MouslimRadio Programmes de diffusion sur MouslimRadio

Actuellement, en direct sur Loading ...


Flash info du 3 Dhou al Qa’da 1438.

Flash info du 3 Dhou al Qa’da 1438.

Pour écouter MouslimRadio partout ou vous voulez, télécharger l’application Tunein, disponible pour tout les types de téléphone, tablette et même les pc. Android, iPhone, Windows phone, etc… Tapez MouslimRadio dans la barre de recherche Tunein et hop, vous nous écouter, inch Allah… Les liens sont aussi visible sur notre site, www.mouslimradio.info.
******************************************************************


Apprenons la notion du “pardon” à travers le prophète (‘alayhi salat wa salam).

Le pardon est une valeur morale primordiale souvent relevée dans le Saint-Coran.
« Et que les détenteurs de richesse et d’aisance parmi vous, ne jurent pas de ne plus faire des dons aux proches, aux pauvres, et à ceux qui émigrent dans le sentier d’Allah. Qu’ils pardonnent et absolvent. N’aimez-vous pas qu’Allah vous pardonne? et Allah est Pardonneur et Miséricordieux! » (Coran 24/22).
« Et celui qui endure et pardonne, cela en vérité, fait partie des bonnes dispositions et de la résolution dans les affaires. » (Coran, 42/43).

Afin d’être au plus proche d’un comportement exemplaire comme ordonné par Allah soubhanou wa ta’ala, le croyant peut suivre le chemin tracé par Notre Prophète Muhammad (‘alayhi salat wa salam).
Al Istighfar (le pardon) est une qualité défendue par Notre Messager ‘alayhi salat wa salam.
Le Prophète (‘alayhi salat wa salam) a dit : « Il arrive à mon cœur de se voiler et je demande certes pardon à Allah dans la journée cent fois. » [Rapporté par Mouslim (2702); Abou Daoud (1015) et Ahmed (4/211)].
Il a dit également : « Par celui qui tient mon âme entre ses mains ! Si vous ne commettiez pas de péchés, Allah vous feriez disparaître et remplacer par d’autres peuples qui pèchent puis lui demandent pardon pour ensuite leur pardonner. » [Rapporté par Mouslim (2748) et Tirmidhi (3533)].

Tout le long de sa vie notre modèle en religion demandait constamment pardon à Allah subhanou wa t’ala.
Le Prophète (‘alayhi salat wa salam) prononçait sans cesse, debout comme assis, la demande de pardon. Il a été rapporté d’après Abou Houraira qu’il n’a jamais vu quelqu’un dire autant de fois : « Astaghfiroullâha wa atoubou ilayhi » (je demande pardon à Allah et me repens vers Lui).

Mais il n’était pas seulement bon envers Notre Créateur mais aussi envers tous les autres hommes.
Par exemple, quand son voisin déversait ses ordures devant sa porte, il se contentait de ramasser, jusqu’au jour où il se rendit compte qu’il n’y avait pas d’ordures devant sa porte. Ce jour-là, il prit la décision de rendre visite à son voisin pour s’assure qu’il n’était pas malade !

Notre Prophète (‘alayhi salat wa salam) a dit par ailleurs:
« Avant vous, vivait un marchand qui accordait des prêts aux gens et lorsqu’il voyait parmi eux un nécessiteux, il disait à ses employés : pardonnez-lui, peut-être qu’Allah nous pardonnera, et Allah lui pardonna. » (Rapporté par Boukhari).

Un autre exemple parmi les nombreuses histoires illustrant la bonté du Prophète (‘alayhi salat wa salam) est le suivant :
Un jour, alors que le Prophète (‘alayhi salat wa salam) se rendit à Taïf pour propager l’Islam, les habitants refusèrent son invitation et lui firent subir de terribles souffrances ; les chefs de la ville avaient même envoyé des gens lancer des pierres sur lui ; il (‘alayhi salat wa salam) était blessé jusqu’au sang et très déçu après avoir traversé pieds nus monts et vallées en espérant être écouté.
Malgré tout, il (‘alayhi salat wa salam) n’avait pas l’intention de se venger, et fit même cette invocation à l’égard de ce peuple :
« Oh ! ALLAH, donne la guidée à mon peuple. Sans aucun doute, ces gens ne me connaissent pas bien. »

Dominer sa rage et sa rancœur permet d’atteindre une élévation glorieuse aux yeux d’Allah soubhanou wa ta’ala.
N’aimez-vous pas qu’Allah ’azzawajel vous pardonne ? Alors commençons nous-même, ici dans ce bas-monde !

AJIB.FR
***


L’importance en Islam de préserver un secret que l’on vous confie.

Garder un secret est un devoir que chaque musulman doit entretenir sous peine de voir les siens révélés un jour ou l’autre.
Lorsqu’une personne nous confie un secret elle met entre nos mains une confiance intime, sa dignité et sa réputation.

Cheikh Otheimine explique la définition d’un secret : « ce qu’un frère te confie et te demande de ne pas le dévoiler aux gens. C’est aussi ce qu’une personne te confie en prenant soin que personne ne puisse entendre votre discussion, le secret c’est aussi ce qu’une personne te confie et dont elle craint que les gens le sache, ou aurait honte si les gens venaient à savoir etc… »

Ainsi, divulguer un secret s’apparente à une grave trahison:
Le Prophète (sallAllahou ‘alayhi wa salam) a dit : « Lorsqu’un homme raconte quelque chose puis se détourne, il est du devoir et de la responsabilité de celui qui l’a entendu de le garder secret. » (Hadith rapporté par Jâbir).

Allah soubhanou wa ta’ala dit:
« …Et remplissez l’engagement, car on sera interrogé au sujet des engagements. » (Coran, 17/34).
Le meilleur conseil a apporté à un croyant qui ne se sent pas capable de préserver un secret est de l’inciter à ne pas l’écouter afin d’éviter la colère de Notre Créateur.

Certains hadiths expriment combien le secret en Islam tient une place privilégié et l’importance pour les parents de l’inculquer à leurs enfants.
Anas ibn Malik (qu’Allah l’agrée) raconte:
« Le Messager de Dieu vint, alors que je jouais avec d’autres enfants. Il nous salua et m’envoya en mission. Ma mère fut inquiétée de mon retard et me demanda à mon retour à la maison: “Qu’est-ce qui t’a retenu ?” Je lui dis : “Le Messager de Dieu m’a envoyé faire une mission”. Elle me dit: “Et de quoi s’agissait-il ?” Je lui dis : “C’est un secret.” Elle dit : “Surtout ne dévoile à personne le secret du Messager de Dieu”. Anas dit à Thàbit : “Par Allah, O Thabit ! si j’avais révélé ce secret à quelqu’un d’autre avant toi, je t’en aurais parlé”. » (Hadith rapporté par Tàbit).

La femme délie très facilement sa langue mais l’homme doit également veiller à ne pas raconter publiquement l’intimité de sa vie de couple.
Le Prophète (sallAllahou ‘alayhi wa salam) a dit:
« Parmi les personnes qui auront chez Allah la plus mauvaise situation qui soit le Jour de la Résurrection, il y a l’homme qui a un rapport sexuel avec sa femme, puis il divulgue son secret ». (Hadith rapporté par Abû Sa’îd al-Khudarî).

Garder un secret est un signe de haute noblesse et il est l’une des caractéristiques des grands hommes ainsi que des femmes vertueuses.

AJIB.FR
***


Quand dans le couple, l’homme et la femme font chambre à part.

Faire chambre à part est une preuve indiscutable du déclin du couple.
En effet, dormir avec son époux dans un même lit fait partie de « al-`ichratou bi al-ma`rouf » (vie conjugale fondée sur la bienfaisance mutuelle).

Ainsi, dormir séparément va à l’encontre de cela, et est une preuve de l’éloignement réel (dans le fond et la forme) des deux époux (selon la réponse de Cheikh Abdallah `Atiq al-Matterafi).
La pire des cas est lorsque la femme refuse de rejoindre le lit conjugal pour fuir son époux.
Le Prophète Muhammad (sallAllahou ‘alayhi wa salam) a dit:
«Si l’homme appelle sa femme à son lit et elle ne vient pas, et il passe la nuit en colère, les anges la maudissent jusqu’au matin.» (Hadith d’Abou Hourayra).
La seule excuse légiféré qui permet à la femme de s’abstenir de partager le lit conjugal est la maladie ou tout autre excuse de ce genre.

Même si à l’époque de notre Prophète (sallAllahou ‘alayhi wa salam) dormir dans le même lit n’était pas une obligation, on peut constater que partager son lit est un signe d’harmonie et d’amour dans le couple.
De nombreux couples font chambre à part lors de disputes mais il s’avère que cette solution aggrave la situation et prolonge ou envenime le conflit.

