MouslimRadio Programmes de diffusion sur MouslimRadio

Actuellement, en direct sur Loading ...


Flash info du 7 Shawwal 1438.

Flash info du 7 Shawwal 1438.

Pour écouter MouslimRadio partout ou vous voulez, télécharger l’application Tunein, disponible pour tout les types de téléphone, tablette et même les pc. Android, iPhone, Windows phone, etc… Tapez MouslimRadio dans la barre de recherche Tunein et hop, vous nous écouter, inch Allah… Les liens sont aussi visible sur notre site, www.mouslimradio.info.
******************************************************************


La mort du Prophète (‘alayhi salat wa salam) : quand son regard se fixa…

Durant les semaines précédentes, nous nous sommes intéressés à la mort du Prophète (‘alayhi salat wa salam). C’est ainsi que nous avons évoqué le pressentiment de sa fin proche, le début de sa maladie et ses soins, ainsi que sa douleur et ses derniers propos. Nous nous penchons aujourd’hui, mes frères et soeurs, sur les propos qu’il a tenus quand son regard se fixa ainsi que sur les dernières personnes à l’avoir vu (‘alayhi salat wa salam).

Quand son regard se fixa.

Lorsque la mort vint à lui, le Messager d’Allah (‘alayhi salat wa salam) eut le regard qui s’est fixé. Il tint alors des propos que ‘Aisha (qu’Allah l’agrée) a rapportés puisqu’elle était auprès de lui lorsqu’il a commencé à tomber malade jusqu’à ce que la mort l’emporte.

Elle relate ainsi : « Ce jour-là, le Messager d’Allah tomba malade et il coucha dans ma demeure. Un homme de la famille al Bakr entra chez moi avec en main un siwak vert. Le Messager d’Allah y posa son regar et je sus qu’il le voulait. Je demandai : « Ô Messager d’Allah ! Aimerais-tu que je te donne ce siwak ? ». Il répondit : « Oui ». Elle continue : « Alors, je le pris et l’assouplis, ensuite je le lui remis. Il l’utilisa comme je ne l’avais jamais vu le faire auparavant. Puis, il le posa et je trouvai le Messager d’Allah, affaibli, dans mon giron. Je voulus regarder son visage mais son regard restait figé, alors qu’il répétait : « Plutôt vers la compagnie la plus éminente, au Paradis ». Je dis alors : « Tu as eu le choix et tu as choisi, par Celui qui t’a envoyé avec la vérité ! ». Puis le Messager d’Allah mourut » (Al Boukhari). Lorsque son regard se figea, le Prophète (‘alayhi salat wa salam) demandait à Allah de se retrouver avec la meilleure des compagnies qui puisse être au Paradis.

Il faut également savoir, chers frères et soeurs, que le Messager d’Allah (‘alayhi salat wa salam), contrairement au commun des humains, a eu le choix entre rester sur terre et retourner auprès de notre Créateur. C’est en ce sens que la mère des croyants raconte : « J’entendis que le Messager d’Allah ne pouvait pas mourir avant d’avoir eu le choix entre ce monde et l’au-delà. C’est alors qu’il fut pris par un enrouement durant la maladie qui causa sa mort. Je l’ai entendu dire : « Avec ceux que Tu as comblés de Tes bienfaits : les prophètes, les véridiques, les martyrs et les vertueux. Et quels bons compagnons que ceux-là ! » Je pensais alors qu’il avait reçu le choix. Le Prophète perdit connaissance dans mon giron. Je me suis mise à essuyer son visage et à invoquer pour qu’il guérisse. Il se réveilla et dit : « Je demande plutôt à Allah, de jouir de la compagnie la plus éminente et heureuse, celle de Jibril , de Mikail et d’Israfil« . (Ahmed). Il a ainsi fait le choix de retourner auprès d’Allah, tout en lui demandant la meilleure des compagnies qu’est celle des anges, il a d’ailleurs même cité leurs noms.

Quand la mort du Prophète (‘alayhi salat wa salam) approcha à grands pas, il le sentit et fit des invocations. ‘Aisha (qu’Allah l’agrée) rapporte : « J’ai entendu le Messager d’Allah implorer au moment de sa mort : « Ô Allah, pardonne-moi, accorde moi Ta miséricorde et fais-moi rejoindre la compagnie la plus éminente »« (Al Boukhari et Muslim).

Lorsqu’il mourut, le Messager d’Allah (‘alayhi salat wa salam) était auprès de son épouse ‘Aisha (qu’Allah l’agrée). C’est ainsi que la mère des croyants (qu’Allah l’agrée) raconte : « Le Messager d’Allah mourut alors qu’il se trouvait entre mon ventre et mon menton. Jamais je ne serai autant touchée de voir les affres de la mort de quelqu’un, après avoir vu celles du Messager d’Allah« (Al Boukhari). La mort du Prophète (‘alayhi salat wa salam) fut donc un instant extrêmement touchant et douloureux pour tous les musulmans.

Les dernières personnes à l’avoir vu.

