MouslimRadio Programmes de diffusion sur MouslimRadio

Actuellement, en direct sur Loading ...


Flash info pour le Lundi 27 Safar 1443, sur MouslimRadio.

Flash info pour le Lundi 27 Safar 1443, sur MouslimRadio.

Pour écouter MouslimRadio partout ou vous voulez, télécharger l’application Tunein sur www.tunein.com, disponible pour tout les types de téléphone, tablette et même les pc. Android, iPhone, Windows phone, etc… Tapez MouslimRadio dans la barre de recherche Tunein pour nous écouter, inch Allah…


Le Centre Palestinien D'Information
http://www.actifpub.com/script/
https://french.palinfo.com/feed/
https://www.algerie-eco.com/category/actualite/national/rss

Assalam aleykoum,

Nous sommes le Lundi 27 Safar 1443.
.
.
Aujourd’hui en Palestine, Voici les principaux titres du site d’information, C P I, Centre Palestinien D’Information..
.

Arrestation de trois élèves à Naplouse.

Les forces d’occupation israéliennes ont arrêté, dimanche, trois enfants de la région d’Al-Laban Al-Charqiya, au sud de Naplouse..

Coronavirus : 12 morts et 872 nouvelles contaminations en Palestine.

La ministère de la santé à Ramallah a déclaré ce dimanche que 12 palestiniens sont morts et 872 autres sont nouvellement contaminés par le coronavirus alors que 1380 malades se sont rétablis au cours de ces dernières 24 heures en Palestine..

Les forces israéliennes agressent les Jérusalémites à Silwan.

Les forces d’occupation israéliennes ont agressé, dimanche, un nombre de Jérusalémites dans le village de Silwan à al-Quds occupée..

Les forces d’occupation arrêtent deux frères à Hébron.

Les forces d’occupation israéliennes ont arrêté ce dimanche deux frères pour avoir contré les agressions des colons israéliens au nord de Yata dans le sud de la ville d’Hébron..

Abbas rencontre deux ministres israéliens aujourd’hui à Ramallah.

Le journal hébreu Haaretz a révélé que le président de l’Autorité palestinienne (AP) Mahmoud Abbas rencontrera aujourd’hui, dimanche, deux ministres israéliens et un membre de la Knesset..

Raids et arrestations en Cisjordanie.

​Aujourd’hui, dimanche, les forces armées d’occupation israéliennes ont lancé une campagne d’arrestations contre un certain nombre de citoyens en Cisjordanie occupée..

Haniyeh se rend au Caire à la tête d’une délégation du Hamas, Dimanche.

Une délégation de la direction du Hamas se rendra dimanche dans la capitale égyptienne, Le Caire, pour discuter de plusieurs dossiers liés à la situation palestinienne..

L’occupation arrête un enfant à Ya’bud au sud-ouest de Jénine.

Les forces armées d’occupation israéliennes ont arrêté, samedi soir, un enfant de la ville de Ya’bud, au sud-ouest de Jénine..

​ Haniyeh : la victoire en Afghanistan confirme la vitalité et la fermeté de la nation.

« La victoire du mouvement taliban sur l’occupation américaine en Afghanistan confirme la capacité de la nation à libérer ses terres des envahisseurs occupants, en conjonction avec ce que notre peuple crée pour la libération de Jérusalem et les prisonniers des mains de l’occupation israélienne », a déclaré Ismail Haniyeh, chef du bureau politique du Hamas .
.

Retrouvez l’intégralité de tout ces articles sur http:// french pal info.com

..
Aujourd’hui en Algérie, sur algerie-eco.com, le journal d’information indépendant, voici les titres..
.
.
Covid-19 en Algérie : 132 nouveaux cas, 95 guérisons et 3 décès.

L’Algérie a enregistré 132 nouveaux cas de contamination au coronavirus Covid-19 durant ces dernières 24 heures, rapporte ce dimanche 3 octobre 2021, le ministère de la Santé dans un communiqué publié sur sa page Facebook.
L’Algérie a également enregistré 3 nouveaux décès et 95 guérisons durant la même période, selon le même communiqué. 18 personnes se trouvent aux soins intensifs.

Le total des cas confirmés s’élève ainsi à 203789, celui des décès à 5822 cas, alors que le nombre de patients guéris est passé à 139619 cas.

Algérie-France : Rahabi réagit aux déclarations de Macron.

