Programmes de diffusion sur MouslimRadio

Actuellement, en direct sur Loading ...


Flash info pour le Lundi 12 Dhou Al Qiddah 1445, sur MouslimRadio.

Flash info pour le Lundi 12 Dhou Al Qiddah 1445, sur MouslimRadio.


Le Centre Palestinien D'Information


L'agence de presse palestinienne 'WAFA

Assalam aleykoum,
Voici le Flash info pour le Lundi 12 Dhou èl Qidah 1445, sur MouslimRadio.
Aujourd’hui en Palestine, Voici les principaux titres de l’agence de presse palestinienne ‘WAFA’.
.
..
……..Lazzarini : La moitié de la population à Gaza sont obligés de se déplacer sans trouver de lieu sûr.
dimanche 19-mai-2024.
Le commissaire général de l’UNRWA, Philippe Lazzarini, a déclaré qu’en dépit de tous les appels de la communauté internationale, Israël avait envahi et attaqué la ville de Rafah forçant la moitié de la population de Gaza à fuir.
Lors d’une conférence de presse conjointe ce dimanche à Amman avec le ministre jordanien des Affaires étrangères Ayman Safadi, Lazzarini a précisé que les gazaouis ne trouvent plus de lieux sûrs dans la bande de Gaza où ils peuvent se refugier se voyant contraints de retourner à leurs maisons détruites pour fuir le nouveau massacre qui plane sur Rafah.
Le chef de l’UNRWA a noté que « 198 employés de l’UNRWA avaient été tués, 160 sites avaient été complètement ou partiellement détruits, et des employés avaient été arrêtés, torturés et forcés d’avouer des crimes qu’ils n’avaient pas commis ». Il a assuré que l’agence onusienne poursuit son émission quoique les aides humanitaires n’arrivent que par gouttes à la bande de Gaza.
Le ministre jordanien des Affaires étrangères a indiqué de son côté que l’UNRWA affronte une tentative d’assassinat politique bien avant le 7 octobre et que la Jordanie continuait à la soutenir pour accomplir son rôle qui « ne pouvait être supprimé ou remplacé par aucune autre entité ».
Le chef de la diplomatie jordanienne a assuré que les accusations contre l’UNRWA s’étaient avérées fausses et que les tentatives de l’assassiner ont échoué. Il a ajouté que les habitants de Gaza affrontent une catastrophe humanitaire sans précédent d’où la nécessité d’arrêter l’agression israélienne et d’ouvrir tous les passages.
Sans un cessez-le-feu permanent la dégradation de la situation chaotique se poursuivra, a indiqué Safadi tout en appelant à mener une enquête internationale sur les crimes de guerre israéliens et traduire en justice les responsables de ces crimes à Gaza.
….Gaza :Huit massacres israéliens et 70 martyrs au cours des dernières 24 heures.
dimanche 19-mai-2024.
Le ministère de santé dans la bande de Gaza a déclaré que l’occupant israélien a commis huit massacres contre les familles palestiniennes dans la bande de Gaza au cours de ces dernières 24 heures, faisant au moins 70 martyrs et 110 blessés.
Le ministère a précisé que le bilan des victimes palestiniens depuis le début de l’agression israélienne sur la bande de Gaza s’élève désormais à 35456 martyrs et 79476 blessés alors que des milliers de citoyens sont encore sous les décombres des maisons ou perdus ou coincés ne pouvant quitter leurs quartiers encerclés par l’armée d’occupation qui entravent les agents de Protection civile d’intervenir.
Les victimes de l’agression d’occupation israélienne qui entame son huitième mois sont majoritairement des enfants, des femmes et des personnes âgées, au moment où les dirigeants israéliens parlaient d’une guerre dont le but est d’éradiquer la résistance palestinienne et leurs bras armés dont à leur tête les brigades d’al-Aqsa et Saraya al-Quds.
En plus des milliers de civils, l’armée d’occupation a ravagé environ 70% des constructions y compris les hôpitaux, les écoles, les lieux de culte, les usines et les boutiques…
….L’occupation tire sur un Palestinien pour tentative d’attaque au couteau.
dimanche 19-mai-2024.
