MouslimRadio Programmes de diffusion sur MouslimRadio

Actuellement, en direct sur Loading ...


Flash info du 22 Joumada Al Awwal 1438.

Flash info du 22 Joumada Al Awwal 1438.

Ecouter le coran, des hadith, des conférences, des annonces divers, des anashids (sans musique), et bien d’autres choses, en direct sur #mouslimradio :
www.MouslimRadio.info

******************************************************************


France : Paris : des bénévoles empêchés de nourrir des migrants près du centre de La Chapelle.

Le collectif « Solidarité Migrants Wilson » raconte avoir été empêché de distribuer un petit déjeuner dans des conditions normales aux abords du centre humanitaire de La Chapelle.

« Honteux ». Un collectif de bénévoles raconte avoir été empêché de distribuer un petit déjeuner à des migrants ce jeudi matin devant le centre humanitaire de la Chapelle (Paris 18e) par des policiers. « Après les retraits de couvertures, après les dispersions, après les pierres, on passe à l’étape suivante : les migrants sont empêchés de manger », raconte le collectif « Solidarité Migrants Wilson » dans un post Facebook.

« Comme tous les jours, nous nous sommes présentés devant le centre vers 8h30 », raconte une bénévole de ce collectif de riverains à « l’Obs ». « Comme d’habitude, je suis allée voir les policiers présents sur place pour nous signaler et déterminer l’endroit de la distribution. » Mais cette fois, rien ne se déroule comme prévu : « Le policier m’a répondu : ‘non c’est pas possible, on a des ordres de la préfecture’, en me brandissant un papier officiel. Il m’a détaillé tous les endroits décrits comme interdits à la distribution. »

« On est assommés ».

De retour à leur véhicule garé dans une allée en contrebas du centre, ce qui se faisait selon elle d’habitude « en accord avec la police », les bénévoles écopent de deux amendes – la cinquième d’après eux ces dernières semaines, à chaque fois 135 euros pour stationnement gênant. La distribution d’invendus de boulangerie et de quelque 45 litres de boissons chaudes est finalement assurée plus loin, sans que le collectif ne puisse avoir accès aux migrants qui restent dans la queue devant le centre afin de ne pas perdre leur place.

« Nous sommes un peu atterrés, un peu assommés », réagit la bénévole. « On a le sentiment qu’on nous met des bâtons dans les roues. Les amendes commencent à pleuvoir et pour un petit collectif comme nous, ce n’est pas tenable. »
« On parle de donner un petit déjeuner chaud à des personnes qui ont passé la nuit dehors. Certaines sont là depuis des semaines, voire des mois, on les aide à tenir le coup, ce n’est quand même pas le bout du monde ! On a le sentiment que l’on ne veut surtout pas que les migrants deviennent visibles, quitte à les empêcher de manger. »

« La solution est-elle de cesser de nourrir les gens ? »

Interrogée par « 20 Minutes », la préfecture de police (PP) réfute de son côté toute « interdiction » de distribution. « Il n’y a eu aucun arrêté pris par la préfecture de police au sujet de la distribution de nourriture. En revanche, nous demandons aux associations de se décaler pour éviter les troubles à l’ordre public », indique-t-on au site d’information au sein de la PP.

« Il n’est pas question d’interdire la distribution de nourriture. Toutefois, depuis quelque temps, on nous fait remonter un certain nombre de problèmes, notamment de tensions et d’altercations entre migrants et avec des bénévoles, à l’entrée du centre au moment de cette distribution », explique la mairie de Paris, toujours interrogée par « 20 Minutes ». Selon cette « source proche du dossier », la distribution poserait un « problème de propreté car les déchets sont jetés à terre ». « Nous réfléchissons actuellement à un aménagement spécifique sur l’espace public et à proximité pour permettre cette distribution », ajoute-t-elle.

« Je ne peux pas me prononcer pour tous les collectifs, mais nous nettoyons derrière nous ! », répond la bénévole. « Nous nous rendons sur le site avec des poubelles dans lesquelles les migrants mettent leurs déchets. La solution, s’il y a de la saleté, est-elle de cesser de nourrir les gens ? Il s’agit d’un problème d’urgence humanitaire ! Cette réponse est totalement inadaptée. »

Depuis plusieurs mois, les associations comme MSF dénoncent le « harcèlement » subi par les migrants afin d’éviter la création d’un nouveau campement à Paris, dans un contexte de pénurie des hébergements d’urgence.

L’ouverture en novembre d’un centre d’accueil, porte de la Chapelle, devait contribuer à résoudre le problème, en hébergeant les migrants avant de les orienter vers des foyers plus pérennes. Mais les places en Centres d’accueil et d’orientation (CAO), qui ont déjà hébergé plus de 5.000 personnes selon les autorités, se feraient rares.

Clic pour voir la Source de l’article

***


France : Théo remercie ses soutiens dans une vidéo sur Facebook.