AJIB.FR
***


Belgique : Bruxelles : l’école musulmane La Sagesse ouvrira à la rentrée de septembre.

Le conseil des ministres de la Fédération Wallonie-Bruxelles a approuvé le projet d’arrêté pour la création d’une école confessionnelle musulmane sur le territoire de Forest.

Mercredi dernier, le conseil des ministres de la Fédération Wallonie-Bruxelles a approuvé le projet d’arrêté pour la création d’une école confessionnelle musulmane sur le territoire de Forest. L’école La Sagesse (El Hikma, en arabe) ouvrira ses portes aux élèves dès cette rentrée de septembre.

Dans un premier temps, sept classes maternelles et cinq classes de primaire seront prêtes: elles pourront accueillir entre 240 et 250 élèves. A terme, la section fondamentale de La Sagesse, située rue Saint-Denis dans le bas de Forest, souhaite pouvoir offrir 400 places. Une bouffée d’oxygène pour cette partie du territoire bruxellois victime du boum démographique.

Le parcours de l’école la Sagesse est long et compliqué. Le projet remonte à 2014. Il voit le jour dans un contexte de défiance à l’égard de l’islam. Reste que pour les promoteurs du projet, il aura d’abord fallu convaincre les autorités publiques et récolter des moyens financiers pour pouvoir acquérir un bâtiment, l’aménager, le mettre aux normes… En trois ans, trois millions d’euros ont pu être récoltés.

journaldumusulman.fr
***

 


Palestine : Un père juif accusé d’avoir tué sa fille de 17 ans, car elle voulait se convertir à l’islam.

Un père de famille israélien est accusé d’avoir tué sa fille de 17 ans, de plusieurs coups de couteau, car elle voulait se convertir à l’islam.

Elle venait tout juste d’être diplômée et de quitter le lycée. Retrouvée morte au domicile de ses parents, à Ramla, dans le centre d’Israël, le 13 juin dernier, le corps mutilé de multiples coups de couteau, Henriette Karra, 17 ans, n’aura jamais pu se lancer dans sa vie d’adulte. La faute, apparemment, à un différend familial ayant tragiquement tourné.

C’est en tout cas ce que pense la justice israélienne qui a mis en examen dimanche le père de la jeune femme, comme le rapporte notamment CNN.

Le père de famille a d’abord refusé de collaborer à l’enquête avant d’avouer être à l’origine du meurtre.

Poignardée à plusieurs reprises

Le meurtre a eu lieu le 13 juin dernier. La jeune adolescente de 17 ans a été retrouvée morte au domicile de ses parents à Ramla, dans le centre d’Israël. Son corps était mutilé de multiples coups de couteau. Trouvée gisante et inanimée sur le sol de la cuisine, Henriette Karrasera déclarée morte sur place par les secours. Comme le rapporte CNN, quelques heures auparavant, elle avait fait part de son intention de se convertir à l’islam. Ne supportant pas la nouvelle, son père, Sami Karra, aurait alors décidé de la tuer. Le père vient d’être mis en examen pour meurtre.

Sami Karra a été mis en examen pour meurtre, dimanche 16 juillet, près d’un mois après les faits. Il est accusé d’avoir tuée sa fille de 17 ans, parce qu’il était opposé à sa conversion. Pour le moment, la défense a contesté ces accusations, assurant qu’il n’y a pas assez de preuves.

journaldumusulman.fr
***


France : Cannes : Cédric Herrou interpellé en compagnie de 156 migrants.

La police a interpellé 156 migrants à la gare de Cannes lundi 24 juillet. L’agriculteur Cédric Herrou a lui aussi été arrêté alors qu’il les accompagnait pour rejoindre Marseille afin d’y effectuer des demandes d’asile.

Il s’agit de la sixième fois que le militant est arrêté en l’espace d’un an pour ses activités de soutien aux migrants clandestins. Une centaine de migrants ont été conduit en car à Menton tandis que les autres ont été gardés par la police en attendant un transfert futur.

Cédric Herrou, originaire de Breil-sur-Roya, est membre de Roya citoyenne, une association qui vient régulièrement en aide aux migrants.

Depuis avril dernier, un millier de personnes ont pu entamer leurs démarches dans l’optique d’obtenir l’asile. Les demandeurs devaient se présenter au guichet de l’association Forum réfugiés à Nice. Mais, depuis lundi 24 juillet, cette structure n’enregistre plus que les dossiers de migrants qui souhaitent rester dans les Alpes-Maritimes. Le département n’a pas de centre d’accueil de première urgence car les élus s’y opposent. Ainsi, plus d’une centaine d’entre eux a choisi de se rendre à la préfecture de Marseille. Eric Ciotti, président du conseil département, a demandé à l’Etat de « faire cesser l’action de M. Cédric Herrou et de ceux qui le soutiennent ».

saphirnews.com
***


Chine : les Ouïgours forcés d’installer une application de surveillance sur smartphone.

Le quotidien devient de plus en plus compliqué pour la minorité musulmane et turcophone des Ouïgours. Depuis juillet, le gouvernement chinois leur ordonne de télécharger sur leur smartphone « Jingwang », qui se révèle être une application de surveillance.

Selon Mashlabe, les habitants ont été averti d’un message transmis via la messagerie WeChat. Les utilisateurs doivent scanner un QR code pour la télécharger. Cette application permettrait de « détecter automatiquement les vidéos, images, e-books et documents éléctroniques religieux » dans les smartphones des utilisateurs.

Un bel outil d’espionnage qui a accès au contenu du smartphone tels que les logins des connexions wifi, les identifiants aux applications WeChat et Weibo, au numéro IMEI ainsi qu’aux données de la carte SIM. Jingwang scanne tous les fichiers stockés dans les appareils et les font correspondre à une base de données du gouvernement qui répertorie les contenus supposés faire l’apologie du terrorisme.

Si des contenus jugés illégaux sont interceptés, l’individu devra les supprimer. Les personnes n’installant pas l’appli encourent une peine de dix jours de prison. L’Etat promet des mesures de vérification afin de s’assurer que tous les smartphones soient équipés.

« Les autorités chinoises vont devoir s’expliquer sur cette application et sur ce qu’elle est capable de faire », dénonce Maya Yang, chercheure pour Human Rights Watch. « Je crois qu’il y a bien une raison de s’inquiéter sur les données que ces applis peuvent collecter à propos des utilisateurs et de leurs activités, sans qu’ils ne le sachent ni en consentent », ajoute, pour sa part, Joshua Rosenzweig d’Amnesty international. Le gouvernement chinois poursuit, par tous les moyens, sa politique de répression envers les Ouïgours, principalement implantés dans la province de Xinjang, dans le nord-ouest de la Chine.

saphirnews.com
***


Australie : la figure de proue de la lutte contre l’islamophobie, victime d’un cyber-harcèlement, démissionne.

Elle vient de jeter l’éponge, usée par un cyber-harcèlement qui est allé crescendo en l’espace de trois ans, se déchaînant contre sa personne, ses origines afghanes et son islamité, Mariam Veiszadeh, 33 ans, une brillante avocate australienne devenue la figure de proue de la lutte contre l’islamophobie sur la terre du Bush, aura jusqu’au bout opposé une résistance pleine de panache à ses ennemis fanatisés à l’extrême, mais leurs menaces de mort glaçantes proférées à maintes reprises auront eu raison de sa ténacité.

Hissée sur un piédestal dans la lointaine Australie, la fondatrice et présidente de l’association « Islamophobia Register Australia » (IRA), encensée à la fois par ses coreligionnaires pour son activisme salutaire et l’ensemble de ses concitoyens qui, au paroxysme de la violence islamophobe qui l’a prise pour cible, ont fait bloc derrière elle via le hashtag #Istand with Mariam, a démissionné, la mort dans l’âme.

Dans le viseur de groupuscules ultra-nationalistes rendus hystériques par sa notoriété grandissante et les insignes distinctions qui l’ont doublement consacrée « Australienne de l’année» et « Femme musulmane de l’année » en 2016, Mariam Veiszadeh s’est notamment attirée les foudres de la bouillonnante Ligue de Défense Australienne pour avoir protesté vigoureusement, en 2014, contre un t-shirt aux relents nauséabonds commercialisé par Woolworths, la plus grande chaîne de supermarchés du pays.

Son sang n’avait alors fait qu’un tour à la vue du slogan délétère cousu sous l’étendard national ornant le t-shirt « L’Australie, l’aimer ou partir », qui n’est pas sans nous rappeler l’ère Sarkozy de sinistre mémoire et sa petite phrase décochée telle une flèche empoisonnée contre l’islam et la concorde nationale : « la France, tu l’aimes ou tu la quittes ».

