MouslimRadio Programmes de diffusion sur MouslimRadio

Actuellement, en direct sur Loading ...


Flash info du 16 Rabi Al Thanni 1438.

Flash info du 16 Rabi Al Thanni 1438.

Ecouter le coran, des hadith, des conférences, des annonces divers, des anashids (sans musique), et bien d’autres choses, en direct sur #mouslimradio :
www.MouslimRadio.info

******************************************************************


En route vers le zéro déchet ? Rêve ou réalité ?

Ajib s’est interrogé aujourd’hui sur un mode de vie très en vogue ces dernières années, et ce partout dans le monde. En effet, le zéro déchet compte de plus en plus d’adeptes voulant revenir à un minimalisme assumé au quotidien.

Nombreuses sont les personnes et les musulmans qui s’écartent de la sur-consommation et souhaitent réduire leur production de déchets jusqu’à en venir au zéro déchet. Alors nous avons interviewé, pour vous, Mahdiya de l’association Materner avec un grand Aime pour comprendre ce qui pousse nos frères et sœurs à suivre cette façon de vivre.

Très active partout en France pour la promotion du maternage proximal à la lumière de l’islam, l’association Materner avec un grand Aime comporte plusieurs antennes à travers l’hexagone pour réunir les mamans sur des thématiques différentes qui leur permettent d’échanger sur leurs difficultés et leurs expériences au quotidien.

L’alimentation saine, l’écologie, les modes de vies dits alternatifs tels que la simplicité volontaire sont abordés pour s’entre aider et apprendre ensemble. Beaucoup d’entre elles ont fait ce choix du zéro déchet. Voyons ce qu’elles en pensent :

Ajib : Y a t-il eu un événement particulier vous incitant à prendre une telle décision, l’envie de changer de mode de vie comme beaucoup de personnes ? Est-ce un ras le bol de la société actuelle et son incitation à la sur-consommation ?

Mahdiya : Pour ma part, c’est plutôt un long cheminement. Étant issu d’une famille sensible à l’environnement, l’écologie, l’alimentation saine … j’ai grandi avec ces valeurs. C’est lorsque j’ai fondé ma propre famille que cela a pris plus d’importance et que j’ai réalisé la nécessité de mettre en pratique mes valeurs. Le ras le bol de cette société de consommation en est bien sûr une des causes, ou plutôt l’envie de m’en démarquer.

A : Qu’est-ce, pour vous, le désencombrement ?

M : Le désencombrement est avant tout une décision de changement et d’action consciente. En effet pour effectuer un réel désencombrement «matériel» cela passe, avant tout, par un désencombrement mental, (…)des habitudes de consommation que nous avons et de nos «croyances» en terme de besoins. En effet, nous nous créons des besoins qui n’en sont pas, faire le tri passe donc par faire la part de ce qui nous est réellement nécessaire et ce qui ne l’est pas. C’est une prise de conscience globale.

A : Quel est le lien de ce dernier avec le mouvement Zéro Déchet ? Le premier mène t-il forcément à l’autre ?

M : L’un ne mène pas nécessairement à l’autre mais y tend indéniablement. En effet, lorsque nous commençons à faire le tri, à viser le minimalisme, on s’aperçoit rapidement que nous produisons excessivement de déchets et que ceux-ci ne sont pas tous recyclables. Après avoir fait le tri dans notre maison, nous nous retrouvons avec un tas d’objets, on peut en donner à des proches, des associations, mais certains iront inéluctablement à la déchetterie. Ceci peut amorcer une envie de tendre au zéro déchets.

Ceci dit le zéro déchet à proprement parlé est parfois difficile à atteindre tant tout ce que nous achetons est sur emballé. Dans certaines grandes villes, il existe des magasins «tout en vrac» mais il est parfois difficile d’acheter tout ce dont nous avons besoin de cette façon. Néanmoins on peut réduire le plus possible en favorisant les achats sans emballage, achetant ses légumes sur le marché, prenant des sacs réutilisables, minimisant les produits transformés et optimisant le fait-maison (et ce dernier pour de multiples raisons). Trier ses déchets, faire son compost ( même sur son balcon pour les plantes de la maison ) enfin, pleins de petites habitudes qui permette de réduire grandement nos déchets.

A : Une meilleure compréhension de l’islam aide t-elle, à votre avis, à mieux comprendre le raisonnement du zéro déchet ?

M : Oui, pour moi c’est certain. L’islam nous invite à un mode de vie simple et sain. De nombreux hadiths et versets coranique nous montrent l’importance de la simplicité mais aussi du respect de la planète sur laquelle Allah nous a placé tel ses lieutenants, et quelle grande responsabilité. Lorsque nous comprenons cela, nous ne pouvons pas, me semble t-il, rester indifférent à l’écologie et aux conséquences de notre mode de vie sur notre environnement.

