MouslimRadio Programmes de diffusion sur MouslimRadio

Actuellement, en direct sur Loading ...


Gaza: l’heure est à la reconstruction

Gaza a été ravagé par une guerre meurtrière  qui a fait, en 50 jours, plus de 2200 morts en majorité des civils. En outre, cette guerre a provoqué des dégâts matériels très considérables. En 8 semaines, 18 000 bâtiments ont été détruits.

Hier, au Caire, plus d’une cinquantaine de pays se sont réunis  pour récolter des fonds afin de reconstruire le territoire dévasté.

 

Il leur a été plus facile de reconstruire que de stopper la destruction

Cette guerre sanglante s’est déroulée au vu et au su de la « communauté internationale » et aucun pays n’a pipé mot pour condamner fermement l’agression impitoyable et sans état d’âme des soldats sionistes sur les civils gazaouis. Comme si ces civils n’avaient pas besoin d’aide à ce moment là, le secrétaire d’Etat américain John Kerry déclare :

« Les habitants de Gaza ont désespérément besoin de notre aide, et cela ni demain ni la semaine prochaine, mais tout de suite »

L’autorité palestinienne avait estimé 4 milliards de dollars, la somme requise pour reconstruire le territoire démolit par la guerre et rétablir l’économie locale qui s’est effondrée. A lui seul, le Qatar a proposé la somme mirobolante d’1 milliards de dollars, ce qui fait de lui le plus grand donateur. Les Etats Unis ont promis de verser 212 millions de dollars et l’Union Européene a, pour sa part, annoncé une somme  de 450 millions de dollars.

Une reconstruction fragile

En l’absence d’un accord de paix durable et définitif entre les deux camps, les donateurs sont conscients  de l’inutilité de verser des grosses sommes pour effectuer une reconstruction qui peut s’effondrer à tout moment. Plus question donc de se contenter d’un cessez-le-feu qui a été toujours rompu unilatéralement par Israël. John Kerry a affirmé :

« Cette conférence ne doit pas déboucher seulement sur une aide financière mais sur un nouvel engagement de toutes les parties à œuvrer pour une paix qui réponde aux aspirations de tous – les Israéliens, les Palestiniens et toutes les populations de la région. »

Gaza : une reconstruction impossible à cause de matériaux inaccesibles

La reconstruction de la bande de Gaza suite aux attaques israéliennes peine à se concrétiser. La bonne volonté ne manque pas ni même la main d’oeuvre mais les matériaux nécessaires sont interdits à Gaza, alors que l’accord du cessez-le-feu les promettait.

Reconstruire des habitations… mais sans ciment

Les habitants de la bande de Gaza disposent de dons alimentaires et vestimentaires. En effet, comme le souligne le site Info Palestine, les camions de marchandise ont l’autorisation d’entrer à Gaza, contrairement aux autres véhicules transportant des matériaux de reconstruction.

Nombreux sont les gazaouis qui attendent avec impatience des sacs de ciment, ces sacs qui leur permettront de reconstruire leurs maisons ainsi que celles de leur famille et amis. Un habitant de la ville a fait part de son désespoir face à cette situation : « Si nous attendons l’aide de la communauté internationale, mes enfants devront subir les 10 prochains hivers ». L’homme doit faire face à une situation d’urgence car l’hiver approche à grands pas et sa famille n’a toujours pas de toit.

Le gazaoui a ensuite ajouté : « Oui, le cessez-le-feu est une bonne chose, il stoppe les massacres, mais nous voulons reconstruire nos maisons. Je ne peux pas regarder mes enfants devoir geler en hiver ». En effet, bien que les attaques ont cessé, il n’empêche que la reconstruction demeure impossible. Pourtant, l’accord du cessez-le-feu prévoyait la reconstruction des habitations.

Israël empêche les camions de ciment d’entrer à Gaza, privant ainsi les gazaouis de toit. Un chauffeur de camion a affirmé : « Rien n’est entré ici qui concerne de près ou de loin des matériaux de construction ». Les promesses du cessez-le-feu ne sont tenues qu’à moitié. Or, les habitants de Gaza ont plus que besoin de cette reconstruction matérielle.

Un appel pour récolter 427 millions d’euros

Hier, les autorités palestiniennes ainsi que l’ONU ont lancé un appel international dans le but de récolter 427 millions d’euros. D’après le quotidien Le Figaro, le coordinateur des opérations humanitaires de l’ONU James Rawley, a déclaré qu’à Gaza « la crise est loin d’être finie ».

L’appel aux dons a été effectué pour répondre aux besoins immédiats mais cette somme ne suffira pas sur le long terme. C’est ce qu’explique James Rawley, affirmant que les 427 millions d’euros « ne suffiront que pour quelques mois et ne sont pas une solution ».

En effet, la bande de Gaza a besoin d’une réelle sécurité physique et financière sur le long terme. La situation actuelle est donc loin de cet objectif, notamment car les matériaux de reconstruction demeurent inaccessibles malgré l’accord passé, laissant des milliers de gazaouis sans logement. « Il faut des changements drastiques dans la bande de Gaza (…) avant toute chose, un cessez-le-feu continu, une levée totale du blocus et une solution politique » a déclaré James Rawley.

Israël bien qu’ayant accepté de laisser les matériaux de reconstruction passer la frontière, n’a toujours pas respecté cet engagement. Les autorités prétextent craindre que ces matériaux ne soient utilisés pour leur nuire. Trahir sa parole tout en se victimisant : n’est-ce pas là une des spécialités de l’Etat sioniste ?