MouslimRadio Programmes de diffusion sur MouslimRadio

Actuellement, en direct sur Loading ...


Flash info du 3 Rajab 1438

Flash info du 3 Rajab 1438.

Ecouter le coran, des hadith, des conférences, des annonces divers, des anashids (sans musique), et bien d’autres choses, en direct sur MouslimRadio :
www.MouslimRadio.info

******************************************************************


L’ombre du jugement dernier.

« Les hommes seront rassemblés, au Jour de la Résurrection, sans vêtements, pieds-nus et non circoncis.» Aïcha demanda au Prophète (sallAllahou ‘alayhi wa salam) : « Ô Messager d’Allah ! Est-ce que les hommes et les femmes seront tous ensemble, se voyant les uns les autres (nus) ? » Il lui répondit : « Ô Aïcha, la situation sera si grave que l’on ne pensera pas se regarder les uns les autres. » (Boukhari et Mouslim).

Le jour du jugement dernier aura lieu sur terre. En ce jour terrible, le soleil sera rapproché de la Terre et les humains souffriront affreusement de son ardeur.
Les gens chercheront à se protéger du soleil et de sa chaleur mais ils ne trouveront aucune ombre pour les abriter, ils se mettront alors à transpirer proportionnellement aux péchés qu’ils auront accomplis.
« Les hommes seront rassemblés, au Jour de la Résurrection, sans vêtements, pieds-nus et non circoncis. » Aïcha demanda au Prophète (sallAllahou ‘alayhi wa salam): « Ô Messager de d’Allah ! Est-ce que les hommes et les femmes seront tous ensemble, se voyant les uns les autres (nus) ? » Il lui répondit : « Ô Aicha, la situation sera si grave que l’on ne pensera pas se regarder les uns les autres. » (Boukhari et Mouslim).

Le Prophète (sallAllahou ‘alayhi wa salam) a dit, dans un hadith relaté par al-Miqdâd ibn ul-Aswad :
« Le Jour du Jugement, le soleil sera rapproché de la création, au point d’être à un mile d’eux. Les hommes seront alors dans la sueur en fonction de leurs actions. Il y en aura donc, parmi eux, dont la sueur atteindra les chevilles. Il y en aura dont la sueur atteindra les genoux. Il y en aura dont la sueur atteindra les hanches. Et il y en aura dont la sueur (atteindra le niveau de la bouche) (comme l’atteint) la bride. » (Muslim, 2864).
La situation sera tellement insoutenable que les êtres humains prieront les Prophètes d’intercéder auprès d’Allah (soubhanou wa ta’ala) pour les sauver de cette détresse.

Dans le hadith relaté par Anas on peut lire:
« Afin qu’Il nous libère de ce lieu (dans lequel) nous sommes. » (Boukhari et Mouslim).

Et dans le hadith relaté par Abû Hurayra on lit : « Allah rassemblera les premiers et les derniers dans une seule plaine. Celui qui les appellera pourra leur faire entendre et le regard les embrassera tous. Et le soleil se rapprochera. Atteindra alors les hommes de souci et de malheur ce qu’ils ne pourront pas supporter. Les hommes diront : « Ne voyez-vous pas la situation à laquelle nous sommes parvenus ! Ne regarderez-vous pas qui intercéderait pour vous [= nous] auprès d’Allah ! » (Boukhari 3162, 4435 et Mouslim 194).

Dans cet état de torpeur général, certaines personnes bénéficieront d’une ombre qui les protégera de cette fougue solaire.
En effet, Allah (soubhanou wa ta’ala) apportera un soulagement grâce à son ombre ou celle de son Trône.

Le Prophète Muhammad (sallAllahou ‘alayhi wa salam) a dit:
« Sept personnes sont telles qu’Allah les mettra à l’ombre dans Son Ombre, le jour où il n’y aura d’ombre que Son Ombre : le dirigeant juste ; un jeune qui aura grandi dans l’adoration d’Allah; un homme dont le cœur est suspendu aux mosquées ; deux hommes qui auront eu de l’affection l’un pour l’autre pour la cause d’Allah, s’étant rassemblés sur cela et s’étant séparés sur cela ; un homme qu’une femme de rang social élevé et de grande beauté aura invité et qui aura dit : « Je crains Allah » ; un homme qui aura fait l’aumône et l’aura fait si discrètement que sa main gauche n’aura pas su ce que sa main droite donne ; et un homme qui aura pensé à Allah dans la solitude et dont les deux yeux auront alors versé des larmes. » (Boukhari 629 et Mouslim 1031).
Dans une des versions rapportées par al-Bukhârî, on lit que ce Jour où il n’y aura d’ombre que l’ombre d’Allah est bien le Jour du Jugement.

Les femmes, comme les hommes pourront bénéficier de l’ombre délivrante de Notre Créateur (soubhanou wa ta’ala).
Les bienheureux peuvent se répartir en sept catégories:
D’après Abou Houreira (qu’Allah l’agrée), le Prophète (sallAllahou ‘alayhi wa salam) a dit:
« Sept personnes seront couvert par Allah dans son ombre le jour où il n’y aura pas d’autre ombre que son ombre :
-un dirigeant juste,
-un jeune qui a grandit dans l’adoration de son Seigneur,
-un homme dont le cœur est accroché aux mosquées,
-deux hommes qui se sont aimés pour Allah, il se sont rassemblés pour lui et se sont séparés pour lui,
-un homme qu’une femme noble et belle a appelé et lui a dit: Je crains Allah,
-un homme qui a fait une aumône qu’il a cachée au point où sa main gauche ne sait pas ce que sa main droite a dépensée,
-un homme qui a mentionné Allah alors qu’il est seul et s’est mis à pleurer. » (Rapporté par Boukhari dans son Sahih n°630 et Mouslim dans son Sahih n°1031).

L’ombre pourra apparaître soit lorsque le soleil sera le plus rapproché ou après la venue d’Allah (soubhanou wa ta’ala) pour rendre son jugement.
Allah (soubhanou wa ta’ala) nous a accordé plusieurs alternatives pour échapper à ce châtiment terrestre, à nous de les saisir !

AJIB.FR
***


La traversée d’«As-Sirât» !

Garder un équilibre certain pour l’adoration d’Allah (soubhanou wa ta’ala) dans ce bas-monde, est non seulement une preuve de notre foi, mais aussi une manière de traverser le pont « As-Sirât » avec le moins de péripéties.
Après la reddition des comptes et la pesée des œuvres, chaque personne aura la lourde tâche de traverser le pont jeté sur l’Enfer « As-Sirât ».

« As-Sirât » est un pont étroit construit au-dessus de la Géhenne et qui constitue un obstacle ultime pour ceux qui se dirigent vers la Demeure de la Paix. Personne ne sera épargné par sa traversée: les Prophètes, les véridiques, les croyants et les incroyants.
Cependant, cette traversée ne sera pas avec la même endurance selon notre maintien dans la voie d’Allah (soubhanou wa ta’ala) . Certains traversent le Sirat tel un éclair alors que d’autres le traversent en rampant sur leurs mains et pieds. Certains échouent en tombant dans la Géhenne, demeure du malheur, de l’humiliation et de la perte.
L’une de ses extrémités se trouve sur la terre changée, l’autre extrémité sur un endroit situé du côté du Paradis et par-delà l’enfer. Il faut savoir que la terre sur laquelle nous vivons actuellement sera détruite. Il y aura à la place une nouvelle terre qui sera blanche et nivelée (aplanie), c’est-à-dire sans montagnes, ni grottes, ni vallées. On l’appelle la terre changée (al-‘ardou l-moubaddalah).

Un grand nombre de personnes chuteront de ce pont et en particulier les mécréants. Les musulmans finiront tous par franchir le pont, mais certains subiront un châtiment au préalable, soit sur le pont, soit en enfer.
Effectivement, certains musulmans vont glisser et tomber du pont. Une partie de ceux qui glisseront du pont sera rattrapée par des crochets, puis sera remise sur le pont afin de poursuivre son chemin. Tandis que les autres qui auront également glissé du pont chuteront en enfer. Il s’agit de certains musulmans grands pécheurs, morts sans s’être repentis. Ils subiront un châtiment en enfer durant une période, puis ils en sortiront pour vivre au Paradis éternellement.
Certains musulmans ne fouleront pas du tout le pont. Ils franchiront le pont par la voie des airs sans même y poser les pieds. C’est le cas des Prophètes et de certains musulmans qui ont atteint un très haut degré de piété.

Le Messager d’Allah (sallAllahou ‘alayhi wa salam) décrit le «Sirat» alors qu’il parlait de la grande intercession et du poste glorieux qu’Allah lui promit en lui disant:
« Et de la nuit consacre une partie [avant l’aube] pour des Ṣalāt surérogatoires: afin que ton Seigneur te ressuscite en une position de gloire. » (Coran 17/79).

« Il n’y a personne parmi vous qui ne passera pas par [L’Enfer]: Car [il s’agit là] pour ton Seigneur d’une sentence irrévocable. Ensuite, Nous délivrerons ceux qui étaient pieux et Nous y laisserons les injustes agenouillés. » (Coran 19 / 71 et 72).

« Le jour où tu verras les croyants et les croyantes, leur lumière courant devant eux et à leur droite; (on leur dira) : « Voici une bonne nouvelle pour vous aujourd’hui : des Jardins sous lesquels coulent les ruisseaux pour y demeurer éternellement ». Tel est l’énorme succès. » (Coran 57/12).

