MouslimRadio Programmes de diffusion sur MouslimRadio

Actuellement, en direct sur Loading ...


Flash info pour le 29 Joumada At-Thani 1439.

Flash info pour le 29 Joumada At-Thani 1439.

Pour écouter MouslimRadio partout ou vous voulez, télécharger l’application Tunein sur www.tunein.com, disponible pour tout les types de téléphone, tablette et même les pc. Android, iPhone, Windows phone, etc… Tapez MouslimRadio dans la barre de recherche Tunein et hop, vous nous écouter, inch Allah… Les liens sont aussi visible sur notre site, www.mouslimradio.info.

AJIB.FRkatibin.frjournaldumusulman.frislametinfo.fr
saphirnews.comoumma.comdesdomesetdesminarets.frC P I, Centre Palestinien D'Information
www.mizane.infowww.agencemediapalestine.frhttp://www.tribunelecteurs.com/https://lemuslimpost.com/

Sur Ajib.fr, voici les titres.

National Geographic fait profil bas après des décennies de reportages racistes.
Rares sont les médias qui reconnaissent leurs erreurs, pourtant National Geographic se distingue de ses pairs en faisant son mea culpa.
Le magazine américain justifie le lancement de son numéro d’avril dédié aux problèmes de racisme et à la diversité ethnique. On peut notamment voir en couverture, des sœurs jumelles nées d’une mère anglaise et d’un père jamaïcain, l’une est blanche, l’autre noire avec comme sous-titre : « Ces sœurs jumelles nous font repenser tout ce que nous savons sur la race ».
Une bonne entrée en matière pour la rédactrice en chef, Susane Goldberg de revenir sur le passé du magazine.
« Pendant des décennies, nos reportages ont été “racistes” », a-t-elle écrit en titre de l’édito publié le 12 mars dernier.
Né à l’apogée du colonialisme en 1888, National Geographic a suivi la tendance de l’époque, celle de la discrimination et de la ségrégation. La rédactrice rappelle qu’en 1916, le magazine désigne les aborigènes d’Australie comme des « sauvages » possédant « la moindre des intelligences humaines ».
Etant la « première femme et première personne de confession juive » à la tête de la revue américaine, Susanne Goldberg déplore le concept de « race » véhiculé par le magazine.
Le choix de cette « couverture exceptionnelle du sujet des races » a poussé la rédactrice à faire un examen de conscience car « le principe même de races est une hérésie scientifique, et ne résulte d’aucune façon d’une différenciation biologique », a-t-elle écrit.
Lu et apprécié par des millions de personnes à travers le monde, le succès du magazine incite à la réflexion.
« La manière dont nous présentons les minorités a une importance cruciale » explique la journaliste qui reconnaît que le magazine « a très peu fait pour faire en sorte que ses lecteurs dépassent les stéréotypes de la culture blanche occidentale ».
Un mea culpa tardif certes mais qu’il convient de saluer. Susane Goldberg jette un pavé dans la mare en dénonçant les préjugés véhiculés par les médias traditionnels.
Pour elle, il est temps « D’analyser le recours politique actuel aux logiques éhontément racistes et de prouver que nous valons mieux que cela . »