Plusieurs personnes ont visité le Messager d’Allah (‘alayhi salat wa salam) avant sa mort, d’autant plus qu’il était malade. Ces compagnons l’ont ainsi vu comme Anas (qu’Allah l’agrée) qui rapporte : « La dernière fois que j’ai vu le Prophète c’était quand il tomba malade. Il ordonna à Abu Bakr de diriger les gens dans la prière. Tandis que nous accomplissions le dhohr, le Prophète souleva, de sa main, le rideau de l’appartement de ‘Aisha et contempla les gens. Je vis alors son visage. Il était telle une page du mushaf » (Al Boukhari et Muslim). Cette précision concernant le visage du Prophète (‘alayhi salat wa salam) signifie qu’il avait un visage resplendissant car la comparaison avec une page du Saint Coran suggère qu’il était lumineux. Le Messager d’Allah (‘alayhi salat wa salam), qui pourtant était souffrant, a ressenti ce besoin de voir sa communauté prier, comme il le lui a enseigné. Ce récit est touchant car il reflète la compassion que le Prophète (‘alayhi salat wa salam) ressentait pour sa communauté et ce, jusqu’à son dernier souffle sobhanAllah.

D’après Oum Salama, le dernier a avoir vu le Prophète (‘alayhi salat wa salam) fut son compagnon, cousin et gendre ‘Ali ibn Abi Talib (qu’Allah l’agrée). Oum Salama (qu’Allah l’agrée) raconte ainsi : « Par Celui par lequel Oum Salama jure, le dernier à avoir vu le Messager d’Allah fut ‘Ali. Le matin de sa mort, le Messager d’Allah envoya quelqu’un le chercher. Je pense qu’il le fit mander pour un besoin particulier. Il se mit alors à questionner, à trois reprises : « ‘Ali est-il arrivé ? ». Celui-ci vint avant le lever du soleil. Quand il arriva, je sus qu’il avait besoin de lui. Alors, nous sortîmes de la maison. Ce jour-là, nous avions rendu visite au Messager d’Allah dans la demeure de ‘Aisha. Je fus la dernière à sortir de la maison. Ensuite, je pris place au plus près de la porte. ‘Ali se pencha vers lui et il fut le dernier à le voir. Il lui confia des propres secrets, il lui fit des confidences » (Ahmed).

Nous savons à présent quelles furent les paroles du Prophète (‘alayhi salat wa salam) lorsque son regard se fixa ainsi que les personnes qui l’ont vu avant qu’il ne meurt. Nous poursuivrons prochainement, mes frères et soeurs, ce rappel sur la mort du meilleur des hommes (‘alayhi salat wa salam).

Que la prière et le salut d’Allah soient sur notre Prophète bien aimé. Qu’Il fasse de lui notre compagnon le jour où nous serons ressuscités.

AJIB.FR
***


Portrait de femme: Amani Khathatbeh, un titan du web.

Amani Khathatbeh n’était qu’une adolescente quand elle a lancé son blog MuslimGirl. C’était un passe-temps à l’époque. Aujourd’hui c’est devenu son métier. Le besoin de transmettre de la force aux femmes musulmanes qui a fait de son travail une référence dans le milieu de la technologie au point que le New-York Times l’a surnomme lui-même » un titan des médias « .

Si au départ, le site n’était que la volonté d’une ado de lutter contre ce qu’elle considérait comme l’image de la jeune musulmane sans droit à la parole, aujourd’hui, MuslimGirl.net et sa fondatrice de 23 ans sont une référence que l’on s’arrache aux Etats-Unis. Invitée à Los Angeles à la Women’s Mosque of America, elle donnait un discours dans lequel elle comparait la situation des musulmans de l’après 11/09 à Batman et le ravin dans The Dark night Rises. Elle explique que les musulmans peuvent se relever de cette haine constante et se sortir de cette épreuve pour devenir encore meilleurs.

MuslimGirl.net en chiffres cela donne cela: 1 000 000 de vues uniques par mois, 50 rédactrices qu’elle peut enfin payer comme il se doit car auparavant » elles travaillaient par amour « . Mais son principal objectif, avec cette aventure qui évolue d’une manière qui dépasse toutes ses attentes, est de faire de ce site une source durable d’autonomisation pour les femmes musulmanes.

» Je crois que cela peut être transformateur d’avoir des femmes de couleurs, des femmes musulmanes, et surtout des femmes musulmanes voilées dans le domaine des technologies. Nous devons accroitre notre visibilité. Notre visibilité est cruciale ».

AJIB.FR
***


Lettre à ma sœur, à mon frère : pare-toi de la pudeur.

Ma chère sœur, mon cher frère,

Je t’écris aujourd’hui afin d’évoquer une vertu dont tu dois te parer en tant que musulman(e) : la pudeur. Cette qualité qui nous distingue des personnes décomplexées. La pudeur est une sorte de réserve, de discrétion dans ton comportement, tes paroles et tes actions. C’est cette pudeur qui te permettra d’enrichir ta personne par une valeur noble, en ressemblant au Messager d’Allah (‘alayhi salat wa salam). Laisse moi te conseiller dans cette voie, ma sœur, mon frère, pour que l’on puisse œuvrer dans le bien et parfaire notre foi, inchaAllah.