L’ancien ministre de la Communication et ex-diplomate, Abdelaziz Rahabi, a indiqué, ce dimanche 3 octobre 2021, dans un post publié sur sa page Facebook, qu’ « il est regrettable que des déclarations non démenties d’une autorité française de ce niveau adoptent sur l’Algérie un discours adapté à chaque échéance électorale faisant de notre pays un sujet de débat récurrent pour devenir un problème de politique interne ».

Abdelaziz Rahabi estime que « l’Algérie est encore perçue comme un client et un partenaire sécuritaire durant les quatre premières années de mandat présidentiel, alors qu’elle est perçue comme un épouvantail durant la dernière année, après cette période les leviers de l’islamisme extrémiste ont été épuisés par les élites politiques et médiatiques ».

De la même manière, se pose la question de Harki lui-même, car la conscience nationale collective algérienne les considère comme des traîtres à la patrie, comme c’est le cas des opinions publiques en France et dans d’autres pays européens, où les collaborateurs de l’occupant nazi sont considérés comme des personnes qui ont perdu la loyauté envers leur patrie, a précisé l’ancien ministre.

« Il est clair que nous sommes les héritiers de mémoires contradictoires sur cette question, dont chaque partie doit porter son histoire et sa responsabilité, car l’égalité souveraine entre les États repose sur cette seule condition et reste la meilleure garantie de relations apaisées dont les présidents Abdelmadjid Tebboune et Emmanuel Macron ont discuté avec courage et détermination », a expliqué M. Rahabi.

Dès lors, la voie de la transition démocratique en Algérie doit rester une exigence interne, estime l’ancien diplomate qui explique que « l’intervention des puissances étrangères, ici comme ailleurs, est un facteur de ralentissement et de déviation de la voie elle-même plutôt qu’un élément d’accélération de l’expérience de transition démocratique ».

Dans ce contexte, et remontant à l’histoire, le processus d’édification de la nation a pris corps dans la conscience collective avec la grande Numidie dont les frontières occidentales épousent la rivière Moulouya avec notre frontière occidentale actuelle, a indiqué M. Rahabi.

Selon l’ancien ministre, l’Algérie n’a pas construit son identité autour de souffrances ou de traumatismes post-coloniaux pour rester l’otage d’un perpétuel passé colonial, mais plutôt construite sur une histoire de plusieurs millénaires autour d’une idée précise de l’Algérie, d’une prospérité partagée et d’un destin commun.

La nation algérienne ne peut être un sous-produit de la réalité coloniale mais plutôt le produit d’une résistance au régime de domination par la force, grâce à un héritage historique fécond et un mouvement national d’une modernité politique sans précédent, a indiqué l’ancien diplomate.

« Nous avons être unis sans être uniformes dans notre diversité et dans l’immensité de l ‘espace de l’Algérie . Ce sont là les marqueurs d’une grande Nation », a conclu M. Rahabi.

Accidents de la route : 2.260 morts et plus de 22.000 blessés en huit mois.

Deux mille deux cent soixante personnes (2260) ont péri et vingt-deux-mille-dix-huit (22.018) autres ont été blessées dans des accidents de la circulation survenus au niveau national au cours des huit (8) premiers mois de 2021, indique un bilan de la Délégation nationale à la sécurité routière (DNSR).

Distribué dimanche à l’occasion du lancement d’une campagne nationale de sensibilisation pour prémunir les enfants des accidents de la route, le bilan de la DNSR fait état d’une hausse dans le nombre de décès de 386 personnes par rapport à la même période de l’année précédente, ajoutant que le nombre de blessés a atteint 22.018 soit une hausse de 5171 cas par rapport aux 8 premiers mois de l’année 2020.

La DNSR a enregistré 16.320 accidents de la route, dont 11.845 survenus en zones urbaines et 4475 en zones rurales, selon le même document.

Par tranche d’âge, le bilan fait cas de 148 morts parmi la catégorie des moins de 5 ans, 131 victimes pour la catégorie 5 à 9 ans, 67 victimes pour les 10-14 ans, et 158 morts âgés entre 15 et 18 ans.

La DNSR a indiqué également que 257 personnes âgées entre 20 et 24 ans ont trouvé la mort, 278 autres âgées de 25 à 29 ans et 237 morts âgées entre 30 et 34 ans durant les huit premiers mois de 2021.