Sri-Lanka : Le gouvernement ferme Facebook suite à la vague de violence.
Les réseaux sociaux ont gagné au fil du temps un pouvoir incontestable et incontesté, Parmi eux Facebook, une plateforme censée à la base permettre à ses utilisateurs d’échanger des messages, joindre des amis ou de publier des photos.
Avec plus de 2 milliards d’utilisateurs actifs, Facebook fait régulièrement l’objet de débats tant sur le plan juridique que politique, économique et social. Son influence aujourd’hui est telle que le célèbre réseau social peut déstabiliser un pays.
Le Sri Lanka fait actuellement face à une flambée de violence contre la minorité musulmane. Des messages haineux véhiculés via Facebook et WhastApp ont contraint le gouvernement sri-lankais à ordonner aux fournisseurs internet et aux opérateurs de téléphonie de bloquer temporairement l’accès à leurs services.
« Ces plates-formes sont interdites parce qu’elles propageaient des discours haineux et les amplifiaient », a déclaré Harindra B. Dassanayake, un porte-parole du gouvernement, dans une interview téléphonique jeudi.
La situation a nécessité dimanche la mise ne place d’un état d’urgence à l’échelle nationale. Des dizaines d’entreprises et de maisons appartenant à des musulmans ainsi qu’une mosquée ont été attaquées.
Cela fait pourtant des années que les groupes de surveillance internet tirent la sonnette d’alarme, mettant en garde le gouvernement sri-lankais sur l’utilisation de Facebook comme outil de propagande par les extrémistes. La plateforme est régulièrement mise à contribution pour la diffusion de messages haineux à l’encontre des minorités ethniques au Sri Lanka.
Freedom House, un organisme sans but lucratif basé à Washington a déclaré dans un rapport :
« Le discours de haine contre les minorités continue de fomenter sur diverses plateformes de médias sociaux, en particulier Facebook ».
La majorité bouddhiste du Sri Lanka est à l’origine de cette nouvelle flambée de haine,elle propage des fake news sur de soi-disant attaques fomentées par des musulmans.
« Certaines attaques qui n’ont pas réellement eu lieu sont signalées. Il se répand que nous sommes attaqués et nous devons répondre », a déclaré M. Dassanayake.
Facebook quant à lui se défend d’une quelconque responsabilité dans la situation actuelle, précisant que ses règles contre les discours de haine sont claires tout en assurant « soutenir les efforts visant à identifier et supprimer ce type de contenu ».
M. Dassanayake a déclaré pour sa part que Facebook sera à nouveau opérationnel dès que la situation le permettra.
Le Sri Lanka n’est pas le seul pays à subir l’influence du célèbre réseau social, le Myanmar, l’Inde, le Cachemire et la Turquie ont recours au même procédé pour enrayer des discours de haine relayés par les réseaux sociaux.

Sur islam et info.fr, voici les titres.

Plusieurs mosquées en Angleterre classées comme patrimoine historique protégé.
Les mosquées anglaises obtiennent le statut de patrimoine protégé dans ce qui est décrit comme une célébration du «riche héritage musulman». L’Angleterre a indiqué que le gouvernement ajoutait deux mosquées de Londres à sa liste de bâtiments protégés et améliorait le statut de deux autres.
Le ministre du Patrimoine, Michael Ellis, a déclaré que l’inscription des mosquées dans le patrimoine historique était aussi l’occasion de démontrer le riche héritage des communautés musulmanes en Angleterre. La Mosquée centrale de Londres et le Centre culturel islamique de Regent’s Park, construits comme point central du culte musulman à Londres, sont nouvellement classés au grade II.
La mosquée de Fazl, Southfields, qui était la première mosquée construite à cet effet à Londres et seulement le deuxième en Grande-Bretagne, a reçu le statut de Grade II. La mosquée Shah Jahan à Woking, la première mosquée construite en Grande-Bretagne, qui remonte à 1889, a été améliorée de la catégorie II à la classe I.
Elle devient la seule mosquée classée Grade I dans le pays. La terrasse Brougham de Liverpool, considérée comme la première mosquée entièrement fonctionnelle de Grande-Bretagne, a été transformée en Grade II pour refléter sa valeur historique. Et la mosquée Howard Street à Bradford, qui est déjà classée au grade II, a été mise à jour pour refléter son importance en tant que «mosquée de maison».
Les listes nouvelles et améliorées, faites par le département de la Culture sur les conseils de Historic England, viennent à la suite de la recherche pour le nouveau livre de l’agence du patrimoine The British Mosque.
M. Ellis a déclaré:
«Nos bâtiments historiques racontent l’histoire du passé de la Grande-Bretagne et les personnes, les lieux et les événements qui les ont façonnés.
«En répertoriant ces magnifiques mosquées, nous ne conservons pas seulement d’importants lieux de culte, mais nous célébrons également le riche héritage des communautés musulmanes en Angleterre. Duncan Wilson, directeur général de l’Angleterre historique, a déclaré que les mosquées étaient des lieux de culte exceptionnels.
«Grâce à cette liste, nous célébrons certains de nos plus beaux exemples du patrimoine islamique, de Shah Jahan à Woking, la première mosquée construite dans le pays, à la célèbre Mosquée centrale de Regent’s Park.