Il te faut savoir, ma chère sœur, mon cher frère, que la pudeur fait partie intégrante de ta foi. Cette vertu est si importante que le Prophète (‘alayhi salat wa salam) a mis en garde ceux qui ne la possédaient pas. Il a ainsi dit : « Parmi les choses que les gens ont retenu des premières prophéties : si tu n’as aucune pudeur, fais ce que tu veux » (Al Boukhari). Ce hadith a été expliqué par le fait que la pudeur est une qualité du croyant. S’il délaisse la pudeur, il ouvre la porte qui le mènera à commettre les péchés et donc à faire « ce qu’il veut ». La pudeur est donc cette frontière qui nous sépare, toi, comme moi, de l’interdit. Cette frontière se doit d’être infranchissable pour nous oukhty, akhy, car elle nous permettra d’œuvrer dans le bien et d’éviter les grands péchés. Savais-tu que la pudeur était une vertu que les prophètes (‘alayhim salam) avant Mohamed (‘alayhi salat wa salam) avaient transmise ? Cela prouve l’importance que revêt la pudeur pour le croyant sobhanAllah.

Prenons comme exemple le père des hommes, le Prophète Adam (‘alayhi salam). Il fut l’exemple et l’essence même de la pudeur de l’homme. Lorsqu’il mangea de l’arbre interdit avec son épouse Hawa (qu’Allah l’agrée), leur nudité leur est apparue et ils ont donc tenté de la cacher, par pudeur. C’est ainsi qu’Allah a révélé : {Alors il les fit tomber par tromperie. Puis, lorsqu’ils eurent goûté de l’arbre, leur nudité leur apparut et ils commencèrent tous deux à y attacher des feuilles du Paradis. Et leur Seigneur les appela : « Ne vous avais-Je pas interdit cet arbre ? Et ne vous avais-Je pas dit que le Diable était pour vous un ennemi déclaré ?»} (Sourate 7 : Verset 22). Ce verset relève que la pudeur est une caractéristique humaine, qu’elle est propre à l’homme et qu’elle le différencie donc de l’animal. Cela prouve également le fait que le premier des hommes et des Prophètes (‘alayhi salam) ainsi que son épouse (qu’Allah l’agrée) étaient dotés de cette noble vertu qu’est la pudeur. Ne devons-nous pas, ma chère sœur, mon cher frère, prendre exemple sur eux ? Faisons ainsi preuve de pudeur avec notre corps, cela est bien plus sage et correspond à l’image du croyant.

Sache, ma chère sœur, mon cher frère, qu’il te faut faire preuve de pudeur vis-à-vis de notre Seigneur. Qui mérite plus que Lui que nous fassions preuve de pudeur face à lui ? Le fait d’être pudique envers Allah te permettra, oukhty, akhy, de délaisser les grands péchés, de t’éloigner au mieux des actes blâmables et de te rapprocher de lui, en toute sincérité et ce, dans tous tes actes d’adoration inchaAllah. La pudeur vis-à-vis d’Allah nous a été ordonnée par Son Messager (‘alayhi salat wa salam) dans sa parole : « Éprouvez de la pudeur vis-à-vis d’Allah comme il se doit. Que celui qui éprouve de la pudeur vis-à-vis d’Allah comme il se doit préserve sa tête et ce qu’elle contient, son ventre et ce qu’il renferme, qu’il se souvienne de la mort et de l’épreuve, et que celui qui désire l’au-delà délaisse la parure de ce bas monde. Celui qui fait cela aura éprouvé de la pudeur vis-à-vis d’Allah comme il se doit » (At Tirmidhy et Ahmed).

Oukhty, akhy, sais-tu que la pudeur te permettra d’accéder à de nombreux mérites inchaAllah ? Cette vertu est en effet un moyen de bénéficier de l’amour d’Allah. Permets-moi de te rappeler cette parole de notre Prophète bien aimé (‘alayhi salat wa salam) : « Allah est pudique et décent, Il aime la pudeur et la décence » (Abu Dawud et Ahmed). La pudeur est donc une qualité de notre Créateur. Elle est également une qualité qu’Il apprécie sobhanAllah. Ces deux mérites devraient à eux seuls nous pousser à nous parer de la pudeur.

Ma chère sœur, mon cher frère, garde à l’esprit que la pudeur est une qualité propre à l’Islam et aux musulmans. Le Prophète (‘alayhi salat wa salam) a dit en ce sens : « Chaque religion a une caractéristique et le caractère de l’Islam est la pudeur » (Ibn Majah). Le fait que la pudeur fasse partie de l’Islam démontre le rôle primordial que doit jouer cette qualité dans notre quotidien, en tant que musulmans. Rappelle-toi également, ma chère sœur, mon cher frère, cette célèbre parole prophétique : Ibn ‘Umar (qu’Allah l’agrée) rapporte que le Prophète (‘alayhi salat wa salam) est passé devant un homme des Ansars qui exhortait un de ses frères à la pudeur. Le Messager d’Allah (‘alayhi salat wa salam) lui dit : « Laisse-le, car la pudeur fait partie de la foi » (Al Boukhari). Le degré de ta foi est donc dépendant de la pudeur que tu manifesteras dans ton comportement, ton lien avec Allah et ta relation avec les autres.

