MouslimRadio Programmes de diffusion sur MouslimRadio

Actuellement, en direct sur Loading ...


Israël rase encore un village palestinien

Lundi, l’armée israélienne a rasé le village bédouin d’Al Araqib se trouvant dans le désert du Naqab (Neguev en hebreux), au sud du pays. Le prétexte avancé par les forces israéliennes est que ce village aurait été construit de manière illégale, comme si leur occupation du territoire palestinien étant quant à elle légale !

L’intervention des forces israéliennes a été particulièrement impressionnante puisque plusieurs bulldozers ont été utilisés. En effet, un habitant du village a témoigné à l’Anadolu Agency : « Des dizaines de forces israéliennes soutenues par cinq bulldozers ont fait irruption dans le village à l’aube aujourd’hui et ont commencé à démolir des maisons et d’autres structures ». Détruisant de nombreuses habitations, l’armée israélienne laisse des villageois sans toit, du jour au lendemain. L’un d’entre eux a déclaré : « J’ai sept membres dans ma famille. Je dois reconstruire ma maison immédiatement ou ils mourront de froid« . Cette opération met donc les villageois palestiniens dans une situation critique alors que l’hiver approche à grands pas.

De plus, les soldats israéliens, conscients que leur action était totalement injustifiée et injustifiable ont redouté une révolte des habitants du village. C’est ainsi qu’ils sont venus armés afin d’anticiper une éventuelle rébellion. Comme le souligne un habitant du village, « les soldats étaient lourdement armés », de peur que les villageois sans défense ne s’opposent physiquement à cette destruction.

Rappelons que le désert du Naqab compte près de 40 villages abritant 53 000 palestiniens. Le gouvernement israélien a classé ces villages ainsi que leurs habitants comme « non reconnus ». C’est l’histoire d’individus qui s’installent illégalement sur le territoire d’un peuple avant de l’attaquer au vu et au su de tous, de s’emparer de tous ses biens, de ses richesses et de ses terres puis qui osent qualifier ce même peuple de « non reconnu ».

Rappelons qu’entre novembre 1947 et la fin 1950, entre 700 000 et 750 000 Arabes palestiniens sur un total de 900 000 fuient les territoires qui seront contrôlés par Israël à la fin de la guerre. 8 villes, plusieurs quartiers de Jérusalem et près de 400 villages se retrouvent vidés de leur population arabe palestinienne. Sur ces derniers, plus de 90 % sont détruits.