Le Qatar signe un accord de 3,7 milliards de dollars pour l’achat d’hélicoptères militaires italiens.
Le Qatar a annoncé qu’il dépensera 3,71 milliards de dollars (3 milliards d’euros) pour acheter 28 hélicoptères militaires, son dernier achat de défense de haut niveau au cours d’une crise diplomatique amère avec ses voisins du Golfe.
L’accord pour les hélicoptères NH90 a été annoncé mercredi par le ministère de la Défense du Qatar lors d’une conférence sur le matériel militaire à Doha.
Mashout Faisal Al Hajri, commandant de l’armée de l’air émiratie, a déclaré que l’accord “contribuera grandement à renforcer les capacités et l’efficacité” de l’armée de l’air du Qatar, selon l’agence de presse Qatar.
L’entrepreneur italien de défense Leonardo agira en tant que contractant principal dans l’affaire, bien qu’il ait été officiellement signé avec le consortium de NHI, qui inclut également Airbus et le constructeur aéronautique néerlandais Fokker.
“Nous sommes fiers d’avoir signé ce contrat qui élargit et prolonge le partenariat solide et à long terme de Leonardo avec le Qatar”, a déclaré Alessandro Profumo, directeur général de Leonardo.
Il a déclaré que la livraison des hélicoptères devrait commencer en 2022.
Également mercredi, le Qatar a annoncé qu’il avait signé un protocole d’entente avec Raytheon, un entrepreneur de la défense des États-Unis, dans le domaine de la cybersécurité.
Le Qatar a été isolé par un groupe de pays voisins et d’anciens alliés dirigés par l’ Arabie saoudite au cours des neuf derniers mois dans un conflit politique, diplomatique et économique.

Sur saphirnews.com, voici les titres.

La fin de la tutelle saoudienne sur la Grande Mosquée de Bruxelles actée .
Cela faisait des mois que la question d’une rupture de convention liant la Belgique à l’Arabie Saoudite concernant la gestion du Centre islamique et culturel de Belgique (CICB), aussi connue sous le nom de la Grande Mosquée de Bruxelles, est sur la table ; cela est désormais acté.
Le gouvernement fédéral a décidé, vendredi 16 mars, de résilier la convention, mettant ainsi en œuvre une recommandation d’octobre 2017 de la commission d’enquête sur les attentats de mars 2016 à Bruxelles visant à mettre fin à l’ingérence d’Etats étrangers dans l’islam en Belgique.
Un délai d’un an s’ouvre avec la décision, précise l’agence Belga. Ce temps sera mis à profit pour constituer une nouvelle structure associant l’Exécutif des musulmans de Belgique (EMB) et une association locale qui doit encore se constituer. Ensemble, ils s’occuperont principalement de la gestion de la mosquée, dont la vision rigoriste de l’islam prôné jusque-là par ses dirigeants issus de la Ligue islamique mondiale est très critiquée.
Celle-ci devra introduire un dossier de reconnaissance officielle afin d’établir une « relation durable » avec les autorités belges « tout en respectant les lois et les traditions de notre pays qui véhiculent une vision tolérante de l’islam », indique le ministre de la Justice Koen Geens dans un communiqué.
L’indemnité dont devra s’acquitter l’Etat en raison de la rupture du bail emphytéotique – conclue pour durer initialement 99 ans – sera limité, a assuré le ministre de l’Intérieur en charge de la Régie des bâtiments, Jan Jambon, sans que le montant ne soit précisé à ce stade.
Cette décision met ainsi fin à un demi-siècle d’une gestion saoudienne de la Grande Mosquée de Bruxelles, voulue par le roi Baudoin pour asseoir de bonnes relations économiques avec le royaume wahhabite. C’est d’ailleurs lui qui remettra les clés du lieu de culte en personne à son homologue Fayçal lors de son séjour officiel en Belgique en 1969.