« C’est toutes vos visites qui m’ont tenu debout, c’est tout ce que vous avez fait pour moi pendant cette convalescence qui a fait qu’aujourd’hui, je suis parmi vous », déclare le jeune homme de 22 ans, grièvement blessé lors d’une violente interpellation à Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis).

« Aujourd’hui, je suis sorti de l’hôpital et grâce à dieu, je suis sorti sur mes deux jambes. » Théo, le jeune homme de 22 ans grièvement blessé lors d’une violente interpellation à Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis), remercie ses soutiens dans une vidéo postée sur Facebook, jeudi 16 février.

« Je tenais à faire une vidéo pour vous dire un très très grand merci à chacun d’entre vous, dans toutes vos lettres que vous m’avez écrit, que ce soit sur Facebook, via les messages, via ma famille, via mes amis ça m’a fait un très très grand plaisir et ça m’a donné beaucoup de force », déclare le jeune homme assis sur un canapé, aux côtés de sa mère et de l’une de ses sœurs

« C’est toutes vos visites qui m’ont tenu debout, c’est tout ce que vous avez fait pour moi pendant cette convalescence qui a fait qu’aujourd’hui, je suis parmi vous et que je puisse m’exprimer à travers cette vidéo », poursuit le jeune homme, précisant avoir vu « beaucoup de messages [de soutien] de l’étranger ».

« Je suis encore très très fatigué ».

Théo revient également sur son état de santé, indiquant qu’il avait préféré quitter l’hôpital ne supportant pas l’ambiance qui y régnait. « Je suis encore très très fatigué. La blessure n’est pas encore guérie », déclare-t-il.

Mais il compte bien se remettre : « Je vais me reposer et je vais essayer de donner de mes nouvelles le plus souvent possible. Et lorsque j’irai mieux, je ferai le nécessaire pour répondre à tous vos courriers. »

Reportage vidéo a voir sur www.mouslimradio.info.
w w w . m o u s l i m r a d i o . i n f o .

Clic pour voir la Source de l’article

***


France : Présence d’acrylamide (cancérogène) dans des biscuits pour bébés vendus en France .

De l’acrylamide, une substance cancérogène, a été retrouvée à un niveau supérieur aux indications européennes dans des biscuits pour bébés de marque Nestlé vendus en France, et à des niveaux proches de ce seuil dans deux autres produits, selon la fondation Changing Markets.

Selon une analyse indépendante de 25 biscuits pour enfants en bas âge commercialisés en France, l’acrylamide, classée comme cancérogène probable par l’OMS, a été retrouvée à une concentration de 226,1 microgrammes par kg dans les « P’tit Biscuit texture croquante et fondante » de marque Nestlé.

La valeur maximale recommandée au niveau européen pour les biscuits pour jeunes enfants a été fixée à 200 microgrammes, rappellent Changing Markets, l’ONG environnementale WECF et le rassemblement de consommateurs SumOfUs dans un communiqué publié jeudi.

La concentration retrouvée est aussi proche de ce maximum toléré dans les biscuits bio « Mes 1ers Biscuits Orange » de Picot, marque du groupe Lactalis, (198,3 microgrammes) et dans les « biscuits junior aux pépites de chocolat » de marque Carrefour (192 microgrammes).

Tous les autres produits analysés, y compris d’autres biscuits des trois marques incriminées, sont largement en-dessous (moins de 30 à 135,5 microgrammes).

La direction de Nestlé France a fait part jeudi soir de « sa grande surprise à la vue de ces résultats ».

« Nous faisons effectuer des mesures régulières par des laboratoires indépendants et nous sommes très significativement en dessous des indicateurs européens », a déclaré à l’AFP Pierre-Alexandre Teulié, un des directeurs généraux de Nestlé France.

« Nous sommes totalement ouverts à la discussion avec SumOfUs afin de comprendre comment ils en sont arrivés à ces résultats », a-t-il dit.

La présence d’acrylamide dans certains aliments est documentée depuis 2002, particulièrement dans les aliments à base d’amidon quand ils sont frits ou cuits à haute température.

« Depuis, Nestlé travaille à réduire l’apparition d’acrylamide lors de la cuisson des produits », a indiqué M. Teulié. « La sécurité alimentaire est notre premier impératif », a-t-il ajouté.

En septembre, l’Agence française de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses), avait épinglé dans un rapport la présence de neuf polluants à des niveaux préoccupants dans l’alimentation des jeunes enfants, dont l’acrylamide.

Un projet de réglementation sur cette substance est en cours de discussion entre la Commission européenne et les États membres, et doit faire l’objet d’un vote en mars. Mais « la proposition ne contient pas de limites contraignantes (…) et conserve des recommandations de teneurs trop élevées par rapport à ce qui peut être mis en oeuvre par les industriels », jugent les trois organisations.