J’espère que ces quelques paroles te permettront de méditer sur l’importance de la pudeur pour toi ma chère sœur, mon cher frère. Au delà du fait d’être une caractéristique propre à l’homme, la pudeur représente une qualité prophétique, un moyen d’accéder à l’amour d’Allah et une composante de ta foi.

Qu’Allah nous permette, à toi comme à moi, de faire preuve de pudeur. Qu’Il fasse de nous des serviteurs pieux, jusqu’à la venue de l’Heure.

AJIB.FR
***


France : Un homme tente de foncer en 4X4 sur la foule devant la mosquée de Créteil.

Un homme a tenté à plusieurs reprises de forcer les barrières de sécurité. Un homme à bord d’un véhicule 4X4 a tenté, ce jeudi soir, vers 18h30 de foncer sur la foule devant la mosquée située rue Jean Gabin à Créteil (Val-de-Marne).

« Ne parvenant pas à franchir les obstacles, le conducteur a poursuivi sa course, percuté un terre-plein, puis a pris la fuite », indique la préfecture de police dans un communiqué.

Aucun blessé parmi les fidèles n’est à déplorer. Le conducteur a été interpellé « sans incident » à son domicile, indique encore la préfecture de police.

journaldumusulman.fr
***


Angleterre : Deux musulmans attaqués à l’acide à Londres dénoncent l’islamophobie.

Deux Britanniques, une femme et un homme, ont été sauvagement attaqués à Londres le matin du 21 juin à l’acide alors qu’ils étaient à bord d’une voiture. Jameel Mukhtar et sa cousine Resham Khan, qui fêtait ses 21 ans peu après son retour d’une année d’échange universitaire à Chypre, ont été brûlés et défigurés.

« C’est certainement un crime de haine. Je crois que (cet acte) a quelque chose à voir avec l’islamophobie. (…) Je ne sais pas si des gens agissent en représailles. Nous sommes des gens innocents. Nous ne l’avons pas mérité », raconte Jameel Mukhtar, 37 ans, à Channel 4 vendredi 30 juin, après un temps passé dans le coma artificiel.

Alors que la voiture était arrêtée à un feu rouge, « j’ai ouvert la fenêtre en me demandant ce qu’il (l’agresseur) voulait parce que j’ai trouvé un peu étrange qu’il ait frappé à ma fenêtre et il a juste jeté ce liquide clair sur nous que je pensais être de l’eau », témoigne-t-il avec émotion.

Il a pensé que c’était une blague. « Jusqu’à ce que ma cousine commence à crier. Je la regardais brûler. Puis, j’ai brûlé et le gars s’est enfuit. » Des passants, en les voyant crier, ont réagi en leur jetant des seaux d’eau. Les deux victimes ont toutefois été grièvement blessées au visage et au corps.

L’assaillant présumé, que Jameel Mukhtar déclare n’avoir jamais vu de sa vie jusqu’au jour de l’attaque, est John Tomlin. L’homme de 24 ans n’a pas encore été arrêté et est activement recherché dans cette affaire.

Les vies de Jameel Mukhtar et Resham Khan sont changées à jamais. Les attaques à l’acide ont explosé en Grande-Bretagne.

En six ans, depuis 2011, plus de 1 500 agressions à l’acide sulfurique, libre de vente et souvent perpétrés entre gangs rivaux, ont été répertoriés rien qu’à Londres. 454 attaques à l’acide ont été recensés en 2016 selon la police londonienne.

saphirnews.com
***


Palestine : à Israël, l’ONU réitère son appel à mettre fin de l’occupation .

En finir avec l’occupation est le seul moyen de jeter les bases d’une paix durable répondant à la fois aux besoins de sécurité des Israéliens et aux aspirations des Palestiniens pour un Etat et une souveraineté, ont déclaré, jeudi 29 juin, le secrétaire général des Nations Unies António Guterres, et la vice-secrétaire générale Amina Mohammed.

Ce nouvel appel de l’ONU auprès d’Israël a été lancé à l’occasion d’un forum organisé au siège des Nations unies par le Comité pour l’exercice des droits inaliénables du peuple palestinien de l’Assemblée générale, pour marquer les 50 ans de l’occupation israélienne au-delà de la Ligne verte (Cisjordanie, Gaza, Jérusalem-Est).

« C’est le seul moyen d’atteindre les droits inaliénables du peuple palestinien », a souligné António Guterres, pour qui il est temps de revenir à des « négociations directes » pour résoudre toutes les questions de statut final « sur la base des résolutions de l’ONU, des accords et du droit international adéquats ».

Le chef de l’ONU, estimant qu’il est aussi temps de voir se créer un Etat palestinien indépendant, a rappelé que l’occupation a imposé « un lourd fardeau humanitaire et de développement au peuple palestinien ».

