MouslimRadio Programmes de diffusion sur MouslimRadio

Actuellement, en direct sur Loading ...


Flash info du 10 Dhou al Qa’da 1438.

Flash info du 10 Dhou al Qa’da 1438.

Pour écouter MouslimRadio partout ou vous voulez, télécharger l’application Tunein, disponible pour tout les types de téléphone, tablette et même les pc. Android, iPhone, Windows phone, etc… Tapez MouslimRadio dans la barre de recherche Tunein et hop, vous nous écouter, inch Allah… Les liens sont aussi visible sur notre site, www.mouslimradio.info.
******************************************************************


France : Affaire Théo : du bamboulagate à la chronique de Canteloup, le Conseil supérieur de l’audiovisuel rend deux avis.

Le Conseil supérieur de l’audiovisuel a adressé, lundi 31 juillet, une mise en demeure à l’encontre de la radio Europe 1 pour la diffusion d’une chronique de Nicolas Canteloup. Il reproche à l’humoriste d’avoir « tourné en dérision le viol dont aurait été victime » le jeune Aulnaysien.

Le 8 février, l’imitateur avait parodié l’ex-président François Hollande, qui s’était rendu au chevet de Théo Luhaka et lui a fait dire : « J’ai rendu possible le mariage gay. (…) Si Théo, après réflexion, se découvre des sentiments pour le policier qui a introduit la matraque, ils pourront grâce à moi s’épouser ».

Le Conseil supérieur de l’audiovisuel a considéré que « le fait de moquer la victime nommément désignée d’un viol présumé, gravement blessée à cette occasion et toujours hospitalisée au moment de la diffusion de la séquence, traduisait une complaisance dans l’évocation de la souffrance humaine constitutive d’une atteinte à la dignité de la personne humaine ».

Le Conseil supérieur de l’audiovisuel se prononce sur le « bamboulagate ».

Le Conseil supérieur de l’audiovisuel s’est, dans le même temps, exprimé sur un autre dérapage en lien avec l’affaire Théo, à savoir la prise de parole de Luc Poignant, représentant du syndicat Force Ouvrière de la police sur le plateau de France 5, le 9 février.

Interrogé sur les conflits entre les jeunes et la police, il avait déclaré que l’insulte « bamboula », « ça ne doit pas se dire. Ça reste encore à peu près convenable ». Des propos qui ont tout de suite été réprimés d’un « non » par la présentatrice Caroline Roux. Selon l’autorité de l’audiovisuel, la chaîne a « parfaitement » maîtrisé son antenne « en condamnant directement et fermement ceux-ci ».

saphirnews.com
***


Les époux Clooney assurent la scolarisation de 3000 enfants syriens au Liban.

The Clooney Foundation for Justice, dirigée par George Clooney et son épouse Amal, a annoncé, lundi 31 juillet, l’aide à la scolarisation de 3 000 enfants syriens présents au Liban après avoir fui leur pays.

L’action sera financée grâce à un partenariat avec Google à hauteur de 2,25 millions de dollars, qui s’ajoute à une dotation en équipement de 1 million de dollars de Hewlett Packard. Un partenariat avec l’Unicef permettra à sept écoles publiques de scolariser ces enfants déscolarisés.

« Des milliers d’enfants réfugiés syriens sont confrontés au danger, le danger de ne jamais être un élément productif de la société. Une éducation formelle peut permettre de changer cela », ont ajouté George et Amal Clooney dans un communiqué. « Nous ne voulons pas perdre une génération entière parce qu’ils n’ont pas eu de chance et sont nés au mauvais endroit au mauvais moment. »

Plus d’un million de Syriens – dont plus de 500 000 enfants – sont enregistrés comme réfugiés au Liban, pays de naissance d’Amal Clooney, marié au célèbre acteur depuis 2014.

saphirnews.com
***


France : Migrants : la maire de Calais rejette l’injonction du Conseil d’Etat.

Natacha Bouchart, la maire de Calais, a annoncé lundi 31 août qu’elle ne « donnera pas suite aux injonctions » du Conseil d’Etat. La plus haute juridiction de France avait, quelques heures auparavant, ordonné des mesures d’aide aux migrants.

« La décision de justice du Conseil d’État est une injustice pour les Calaisiens, car elle les met de nouveau sous la menace de la recréation d’une énième jungle », a déclaré l’édile par communiqué. Elle ajoute qu’en l’absence « de politique nationale et européenne offrant une solution globale de maîtrise de l’immigration, la Ville de Calais ne donnera pas suite aux injonctions qui lui ont été faites ».

La mairie s’expose ainsi à une amende de 100 € par jour mais Nathalie Bouchart a fait savoir, via La Voix du Nord, que « c’est déjà inscrit dans le budget des dépenses imprévues de la Ville », préférant s’acquitter de l’amende plutôt « que d’encourager une situation qui mènerait à 10 000 migrants à Calais dans un an »

Le gouvernement réagit à la décision.