Parmi les victimes des accidents de la route, enregistrés entre janvier et août derniers, figurent également les catégories entre 35 et 39 ans (162 morts), 40 et 44 ans (136 morts) et de 45 à 49 ans (148 morts).

La DNSR a également fait état de 522 morts âgés de plus de 50 ans.Les causes des accidents de la route, survenus durant la période susmentionnée, sont dues en premier lieu à l’excès de vitesse (15,54%), au manque d’attention du conducteur à l’intérieur des agglomérations (13,95%) et à d’autres causes liées à la perte de contrôle du véhicule, aux dépassements dangereux, au non respect de la distance de sécurité et la non utilisation des passages piétons, outre le non respect du code de la route et la conduite dangereuse.

Concernant les conducteurs impliqués dans des accidents de la route, le bilan de la DNSR a précisé que le taux le plus élevé était celui des conducteurs ayant un ancien permis de conduite allant de 5 à 10 ans (24,34%), tandis que 4.229 conducteurs sans emploi ont été à l’origine d’accidents de la route durant les 8 premiers mois de 2021.

L’Algérie interdit le survol de son territoire aux avions militaires français.

Les relations algéro-françaises entrent dans une nouvelle zone de turbulences. L’Algérie a décidé ce dimanche 3 octobre 2021 d’interdire le survol de son territoire par les avions militaires français dans le cadre de l’opération Barkhane au nord Mali. C’est ce que rapporte la presse française.

Cette décision intervient au lendemain du rappel par l’Algérie de son ambassadeur à Paris pour consultations, suite aux récents propos du président français, Emmanuel Macron, sur l’Algérie, rapportés par le quotidien français Le Monde.

L’Algérie a interdit le survol de son territoire aux avions militaires français, qui empruntent d’habitude son espace aérien pour rejoindre ou quitter la bande sahélo-saharienne où sont déployées les troupes de l’opération Barkhane, selon le porte-parole de l’état-major français, le colonel Pascal Ianni, cité par l’AFP.

« Ce matin, en déposant les plans de vol de deux avions, nous avons appris que les Algériens fermaient le survol de leur territoire aux avions militaires français (…) Cela n’affecte ni les opérations ni les missions de renseignements [menées par la France au Sahel] », a-t-il indiqué à l’AFP. Cette dernière a rappelé que l’Algérie revient sur une faveur accordée à la France par le président déchu Bouteflika il y a quelques années.

Les propos d’Emmanuel Macron sur l’Algérie.

Jeudi dernier, selon Le Monde, Emmanuel Macron avait déclaré lors d’une rencontre avec de jeunes descendants de protagonistes de la guerre d’Algérie (1954-1962) : « Je ne parle pas de la société algérienne dans ses profondeurs mais du système politico-militaire qui s’est construit sur cette rente mémorielle. On voit que le système algérien est fatigué, le Hirak (mouvement populaire ndlr) l’a fragilisé. J’ai un bon dialogue avec le président Tebboune, mais je vois qu’il est pris dans un système qui est très dur. »

Selon la même source, le président français a dénoncé ce qu’il a appelé, une « histoire officielle », en Algérie, qui « est totalement réécrite et ne s’appuie pas sur des vérités, mais sur un discours qui, il faut bien le dire, repose sur une haine de la France ». « La nation algérienne post-1962 s’est construite sur une rente mémorielle. Tout le problème, c’est la France », a déclaré Macron qui a ajouté que cette « réécriture » l’inquiète, car elle « peut déboucher sur « un renfermement » de cette mémoire et « un éloignement » avec le peuple algérien.

Selon la même source, Emmanuel Macron souhaiterait une production éditoriale portée par la France, plus offensive, en arabe et en berbère, pour contrer au Maghreb une désinformation et une propagande qui sont plutôt portées par les Turcs et qui « réécrivent complètement l’histoire ».

« La construction de l’Algérie comme nation est un phénomène à regarder. Est-ce qu’il y avait une nation algérienne avant la colonisation française ? Ça, c’est la question. Il y avait de précédentes colonisations. Moi, je suis fasciné de voir la capacité qu’a la Turquie à faire totalement oublier le rôle qu’elle a joué en Algérie et la domination qu’elle a exercée. Et d’expliquer qu’on est les seuls colonisateurs, c’est génial. Les Algériens y croient », a-t-il encore déclaré.