Les déchets que nous produisons ont une conséquence sur la flore, la faune, mais aussi sur les êtres humains. Des personnes se retrouvent à trier nos déchets dans des conditions inhumaines à l’autre bout de la planète. Nos déchets flottent un peu partout en mer ayant même créé un «continent». Quand nous savons que le simple fait de ramasser une chose qui gêne sur la chaussé est un bien dans notre religion, que penser du fait de produire ce qui encombre et détruit la planète terre, causant du tord à l’ensemble des créatures d’Allah. Il semble cohérent de dire que ceci n’est pas dans la ligne de conduite de l’islam. Ainsi souhaiter produire moins de déchets devient comme une évidence.

A : Comment ce mode de vie peut-il changer la vie des musulmans en mieux ?

M : Tout d’abord adopter un mode de vie minimaliste est, comme je le disais précédemment, plus en adéquation avec les valeurs de l’islam. Ainsi faire de tels choix de vie permettront, je pense, à tout musulman de se sentir plus en accord avec ses valeurs. Aussi, cela permet de se détacher de la dounia et d’apprendre à se contenter de peu à l’exemple du prophète Muhammad (sala allahu alahi wa salam) qui a toujours su se satisfaire du minimum.

Le musulman qui tend vers un mode de vie plus simple aura tendance à vouloir échanger avec ses pairs, que ce soit pour le dons d’objets, le troc, l’apprentissage de nouvelles compétences comme le jardinage, la confection de produits home-made etc. Ainsi je pense que c’est un facteur de sociabilité positive.

A : Qu’est-ce qui rebute le plus les gens que vous avez rencontré pour opérer le changement dans leur vie de consommateur musulman?

M : Je pense que ce sont des appréhensions basées sur le changement. Le changement fait peur de manière général. Les questionnements sont nombreux: vais-je manquer de quelque chose? Vais je devoir sacrifier mes loisirs? Etc. Ses interrogations sont compréhensives mais infondées. En effet, il ne s’agit nullement de se brimer et de se sentir démunis. Viser plus de simplicité n’est pas synonyme de dépouillement.

Il ne s’agit pas de cesser de consommer, comme certains le pensent, mais de consommer moins et différemment.

A : Peut-on vivre en harmonie entre un mode de vie classique de consommateur lambda et une très bonne compréhension de l’islam? Ou cette dernière amène t-elle forcément, pour vous, à revoir le rapport que l’on entretient avec les objets et la consommation en général ?

M : Oui nous pouvons continuer de consommer, disons, sans éthique et très bien comprendre l’islam, mais, dans ce cas, je pense, et cela n’engage que moi, qu’il y a alors une part de compréhension non appliquée.

Je crois, en effet, qu’une bonne compréhension de l’islam mène inévitablement à un changement dans notre mode de consommation et ce, pour diverses raisons. La consommation excessive est un gaspillage de nos biens ce qui est désapprouvé en islam.

Posséder n’est pas un tord en soit, le fait de se faire plaisir de temps en temps ne me semble pas à bannir, encore une fois l’objectif n’est pas de se rendre la vie difficile, et ce n’est pas non plus ce qu’encourage l’islam.

Je suis convaincue qu’il s’agit d’un cheminement et qu’en prenant conscience du peu d’importance des biens matériels(…)Plus nous évoluons spirituellement, plus nous viserons la simplicité et le partage. C’est du moins le processus que j’ai pu observer chez de nombreuses personnes.

A : Que conseilleriez-vous à ceux qui voudraient se lancer ?

M : Pour se lancer dans cette démarche, dans un premier temps, j’invite, in cha Allah, à prendre le temps de se poser les bonnes questions et de se les poser en famille. L’idéal serait que le changement s’amorce par tous ses membres. En effet, si l’on souhaite un changement durable, il est bon d’échanger avec nos conjoints respectifs et d’avoir une ambition commune allant vers le sens de la simplicité volontaire. Pourquoi ? Tout simplement car cela permettra de se motiver, de rappeler à l’autre ses objectifs dans les moments de faiblesses ou de « craquage » face à l’appel de la société de consommation. Inculquer ses valeurs à nos enfants est aussi une clé de la réussite sur la voie de cet engagement car nous souhaitons être de véritables exemples pour eux.

Il est clair que c’est vraiment lors de nos voyages que nous nous sommes aperçus que nous pouvions vivre avec peu. Nous voyageons, généralement, avec 2 sacs à dos pour 5 membres dont un bébé ! C’est ce vers quoi nous souhaitons tendre : des voyageurs sur terre comme nous le transmets le prophète (sallalahou alayhi wa salam). Il y a des habitudes qui sont souvent tenaces et le cheminement n’est pas linéaire, mais il faut savoir prendre le temps de s’arrêter et de se remettre en question régulièrement .