De longs passages sont accordés au récit du pont de l’Enfer, et ceux dans de nombreux hadiths:
« Des gens ont dit au Prophète : « Ô Envoyé de Dieu ! Verrons-nous Notre Seigneur le Jour de la résurrection ? » Il répondit : « Avez-vous quelque difficulté à voir la pleine lune quand aucun nuage ne la cache ? » Non ! Ô Envoyé de Dieu ! « Eh bien ! Vous le verrez comme vous voyez la pleine lune. Dieu rassemblera, le Jour de la résurrection, les gens et leur dira : « Que celui qui adorait une chose la suive ». Certains suivront le soleil, d’autres la lune, d’autres les fausses divinités « Taghût ». Ne resteront que les croyants de cette communauté auxquels seront encore mélangés les hypocrites. Se présentant à eux sous une forme qu’ils ne Lui connaissent pas, Dieu leur dira : « Je suis votre Seigneur ». Ils rétorqueront : « Nous demandons la protection de Dieu contre toi ». Nous ne bougerons pas tant que Notre Seigneur ne viendra pas à Nous. A sa vue, nous Le reconnaîtrions, Dieu Exalté soit-il se montrera alors à eux sous la forme qu’ils connaissent et dira : « Je suis Votre Seigneur ». Ils diront : « Certes oui, Tu es Notre Seigneur ». Et ils le suivront. Puis on jette le pont sur l’Enfer. Nous serons moi et ma communauté, les premiers à le traverser. Ce jour-là, ne prendront la parole que les Messagers. Ils ne cesseront de dire : « Ô Seigneur Dieu sauve ! sauve ! ». Sur le pont, se trouveront des crochets semblables aux épines du chardon. Avez-vous déjà vu un chardon ? Les gens dirent : « Oui Ô Messager de Dieu ». Il dit : « Eh bien ! Ces crochets ressemblent aux épines du chardon, sauf que Seul Dieu en connaît les dimensions. Ils happent les gens selon leurs œuvres. Les croyants seront, du fait de leur labeur, saufs. D’autres seront frappés, jusqu’à ce que Dieu les sauve ».
(D’après Abou Hurayra, rapporté par Al-Boukhari et Mouslim).

As-Souddî a rapporté d’après Mourra qu’Ibn Mas’oûd (Qu’Allah soit satisfait de lui) a dit :
« Les gens arriveront au Pont, ils se tiendront devant, puis commenceront à y passer chacun selon la qualité de ses œuvres. Certains passeront tel un éclair, d’autres comme le vent, d’autres comme un oiseau, d’autres passeront à la vitesse du cheval le plus rapide, d’autres à la vitesse de la course d’un homme, et le dernier sera un homme dont la lumière, qui lui éclairera le passage, sera sur son gros orteil ! Le Pont est glissant et couvert de chardons, comme les épines de l’astragale, et il est installé dans l’obscurité totale, au-dessus de l’Enfer ; des Anges se tiennent sur ses deux côtés, avec des pinces de feu avec lesquelles ils attrapent les gens ! A cause des horreurs de ce jour, les croyants diront : « Seigneur ! Sauve ! Sauve ! » (Rapporté par Ibn Hâtim et Ibn Jarîr. Il est confirmé par d’autres hadîth rapportés par al-Boukhârî et Mouslim et autres, selon Anas, Aboû Sa’îd, Aboû Hourayra et Jâbi).

La hawla wa la qouwata illa billah (Il n’y a de force ni de puissance qu’en Allah).

AJIB.FR
***


Les miracles du Prophète (saws) relatifs au monde terrestre.

Les miracles du Prophète (‘alayhi salat wa salam) concernant le monde terrestre sont d’une grande densité et d’une richesse impressionnante. Nous tenterons d’en évoquer quelques uns incha Allah en nous basant sur l’ouvrage du grand savant et historien Ibn Kathir (qu’Allah lui fasse miséricorde) intitulé « Les miracles du Prophète ».

Nous nous intéresserons donc aux miracles suivants : le jaillissement de l’eau des doigts du Prophète (‘alayhi salat wa salam), la soumission de l’arbre au Prophète (‘alayhi salat wa salam), la glorification des cailloux dans sa main et les pierres, les arbres ainsi que les montagnes qui le saluent macha Allah.

« J’ai vu jaillir l’eau sous ses doigts ».

Ce miracle a eu lieu en présence des compagnons (qu’Allah les agrée). Afin d’effectuer les ablutions, les compagnons du Prophète (‘alayhi salat wa salam) avaient besoin d’eau mais n’en trouvèrent point. C’est ainsi que le Messager d’Allah (‘alayhi salat wa salam) fit jaillir de l’eau de ses doigts. Ce récit a notamment été rapporté par Al Bukhari, Muslim et At Tirmidhy, d’après Anas ibn Malik qui dit : « J’étais assis avec l’Envoyé d’Allah (‘alayhi salat wa salam) quand vint l’heure de la prière de l’après-midi – ‘asr –. Les gens cherchèrent de l’eau pour leurs ablutions, mais n’en trouvèrent pas. Alors on apporta à l’Envoyé d’Allah (‘alayhi salat wa salam) juste de quoi faire ses ablutions. Il mit sa main dans le vase et demanda aux gens de faire leurs ablutions. J’ai vu jaillir l’eau sous ses doigts. Tout le monde fit ses ablutions jusqu’au dernier. »
Ce récit est impressionnant macha Allah ! On peut remarquer à travers ce miracle, que le Messager d’Allah (‘alayhi salat wa salam) a une fois de plus, fait preuve d’une grande générosité envers ses compagnons (‘alayhoum salam).

La soumission de l’arbre à l’Envoyé d’Allah (saws).

Les miracles du Messager d’Allah (‘alayhi salat wa salam) eurent également lieu dans les moments où il était persécuté et où il se sentait affligé par ces persécutions. Les miracles étaient donc un signe d’Allah à son égard.
C’est ainsi qu’Al Bayhaqi rapporte d’après ‘Umar ibn al Khattab (qu’Allah l’agrée) que l’Envoyé d’Allah (‘alayhi salat wa salam) était une fois sur la montagne al Hujun (à la Mecque). Affligé par les persécutions que lui avaient affligé les associateurs, il dit : « Mon Dieu, montre-moi un signe après lequel je ne me soucierai guère de quiconque me traitera de menteur. » Il lui fut alors demandé d’appeler un arbre qui se trouvait dans une colline au nord de la Mecque. Ce qu’il fit, et l’arbre accourut vers lui en sillonnant la terre jusqu’à se mettre tout près de lui. Il lui ordonna ensuite de revenir à sa place et il s’exécuta. Il dit alors : « Dorénavant je ne me soucierai pas de quiconque me traitera de menteur. » On peut remarquer que derrière ce miracle se cache une sagesse de la part d’Allah. En effet, Il accorde des signes à Son Messager (‘alayhi salat wa salam) afin qu’il ne s’afflige pas.

« Les cailloux se mirent alors à glorifier la transcendance d’Allah ».

Les cailloux ont également fait l’objet d’un miracle du Prophète (‘alayhi salat wa salam). Ce miracle a été rapporté par Al-Bayhaqi d’après Abu Dharr qui a dit : « Je ne dirai que du bien de ‘Uthman après ce que j’ai vu. J’étais quelqu’un qui scrutait les moments où l’Envoyé d’Allah (‘alayhi salat wa salam) se trouvait seul [pour être auprès de lui]. Un jour, je le vis seul. Je profitai de cette occasion et je pris place à côté de lui. À ce moment arriva Abu Bakr, il le salua et s’assit à sa droite. Puis vint ‘Umar qui salua et s’assit à droite d’Abu Bakr. Enfin vint ‘Uthman qui salua et s’assit à droite de ‘Umar. Devant l’Envoyé d’Allah (‘alayhi salat wa salam) se trouvait sept cailloux – ou neuf cailloux –. Il les mit sur la paume de sa main. Les cailloux se mirent alors à glorifier la transcendance d’Allah en émettant un son doux comme celui des abeilles. Lorsqu’il les déposa sur le sol, ils se turent, mais dès qu’il les reprit et les mit dans la paume d’Abu Bakr, ils se mirent à glorifier la transcendance d’Allah en émettant un son tendre comme celui des abeilles. Le Prophète (‘alayhi salat wa salam) fit le même opération avec ‘Umar puis ‘Uthman et dit enfin « Voici la succession de la prophétie. » »
Les cailloux glorifiaient donc Allah par le biais du Prophète (‘alayhi salat wa salam). Leur glorification était audible par ceux qui étaient présents sur les lieux ! Macha Allah ! Cela relève bel et bien d’un miracle possible grâce à la volonté d’Allah !

Les pierres, les arbres et les montagnes qui saluent le Prophète (saws).

La nature saluait le Messager d’Allah (‘alayhi salat wa salam). On peut ainsi noter que les pierres, les arbres et les montagnes le saluaient. Cela a été rapporté à plusieurs reprises.
En effet, l’imam Ahmed rapporte d’après Jabir ibn Samura que l’Envoyé d’Allah (‘alayhi salat wa salam) a dit : « Je connais des pierres à la Mecque qui m’adressaient des salutations avant d’être chargé de la mission prophétique. Je peux les reconnaître aujourd’hui [au milieu des autres pierres]. » De plus, At Tirmidhy rapporte que ‘Ali ibn Abi Talib (qu’Allah l’agrée) a dit : « J’étais en compagnie du Prophète (‘alayhi salat wa salam) à la Mecque lorsqu’il a fait une tournée dans ses environs. Chaque fois qu’il faisait face à une montagne ou un arbre, celui-ci lui disait : « Que la paix soit sur toi, ô Envoyé d’Allah ! » ».
Les miracles du Prophète (‘alayhi salat wa salam) concernant le monde terrestre sont d’une grande variété et sont impressionnants macha Allah. La nature le saluait, lui parlait et lui obéissait, par la Grâce d’Allah.

Que la prière et le salut d’Allah soit sur notre Prophète bien-aimé, celui qui a été envoyé comme guide pour toute l’humanité.

AJIB.FR
***


France : Une « charte de l’imam » adoptée par le Conseil français du culte musulman (CFCM).

Mercredi 29 mars, le Conseil français du culte musulman a adopté une « charte de l’imam » afin de lutter contre les prêches et discours violents des imams.

Un code de bonne conduite .

Ce code de bonne conduite doit aider les responsables des mosquées à contrôler les recrutements et surtout les prises de paroles des imams. Cette charte pourra alors être signée dans chaque mosquée avec l’imam intervenant sur place. Abdallah Zekri, qui est président de l’Observatoire des actes islamophobes du CFCM, a apporté des détails : « En signant ce document, l’imam confirmera son attachement à un islam de juste milieu, il s’engagera également à respecter le pacte républicain et la laïcité ». Cependant plus de temps que prévu a été nécessaire dans la rédaction de cette charte, afin que tous les membres du CFCM se mettent d’accord sur son contenu.