Robert Ménard relaxé pour ses propos sur « le grand remplacement » .
La Cour d’appel de Paris a relaxé, mercredi 14 mars, le maire de Béziers Robert Ménard, infirmant la décision du tribunal correctionnel de Paris le reconnaissant coupable, en avril 2017, de provocation à la haine et à la discrimination.
Dans un tweet datant du 1er septembre 2016, Robert Ménard publiait ce message : « #Rentréedesclasses : la preuve la plus éclatante du #GrandRemplacement en cours. Il suffit de regarder d’anciennes photos de classe. » Quatre jours plus tard, il déclarait sur LCI : « Dans une classe du centre-ville de chez moi, 91 % d’enfants musulmans. Évidemment que c’est un problème. Il y a des seuils de tolérance. »
La partie civile constituée notamment de la Ligue contre le racisme et l’antisémitisme (LICRA) et de SOS Racisme ont porté l’affaire devant la justice qui condamne en première instance l’élu d’Hérault à 2 000 euros d’amende pour provocation à la discrimination et 1 000 euros de dommages et intérêts.
En appel, les juges ont expliqué la relaxe du prévenu du fait que, selon eux les propos qualifiés de haineux ou de discriminatoires doivent impérativement contenir « une exhortation éventuellement implicite » pour que la charge de « provocation » soit maintenue. « Je ne supporte pas l’idée que l’on puisse penser que je suis raciste ou que l’on pense que je veuille m’en prendre à des enfants en fonction de leurs origines », a indiqué, ravi, Robert Ménard aux journalistes présents devant la Cour d’appel.

Sur oumma.com, voici les titres.

“D’abord, ils ont effacé notre nom”, le premier témoignage d’un Rohingya en France.
Journaliste, réalisatrice spécialiste de la Birmanie, Sophie Ansel est l’invitée de l’Esprit d’actu à l’occasion de la parution de son dernier ouvrage “D’abord ils ont effacé notre nom” (Ed. de la Martinière ) écrit avec Habiburahaman, militant apatride des droits de l’homme Rohingya. Un livre -témoignage sur les nettoyage ethniques et les persécutions des Rohingyas en Birmanie.
reportage a voir sur oumma.com.

Sergio Ramos, le capitaine du Real Madrid, appelle à soutenir les enfants syriens.
Interminable et mortifère, le cauchemar syrien hante les pensées de certaines vedettes du football. Bien que grisées par le tourbillon de la gloire et de l’argent-roi, elles ne détournent pas les yeux devant l’horreur d’un conflit long de sept ans, qui se passe loin de leur cocon douillet.
« Sept ans de souffrance, toujours plus de meurtres, d’attaques contre les écoles et les hôpitaux, les enfants doivent réaliser leurs rêves ». La profonde consternation de Sergio Ramos, le capitaine du Real Madrid, après les massacres qui ont endeuillé la Ghouta orientale, ne se lit pas en filigrane, mais s’affiche sur son compte Twitter en toutes lettres, en guise de triste légende d’un clip vidéo posté en signe de solidarité avec les enfants de Syrie.
Un jour avant lui, son co-équipier et superstar Cristiano Ronaldo s’était ému du sort des enfants syriens, ces petites victimes innocentes prises en otages de l’une des guerres les plus dévastatrices de l’histoire récente pour les jeunes générations de la région, et avait posté une vidéo de soutien sur les réseaux sociaux.
reportage a voir sur oumma.com.