Et vous, cher lecteur, seriez-vous tenté d’amorcer le changement ?

Clic pour voir la Source de l’article

***


Canada: Il offre le repas aux pauvres.

L’information nous provient de Globalnews.ca

Yahya Hashemi propriétaire d’un restaurant à Montréal offre généreusement le repas aux nécessiteux se rendant dans son restaurant.

Il a commencé en offrant le menu à ceux qui ne pouvaient payer. Maintenant, comme nous le rapporte le journaliste Mike Armstrong, il a touché le coeur de milliers de gens qui s’arrêtent dans son restaurant pour faire des dons afin de participer à la bonne action.

L’information a rapidement fait le tour du monde.

Allah nous enseigne dans le Coran:

Ils t’interrogent : « Qu’est-ce qu’on doit dépenser ? » – Dis : « Ce que vous dépensez de bien devrait être pour les pères et mère, les proches, les orphelins, les pauvres et les voyageurs indigents. Et tout ce que vous faites de bien, vraiment Allah le sait ».
Sourate Al-Baqarah (Verset 215).

Reportage vidéo a voir sur www.mouslimradio.info.
w w w . m o u s l i m r a d i o . i n f o .

Clic pour voir la Source de l’article

***


La procrastination : ne reportons plus le bien à demain !

La procrastination, c’est cette maladie que l’on connaît tous. Ce besoin de toujours reporter au lendemain ce que l’on pourrait faire aujourd’hui. Une envie irrésistible de se dire que l’on a encore le temps, que rien ne presse. Et s’il en était autrement ? Et si l’on pouvait vivre avec une baraka infinie qui nous ferait organiser notre temps ? La procrastination ne s’élimine pas de notre comportement en un coup de vent. Alors comment faire pour trouver la solution à cette mauvaise manie ?

Comprendre pour changer.

Pourquoi est-ce que je me comporte ainsi ? Y a t-il une explication à cette habitude de toujours reporter à plus tard ce que je dois faire ?

Si la réponse se trouve dans la simple envie de ne rien faire car confiant en mes capacités à rebondir face à toutes situations, je devrais prendre garde. Le Coran et la Sunna de notre Prophète, paix et salut sur lui, nous rappelle l’histoire du noble compagnon Ka’b Ibn Malik, qu’Allah soit satisfait de lui, et de son retrait en arrière lors du départ pour la bataille de Tabuk.

Ce pieux compagnon s’est lui aussi laissé séduire par le temps en sortant profiter des fruits frais et de l’ombre de la région au lieu de sortir préparer son équipement pour la bataille. Quand tous prirent chemin et suivirent le Prophète, paix et salut sur lui, Ka’b Ibn Malik, qu’Allah l’agrée, crut avoir le temps de les rejoindre.

(…)Le messager d’Allah, paix et salut sur lui, s’était préparé ainsi que les musulmans avec lui. Quant à moi, je sortais chaque jour pour m’équiper mais je rentrais sans n’avoir rien fait, me disant à chaque fois que je pourrais le faire l’heure venue(…).
Boukhari et Mouslim.

Déception, et courroux du Prophète Mohamed, sallaLahi alayhi wa ssalam, avant l’acceptation de son repentir par Allah.

Et Il accueillit le repentir des trois qui étaient restés à l’arrière, si bien que toute vaste qu’elle fut la terre leur semblait exiguë(…).
Coran Sourate 9, Verset 118.

Voilà à quoi mène la procrastination.

Dans notre cas, plus de révélation de notre Seigneur de nos jours. Ne jouons pas avec le temps.

Si la réponse à cette question «pourquoi est-ce que je reporte toujours tout au lendemain ?» se trouve dans la frustration face à trop de sollicitations, il y a la possibilité de mettre en place certaines choses pour ne pas se sentir submergé par les responsabilités et ce afin de comprendre ce qui me pèse.

Mais toujours se poser ces questions : Ai-je vraiment le temps devant moi? Qui me le garantit ?

Agir plutôt que de subir.

Où sont mes responsabilités ? Où est la part de mes libertés ? Une fois la problématique posée, répertorier mes actions à faire, même les plus minimes pour visualiser l’écoulement du temps et les tâches à faire est un bout de solution.

Avoir sous les yeux un tableau ou un cahier, peu importe, permet de relativiser et ne pas se sentir lourd intérieurement. Extérioriser le fardeau d’une journée peut alléger le moral et nous aider à prendre conscience de nos emploi du temps pour mieux répartir ce que l’on a faire. Même si ce n’est que temporaire.

Agir pour ne pas subir, même à petits pas comme nous l’enjoint la Sunna :

L’œuvre la plus aimée auprès d’Allah est celle qui perdure même si elle est minime.
Boukhari et Mouslim.