Ce texte était voulu depuis plusieurs mois déjà, appuyé par le gouvernement, notamment en raison des attentats du 13 novembre 2015.


katibin.fr
***


France : La charte de l’Imam du CFCM rejetée en bloc par ses organes.

Le CFCM qui regroupe divers groupes d’intérêt liés aux ambassades d’Algérie, du Maroc et de Turquie et de l’UOIF n’a jamais eu aucune crédibilité et quelconque représentativité. Il s’enfonce encore et toujours un peu plus dans un spectacle risible et pitoyable.

L’actuel patron du groupe Anouar Kbibech du RMF lié aux services marocains et son nouvel inféodé Abdallah Zekri auquel on aurait fait des promesses de succession volée aux turcs, ont annoncé le lancement d’une « charte de l’imam ».

Cette charte prévoit à la manière du système catholique d’imposer des prières obligatoires et des prises de positions obligées favorables au gouvernement français et sa politique …

Mais en Islam il n’y a pas de pape, ni de Vatican, une chose que semble avoir oublié Kbibech et le gouvernement qui lui souffle toutes ces propositions à l’odeur de soufre.

Pour des raisons financières et politiques, la mosquée de Paris inféodée aux services d’Alger, l’UOIF et le groupe turc ont fait connaître leur opposition à cette charte. En effet, ceux-ci à l’approche de la déchéance de la gauche au pouvoir se rebellent (enfin) et font comprendre ainsi qu‘ils n’ont pas reçu la bonne part du gâteau de l’islam de France de la place Beauvau.

Une défiance en plus qui vient démontrer l’inexistence de ce cabinet fantôme CFCM aux mains du ministère de l’intérieur et des ambassades étrangères. Un jouet CFCM qui finit par se casser du fait de rivalités sur le contrôle et le partage de la finance avantageuse des lieux de cultes musulmans au mains d’associations véreuses au service des politiques islamophobes et non de ses fidèles.

Mais les musulmans de France sont libres et n’acceptent aucune ingérence dans leur culte que ce soit de Paris, d’Alger ou de Rabat. La communauté musulmane active pendant ce temps s’organise en dehors des mosquées qui ont pactisé et laisse les vendus s’entretuer pour plus de mépris encore.

La caravane passe et … vous connaissez la suite.

islametinfo.fr
***

Brexit : Londres active sa sortie de l’Union européenne.

C’est un jour historique pour le Royaume-Uni. Londres a officialisé aujourd’hui son intention de sortir de l’Union européenne, neuf mois après le référendum sur le Brexit, qui a profondément divisé les Britanniques.

Reportage vidéo à voir sur www.mouslimradio.info.
w w w . m o u s l i m r a d i o . i n f o .

islametinfo.fr
***


Une campagne photographique dénonce le harcèlement sexuel en Egypte.

L’impact des mots « Votre silence, c’est du harcèlement ! » intensifié par une série de photos saisissantes, la campagne contre le harcèlement sexuel en Egypte, conçue sous l’objectif de la photographe égyptienne Marwa Ragheb, mise sur le choc visuel créé par l’illustration de ce véritable fléau dans différents aspects de la vie quotidienne.

Considéré par certains comme la « 11ème plaie » nationale, ce tabou, qui est d’autant plus difficile à briser qu’il demeure entouré de silence et entaché de déshonneur, est dénoncé en images dans les principaux endroits où il sévit contre sa proie toute désignée : la gent féminine sans distinction de condition ou d’apparence, le port du voile, guère dissuasif en l’espèce, ne protégeant nullement contre les harceleurs à l’affût.

Dans les espaces publics, dans la sphère professionnelle, dans les transports en commun, cette campagne photographique, qui aspire à frapper les esprits et à inciter les témoins à sortir de leur inertie coupable, représente et symbolise de façon puissante cette violence ordinaire faite aux femmes.

Selon un rapport publié en 2013 par l’entité des Nations Unies pour l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes, 96,5% des Egyptiennes ont reconnu avoir subi sa forme la plus répandue (les mains balladeuses), tandis que 95,5% d’entre elles se sont dites victimes d’injures, souvent d’une extrême vulgarité.

oumma.com
***


Des banques françaises complices de la colonisation en Palestine.

Rapport réalisé par des syndicats, associations et ONG.

Des organisations ont travaillé ensemble à la publication d’un rapport établissant les liens de BNP-Paribas, BPCE, Crédit Agricole, Société générale et l’assureur Axa avec la colonisation en Palestine. Il s’agit de l’Association France Palestine Solidarité (AFPS), le CCFD-Terre solidaire, la CGT, la FIDH, Al-Haq, la LDH, Fair Finance France et Solidaires.
Des actions ont commencé

En région en direction des établissements concernés, nous vous invitons à contacter ces autres organisations, en particulier l’AFPS, qui a commencé ce travail. Voir le matériel de campagne déjà disponible.

De plus une action d’interpellation en ligne est proposée sur le site de Fair Finance : il s’agit d’interpeller massivement les 5 banques et assurances.

L’objectif est d’obtenir comme nous l’avions réussi pour Orange que cesse ces partenariats et investissements complices.
Avec le rapport joint, elles ont publié le communiqué suivant :

Plusieurs organisations (Association France Palestine Solidarité, CCFD – Terre Solidaire, Fair Finance France, FIDH, LDH, Solidaires, CGT et Al-Haq) publient aujourd’hui un rapport sur « Les liaisons dangereuses des banques et assurances françaises avec la colonisation israélienne ». Il met en lumière les liens entre certaines banques et assurances françaises et des banques et entreprises israéliennes impliquées dans le maintien et le développement des colonies israéliennes.

La colonisation israélienne dure depuis 50 ans. Illégale au regard du droit international, elle ne cesse de s’accélérer. La planification de 6 000 nouveaux logements depuis janvier 2017 en est la dernière manifestation. Dans la continuité de ses résolutions antérieures, le Conseil de Sécurité de l’ONU a adopté le 23 décembre 2016 la résolution 2334(1), exigeant notamment d’Israël « qu’il arrête immédiatement et complètement toutes ses activités de peuplement dans le Territoire palestinien occupé, y compris Jérusalem-Est ».

Cette colonisation ne pourrait exister sans la contribution des banques israéliennes qui financent les constructions, et des sociétés israéliennes qui fournissent services et infrastructures dans les colonies. Le système bancaire israélien constitue un outil essentiel de la politique de colonisation, et les entreprises israéliennes contribuent au maintien et au développement des colonies israéliennes. En 2013 déjà, une mission d’enquête indépendante des Nations Unies dénonçait le rôle primordial des banques israéliennes dans la colonisation et les conséquences en termes de violations des droits de l’homme.

L’enquête menée par nos organisations révèle des liens financiers entre ces entités israéliennes et les groupes bancaires français suivants : BNP Paribas, Société Générale, Crédit Agricole (et sa filiale LCL), BPCE (et sa filiale Natixis), et AXA.

Chacune de ces sociétés détiennent plusieurs participations minoritaires, de manière directe ou indirecte, dans des banques ou entreprises actives dans les colonies israéliennes (2). Au- delà de ces participations, ces sociétés financent des projets d’entreprises directement impliquées dans la colonisation. Ce fut notamment le cas lors de l’octroi d’un prêt en 2004 de 288 millions d’euros par un consortium de banques (dont BNP Paribas, Société Générale, Crédit Lyonnais et Natixis), à l’Israel Electric Corporation (IEC). Cette entreprise approvisionne directement les colonies en électricité.

Les banques et assurances françaises concernées ont toutes adhéré à des lignes directrices internationales et pris des engagements relatifs au respect des droits humains. Mais la pratique ne suit pas. Tant qu’elles persisteront à financer des banques et entreprises israéliennes actives dans le maintien et développement des colonies israéliennes, elles continueront à soutenir et cautionner ces dernières.

De nombreuses institutions financières étrangères (3), publiques ou privées, se sont d’ores et déjà publiquement désengagées de banques et entreprises israéliennes actives dans les colonies. Par leur refus de prendre un engagement public fort, les banques et assurances françaises concourent à la poursuite de la colonisation et aux violations des droits humains qu’elle induit. Et ce, malgré les différentes interpellations des organisations auteures de l’étude.

La responsabilité du gouvernement français est également pointée dans le rapport. En effet, la France soutient la politique européenne de « différenciation » territoriale entre Israël et ses colonies. Cette politique met en garde les entreprises sur les risques juridiques, économiques et réputationnels, d’entretenir directement ou indirectement des liens financiers et économiques avec les colonies israéliennes en territoire palestinien occupé. Le Parlement vient par ailleurs d’adopter la loi sur le devoir de vigilance des sociétés mères et entreprises donneuses d’ordre, qui s’applique aux banques et aux assurances. Celles-ci seront obligées de publier un plan de vigilance identifiant les risques potentiels que leurs activités et leur chaîne d’approvisionnement sont susceptibles de provoquer sur les droits humains et l’environnement.

L’Etat français, en laissant les institutions financières françaises financer les entreprises impliquées dans le maintien et le développement des colonies israéliennes, soutient indirectement la colonisation. Le gouvernement français doit faire pression sur les banques et assurances pour leur demander de mettre fin à l’ensemble de leurs soutiens. Par ailleurs, l’implication directe d’Alstom dans des grands projets d’infrastructures dans les colonies israéliennes est plus que problématique(4). Là-encore, l’Etat, en tant qu’actionnaire, doit intervenir pour y mettre fin.

1. https://www.un.org/webcast/pdfs/SRES2334-2016.pdf

2. http://www.fairfinancefrance.org/media/373618/links-between-french-banks-and-companies-profiting-from-the-occupation-of-160628.pdf
http://www.fairfinancefrance.org/media/373619/links-between-french-fis-and-israeli-banks-160614.pdf

3. C’est notamment le cas du fonds de pension du Gouvernement norvégien (2010), du fond de pension néerlandais PGGM (2013), du fonds de pension Luxembourgeois FDC (2014) des banques danoise et allemande, Danske Bank (2014) et Deutsche Bank (2014) et du fonds de pension de l’Eglise Méthodiste américaine (2016).