« Des générations de Palestiniens ont grandi dans des camps de réfugiés bondés, beaucoup dans une pauvreté abjecte et avec peu ou pas de perspective d’une vie meilleure pour leurs enfants », a déploré Antonio Guterres, déclarant que la résolution du conflit israélo-palestinien « éliminera le facteur de l’extrémisme violent et du terrorisme au Moyen-Orient ».

« Je comprends le profond sentiment de désespoir du peuple palestinien. Pendant trop longtemps, la communauté internationale n’a pas trouvé une solution juste et durable à leur déplacement », a aussi déclaré Amina Mohammed lors de ce forum.

« La vie de générations de Palestiniens et d’Israéliens a été confinée par un conflit qui a façonné le paysage physique et humain avec des murs en béton, des points de contrôle et des tours de surveillance, sous une forte atmosphère de peur, de méfiance mutuelle et de désespoir », a-t-elle ajouté.

« Une paix réelle ne peut être atteinte sans une résolution juste et durable », souligne la vice-secrétaire générale, prônant la solution à deux États comme « le seul moyen de faire en sorte que les Palestiniens et les Israéliens puissent réaliser leurs aspirations nationales et historiques et vivre dans la paix, la sécurité et la dignité ».

saphirnews.com
***


La présence de Michel Boujenah au Festival de Carthage suscite un tollé en Tunisie.

La perspective de voir Michel Boujenah se donner en spectacle sur la scène musicale du Festival International de Carthage n’a manifestement pas fait rire grand monde en Tunisie, et hormis quelques rires jaunes, la venue prochaine de l’humoriste français, d’origine tunisienne et de confession juive, a plutôt fait grincer des dents sur les réseaux sociaux du pays du jasmin…

Manquant cruellement d’humour ou d’auto-dérision, les positions « pro-sionistes et pro-Israël » du comique hexagonal, loin d’être jugées désopilantes de l’autre côté de la rive méditerranéenne, ont provoqué une levée de boucliers parmi de nombreux internautes tunisiens qui ont appelé au boycott, voire même à l’annulation de son one-man-show.

Michel Boujenah sera-t-il marqué au fer rouge de l’indésirabilité lors de la 53ème édition d’un prestigieux festival de musique ? Une lettre ouverte, signée de la filiale tunisienne de la campagne internationale BDS « Boycott, Désinvestissement, Sanctions » contre l’impunité insolente d’Israël, est en tout cas arrivée sur le bureau du ministre de la Culture, ainsi que du Directeur du grand événement de Carthage, pour faire tomber le masque d’un amuseur public pas si drôle que ça…

« Michel Boujenah est connu comme l’une des plus grandes figures franco-tunisiennes sionistes qui ont toujours défendu Israël, ses guerres et son armée (surtout dans les médias français). Il se dit haut et fort et fièrement sioniste (dans diverses déclarations, dont celles publiées le 5 février 2013, sur JSS News), et ne cache pas sa loyauté envers Israël, où il avait présenté plusieurs spectacles (d’ailleurs, il se prépare à présenter le même spectacle programmé au festival de Carthage, à Tel Aviv le 25 juillet).

[…] Non seulement le comédien exprime cette admiration, mais il se considère aussi comme une partie du « peuple israélien ». Il considère également les criminels de guerre Ariel Sharon et Yitzhak Rabin comme les « plus grandes figures de paix » (dans une déclaration qui remonte à 2010, sur le site SVP Israël) », peut-on lire dans une missive qui appuie là où ça fait mal, tout en exhortant les autorités tunisiennes à assumer leurs responsabilités.

Si nombre de Tunisiens sont plus enclins à applaudir des deux mains à l’éviction de Michel Boujenah du Festival de Carthage qu’à sa présence sur une scène dont il serait le trouble-fête, certains, à l’image de Yamina Thabet, présidente de l’Association Tunisienne de Soutien des Minorités (ATSM), déplorent vivement l’ acharnement subi par celui qui, à leurs yeux, représente un formidable promoteur de la Tunisie partout où il se produit.

« L’appel à boycotter le spectacle de Boujnah , sous prétexte de lutte contre le sionisme , n’est rien de plus qu’un acte anti-juif quand on sait qu’il s’agit d’un Tunisien qui a toujours crié haut et fort son attachement au pays », a-t-elle lancé.

Michel Boujenah sera-t-il persona non grata à Carthage, comme le fut l’autre bateleur franco-marocain Gad Elmaleh au Liban, en 2009, lors du Festival Beiteddine ? Ce dernier, rappelons-le, n’a jamais fait mystère lui non plus de « l’intensité du lien affectif qui le lie à Israël et à Tel Aviv », profitant du capital sympathie dont il jouit auprès du public français pour se faire l’un des meilleurs ambassadeurs de l’Etat hébreu.

Voici, en substance, ce que déclarait un Gad Elmaleh dithyrambique en 2009, qui chantait les louanges d’un Etat d’Apartheid et vantait ses atouts touristiques, alors que les crimes de guerre à répétition perpétrés dans la bande de Gaza, placée éternellement sous son joug, et la colonisation illégale menée à marche forcée, le mettent d’office au ban des nations.