« Les autorités doivent adopter un nouveau protocole qui comprend des limites contraignantes en deçà des limites actuelles et les industriels prendre ce sujet très au sérieux pour adopter les mesures nécessaires dans le processus de fabrication des produits », en particulier ceux destinés aux enfants, a réclamé Véronique Moreira, présidente de WECF France, citée dans le communiqué.

Clic pour voir la Source de l’article

***


Santé : Des traces d’iode radioactive détectées dans l’air, en France et en Europe.

Elles ont été détectées, courant janvier, un peu partout en Europe. Des traces d’iode radioactif ont été enregistrées depuis la première semaine de janvier dans plusieurs pays européens, dont la France, a affirmé l’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN), dans un communiqué publié lundi 13 février. L’iode 131 est un élément radioactif qui expose aux risques d’irradiation lorsqu’il est relâché à fortes doses par accident, nucléaire par exemple. Mais il est aussi utilisé à des fins médicales à plus faible dose.

L’IRSN a été alerté de cette pollution radioactive par le réseau européen Ring of Five, regroupant des organismes scientifiques en charge de la surveillance radiologique de l’atmosphère. Depuis le 9 janvier, plusieurs stations européennes ont ainsi relevé des niveaux « extrêmement faibles » de présence d’iode 131 dans l’air. Les premières traces ont été détectées en Norvège, puis en Finlande, en Pologne, en Allemagne ou encore en France. Les niveaux relevés, tous de l’ordre du microbecquerel par mètre cube, ne représentent pas de danger pour la santé, assure l’IRSN.

La piste d’un rejet industriel.

Il s’agit toutefois d’un « événement relativement exceptionnel », souligne Olivier Masson, spécialiste de la surveillance atmosphérique à l’IRSN, contacté par franceinfo. « Depuis 2010, il n’y a eu qu’une dizaine d’événements comme ça qui ont fait l’objet d’un signalement au niveau européen », rappelle ainsi le chercheur. Le dernier épisode significatif en date remonte à début 2011, en raison des retombées radioactives de l’accident de Fukushima, au Japon. A titre de comparaison, ces dernières « étaient environ 10 000 fois supérieures à celles mesurées en janvier 2017 », relève l’association Criirad dans un communiqué (PDF).

Mais alors, d’où proviennent ces mystérieuses traces décelées depuis début janvier ? Si l’IRSN attend de recevoir de nouvelles données en provenance de certains pays, l’hypothèse d’un rejet industriel semble se dessiner. « Cela ressemble plus à un rejet continu qu’à un rejet instantané, même si on a reçu des valeurs un peu plus faibles dernièrement », analyse ainsi Olivier Masson.

Pour lui, le rejet a dû se produire assez loin de la France et d’autres pays européens, « probablement hors du territoire strictement européen ». En effet, les traces ont été détectées, au niveau du continent européen, à peu près en même temps et aux mêmes niveaux. « Cela signifie que le rejet a eu le temps de se disperser », décrypte le scientifique.

Sans la météo, ce serait passé « inaperçu ».

Enfin, les conditions météorologiques, qui ont participé à l’épisode de pollution aux particules fines, ont de la même manière joué un rôle dans la détection de ces niveaux d’iode 131. « Sans cela, elles seraient passées inaperçues car on est très proche des limites de détection des appareils », assure Olivier Masson. En outre, la météo livre un nouvel indice sur la localisation : au début de l’année, « on était sous un régime de vents d’est », ce qui laisse donc à penser « que la source se situe plus à l’est qu’à l’ouest de l’Europe ».

Si la piste du rejet industriel est confirmée, l’événement rappellera un épisode similaire survenu en octobre-novembre 2011, bien après les retombées de Fukushima. Des traces d’iode 131 avaient alors été décelées dans plusieurs pays européens, un peu comme en janvier. L’enquête avait finalement permis de remonter à un institut de production de radionucléides pour des produits pharmaceutiques, situé dans la région de Budapest (Hongrie), victime d’un rejet accidentel.

Comme le rappelle l’association Criirad, de nombreuses installations sont en effet autorisées à rejeter de l’iode 131 dans l’atmosphère, dans la limite des normes autorisées. C’est le cas des centrales électronucléaires, les usines de retraitement comme celle de La Hague (Manche) ou encore les installations liées à l’utilisation d’iode 131 dans le domaine médical. Les rejets accidentels, aussi infimes soient-ils, sont autant d’occasions de le rappeler aux Français et à leurs voisins Européens vivant à proximité.

Clic pour voir la Source de l’article

***


Voici tous les signes d’une bonne fin !

Dans l’Islam, il existe dix-neufs signes qui permettent de juger de la bonne fin de vie d’une personne et de sa possible accession au paradis. En effet, toute personne qui meurt de l’une des façon suivante, est une preuve de bonne fin.

1) Citer l’attestation de foi (al-Shahada) avant de mourir;
Le Prophète (sallAllahou ‘alayhi wa salam) a dit: «Accédera au paradis celui dont la dernière parole est : Il n’y a de dieu qu’Allah» (rapporté par Abou Daoud).