4. Centrale électrique avec Israel Electric Corporation (IEC) ; tramway de Jérusalem.

Sources: Solidaires

oumma.com
***


Palestine : La première batteuse de Gaza s’accroche à son rêve, envers et contre tout.

Si vous demandez à la jeune gazouie, Nana Ashour, où elle se sent vraiment à son aise dans la plus grande prison à ciel ouvert du monde, elle vous répondra sans hésiter que c’est assise derrière sa batterie, là où son talent inné pour les percussions s’est épanoui malgré l’injustice, le malheur et la souffrance qui l’entourent, au cœur d’une société conservatrice où son apparence et sa passion musicale détonnent.

Le pouce levé en signe de victoire, sur elle-même, sur les mentalités, mais aussi sur les dangers permanents qui guettent et font de Gaza, placée sous le joug de la tyrannie israélienne, une ville martyre, la première batteuse de l’enclave palestinienne affiche sa volonté de braver tous les obstacles qui jalonneront sa route.

Sur le chemin qui la mène vers l’école de musique Sayed Darwish et qu’elle emprunte quotidiennement avec un enthousiasme à toute épreuve, cette instrumentiste très prometteuse tente de faire abstraction des jugements à l’emporte-pièce qui lui reprochent de ne pas respecter les traditions, de s’adonner à une activité transgressive, voire « Haram », d’autant plus choquante pour certains que la bande de Gaza subit les affres d’une occupation cruelle et mortifère.

L’oreille musicale de Nana Ashour n’est pas sourde aux critiques qui fusent. Elle perçoit distinctement la forte dissonance que peut générer son goût pour la musique en général, et la batterie en particulier, chez une grande partie de la population.

Soutenue par ses parents qui, impressionnés par sa dextérité et son sens artistique, l’ont toujours encouragée à poursuivre dans cette voie, ainsi que par Ibrahil al-Najjar, 70 ans, le directeur du Conservatoire national Edward Saïd de Gaza qui voit en elle un véritable phénomène, tant l’art de la batterie n’est pas celui qu’affectionnent habituellement les jeunes musiciennes en herbe, Nana Ashour réalise d’autant mieux la chance qu’elle a de jouir de la confiance des siens.

« Je suis très chanceuse que mes parents et d’autres personnes proches croient en mon talent », a-t-elle confié dans un entretien à Middleasteye, pleine de gratitude. « J’ai conscience qu’il est très inhabituel pour des parents à Gaza de permettre à leur fille d’apprendre à jouer de la batterie ou de se rendre seule à une école de musique, mais mes parents me font confiance et j’apprécie leur façon unique de m’élever », a-t-elle ajouté, en précisant que l’autre écueil, et non des moindres, auquel elle se heurte est la pénurie d’instruments de musique et le coût onéreux des équipements de batterie.

Mais qu’à cela ne tienne ! Dès qu’elle se saisit de ses baguettes et commence à taper, en rythme, sur la batterie usagée du Conservatoire national de Gaza, la seule et unique mise à sa disposition pour se perfectionner, tous ses problèmes disparaissent comme par magie. Elle s’accroche alors de plus belle, avec toute la fougue de la jeunesse, à son rêve le plus cher : se produire devant un public.

« Jouer dans un concert, c’est un rêve pour moi », s’est-elle exclamée avec des étoiles plein les yeux, renchérissant : « J’imagine constamment le moment où je me tiendrai sur scène et où je verrai la réaction des gens en me découvrant derrière mon instrument ».

Le doux rêve qui berce les nuits de Nana Achour n’est plus inaccessible, puisque la jeune virtuose de la batterie a entamé ses premières répétitions en vue de se distinguer sur la scène du Centre culturel Al-Mishal, lors du grand événement organisé prochainement par son école de musique.

Alors que les projecteurs seront braqués sur elle pour la première fois de sa vie, nul doute que la seule et unique batteuse de Gaza fera sensation et, qui sait, créera peut-être des vocations. « Je ferai de mon mieux pour rendre mes proches et les habitants de Gaza fiers de moi. J’aimerais également que mon exemple inspire d’autres jeunes filles qui ont, elles aussi, des rêves mais qui y ont renoncé », insiste-t-elle, avant de se remettre à son art musical exigeant qui ne supporte aucune fausse note.

Reportage vidéo à voir sur www.mouslimradio.info.
w w w . m o u s l i m r a d i o . i n f o .

oumma.com
***


Aucun citoyen africain n’a obtenu un visa pour le sommet du commerce africain en Californie.

Tous les délégués invités à participer au sommet mondial sur l‘économie et le développement à l’Université de Californie du Sud se sont vu refuser le visa.

L’information a été donnée par Mary Flowers, présidente du sommet. Ils étaient 100 personnes invitées, dont des conférenciers, des représentants du gouvernement de la Sierra Leone, de la Guinée, du Ghana, du Nigeria, de l’Ethiopie et de l’Afrique du Sud.

« D’habitude 40 % de nos demandes de visas sont refusés, mais les autres viennent… Cette année, nous avons enregistré 100% de refus. Toutes les délégations sont découragées », a dit Mme Flowers.

L’Afrique est le continent qui enregistre le plus de refus de visa américain au monde, selon des données du Département d‘État américain.

« Je dois dire que la plupart d’entre nous pensent que c’est une discrimination envers les pays africains… Nous en faisons de plus en plus l’expérience, les personnes refoulées sont des hommes d’affaires légaux qui ont un lien avec le continent », a jouté Marry Flowers.

Le Sommet sur l’Afrique prévu pour le 16 mars a été annulé en raison de l’absence des Africains, le Département d‘État américain n’a pas fourni d’explications sur ces refus.

Les Africains ont toujours été confrontés à des difficultés pour l’obtention de visas américains. Dans l’ordonnance du président Donald Trump interdisant aux ressortissants de six pays de se rendre aux Etats-Unis, figure la Somalie, la Libye et le Soudan.

Africa24.info
***


30 millions d’Africains pourraient arriver en Europe dans dix ans selon le président du Parlement européen.

Le président du Parlement européen Antonio Tajani a souligné la nécessité d’investir en Afrique pour éviter que des dizaines de millions d’immigrés ne viennent trouver refuge en Europe. La menace terroriste a également été évoquée.

Interrogé par le journal allemand Die Welt sur la crise migratoire et le flux de candidats africains à l’asile qui tentent de rallier l’Europe, Antonio Tajani a appelé l’Union européenne «à investir des milliards [en Afrique] et à développer une stratégie sur le long terme».

«L’Afrique se trouve dans une situation dramatique» et «si nous ne parvenons pas à résoudre les problèmes centraux des pays d’Afrique, 10, 20, voire 30 millions d’immigrés vont arriver en Europe d’ici dix ans», a-t-il alerté.

D’autant que «l’Etat islamique cherche à faire entrer des terroristes avec les réfugiés», a-t-il ajouté. Daesh explique aux djihadistes «qu’il est maintenant facile de mener une attaque dans un Etat européen avec un couteau ou une voiture», a-t-il assuré.

Antonio Tajani s’est dit favorable à l’instauration sur le sol africain «de camps d’accueil sous la protection de l’ONU et de forces armées européennes», sorte de «villes provisoires avec des hôpitaux et des infrastructures pour les enfants où les gens pourront vivre de façon provisoire».

Après la fermeture de la route migratoire des Balkans en mars 2016, les Européens veulent s’atteler au casse-tête de la Méditerranée centrale mais se heurtent aux réticences de leurs partenaires africains et au manque d’interlocuteurs en Libye, d’où embarquent la plupart des migrants, dont beaucoup périssent en mer.

Selon l’ONG espagnole Pro-Activa Open Arms, environ 250 migrants africains seraient ainsi morts dans le naufrage de deux canots gonflables repêchés le 23 mars au large de la Libye.

Africa24.info
***


La Turquie annonce la fin de son opération militaire en Syrie.

Le Premier ministre turc a annoncé que l’opération «Bouclier de l’Euphrate», lancée par les forces armées turques en août 2016, touchait à sa fin. Il se félicite d’un «succès» et annonce d’autres opérations.

L’opération «Bouclier de l’Euphrate» lancée par l’armée turque en août 2016 vient de prendre fin, a annoncé Binali Yildirim, le Premier ministre turc, dans un entretien accordé à la chaîne NTV le 29 mars.

«Le but était d’assurer la sécurité nationale, de repousser la menace de Daesh et de permettre le retour des réfugiés syriens chez eux : c’est une mission accomplie avec succès», a par ailleurs annoncé le gouvernement dans un communiqué publié à l’issue d’une réunion de sécurité à laquelle participait également le président turc Recep Tayyip Erdogan.

L’objectif était surtout pour Ankara de sécuriser sa frontière avec la Syrie en repoussant à la fois l’Etat islamiques et les forces kurdes – deux mouvements que la Turquie considère comme terroristes. L’armée turque s’est notamment appuyée sur les forces démocratiques syriennes, également soutenues par les Etats-Unis.

L’intervention d’Ankara avait été condamnée par le gouvernement syrien qui l’avait qualifiée de «violation» de son territoire, notamment après que le président turc avait déclaré vouloir faire tomber Bachar el-Assad. Il avait demandé en vain aux Nations unies d’œuvrer au retrait de ces «troupes d’invasion».

Africa24.info
***

France : Pour la séparation de la Mosquée et de l’État.

Alors que les différents candidats à la présidentielle multiplient les propositions, de Macron qui souhaite une « restructuration de l’islam-de-France » menée par l’État, à Fillon qui parle d’une « mise sous tutelle » (on se demande bien comment il pourra faire plus que la situation actuelle), Marine le Pen réclame elle le respect scrupuleux de la loi de 1905 (sur la séparation de l’Église et de l’État). On se rappelle ainsi que la fameuse Association des Oulémas Algériens, menée par le sheykh Ibn Badis (entre autres), avait réclamé dès les années 30 l’application stricte de la loi de 1905 en Algérie et donc, la fin de la tutelle républicaine sur les mosquées. Une requête à laquelle l’administration coloniale avait répondu – dans l’inversion accusatoire qui caractérise si bien la République – qu’elle comptait bien « préserver les édifices religieux de cette irruption insolite de la politique. »

De la même manière, puisque n’étant pas dans le cadre d’un état islamique où domaines cultuel et politique seraient naturellement complémentaires, et puisque les « petits arrangements » et autres financements déguisés de certains élus avec les différentes structures musulmanes n’ont rien de gratuit et ne servent qu’à mieux contrôler les musulmans de France, ne faudrait-il pas exiger la stricte application de cette fameuse loi de 1905 ? De même, l’interdiction totale des financements étrangers, quand on connaît le rôle des différents consulats dans la domestication de l’islam de France pour le compte de la métropole, ne serait-t-elle pas une « divine surprise » permettant d’assainir la communauté, nous soulageant au passage de pas mal de « native informants » et autres escrocs en tout genre ?