Saisi par 11 associations et une cinquantaine d’exilés, le tribunal administratif avait ordonné fin juin que les droits humains élémentaires des 400 à 700 migrants qui survivent dans les camps clandestins soient respectés. Ainsi, l’Etat et la municipalité de Calais devaient faire en sorte que les migrants puissent disposer de douches et de toilettes.

Le ministère de l’Intérieur et la ville de Calais ont lancé, début juillet, un recours auprès du Conseil d’Etat. Ce dernier a ainsi jugé lundi que « les conditions de vie des migrants révèlent une carence des autorités publiques, qui est de nature à exposer les personnes concernées à des traitements inhumains ou dégradants et qui porte donc une atteinte grave et manifestement illégale à une liberté fondamentale ».

Si la municipalité calaisienne a rejeté l’avis du Conseil d’Etat, il en va autrement pour le gouvernement. Le ministre de l’Intérieur Gérard Collomb a annoncé en conférence de presse que « des douches mobiles vont être déployées dans Calais afin d’éviter de fixer les migrants dans un lieu ».

Il a aussi affirmé l’ouverture prochaine de deux centres d’accueil à Troisvaux et à Bailleul, dans deux communes des Hauts-de-France. Ils auront pour objectif d’examiner la situation des migrants. « Nous ne voulons pas recommencer les mauvaises expériences du passé et nous ouvrirons deux centres assurant l’hébergement et l’examen des situations de ces personnes », a précisé le ministre.

saphirnews.com
***


Une féministe musulmane allemande projette d’ouvrir des “mosquées libérales” dans toute l’Europe.

Sur un Vieux Continent où gronde l’orage du nationalisme et s’amoncellent les noirs nuages de l’islamophobie, l’Allemande Seyran Ates, 54 ans, une avocate née en Turquie, connue pour son militantisme en faveur des droits de l’Homme, s’érige en fer de lance de la « révolution » de l’islam occidental qui, d’après elle, est en marche, bousculant les mentalités et les traditions sur son passage, au risque de s’attirer les foudres des hautes instances islamiques Outre-Rhin, en Turquie ou encore en Egypte.

Fondatrice de la mosquée libérale Ibn Rushd-Goethe, à Berlin, qui a fait couler beaucoup d’encre et lui a valu des menaces de mort, cette juriste qui se définit elle-même comme une « féministe musulmane » veut cependant essaimer au-delà des frontières, nourrissant l’espoir de créer un second lieu de culte « inclusif » à Londres d’ici à un an, mais aussi ailleurs, dans toutes les cités phares européennes.

Placée sous protection policière depuis 2006, rien ne dissuadera Seyran Ates de parachever son grand dessein, ni l’hostilité exacerbée des musulmans conservateurs à son égard, ni la fatwa sans appel émise par le Département juridique de la prestigieuse Université Al-Azhar qui, depuis le Caire, a condamné fermement les mosquées libérales, jugées parfaitement « incompatibles avec l’islam ».

Imperméable à la levée de boucliers que son concept cultuel révolutionnaire a déclenché, favorisant l’éclosion de mosquées ouvertes aux hommes, aux femmes et aux fidèles issus des rangs LGBT (lesbiennes, gays, bisexuels et transgenres), celle qui se fait le chantre de l’islam sans exclusive et sans tabous, sauf à l’égard des femmes voilées intégralement considérées comme des intruses indésirables, a fait escale au Royaume-Uni la semaine dernière.

« Nous sommes des millions, à travers le monde, à partager cette même vision de la mosquée, convaincus de l’évolution irréversible de l’islam en Occident. Je peux être le visage de la mosquée libérale, mais je ne suis pas pour autant la mosquée », a-t-elle précisé dans un entretien au Guardian, après avoir repéré les lieux d’une future implantation, soutenue par plusieurs parlementaires éminents de la Chambre des Lords.

Bien que n’étant pas prophète en son pays, l’Allemagne, où son ambitieux projet et ses prises de position iconoclastes n’ont pas reçu l’assentiment des grandes figures de l’islam institutionnel, et ont été fustigées jusque de l’autre côté du Bosphore, par la principale autorité musulmane de Turquie, Diyanet, qui désapprouve vivement une initiative « visant à dépraver et ruiner la religion », Seyran Ates est plus que jamais convaincue du bien-fondé de sa démarche résolument émancipatrice.

« Il y a de plus en plus de gens désireux de briser les chaînes. Dans de nombreux pays, vous pouvez trouver des gens qui pratiquent ce que nous faisons, mais ils le font en cachette, sous couverture », insiste-t-elle.

Farouchement anti-voile, quelle que soit la longueur de son étoffe, Seyran Ates déplore qu’il coiffe un nombre croissant de femmes en Allemagne, se rangeant inconditionnellement derrière « les femmes du monde entier qui ne veulent pas être voilées », à la lumière des sources scripturaires dont elle affirme qu’elles « n’exigent pas, même dans les interprétations les plus rigoristes du Coran, de se couvrir la tête ».