« Mes amis ont été très surpris par Israël, car ils allaient au-delà des images de télévision et de la vision des medias à travers lesquels ils imaginaient un autre Israël, les empêchant de cerner et d´entrevoir la réalité du pays. C´est une chose que nous tous, devons faire : inciter les gens à voyager pour ressentir et aimer ce pays. J´en parle tous les jours à mes amis et forcement aux artistes que je côtoie, notamment Gérard Depardieu qui raffole d´Israël et de Tel Aviv ».

oumma.com
***


Angleterre : Une Britannique, traitée de “terroriste” par son employeur en raison de son hijab noir, porte plainte pour discrimination.

Recrutée depuis plus d’un an au sein d’une agence immobilière ayant pignon sur rue à Bury, une localité située dans le comté du Grand Manchester, revêtue d’un voile noir qui n’avait pas été un frein à son embauche, quelle ne fut pas la stupeur d’une jeune femme musulmane d’être soudainement prise en grippe par sa hiérarchie, alors même que ses compétences, son adaptabilité et sa rigueur professionnelles n’étaient plus à prouver.

Sommée du jour au lendemain d’arborer un hijab d’une autre couleur que celle symbolisant désormais, dans l’inconscient collectif, les ténèbres du « terrorisme islamiste », cette employée modèle n’a pas supporté de faire subitement figure d’épouvantail sur son lieu de travail, s’entendant dire, effarée, par son directeur et l’un de ses collègues : « Vous ressemblez à une terroriste. La clientèle majoritairement blanche et non musulmane est intimidée et effrayée à votre vue ».

Elle qui se croyait parfaitement intégrée à l’entreprise, sans que son islamité visible n’ait jusqu’alors posé le moindre problème, a refusé de se plier à cette injonction jugée parfaitement discriminatoire et a présenté sa démission une semaine après une réunion particulièrement humiliante, au cours de laquelle le gérant de l’agence a cru bon de lui imposer le port de hijabs colorés choisis par ses soins.

« J’ai été extrêmement choquée par sa demande qui ne souffrait aucune discussion et plus encore par les raisons invoquées », a confié au journal The Independent cette négociatrice en immobilier voilée, passionnée par son métier, qui a immédiatement porté plainte auprès du tribunal administratif de Manchester pour avoir subi un traitement « intimidant, dégradant, hostile et offensant », se disant victime de « discrimination religieuse illégale ».

« Que je reçoive ou non une indemnité pour le préjudice moral et matériel qui résulte de cette triste affaire, ce n’est pas là l’essentiel à mes yeux », a-t-elle insisté, renchérissant : « Ce qui revêt une importance primordiale pour moi, c’est que mon cas serve d’avertissement aux employeurs, car une telle pression exercée sur un employé est absolument et catégoriquement inacceptable. Les jeunes femmes musulmanes, qu’elles soient écolières, lycéennes ou qu’elles essaient de se frayer un chemin dans la vie active ne doivent jamais sacrifier leurs croyances religieuses et leur identité musulmane sur l’autel d’une islamophobie banalisée ». Une islamophobie qui, en l’occurrence et comme cela se produit fréquemment, ne dit pas son nom…

Alors que la Cour européenne de justice, en mars dernier, a autorisé les employeurs à proscrire le port du voile dans l’entreprise, dans le cadre d’un règlement interne s’appliquant à tous les autres signes religieux et politiques, cette citoyenne britannique place tous ses espoirs dans le verdict qu’énoncera, le 20 juillet prochain, le tribunal administratif de Manchester.

Elle a en effet toutes les raisons de croire que son statut de victime d’une discrimination religieuse abusive sera reconnu par la justice, puisque pour plaider sa cause elle se réfère scrupuleusement aux règles d’or de son agence immobilière, gravées dans le marbre d’un petit manuel à usage interne, selon lesquelles « l’agence Harvey Dean s’engage à ne pas influer sur les choix individuels en ce qui concerne l’apparence extérieure de son personnel ». Une règle dont elle a constitué la flagrante exception…

oumma.com
***


Ramadan : Eux, ils ne reviendront plus à la mosquée.

Aïd El Fitr. Hommes et femmes se rendent à la mosquée pour y prier les deux unités voulues. Les gens se bousculent, nous sommes très nombreux, les rangs se forment, la prière démarre. Quelques louanges et invocations après, voilà que l’imam se tourne en direction de son auditoire et démarre son prêche écrit à l’occasion. Déjà, quelques-uns se lèvent et partent. Ont-ils plus important à faire ? Sûrement. Mais la chose ne plaît pas à tous. Des fidèles leur jettent un œil mauvais, certains soupirent, dépités à la vision de si empressés à rejoindre leurs mondanités. L’imam ne peut s’empêcher d’en faire des remarques, s’énerve et s’insurge. Remontrances et accusations diverses fusent. Acculés par la honte, eux qui souhaitaient quitter l’assistance sans trop se faire remarquer, culpabilisés par les propos et regards des uns et des autres, la prière de l’Aïd aura pour eux eu un goût amer. Ils avaient pourtant bien le droit de ne pas assister au prêche ce jour-ci. Est-ce au moins su de tous ? Pour quelques-uns, c’était la 1ère fois en une mosquée. Pour quelques autres, ce sera la dernière.