2) Mourir en suant du front, c’est-à-dire transpirer de façon à ce que la sueur coule sur son visage.
Car Bourayda ibn al-Houssayb affirme avoir entendu le Messager d’Allah (sallAllahou ‘alayhi wa salam): «La mort du croyant s’accompagne d’une sueur au front».

3) Mourir le jour ou la nuit du vendredi.
le Prophète (sallAllahou ‘alayhi wa salam) a dit : «Tout musulman qui meurt le vendredi sera protégé contre les épreuves de la tombe». (Rapporté par Ahmed et authentifié par Cheikh Albani).

4) Mourir pendant les affrontements de la guerre sainte.
Le Messager d’Allah (sallAllahou ‘alayhi wa salam) a dit : «Celui qui meurt sur le chemin d’Allah est aussi un martyr».
Et le Messager d’Allah (sallAllahou ‘alayhi wa salam) a dit : «Celui qui meurt sur le chemin d’Allah est aussi un martyr». (rapporté par Mouslim, 1915).

5) Celui qui meurt en combattant sur le chemin d’Allah (subhanou wa ta’ala). Le Prophète (sallAllahou ‘alayhi wa salam) a dit : «La peste donne le martyr à tout musulman (qui en meurt)». (Boukhari & Mouslim).

6) Mourir de la peste.
Le Prophète (sallAllahou ‘alayhi wa salam) a dit : «Celui qui meurt d’une maladie du ventre est un martyr». (Mouslim).

7) Mourir suite à une maladie du ventre.
Le Prophète (sallAllahou ‘alayhi wa salam) a dit : «Cinq sont des martyrs : celui qui meurt à cause de la peste, celui qui succombe à une maladie du ventre, le noyé, celui qui meurt dans un effondrement et celui qui meurt sur le chemin d’Allah». (Boukhari).

8) et 9) Mourir noyé et sous les décombres.
Le Prophète (sallAllahou ‘alayhi wa salam) a dit : «Cinq sont des martyrs : celui qui meurt à cause de la peste, celui qui succombe à une maladie du ventre, le noyé, celui qui meurt dans un effondrement et celui qui meurt sur le chemin d’Allah». (Boukhari).

10) Le décès d’une femme lors de son accouchement.
Le Prophète (sallAllahou ‘alayhi wa salam) a dit : «Est martyr la femme qui meurt porteuse ». Selon Al-Khattabi cela désigne la femme qui meurt enceinte». (attesté par un hadith rapporté par Abou Daoud).

11) et 12) et 13 Mourir brûlé et par la plèvre (membre thoracique) ou mourir de la tuberculose.
«Etre tué sur le chemin d’Allah est un martyr, mourir dans la peste est un martyr, mourir de noyade est un martyr, mourir des suites d’un accouchement fera que la martyr sera traînée par son enfant à l’aide du cordon ombilical». Aboul Awwam, gardien de Beyt al-Maqdis ajoute : «et celui qui meurt de brûlure ou de tuberculose».

14) Celui qui meurt en défendant ses biens.
Le Prophète (sallAllahou ‘alayhi wa salam): «Celui qui est tué alors qu’il défend ses biens est un martyr comme celui qui est tué alors qu’il défend sa foi ou sa vie». (Majmû’ Al-Zawâ’id (2/317) et (5/301).

15) et 16) Celui qui meurt en défendant sa religion et sa personne.
Le Messager d’Allah (sallAllahou ‘alayhi wa salam) a dit : «Celui qui meurt en défendant ses biens meurt martyr, celui qui meurt en défendant sa famille meurt martyr, celui qui meurt en défendant sa religion meurt martyr, celui qui meurt en défendant sa personne meurt martyr». (Rapporté par Abû Dâwud (2/275), Al-Nasâ’î, At-Tirmidhi et Ahmad selon Sa’îd b. Zayd et sa chaîne de narrateurs est authentique).

17) Celui qui meurt en faisant la garde sur le sentier d’Allah, meurt martyr.
Le prophète (sallAllahou ‘alayhi wa salam) a dit : «Monter la garde un jour et une nuit est meilleur que jeûner et prier tout un mois, et s’il meurt, il lui sera compté les mêmes actions que celles qu’il effectuait ; Sa subsistance lui est dispensée et il est à l’abri de l’épreuve». (Rapporté par Muslim (6/51), Al-Nasâ’î (2/63), At-Tirmidhî (18/3), Al-Hâkim (2/80), Ahmad (5/440 et 441) selon Salmân Al-Fârisî).

18) Mourir durant l’accomplissement d’une bonne action.
Le Prophète (sallAllahou ‘alayhi wa salam) a dit : «Celui qui dit : « Il n’y a pas de dieu en dehors d’Allah » avec la seule intention de complaire à Allah accédera au paradis. Celui dont le dernier acte est une aumône accédera au paradis». (Rapporté par l’imam Ahmad, 22813).