Alors qu’elle prévoit d’ouvrir une deuxième mosquée libérale à Fribourg, en concertation avec d’autres musulmans progressistes qui adhérent pleinement à ses vues, qu’ils se trouvent en Allemagne ou sous d’autres latitudes – notamment au Danemark, à Copenhague, où elle a noué des liens étroits avec Shirin Khankan, une femme imam à la tête de la première mosquée dirigée par des femmes, mais aussi à Marseille, avec Ludovic-Mohamed Zahed, un imam homosexuel – Seyran Ates affiche une confiance à toute épreuve dans l’avenir qui sera forcément « libérateur » ou ne sera pas… Et peu importe, si cette libération peut prendre des allures de marche forcée.

oumma.com
***


Un analyste américain démontre que le Coran est moins violent que la Bible.

Les sondages tendancieux sur l’islam se suivent et se ressemblent étrangement d’une rive à l’autre de l’Atlantique, tous, à de rares exceptions près, faisant état de statistiques anxiogènes et accablantes à l’encontre de la troisième religion monothéiste, accusée de bien des maux et notamment d’une violence intrinsèque.

Ainsi, 58% des Américains auraient une opinion défavorable de l’islam et seraient convaincus que le Coran est plus sanguinaire que la Bible, selon le prisme d’une énième étude censée prendre le pouls de la population sur le sujet qui inspire invariablement un traitement biaisé et passionnel, d’un continent à l’autre.

Loin de se satisfaire de ce diagnostic, Tom Anderson, un analyste américain de renom, lui a récemment opposé la contradiction étayée en comparant la teneur des versets de l’Ancien et du Nouveau Testament avec celle du Saint Coran, s’attelant à la tâche avec une rigueur toute scientifique.

Contrairement aux idées reçues que les Cassandre et autres grands pourfendeurs de l’islam s’acharnent à enraciner dans les esprits, Tom Anderson a mis en évidence que l’Ancien Testament est nettement plus violent que le Coran, 5,3% de son texte appelant à la « destruction et au meurtre » contre 2,1% pour le Livre Saint de l’islam. Le Coran s’avérant même moins violent que le Nouveau Testament, dont 2,8% des passages textuels n’incitent pas franchement à tendre la main à son prochain…

Pour cet empêcheur de diaboliser l’islam en rond, la différence la plus notable s’obverse dans la fréquence plus élevée des sentiments et émotions positifs prônés et émanant du Coran par rapport aux textes de la Bible.

Des conclusions édifiantes que ne démentiront pas deux jeunes néerlandais, lesquels en décembre 2015 s’étant employés, à leur manière, à bousculer les idées reçues sur la violence ou barbarie dont il est communément admis de dire qu’elles sont consubtantielles à l’islam, à travers un micro-trottoir qui en a laissé sans voix plus d’un…

Pour ce faire, les deux comparses avaient habilement dissimulé une Bible sous une couverture fabriquée maison, avec un titre tout trouvé : « De Heilige Koran » ou « Le Saint Coran ». La stupeur des citoyens ordinaires n’en a été que plus grande lorsqu’ils ont découvert que ce qu’ils croyaient être des préceptes coraniques étaient en réalité des paroles bibliques guère amènes et charitables. De quoi ébranler certaines certitudes et inciter à se méfier de la propagande islamophobe dont la sphère politico-médiatique nous abreuve dans toutes les langues.

oumma.com
***


L’appel à la prière résonne à Iqaluit, depuis la mosquée la plus au nord du Canada.

Depuis deux ans, la voix mélodieuse de Ahmad Abdoul résonne à Iqaluit, la cité phare du Nunavut, le plus vaste des territoires canadiens, appelant les fidèles à la prière de midi dans une contrée qui, pour être recouverte d’un blanc manteau pendant huit mois de l’année, s’avère bien moins frileuse que les nôtres envers les modulations nuancées de l’Adhan.

Dans ce paysage enneigé, où émergent des bancs de neige et des icebergs au bord de l’océan Arctique, est sortie de terre, en 2016, la mosquée la plus au nord du pays de l’érable, sans susciter les sempiternelles polémiques passionnelles qui embrasent les esprits de nos régions, en théorie, moins glaciales…

A Iqaluit, cette ville paisible, sans bruit et sans bouchons, il est facile de rompre la glace avec la population non musulmane, pour le plus grand bonheur de Ahmad Abdoul qui ne regrette rien de sa vie antérieure passée dans le sud, à Montréal.

« J’étais venu ici, juste pour essayer d’y vivre quelques mois. Et puis les mois ont passé… et aujourd’hui, ça fait deux ans », explique-t-il, irradiant de sérénité, même s’il doit cumuler deux emplois pour assurer la subsistance de sa famille. « J’ai besoin de deux jobs ici. Je travaille à la prison fédérale et je suis également chauffeur de taxi à temps partiel. Mais la qualité de vie et les relations humaines y sont incomparables », souligne-t-il, en esquissant un large sourire.