Dès lors, elle fut en butte à des représailles impitoyables sur les réseaux sociaux, se retrouvant odieusement caricaturée, brocardée, injuriée, menacée des pires sévices, jusqu’à la « décapitation » par un site se réclamant ouvertement de son appartenance à la mouvance néo-nazie.

Mariam Veiszadeh, l’instigatrice du recensement des actes islamophobes sur le sol australien pour mieux en dénoncer l’ampleur, épouse de Ehssan Veiszadeh, le directeur de la communication de Gladys Berejiklian, la Première ministre de la Nouvelle-Galles du Sud, était devenue la musulmane à abattre sur la Toile gagnée par une effervescence malsaine.

La présidente de l’IRA qui, il y a peu encore, déplorait vivement que le terme « islamophobie » soit mal compris dans l’opinion, surtout par des « ignorants » prenant un malin plaisir à le dénaturer à seule fin de semer la confusion dans les esprits, a transmis les rênes de son association à l’Américain Brice Hamack, l’ex-coordinateur du Conseil sur les relations américano-islamiques (CAIR). Celui-ci s’est particulièrement illustré en 2015 par sa critique virulente du FBI, l’accusant de se livrer à une terrible chasse aux sorcières contre les musulmans derrière le paravent de la lutte anti-terroriste.

Avant de passer le flambeau avec une infinie tristesse, Mariam Veiszadeh, pleinement consciente que son combat ne s’achève pas avec son retrait de la scène publique, a une dernière fois tiré la sonnette d’alarme sur Facebook : « la sensibilisation à l’islamophobie et à la discrimination anti-musulmans demeure un défi de taille, comme c’était le cas en 2014 », a-t-elle averti avec gravité.

oumma.com
***


Palestine : Solidarité : un chrétien prie avec les musulmans à Jérusalem.

Nidal Aboud, un palestinien de 24 ans de confession chrétienne, Bible à la main, a prié aux cotés des musulmans à Jérusalem, suite à l’installation par Israël de portiques de sécurité aux abords de l’esplanade des Mosquées, empêchant ainsi les hommes de moins de 50 ans de prier à la mosquée Al Aqsa, troisième lieu saint de l’islam

A la différence des fidèles musulmans il a effectué le rituel chrétien de la prière. Lorsque les musulmans se prosternaient, il effectuait le signe de la croix, lorsqu’ils récitaient des versets coraniques, il lisait la Bible, et lorsqu’ils prononçaient la formule “Allahu Akbar” (Dieu est le plus grand), il se tenait debout silencieusement avec beaucoup de respect.

Il était le seul chrétien parmi les milliers de musulmans à assister à la prière du vendredi dans le quartier de Wadi El-Joz, en dehors de la vieille ville de Jérusalem. Depuis, cette photo s’est largement répandue sur les réseaux sociaux, devenant un symbole de solidarité islamo-chrétienne en cette période de conflit.

Nidal Aboud, qui auparavant n’avait jamais assisté à une prière musulmane, a déclaré à CNN qu’il voulait se tenir aux côtés des musulmans pendant leur prière. “J’ai un rêve depuis que je suis petit, celui de propager l’amour dans le monde. Je voulais être celui qui sème l’amour dans le cœur des gens“.

“J’ai demandé la permission à mes amis musulmans de prier avec eux. Ils m’ont demandé de me tenir derrière eux.” a également précisé Nidal Aboud. “Ma motivation était de manifester ma solidarité avec mes frères musulmans et ma condamnation de ‘l’occupation israélienne, et sa politiques d’atteinte à la souveraineté de nos sites religieux , qu’il s’agisse de la mosquée ou de l’église “.

Aboud a par ailleurs signifié qu’il refuserait de passer au détecteur de métaux, si l’un d’eux était placé à l’extérieur de l’Église du Saint-Sépulcre située dans la vieille ville, un site qui englobe également le lieu de la crucifixion de Jésus Christ. Partisan du dialogue entre toutes les religions, Aboud perçoit son geste de solidarité comme un signe de Dieu que son rêve “soit devenu réalité: celui d’être un ambassadeur de bonne volonté entre les religions“.

oumma.com
***


Etat d’Israël ou la culture de la braise au Proche-Orient.

Habitué aux provocations afin de justifier des répressions démesurées envers les Palestiniens, l’Etat d’Israël ne manque jamais d’ingéniosité, en recourant à des politiques toujours plus répressives afin de saboter toute tentative de paix et se constituer en “victime” aux yeux de l’opinion internationale.

Rappelons-nous du 28 septembre 2000. Une date marquée par la visite d’Ariel Sharon sur l’esplanade des Mosquées, provoquant près de 6.000 morts (à 90% palestiniens), altérant ainsi toute possibilité d’accord sur les 5 années supplémentaires, suivie d’une répression féroce de la population palestinienne.

Nous nous trouvons dans la crise actuelle dans la même configuration. Un remake de “l’oeuvre de Sharon” à la sauce Netanyahu, en portant atteinte cette fois-ci à ce qui reste de vital pour les Palestiniens, le sacré.

Après les avoir privés de leur indépendance, de leurs terres, de leurs droits les plus élémentaires, l’Etat d’Israël savait pertinemment qu’il allumait une nouvelle mèche en empêchant l’accès au plus grand nombre d’entre eux (les hommes de – 50 ans) à la mosquée Al Aqsa, coeur de l’identité palestinienne et l’un des lieux les plus sensibles du Proche et Moyen-Orient.

Une analyse partielle et hors contexte des médias.

Certains de nos médias, et particulièrement nos “fast-food” de l’info (qui préfèrent se concentrer davantage sur la starisation de leurs présentateurs plutôt que sur la qualité du contenu), présentent comme à chaque fois les faits sans rappeler le contexte. Ils contribuent ainsi à donner l’image d’un peuple violent qui refuse un simple contrôle par l’installation de portiques détecteurs de métaux, censée être une réponse au meurtre de trois israéliens implantés dans les colonies. Une information partielle, qui induit aussitôt des sous-entendus dans l’esprit du téléspectateur lambda.

Ces médias ne rappellent pas (ou trop peu) le contexte historique et politique. Depuis 60 ans, les Palestiniens vivent en effet dans une prison à ciel ouvert, voient leurs terres confisquées et leur territoire se réduire par le développement incessant de colonies (200 familles juives de France se sont récemment installées avec fierté). Ils subissent des coupures d’eau et d’électricité de façon répétitives, notamment durant les mois de ramadan. Leurs “droits” civiques, espace aérien et l’unique terminal commercial sont sous contrôle israélien. Aucun pays, ni aucune instance internationale ne peut influer sur les décisions israéliennes et sa politique coloniale. Quant aux résolutions de l’ONU, quand elles ne subissent pas le veto américain, elles sont tout simplement ignorées et même refusées en toute impunité.

Le refus de l’accès à la Mosquée Al-Aqsa, troisième lieu saint de l’islam, à la majorité des hommes palestiniens (les – de 50 ans), s’est traduit par des heures de files d’attente avec le risque de se voir refouler, une fois arrivé aux portiques. Une nouvelle humiliation qui caractérise cette “dépendance” supplémentaire vis-à -vis de celui qui vous colonise méthodiquement depuis plus d’un demi siècle. Autant d’éléments à rappeler pour une saine compréhension de ces événements, plutôt que de les réduire à une réaction violente des Palestiniens, incapables de comprendre cette politique sécuritaire israélienne.

La perception d’une situation prend une toute autre dimension, si l’on intègre tous les compartiments de ce contexte colonial. Une démarche intellectuelle dont nos médias sont très éloignés, préoccupés qu’ils sont par orienter l’opinion et non l’informer.

Quel peut- être le rôle de la France?

Notre président Emmanuel Macron pourra mesurer la portée de son message envoyé à Benyamin Netanyahu lors des commémorations de la rafle du Vel d’Hiv. Le président jupitérien lui a rappelé que la paix au Proche-Orient passe par l’arrêt des colonies, la reconnaissance de la Palestine comme Etat avec Jérusalem comme capitale conjointe… bref, une rhétorique classique qui vise à la reconnaissance légitime des droits d’un peuple, à sa liberté et à son auto-détermination.

Voilà, M. Le Président comment vous répond cet état “ami” de la France, par l’intermédiaire de son Premier ministre, reçu avec tous les égard par le pays des Droits de l’homme, à la devise républicaine arborant les valeurs de “Liberté, Égalité et Fraternité “. La France a été historiquement très influente au proche-Orient, mais il convient de demeurer réaliste et reconnaître sa faiblesse diplomatique dans cette région du monde.