Si tel était le cas, nul doute que certains « imams »-fonctionnaires n’hésiteraient pas à affirmer, comme leurs honteux prédécesseurs collabos qui avaient mené campagne pour le maintien de la tutelle française contre la proposition d’Ibn Badis : « Le principe fondamental dans la loi musulmane selon lequel la sauvegarde du culte musulman est inséparable de l’autorité du pouvoir central (…) confère au gouvernement français des droits et des devoirs en même temps qu’ils lui imposent des responsabilités qui leur sont intimement liées. »

desdomesetdesminarets.fr
###################################
####### Aujourd’hui en Palestine #######
####################################

Aujourd’hui en Palestine, Voici les principaux titres du site d’information, C P I, Centre Palestinien D’Information.

.
Les forces d’occupation israéliennes ont arrêté cet après-midi un nombre d’activistes membres de « la Campagne nationale pour lever l’état de siège imposé à la ville d’Hébron » et ce lors de la célébration de la Journée de la Terre dans la cité de Jabeur près de la colonie de Qariat 4 installée sur les terrains des palestiniens.
.
Déclaration Prévue de Netanyahu sur la construction d’une colonie pour les colons d’Amouna
.
Marathon à Jénine pour célébrer la Journée de la Terre
.
Abou Marzouk conclut sa visite au Liban
.
Les Palestiniens commémorent le 41ème anniversaire de la journée de la Terre
.
Des dizaines de blessés après la répression des activités de la Journée de la Terre
.
Hamas: Notre peuple s’accroche à sa terre et sa résistance
.
Sit-in de la famille d’un prisonnier politique condamnant sa torture
.
Un prisonnier de Jénine libéré après 15 ans de captivité
.
Le prisonnier Youssef Eskafi toujours privé de la visite de sa famille
.
Affrontements et arrestations à Jénine, Hébron et Naplouse
.
Des activistes du Mont du Temple veulent sacrifier des bêtes dans les cours d’al-Aqsa pour la Paque juive
.
Libération d’un pêcheur palestinien après une semaine de détention
.
Un jeune homme palestinien arrêté à Tubas
.
Affrontements et barrages sionistes à Qalqilia
.
Abbas au Sommet arabe : Israël veut saper la solution à deux Etats
.

Retrouvez l’intégralité de tout ces articles sur http:// french pal info.com
.


Le Centre Palestinien D'Information

Flash info du 16 Rabi Al Thanni 1438.

Flash info du 16 Rabi Al Thanni 1438.

Ecouter le coran, des hadith, des conférences, des annonces divers, des anashids (sans musique), et bien d’autres choses, en direct sur #mouslimradio :
www.MouslimRadio.info

******************************************************************


En route vers le zéro déchet ? Rêve ou réalité ?

Ajib s’est interrogé aujourd’hui sur un mode de vie très en vogue ces dernières années, et ce partout dans le monde. En effet, le zéro déchet compte de plus en plus d’adeptes voulant revenir à un minimalisme assumé au quotidien.

Nombreuses sont les personnes et les musulmans qui s’écartent de la sur-consommation et souhaitent réduire leur production de déchets jusqu’à en venir au zéro déchet. Alors nous avons interviewé, pour vous, Mahdiya de l’association Materner avec un grand Aime pour comprendre ce qui pousse nos frères et sœurs à suivre cette façon de vivre.

Très active partout en France pour la promotion du maternage proximal à la lumière de l’islam, l’association Materner avec un grand Aime comporte plusieurs antennes à travers l’hexagone pour réunir les mamans sur des thématiques différentes qui leur permettent d’échanger sur leurs difficultés et leurs expériences au quotidien.

L’alimentation saine, l’écologie, les modes de vies dits alternatifs tels que la simplicité volontaire sont abordés pour s’entre aider et apprendre ensemble. Beaucoup d’entre elles ont fait ce choix du zéro déchet. Voyons ce qu’elles en pensent :

Ajib : Y a t-il eu un événement particulier vous incitant à prendre une telle décision, l’envie de changer de mode de vie comme beaucoup de personnes ? Est-ce un ras le bol de la société actuelle et son incitation à la sur-consommation ?

Mahdiya : Pour ma part, c’est plutôt un long cheminement. Étant issu d’une famille sensible à l’environnement, l’écologie, l’alimentation saine … j’ai grandi avec ces valeurs. C’est lorsque j’ai fondé ma propre famille que cela a pris plus d’importance et que j’ai réalisé la nécessité de mettre en pratique mes valeurs. Le ras le bol de cette société de consommation en est bien sûr une des causes, ou plutôt l’envie de m’en démarquer.

A : Qu’est-ce, pour vous, le désencombrement ?

M : Le désencombrement est avant tout une décision de changement et d’action consciente. En effet pour effectuer un réel désencombrement «matériel» cela passe, avant tout, par un désencombrement mental, (…)des habitudes de consommation que nous avons et de nos «croyances» en terme de besoins. En effet, nous nous créons des besoins qui n’en sont pas, faire le tri passe donc par faire la part de ce qui nous est réellement nécessaire et ce qui ne l’est pas. C’est une prise de conscience globale.

A : Quel est le lien de ce dernier avec le mouvement Zéro Déchet ? Le premier mène t-il forcément à l’autre ?

M : L’un ne mène pas nécessairement à l’autre mais y tend indéniablement. En effet, lorsque nous commençons à faire le tri, à viser le minimalisme, on s’aperçoit rapidement que nous produisons excessivement de déchets et que ceux-ci ne sont pas tous recyclables. Après avoir fait le tri dans notre maison, nous nous retrouvons avec un tas d’objets, on peut en donner à des proches, des associations, mais certains iront inéluctablement à la déchetterie. Ceci peut amorcer une envie de tendre au zéro déchets.

Ceci dit le zéro déchet à proprement parlé est parfois difficile à atteindre tant tout ce que nous achetons est sur emballé. Dans certaines grandes villes, il existe des magasins «tout en vrac» mais il est parfois difficile d’acheter tout ce dont nous avons besoin de cette façon. Néanmoins on peut réduire le plus possible en favorisant les achats sans emballage, achetant ses légumes sur le marché, prenant des sacs réutilisables, minimisant les produits transformés et optimisant le fait-maison (et ce dernier pour de multiples raisons). Trier ses déchets, faire son compost ( même sur son balcon pour les plantes de la maison ) enfin, pleins de petites habitudes qui permette de réduire grandement nos déchets.

A : Une meilleure compréhension de l’islam aide t-elle, à votre avis, à mieux comprendre le raisonnement du zéro déchet ?

M : Oui, pour moi c’est certain. L’islam nous invite à un mode de vie simple et sain. De nombreux hadiths et versets coranique nous montrent l’importance de la simplicité mais aussi du respect de la planète sur laquelle Allah nous a placé tel ses lieutenants, et quelle grande responsabilité. Lorsque nous comprenons cela, nous ne pouvons pas, me semble t-il, rester indifférent à l’écologie et aux conséquences de notre mode de vie sur notre environnement.

Les déchets que nous produisons ont une conséquence sur la flore, la faune, mais aussi sur les êtres humains. Des personnes se retrouvent à trier nos déchets dans des conditions inhumaines à l’autre bout de la planète. Nos déchets flottent un peu partout en mer ayant même créé un «continent». Quand nous savons que le simple fait de ramasser une chose qui gêne sur la chaussé est un bien dans notre religion, que penser du fait de produire ce qui encombre et détruit la planète terre, causant du tord à l’ensemble des créatures d’Allah. Il semble cohérent de dire que ceci n’est pas dans la ligne de conduite de l’islam. Ainsi souhaiter produire moins de déchets devient comme une évidence.

A : Comment ce mode de vie peut-il changer la vie des musulmans en mieux ?

M : Tout d’abord adopter un mode de vie minimaliste est, comme je le disais précédemment, plus en adéquation avec les valeurs de l’islam. Ainsi faire de tels choix de vie permettront, je pense, à tout musulman de se sentir plus en accord avec ses valeurs. Aussi, cela permet de se détacher de la dounia et d’apprendre à se contenter de peu à l’exemple du prophète Muhammad (sala allahu alahi wa salam) qui a toujours su se satisfaire du minimum.

Le musulman qui tend vers un mode de vie plus simple aura tendance à vouloir échanger avec ses pairs, que ce soit pour le dons d’objets, le troc, l’apprentissage de nouvelles compétences comme le jardinage, la confection de produits home-made etc. Ainsi je pense que c’est un facteur de sociabilité positive.

A : Qu’est-ce qui rebute le plus les gens que vous avez rencontré pour opérer le changement dans leur vie de consommateur musulman?

M : Je pense que ce sont des appréhensions basées sur le changement. Le changement fait peur de manière général. Les questionnements sont nombreux: vais-je manquer de quelque chose? Vais je devoir sacrifier mes loisirs? Etc. Ses interrogations sont compréhensives mais infondées. En effet, il ne s’agit nullement de se brimer et de se sentir démunis. Viser plus de simplicité n’est pas synonyme de dépouillement.

Il ne s’agit pas de cesser de consommer, comme certains le pensent, mais de consommer moins et différemment.

A : Peut-on vivre en harmonie entre un mode de vie classique de consommateur lambda et une très bonne compréhension de l’islam? Ou cette dernière amène t-elle forcément, pour vous, à revoir le rapport que l’on entretient avec les objets et la consommation en général ?

M : Oui nous pouvons continuer de consommer, disons, sans éthique et très bien comprendre l’islam, mais, dans ce cas, je pense, et cela n’engage que moi, qu’il y a alors une part de compréhension non appliquée.

