MouslimRadio Programmes de diffusion sur MouslimRadio

Actuellement, en direct sur Loading ...


France: refus d’attribution du visa à une jeune handicapée de Gaza

Le gouvernement français a refusé le visa de sortie à trois jeunes palestiniens dont Jamila, amputée de deux jambes à la suite des bombardements israéliens de « Plomb durci ».

Un argument étonnant avancé

Jamila, Hana et Nabil étaient invités par plusieurs associations françaises et devaient faire des tournées dans de nombreuses villes afin de témoigner de la souffrance quotidienne des Palestiniens.

A leurs demandes de visa, le consul général de France à Jérusalem a donné un non catégorique avec comme argument abject  qu’ils seraient «dans l’incapacité de prouver leurs moyens de subsistance, pendant leur séjour, en France», et il serait à «craindre qu’ils ne retournent pas à Gaza» et restent en France.

Leurs venues étaient prévues pour samedi 1er novembre mais ils ne fouleront pas le sol français à cause de ce refus du visa.

Quand le visa est attribué sans aucune contrainte à certains, pour d’autres, même avec leurs handicaps et souffrances, il n’ y a aucune compassion et traitement de faveur.

Une fillette handicapée vivait l’enfer dans une maison de l’horreur à Casablanca

Enfant martyr, la découverte du sort effroyable subi par la petite Meriem, 12 ans, une orpheline handicapée, séquestrée et vivant enchaînée, a horrifié des habitants d’un quartier de Casablanca qui ignoraient que la barbarie était à leurs portes depuis plus de six ans, à l’intérieur d’une maison de l’horreur devenue l’enfer carcéral de l’innocence même.

Sans famille depuis le décès de ses parents adoptifs, Meriem, l’enfant du malheur, vulnérable parmi les vulnérables, a vu sa jeune et bien sombre existence basculer dans le cauchemar, lorsqu’un proche de la famille, pour des raisons crapuleuses, l’a retenue captive et recluse, loin du monde extérieur, dans une pièce sordide et presque vide, à l’exception d’un lit.

L’émoi est immense dans le quartier de Sidi Bernoussi depuis que la tragédie de la fillette a éclaté au grand jour, révélant la monstruosité de son ou ses bourreaux, qui tiraient profit d’elle en empochant les allocations allouées pour veiller sur sa personne.

La vidéo ci-dessous, particulièrement poignante, a été réalisée en présence des habitants du quartier et sauveurs de Meriem, afin d’apporter la preuve en images des conditions inhumaines infligées à la petite fille sans défense, qui, depuis, a été prise en charge par les autorités marocaines et transférée à l’hôpital Mansour pour des examens cliniques complets, avant, certainement, d’être placée dans un établissement spécialisé.