La judokate algérienne Amina Belkadi refuse de combattre contre une israélienne.
Il est des refus de combattre qui, loin d’être une capitulation, constituent de véritables actes de résistance, en l’occurrence contre la normalisation de l’image et des relations avec Israël.
A Agadir, lors des championnats du monde de judo, Amina Belkadi, la talentueuse judokate algérienne qui fait la fierté de la wilaya de Tlemcem, d’où elle est originaire, a brillé par son absence sur le tatami, portant haut les couleurs de l’Algérie rangée, historiquement et inconditionnellement, du côté de la Palestine.
A l’annonce du résultat du tirage au sort qui l’opposait à une adversaire israélienne, la championne d’Afrique dans la catégorie des moins de 63 kg n’a pas hésité une seule seconde à jeter l’éponge, en signe de sa plus vive protestation contre la chimérique “seule démocratie du Proche-Orient” mais bien réel Etat d’Apartheid, sévissant en toute impunité dans cette région du monde.
Elle a ainsi perpétué une longue tradition de boycott sportif d’Israël, marchant sur les pas d’autres athlètes algériens, parmi lesquels les forfaits salués en hauts faits d’armes, à Barcelone et à Rome, du champion d’Afrique de judo, Meziane Dahmani, et de la lutteuse Meryem Ben Moussa, sont encore dans toutes les mémoires.

Sur des domes et des minarets.fr, voici les titres.

États-Unis : accompagnées de trois enfants, deux femmes vandalisent une mosquée et diffusent leur acte via Facebook live.
La scène a été entièrement diffusée par les auteurs des faits en direct sur le réseau social Facebook. Accompagnées de trois enfants, Tahnee Gonzales et Elizabeth “Liz” Dauenhauer voulaient enseigner le “patriotisme” à ces enfants. Pour cela, elles ont eu l’idée de les emmener à la mosquée du coin, le centre islamique de Tempe, ville située dans l’État de l’Arizona).
Après s’être arrêtés devant un complexe commercial tenu par des musulmans, pour montrer selon elles l’ampleur de l’”invasion islamique”, le groupe se rend à la mosquée. Les séquences montrant l’une des femmes, particulièrement haineuse et remontée contre les musulmans, en train de dérober dans l’enceinte de la mosquée, des livres, des dépliants tout en proférant des insultes racistes et islamophobes, bien connues de la sphère islamophobe.
En tentant de s’introduire à l’intérieur de la salle de prière, elles croisent un fidèle. Les deux femmes profèrent insultes et propos islamophobes bien connus de la sphère islamophobe : “vous vous mariez avec des filles de 9 ans”, “vous êtes une menace pour l’Amérique”.
La vidéo montre ensuite deux enfants en train de monter sur une camionette utilisée par la mosquée comme véhicule funéraire. On y entend la femme mettre en garde les enfants contre les “musulmans morts”.
Un acte qui a choqué la communauté musulmane outre-Atlantique. Les responsables de la mosquée étudient la possibilité de porter plainte. Depuis l’arrivée au pouvoir de Donald Trump, les actes islamophobes et antijuifs se multiplient.
reportage a voir sur des domes et des minarets.fr.

Sur le muslim post.com, voici les titres.