Un Palestinien a été blessé, dimanche, après que les forces armées d’occupation terroriste sioniste ont ouvert le feu sur lui, près de la ville d’Abou Dis, à l’est de Jérusalem occupée, sous prétexte qu’il tentait de commettre une attaque au couteau.
Le journal hébreu « Maariv » a déclaré : « Un Palestinien est arrivé au point de contrôle de Kiosk, près d’Abou Dis, a sorti un couteau et a tenté de poignarder des soldats des gardes-frontières. »
Il a ajouté que les soldats avaient ouvert le feu sur l’attaquant, mais qu’aucune victime n’avait été signalée parmi les soldats présents sur les lieux.
Le journal n’a pas précisé la nature de la blessure du Palestinien et l’étendue de sa gravité, ni aucune information sur son identité.
.UNRWA : 800 000 personnes contraintes de fuir Rafah et il n’y a aucun endroit sûr à Gaza.
dimanche 19-mai-2024.
L’Office de secours et de travaux des Nations Unies pour les réfugiés de Palestine (UNRWA) a déclaré que près de la moitié de la population de Rafah (et des personnes déplacées là-bas), soit 800 000 personnes, se trouvent sur les routes, après avoir été forcées de fuir la région, depuis le début de l’opération militaire des forces armées d’occupation, le 6 mai.
L’UNRWA a déclaré dans un communiqué : « En réponse aux ordres d’évacuation d’occupation sioniste exigeant que les gens fuient vers des zones dites sûres, les gens se sont dirigés principalement vers les zones centrales et Khan Younis, y compris les bâtiments détruits. »
Elle a souligné que depuis le début de la guerre à Gaza, les Palestiniens ont été contraints de fuir, à plusieurs reprises, à la recherche d’une sécurité qu’ils n’ont jamais trouvée, notamment dans les abris de l’UNRWA, notant que lorsqu’ils se déplacent, ils courent des risques, sans passage sûr ni protection.
« Chaque fois, ils sont obligés de laisser derrière eux leurs quelques biens : matelas, tentes, ustensiles de cuisine et fournitures de base qu’ils ne peuvent pas transporter ni payer pour le transport. À chaque fois, ils doivent recommencer à zéro. » A-t-elle dénoncé.
Elle a noté que les zones vers lesquelles les gens fuient actuellement ne disposent pas d’approvisionnement en eau potable ni d’installations sanitaires.
Al-Mawasi, par exemple, selon le communiqué, s’étend sur 14 kilomètres carrés de terres agricoles sablonneuses, où les gens sont laissés à l’air libre, avec peu ou pas de bâtiments ni de routes.
La région ne dispose pas des conditions minimales nécessaires pour fournir une aide humanitaire d’urgence de manière sûre et digne.
Avant l’invasion de Rafah, la zone abritait plus de 400 000 personnes. L’endroit est bondé et ne peut pas accueillir un plus grand nombre de personnes, et c’est également le cas à Deir al-Balah, dans les régions centrales, selon l’UNRWA.
Elle a souligné que l’affirmation selon laquelle les habitants de Gaza peuvent se déplacer vers des zones « sûres » ou « humanitaires » est une fausse affirmation. Et à chaque fois, il met gravement en danger la vie des civils. La déclaration réitère : Il n’y a pas de zones sûres à Gaza. Il n’y a pas d’endroit sûr. Personne n’est en sécurité.
L’UNRWA a déclaré : « La situation s’aggrave encore en raison du manque d’aide et de fournitures humanitaires de base, tandis que la communauté humanitaire n’a plus d’autres fournitures à fournir, notamment de la nourriture et d’autres articles essentiels. »
Elle a souligné que les principaux points de passage menant à Gaza sont toujours fermés ou dangereux car situés à proximité ou à l’intérieur des zones de combat.
Elle a ajouté : La distribution de l’aide est presque impossible en raison de l’entrée irrégulière du carburant, de l’instabilité des télécommunications et de l’opération militaire en cours.
Depuis le 6 mai, seuls 33 camions humanitaires ont pu atteindre le sud de Gaza. Il s’agit d’une baisse au milieu des besoins humanitaires croissants et des déplacements massifs.