Cher président Macron, l’Etat d’Israël a surtout comme principal ami, les Etats-Unis, son traditionnel allié, garant de sa sécurité. Israël, qui oeuvre avant tout pour la seule défense de ses intérêts, n’hésite pas à s’abriter derrière l’antisémitisme pour écarter toute critique de sa politique criminelle. Il pousse l’ignominie jusqu’à le pratiquer lui-même par ailleurs. Faut-il rappeler que les Arabes (et donc les Palestiniens) sont tout aussi sémites que les juifs ?

Sans effectuer de comparaison, ces discriminations nous rappellent celles dont sont victimes certains de nos citoyens français de confession musulmane, victimes d’une interprétation erronée de la laïcité, instrumentalisée comme moyen de combat contre les religions.

Eric Berlingen, Porte- parole de l’UDMF – Union des Démocrates Musulmans Français.

oumma.com
***


Palestine : L’occupation retire les détecteurs de métaux des entrées d’al-Aqsa.

Le gouvernement d’occupation israélienne a retiré les détecteurs de métaux qu’il avait installés aux entrées de la mosquée sainte d’al-Aqsa à Jérusalem occupée, une mesure de sécurité arbitraire qui avait été suivie de violences meurtrières entre occupants et Palestiniens.
La décision de ne plus utiliser ces portiques de sécurité a été annoncée dans la nuit par le bureau du Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, après une intense mobilisation diplomatique internationale visant à empêcher une extension de la crise au-delà de l’Etat d’occupation et des territoires palestiniens.

Le cabinet israélien a accepté « la recommandation de tous les organismes de sécurité sionistes de remplacer l’inspection au moyen de détecteurs de métaux par une inspection de sécurité basée sur des technologies avancées et sur d’autres moyens » en référence à l’installation des caméras de surveillance aux entrées de la mosquée sainte d’al-Aqsa, a déclaré le bureau du criminel Netanyahu dans un communiqué.
Il est à noter que des caméras ont été installées cette semaine à certaines entrées de la mosquée sainte d’al-Aqsa.

Suite à cette décision, des ouvriers se sont immédiatement attelés, dans la nuit de lundi à mardi, à démonter les détecteurs positionnés aux entrées de la mosquée sainte d’al-Aqsa.
Dans le même temps, des centaines de fidèles palestiniens se sont rassemblés à la porte d’al-Asbat, mais ils ont été confrontés par les forces armées d’occupation israéliennes qui les ont matés et dispersés avec des grenades lacrymogènes et des bombes assourdissantes.

En savoir plus sur
https://french.palinfo.com/32449
@Copyright Le Centre Palestinien D’Information

CPI Centre Palestinien D'information
###################################
####### Aujourd’hui en Palestine #######
####################################


Aujourd’hui en Palestine, Voici les principaux titres du site d’information, C P I, Centre Palestinien D’Information.

Autriche: Un palestinien condamné à la perpétuité pour avoir planifié une opération contre l’occupation
.
La justice autrichienne a condamné lundi à la réclusion à perpétuité le réfugié palestinien, Abdul Karim Abou Habel, âgé de 27 ans, après qu’il avait donné des instructions pour deux personnes séjournant dans les territoires palestiniens
.
Le Hamas appelle à une intervention urgente pour protéger Al-Aqsa des régimes sionistes
.
Les forces israéliennes lancent un ballon de surveillance au dessus de la barrière de Zaatara
.
Erdogan: Israël tente de prendre al-Aqsa aux musulmans
.
Blessés et arrestations signalées lors de raids israéliens avant l’aube
.
Les Brigades d’Al-Qassam endeuillés par la mort d’un de leurs combattants
.
L’occupation retire les détecteurs de métaux des entrées d’al-Aqsa
.
Cisjordanie: la mère de l’auteur de l’attaque de Halamish arrêtée
.
L’occupation installe des barrières de fer devant la porte des Lions
.
La mission diplomatique israélienne a quitté Amman
.
Un palestinien blessé par balle lors des affrontements à Jerusalem
.
Istanbul: L’OCI se réunit le 1er août pour discuter sur la mosquée al-Aqsa
.
L’occupation installe des checkpoints et arrête deux journalistes à Toulkarem
.
5 morts et 1090 blessés dans les affrontements d’Al-Aqsa
.
DCI Palestine : 11 enfants tués par Israël depuis le début de l’année
.
A l’ONU, le criminel Danon cherche à justifier les crimes sionistes à Jérusalem occupée
.

Retrouvez l’intégralité de tout ces articles sur http:// french pal info.com
.


Le Centre Palestinien D'Information
///////////////////////////////////////////////////
LES TAGS
///////////////////////////////////////////////////
#flashinfo #journal #quotidien #information #presse #attentat #daesh #étatislamique #isis #tv #radio #article #islam #news #musulman #coran #sourate #croyance #islamophobie #ccif #islamophobe #cri #ldj #ldjm #gaza #palestine #ouighours #immigration #fn #israel #valls #hollande #terroriste #racisme #nazisme #Rohingyas #tartar #réfugier #migrant #hindoue #hindou #cpi #CentrePalestinienD’Information #sif #secoursislamique #mouslimradio #tunein #Hui

Flash info du 27 Shawwal 1438.

Flash info du 27 Shawwal 1438.

Pour écouter MouslimRadio partout ou vous voulez, télécharger l’application Tunein, disponible pour tout les types de téléphone, tablette et même les pc. Android, iPhone, Windows phone, etc… Tapez MouslimRadio dans la barre de recherche Tunein et hop, vous nous écouter, inch Allah… Les liens sont aussi visible sur notre site, www.mouslimradio.info.
******************************************************************


Voici la dou’a (l’invocation) dont Satan a peur !

La foi fonctionne comme notre organisme: plus elle est alimentée de manière riche et variée mieux elle se porte !
Dans la vidéo suivante, le Sheikh nous rappelle combien les invocations doivent tenir une place fondamentale dans notre rythme de vie quotidien.
C’est ainsi que le Sheikh nous recommande vivement de retenir la dou’a rapportée par Abou Bakr As-Siddîq (qu’Allah soit satisfait de lui) qui a dit :
«Ô Messager d’Allah, apprends-moi des mots que je répéterai quand arrive le matin et quand arrive le soir».

Il dit: « Dis : Allahoumma Fâtira As-Samâwati wa l’ardi, `Alima Al-Ghaïbi wa Ach-Chahada, Rabba kouli chaî’in wa malikah, achhadou ana lâ Ilâha illâ Ant, a`oudhou Bika min charri nafssi wa min charri ach-chaïtâni wa chirkih, wa an aqetarifa `alâ nafssi sou’an aw ajourahou ilâ mouslim.»
(Ô Allah, Créateur des Cieux et de la Terre, Connaisseur de tout ce que le monde ignore comme de ce qu’il perçoit, Seigneur et Souverain de toute chose, j’atteste qu’il n’y a de Dieu que Toi, je me réfugie auprès de Toi de mon propre mal et du mal de Satan et de son association, et contre le fait de commettre un mal ou d’en provoquer à un musulman).

Il dit : «Répète cela à l’arrivée du matin et à l’arrivée du soir, lorsque tu t’apprêtes à te coucher» . Rapporté par l’imam Ahmad, Abou Dâwoud, At-Tirmidhî, An-Nasâ’î et Al-Boukhârî dans “la moralité singulière” (Al-Adab Al-Moufrad) avec une chaîne de transmission authentique (Isnâd Sahîh). Cette version est celle d’Ahmad et d’Al-Boukhârî .
Allâh soubhanou wa ta’ala a recommandé de multipliez les invocations: «Invoquez-moi et Je vous exaucerai.» (Coran, 60/40).
Il dit également : «Invoquez votre seigneur en toute humilité et en secret (ou intérieurement).» (Coran, 7/55).

Voici quelques exemples d’invocations à réciter le matin et le soir pour se protéger de satan:
«Allahumma bika asbahnâ, wa bika amsaynâ, wa bika nahyâ, wa bika namûtu, wa ilaylka n-nushûr.»
(Ô Seigneur ! C’est par Toi que nous nous retrouvons au matin [ou au soir] et c’est par Toi que nous nous retrouvons au soir [ou au matin]. C’est par Toi que nous vivons et c’est par Toi que nous mourons et c’est vers Toi que se fera la résurrection [ou c’est vers Toi que se fera notre destinée].)

«Allâhumma anta rabbî, lâ ilâha illâ anta. Khalaqtanî wa anâ cabduka, wa anâ calâ cahdika wa wacdika mâ stata’tu.
Acûdhu bika min sharri mâ sana’tu. Abû’u laka bi-nicmatika calayya wa abû’u bi-dhanbî.
Fa-ghfir lî fa-innahu lâ yaghfiru dh-dhunûba illâ ant.»
(Ô Seigneur ! Tu es mon Dieu. Il n’y a d’autre divinité que Toi. Tu m’as créé et je suis ton esclave, je me conforme autant que je peux à mon engagement et à ma promesse vis-à-vis de Toi. Je me mets sous Ta protection contre le mal que j’ai commis. Je reconnais Ton bienfait à mon égard et je reconnais mon péché. Pardonne-moi car Il n’y a que Toi qui pardonne les péchés.)