19) Celui qui est tué par un dirigeant oppresseur après lui avoir donné des conseils.
Conformément à la parole du Messager d’Allah (sallAllahou ‘alayhi wa salam) qui a dit: «Hamza b. ‘Abdul-Mutalab est le maître des martyrs, et aussi toute personne qui va chez un dirigeant oppresseur pour lui ordonner (le bien) et lui interdire (le blâmable) et qui ensuite se fait tuer».

Ces signes sont de bons indices qui traduisent la bonne fin. Cependant nous n’en déduisons pas qu’une personne déterminée accédera au paradis, à moins qu’il s’agisse de quelqu’un en faveur duquel le Prophète (sallAllahou ‘alayhi wa salam) a fait un témoignage dans ce sens, comme c’est le cas des quatre califes rashidun (Abou Bakr As-Siddiq, Omar ibn al-Khattâb, Othmân ibn Affân , Ali ibn Abi Talib).

Qu’Allah (subhannou wa ta’ala) nous accorde une belle fin !

Clic pour voir la Source de l’article

***

France : « Les députés votent une loi qui protège les corrompus » .

uite à cette nouvelle loi qui protège les corrompus, des rassemblements citoyens sont organisés à travers toute la France. Nous partageons avec vous les villes à travers la France qui participeront à ce rassemblement contre la corruption qui aura lieu ce dimanche 19 février.

A Angers Place du Ralliement à 15h,
A Bourg-en-Bresse Place de la mairie à 15h,
A Lyon Place Bellecour à 15h,
Orléans à 15h Place du Martroi.,
A Clermont-Ferrand à 15h Place de Jaude.,
A Paris : Place de la République à 15h,
A Toulouse : Place du Capitole à 15h,
A Marseille : Devant la mairie,
A Rennes : Place de la mairie à 15h,
A Bordeaux : Place de la République à 15h,
A Montpellier : Place de la Comédie à 15h,
A La Rochelle Samedi 18 février à 16h Place de Verdun,
A Rouen : Place de l’hôtel de ville à 15h,
A Bordeaux : Place de la République à 15h,
A St-Omer : Grandplace de St-Omer à 15h,
A Sens à 11 h Place de la République,
A Toulon à 15h Place de la liberté.

Reportage vidéo a voir sur www.mouslimradio.info.
w w w . m o u s l i m r a d i o . i n f o .

Clic pour voir la Source de l’article

***


Le leader mondial des fonds indiciels basés sur l’or certifié Charia compatible.

L’agence de presse Reuters rapporte que SPDR Gold Trust vient de déclarer mercredi qu’il était certifié conforme aux principes de la finance islamique. Cette déclaration doit permettre de stimuler la demande de lingots auprès des investisseurs musulmans.

SPDR est un fonds indiciel côté en bourse, première réserve mondiale d’or privée détenant 836,7 tonnes de lingots d’une valeur de 33 milliards de dollars. Les fonds indiciels cotés ont pour caractéristique de reproduire les variations d’un indice d’actions, d’obligations ou encore de matières premières, ce qui est le cas du fonds SPDR Gold Trust qui reproduit la variation du cours de l’or.

Au 1er Janvier 2016, les banques centrales détenaient environ 20 % des réserves d’or mondiales soit exactement 32 702 tonnes d’après leurs déclarations. World Gold Trust Services, filiale du World Gold Council (WGC) qui est l’organisation chargée du développement du marché de l’industrie aurifère, a indique dans un communiqué à Reuters que le fonds avait reçu la certification de la société malaisienne Amanie Advisors, un cabinet de conseil Charia spécialisé en finance islamique. Ce fonds est donc maintenant conforme au dernier standard aurifère de l’Organisation de Comptabilité et d’Audit des Institutions Financières Islamiques (AAOIFI) récemment adopté.

Selon un rapport du WGC, l’année dernière, la demande d’investissement pour l’or a augmenté de 70 % et les fonds indiciels côtés basés sur l’or ont connu une augmentation de 532 tonnes, la deuxième meilleure année jamais enregistrée après l’augmentation de 646 tonnes en 2009.

Cependant, toujours selon le même rapport, la demande de lingots d’or et de pièces a chuté au Moyen-Orient de 71 %, en 2016, et celle des bijoux de 15,6 %. Les analystes estiment que les acheteurs du Moyen-Orient ont fait des transactions en or bien avant que le dernier standard aurifère de l’AAOIFI ne soit publié. Par conséquent, ils estiment que cette annonce ne devrait pas avoir de conséquence rapidement observable au niveau de la demande mondiale.

Néanmoins, cela facilitera aux institutions financières islamiques l’accès à l’actif refuge en cas de mouvements brusques sur les marchés.

Clic pour voir la Source de l’article

***


Un érudit égyptien estime que boire de la bière n’est « pas haram ».

Peu importe la bière, pourvu qu’il n’y ait pas l’ivresse… Cette pensée pour le moins iconoclaste, mais qui se défend d’être enivrante, émane d’un éminent savant égyptien, Khaled El Gendy, un sage parmi les sages siégeant au sein du Conseil suprême des Affaires islamiques.