Manuel Valls avance (encore) ses idées sur la laïcité et l’Islam.
Le spécialiste de l’Islam a parlé : dans Le Point, Manuel Valls décline ses idées concernant la laïcité. Peu écouté par Emmanuel Macron sur ce sujet, l’ancien Premier ministre veut inciter le président de la République et son gouvernement à être offensifs sur ce thème : « Je ne veux pas, comme par le passé, que l’on pèche par excès de frilosité sur ces sujets-là », lui qui fut Premier ministre et ministre de l’Intérieur.
On connaît les divergences d’opinion entre Emmanuel Macron et son ancien collègue du gouvernement. Manuel Valls indique que « le concept fructueux du ‘en même temps’ est applicable souvent mais pas tout le temps, notamment sur la République, qui est une et indivisible, et sur la laïcité, qui elle aussi est unique et reste une singularité française. » Une façon de critique Macron à demi-mots.
Visé par le chef de l’Etat qui parlait de lui comme d’un laïc « radicalisée », Manuel Valls semble toujours en vouloir au président. Ce qui ne l’empêche pas de redire sa vision de l’Islam en France, qu’il veut « débarrassé du poison des Frères musulmans, du salafisme et de l’influence étrangère. »
Sans qu’Emmanuel Macron lui ait demandé son avis, Manuel Valls avance ses idées : un nouveau concordat pour l’Islam ? Pas question, pour l’ancien Premier ministre. Pour en arriver à ses fins, Manuel Valls a une idée : « Je fais le pari que les musulmans de France peuvent remporter cette bataille, mais pour cela il faut les aider à rendre pleinement compatible l’islam avec la démocratie, à intégrer la séparation avec l’État, l’égalité femme homme », explique le député qui assure qu’il faut réformer l’Islam « sans paternalisme » et « sans remettre en question la loi de 1905. »
Sans doute Valls est-il encore poussé dans sa haine de l’islam, par sa femme juive.

Sur agence media palestine.fr, voici les titres.

Les forces d’occupation israéliennes ont détenu 1319 Palestiniens pendant les mois de janvier et février.
Ramallah/Gaza : pendant les mois de janvier et février 2018, les FOI ont arrêté 1319 Palestiniens dans les territoires palestiniens occupés, dont 274 enfants, 23 femmes, et 4 journalistes.

Ces chiffres sont tirés d’un rapport commun publié ce mardi, pour les mois de janvier et février, par l’Association de défense des prisonniers et des libertés, le Club du prisonnier palestinien, l’Association Addameer de soutien aux prisonniers et aux droits de l’homme, et le Centre Al Mezan pour les droits de l’homme.

Parmi ces Palestiniens arrêtés, 381 sont de Jérusalem, 233 des gouvernorats de Ramallah et d’Al Bireh, 140 de celui d’Hébron, 133 de Jénine, 118 de Bethléhem, 107 de Naplouse, 59 de Tulkarem, 54 de Qalqiliya, 20 de Salfit, 21 de Jéricho, et 30 de la bande de Gaza.

Au 28 février 2018, le nombre de prisonniers et de détenus palestiniens dans les prisons israéliennes était de 6500. 63 d’entre eux étant des femmes, dont 6 des jeunes filles, et 350 des enfants. Concernant la politique de détention administrative, les autorités d’occupation ont rendu 169 ordonnances depuis le début de l’année, comprenant 52 nouvelles ordonnances. À la fin de la période, il y avait au total 500 détenus administratifs.

En outre, le rapport met l’accent sur les dossiers de Yassin al-Saradih de Jéricho, et d’Ismael Abu Riala de Gaza. Dans ces cas particuliers, les autorités d’occupation ont violé leur droit à la vie lors de leur détention. Les institutions de défense des droits de l’homme affirment que les forces d’occupation israéliennes ont tué 213 détenus depuis 1967. Une grande part d’entre eux étant morts des suites d’actes de torture, à savoir 72 détenus.

Le rapport attire aussi l’attention sur la question des fouilles à nu effectuées par les autorités pénitentiaires israéliennes. Plusieurs témoignages ont été présentés par des détenus qui montrent que ces fouilles ont porté atteinte à leur dignité fondamentale.

Il se réfère également à des violations des droits des femmes enfermées dans les prisons israéliennes, violations documentées par des visites d’organisations de défense des droits de l’homme. Ces violations comprennent : le refus de traitements médicaux pourtant particulièrement nécessaires alors qu’un certain nombre d’entre elles souffrent de blessures et de problèmes de santé, une alimentation de mauvaise qualité, une surpopulation dans les lieux de détention, et des sévices physiques et psychologiques.