«Allâhumma mâ asbaha bî min nicmatin aw bi-ahadin min khalqika,
fa-minka wahdaka lâ sharîka laka. Fa-laka-l-hamdu wa laka sh-shukr.»
(Ô Seigneur ! Tout ce qui m’arrive comme bienfaits en ce jour qui se lève [ou ce soir], à moi ou à l’une de Tes créatures, provient de Toi Seul, sans associé. A Toi la louange ainsi que la gratitude.)

AJIB.FR
***


L’importance de marier sa fille avec un homme qu’elle agrée.

Bien que la jeune fille en âge de se marier doit demander l’accord de ses parents, en retour ses parents doivent accepter de marier leur fille à un homme qui lui convient et qu’elle agrée.
Certains parents souhaiteraient contrôler le choix du prétendant au point de ne laisser aucune liberté de choix à la jeune fille.
Le prophète Muhammad (sallAllahou ‘alayhi wa salam) a répondu à ce sujet:
«Quand à la vierge, son père doit lui demander son consentement et son consentement est son silence.»
Sheikh Ibn Baz commente ces paroles en ajoutant qu’un père ne peut contraindre sa fille à se marier même si celui-ci est le plus pieux des hommes.
Il peut simplement la conseiller et l’orienter sur son choix.

D’après Abou Houreira (qu’Allah l’agrée), le Prophète (sallAllahou ‘alayhi wa salam) a dit: «On ne marie pas la femme qui a déjà connu le mariage sans lui demander son ordre et on ne marie pas la femme vierge sans lui avoir demandé la permission».
Ils ont dit: Ô Messager d’Allah! Comment est sa permission ?
Le Prophète (sallAllahou ‘alayhi wa salam) a dit: «Le fait qu’elle se taise».
(Rapporté par Boukhari dans son Sahih n°5136 et Mouslim dans son Sahih n°1419).

D’après ‘Aicha (qu’Allah l’agrée), j’ai dit au Prophète (sallAllahou ‘alayhi wa salam): Ô Messager d’Allah! Certes la vierge a honte de parler. Le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: «Son silence est son approbation».
(Rapporté par Abou Daoud et authentifié par cheikh Albani dans Sahih Al Jami n°3630).

D’après Khansa Bint Khidham Al Ansariya (qu’Allah l’agrée), mon père m’a marié alors que j’avais déjà connu le mariage et j’ai détesté cela. Alors je me suis rendu auprès du Prophète (sallAllahou ‘alayhi wa salam) qui a annulé le mariage. (Rapporté par Boukhari dans son Sahih n°6945).

Cependant, la jeune fille doit essayer de satisfaire son père autant que possible car l’obéissance à son père est un signe flagrant de l’obéissance envers Allah soubhanou wa ta’ala.

AJIB.FR
***


Sida : les personnes séropositives auront désormais droit aux soins funéraires.

La ministre de la Santé Agnès Buzyn a signé, jeudi 20 juillet, un arrêté qui permet aux défunts porteurs du VIH ou d’hépatites de recevoir des soins funéraires. Cette mesure jugée discriminatoire par les associations de lutte contre le sida était en vigueur depuis 1986. Elle avait été mise en place par crainte des contaminations. La thanatopraxie vise à retarder le processus de décomposition en injectant notamment dans le système vasculaire, un produit antiseptique et conservateur à la place du sang. L’arrêté prendra effet à partir du 1er janvier 2018.

« C’est une grande victoire dans la lutte contre la sérophobie et pour la dignité des personnes séropositives et de leurs proches », a réagi l’association Aides sur Twitter. Tout en soulignant une « belle victoire », Act Up Paris dit de son côté vouloir rester vigilant « quant à son application par les thanatopracteurs, dont une partie est très réticente face à la fin de cette discrimination ». Les soins funéraires vont toutefois continuer à être interdits pour les individus morts de la maladie de Creutzfeld-Jakob, de tout « état septique grave », de la rage, du choléra ou de la peste.

Les Nations unies ont publié le même jour un rapport qui marque « un tournant décisif » de la lutte contre le sida. L’organisation annonce qu’un million de personnes sont mortes de maladies liées au VIH en 2016, ce qui est moitié moins que lors du pic de décès atteint en 2005. Plus de la moitié des malades dans le monde seraient désormais sous traitement et le nombre de nouvelles contaminations baisse. La conférence internationale de recherche sur le sida, qui se tiendra dimanche 23 juillet à Paris, devrait apporter de nouvelles informations et recommandations.

saphirnews.com
***


Inde : un intouchable hostile aux musulmans élu à la présidence.

Les parlementaires indiens ont choisi, lundi 17 juillet, le nouveau et 14e président du pays. Les résultats ont été dévoilés ce jeudi 20 juillet : a été élu Ram Nath Kovind, 71 ans, issu de la communauté des dalits, autrement dit des intouchables, pour succéder à Pranab Mukherjee. Son rival, Meira Kumar, est lui aussi un intouchable mais ne faisait pas figure de grand favori. Dans les deux cas, l’élection d’un membre de cette caste est exceptionnel à défaut d’être une première. Kocheril Raman Narayanan a en effet été le premier intouchable à accéder à la présidence indienne en 1997.

Les dalits font figure de caste sociale marginalisée dans le pays et assignée à des tâches subalternes. Mais le poids démographique de cette population a rendu sa participation à la vie politique incontournable. Avec 200 millions de personnes, ils représentent 16 % de la population indienne.

Une hostilité nourrie contre les musulmans.

Ram Nath Kovind était le candidat désigné par le Bharatia Janata Party (BJP), mouvement nationaliste hindou qui détient actuellement 48,6 % des suffrages à l’assemblée. Le BJP est aussi le parti du Premier ministre Narendra Modi, qui s’est distingué par des prises de positions islamophobes. « Je suis sûre que Shri Ram Nath Kovind sera un président exceptionnel et continuera d’être une voix forte pour les pauvres, les opprimés et les exclus », tweetait-il le 19 juin dernier.

Selon les observateurs, le BJP, qui s’appuie d’habitude sur l’assise électorale des plus hautes castes indiennes, s’est tourné vers les dalits pour renforcer son pouvoir. Très hostile envers la population musulmane, qui représente 14 % des habitants d’Inde, il s’est tourné vers la caste des dalits hindous pour s’assurer une victoire aux prochaines élections que les musulmans ne sont pas enclins à lui accorder.

Ram Nath Kovind, née dans l’Etat de l’Uttar Pradesh, est membre du mouvement depuis 1991 et élu gouverneur du Bihar en 2015. Il a fait ses classes au sein du Rashtriya Swayamsevak Sangh (RSS), une organisation paramilitaire d’extrême droite tout comme Narendra Modi. Le RSS est notamment décrié pour ses incitations à la haine contre les musulmans et les chrétiens.

Le président élu a qu’un pouvoir symbolique et honorifique en Inde. Il est le gardien de la Constitution mais peut prendre les rênes du pays en cas de troubles politiques majeurs. Le rôle de Ram Nath Kovind sera principalement d’apporter un soutien à Narendra Modi et le BJP lors des élections législatives de 2019.

saphirnews.com
***


Tunisie : le film Wonder Woman interdit par la justice.

Un mois après sa diffusion programmée, le blockbuster américain Wonder Woman ne sera finalement pas présenté dans les salles de cinéma tunisiennes. Sofiène Sliti, porte-parole du parquet, a officialisé la décision de la justice tunisienne mercredi 19 juillet.

Début juin, la diffusion avait d’abord été suspendue suite à une plainte du parti nationaliste Al Chaab. Celui-ci réclamait une interdiction au motif que l’actrice principale, l’Israélienne Gal Gadot, avait défendu les attaques militaires d’Israël dans la bande de Gaza lors de l’été 2014. « Il faut poursuivre la mobilisation sur ce type d’affaires, comme sur tout ce qui touche à la normalisation avec l’entité sioniste », justifiait alors le parti.

Une association de jeunes avocats avait formulé une demande similaire mais elle avait été rejetée. L’affaire a suscité un débat en Tunisie. Certains ont soutenu l’interdiction afin de dire non à la normalisation des relations avec Israël. D’autres, en revanche, ont déploré la censure et ont estimé qu’un appel au boycott aurait été plus approprié.

Le Liban a lui aussi interdit la diffusion de Wonder Woman dès le 1er juin. En Algérie, le film devait être projeté au festival d’Alger, mais face aux protestations sur les réseaux sociaux, il a été déprogrammé.

saphirnews.com
***


Une ancienne réfugiée musulmane de Bosnie consacrée Miss Australie.