Pour cette grande figure de l’islam au pays des pharaons, tout est question d’interprétation quand on lit le Coran. C’est à la lueur de l’école hanafite qu’il s’éclaire pour estimer que certains alcools, telle la bière, ne tombent pas sous le coup du « haram », aussi longtemps que leurs effluves grisantes ne deviennent pas étourdissantes.

« La bière n’est pas haram, puisqu’elle n’est pas produite à partir de raisins ou de dates. Elle devient haram si elle est consommée en grande quantité, jusqu’à l’état d’ébrieté », a-t-il déclaré sur la chaîne DMC TV en se référant à un érudit et juriconsulte émérite de l’école Hanafite, Abou Hanifa un-Nu’man ibn Thābit, appelé le Grand Imam, tant il faisait autorité en matière de Charia, la législation islamique.

Devant les caméras de la chaîne égyptienne Attahir, Khaled El Gendy a étayé ses dires en s’appuyant sur un verset du Coran : « O Croyants ! N’approchez pas de la Salat alors que vous êtes ivres, jusqu’à ce que vous compreniez ce que vous dites (…) » sourate 4 « Les Femmes » – verset 43.

Tout est dans la nuance interprétative aux yeux de ce haut dignitaire religieux qui invite à ne pas prendre cette injonction divine au pied de la lettre, mais à la traduire de manière plus subtile et moins définitive. Autrement dit, si, entre l’alcool et l’ivresse, il ne fallait en blâmer qu’un, seule la deuxième serait à proscrire formellement.

De là à penser qu’il pourrait reprendre à son compte le célèbre slogan de santé publique « boire avec modération », il y a un pas que l’on ne s’autorisera pas toutefois à franchir…

En tout cas, à l’autre bout de la planète, à Sydney, la conception libérale, et non moins controversée, de l’alcool en islam à laquelle se réfère Khaled El Gendy fait écho chez un autre imam égyptien, Sheik Rashid Mustafa. Ce dernier s’en fait même le chantre, au même titre qu’il considère que le port du voile n’est pas obligatoire.

Clic pour voir la Source de l’article

***


Palestine : Le Hamas rejette l’offre d’une aide économique à Gaza proposée par Israël, en échange de l’arrêt du terrorisme.

Un responsable du Hamas a rejeté vendredi l’offre d’une aide massive à la bande de Gaza en échange du renoncement du groupe islamiste aux roquettes et aux tunnels terroristes, proposée la veille par le ministre israélien de la Défense Avigdor Lieberman.

« Si Gaza avait voulu être comme Singapour, il l’aurait fait déjà », a déclaré le porte-parole du Hamas Mahmoud al-Zahar, selon les médias israéliens.

Le porte-parole a également déclaré que l’appel lancé par Lieberman pour que le Hamas rende les corps des deux soldats israéliens et trois civils israéliens retenus en captivité en échange d’une prospérité économique était déplacé.

Se référant aux terroristes palestiniens détenus en Israël, Zahar a déclaré que le Hamas ne libérera les captifs que lorsqu’Israël libérera « tous les combattants héroïques palestiniens de toutes les factions ».

A l’occasion du lancement du nouveau du COGAT (Coordonnateur des activités gouvernementales dans les territoires), l’organisme du ministère de la Défense qui sert de liaison entre Israël et les territoires palestiniens, Lieberman a proposé aux habitants de Gaza de mettre en œuvre des moyens pour développer la prospérité économique de l’enclave palestinienne, si le Hamas renonçait à la violence contre Israël.

« Au moment où le Hamas abandonnera les tunnels et les roquettes, nous serons les premiers à investir et à construire un port maritime, un aéroport et des zones industrielles », a déclaré Lieberman. « Nous sommes en mesure de créer immédiatement environ 40.000 emplois pour les résidents de Gaza », a-t-il renchéri.

Liberman a également déclaré que l’organisation islamiste devrait accepter de renoncer aux tunnels terroristes transfrontaliers, aux roquettes », et « bien sûr, et c’est la première étape et la plus importante, [faciliter] le retour des corps de nos soldats et des citoyens israéliens prisonniers du Hamas ».

Selon plusieurs sources, le Hamas tient en otage trois hommes israéliens qui ont traversé Gaza de leur propre gré: Avraham Mengistu, Hisham al-Sayed et Juma Ibrahim Abu Ghanima, dont la présence à Gaza n’a pas été confirmée. Le Hamas détient également les corps des soldats israéliens Oron Shaul et Hadar Goldin, morts au combat durant la guerre de Gaza de 2014.

Israël a retiré en 2005 toutes ses troupes et civils de la bande de Gaza, où vivent près de 2 millions de Palestiniens. Depuis 2007, l’enclave est gouvernée par l’organisation terroriste du Hamas après des élections et un coup de force mené contre le Fatah.

