MouslimRadio Programmes de diffusion sur MouslimRadio

Actuellement, en direct sur Loading ...


Des nouvelles du haut fonctionnaire qui a arraché le niqab d’une princesse du Qatar

Le jeudi 14 Août 2014, Jean-Marie Pire avait avait arraché le niqab d’une princesse du Qatar qui se promenait avec deux amies alors qu’elles cherchaient le chemin de la Grand-Place. Le chef du protocole de la Ville de Bruxelles ne souhaitait pas renseigner la touriste qatarie et lui a retirée son voile de force.

La princesse, blessée à l’oreille pendant l’agression, avait déposé une plainte au parquet de Bruxelles pour coups et blessures volontaires.

Ce lundi, lors de la séance du conseil communal de la Ville, le cas du haut fonctionnaire a été discuté à huis clos. Au terme de la séance, il semblerait qu’il n’y ait plus de procédure ouverte.

Selon le site de la Radio Télévision Belge Francophone, Jean-Marie Pire n’aurait pas été licencié, mais aurait par contre été écarté, au moins provisoirement.

RTBF ajoute qu’il semble régner jusqu’ici, on ne sait pour quelle raison, un flou autour de cette décision.

« Princesse Fatima » : ce bébé de 11 mois échoué sur les côtes espagnoles

La petite Fatima, âgée de tout juste 11 mois, fait la une de tous les journaux espagnols, on la surnomme « Princesse ». Elle a été retrouvée sans ses parents dans une embarcation clandestine en provenance du Maroc.

Ni parents, ni papiers

Dans la nuit du 12 août, un canot gonflable rejoint les côtes espagnoles. A bord duquel, les secouristes espagnols découvrent onze migrants dont 3 bébés. Parmi les 3 bambins, il y avait cette petite princesse de 11 mois sans parents et sans papiers. Une bénévole de la Croix-Rouge raconte aux médias espagnols :

« Je l’ai prise dans mes bras pour la sortir du bateau et quand tous les autres sont descendus, nous avons réalisé qu’elle était seule »

Les parents restés de l’autre côté de la Méditerranée 

Durant plusieurs jours, les bénévoles et secouristes étaient à la recherche des parents de cet enfant victime d’immigration clandestine, tout en continuant de la surnommer « Princesse » car ils ne voulaient pas la baptiser d’un autre prénom que le sien. Ainsi, ce sont les autres personnes présentes dans le canot qui ont pu expliquer aux autorités espagnoles que les parents avaient tenté de « monter dans l’embarcation mais qu’une altercation avec les gendarmes marocains les en avait empêchés ».

Six jours plus tard…

C’est seulement 6 jours après la découverte de l’enfant, que les parents originaires du Sénégal et de Gambie -rentrés illégalement sur le territoire marocain- ont pu être localisé et le prénom de l’enfant retrouvé : la petite princesse s’appelle Fatima.

Aujourd’hui, Fatima est placée dans une famille d’accueil en Espagne. Et étant donné que ses parents étaient également en situation irrégulière au Maroc, la procédure de regroupement familiale est d’autant plus compliquée.