Couronnée reine de beauté sur la scène brillant de mille feux de Miss Australie, ce prodigieux tremplin vers la notoriété, Esma Voloder, 25 ans, la seule et unique prétendante musulmane au diadème si convoité, rayonnait de bonheur à l’annonce de sa consécration, en ayant une pensée émue pour sa famille.

L’heure de gloire de cette jeune femme née dans un camp de réfugiés bosniaques – ses parents ayant réussi à fuir l’horreur de l’épuration ethnique perpétrée en plein cœur de l’Europe avant de s’installer sous des cieux australiens plus cléments – a sonné vendredi soir, à Melbourne, devant des millions de téléspectateurs.

Diplômée en psychologie, Esma Voloder est une tête bien faite qui, loin de se laisser étourdir par le tourbillon de la célébrité fulgurante, veut utiliser son titre pour tordre le cou aux stéréotypes accolés à sa religion et aux enseignements coraniques auxquels elle est très attachée.

La nouvelle Miss Australie 2017 ne se contentera pas d’être une énième ambassadrice de charme, dont la beauté de l’âme serait éclipsée par le culte voué à la beauté extérieure. Elle a déjà donné le ton de la mission dont elle se sent pleinement investie, en faveur de la promotion du vrai visage de l’islam.

« L’islam que je connais, c’est-à-dire puisé dans le Coran, je ne l’associe pas à des actes abominables qui se produisent à travers le monde. Les gens ont tendance à blâmer la religion pour les atrocités qui se produisent, mais si nous le faisons, nous exonérons de leur responsabilité les individus qui les ont commis », a-t-elle déclaré dans un entretien à Arab News.

« Beaucoup de choses ont été mal interprétées à propos de l’islam. Le Coran condamne les crimes qui ôtent la vie à des innocents. L’islam est une religion de paix, invitant à l’unité, la prospérité et l’inclusion », a-t-elle souligné, en espérant être une source d’inspiration pour de nombreuses jeunes filles qui désespèrent de voir leurs rêves devenir réalité.

oumma.com
***


Boston : une grande campagne d’affichage incite à agir et à réagir face à l’islamophobie.

Depuis lundi 17 juillet, elles ont fleuri sur les murs de Boston, recouvrant les panneaux publicitaires de leurs conseils, simples et néanmoins efficaces, incitant à agir et à ne pas se complaire dans l’inertie ou l’indifférence coupables, 50 affiches luttant contre l’islamophobie s’exposent aux yeux de la population locale, à différents endroits stratégiques de la cité phare du Massachusetts.

Pendant six mois, cette grande campagne d’utilité publique tiendra le haut de l’affiche dans l’une des plus anciennes villes des Etats-Unis, mettant en exergue les bons réflexes à adopter face à un fléau du racisme ordinaire, puisés dans la BD à caractère pédagogique qui a été pensée et conçue l’année dernière par Maeril, une illustratrice parisienne.

La méthode illustrée, pacifique, humaine, presque légère, mais bien plus désarçonnante qu’il n’y paraît, proposée par la jeune graphiste française, riche de ses racines franco-iraniennes du côté maternel, et arméniennes du côté paternel, a traversé l’Atlantique et s’exporte avec succès dans l’Amérique de Trump, en proie à une flambée d’actes anti-musulmans alarmante.

« Ces affiches sont un outil, grâce auquel nous voulons délivrer un message essentiel : tout le monde est bienvenu à Boston ! », s’est exclamé leur ambassadeur de poids, le maire Marty Walsh. « L’éducation est la clé de la lutte contre l’intolérance, et ces affiches offrent une stratégie simple pour s’engager auprès de ceux qui vous entourent », a-t-il insisté, en songeant particulièrement aux victimes toutes désignées de l’islamophobie désinhibée et déterminée à nuire, verbalement comme physiquement : les femmes voilées.

Pour Yusufi Vali, le directeur de la Société islamique de Boston, cette initiative, ô combien salutaire, arrive à point nommé. « Depuis l’accession au pouvoir de Trump, le climat ambiant, à travers tout le pays, est délétère, bien plus qu’auparavant. La communauté musulmane américaine ressent la même chose que le reste de la nation : des incertitudes quant à l’avenir et un sentiment d’insécurité grandissant », déplore-t-il grandement.

De son côté, Suzan El-Rayess, chargée de l’engagement civique au sein du Centre culturel islamique local, loue une méthode non seulement simple à appliquer, et non simpliste ou gentillette, mais aussi applicable en toutes circonstances et à toutes les proies de prédilection du racisme primaire et sauvage, qu’elles soient arabo-musulmanes, hispaniques, noires ou autres…

Alors que cette campagne de sensibilisation, prônant la tolérance zéro à la fois contre l’islamophobie et la non-assistance à personne en danger, devrait prochainement habiller les carrefours névralgiques de San Francisco, Lisa Creamer, la responsable des stations de radio publiques de l’Etat du Massachusetts (WBUR), a révélé qu’elle s’est imposée comme une évidence aux autorités de Boston, après l’indignation soulevée par l’agression de trop commise dans le métro contre une femme voilée de 61 ans, sans défense et terrifiée par la fureur de son assaillant.

oumma.com
***


Les rêves dans la culture musulmane.

Le rêve en tant que tel constitue une expérience fondatrice dans la conscience humaine. Il semble avoir bouleversé nos ancêtres dès les temps les plus anciens : alors que le corps repose en état d’immobilité, que toute vigilance a cessé, voici qu’un autre mode de conscience surgit. Le sujet voit, entend, ressent la joie ou la peur, sans que tout ceci ne laisse de traces dans le monde extérieur. N’y avait-t-il pas là pour eux le signe qu’existe en l’homme une âme, un principe immatériel autonome par rapport au corps physique ? Et ces expériences oniriques ne résultent-elles pas, de quelque manière d’une rencontre avec un monde sur-naturel

Dans les sociétés archaïques, le rêve est en tout cas le moyen privilégié d’entretenir des rapports avec la surnature : de connaître les événements cachés, présents ou à venir, de maintenir l’équilibre avec le monde des défunts etc. C’est ainsi que les rêves induits chez les chamanes et hommes de pouvoir constituent un des pivots de la vie sociale dans mainte société tribale. Certains anthropologues ont été jusqu’à suggérer que l’expérience du rêve aurait présidé à la naissance de l’art, et que les peintures rupestres préhistoriques que nous pouvons contempler aujourd’hui reproduiraient des visions de type chamanique (cf J.Clottes et D.Lewis-Williams, Les chamanes dans la préhistoire, Seuil, 1996).

Dans la culture musulmane classique, la question du rêve a été abordée avec gravité et prudence à la fois. Gravité, car le hadîth affirme sans ambiguïté que le rêve est une partie de la prophétie (juz’ min ajzâ’ al-nubuwwa) qui perdurera dans la Communauté après la mort de son Prophète, et jusqu’à la fin des temps historiques. Réserve, car il s’agissait de faire le départ entre rêves véridiques porteurs d’un message céleste et songes équivoques issus simplement des passions humaines voire de susurrements sataniques. Examinons ces deux termes de plus près.

Les données de la Tradition.

Les rêves ont tenu une place de premier plan dans la vie publique et privée de Muhammad telle qu’elle nous a été rapportée dans la littérature du hadîth et de la biographie prophétique. Nous nous fondons ici surtout sur les principaux recueils de hadîths sunnites (cf la Bibliographie in fine) et sur les ouvrages de Sîra (Ibn Ishâq, Sîra ; Ibn Sa`d,

Mais les recueils de traditions mentionnent surtout ceux dont le poids historique voire politique est manifeste : la vertu d’Abû Bakr et surtout celle de `Umar sont exprimées par des songes à peine codés. Plusieurs hadîths sahîh-s rapportent ainsi des rêves de Muhammad concernant la précellence de `Umar. Ce dernier boit du lait (symbole de la science, explique Muhammad) des doigts mêmes du Prophète.

Dans un autre songe où apparaissent plusieurs Compagnons, il est celui dont la chemise (interprétée ici comme désignant la religion) est de loin la plus longue. Parfois, le rêve de Muhammad prédit de façon à peine voilée les évènements politiques des trente années suivant sa mort, voire au-delà : la grande fitna, la mort de Husayn à Kerbéla, la révolte de `Abdallâh ibn Zubayr…(notamment dans plusieurs traditions d’origine parfois incertaine répertoriées dans le Musnad d’Ibn Hanbal).