Je crois, en effet, qu’une bonne compréhension de l’islam mène inévitablement à un changement dans notre mode de consommation et ce, pour diverses raisons. La consommation excessive est un gaspillage de nos biens ce qui est désapprouvé en islam.

Posséder n’est pas un tord en soit, le fait de se faire plaisir de temps en temps ne me semble pas à bannir, encore une fois l’objectif n’est pas de se rendre la vie difficile, et ce n’est pas non plus ce qu’encourage l’islam.

Je suis convaincue qu’il s’agit d’un cheminement et qu’en prenant conscience du peu d’importance des biens matériels(…)Plus nous évoluons spirituellement, plus nous viserons la simplicité et le partage. C’est du moins le processus que j’ai pu observer chez de nombreuses personnes.

A : Que conseilleriez-vous à ceux qui voudraient se lancer ?

M : Pour se lancer dans cette démarche, dans un premier temps, j’invite, in cha Allah, à prendre le temps de se poser les bonnes questions et de se les poser en famille. L’idéal serait que le changement s’amorce par tous ses membres. En effet, si l’on souhaite un changement durable, il est bon d’échanger avec nos conjoints respectifs et d’avoir une ambition commune allant vers le sens de la simplicité volontaire. Pourquoi ? Tout simplement car cela permettra de se motiver, de rappeler à l’autre ses objectifs dans les moments de faiblesses ou de « craquage » face à l’appel de la société de consommation. Inculquer ses valeurs à nos enfants est aussi une clé de la réussite sur la voie de cet engagement car nous souhaitons être de véritables exemples pour eux.

Il est clair que c’est vraiment lors de nos voyages que nous nous sommes aperçus que nous pouvions vivre avec peu. Nous voyageons, généralement, avec 2 sacs à dos pour 5 membres dont un bébé ! C’est ce vers quoi nous souhaitons tendre : des voyageurs sur terre comme nous le transmets le prophète (sallalahou alayhi wa salam). Il y a des habitudes qui sont souvent tenaces et le cheminement n’est pas linéaire, mais il faut savoir prendre le temps de s’arrêter et de se remettre en question régulièrement .

Et vous, cher lecteur, seriez-vous tenté d’amorcer le changement ?

Clic pour voir la Source de l’article

***


Canada: Il offre le repas aux pauvres.

L’information nous provient de Globalnews.ca

Yahya Hashemi propriétaire d’un restaurant à Montréal offre généreusement le repas aux nécessiteux se rendant dans son restaurant.

Il a commencé en offrant le menu à ceux qui ne pouvaient payer. Maintenant, comme nous le rapporte le journaliste Mike Armstrong, il a touché le coeur de milliers de gens qui s’arrêtent dans son restaurant pour faire des dons afin de participer à la bonne action.

L’information a rapidement fait le tour du monde.

Allah nous enseigne dans le Coran:

Ils t’interrogent : « Qu’est-ce qu’on doit dépenser ? » – Dis : « Ce que vous dépensez de bien devrait être pour les pères et mère, les proches, les orphelins, les pauvres et les voyageurs indigents. Et tout ce que vous faites de bien, vraiment Allah le sait ».
Sourate Al-Baqarah (Verset 215).

Reportage vidéo a voir sur www.mouslimradio.info.
w w w . m o u s l i m r a d i o . i n f o .

Clic pour voir la Source de l’article

***


La procrastination : ne reportons plus le bien à demain !

La procrastination, c’est cette maladie que l’on connaît tous. Ce besoin de toujours reporter au lendemain ce que l’on pourrait faire aujourd’hui. Une envie irrésistible de se dire que l’on a encore le temps, que rien ne presse. Et s’il en était autrement ? Et si l’on pouvait vivre avec une baraka infinie qui nous ferait organiser notre temps ? La procrastination ne s’élimine pas de notre comportement en un coup de vent. Alors comment faire pour trouver la solution à cette mauvaise manie ?

Comprendre pour changer.

Pourquoi est-ce que je me comporte ainsi ? Y a t-il une explication à cette habitude de toujours reporter à plus tard ce que je dois faire ?

Si la réponse se trouve dans la simple envie de ne rien faire car confiant en mes capacités à rebondir face à toutes situations, je devrais prendre garde. Le Coran et la Sunna de notre Prophète, paix et salut sur lui, nous rappelle l’histoire du noble compagnon Ka’b Ibn Malik, qu’Allah soit satisfait de lui, et de son retrait en arrière lors du départ pour la bataille de Tabuk.

Ce pieux compagnon s’est lui aussi laissé séduire par le temps en sortant profiter des fruits frais et de l’ombre de la région au lieu de sortir préparer son équipement pour la bataille. Quand tous prirent chemin et suivirent le Prophète, paix et salut sur lui, Ka’b Ibn Malik, qu’Allah l’agrée, crut avoir le temps de les rejoindre.

(…)Le messager d’Allah, paix et salut sur lui, s’était préparé ainsi que les musulmans avec lui. Quant à moi, je sortais chaque jour pour m’équiper mais je rentrais sans n’avoir rien fait, me disant à chaque fois que je pourrais le faire l’heure venue(…).
Boukhari et Mouslim.

Déception, et courroux du Prophète Mohamed, sallaLahi alayhi wa ssalam, avant l’acceptation de son repentir par Allah.

Et Il accueillit le repentir des trois qui étaient restés à l’arrière, si bien que toute vaste qu’elle fut la terre leur semblait exiguë(…).
Coran Sourate 9, Verset 118.

Voilà à quoi mène la procrastination.

Dans notre cas, plus de révélation de notre Seigneur de nos jours. Ne jouons pas avec le temps.

Si la réponse à cette question «pourquoi est-ce que je reporte toujours tout au lendemain ?» se trouve dans la frustration face à trop de sollicitations, il y a la possibilité de mettre en place certaines choses pour ne pas se sentir submergé par les responsabilités et ce afin de comprendre ce qui me pèse.

Mais toujours se poser ces questions : Ai-je vraiment le temps devant moi? Qui me le garantit ?

Agir plutôt que de subir.

Où sont mes responsabilités ? Où est la part de mes libertés ? Une fois la problématique posée, répertorier mes actions à faire, même les plus minimes pour visualiser l’écoulement du temps et les tâches à faire est un bout de solution.

Avoir sous les yeux un tableau ou un cahier, peu importe, permet de relativiser et ne pas se sentir lourd intérieurement. Extérioriser le fardeau d’une journée peut alléger le moral et nous aider à prendre conscience de nos emploi du temps pour mieux répartir ce que l’on a faire. Même si ce n’est que temporaire.

Agir pour ne pas subir, même à petits pas comme nous l’enjoint la Sunna :

L’œuvre la plus aimée auprès d’Allah est celle qui perdure même si elle est minime.
Boukhari et Mouslim.

Visualiser son objectif pour l’atteindre inchaAllah.

Se poser les bonnes questions, certes, est efficace. Avoir et renouveler son intention, sa niyya, est par contre primordial. Car dans le fond, pourquoi est-ce si important de ne pas toujours tout reporter à demain ?

Le temps sur lequel Allah ta’ala jure à plusieurs reprises dans le Saint Coran est une ressource sacrée mis à notre disposition par le Tout Miséricordieux.

La satisfaction d’Allah est notre véritable objectif numéro 1 sur terre, et, y œuvrer fait partie de nos priorités. Que ce soit en tant que musulman avec ses adorations, père ou mère de famille et les responsabilités que cela implique, travailleur ou même étudiant, notre temps est une amana, dont nous aurons à rendre des comptes.

Toujours garder en tête l’agrément d’Allah recherché pour s’y attacher et tout faire dans cet objectif suprême. Comment continuer à gaspiller notre temps pertinemment ?

Qu’Allah fasse que chacun de nos petits changements pour éviter la procrastination soit accepté comme œuvre durable et sincère. Amine.

Clic pour voir la Source de l’article

***


Une exposition sur « la mode en islam » organisée en 2018.

La mode en islam a été au coeur des discussions en 2016. Elle sera justement le sujet de la prochaine exposition au Young Museum à San Francisco en 2018.

Une exposition appelée « The Fashion of Islam ».

Ainsi il sera question de hijab, de voile ou de foulard, selon les mots qui seront utilisés. Après avoir consacré ses lieux à des stylistes et créateurs connus, le Young Museum ouvre ses portes à la mode islamique. Le thème sera traité sous différents angles opposant forcément la croyance religieuse à l’extravagance que certaines tenues peuvent refléter. Un tour d’horizon est également au programme pour distinguer les différences culturelles à travers les pays et les évolutions au cours du temps. L’exposition consacrera aussi une partie au burkini.

En 2018, la mode islamique devrait donc attirer les foules à San Francisco. Mais cette exposition aura forcément aussi des détracteurs.

Clic pour voir la Source de l’article

***

France : Nathalie Goulet saisie le CSA après la polémique Farid Benyettou |

Nathalie Goulet a saisi le CSA après l’apparition de Farid Benyettou, mentor des frères Kouachi, sur plusieurs plateaux TV. L’homme, nouvelle attraction des médias qui sort un livre avec Dounia Bouzar, a choqué lorsqu’il a arboré fièrement devant les caméras son badge « Je suis Charlie ».

Pour Nathalie Goulet, il est question de respecter les familles des victimes qui ont dû être choquées par l’apparition du mentor des responsables de l’assassinat de nombreux rédacteurs du journal satirique Charlie Hebdo.

La sénatrice UDI est connue pour avoir également demandé une enquête sur les résultats de « déradicalisation » obtenus par Dounia Bouzar et sa célèbre association contre les sectes et la radicalisation. Bouzar avait avoué avoir touché des subventions astronomiques de la part de l’Etat avant de quitter son poste face aux critiques des experts.

Le nouveau duel entre Goulet et Bouzar est déjà en train de tourner à l’avantage de la première (à nouveau) puisque Farid Benyettou a fait savoir qu’il n’apparaîtrait plus devant les caméras.

Clic pour voir la Source de l’article

***

Guerre au Yémen : près de 1 400 enfants tués et 2 140 blessés, selon l’Unicef.