Bien que l’UNRWA se soit félicité des informations faisant état de l’arrivée des premières cargaisons au nouveau quai flottant, elle a souligné que les voies terrestres constituaient le moyen le plus pratique, le plus efficace, le plus sûr et le plus efficace pour acheminer l’aide.
Elle a souligné la nécessité de rouvrir les points de passage et d’y assurer un accès sûr, soulignant que sans la réouverture de ces routes, l’état de refus d’assistance et les conditions humanitaires catastrophiques perdureront.
Elle a déclaré : Le passage rapide et sans entrave de l’aide humanitaire doit être autorisé pour tous les civils dans le besoin, où qu’ils se trouvent, et cela doit être facilité.
« La population déplacée doit avoir accès aux éléments de base nécessaires à sa survie, notamment la nourriture, l’eau et un abri, ainsi qu’à l’hygiène, à la santé, à l’assistance et, surtout, à la sécurité. » A-t-elle poursuivi.
Elle a souligné la nécessité pour les équipes de secours humanitaires de se déplacer librement et en toute sécurité, pour atteindre ceux qui ont besoin d’assistance et de protection, où qu’ils se trouvent.
L’UNRWA a conclu qu’il était temps avant tout de s’entendre sur un cessez-le-feu, avertissant que toute nouvelle escalade des combats ne ferait qu’entraîner davantage de destructions pour les civils et rendrait impossible l’instauration de la paix et de la stabilité.
.Médias du gouvernement : L’occupation empêche l’entrée de 3 000 camions humanitaires à Gaza.
dimanche 19-mai-2024.
Le service de presse du gouvernement a déclaré que l’occupation « néonazie sioniste » empêche l’entrée de 3 000 camions d’aide, empêche des centaines de malades et de blessés de voyager pour se faire soigner à l’étranger, en raison de la fermeture des points de passage de Rafah et Kerem Shalom, pour le 13e jour consécutif, ce qui double la profonde crise humanitaire.
Le bureau a ajouté dans un communiqué : Pour le 13e jour, l’occupation « terroriste sioniste» empêche l’entrée de nourriture et de fournitures, d’outils et de fournitures médicales, et empêche l’entrée de carburant dans les hôpitaux et les équipements qui fournissent des services humanitaires pour les les blessés déplacés et des malades, après le contrôle par l’occupation du poste frontalier de Rafah et la fermeture du poste de Kerem Shalom, ce qui aggrave profondément la crise humanitaire de la bande de Gaza.
Il a souligné que l’administration américaine, l’Union européenne et la communauté internationale n’ont pas fait leur devoir et n’ont pas joué le rôle qui leur était demandé pour prévenir le génocide, mais ont plutôt donné le feu vert à l’occupation néonazie sioniste pour poursuivre le crime atroce de génocide, et poursuivre les politiques de famine et de siège en violation flagrante des règles du droit international et du droit international humanitaire.
Il a tenu l’occupation « terrosite sioniste », l’administration américaine, l’Union européenne et la communauté internationale entièrement responsables de la poursuite de la guerre génocidaire, et a condamné la poursuite de ce crime dans tous les termes.
Il a appelé tous les pays du monde libre et les organisations internationales à condamner ce crime qui se poursuit pour le 8e mois consécutif.
Il a également appelé tous les pays du monde libre et les organisations internationales à faire pression sur l’occupation sioniste, afin de mettre fin à la guerre génocidaire, d’ouvrir les passages immédiatement avant que la catastrophe humanitaire ne se produise et de permettre l’entrée de l’aide à plus de 2 000 000 de personnes et 400 000 personnes vivant dans la bande de Gaza, dont 2 000 000 de personnes déplacées qui dépendent principalement de l’aide humanitaire.
….Euro-Med exige le retour de centaines de milliers de personnes déplacées de force de Gaza et de son nord.
dimanche 19-mai-2024.