Clic pour voir la Source de l’article

***


La France coupable de crimes contre l’humanité en Algérie? La LADDH prête à porter plainte.

Alors que l’Algérie commémorait cette semaine le 57e anniversaire des premiers essais nucléaires français dans le Sahara en 1960, la LADDH (Ligue algérienne de défense des droits de l’homme) a annoncé qu’elle allait porter plainte contre la France pour crime contre l’humanité auprès de la Cour pénale internationale de La Haye.

Cette semaine l’Algérie commémore le 57e anniversaire des essais nucléaires français dans le Sahara. Pour la Ligue algérienne de défense des droits de l’homme (LADDH), c’est aussi l’occasion d’évoquer le sujet des indemnisations qui devraient être versées par la France aux victimes des essais nucléaires. Accusant cette dernière de crime contre l’humanité, la LADDH se dit déterminée à porter plainte auprès de la Cour pénale internationale de La Haye.

« Il était temps pour notre ONG d’utiliser des armes juridiques pour défendre les droits des victimes algériennes. La LADDH porte plainte contre la France pour crimes contre l’humanité pour plusieurs raisons: les conséquences sur l’environnement et les populations, et les conséquences morales. Nous voulons que toute la lumière soit faite sur ces répercussions. Jusqu’à présent, on ne sait pas exactement ce qui ce qui se passe à Reggane et à Tamanrasset (les deux lieus des essais nucléaires, ndlr). Les radiations sont toujours actives, elles peuvent continuer pendant 3 000 à 4 000 ans. Nous saisissons donc le tribunal de La Haye pour dénoncer l’inconscience de la France », a déclaré Houari Kaddour, secrétaire national de la Ligue algérienne de défense des droits de l’homme dans une interview exclusive à Sputnik.

Si la question de l’indemnisation des victimes est régulièrement mise en avant, l’emploi de la notion de crime contre l’humanité à ce sujet semble, lui, relativement nouveau.

En effet, entre 1960 et 1996, la France a effectué plus de deux cents essais nucléaires, d’abord dans le désert algérien puis en Polynésie française, dont les répercussions sur les populations locales et l’environnement seraient préoccupantes: la LADDH parle de dizaines de milliers de victimes directes et même de centaines de milliers de victimes indirectes en Algérie, touchées par des cancers et des malformations. L’été dernier, des Polynésiens avaient déjà déposé une plainte similaire.

Les objectifs de cette initiative lancée par la LADDH sont à la fois concrets et symboliques:

« Le premier objectif [de cette plainte], c’est d’obtenir que l’État français [décontamine] les sites. Deuxièmement, la France doit arrêter de croire qu’elle peut commettre des crimes sans être jugée », explique M. Kaddour.

En même temps, tout en accusant la France et prônant la restitution de la justice, M. Kaddour insiste sur le fait que la LADDH ne veut pas rentrer en conflit avec la France.

« Ce qu’on veut, c’est que l’humanité vive en paix », insiste-t-il.

Récemment le candidat à la présidentielle en France, Emmanuelle Macron était en déplacement en Algérie où il a également évoqué la colonisation française en général et parlé de crime contre l’humanité.

Pour M. Kaddour, il n’y a rien d’anormal dans cette déclaration:

« Il faut que les Français fassent face à la vérité au regard de la morale et de l’histoire, pour permettre à nos deux nations, l’Algérie et la France, de vivre en paix. Je crois qu’il est temps que les Français et les Algériens abordent tous les problèmes, pas seulement le problème des essais nucléaires», conclut-il.

Le Forum national algérien sur les tests nucléaires français dans le Sahara algérien s’est déroulé à Alger à l’occasion du 57e anniversaire du premier essai nucléaire aérien dans le Sahara algérien le 13 février 1960 dans le cadre de l’opération « Gerboise bleue ». Initialement estimée à 13 kilotonnes, la puissance de cette explosion effectuée à Hammoudia, à 50 km de Reggane, a atteint 60-70 kilotonnes, soit trois fois celle de la bombe d’Hiroshima. Elle a entraîné la projection de radiations dans une zone de 200 km de large et de 100 km de long, alors que les habitations les plus proches se trouvaient à seulement 70 km.

Trois autres essais intitulés « Gerboise blanche », « rouge » et « verte » se sont déroulés dans le sud-ouest de l’Algérie en avril 1960. Plus tard, la France a mené 57 autres essais. Après l’indépendance de l’Algérie, en 1962, 13 essais souterrains ont eu lieu dans le cœur rocheux de la montagne d’In Ecker jusqu’en 1966.

Clic pour voir la Source de l’article

***

Belgique : Lutte antiterroriste: faut-il donner plus de pouvoir aux bourgmestres ?

La commission terroriste du Parlement propose que les bourgmestres puissent fermer les lieux publics s’ils suspectent des liens avec le terrorisme. Cela concerne notamment certaines mosquées. Certains bourgmestres estiment qu’ils n’ont pas toutes les données pour le faire et préfèrent laisser ce rôle au parquet. Un reportage de Mathieu Langer et Marc Evrard.