Près de 1.400 enfants yéménites sont morts et quelque 2.000 écoles sont hors d’usage depuis l’escalade de la guerre au Yémen en mars 2015, a annoncé mercredi à Sanaa le Fonds de l’ONU pour l’enfance (Unicef).

Le pays fait face à une guerre civile entre le pouvoir en place, allié de l’Arabie Saoudite, et les tribus chiites houthis armées par l’Iran. Une guerre qui a déjà fait plus de 7 000 morts et a provoqué une famine dans le pays. Les première victimes restent les enfants qui n’ont même pas de quoi vivre et se soigner.

Reportage vidéo a voir sur www.mouslimradio.info.
w w w . m o u s l i m r a d i o . i n f o .

Clic pour voir la Source de l’article

***

Irak : le camp des réfugiés oubliés par le monde.

Dans le camp de Sewdinan à l’est de Mossoul et au nord de l’Irak, les déplacés attendent parfois des heures pour recevoir des médicaments. Ils se sentent oubliés car l’approvisionnement est rare.

Depuis plusieurs mois, la ville de Mossoul est assiégée par l’armée irakienne, les milices chiites et les combattants kurdes indépendantistes du nord de l’Irak. Des combats violents les opposent à l’organisation jihadiste Etat Islamique qui tient la deuxième ville d’Irak depuis 2014.

Reportage vidéo a voir sur www.mouslimradio.info.
w w w . m o u s l i m r a d i o . i n f o .

Clic pour voir la Source de l’article

***


France : Primaire de la gauche : des désaccords révélés lors d’un débat sans envergure .

Les sept candidats à la primaire de la gauche se sont affrontés, jeudi 12 janvier, pour leur premier débat télévisuel. Manuel Valls, Benoît Hamon, Arnaud Montebourg, Vincent Peillon, Jean-Luc Bennahmias, François de Rugy et Sylvia Pinel ont bien moins séduit les téléspectateurs que leurs adversaires de droite. Ils étaient près de 3,8 millions devant leur écran, soit 2 millions de moins que pour le premier débat de la primaire à droite.

Les candidats, qui ont tous déclaré Marine Le Pen du Front national et François Fillon des Républicains comme leur principal ennemi, ont présenté leur programme et étayés leurs propositions en matière d’économie, de lutte contre le chômage, des inégalités, du terrorisme et de la réforme des institutions. Le débat, qui manquait de dynamique, n’a pas été épargné par la presse. La palme revient au Figaro, qui a évoqué dans sa Une un « débat sans idée neuve » alors même, rapporte le HuffPost, que le débat ne commence véritablement.

Le revenu universel et l’état d’urgence divisent les candidats
Les principaux désaccords ont porté sur la prolongation de l’état d’urgence et le revenu universel, porté par Benoît Hamon. Réservée aux plus démunis âgés de 18 à 25 ans, cette mesure, qui repose sur le versement d’un revenu de base pouvant atteindre 750 euros mensuel, n’a pas séduit les candidats de gauche excepté Jean-Luc Benhammias, « Le revenu universel, c’est 400 milliards d’euros. Qui les paiera ? », s’est interrogé Vincent Peillon.

L’état d’urgence, ardemment défendu par Manuel Valls, divise les candidats. Benoît Hamon considère que les moyens en matière de sécurité dont dispose l’Etat peuvent protéger les citoyens sans cette mesure quand Arnaud Montebourg propose « la naissance d’un parquet national antiterroriste » pour la remplacer.

La déchéance de la nationalité défendue par Valls.

L’ex-Premier ministre, qui porte le bilan de François Hollande, a été taclé par plusieurs candidats à de nombreuses reprises, à commencer par Benoît Hamon qui lui a reproché d’avoir ouvert le débat autour de la déchéance de la nationalité, qui est le « seul regret » du chef de l’Etat.

Ce n’est pas le cas d’un Manuel Valls « fier » du bilan du quinquennat : « Cette loi, qui elle visait ? Elle ne visait pas les enfants de la République en fonction de leurs origines. Elle visait les terroristes en premier lieu, ceux qui s’en prenaient à leurs propres compatriotes. » « Cette mesure a heurté des millions de nos compatriotes qui étaient sensibles à l’égalité des citoyens devant la loi », a rappelé Benoît Hamon.

La loi Travail, que souhaite abroger entre autres Arnaud Montebourg, a aussi été défendue par Manuel Valls tandis que les fameux usages multiples du 49-3 par Manuel Valls n’ont pas échappé à Vincent Peillon, qu’il a qualifié comme « une culture du coup de force ». L’ancien ministre de l’Education natinale s’est lui-même attiré les foudres des internautes en parlant d’un soldat « d’origine musulmane », en référence à une des victimes de Mohamed Merah, le fils de Latifa Ibn Ziaten.

Le prochain débat de la primaire de la gauche, qui sera diffusé en direct dimanche 15 janvier sur BFMTV et iTélé, est attendu.

Clic pour voir la Source de l’article

***


Karim Benzema offre à Zinedine Zidane un record d’invincibilité.

Quarante matchs consécutifs sans la moindre défaite ! C’est le nouveau record d’invincibilité pour un club de football espagnol et c’est le Real Madrid de Zinédine Zidane qui l’a établi dans la soirée du jeudi 12 janvier au terme d’une rencontre dingue sur la pelouse du FC Seville.

Karim Benzema a permis d’ajouter une nouvelle ligne au jeune palmarès mais déjà fourni de son entraîneur. En effet, alors que son équipe était menée 3 buts à 2, l’attaquant français a marqué un but exceptionnel dans la dernière minute du temps additionnel (93e).

Depuis le début de la saison 2016/2017, une partie des supporters et de la presse madrilène fait pression sur « Zizou » pour qu’il retire Karim Benzema du onze titulaire au profit du jeune espagnol Alvaro Morata formé au club. Le Lyonnais récompense une nouvelle fois par cet exploit, la confiance inébranlable accordée par son compatriote.

Zinédine Zidane, intronisé coach du Real Madrid il y a tout juste un an, fait ainsi tomber le record de son rival Luis Enrique, entraîneur du FC Barcelone. La dernière défaite du club madrilène remonte au 6 avril 2016 en Ligue des champions face à Wolfsburg, en Allemagne.

Depuis son arrivée à la tête de la « Maison blanche », le technicien français a remporté la Ligue des champions, la Supercoupe d’Europe et la Coupe du Monde des clubs.

Clic pour voir la Source de l’article

***


Kathy Perry finance un clip contre la « normalisation de la haine », soutenant les musulmans américains.

Le 21 janvier, soit le jour qui suivra son intronisation, sonnera comme un de ces lendemains qui déchantent pour Donald Trump, alors que montera des rangs de la « Women’s march », à Washington, la clameur de protestation de plus de 200 000 femmes, parmi lesquelles la voix de la chanteuse Kathy Perry s’élèvera en faveur de la cause féminine, mais aussi contre le sexisme patenté, l’instrumentalisation de l’islamophobie et l’exacerbation de la haine qui sont la marque de fabrique du 45ème président des Etats-Unis.

Non contente de hausser le ton pour manifester sa vive désapprobation à l’égard du nouveau locataire de la Maison Blanche, la star américaine a également financé un clip d’utilité publique, résolument solidaire envers les musulmans américains, dénonçant une victoire et un mandat placés sous le signe funeste de la « normalisation de la haine ».

Et qui mieux que le réalisateur australo-japonais, Aya Tanimura, pouvait établir un parallèle historique censé provoquer l’électrochoc salutaire sur les consciences engourdies, voire aveuglées ?

Posté sur Youtube, avec le hashtag « #DontNormalizeHate », son court-métrage choc exhume un pan du passé peu glorieux de l’Amérique, quand, en février 1942, le président Franklin D. Roosevelt signa le décret 9066 autorisant la détention dans des camps militaires, entourés de barbelés, de près de 120 000 civils américains d’origine nippone, en représailles à l’attaque meurtrière de Pearl Harbour.

« Est-ce que l’histoire se répète ? ». La question, brûlante d’actualité, se pose avec acuité à l’heure où le populisme est au pouvoir dans le bureau ovale, et interpelle grandement à la vue de la femme âgée, Haru Kuromiya, 89 ans, qui apparaît à l’écran en sa qualité de grand témoin. « Toute ma famille a été fichée sur un registre », se souvient la principale protagoniste du film, en soulignant avec tristesse : « Nous avons été privés de nos droits constitutionnels ».

Mais il fallait frapper un grand coup pour marquer durablement les esprits, et pour ce faire, Aya Tanimura a eu une idée de génie. Glissée dans la peau de l’octogénaire japonaise, l’actrice pakistanaise Hina Khan, installée à Los Angeles, fait tomber le masque à la fin du clip, et le regard face caméra, exhorte les Américains à « ne pas laisser l’histoire se répéter » contre les nouveaux boucs émissaires livrés à la vindicte par Trump : leurs concitoyens de confession musulmane.

Ne regardant pas à la dépense, Kathy Perry, dont l’engagement politique a mûri et s’est renforcé au fil des mois, n’a pas hésité à mettre la main à la poche pour que ce clip urgent et nécessaire puisse voir le jour, pour la plus grande satisfaction de Aya Tanimura.

« Comme nombre d’entre nous qui sommes choqués et terrifiés par les idéaux, la démagogie et la politique de Trump, Kathy Perry l’est particulièrement et a décidé d’agir concrètement », a-t-il confié, plein de reconnaissance envers la célèbre chanteuse, nommée aux Grammy Awards, pour avoir eu non seulement carte blanche sur le plan scénaristique, mais aussi un chèque en blanc sur le plan financier.

Reportage vidéo a voir sur www.mouslimradio.info.
w w w . m o u s l i m r a d i o . i n f o .

Clic pour voir la Source de l’article

***


Muhammad n’est pas Mahomet et islâm n’est pas soumission.

Mahomet est la négation de Muhammad comme soumission l’est pour Islam. Le discours sur l’Islam requiert une attention particulière aux concepts, à leurs sens étymologiques, à leurs usages dans les textes fondateurs ainsi qu’à leurs développements.

Le simple recours aux traductions de vulgarisation non savantes, induit lourdement en erreur fut-ce pour une première approche superficielle. Notons que cette remarque est aussi valable pour d’autres approches et pour d’autres conceptions philosophiques.