Un rêve prémonitoire et d’un poids historique certain a même été mentionné dans le Texte sacré : le songe reçu par Muhammad à Médine de l’entrée des Musulmans à La Mecque en état de sacralisation, confirmé par le pélerinage de 629 (Coran 48, verset 27). La victoire de Badr, la défaite du mont Uhud auraient elles aussi été prévues lors de plusieurs songes rapportés par le hadîth ; le Coran évoque même le rôle du message onirique qui serait intervenu peu avant la bataille de Badr ( coran 8, verset 43-44). Dans tous les cas, le rêve venait confirmer le dessein divin reposant sur un événement politique ou militaire, et donc lui donner sens.

Les récits du Voyage Nocturne et de l’Ascension Céleste peuvent également être mentionnés, pour autant que les savants se sont posé la question de sa nature : voyage de Muhammad dans son esprit ou dans son corps ? Si le consensus de la Communauté s’est fixé sur la première interprétation, celle d’un voyage corporel, plusieurs exégèses rapportent néanmoins aux événements du Isrâ’ le verset 17, verset 60 mentionnant un songe du Prophète : ’Nous n’avons fait de la vision (ru’yâ) que nous t’avons montrée ainsi que de l’arbre maudit mentionné dans le Coran, qu’une tentation pour les hommes’. Enfin, la Tradition rapporte un certain nombre de rêves à portée eschatologique où Muhammad ou certains Compagnons (Ibn `Umar) auraient reçu la vision des récompenses et des châtiments de l’au-delà.

Mais l’importance accordée par le hadîth aux rêves de Muhammad ne doit pas masquer une conviction plus centrale encore pour notre propos : celle que tous les croyants participent de quelque manière à cette suffusion du message divin dans la Communauté. La pratique même du Prophète l’illustrait : il réunissait le matin ses principaux Compagnons, et demandait si l’un d’entre eux avait rêvé. Parfois, ces récits de rêves ont pu exercer un effet sur la Loi ou la coutume religieuse. C’est suite aux songes convergents du Médinois `Abd Allâh ibn Zayd et de `Umar ibn al-Khattâb que fut institué le rite de l’âdhân. De même, la détermination de la position de la Nuit du Destin durant les sept derniers jours du mois de Ramadan a-t-elle été le résultat d’une série de rêves de Compagnons en ce sens, avalisée ensuite par le Prophète. Il arrivait que le songe du Prophète et celui d’un autre croyant fussent en concordance…

Bref, il existait comme une suffusion onirique collective dont Muhammad était en quelque sorte le pivot et le garant, mais non le seul acteur. D’ailleurs, cette manière d’inspiration collective par le rêve se confirma dès le décès du Prophète. Selon la Sîra, les Compagnons, perplexes et divisés quant au mode de lavage du corps de Muhammad après son décès inattendu, furent endormis ensemble et entendirent alors tous une voix leur donnant l’instruction précise. Passée la période fondatrice de la religion musulmane, les messages oniriques continuèrent de jouer un rôle dans la vie spirituelle des croyants, voir de toucher de façon discrète et incidente les élaborations juridiques ou théologiques (cf les récents travaux de Leah Kinberg cités en Bibliographie).

Le sommeil, nocturne en particulier, représente par conséquent un moment grave dans le quotidien des hommes. Il peut en effet devenir le moment de la visitation d’un ange, voire de Dieu Lui-même. C’est cette éventualité – jointe à la crainte a contrario d’une présence démoniaque à ce moment là – qui explique entre autres raisons la complexité des débats autour des gestes rituels précédant l’endormissement ou suivant le réveil : ablutions, récitations de versets coraniques et de prières propitiatoires, actes prophylactiques. Des gestes précis accomplis par le Prophète avant de s’endormir ont été rapportés par le hadîth en assez grand nombre.

Il semble que Muhammad ait pu en adopter de différents suivant les jours et les circonstances ; enfin il est difficile d’évaluer dans quelle mesure il souhaitait que les autres croyants s’y conformassent. Ces pratiques sont bien sûr liées aux questions de pureté rituelle. Mais la nécessité d’une telle pureté renvoie à son tour au rapport du croyant avec les êtres du monde surnaturel, notamment avec les anges ; l’impureté attirant quant à elle la présence et le contact du démon. On peut même relever que, d’une certaine manière, le sommeil, la rencontre avec l’ange du rêve représente comme une préfiguration de la mort (cf Coran 39 verset 42), d’où la solennité des rituels intimes encadrant cette période nocturne décrits dans les recueils de hadîths. A tout le moins ces rituels ont-ils eu le bénéfice de prémunir certains croyants contre la terreur des cauchemars, selon des hadîths cités dans les mêmes chapitres.

Ceci dit, tous les rêves vécus durant le sommeil ne comportent pas la même charge symbolique ou religieuse. Le hadîth et à sa suite les docteurs de la Loi ont établi une classification entre les différentes formes de rêves, afin d’entourer de conditions précises celles dont le contenu pourrait se prévaloir d’une source surnaturelle. Cela commence par une spécification de certains termes. Le hulm désignera désormais le rêve d’origine passionnelle ou démoniaque, notamment mais non exclusivement d’ordre sexuel.

Le rêve véridique, lui, correspondra à la ruy’â : ’La ru’yâ vient de Dieu, le hulm de Satan’, dit le hadîth à propos de cette distinction entre deux termes utilisés pourtant souvent comme synonymes en arabe ancien. Al-ru’yâ sera d’autre part distinguée de al-ru’yatu, vision à l’état de veille ; sauf quand l’exégèse l’exigera. Ainsi le terme ru’yâ advenant en Coran 17 verset 60 pour désigner sans doute le Voyage Nocturne est-il interprété comme une ru’yâ `ayn, à l’état de veille, opposée à une ru’yâ manâm, songe à l’état de sommeil.

Trois catégories de rêves.

Ensuite, les rêves seront classés globalement en trois catégories, suivant en cela un hadîth sahîh :

Le discours inconscient que l’âme individuelle, renvoie à partir du vécu du jour précédent. Il n’est pas foncièrement nuisible, mais ne fournit pas de message utile non plus ;
Les susurrements de Satan qui cherche à épouvanter ou attrister le dormeur, ou simplement à le perturber par des messages incohérents ;
Le rêve sain, envoyé par Dieu. Seul ce troisième type de songe – la ru’yâ au sens strict – intéresse la tradition religieuse.

Comment distinguer le rêve sain des images démoniaques ? C’est le rêveur qui, finalement, fait le départ ; s’il se réveille angoissé et mal à l’aise, le message vient de Satan. La vision d’origine céleste est quant à elle accompagnée de soulagement et de joie.

L’affirmation clé de l’onirologie musulmane se fonde sur une parole prophétique : ’Le rêve est la quarante-sixième partie de la prophétie’. Ce hadîth est rapporté avec de très nombreuses variantes. Certaines spécifient qu’il s’agit du rêve ’de l’homme pieux (sâlih)’ ou bien ’du croyant’, ou ’du Musulman’ pieux. Des fractions différentes sont mentionnées : il est la quarantième, la soixante-dixième partie de la prophétie (17 variantes !). D’autres hadîths également sahîh-s confortent la même idée. Muhammad aurait déclaré à son entourage qu’après sa mort, il ne resterait de la prophétie que les bonnes nouvelles apportées par les rêves vus par le croyant, ou vus pour lui par une autre personne.

Une autre parole transmise sous de nombreuses variantes fait dire par ailleurs à Muhammad que celui qui le verra en rêve le verra vraiment, car Satan ne peut pas revêtir sa forme. Les cas de visions du Prophète durant le sommeil se sont multipliés après la mort de Muhammad, et perdurent jusqu’à nos jours. Enfin, un hadîth sahîh affirme qu’à la fin des temps, les rêves des Musulmans pieux deviendront à la fois beaucoup plus abondants et plus véridiques : comme si la Communauté se trouvait collectivement investie d’une inspiration divine, compensation de l’éloignement historique de la présence d’un prophète.

Alors, n’y aurait-il pas danger à voir se dessiner des phénomènes de ’prophéties’ incontrôlables, se réclamant de l’autorité même du hadîth ? Déjà les rêves véridiques avant l’Islam étaient reconnus comme valides – ne serait-ce que parce que certains d’entre eux auraient prévu l’avènement de l’Islam ; a fortiori devraient l’être ceux de Musulmans croyants. Dès les premiers siècles hégiriens, des hommes politiques et militaires ont usé et abusé de la publication de rêves annonçant leur victoire ou la justifiant après coup, et donnant souvent à l’événement le cachet prophétique ou providentiel qui manquait à l’évidence ; des illuminés ont proclamé leur divin missionnement.