Visualiser son objectif pour l’atteindre inchaAllah.

Se poser les bonnes questions, certes, est efficace. Avoir et renouveler son intention, sa niyya, est par contre primordial. Car dans le fond, pourquoi est-ce si important de ne pas toujours tout reporter à demain ?

Le temps sur lequel Allah ta’ala jure à plusieurs reprises dans le Saint Coran est une ressource sacrée mis à notre disposition par le Tout Miséricordieux.

La satisfaction d’Allah est notre véritable objectif numéro 1 sur terre, et, y œuvrer fait partie de nos priorités. Que ce soit en tant que musulman avec ses adorations, père ou mère de famille et les responsabilités que cela implique, travailleur ou même étudiant, notre temps est une amana, dont nous aurons à rendre des comptes.

Toujours garder en tête l’agrément d’Allah recherché pour s’y attacher et tout faire dans cet objectif suprême. Comment continuer à gaspiller notre temps pertinemment ?

Qu’Allah fasse que chacun de nos petits changements pour éviter la procrastination soit accepté comme œuvre durable et sincère. Amine.

Clic pour voir la Source de l’article

***


Une exposition sur « la mode en islam » organisée en 2018.

La mode en islam a été au coeur des discussions en 2016. Elle sera justement le sujet de la prochaine exposition au Young Museum à San Francisco en 2018.

Une exposition appelée « The Fashion of Islam ».

Ainsi il sera question de hijab, de voile ou de foulard, selon les mots qui seront utilisés. Après avoir consacré ses lieux à des stylistes et créateurs connus, le Young Museum ouvre ses portes à la mode islamique. Le thème sera traité sous différents angles opposant forcément la croyance religieuse à l’extravagance que certaines tenues peuvent refléter. Un tour d’horizon est également au programme pour distinguer les différences culturelles à travers les pays et les évolutions au cours du temps. L’exposition consacrera aussi une partie au burkini.

En 2018, la mode islamique devrait donc attirer les foules à San Francisco. Mais cette exposition aura forcément aussi des détracteurs.

Clic pour voir la Source de l’article

***

France : Nathalie Goulet saisie le CSA après la polémique Farid Benyettou |

Nathalie Goulet a saisi le CSA après l’apparition de Farid Benyettou, mentor des frères Kouachi, sur plusieurs plateaux TV. L’homme, nouvelle attraction des médias qui sort un livre avec Dounia Bouzar, a choqué lorsqu’il a arboré fièrement devant les caméras son badge « Je suis Charlie ».

Pour Nathalie Goulet, il est question de respecter les familles des victimes qui ont dû être choquées par l’apparition du mentor des responsables de l’assassinat de nombreux rédacteurs du journal satirique Charlie Hebdo.

La sénatrice UDI est connue pour avoir également demandé une enquête sur les résultats de « déradicalisation » obtenus par Dounia Bouzar et sa célèbre association contre les sectes et la radicalisation. Bouzar avait avoué avoir touché des subventions astronomiques de la part de l’Etat avant de quitter son poste face aux critiques des experts.

Le nouveau duel entre Goulet et Bouzar est déjà en train de tourner à l’avantage de la première (à nouveau) puisque Farid Benyettou a fait savoir qu’il n’apparaîtrait plus devant les caméras.

Clic pour voir la Source de l’article

***

Guerre au Yémen : près de 1 400 enfants tués et 2 140 blessés, selon l’Unicef.

Près de 1.400 enfants yéménites sont morts et quelque 2.000 écoles sont hors d’usage depuis l’escalade de la guerre au Yémen en mars 2015, a annoncé mercredi à Sanaa le Fonds de l’ONU pour l’enfance (Unicef).

Le pays fait face à une guerre civile entre le pouvoir en place, allié de l’Arabie Saoudite, et les tribus chiites houthis armées par l’Iran. Une guerre qui a déjà fait plus de 7 000 morts et a provoqué une famine dans le pays. Les première victimes restent les enfants qui n’ont même pas de quoi vivre et se soigner.

Reportage vidéo a voir sur www.mouslimradio.info.
w w w . m o u s l i m r a d i o . i n f o .

Clic pour voir la Source de l’article

***

Irak : le camp des réfugiés oubliés par le monde.

Dans le camp de Sewdinan à l’est de Mossoul et au nord de l’Irak, les déplacés attendent parfois des heures pour recevoir des médicaments. Ils se sentent oubliés car l’approvisionnement est rare.

Depuis plusieurs mois, la ville de Mossoul est assiégée par l’armée irakienne, les milices chiites et les combattants kurdes indépendantistes du nord de l’Irak. Des combats violents les opposent à l’organisation jihadiste Etat Islamique qui tient la deuxième ville d’Irak depuis 2014.