Côtoyant le clocher de l’imposante et très originale église anglicane, construite en forme d’igloo, la mosquée bleu-turquoise d’Iqaluit, typique de l’architecture locale et flanquée d’un petit minaret blanc qui s’élève vers le firmament, laisse ses portes grandes ouvertes aux habitants de toutes origines et confessions, qu’ils soient Inuits, non-autochtones, métis, chrétiens ou pas, à l’image de Jason, un habitué des lieux.

« Les musulmans sont très actifs dans notre communauté et sont appréciés de tous. Ils donnent beaucoup aux banques alimentaires de la ville et aident plusieurs personnes dans le besoin », a-t-il déclaré au journal de Montréal au sortir de la messe, en se réjouissant de la qualité des échanges interreligieux qui se sont tissés au fil des ans, sur la passerelle consolidée du vivre-ensemble.

Une satisfaction que partage pleinement Sidakha Ali, le premier musulman à avoir posé ses bagages à Iqaluit il y a plus de 20 ans, après avoir quitté son Pakistan natal. « Les gens ici sont très accueillants. Ils nous font sentir que nous sommes chez nous », a confié, plein de gratitude, celui qui, bien qu’étranger à cette terre et y ayant vécu esseulé pendant plusieurs années, y a reçu un accueil des plus fraternels dès son arrivée.

Entouré désormais de plus d’une centaine de ses coreligionnaires, celui-ci éprouve un plaisir renouvelé quand s’élève la voix claire de Ahmad Abdoul, le muezzin de la petite mosquée qui se dresse au nord du 63e parallèle, là où il n’y a pas de minaret de la discorde.

oumma.com
###################################
####### Aujourd’hui en Palestine #######
####################################


Aujourd’hui en Palestine, Voici les principaux titres du site d’information, C P I, Centre Palestinien D’Information.

Bardawil: Nous ne changerons pas nos principes et ne renoncerons pas à nos alliés
.
Un membre du Bureau politique du Mouvement de résistance islamique du Hamas, Salah Bardawil a déclaré que le dialogue initié par le mouvement avec le député Mohammed Dahlan
.
La marine d’occupation tire des projectiles en direction des rivages de Gaza
.
Amnesty: L’occupation s’en prend à une foule pacifique à Jérusalem
.
Al-Quds: Les forces d’occupation renforcent leur présence pour protéger une marche de colons
.
L’occupation construit un nouvel avant-poste colonial dans le nord de la Cisjordanie
.
Pékin dévoile un plan pour résoudre le conflit palestino-israélien
.
L’Occupation détruit le village d’al-Araqib pour la 116ème fois
.
5 Jérusalémites arrêtés sur les entrées d’al-Aqsa
.
Un politique mexicain visite les colonies sionistes en Cisjordanie et refuse le boycott
.
Le parti travailliste australien vote pour la reconnaissance d’un Etat palestinien
.
New York Times : Une nouvelle guerre est aux portes de Gaza
.
Le « Printemps de Jérusalem » est une véritable lutte populaire dont l’Autorité Palestinienne et Fatah sont les plus perdants
31/Juillet/2017
.
L’occupation resserre ses mesures militaires au sud de Qalqilya
.
Le ministre israélien des Communications veut fermer al-Jazeera TV
.
Jérusalem: Un homme âgé agressé et un ex-détenu arrêté
.
Corrupation/Scandale des sous-marins: l’avocat de Netanyahou était censé toucher des millions
.

Retrouvez l’intégralité de tout ces articles sur http:// french pal info.com
.


Le Centre Palestinien D'Information
///////////////////////////////////////////////////
LES TAGS
///////////////////////////////////////////////////
#flashinfo #journal #quotidien #information #presse #attentat #daesh #étatislamique #isis #tv #radio #article #islam #news #musulman #coran #sourate #croyance #islamophobie #ccif #islamophobe #cri #ldj #ldjm #gaza #palestine #ouighours #immigration #fn #israel #valls #hollande #terroriste #racisme #nazisme #Rohingyas #tartar #réfugier #migrant #hindoue #hindou #cpi #CentrePalestinienD’Information #sif #secoursislamique #mouslimradio #tunein #Hui

Flash info du 2 Dhou al Qa’da 1438.

Flash info du 2 Dhou al Qa’da 1438.

Pour écouter MouslimRadio partout ou vous voulez, télécharger l’application Tunein, disponible pour tout les types de téléphone, tablette et même les pc. Android, iPhone, Windows phone, etc… Tapez MouslimRadio dans la barre de recherche Tunein et hop, vous nous écouter, inch Allah… Les liens sont aussi visible sur notre site, www.mouslimradio.info.
******************************************************************


La chasteté en Islam, une véritable manifestation de la foi.

La chasteté n’est pas qu’une simple règle d’or en Islam.
Elle représente aussi une des principales vertus qui caractérise le mieux le musulman.
Allah nous encourage à garder note dignité afin de préserver notre honneur et notre réputation. C’est pour cela qu’IL dit:
«Et que ceux qui n’ont pas de quoi se marier, cherchent à rester chastes jusqu’à ce qu’Allah les enrichisse par Sa grâce. Ceux de vos esclaves qui cherchent un contrat d’affranchissement, concluez ce contrat avec eux si vous reconnaissez du bien en eux; et donnez-leur des biens d’Allah qu’Il vous a accordés.Et dans votre recherche des profits passagers de la vie présente, ne contraignez pas vos femmes esclaves à la prostitution, si elles veulent rester chastes. Si on les y contraint, Allah leur accorde après qu’elles aient été contraintes, Son pardon et Sa miséricorde.» (Coran, 24/33).