L’Observatoire Euro-Méditerranéen (Euro-Med) des Droits de l’Homme a appelé la communauté internationale à prendre des mesures urgentes et sérieuses pour obliger « l’entité usurpatrice sioniste » (Israël) à cesser de commettre le crime de déplacement forcé qu’il commet contre les habitants de la bande de Gaza, de manière systématique, généralisée et répétée, depuis le 7 octobre dernier.
Euro-Med a souligné dimanche dans un communiqué que des centaines de milliers de personnes déplacées devraient être autorisées à retourner dans leurs zones de résidence dans le gouvernorat de Gaza et le gouvernorat du nord de Gaza, d’où elles ont été déplacées de force vers le sud de la vallée de Gaza, au cours de la même période. Ces derniers mois, en particulier après le début de l’attaque militaire d’occupation sioniste sur Rafah, qui a mis fin de manière effective et officielle à la soi-disant zone de sécurité, qui était le dernier refuge pour les personnes déplacées de force, de diverses parties de la bande de Gaza, et il n’y a maintenant aucun autre endroit vers lequel se tourner pour se réfugier.
Euro-Med a surveillé le déplacement de plus de 700 000 personnes de Rafah, depuis que l’armée d’occupation terroriste sioniste a émis les derniers ordres de déplacement forcé, le 6 mai, et le déplacement forcé se poursuit dans des circonstances très difficiles, qu’il s’agisse de trouver un endroit où s’installer, comme c’est le cas actuellement. Aucun endroit sûr dans la bande de Gaza, ou trouver une tente pouvant abriter la famille déplacée, ou fournir des moyens de transport et couvrir les frais de déplacement.
Il a souligné que les derniers ordres de déplacement interviennent 8 mois après le début du génocide, qui a détruit les moyens de subsistance des familles et laissé la plupart d’entre elles sans travail, en plus des expulsions répétées et des déplacements forcés, qui ont causé les souffrances de ces familles qui ont perdu une grande partie de leurs biens et le peu de vivres qui leur restait.
L’Euro-Med a indiqué que ses estimations indiquent qu’environ 150 000 personnes avaient déjà été déplacées de force de Rafah, au cours des semaines qui ont précédé les ordres officiels de déplacement forcé, en raison d’un torrent de menaces d’occupation terroriste d’envahir la ville frontalière.
Il a expliqué que la majorité de ces personnes déplacées ont été contraintes de quitter Gaza et son nord, en octobre dernier après que l’armée d’occupation néonazie sioniste a émis des ordres de déplacement forcé à grande échelle, incluant tous les résidents des deux gouvernorats, le 13 octobre 2023, qui stipulaient : « Un avertissement urgent aux habitants de la bande de Gaza. Votre présence au nord de Wadi Gaza met votre vie en danger. Quiconque choisit de ne pas évacuer le nord de la bande de Gaza vers le sud de la vallée de Gaza pourrait être identifié comme complice d’une organisation terroriste. »
Il a souligné que plus de 1 200 000 de Palestiniens ont déjà été déplacés, au cours des mois en raison des mesures de déplacement forcé adoptées par les forces d’occupation terroriste, que ce soit par des ordres directs de déplacement forcé ou par la création d’un environnement coercitif qui expulse la population par de violents bombardements, intimidations, assaut sur les maisons et les centres d’hébergement, et forçant ceux qui s’y trouvent à se déplacer vers le sud, alors qu’il reste près de 400 000 personnes, la plupart d’entre elles étant déplacées à l’intérieur du pays dans les quartiers de Gaza et du nord.
Euro-Med a averti de l’aggravation de la famine et de la souffrance des milliers de familles déplacées et le grave risque sur leur vie, dénonçant l’utilisation de la famine comme une arme de guerre, pour achever le crime de génocide contre les Palestiniens.
….Médias hébreux : la désintégration du « cabinet de guerre » est plus proche que jamais.
dimanche 19-mai-2024.