Reportage vidéo a voir sur www.mouslimradio.info.
w w w . m o u s l i m r a d i o . i n f o .

Clic pour voir la Source de l’article

***


France : Primaire de la gauche : des désaccords révélés lors d’un débat sans envergure .

Les sept candidats à la primaire de la gauche se sont affrontés, jeudi 12 janvier, pour leur premier débat télévisuel. Manuel Valls, Benoît Hamon, Arnaud Montebourg, Vincent Peillon, Jean-Luc Bennahmias, François de Rugy et Sylvia Pinel ont bien moins séduit les téléspectateurs que leurs adversaires de droite. Ils étaient près de 3,8 millions devant leur écran, soit 2 millions de moins que pour le premier débat de la primaire à droite.

Les candidats, qui ont tous déclaré Marine Le Pen du Front national et François Fillon des Républicains comme leur principal ennemi, ont présenté leur programme et étayés leurs propositions en matière d’économie, de lutte contre le chômage, des inégalités, du terrorisme et de la réforme des institutions. Le débat, qui manquait de dynamique, n’a pas été épargné par la presse. La palme revient au Figaro, qui a évoqué dans sa Une un « débat sans idée neuve » alors même, rapporte le HuffPost, que le débat ne commence véritablement.

Le revenu universel et l’état d’urgence divisent les candidats
Les principaux désaccords ont porté sur la prolongation de l’état d’urgence et le revenu universel, porté par Benoît Hamon. Réservée aux plus démunis âgés de 18 à 25 ans, cette mesure, qui repose sur le versement d’un revenu de base pouvant atteindre 750 euros mensuel, n’a pas séduit les candidats de gauche excepté Jean-Luc Benhammias, « Le revenu universel, c’est 400 milliards d’euros. Qui les paiera ? », s’est interrogé Vincent Peillon.

L’état d’urgence, ardemment défendu par Manuel Valls, divise les candidats. Benoît Hamon considère que les moyens en matière de sécurité dont dispose l’Etat peuvent protéger les citoyens sans cette mesure quand Arnaud Montebourg propose « la naissance d’un parquet national antiterroriste » pour la remplacer.

La déchéance de la nationalité défendue par Valls.

L’ex-Premier ministre, qui porte le bilan de François Hollande, a été taclé par plusieurs candidats à de nombreuses reprises, à commencer par Benoît Hamon qui lui a reproché d’avoir ouvert le débat autour de la déchéance de la nationalité, qui est le « seul regret » du chef de l’Etat.

Ce n’est pas le cas d’un Manuel Valls « fier » du bilan du quinquennat : « Cette loi, qui elle visait ? Elle ne visait pas les enfants de la République en fonction de leurs origines. Elle visait les terroristes en premier lieu, ceux qui s’en prenaient à leurs propres compatriotes. » « Cette mesure a heurté des millions de nos compatriotes qui étaient sensibles à l’égalité des citoyens devant la loi », a rappelé Benoît Hamon.

La loi Travail, que souhaite abroger entre autres Arnaud Montebourg, a aussi été défendue par Manuel Valls tandis que les fameux usages multiples du 49-3 par Manuel Valls n’ont pas échappé à Vincent Peillon, qu’il a qualifié comme « une culture du coup de force ». L’ancien ministre de l’Education natinale s’est lui-même attiré les foudres des internautes en parlant d’un soldat « d’origine musulmane », en référence à une des victimes de Mohamed Merah, le fils de Latifa Ibn Ziaten.

Le prochain débat de la primaire de la gauche, qui sera diffusé en direct dimanche 15 janvier sur BFMTV et iTélé, est attendu.

Clic pour voir la Source de l’article

***


Karim Benzema offre à Zinedine Zidane un record d’invincibilité.

Quarante matchs consécutifs sans la moindre défaite ! C’est le nouveau record d’invincibilité pour un club de football espagnol et c’est le Real Madrid de Zinédine Zidane qui l’a établi dans la soirée du jeudi 12 janvier au terme d’une rencontre dingue sur la pelouse du FC Seville.

Karim Benzema a permis d’ajouter une nouvelle ligne au jeune palmarès mais déjà fourni de son entraîneur. En effet, alors que son équipe était menée 3 buts à 2, l’attaquant français a marqué un but exceptionnel dans la dernière minute du temps additionnel (93e).

Depuis le début de la saison 2016/2017, une partie des supporters et de la presse madrilène fait pression sur « Zizou » pour qu’il retire Karim Benzema du onze titulaire au profit du jeune espagnol Alvaro Morata formé au club. Le Lyonnais récompense une nouvelle fois par cet exploit, la confiance inébranlable accordée par son compatriote.