Nous trouvons dans les textes de nombreuses histoires qui illustrent ce phénomène, citons-en donc une d’entre elles : un fragment de l’histoire de Youssouf (‘alayhi salam) et Zuleika.

Youssouf (‘alayhi salam) était connu pour être d’une beauté sans pareille. Un jour, alors qu’il vivait chez son maître (« al-Aziz »), Youssouf se trouvait allongé sur son lit, quand la femme de son maître entra dans sa chambre, et ferma la porte à clefs avant de s’offrir à lui en ces termes : «Je suis à toi, fais de moi ce que tu veux».
Youssouf, d’un caractère très noble, refusa ses avances et essaya de s’enfuir. Mais une fois qu’il réussit à ouvrir la porte, il (‘alayhi salam) se retrouva nez à nez avec son maître. Zuleikha, la femme d’al-Aziz s’empressa alors d’accuser Youssouf (‘alayhi salam) d’avoir voulu abuser d’elle. Youssouf (‘alayhi salam) se défendit alors en expliquant que c’est elle qui avait voulu abuser de lui, et qu’il avait fui.

Le neveu de Zuleikha, qui était présent et a assisté à la scène, pris la parole. Il suggéra d’observer la robe de Youssouf (‘alayhi salam) pour trancher : si sa chemise était déchirée par derrière, cela signifierait que Youssouf disait la vérité (Zuleikha aurait couru après lui et aurait déchiré sa robe en essayant de le retenir). En revanche, si sa chemise était déchirée par devant, cela signifierait qu’il (‘alayhi salam) aurait menti (il aurait voulu abuser d’elle, suite à quoi elle l’aurait saisi et lui aurait déchiré sa robe par devant).
C’est là qu’ils s’aperçurent que sa chemise était déchirée par derrière … Al-Aziz demanda alors à Youssouf (‘alayhi salam) de s’éloigner de cette affaire (autrement dit, de ne pas l’ébruiter et de l’oublier) et dit a sa femme : «Toi demande pardon pour ton péché».

Nous voyons donc bien à travers ce récit à quel point la chasteté est importante. Nous terminerons sur une note positive en nous adressant à tous nos frères et sœurs qui désirent se marier afin de préserver leur chasteté : sachez qu’Allah Azzawajel est de votre côté. En effet, le Prophète (sallAllahou ‘alayhi wa salam) a dit :
«Il en est trois qu’Allah, le Très-Haut, se fait le devoir d’aider : le combattant dans la voie d’Allah, l’esclave qui signe un contrat de rachat d’affranchissement et qui désire régler sa dette et, celui qui se marie en cherchant à préserver sa chasteté». [Rapporté par Ahmad].

AJIB.FR
***


France : Hautes-Pyrénées : ils construisent un mur autour d’un centre d’accueil de migrants.

Un collectif d’habitants de la petite commune de Séméac, près de Tarbes (Hautes-Pyrénées), s’est distingué, dans la soirée du dimanche 23 au lundi 24 juillet, par une action qui en dit long sur leur rejet des migrants. Opposé à un projet de transformation d’un hôtel en centre d’accueil pour migrant, les riverains ont construit un mur de 20 mètres de long pour 2 mètres de hauteur afin de barrer l’entrée de l’établissement.

Le collectif assure avoir construit le mur « en toute légalité avec les autorisations nécessaires ». Depuis plusieurs semaines, les opposants dénoncent la précipitation et le manque de concertation autour du projet. Ils fustigent l’apparition de ce centre dans un quartier résidentiel, c’est-à-dire près de là où ils habitent.

« Nous ne sommes pas contre l’accueil. Il faut faire quelque chose pour ces personnes en difficulté (…) mais il faut prendre également en compte les citoyens », a expliqué Laurent Teixeira, responsable du Collectif Séméac. « Rien n’est prévu pour la vie au quotidien des migrants et des habitants de la commune et les structures municipales, comme les cantines et écoles, sont sous-dimensionnées », ajoute-t-il.

L’hôtel Formule 1, qui appartient à la société Accor Hotels, doit remettre mardi matin les clés du bâtiment à l’association Adoma. Les aménagements devraient être assez légers. Dès début août, les premières familles doivent arriver. Le foyer pourra recevoir 80 migrants dont la moitié sont des enfants.

saphirnews.com
***


Palestine : Le Conseil de Sécurité doit donner un coup d’arrêt à la politique israélienne.

A la demande de la Suède, de la France et de l’Égypte, le Conseil de Sécurité de l’ONU se réunit ce lundi sur la situation à Jérusalem. C’est une initiative que nous saluons en elle-même, en espérant que les positions défendues et les décisions prises seront à la hauteur des enjeux.

