MouslimRadio Programmes de diffusion sur MouslimRadio

Actuellement, en direct sur Loading ...


Palestine : Al Qods : L’unique école bilingue arabe hébreu incendiée et manifestation contre une loi raciste du gouvernement israélien


Une proposition de loi du gouvernement israélien définit l’Etat israélien comme étant « la patrie nationale du peuple juif » suscite une vive polémique. Et pour cause, elle est complètement nationaliste et raciste. Auparavant, Israël était défini comme « Etat juif et démocratique ». Maintenant, il semble que le Gouvernement semble assumer la véritable nature de cette entité, et rompt définitivement avec l’étiquette qu’elle s’était elle-même donnée, celle d’une soi disant « démocratie ».
Samedi soir dernier, des manifestants se sont rassemblés devant la résidence du Premier Ministre Benjamin Netanyahu à Jérusalem. Baptisé, « Paix maintenant », le mouvement dénonce cette loi.
Les opposants sont pourtant nombreux à s’indigner pour cette loi qui va désormais légaliser et institutionnaliser les discriminations, car rappelons-le, dans cet Etat sioniste vivent aussi des palestiniens, chrétiens, et musulmans.
Tamar Zandberg, un  député de la gauche israélienne, a dénoncé le « régime oppresseur, raciste, et extrémiste » au pouvoir. Des parlementaires du centre ont également dénoncé cette loi anti démocratique. Elle est vue comme une manière de légaliser la violation des droits des palestiniens, et de poursuivre la colonisation et la judaïsation de leurs terres.
D’ailleurs, ce dimanche, un acte raciste et nationaliste a eu lieu dans l’unique école bilingue arabe-hébreu de Jérusalem. Des tags en hébreu ont été retrouvés près de ce lieu symboliquement important dans la coexistence entre palestiniens et israéliens : « Morts aux arabes« , « Stop à l’assimilation ».
Les tensions à Jérusalem ont atteint un niveau inédit ces dernières semaines. Malheureusement, les israéliens ne font que d’empirer la situation déjà désastreuse avec ce projet de loi. Ils montrent finalement ce que beaucoup d’associations, d’ONG, et de personnes dénoncent depuis maintenant longtemps : un Etat raciste, un Etat fasciste.

Tensions à Al-Qods : Netanyahu affirme que la colonisation se poursuivra


Depuis la semaine dernière, nous assistons à un regain important de tensions dans la ville de Jérusalem. Mercredi 15 octobre, des affrontements ont eu lieu aux abords de l’esplanade des mosquées. Les autorités israéliennes ont limité l’accès aux lieux aux musulmans. Seuls les palestiniens âgés de plus de 50 ans étaient autorisés à venir y prier.
Les récentes fêtes juives étaient aussi une occasion pour Israël de profiter afin d’imposer des règles de restrictions d’accès aux musulmans.
Indignés,  des palestiniens sont venus défendre l’esplanade des mosquées, et l’accès à Al Aqsa. Les forces israéliennes ont répondu violemment en bousculant la foule, et à coup de grenades assourdissantes.
Ces multiples provocations de la part de l’entité sioniste sont révoltantes. Non seulement, l’accès aux mosquées est restreint aux musulmans, mais en plus, les juifs ont eu des autorisations pour accéder à l’esplanade à l’occasion de leurs fêtes.
Le Premier Ministre Benjamin Netanyahou ne fait rien pour apaiser les tensions. Bien à l’inverse, il a affirmé à l’occasion de l’inauguration d’une route à Jérusalem au nom de son prédécesseur Yitshak Shamir, que la construction allait se poursuivre. La judaïsation de la ville entamée depuis déjà quelques temps est encore en cours.
Le secrétaire générale des Nations Unies, Ban Ki Moon a exigé lors d’une conférence de presse à Ramallah lundi dernier la fin de « ces provocations répétées » sur les lieux saints. Il a fermement condamné la poursuite de la colonisation israélienne dans les Territoires palestiniens occupés. Au niveau diplomatique, la reconnaissance de l’Etat palestinien par la Suède puis par la Grande Bretagne, est une avancée mais la situation urge à Jérusalem. Il est temps que des mesures soient prises face à de telles violations du droit international et face à de telles provocations.
La mosquée d’Al-Aqsa et du Dôme du Rocher, troisième lieu saint de l’islam, doit être protégée. Il est tant que la communauté oeuvre dans ce sens, et nos invocations sont désormais plus que nécessaires.