Zinédine Zidane, intronisé coach du Real Madrid il y a tout juste un an, fait ainsi tomber le record de son rival Luis Enrique, entraîneur du FC Barcelone. La dernière défaite du club madrilène remonte au 6 avril 2016 en Ligue des champions face à Wolfsburg, en Allemagne.

Depuis son arrivée à la tête de la « Maison blanche », le technicien français a remporté la Ligue des champions, la Supercoupe d’Europe et la Coupe du Monde des clubs.

Clic pour voir la Source de l’article

***


Kathy Perry finance un clip contre la « normalisation de la haine », soutenant les musulmans américains.

Le 21 janvier, soit le jour qui suivra son intronisation, sonnera comme un de ces lendemains qui déchantent pour Donald Trump, alors que montera des rangs de la « Women’s march », à Washington, la clameur de protestation de plus de 200 000 femmes, parmi lesquelles la voix de la chanteuse Kathy Perry s’élèvera en faveur de la cause féminine, mais aussi contre le sexisme patenté, l’instrumentalisation de l’islamophobie et l’exacerbation de la haine qui sont la marque de fabrique du 45ème président des Etats-Unis.

Non contente de hausser le ton pour manifester sa vive désapprobation à l’égard du nouveau locataire de la Maison Blanche, la star américaine a également financé un clip d’utilité publique, résolument solidaire envers les musulmans américains, dénonçant une victoire et un mandat placés sous le signe funeste de la « normalisation de la haine ».

Et qui mieux que le réalisateur australo-japonais, Aya Tanimura, pouvait établir un parallèle historique censé provoquer l’électrochoc salutaire sur les consciences engourdies, voire aveuglées ?

Posté sur Youtube, avec le hashtag « #DontNormalizeHate », son court-métrage choc exhume un pan du passé peu glorieux de l’Amérique, quand, en février 1942, le président Franklin D. Roosevelt signa le décret 9066 autorisant la détention dans des camps militaires, entourés de barbelés, de près de 120 000 civils américains d’origine nippone, en représailles à l’attaque meurtrière de Pearl Harbour.

« Est-ce que l’histoire se répète ? ». La question, brûlante d’actualité, se pose avec acuité à l’heure où le populisme est au pouvoir dans le bureau ovale, et interpelle grandement à la vue de la femme âgée, Haru Kuromiya, 89 ans, qui apparaît à l’écran en sa qualité de grand témoin. « Toute ma famille a été fichée sur un registre », se souvient la principale protagoniste du film, en soulignant avec tristesse : « Nous avons été privés de nos droits constitutionnels ».

Mais il fallait frapper un grand coup pour marquer durablement les esprits, et pour ce faire, Aya Tanimura a eu une idée de génie. Glissée dans la peau de l’octogénaire japonaise, l’actrice pakistanaise Hina Khan, installée à Los Angeles, fait tomber le masque à la fin du clip, et le regard face caméra, exhorte les Américains à « ne pas laisser l’histoire se répéter » contre les nouveaux boucs émissaires livrés à la vindicte par Trump : leurs concitoyens de confession musulmane.

Ne regardant pas à la dépense, Kathy Perry, dont l’engagement politique a mûri et s’est renforcé au fil des mois, n’a pas hésité à mettre la main à la poche pour que ce clip urgent et nécessaire puisse voir le jour, pour la plus grande satisfaction de Aya Tanimura.

« Comme nombre d’entre nous qui sommes choqués et terrifiés par les idéaux, la démagogie et la politique de Trump, Kathy Perry l’est particulièrement et a décidé d’agir concrètement », a-t-il confié, plein de reconnaissance envers la célèbre chanteuse, nommée aux Grammy Awards, pour avoir eu non seulement carte blanche sur le plan scénaristique, mais aussi un chèque en blanc sur le plan financier.

Reportage vidéo a voir sur www.mouslimradio.info.
w w w . m o u s l i m r a d i o . i n f o .

Clic pour voir la Source de l’article

***


Muhammad n’est pas Mahomet et islâm n’est pas soumission.

Mahomet est la négation de Muhammad comme soumission l’est pour Islam. Le discours sur l’Islam requiert une attention particulière aux concepts, à leurs sens étymologiques, à leurs usages dans les textes fondateurs ainsi qu’à leurs développements.

Le simple recours aux traductions de vulgarisation non savantes, induit lourdement en erreur fut-ce pour une première approche superficielle. Notons que cette remarque est aussi valable pour d’autres approches et pour d’autres conceptions philosophiques.

C’est dans cette optique que nous allons tenter de rendre au terme Islâm le ou les sens qu’il déploie pour exprimer une conception et une attitude à la fois.