Le rapport insiste sur le fait que l’État occupant commet de graves et systématiques violations des règles du droit international et du droit international des droits de l’homme. Le rapport demande la création, par le Conseil des droits de l’homme, d’une Commission d’enquête sur les violations israéliennes des droits des détenus, et que soit déclenchés des mécanismes internationaux pour la mise en responsabilité de leurs auteurs.
Des organisations de défense des droits de l’homme demandant aussi aux Hautes Parties contractantes aux Conventions de Genève d’assumer leurs responsabilités et de faire pression sur l’État occupant afin qu’il respecte les règles du droit international et les droits des détenus.
Traduction : JPP pour l’Agence Média Palestine.
Source : Addameer.

Comment Stephen Hawking a soutenu la cause palestinienne.
On se souviendra du célèbre scientifique, maintenant décédé, non seulement pour son travail mais également pour son soutien à la Palestine.
Hawking a fait les gros titres en Mai 2013 lorsqu’il a décidé de boycotter une conférence de haut rang en Israël où il devait prendre la parole.
Stephen Hawking, le scientifique de renommée mondiale qui est décédé mercredi à l’âge de 76 ans, était connu non seulement pour ses travaux révolutionnaires mais aussi pour son soutien à la Palestine.
Hawking, qui avait une maladie neuro-motrice, a fait les gros titres en mai 2013 lorsqu’il a décidé de boycotter une conférence de haut rang en Israël où il devait prendre la parole.
Le physicien travaillait alors à l’Université de Cambridge au Royaume-Uni.
La « Conférence Présidentielle », un évènement universitaire organisé à Jérusalem, était présidée par l’ancien président israélien Shimon Pérès.
Dans une lettre qu’Hawking a envoyé aux organisateurs le 3 Mai, il déclarait qu’ il est très probable que la politique de l’actuel gouvernement israélien conduise à la catastrophe ».
« J’accepte l’invitation à la Conférence Présidentielle avec l’intention que cela me permettra non seulement d’exprimer mon avis sur les perspectives d’accords de paix mais aussi sur la Cisjordanie.
« Cependant, j’ai reçu de nombreux emails de la part d’universitaires palestiniens. Ils sont unanimes quant au fait que je devrais respecter le boycott. Compte tenu de cela, je dois me retirer de la conférence. »
« Si j’avais participé à la conférence j’aurais exprimé mon opinion sur le fait qu’il est très probable que la politique de l’actuel gouvernement israélien conduise à la catastrophe, » dit la lettre.
Le comité britannique pour les universités de Palestine, une organisation d’universitaires basés au Royaume Uni soutenant le boycott académique d’Israël, avait déclaré à l’époque, avec l’accord d’Hawking : « C’est sa décision de respecter le boycott, basée sur ses connaissances de la Palestine, et sur le conseil unanime de ses propres contacts là-bas. »
La décision d’Hawking avait été largement célébrée par les militants et universitaires palestiniens.
« Les Palestiniens ont profondément apprécié le soutien de Stephen Hawking au boycott académique d’Israël, » a déclaré Omar Barghouti, l’un des fondateurs du mouvement Boycott, Désinvestissement, Sanctions (BDS).
« Nous pensons que cela va relancer au sein des universitaires au niveau international le genre d’intérêt pour le boycott académique qui était présent dans la lutte contre l’apartheid en Afrique du Sud. »
Ali Abunimah, un journaliste américain-palestinien, a écrit : « Quand on regarde en arrière, on s’aperçoit que la décision d’Hawking de respecter le BDS peut être vue comme un tournant décisif, le moment où le boycott d’Israël en tant que lutte pour la justice est devenu grand public ».
Soutien aux étudiants palestiniens.
La sympathie d’Hawking vis à vis de la cause palestinienne ne concernait pas uniquement le boycott d’Israël.
L’année dernière, il a demandé à ses millions d’abonnés sur Facebook d’aider financièrement l’Ecole Palestinienne de Physique Avancée, une série de conférences de physique pour les étudiants en master, en Cisjordanie occupée.
« Je soutien partout les droits à la liberté de mouvement, de publication et de collaboration des scientifiques, » a-t-il écrit.
Hawking a également publiquement félicité, dans une vidéo sur sa page Facebook, Hanan al-Hroub, une femme palestinienne qui a gagné le Prix Mondial de l’Enseignement en 2016.
« Vous êtes une source d’inspiration pour le monde entier, » a-t-il dit.
« Dans une société détruite par le conflit, où les enfants sont régulièrement exposés à la violence, Hanan Al Hroub construit de la confiance et apporte un soutien aux enfants souffrant de traumatismes psychologiques, au sein même de sa classe. »
Traduction: Lauriane G. pour l’Agence Média Palestine.
Source : Al Jazeera News.