Il ne faut pas, en effet, se tromper sur la nature du problème. L’Esplanade des Mosquées n’est pas qu’un lieu religieux, c’est le symbole de la Palestine pour tous les Palestiniens, systématiquement dépossédés de leurs droits et de leurs terres par l’État d’Israël. Et les Palestiniens ont eu le temps d’apprendre les procédés utilisés par les Israéliens : comme pour le mur qui leur rend la vie impossible, le prétexte sécuritaire des portiques détecteurs de métaux n’est qu’un moyen de dépossession et de prise de contrôle.

En 1980, Israël a illégalement annexé l’ensemble de Jérusalem, et aucun pays ne reconnaît cette annexion. Mais l’Esplanade des Mosquées est restée sous le contrôle des autorités religieuses jordaniennes. C’est ce fragile statu quo qu’Israël veut mettre en cause, au risque d’un embrasement généralisé. Et au risque de transformer en conflit religieux mondial ce qui est avant tout un conflit dans lequel le peuple palestinien demande l’exercice de ses droits nationaux.

Enfermés dans des conditions inhumaines à Gaza, dépossédés et privés de liberté en Cisjordanie, chassés de leurs maisons à Jérusalem, discriminés en Israël même, et laissés sans espoir dans les camps de réfugiés, les Palestiniens n’en peuvent plus de l’injustice qu’on leur fait subir depuis près de 100 ans. Conscient de sa supériorité militaire, massivement armé par les États-Unis, bénéficiant de la complaisance de l’Europe, l’État d’Israël n’a qu’un objectif : conquérir de nouveaux territoires et expulser toujours plus de Palestiniens.

L’Histoire nous a appris qu’une telle logique, dévastatrice et suicidaire, ne peut conduire qu’à des catastrophes majeures pour le monde entier. A l’inverse, la résolution de la question palestinienne nécessite reconnaissance, justice et partage; Jérusalem, destinée à devenir un jour la capitale partagée des Israéliens et des Palestiniens, avec souveraineté palestinienne sur l’ensemble de Jérusalem Est, doit en être justement le symbole, à l’opposé de la politique menée par le gouvernement israélien.

On l’aura compris : le Conseil de Sécurité ne doit pas se contenter d’un sempiternel appel “à la retenue et au calme” des différents protagonistes, ni admettre des mesures techniques qui ne feraient que conforter le contrôle israélien. Il doit rappeler l’illégalité de l’annexion de Jérusalem Est par Israël, dénoncer sa politique de dépossession et d’enfermement du peuple palestinien notamment à Jérusalem, envisager les sanctions nécessaires pour qu’Israël retrouve la voie du droit.

C’est ce que nous attendons de la position française que nous suivrons avec la plus grande attention.

oumma.com
***


Egypte : la leçon de tolérance donnée par une famille composée d’une mère juive, d’un beau-père chrétien et de deux filles musulmanes.

S’il y a une famille qui a fait mieux que proclamer « les différences sont une richesse » mais les a apprivoisées en son sein jusqu’à les transcender, c’est bien celle, métissée et multi-confessionnelle, de Magda Haroun, une mère égyptienne de confession juive, fière de l’exceptionnelle singularité de son foyer.

Dans ce bas monde agité par de violents soubresauts où l’altérité creuse des fossés d’incompréhension, quand elle n’est pas assombrie par les ténèbres de l’intolérance, c’est une grande leçon de coexistence harmonieuse que donnent Magda Haroun, figure de la communauté juive en Egypte dont elle se fait la porte-parole, son mari chrétien, épousé en secondes noces, et ses deux filles musulmanes, nées de son premier mariage.

Cette belle famille hors du commun, et pas seulement au pays des pharaons, vit sous le même toit au Caire, en parfaite intelligence et unie comme les cinq doigts de la main.

Après avoir divorcé de son premier mari musulman et refait sa vie avec un médecin égyptien d’obédience chrétienne, Magda Haroun, cette maman attentive doublée d’une dynamique chef d’entreprise ayant repris le flambeau familial, a mis un point d’honneur à élever ses deux filles dans la pure tradition musulmane, les incitant à se plonger dans la lecture du Coran pour y puiser de nobles valeurs.

« Mes filles ont été éduquées dans le respect des êtres humains, de tous les êtres humains, quels qu’ils soient, en se nourrissant des enseignements coraniques » a-t-elle expliqué devant la caméra de Al-Hura TV, tout en précisant que l’extraordinaire diversité religieuse de son foyer n’a jamais créé de tensions particulières parmi les autres membres de la famille, ni de son côté, ni de celui de son deuxième époux.

« A la maison, nous célébrons toutes les grandes fêtes religieuses des trois religions monothéistes », s’est-elle exclamée, assurant éprouver la même joie à décorer son intérieur pour le Ramadan que pour Noël. Quant au Yom Kippour, le jour le plus saint de l’année dans le judaïsme, sa petite famille prend plaisir à le fêter en accueillant chez elle des amis d’enfance chrétiens et musulmans, plaçant ainsi sa célébration sous le signe de la fraternité interreligieuse.