L’autorité de radiodiffusion israélienne « Kan 11 » a déclaré que la désintégration du cabinet de guerre est plus proche que jamais, d’autant plus que les relations tendues au sein de celui-ci ne se situent pas entre les niveaux politique et militaire.
Dans son rapport, la Commission a cité des sources du cabinet de guerre, qu’elle n’a pas citées, affirmant que les relations au sein du cabinet, avec sa petite formation, se sont considérablement détériorées ces derniers temps, non seulement entre le niveau politique lui-même, mais aussi entre les niveaux politique et militaire.
Elle a rapporté que des tensions sont apparues au sein du cabinet de guerre, notamment en raison de l’incapacité à prendre des décisions stratégiques et du manque de progrès sur la question des prisonniers.
Les mêmes sources n’ont pas précisé si les discussions concernaient le retrait des ministres Benny Gantz et Gadi Eizenkot du cabinet de guerre, et le même rapport n’a pas exclu la possibilité que le ministre de la Défense Yoav Galant se retire également du cabinet.
Le rapport suggère que « si Israël mène une opération militaire à grande échelle à Rafah sans le soutien et l’approbation de Washington et sans faire de progrès sur la question des prisonniers, les membres du cabinet de guerre annonceront leur retrait, ce qui entraînera sa désintégration.
Il a ajouté que les semaines à venir seront un carrefour pour Gantz, Eisenkot et Gallant jusqu’à ce qu’ils décident s’ils veulent continuer avec Netanyahu, ainsi que pour ce dernier, qui devra choisir entre Gantz, Eisenkot et Gallant, et entre Ben Gvir et Smotrich.
Dans le même contexte, le cabinet de guerre s’est réuni vendredi soir pour discuter de la question des négociations sur l’échange de prisonniers. La séance n’a duré que 10 minutes avant que Netanyahu n’interrompe les orateurs et leur dit qu’il ne restait plus assez de temps pour discuter de la question et qu’une autre séance aurait lieu.
Le cabinet de guerre doit se réunir à nouveau samedi soir à 21h30 pour finaliser les discussions.
Mercredi, Galant a lancé une vive attaque publique contre Netanyahu, dans le contexte de la lenteur de ce dernier à prendre une décision concernant la gouvernance de la bande de Gaza après la fin de l’agression israélienne. Il a estimé que cela sapait les réalisations militaires de l’occupation dans ce pays. la bande de Gaza assiégée, tandis que Netanyahu l’appelait à « éliminer le Hamas sans excuses ».
Gallant a exhorté Netanyahu à prendre des décisions qui permettraient de trouver des alternatives autoritaires au Hamas à Gaza, avertissant que s’abstenir de le faire signifierait le maintien du contrôle du mouvement sur la bande de Gaza ou pourrait pousser Israël à imposer un régime militaire sur la bande.
D’un autre côté, les ministres de droite et d’extrême droite ont lancé une attaque virulente contre Gallant et ont exigé son limogeage, tandis que Netanyahu a laissé entendre que Gallant et les services de sécurité cherchaient des excuses au lieu d’éliminer le mouvement Hamas.
…..Coïncidant avec l’anniversaire de la Nakba… une manifestation massive à Londres pour dénoncer l’agression contre Gaza.
dimanche 19-mai-2024.
Hier, samedi, la capitale britannique, Londres, a été témoin d’une manifestation massive dénonçant l’agression contre la bande de Gaza, à laquelle ont participé plus d’un quart de million de manifestants, appelant la communauté internationale à mettre fin au génocide, à lever le siège de la bande de Gaza et confirmer le droit au retour du peuple palestinien.
Cette manifestation répondait à une invitation d’un certain nombre d’organisations soutenant la Palestine, à savoir le Forum palestinien en Grande-Bretagne, la Campagne britannique de solidarité avec la Palestine, l’Organisation des Amis d’Al-Aqsa, la Ligue islamique en Grande-Bretagne, l’Organisation Stop the War, et l’Organisation Stop Nuclear Weapon.
La manifestation a commencé devant la station de radiodiffusion britannique, sur Mortimer Street, en direction du siège du gouvernement et du parlement britanniques.
Le vice-président du Forum palestinien en Grande-Bretagne, Adnan Humaidan, a déclaré qu’il y avait trois messages fondamentaux dans la grande manifestation nationale d’aujourd’hui, le premier étant l’exigence d’arrêter les ventes d’armes à l’occupation, le deuxième étant la nécessité d’arrêter immédiatement le génocide à Gaza, et le troisième est l’accent mis sur le droit au retour.
Le journaliste palestinien Moataz Azaizeh a souligné que de telles foules renouvellent son espoir et son optimisme pour les peuples, et non pour les régimes.
Quant à l’ancien leader du Parti travailliste britannique, Jeremy Corbyn, il a vivement critiqué l’échec de la communauté internationale à soutenir les Palestiniens et à mettre fin au génocide à Gaza.
Hier samedi, les capitales et villes internationales ont été témoins de manifestations massives dénonçant l’agression de l’occupation israélienne contre la bande de Gaza et commémorant la Nakba.
Des milliers de personnes ont participé aux manifestations organisées dans la capitale française, Paris, la capitale danoise, Copenhague, la capitale autrichienne, Vienne, la capitale tunisienne, Mayence et Braunschweig en Allemagne, la capitale Berlin, Uppsala et Malmö en Suède, Florence en Italie, Manchester en Grande-Bretagne, la capitale Londres et Istanbul, Turquie.