####### Aujourd’hui en Palestine #######

Aujourd’hui en Palestine, Voici les principaux titres du site d’information, C P I, Centre Palestinien D’Information.

Les forces de sécurité en Cisjordanie arrêtent 6 citoyens
.
Les services de sécurité de l’Autorité palestinienne en Cisjordanie occupée ont arrêté six citoyens pour des raisons politiques, tout en continuant à arrêter les autres sans mandat ni base légale.
.
Les forces d’occupation arrêtent 5 Palestiniens de Naplouse et de Jénine
.
L’occupation arrête un palestinien au passage de Beit Hanoun
.
Le Hamas fustige les déclarations du ministre libanais des Affaires étrangères au sommet de Rome
.
Heniyah: le terrorisme israélien ne restera plus dans notre terre ni dans notre mer
.
La conférence de Rome promet 100 millions de dollars pour soutenir l’UNRWA
.
L’occupation prend d’assaut le cimetière d’Al Rahma à côté de la mosquée Al aqsa
.
Les forces d’occupation arrêtent le secrétaire du Fatah à Jérusalem
.
L’occupation remet une notification de confiscation des terres agricoles au sud de Naplouse
.
Commission parlementaire d’amitié algéro-palestinienne
.
L’UNRWA a besoin de fonds avant l’été, 100 millions promis par les donateurs
.
L’occupation plante des explosifs sur un site archéologique de Sebastia
.
OCHA lance un plan de réponse humanitaire à la situation tragique à Gaza
.
Abu Naim informe Hamdallah des circonstances de l’attentat de Gaza
.
Raids et arrestations en Cisjordanie occupée
.
Qu’avait dit Zahar à propos de l’attentat de Gaza?
.

Retrouvez l’intégralité de tout ces articles sur http:// french pal info.com
.


Le Centre Palestinien D'Information
LES TAGS
#flashinfo #journal #quotidien #information #presse #attentat #daesh #étatislamique #isis #tv #radio #article #islam #news #musulman #coran #sourate #croyance #islamophobie #ccif #islamophobe #cri #ldj #ldjm #gaza #palestine #ouighours #immigration #fn #israel #valls #hollande #terroriste #racisme #nazisme #Rohingyas #tartar #réfugier #migrant #hindoue #hindou #cpi #CentrePalestinienD’Information #sif #secoursislamique #mouslimradio #tunein #Hui #AmirTheVoice

flash info,journal,quotidien,information,presse,attentat,daesh,état islamique,isis,tv,radio,article,islam,news,musulman,coran,sourate,croyance,islamophobie,ccif,islamophobe,cri,ldj,ldjm,gaza,palestine,ouighours,immigration,israel,valls,hollande,terroriste,racisme,nazisme,Rohingyas,tartar,réfugier,migrant,hindoue,hindou,cpi,Centre Palestinien D’Information,sif,secours islamique,mouslimradio,Chams,tunein,life,ajib,katibin,oumma,saphirnews,mizane,jdm,journal du musulman,islam,info,Autorité Palestinienne,hamas,Hébron,Cisjordanie,Haaretz,Aquaboulevard,algérie,maroc,tunisie,maghreb,+972,Agence Media Palestine,Electronic Intifada,Ouïgours,Mintpress,MiddleEastEye,Newsweek,#AmirTheVoice

Laisser un commentaire