Dans une Egypte qui ne compte plus qu’une poignée de citoyens juifs, Magda Haroun, inquiète quant au devenir de sa propre communauté et très attachée au débat d’idées, est heureuse d’avoir transmis ce virus salutaire à ses filles musulmanes. Animées par une saine curiosité envers leurs semblables, celles-ci n’hésitent pas à aborder les différences religieuses qui cimentent leur foyer dans le cadre de débats éclairants qui n’ont rien de joutes houleuses.

« Mon message est simple : notre Créateur est un », a souligné leur mère, avant de conclure son interview sur une note résolument positive, louant mieux que quiconque les précieuses vertus de ces différences qui nous rapprochent et nous enrichissent, n’en déplaise aux esprits chagrins : « Notre diversité est notre richesse ».

oumma.com
***


Liban : une mère creuse la tombe de son fils pour offrir une sépulture à un petit réfugié syrien.

Même brisé par la perte cruelle de son enfant, c’est le cœur d’une mère, débordant de tendresse et de compassion, qui a parlé dans la plaine de la Bekaa, se serrant face au refus irrévocable des autorités locales d’enterrer un petit syrien décédé dans l’incendie qui a ravagé, lundi 10 juillet, le camp de réfugiés où il avait trouvé asile.

Pour cette maman libanaise très éprouvée par la mort de son jeune fils, arraché trop tôt à la vie et à l’affection des siens il y a un an de cela, le veto d’inhumation opposé par l’ensemble des villages avoisinants était d’autant plus insupportable que les raisons invoquées étaient entourées d’un certain flou, pour ne pas dire totalement irrecevables.

Ni une ni deux, cette habitante de la vallée située dans la partie orientale du Liban a décidé de contourner cette interdiction formelle, afin d’offrir une sépulture digne de ce nom au petit garçon syrien disparu tragiquement. Epaulée par sa famille, elle a creusé la tombe de son propre fils, l’approfondissant pour que repose en paix un petit être dont la courte existence misérable fut jalonnée d’épreuves.

Admiratifs et remplis de gratitude, les réfugiés de la plaine de la Bekaa qui, pour la plupart, sont sans ressources et soumis à des conditions de vie épouvantables, ont réussi à ce que soient publiées sur Facebook les images touchantes de cette mère en train de mettre les mains dans la terre pour faire de la place au jeune défunt syrien.

« Une Libanaise ouvre la tombe de son fils, décédé il y a un an, pour y enterrer à ses côtés un garçon syrien qui est mort hier à cause du feu qui a éclaté dans un camp de réfugiés dans la vallée de la Bekaa, après que tous les villages ont refusé de l’inhumer dans leurs cimetières. », pouvait-on lire en légende.

Si cette maman a eu la gorge nouée devant le coeur de pierre des municipalités locales, les médias, pour leur part, n’ont pas caché leur perplexité quant au vrai motif qui se cache derrière une telle intransigeance officielle.

oumma.com
***

 


Palestine : La mosquée Al-Aqsa est-elle encore dans nos cœurs ?

C’est un affront sans précédent qui a été fait aux musulmans du monde entier qui a été perpétré ces derniers jours et qui continue à l’heure où ces lignes sont rédigées.

Prétextant un problème sécuritaire suite à la mort de deux policiers sioniste à proximité de l’esplanade sacrée, les autorités israéliennes ont installé des portiques de sécurité à l’entrée du troisième lieu saint de l’Islam. Perçue à juste titre comme une tentative de mainmise de l’entité sioniste qui ne désespère pas de reconstruire un temple dédié au Judaïsme sur la mosquée Al-Aqsa, les palestiniens sont sortis en masse dans les rues pour dénoncer cette situation.

La réponse de l’entité sioniste ne s’est pas fait attendre : les hommes de moins de 50 ans, soit ceux qui sont les plus aptes physiquement à tenir tête, ont été interdits d’accomplir la grande prière du Vendredi dans ce lieu saint, provoquant en réaction l’afflux de masses de musulmans palestiniens répondant à l’appel des imams de Jérusalem qui avaient fermé les portes de leur mosquée pour l’occasion.

Les autorités israéliennes dans toute la malveillance qui est la leur, ont répondu à ces manifestations pacifiques par la violence, et trois palestiniens ont trouvé la mort ce vendredi 21 juillet 2017, tombés sous les balles criminelles d’Israël pour le simple fait d’avoir voulu prier.

Après une semaine de crise et devant l’importance de la sacralité du lieu, l’heure est à la remise en question pour la communauté Islamique internationale attaquée dans un de ses symboles les plus forts.

Aussi, si en tant que musulmans de France nous n’avons pas la possibilité d’aller sur place manifester notre mécontentement et que nos moyens d’actions sont limités, nous avons le devoir de condamner cette escalade de violence et les moyens disproportionnés employés.

Or, comme cela est malheureusement trop souvent le cas lors d’agressions sionistes, les responsables et les représentants de la communauté musulmane de France sont aux abonnés absents pour exprimer le sentiment de colère des millions de musulmans de l’hexagone.

