant d’ailleurs le sud en haut et le nord en bas, l’ouvrage use de la théorie antique des 7 climats. Le monde divisé en 7 bandes, d’est en ouest, chacune étant liée à un climat influant sur la nature des hommes. Ceux vivant dans les zones les plus tempérés, seraient alors plus propices à la civilité, quand ceux s’en éloignant, à la barbarie. Al-Idrisi souscrit également à la théorie de la sphéricité de la Terre, et pense que le reste du monde est recouvert d’un grand océan : ‘’la terre est ronde comme une sphère ; si ce n’était pas le cas, comment l’eau y tiendrait-elle ?’’. Plus étonnant encore pour l’époque, il retrace le récit de marins maures ayant navigués dans la mer ‘’des ténèbres et de brouillard’’ – l’Océan Atlantique – en vue d’y découvrir ses limites :
»Au-delà de cet océan de brouillard, on ne sait pas ce qui existe (…) Son atmosphère est brumeuse, ses vagues sont très fortes, ses dangers sont périlleux, ses bêtes sont terribles, et ses vents sont pleins de tempêtes. Il y a beaucoup d’îles, dont certaines sont habitées, d’autres sont submergés. (…) Et c’est de la ville de Lisbonne, que les aventuriers énoncés connus sous le nom de Mugharrarin (les séduits), pénétrèrent la mer de brouillard et voulaient savoir ce qu’elle contenait et où elle se termine. (…) Après avoir navigué pendant plus de 12 jours ils aperçurent une île qui semblait être habité, et il y avait des champs cultivés. (…) Mais bientôt, les barques les ont encerclé, emprisonné et les ont transporté jusqu’à un misérable hameau situé sur la côte. (…) Les navigateurs ont vu là-bas des gens qui ont la peau rouge, il n’y avait pas beaucoup de cheveux sur leur corps, les cheveux de leurs têtes étaient droits, et ils étaient de haute taille. Leurs femmes étaient d’une beauté extraordinaire. » (1) Cet extrait, ici une traduction de « al Idrissi’s account of the Atlantic Ocean’’, publié par Mohammed Hamidullah en 1968, a souvent été compris comme une 1ère découverte de l’Amérique par les musulmans. Mais il semblerait, du à la durée de quelques jours seulement du voyage, que ce soit, comme l’attestent d’autres chercheurs, les Açores, que les marins trouvèrent sur leur chemin, et non l’Amérique. Allah en est bien entendu plus Savant.
Autre élément particulier à son œuvre encyclopédique, l’absence de références politiques. Lorsqu’il traite de l’Espagne, rien n’est dit sur la Reconquista, et pas plus est dit sur les croisades en court en Palestine. Il faut dire que nous sommes alors en une période de réveil chrétien, où l’Europe tend à gagner en puissance et influence. Une neutralité lui permettant peut-être de rendre plus accessible son travail. Mais d’aussi réaffirmer une certaine rigueur scientifique, propre à la civilisation islamique en ce temps, et dont les chrétiens avaient alors beaucoup de mal à faire primer sur leurs positions théologiques.
Le livre est cité, copié, repris, et commenté dans tout le monde arabo-musulman. Mais en Occident, connu sous le nom de Dreses, il ne sera largement diffusé qu’après avoir été imprimé – en caractères arabes – à Rome, puis traduit en latin plus de 4 siècles plus tard, devenant une carte de référence pour nombre de grands explorateurs. Al Idrissi a aussi rédigé des traités de botanique, dont ‘’Kitab al-Jami-li-Sifat Ashtat al-Nababat’’. Il collectionnait les plantes et travaillait sur les plantes médicinales, traduisant même les noms des médicaments en 6 langues.

desdomesetdesminarets.fr
###################################
####### Aujourd’hui en Palestine #######
####################################

Aujourd’hui en Palestine, Voici les principaux titres du site d’information, C P I, Centre Palestinien D’Information.
.
L’Egypte augmente les taxes de voyage pour les réfugiés palestiniens
.
Les forces d’occupation arrêtent de nouveau la journaliste maqdessite Samah Douik
.
Les gardiens d’al-Aqsa empêchent un colon de s’introduire au Dôme du Rocher
.
Les Etats-Unis demandent à la Jordanie d’extrader Ahlam al-Tamimi
.
Le prisonnier Amayreh condamné à deux perpétuités
.
Adnan: L’Autorité Palestinienne tient des palestiniens en otage dans ses prisons
.
Centre juridique: La demande d’extradition d’al-Tamimi par les USA est une décision raciste
.
Hébron: Une jeune fille attaquée par l’occupation pour tentative d’attentat à la voiture bélier
.
L’occupation prétend avoir démantelé une cellule du Hamas au nord d’Hébron
.
La Knesset empêche les opposants à Israël de participer aux élections
.
Tufkaji: L’occupation revient sur sa décision de fermer le Bureau de cartographie de Jérusalem
.
Le Comité marocain renouvelle son rejet de la normalisation avec l’occupation sioniste
.
Trois bébés palestiniens meurent en Syrie faute de soins
.
L’occupation réprime une manifestation à Haïfa condamnant l’arrestation administrative du jeune Ibrahim
.
Abou Arar: Les Juifs n’ont aucun droit sur al-Aqsa
.
Neuf palestiniens arrêtés à Jérusalem
.
Retrouvez l’intégralité de tout ces articles sur http:// french pal info.com
.

Le Centre Palestinien D'Information