Le mot Islam, Al-islâm en arabe, a comme racine le verbe salima qui signifie au sens premier, non altéré, préservé en l’état premier, sain. D’où Al-salâm, Nom d’Allah dans le Coran : Sourate 59, verset , l’expression de la non-hostilité et de la paix « lorsqu’ils sont interloqués par les ignorants, ils disent salâmâ », Coran : 25, verset 63. Al-islâmdoncdétermine un étatde paix et l’expression de non-hostilité envers autrui. Ainsi, Le verbe aslamaqui exprime l’action de celui qui rentre en Islamexprime d’abord un état d’être, celui d’êtreentier, en paix avec soi-même. Ensuite celui dont les personnes ne redoutent ni son hostilité verbale ni physique, hadith « le muslim est celui dont les personnes restent saines de sa langue et de sa main ». Et principalement, celui qui, retrouvant la voix de sa nature première, hadith « Tout nouveau-né, naît selon la fitra… », fait acte volontaire d’adhésion à la voie qui mène vers Al-salâm, Allah le Sain.

L’idée de soumission pour désigner l’Islam est l’expression d’une variante retenue par certains commentateurs et qui reflète plus l’idéologie dominante de leur époque que le sens étymologique du terme ou l’usage conceptuel coranique et prophétique.

Il convient ici de rappeler que dans le Coran aussi bien que dans les traditions du Prophète, les trois termes Islâm, Imân et Ihsân désignent tous les trois la voie de l’Islam. Le mot Al-islâma été retenu comme générique, car il se rapporte à la base commune. Al-imân étant un degré avancé dans l’approfondissement spirituel et moral, alors qu’Al-ihsân représente une étape supérieure au niveau métaphysique.

Respectivement, Imân et Ihsân signifientavoir confiance en ou faire acte de foi et parfaire ou agir avec excellence. La soumission ne peut être retenue pour qualifier le terme Islam, car elle n’embrasse pas ses trois dimensions.

Un autre terme fort utilisé pour désigner le musulman dans les usages et dans les textes scripturaires est celui de ‘Abd, souvent traduit par serviteur ou esclave. Ainsi, ‘Abd-Allah donne esclave d’Allah ce qui renforce l’idée de soumission comme attitude du musulman. Alors que la racine ‘Abbada est un verbe qui signifie aplanir, rendre droit.

Dès la première moitié du 2eme siècle de l’hégire, Wâsil ibn ‘Atâ’ 131 / 748, considérer comme fondateur du mouvement, Al-Mo’tazila mouvement qui prône que l’usage de la raison est indissociable de l’intelligibilité du texte sacré ainsi que pour distinguer le message coranique des doctrines présentes au sein de la société musulmane.

« Leur doctrine est centrée sur deux principes : à l’égard de Dieu, principe de la transcendance et de l’unité absolue ; à l’égard de l’homme, principe de la liberté individuelle entraînant la responsabilité immédiate de nos actes », Corbin Henri, Histoire de la philosophie islamique, Gallimard, 1986, p.158.. La justice divine et la responsabilité individuelle fondent le principe de la liberté humaine, dès lors, c’est à travers ce prisme qu’au IIIe siècle de l’hégire, le célèbre traditionniste Al-Tirmidhi distingue entre al-ibâda et al-‘ubûdia ou al-‘ubûda. Al-‘ubûdiapour lui est l’état originel de la créature étant dans la dépendance et le besoin vis-à-vis de son créateur. Al-‘ubûdiadonc est l’état de la créature qui a pour correspond la seigneurie divine, al-‘ubûdia vsseigneurie d’Allah.

Également en tant que cheminement spirituel d’un point de vue soufi, al-‘ubûdiaserait la prise de conscience totale, de la pauvreté absolue de l’humain envers Allah l’Autosuffisant alors qu’ al-‘ibâdaserait l’expression de cette distinction et cette dépendance. Aussi, al-‘ibâdase nourrit de cette prise de conscience faute de quoi elle n’est qu’apparence sans vie ni souffle. Le livre des nuances ou de l’impossibilité́ de la synonymie. Kitâb al-mufâraqât, dans : kiâb khathm al-awlia, Othmân I. Yahyâ, I.C.B. 1965, p. 120.

Plus proche de nous, le contemporain et emblématique Nasr Hamid Abu Zayd, dans son livre, Le discours et l’hermétique, montre sans ambiguïté la prolifération de textes scripturaires affirmant le principe globalde liberté dans le projet islamique. La liberté individuelle dit-il, ne cesse pas en s’engagent dans l’Islam, le musulman demeure libre et non rendu esclave démuni de sa liberté et de son choix ce qui est l’essence même de son humanité.

Nasr Hamid Abu Zayd, (1949-2010), dont l’audace lui a valu l’exil de son pays en 1990, incompris et combattu par des esprits étroits ainsi que l’establishment académique en Égypte. Il a appliqué au Coran une étude littéraire et herméneutique dans ses travaux, condition nécessaire selon lui pour comprendre actuellement le texte coranique.