Pire encore, nous avons également à regretter le fait que nombre de manifestations en faveur des droits des palestiniens ont été l’initiative de la gauche, voire de l’ultra gauche, souvent à des fins électoralistes. Or, les présidentielles sont passées, les législatives également, les voix des musulmans ne sont plus intéressantes et aucun rassemblement d’envergure n’est à l’idée du jour pour défendre par la parole l’islamité de l’Esplanade des Mosquées.

Devant ce silence complice, il incombe d’être juste et de saluer les initiatives afin de les encourager et de les diffuser, peut être cela nous sortira du marasme spirituel qui est notre.

Parmi les voix qui dénoncent, celle notable de la Confédération Islamique du Millî Görüs qui par la voix de son président général Kemal Ergun a publié un communiqué officiel disponible en plusieurs langues, pour faire part de leur indignation. La fédération, qui compte plus de 500 000 membres en Europe et gère plus de 600 mosquées, avait été à l’initiative de dizaines de manifestations pour Alep à travers le monde en décembre dernier.

Dans son communiqué, le Aussi, le président interpelle sur la situation préoccupante et demande à la communauté internationale d’intervenir.

Moins mesuré, le President du CRCM Alsace M. Eyup Sahin, adresse quant à lui sur son mur Facebook une leçon d’histoire, dans laquelle il rappelle toutes les fois où les musulmans protégèrent les Juifs persécutés en Europe et qualifie « d’ingratitude » le comportement des autorités israéliennes, en mettant en garde contre l’observation vigilante d’Allah qui ne laisse pas passer l’injustice.

La communauté musulmane de France doit se réveiller, interpeller, créer le débat, mais elle doit le faire seule et ne plus compter sur ses alliés de gauche ou de droite qui disparaissent sitôt les urnes dépouillées. Le prophète (صلى الله عليه وسلم) a dit : « celui d’entre vous qui voit un mal, qu’il le corrige de sa main, s’il ne le peut de sa main qu’il le corrige avec sa langue (=sa parole), et s’il ne le peut avec sa langue qu’il le corrige avec son cœur, et c’est là le plus bas degré de la foi ». Nous n’avons pas autorité pour changer les choses par nos mains, mais nous vivons dans un pays où la liberté d’exprimer notre mécontentement et notre soutien à Al Aqsa, troisième lieu saint de l’Islam, est possible.

Il en est de notre responsabilité, parce que « Al Quds dans nos cœurs » ne doit pas rester un slogan mais être appliqué.

desdomesetdesminarets.fr
###################################
####### Aujourd’hui en Palestine #######
####################################


Aujourd’hui en Palestine, Voici les principaux titres du site d’information, C P I, Centre Palestinien D’Information.

L’occupation décide de fermer ses missions diplomatiques en Turquie
.
Le journal hébreu Maariv a révélé que le ministère des Affaires étrangères sioniste a décidé de fermer ses missions diplomatiques en Turquie, après l’attaque contre deux synagogues samedi dernier.
.
4 blessés lors des affrontements armés à Beit El
.
Un responsable religieux iranien dénonce la violation de la mosquée al-Aqsa par l’occupant israélien
.
L’occupation rendra les corps des trois martyrs d’al-Aqsa sous conditions
.
Des colons agressent sauvagement des enfants palestiniens
.
Trump envoie son émissaire en Israël pour apaiser les tensions
.
L’occupation installe des caméras de surveillances à proximité de la mosquée Al Aqsa
.
Nouveaux affrontements près de la vieille ville de Jérusalem et en Cisjordanie
.
Jordanie: fermeture de la zone autour de l’ambassade israélienne
.
19 blessés dans des affrontements avec l’occupation à Qalqilya et la vallée du Jourdain
.
L’occupation prolonge l’arrestation d’un imam jérusalémite
.
L’union des écrivains marocains appelle la communauté internationale à protéger les lieux saints en Palestine
.
L’artillerie israélienne bombarde l’est de Gaza
.
Amman: Deux jordaniens tués et un israélien blessé à l’ambassade de l’occupation
.
La Ligue arabe accuse l’occupation de jouer avec le feu à Jérusalem
.
80 colons prennent d’assaut la mosquée Al-Aqsa
.

Retrouvez l’intégralité de tout ces articles sur http:// french pal info.com
.


Le Centre Palestinien D'Information
///////////////////////////////////////////////////
LES TAGS
///////////////////////////////////////////////////
#flashinfo #journal #quotidien #information #presse #attentat #daesh #étatislamique #isis #tv #radio #article #islam #news #musulman #coran #sourate #croyance #islamophobie #ccif #islamophobe #cri #ldj #ldjm #gaza #palestine #ouighours #immigration #fn #israel #valls #hollande #terroriste #racisme #nazisme #Rohingyas #tartar #réfugier #migrant #hindoue #hindou #cpi #CentrePalestinienD’Information #sif #secoursislamique #mouslimradio #tunein #Hui