De ce fait, les traditionnistes et exégètes ont multiplié les interprétations limitant les risques de glissement. On trouvera des exemples éloquents et parfois sophistiqués de cet effort dans les commentaires des hadîths cités plus haut. Prenons par exemple la matière traditionnelle très ample réunie par Ibn Hajar al-`Asqalânî dans son Fath al-Bârî et par Qastallânî dans le Irshâd al-sârî. Selon certains avis, ’quarantième partie de la prophétie’ doit s’entendre au sens purement métaphorique, et : la partie d’une chose ne peut être identifiée à son tout, et : le hadîth ne concernait que les contemporains ou les proches de Muhammad, ou bien ne s’appliquerait en fait qu’aux prophètes…Dans les interprétations les plus larges, les commentateurs admettent que ces messages oniriques puissent confirmer l’apport de la révélation (nubuwwa, non risâla) sans rien y ajouter de neuf toutefois.

On conviendra qu’il est logique que des juristes généralement très réservés à l’égard de l’opinion indépendant (ra’y) à l’état de veille, se méfient de l’inspiration individuelle onirique. La vision du Prophète en rêve par des croyants est pareillement minimisée par les docteurs de la Loi, en sorte que celui qui aurait reçu une visite de Muhammad ne se sente pas investi d’une mission de type prophétique. Cette crainte de voir des illuminés ou des imposteurs abuser de l’argument du songe a conduit à valoriser un hadîth affirmant que ’celui qui mentira à propos de son rêve sera condamné au Jour de la Résurrection à nouer deux poils’, ce type de mensonge étant associé à celui de l’artisan fabriquant d’idoles. L’idole mentale créée par ce mensonge est en effet aussi pernicieuse qu’une divinité des polythéistes.

L’étude des textes coraniques relatifs aux manifestations oniriques sont bien sûr également riches d’enseignements, mais d’une façon plus indirecte car ne se rapportant pas aux rêves des simples croyants. Passons sur les mentions d’ordre polémique, les polythéistes mecquois qualifiant la révélation coranique de adghâth ahlâm (rêves chaotiques ; cf Coran 21 verset 5) ; elles ne concernent pas le rêve véridique, propos du présent article. Le Coran contient plusieurs passages évoquant la ru’yâ, mais il s’agit surtout des rêves de prophètes. Rien n’autorise a priori à y discerner des applications possibles aux expériences oniriques des croyants ordinaires. Mais, nous le verrons bientôt, les exégètes réagiront de façon assez diverses dans leur effort d’herméneutique. Par exemple à propos des passages suivants :

– les versets 37 verset 102-105 : Abraham se voit en rêve sacrifiant son fils. Il interprète cela comme un ordre, se prépare à l’exécuter avec l’assentiment dudit fils. La plupart des exégètes ne s’attardent pas sur la nature onirique de l’ordre divin – simple canal de révélation auquel d’autres modes de wahy auraient pu être substitués. Seul Fakhr al-dîn Râzî pose la question dans ses Mafâtîh al-ghayb : pourquoi certains messages ont-ils lieu par voie de rêve et non à l’état de veille ? N’y a-t-il pas là une modulation dans l’intensité ou l’intentionnalité du contenu révélé à ce moment ? Il note que certains rêves prophétiques sont envoyés ’en clair’ (p.ex. : Muhammad rêve qu’il rentre faire le pèlerinage à La Mecque, cf Coran 48 verset 27), d’autres représentent un événement qui ne se produira pas (le songe d’Abraham cité ici), d’autres enfin sont symboliques et demandent une interprétation (comme le rêve de Joseph voyant onze étoiles, le soleil et la lune se prosterner devant lui, cf Coran 12 verset 4). Conclusion indirecte : les rêves de ces prophètes peuvent constituer mutatis mutandis un modèle pour ceux des croyants ordinaires, chez qui l’on retrouve également ces trois modalités de ru’yâ. La portée des considérations contenues dans le Mafâtîh al-ghayb est, on le constate, considérable pour la fondation de la science onirocritique en Islam.

– le récit de Joseph relaté dans la sourate 12 verset 36. Joseph interprète les rêves de ses deux compagnons de geôle, puis ceux de Pharaon – autant de personnages qui ne sont nullement des prophètes. Ces versets constituent un locus classicus des théoriciens de l’oniromancie. Là encore, c’est Râzî qui fournit les développements les plus circonstanciés sur la question de l’interprétation oniromantique de Joseph : est-elle d’origine divine, assimilable à une révélation ? Quelle est la valeur d’une oniromancie païenne, ou musulmane mais simplement inductive ? En quoi consiste précisément l’opération d’interprétation, de ta`bîr ? Pour lui, ces textes coraniques avalisent à l’évidence la science onirocritique, laquelle est également confirmée par l’effort d’élucidation intellectuelle. Ce qui n’entraîne pas l’idée que les onirocrites non prophètes disent le vrai dans chaque cas – loin de là.

– le rôle du verset 42, sourate 39 est aussi à souligner : ’Dieu accueille les âmes au moment de leur mort ; il reçoit aussi celles qui dorment, sans être mortes. Il retient celles dont il a décrété la mort. Il renvoie les autres jusqu’à un terme fixé’. L’âme du dormeur, tout comme celle du défunt, est appelée à Dieu, mais elle est ensuite renvoyée dans le corps. Cette assertion justifie elle aussi que le sommeil permette le contact avec le monde surnaturel, car c’est au moment de cette assomption auprès de Dieu que, selon certaines traditions, des messages d’une vraie teneur spirituelle peuvent être confiés aux âmes. Et le réveil, note al-Baydâwî dans son commentaire coranique Anwâr al-tanzîl, ressemble par conséquent à une petite résurrection.

oumma.com
***


Benjamin Netanyahu juge l’ Union européenne “insensée”.

A Budapest, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu rencontrait ce mercredi les dirigeants hongrois, tchèque, polonais et slovaque. Une réunion au cours de laquelle il a vivement critiqué l’attitude de l’Union européenne à l‘égard de l’Etat hébreu.

Ses propos, tenus en privé, semblent avoir été retransmis accidentellement à l’extérieur de la salle: “L’Union européenne est la seule association de pays au monde qui conditionne ses relations avec Israël. C’est insensé, absolument insensé. Et je ne parle pas de mes intérêts, des intérêts d’Israël, je parle des intérêts de l’Europe”.

Reportage vidéo à voir sur www.mouslimradio.info.
w w w . m o u s l i m r a d i o . i n f o .

oumma.com
###################################
####### Aujourd’hui en Palestine #######
####################################


Aujourd’hui en Palestine, Voici les principaux titres du site d’information, C P I, Centre Palestinien D’Information.

Un jeune palestinien tué par balles réelles au sud de Bethléem
.
Des sources médiatiques ont déclaré qu’un jeune Palestinien a été tué jeudi après-midi par les balles réelles des soldats de l’occupation israélienne, près de la ville de Taqqou, au sud de Bethléem, pour avoir tenté un attentat, selon les allégations sionistes.
.
1100 nouveaux logements pour isoler Jérusalem de Ramallah
.
Gaza : Un bébé décède à cause du retard de son transfert
.
Adoption en lecture préliminaire du projet de loi empêchant un retrait de Jérusalem occupée
.
Netanyahu: « Israël ne va pas retirer les portiques électroniques dans l’immédiat »
.
Une plainte à la CPI sur les violations de l’occupation à Jérusalem et Gaza
.
Les services de l’Autorité Palestinienne refusent la libération du prisonnier libéré Tawil
.
27 colons profanent la mosquée al-Aqsa
.
L’occupation arrête 18 palestiniens en Cisjordanie et Jérusalem
.
Des Sionistes exigent la récupération du soldat otage Shaul
.
Haniyeh appelle à un sommet arabo-islamique d’urgence en soutien à al-Aqsa
.
L’occupation prend d’assaut la ville de Naplouse et le camp d’Askar
.
Une fillette palestinienne renversée par un colon
.
L’occupation empêche les familles des détenus d’entrer au tribunal militaire de Salem
.
11 Palestiniens arrêtés lors de raids en Cisjordanie
.
L’Egypte met en garde Israël contre les répercussions de ses mesures dans la mosquée al-Aqsa
.

Retrouvez l’intégralité de tout ces articles sur http:// french pal info.com
.


Le Centre Palestinien D'Information
///////////////////////////////////////////////////
LES TAGS
///////////////////////////////////////////////////
#flashinfo #journal #quotidien #information #presse #attentat #daesh #étatislamique #isis #tv #radio #article #islam #news #musulman #coran #sourate #croyance #islamophobie #ccif #islamophobe #cri #ldj #ldjm #gaza #palestine #ouighours #immigration #fn #israel #valls #hollande #terroriste #racisme #nazisme #Rohingyas #tartar #réfugier #migrant #hindoue #hindou #cpi #CentrePalestinienD’Information #sif #secoursislamique #mouslimradio #tunein