Les bourgmestres pourraient bientôt avoir le pouvoir de fermer des lieux publics, s’ils les soupçonnent d’être en lien avec une activité terroriste. La proposition vient de la commission terroriste du Parlement, mais ne fait pas encore consensus. Fermer un établissement qui présente un risque pour la population, le bourgmestre de Liège, Willy Demeyer, l’avoue : après avoir récolté les informations du parquet, il n’a pas pris cette décision à la légère. Hier, à l’hôtel de police, il rencontrait les membres d’une mosquée réputée pour ses prêches radicaux. « Lors de cette réunion, j’ai eu l’occasion de leur expliquer pourquoi j’avais pris cette décision. Il y avait d’abord un problème de sécurité dans le bâtiment, et une deuxième décision de fermeture pour faits liés au terrorisme », explique Willy Demeyer. Car en cas d’indice sérieux, les bourgmestres verraient leur pouvoir étendu en matière de contrôle de lieux dit suspect. Plus question de prétexter des manquements urbanistiques d’insalubrité.

Trop de responsabilités.

« On est obligés de ne pas aborder la problématique de front, et si cette proposition de loi passe ça permettra en effet de faciliter la possibilité de fermer ces lieux » dit Denis Ducarme, un membre de la commission terrorisme à la chambre. Mais pour certains bourgmestres, ces dispositions leur donnent trop de responsabilités: « Je pense que c’est le parquet qui doit prendre cette décision, parce que c’est évidemment une décision très difficile à prendre, et qui expose les bourgmestres plus que de raison. Ce serait beaucoup mieux que le parquet endosse cette responsabilité, sur base de ses propres jugements », affirme le bourgmestre de Liège. Une idée que Denis Ducarme veut contrer : « Si le bourgmestre veut se faire encadrer par un soutien de son collège pour ne pas être seul dans cette démarche, il peut le faire, et on en discutera tout à l’heure en commission ».

A Liège, si la mosquée reste fermée, d’autres rencontres avec ses membres et les autorités sont prévues dans les prochaines semaines, afin d’évaluer la situation.

Clic pour voir la Source de l’article

###################################
####### Aujourd’hui en Palestine #######
####################################

Aujourd’hui en Palestine, Voici les principaux titres du site d’information, C P I, Centre Palestinien D’Information.

.
Série d’événements populaires en soutien à Al-Qiq
.
43 palestiniens interdits de voyager la semaine dernière
.
Démolition d’une maison jérusalémite à Silwan
.
Un officier de police palestinien grièvement blessé dans un accident de voiture
.
L’occupation convoque le père de deux martyrs
.
L’occupation prend d’assaut Ramallah et convoque 2 jeunes
.
Inauguration du Forum sur Jérusalem à Gaza
.
150 colons israéliens envahissent la vallée du Jourdain
.
Les habitants d’Hébron demandent la levée du blocus
.
L’occupation réprime les marches hebdomadaires à Na’lin et Kafr Qadoum
.
Une pétition appelle la Grande-Bretagne à présenter des excuses pour Balfour
.
Les colons envahissent Sebastia à Naplouse
.
La situation sanitaire des prisonniers palestiniens se détériore
.
L’occupation attaque le village d’Awarta au sud de Naplouse
.
4 blessés dans des affrontements avec l’occupation à Tako’a
.
Appels palestiniens à boycotter les produits sionistes
.

Retrouvez l’intégralité de tout ces articles sur http:// french pal info.com
.
Le Centre Palestinien D’Information, sur http://french.palinfo.com

L’animateur Patrick Sabatier affirme : « Jérusalem n’est pas la capitale d’Israël ! »

Ce samedi lors de la diffusion du jeu télévisé « mot de passe » sur France 2, consistant à faire deviner des mots à un partenaire de jeu à l’aide de mots indices, l’animateur Patrick Sabatier a contesté les indices de l’un des candidats.

Mot à retrouver : « Jérusalem »

Et pour cause, le candidat en question a essayé de faire deviner à sa coéquipière le terme « Jérusalem », en utilisant les indices « Israël » et « capitale », qui s’avèrent être une faute grossière pour Patrick Sabatier qui le lui fera savoir à la fin de cette manche : «Jérusalem n’est pas la capitale d’Israël ! Mais ça, évidement vous vous en doutiez.»

Une intervention de l’animateur qui ne plaît pas à tous à commencer par le site d’information Le Monde Juif .info : 

L’animateur Patrick Sabatier enchaîne les bourdes. L’ancien animateur vedette des années 1980 a contredit un candidat de l’émission « Mot de passe » de France 2 sur le statut de Jérusalem, la capitale d’Israël.

Bien qu’Israël veuille établir sa capitale à Jérusalem, la réalité est bien loin de son espérance. Cette décision n’a pas été reconnue par la majeure partie de la communauté internationale.