Les manifestations ont été marquées par le lever de drapeaux et de banderoles palestiniennes dénonçant les crimes commis par l’occupation israélienne contre les Palestiniens.
Ses participants ont dénoncé la guerre génocidaire menée par l’occupation contre la bande de Gaza, exigeant qu’elle soit jugée pour ses massacres contre le peuple palestinien.
….L’occupation lance une campagne de raids et d’arrestations en Cisjordanie.
dimanche 19-mai-2024.
Les forces d’occupation israéliennes ont lancé dimanche à l’aube une campagne de raids dans diverses parties de la Cisjordanie, notamment en prenant d’assaut des maisons et en procédant à des arrestations au milieu d’affrontements dans plusieurs zones.
À Qalqilya, des sources locales ont rapporté que d’importantes forces de l’armée d’occupation, renforcées par des jeeps et des véhicules militaires, ont pris d’assaut la ville et assiégé deux maisons dans le « quartier d’Al-Qaraan » et près du « ministère de l’Intérieur » de la ville, et ont exigé par l’intermédiaire de haut-parleurs leurs résidents à quitter.
Les sources ont ajouté que des affrontements séparés ont éclaté entre des groupes de jeunes hommes et les forces d’occupation, qui ont tiré à balles réelles, recouvertes de caoutchouc, des grenades assourdissantes et des gaz lacrymogènes.
Selon les sources ; Des affrontements ont éclaté entre résistants et forces d’occupation à l’intérieur de la ville de Qalqilya.
À Naplouse, les forces d’occupation ont pris d’assaut la ville et ont attaqué un magasin de téléphonie et y ont fait des ravages, tandis que des affrontements armés ont éclaté entre la résistance et les forces d’occupation dans le quartier de Rafidia à Naplouse.
A Tulkarem, les forces d’occupation ont attaqué une menuiserie et plusieurs maisons lors de la prise de la banlieue de Dhanaba (est).
Les forces d’occupation ont arrêté le jeune Fadi Al-Anbas après avoir pris d’assaut sa maison dans la banlieue de Dhanaba, à l’est de Tulkarem.
…..Manifestation massive à Tel-Aviv pour exiger des élections anticipées et un accord avec le Hamas.
dimanche 19-mai-2024.
Tel Aviv a été témoin d’une manifestation massive samedi soir, exigeant le renversement du gouvernement du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, la tenue d’élections anticipées et la conclusion d’un accord d’échange de prisonniers avec le Hamas.
Les manifestants ont brandi des banderoles sur lesquelles on pouvait lire : « Il est temps de remplacer Netanyahu. »
Les manifestants ont exigé un retour immédiat à la table des négociations et la conclusion d’un accord avec les factions palestiniennes.
Les représentants des familles des prisonniers ont déclaré que l’opération menée actuellement par l’armée israélienne dans la ville de Rafah signifie que le gouvernement a abandonné l’objectif de ramener les prisonniers en toute sécurité, accusant Netanyahu d’empêcher un accord au nom d’objectifs politiques.
Des sources médiatiques ont rapporté que les forces de police d’occupation ont dispersé avec force et eaux usées une manifestation à laquelle participaient des dizaines de milliers d’Israéliens issus de familles de prisonniers sionistes dans la rue Kaplan à Tel Aviv.
Le journal Yedioth Ahronoth a rapporté que la police israélienne a arrêté 15 personnes alors qu’elles participaient aux manifestations exigeant la démission de Netanyahu et conclure un accord pour libérer les prisonniers détenus par la résistance.
Dans un contexte similaire, environ 2 000 Israéliens se sont rassemblés devant la maison de Netanyahu dans la ville de Césarée, exigeant que le gouvernement conclue un accord d’échange. Les manifestants ont qualifié Netanyahu de « coupable » et de « chef de la corruption », selon Yedioth Ahronoth dans le journal Yedioth Ahronoth.
Des milliers d’Israéliens ont également manifesté dans les villes de Haïfa, Netanya et Rehovot, ainsi que dans des dizaines d’autres points de la Palestine occupée, pour exiger la libération des détenus à Gaza et le limogeage du gouvernement de Netanyahu, selon le même journal..
Retrouvez l’intégralité de tout ces articles sur http:// french pal info.com et encore bien d’autres sur http:// french wafa.ps

flash info,journal,quotidien,information,presse,islam,news,musulman,coran,sourate,croyance,islamophobie,ccie,islamophobe,gaza,palestine,ouighours,israel,Rohingyas,tartar,cpi,Centre Palestinien D’Information,mouslimradio,hamas,Hébron,Cisjordanie,algérie,maroc,tunisie,maghreb,météo,wafa

 

Mouharram,safar,Rabi èl A’oill,Rabi At’sèni,Joumada èl A’oill,Joumada At’sèni,Rajab,Chabann,Ramadann, cha’oual,Dhou èl Qidah,Dhoul hidjah

https://french.palinfo.com/feed/ E-mail: info@palinfo.com
https://french.wafa.ps/Pages/LastNews
https://www.algerie-eco.com/category/actualite/national/rss
https://www.algerie360.com/rss
extension : Feedbro

Article complet sur :

Home


et
https://french.wafa.ps

#palestine #gaza #jerusalem #alaqsa #rabbin #sioniste #juif #hebron #cisjordanie #Bethléem #Naplouse #jenine #liban #jericho #Tulkarem #Qalqiliya #Beitunia #Beyrouth #Ramallah #Rafah #colon