Combien sont en effet ressortis ainsi des maisons d’Allah refroidis par le comportement de leurs semblables, pour parfois ne plus en revenir ? Pensant retrouver une communauté et un semblant de fraternité, ils y retrouvent une horde d’anthropophages. On entends et observe ici et là des cas de femmes jetées par des consœurs des mosquées parce que ne portant pas le vêtement qu’il faut, d’hommes à qui les salutations ne sont pas rendues car étrangers au « minhaj ». Des enfants qui pour un bruit de trop se font hurlés dessus, et même des chrétiens curieux refusés à l’entrée par d’ignares prosélytophobes. Il y a des règles, certes, mais aussi l’esprit qui va avec. Notre noble Prophète, paix et salut soient sur lui, savait composer avec la personne qui lui faisait face. Doux ici, plus sévère là. On dit que là est la sagesse réelle. On dit même qu’il laissa en son temps un bédouin finir d’uriner en sa mosquée avant de gentiment le conseiller. Qu’en avons-nous retenu ?

Il est des gens très peu au fait de notre Sunna, des débutants, de frais repentis comme des pêcheurs qui ne se savent pas. Ce sont d’accompagnements, conseils, sourires et mains tendues dont ils ont besoin. Non de sourcils froncés et meuglements imbéciles pharisiens modernes. Le Malin sourit. On repousse des gens des mosquées sans qu’il n’en prenne trop part, des musulmans s’en chargent à sa place! « Montre-toi clément envers les croyants » annonce pourtant le Coran à notre Messager, paix et salut soient sur lui. Ailleurs. Il est dit de lui ceci : « Si tu avais été rude et insensible, ils t’auraient fui ». Si lui aurait pu faire fuir les gens, que dire alors de nous… Le croyant doit avoir aussi d’ancrer en son cœur le souci de vouloir le meilleur à son frère autant qu’il le souhaite pour sa propre personne. Ainsi, dans les limites du convenable, nous devrions savoir faire naître en nos coreligionnaires l’amour des mosquées, et non par des comportements stupides les en repousser. Sourions-nous, soutenons-nous, nos rangs ont besoin d’être remplis. Si conseils et corrections doivent se faire, que dans les règles de l’art cela se fasse. Les mosquées ne sont ni à nous, ni à toi, elles n’appartiennent qu’à Allah !

Que le Très Haut bénisse ceux qui travaillent, avec sourire et bonne intelligence, à faire aimer ces lieux aux hésitants et intéressés.

desdomesetdesminarets.fr
***


Ils s’attaquent à nos valeurs.

En Occident, à chaque attentat « islamiste », les faiseurs d’opinion assènent la même réthorique aux foules : les terroristes agissent ainsi par détestation de « nos valeurs », us et habitudes. Que des gens puissent apprécier un café en terrasse, se rendre à des concerts, les barbus en armes l’aurait en horreur et seraient pour cela prêt à tuer. Plus encore, c’est le modèle démocratique et libertaire qui serait visé. En éternels nombrilistes, les observateurs occidentalo-centrés en oublient presque que les dits attentats touchent aussi des gens aux antipodes de leurs personnes. Et donc aux modes de vie bien différents.

Lorsque l’Arabie saoudite est visée, des « groupuscules islamistes » là, des chiites ici, des sunnites là-bas, est-ce par défaut de valeurs et façon de vivre ? Quand dans la chaleur du Sahel, militaires et membres des gouvernements locaux sont visés, est-ce par anti-démocratisme et dégoût des plaisirs mondains ? Si tel était le cas, pourquoi dans ce cas certains pays, ô comment plus « dépravés » que la France ou les Etats-Unis, sont encore et toujours à l’abri des « fous d’Allah » ? Les brésiliens, néo-zélandais, ou vietnamiens semblent par exemple bien loin de tous ces soucis…

Sans chercher à excuser qui que ce soit, penser que les terroristes n’attaquent que par haine de l’altérité est d’une maladresse incroyable. Déjà car cela ne se vérifie pas dans les faits, mais surtout parce qu’ils le disent eux-mêmes : ils ne répondent qu’aux attaques dont ils sont la cible. Les communicants des diverses organisations terroristes sont très explicites en leurs documents envoyés ici et là – mais que personne ne diffuse (pourquoi ?) – ce n’est qu’en réponse aux bombardements et aux invasions subies qu’ils disent user de l’attentat.

Mais au-delà de savoir qui a commencé, qui seulement s’aventure à en venir à une telle réflexion ? Peu ou personne. Chercher raisons et explications relève pour beaucoup d’un presque délit. Ce serait excuser le meurtre d’innocents, donner raison à la barbarie. Bombardons! Posons des questions après. Le président Macron avait pourtant à plusieurs reprises affirmer que militairement intervenir n’était pas une solution à long terme, tout en prenant conscience da la responsabilité de la République et de la société en générale. D’autres experts, des vrais, donc moins porteurs d’intérêts pour les plateaux télé, en sont venus aux mêmes conclusions : plus l’Occident se fera le gendarme du monde, pillonant terres et peuples, maintenant des pouvoirs despotiques où on ne les veut plus, plus le terrorisme trouvera terreau favorable.