C’est dans cette optique que nous allons tenter de rendre au terme Islâm le ou les sens qu’il déploie pour exprimer une conception et une attitude à la fois.

Le mot Islam, Al-islâm en arabe, a comme racine le verbe salima qui signifie au sens premier, non altéré, préservé en l’état premier, sain. D’où Al-salâm, Nom d’Allah dans le Coran : Sourate 59, verset , l’expression de la non-hostilité et de la paix « lorsqu’ils sont interloqués par les ignorants, ils disent salâmâ », Coran : 25, verset 63. Al-islâmdoncdétermine un étatde paix et l’expression de non-hostilité envers autrui. Ainsi, Le verbe aslamaqui exprime l’action de celui qui rentre en Islamexprime d’abord un état d’être, celui d’êtreentier, en paix avec soi-même. Ensuite celui dont les personnes ne redoutent ni son hostilité verbale ni physique, hadith « le muslim est celui dont les personnes restent saines de sa langue et de sa main ». Et principalement, celui qui, retrouvant la voix de sa nature première, hadith « Tout nouveau-né, naît selon la fitra… », fait acte volontaire d’adhésion à la voie qui mène vers Al-salâm, Allah le Sain.

L’idée de soumission pour désigner l’Islam est l’expression d’une variante retenue par certains commentateurs et qui reflète plus l’idéologie dominante de leur époque que le sens étymologique du terme ou l’usage conceptuel coranique et prophétique.

Il convient ici de rappeler que dans le Coran aussi bien que dans les traditions du Prophète, les trois termes Islâm, Imân et Ihsân désignent tous les trois la voie de l’Islam. Le mot Al-islâma été retenu comme générique, car il se rapporte à la base commune. Al-imân étant un degré avancé dans l’approfondissement spirituel et moral, alors qu’Al-ihsân représente une étape supérieure au niveau métaphysique.

Respectivement, Imân et Ihsân signifientavoir confiance en ou faire acte de foi et parfaire ou agir avec excellence. La soumission ne peut être retenue pour qualifier le terme Islam, car elle n’embrasse pas ses trois dimensions.

Un autre terme fort utilisé pour désigner le musulman dans les usages et dans les textes scripturaires est celui de ‘Abd, souvent traduit par serviteur ou esclave. Ainsi, ‘Abd-Allah donne esclave d’Allah ce qui renforce l’idée de soumission comme attitude du musulman. Alors que la racine ‘Abbada est un verbe qui signifie aplanir, rendre droit.

Dès la première moitié du 2eme siècle de l’hégire, Wâsil ibn ‘Atâ’ 131 / 748, considérer comme fondateur du mouvement, Al-Mo’tazila mouvement qui prône que l’usage de la raison est indissociable de l’intelligibilité du texte sacré ainsi que pour distinguer le message coranique des doctrines présentes au sein de la société musulmane.

« Leur doctrine est centrée sur deux principes : à l’égard de Dieu, principe de la transcendance et de l’unité absolue ; à l’égard de l’homme, principe de la liberté individuelle entraînant la responsabilité immédiate de nos actes », Corbin Henri, Histoire de la philosophie islamique, Gallimard, 1986, p.158.. La justice divine et la responsabilité individuelle fondent le principe de la liberté humaine, dès lors, c’est à travers ce prisme qu’au IIIe siècle de l’hégire, le célèbre traditionniste Al-Tirmidhi distingue entre al-ibâda et al-‘ubûdia ou al-‘ubûda. Al-‘ubûdiapour lui est l’état originel de la créature étant dans la dépendance et le besoin vis-à-vis de son créateur. Al-‘ubûdiadonc est l’état de la créature qui a pour correspond la seigneurie divine, al-‘ubûdia vsseigneurie d’Allah.

Également en tant que cheminement spirituel d’un point de vue soufi, al-‘ubûdiaserait la prise de conscience totale, de la pauvreté absolue de l’humain envers Allah l’Autosuffisant alors qu’ al-‘ibâdaserait l’expression de cette distinction et cette dépendance. Aussi, al-‘ibâdase nourrit de cette prise de conscience faute de quoi elle n’est qu’apparence sans vie ni souffle. Le livre des nuances ou de l’impossibilité́ de la synonymie. Kitâb al-mufâraqât, dans : kiâb khathm al-awlia, Othmân I. Yahyâ, I.C.B. 1965, p. 120.

Plus proche de nous, le contemporain et emblématique Nasr Hamid Abu Zayd, dans son livre, Le discours et l’hermétique, montre sans ambiguïté la prolifération de textes scripturaires affirmant le principe globalde liberté dans le projet islamique. La liberté individuelle dit-il, ne cesse pas en s’engagent dans l’Islam, le musulman demeure libre et non rendu esclave démuni de sa liberté et de son choix ce qui est l’essence même de son humanité.

Nasr Hamid Abu Zayd, (1949-2010), dont l’audace lui a valu l’exil de son pays en 1990, incompris et combattu par des esprits étroits ainsi que l’establishment académique en Égypte. Il a appliqué au Coran une étude littéraire et herméneutique dans ses travaux, condition nécessaire selon lui pour comprendre actuellement le texte coranique.

« Ceux qui font croire aux gens cela, font l’amalgame entre le concept antéislamique al-‘ubûdia, lié à l’organisation socialeet esclavagiste d’un coté, et le concept d’al-‘abâdiafaçonné pour décrire la relation Humain-Allah par le Coran. Ceux-ci ignorent que le pluriel de ‘abd est ‘abîd utilisé dans le Coran uniquement pour exempter Allah de l’injustice : sourate 3, verset 182, sourate 8, verset 51, 22, verset 10, sourate 41, verset 46, sourate 50, verset 29. Alors que l’usage coranique récurrent est ‘ibâd et non pas ‘abîd.», Al-khitâb wa al-ta’wîl,2000, Beyrouth et Casablanca, p.204-205.

Faire foi ou avoir foi est souvent exprimé par l’affirmatif dans les religions. À notre connaissance, l’Islam seul se distingue par une attestation qui s’annonce d’abord et avant tout comme une négation : Lâ, non. Ce nonqui traduit philosophiquement un double mouvement incessant, alternant la négation lâ et l’affirmation illâ. Ce mouvement anime une dialectique de la pensée, dans laquelle le croire n’est pas une simple installation confortable dans un dogme inerte. Ce nonencore, est la condition sine qua non pour attester l’Unité Absolue et absolument inatteignable.

Savoir dire non, c’est avant tout, savoir refuser la soumission.

Savoir dire non, c’est ce moment de recul pour s’approprier l’engagement. Savoir dire non, c’est aussi dire non, islâm n’est pas soumission.

Clic pour voir la Source de l’article

***


Déguisés en prisonniers, des partisans de la fermeture Guantanamo arrêtés à Washington.

Plus d’une dizaine de militants, déguisés en prisonniers de Guantanamo, ont été interpellés lors d’une manifestation non autorisée à Washington, le 11 janvier, jour du 15e anniversaire de l’ouverture de cette prison.

Reportage vidéo a voir sur www.mouslimradio.info.
w w w . m o u s l i m r a d i o . i n f o .

Clic pour voir la Source de l’article

***


France : Six demi-têtes de porc devant la future mosquée de Genlis.

A peine annoncé, le projet de la future mosquée de Genlis, rue de Dijon, irrite déjà les islamophobes. Ce vendredi matin, six demi-têtes de porc ont été découvertes suspendues sur les grilles d’une maison récemment acquise par l’Association Socioculturelle et Cultuelle des Musulmans de Genlis (ASCMG) pour en faire un centre cultuel et culturel. Des pièces de charcuterie ont également été lancées dans la cour, rapporte le site du quotidien Le Bien Public.

Un acte condamné par le président de l’association Yassine Boudebza, qui a déposé plainte et par le maire Vincent Dancourt. Ces derniers ainsi que la gendarmerie se sont rendus sur place. Une enquête pour provocation publique à la discrimination ou à la haine raciale a été ouverte par la procureure de la République de Dijon.

Dans la nuit du 12 au 13 janvier 2017, des têtes de porcs ont été accrochées sur la bâtisse acquise par l’ASCMG en fin d’année dernière et destinée à recevoir le centre Franco-musulman de Genlis. L’ASCMG a alerté les autorités dès 8 heures et les investigations ont débutées immédiatement.
L’ASCMG condamne ces actions abjectes, irresponsables et en opposition manifeste avec les valeurs républicaines et laïques de notre pays.
La Constitution en son article premier « assure l’égalité devant la loi de tous les citoyens sans distinction d’origine, de race ou de religion. »
L’ASCMG a déposé plainte ce matin.

Clic pour voir la Source de l’article

###################################
####### Aujourd’hui en Palestine #######
####################################

Aujourd’hui en Palestine, Voici les principaux titres du site d’information, C P I, Centre Palestinien D’Information.

.
Hamas: Abbas est entièrement responsable de la crise de l’électricité
.
Cheikh Raed Salah sera libéré la semaine prochaine
.
La famille Nayef appelle l’AP et les factions à chercher la vérité sur la mort d’Omar Nayef
.
L’occupation cible les pêcheurs et des maisons à Gaza
.
69 arrestations enregistrées cette semaine en Cisjordanie et Jérusalem
.
Israël empêche des centaines de Gazaouis d’entrer à Jérusalem
.
Quatre Palestiniens arrêtés à Hébron
.
Confiscation de 4 dunums à Naplouse
.
La police israélienne ferme 4 magasins palestiniens
.
L’occupation confisque 3 989 dunums de terres palestiniennes à Naplouse
.
Des hommes armés ferment des routes principales à Naplouse
.
Prolongation de l’arrestation d’un jeune homme du Néguev
.
Le tribunal israélien prolonge la détention de deux mineurs palestiniens
.
Le Hamas salue l’initiative du président sud-africain de ne pas visiter Israël
.
2 500 logements prévus près de la maison du martyr Qanbar
.
Les autorités d’occupation refusent de délivrer le corps du martyr Abu Sourour
.

Retrouvez l’intégralité de tout ces articles sur http:// french pal info.com
.
Le Centre Palestinien D’Information, sur http://french.palinfo.com