Sur la question de réduction des visas accordés aux ressortissants d’Algérie, du Maroc et de Tunisie, le président français, a expliqué, selon Le Monde, qu’ »il n’y aura pas d’impact sur ce qu’on évoque. On va s’attacher à ce que les étudiants et le monde économique puissent le garder. On va plutôt ennuyer les gens qui sont dans le milieu dirigeant, qui avaient l’habitude de demander des visas facilement ». Cette décision est considérée par Macron comme un « moyen de pression pour dire à ces dirigeants que si vous ne coopérez pas pour éloigner des gens qui sont en situation irrégulière et dangereux, on ne va pas vous faciliter la vie ».
L’Algérie exprime son rejet « catégorique » de l’ingérence dans ses affaires intérieures.

Réagissant aux déclarations du président français, l’Algérie a d’abord annoncé samedi le rappel de son ambassadeur à Paris pour consultations. Dans la soirée d’hier, la Présidence de la République a publié un communiqué à travers lequel elle a exprimé son rejet « catégorique de l’ingérence inadmissible dans ses affaires intérieures » à la suite des propos non démentis que plusieurs sources françaises ont attribué nommément au Président de la République française.

« A la suite des propos non démentis que plusieurs sources françaises ont attribué nommément au Président de la République française, l’Algérie exprime son rejet catégorique de l’ingérence inadmissible dans ses affaires intérieures que constituent lesdits propos », a précisé la même source.

« Les propos en question portent une atteinte intolérable à la mémoire des 5.630.000 valeureux martyrs qui ont sacrifié leurs vies dans leur résistance héroïque à l’invasion coloniale française ainsi que dans la Glorieuse Révolution de libération nationale », a ajouté la Présidence de la République, estimant que « les crimes de la France coloniale en Algérie sont innombrables et répondent aux définitions les plus exigeantes du génocide contre l’humanité. Ces crimes qui ne sont pas prescriptibles, ne sauraient faire l’objet d’une manipulation des faits et d’interprétations atténuantes ».

Pour la Présidence de la République, « la propension des nostalgiques de l’Algérie française et des milieux qui se résignent difficilement à l’indépendance pleine que les Algériens ont gagnée de haute lutte, s’exprime à travers de vaines tentatives d’occulter les exactions, massacres, enfûmades, destructions de villages, des centaines de +Oradour-Sur-Glane+, éradications de tribus de résistants, qui sont des génocides en séries que les acrobaties conceptuelles et les raccourcis politiques ne parviendront jamais à occulter ».
L’Algérie qualifie d’ »irresponsables » les propos de Macron.

« Pour leur part, les appréciations superficielles, approximatives et tendancieuses énoncées en ce qui concerne l’édification de l’Etat national algérien ainsi que sur l’affirmation de l’identité nationale relèvent d’une conception hégémonique éculée des relations entre Etats et ne sauraient, en aucune façon, être compatibles avec le ferme attachement de l’Algérie à l’égalité souveraine des Etats », a-t-on souligné dans le communiqué.

« Cette malencontreuse intervention qui heurte fondamentalement les principes devant présider à une éventuelle coopération algéro-française en matière de mémoire, a l’incorrigible défaut de tendre vers la promotion d’une version apologique du colonialisme au détriment de la vision établie par I’Histoire de la légitimité de luttes de la libération nationale, alors que rien ni personne ne peut absoudre les puissances coloniales de leurs crimes, y compris les massacres du 17 octobre à Paris dont l’Algérie et sa communauté établie en France s’apprêtent à commémorer dans la dignité », a ajouté la même source.

« Face à la situation particulièrement inadmissible engendrée par ces propos irresponsables, le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, a décidé le rappel immédiat en consultations de l’ambassadeur d’Algérie auprès de la République française », a conclu le communiqué.

.

Retrouvez l’intégralité de tout ces articles sur www.algerie-eco.com


https://www.algerie-eco.com
flash info,journal,quotidien,information,presse,islam,news,musulman,coran,sourate,croyance,islamophobie,ccif,islamophobe,gaza,palestine,ouighours,israel,Rohingyas,tartar,cpi,Centre Palestinien D’Information,mouslimradio,hamas,Hébron,Cisjordanie,algérie,maroc,tunisie,maghreb

Mouharram,safar,Rabi èl A’oill,Rabi At’sèni,Joumada èl A’oill,Joumada At’sèni,Rajab,Chabann,Ramadann, cha’oual,Dhou èl Qidah,Dhoul hidjah

Laisser un commentaire