Comme l’explicitait un excellent article publié tantôt : (Comprenons bien que (…) l’OEI se moque bien de la démocratie, des libertés, des terrasses de bistrot ou de la tenue de concerts de pop stars (…) de ce que «sont» les Occidentaux. Mais pas de ce qu’ils «font» au Proche-Orient, des milliers de tonnes de bombes qu’ils y déversent, de leur soutien à des régimes qui le combattent ainsi qu’à toute forme d’opposition, même pacifique).

Mais ceci, nos instances gouvernementales, en dépit de leurs discours de façade, le savent très bien. Ainsi, pourquoi continuent-t-ils donc une entreprise qu’ils savent vouer à l’échec et entretenant ce constant climat de tensions et de guerres ?

desdomesetdesminarets.fr
###################################
####### Aujourd’hui en Palestine #######
####################################


Aujourd’hui en Palestine, Voici les principaux titres du site d’information, C P I, Centre Palestinien D’Information.

Mort d’un malade à Gaza après le retard de son transfert
.
Un malade de Gaza est mort ce vendredi à l’hôpital Rantissi, à cause d’un retard de 50 jours dans son transfert pour se faire soigner d’un cancer des ganglions lymphatiques, a confirmé le ministère de la Santé à Gaza.
.
Mladinov visite Haniyeh dans la bande de Gaza
.
Cheikh Sabri dénonce la judaïsation de la Porte des Maghrébins
.
Hamdan: l’entité sioniste est le véritable danger pour la sécurité de la région
.
Un jeune palestinien tué à Hébron
.
Liban: 3 morts suite à un accrochage armé dans le camp de Sabra
.
Gaza: création d’une zone-tampon sur les frontières avec l’Egypte
.
Un ministre sioniste appelle à envahir la mosquée al-Aqsa jeudi matin
.
Amnesty International visite la tente du sit-in des prisonniers libérés à Ramallah
.
Une palestinienne arrêtée sur un checkpoint au nord de Beithléem
.
Nouvelle offensive de l’UNESCO sur Jérusalem et Hébron
.
Le comité international pour briser le siège : Abbas mène une guerre contre la bande de Gaza
.
Mechaal: notre intérêt est dans l’union des pays arabes et du Golfe
.
Des jeunes palestiniens blessés et arrêtés à l’est de Ramallah
.
Blocus de Gaza : Trois bébés palestiniens morts en moins de 24h
.
Le Hamas à l’ambassadeur américain en Israël: Le siège de Gaza a révélé vos mensonges
.

Retrouvez l’intégralité de tout ces articles sur http:// french pal info.com
.


Le Centre Palestinien D'Information
///////////////////////////////////////////////////
LES TAGS
///////////////////////////////////////////////////
#flashinfo #journal #quotidien #information #presse #attentat #daesh #étatislamique #isis #tv #radio #article #islam #news #musulman #coran #sourate #croyance #islamophobie #ccif #islamophobe #cri #ldj #ldjm #gaza #palestine #ouighours #immigration #fn #israel #valls #hollande #terroriste #racisme #nazisme #Rohingyas #tartar #réfugier #migrant #hindoue #hindou #cpi #CentrePalestinienD’Information #sif #secoursislamique #mouslimradio #tunein

Maroc : le Web se mobilise pour les victimes des inondations

Depuis plusieurs semaines, le Maroc subit des intempéries exceptionnelles. Le royaume a connu un nouvel épisode d’inondations meurtrières, causés par des pluies torrentielles, fin novembre. Pour venir en aide aux sinistrés, le hashtag #100DHpouraider a vu le jour, lancé par des internautes qui ont mis en place une opération de collecte sur Internet.

Les dons, récoltés via une plateforme de crowdfunding, seront versés à la Banque alimentaire marocaine. Lancée mercredi 3 décembre, l’opération est déjà un succès puisque l’objectif de 100 000 dirhams (9 100 euros environ) a été atteint en moins de 24 heures, notamment grâce à un don de 45 000 Dh de l’opérateur Meditel. L’opération a été prolongée jusqu’au 7 décembre et se fixe désormais comme objectif d’atteindre 240 000 Dh (22 000 euros environ).

Le week-end dernier, le sud marocain a enregistré des précipitations records qui ont provoqué des débordements d’oueds (rivières) de Marrakech à Agadir. En l’espace de 48 heures, l’équivalent d’un an de pluie est tombé sur le sud du pays, causant la mort d’au moins 11 personnes.

Les dégâts matériels, considérables, se chiffreraient à des centaines de millions d’euros. Plusieurs routes nationales ont dû être fermées, des habitants évacués, plusieurs ponts se sont effondrés, tandis que des villages, cernés par les eaux, ils ont dû faire l’objet de « ravitaillements ». La province de Guelmim, au sud d’Agadir, a été déclaré « zone sinistrée ». Lors du weekend du 23 novembre, une violente tempête avait fait au moins 36 victimes.