« Ceux qui font croire aux gens cela, font l’amalgame entre le concept antéislamique al-‘ubûdia, lié à l’organisation socialeet esclavagiste d’un coté, et le concept d’al-‘abâdiafaçonné pour décrire la relation Humain-Allah par le Coran. Ceux-ci ignorent que le pluriel de ‘abd est ‘abîd utilisé dans le Coran uniquement pour exempter Allah de l’injustice : sourate 3, verset 182, sourate 8, verset 51, 22, verset 10, sourate 41, verset 46, sourate 50, verset 29. Alors que l’usage coranique récurrent est ‘ibâd et non pas ‘abîd.», Al-khitâb wa al-ta’wîl,2000, Beyrouth et Casablanca, p.204-205.

Faire foi ou avoir foi est souvent exprimé par l’affirmatif dans les religions. À notre connaissance, l’Islam seul se distingue par une attestation qui s’annonce d’abord et avant tout comme une négation : Lâ, non. Ce nonqui traduit philosophiquement un double mouvement incessant, alternant la négation lâ et l’affirmation illâ. Ce mouvement anime une dialectique de la pensée, dans laquelle le croire n’est pas une simple installation confortable dans un dogme inerte. Ce nonencore, est la condition sine qua non pour attester l’Unité Absolue et absolument inatteignable.

Savoir dire non, c’est avant tout, savoir refuser la soumission.

Savoir dire non, c’est ce moment de recul pour s’approprier l’engagement. Savoir dire non, c’est aussi dire non, islâm n’est pas soumission.

Clic pour voir la Source de l’article

***


Déguisés en prisonniers, des partisans de la fermeture Guantanamo arrêtés à Washington.

Plus d’une dizaine de militants, déguisés en prisonniers de Guantanamo, ont été interpellés lors d’une manifestation non autorisée à Washington, le 11 janvier, jour du 15e anniversaire de l’ouverture de cette prison.

Reportage vidéo a voir sur www.mouslimradio.info.
w w w . m o u s l i m r a d i o . i n f o .

Clic pour voir la Source de l’article

***


France : Six demi-têtes de porc devant la future mosquée de Genlis.

A peine annoncé, le projet de la future mosquée de Genlis, rue de Dijon, irrite déjà les islamophobes. Ce vendredi matin, six demi-têtes de porc ont été découvertes suspendues sur les grilles d’une maison récemment acquise par l’Association Socioculturelle et Cultuelle des Musulmans de Genlis (ASCMG) pour en faire un centre cultuel et culturel. Des pièces de charcuterie ont également été lancées dans la cour, rapporte le site du quotidien Le Bien Public.

Un acte condamné par le président de l’association Yassine Boudebza, qui a déposé plainte et par le maire Vincent Dancourt. Ces derniers ainsi que la gendarmerie se sont rendus sur place. Une enquête pour provocation publique à la discrimination ou à la haine raciale a été ouverte par la procureure de la République de Dijon.

Dans la nuit du 12 au 13 janvier 2017, des têtes de porcs ont été accrochées sur la bâtisse acquise par l’ASCMG en fin d’année dernière et destinée à recevoir le centre Franco-musulman de Genlis. L’ASCMG a alerté les autorités dès 8 heures et les investigations ont débutées immédiatement.
L’ASCMG condamne ces actions abjectes, irresponsables et en opposition manifeste avec les valeurs républicaines et laïques de notre pays.
La Constitution en son article premier « assure l’égalité devant la loi de tous les citoyens sans distinction d’origine, de race ou de religion. »
L’ASCMG a déposé plainte ce matin.

Clic pour voir la Source de l’article

###################################
####### Aujourd’hui en Palestine #######
####################################

Aujourd’hui en Palestine, Voici les principaux titres du site d’information, C P I, Centre Palestinien D’Information.

.
Hamas: Abbas est entièrement responsable de la crise de l’électricité
.
Cheikh Raed Salah sera libéré la semaine prochaine
.
La famille Nayef appelle l’AP et les factions à chercher la vérité sur la mort d’Omar Nayef
.
L’occupation cible les pêcheurs et des maisons à Gaza
.
69 arrestations enregistrées cette semaine en Cisjordanie et Jérusalem
.
Israël empêche des centaines de Gazaouis d’entrer à Jérusalem
.
Quatre Palestiniens arrêtés à Hébron
.
Confiscation de 4 dunums à Naplouse
.
La police israélienne ferme 4 magasins palestiniens
.
L’occupation confisque 3 989 dunums de terres palestiniennes à Naplouse
.
Des hommes armés ferment des routes principales à Naplouse
.
Prolongation de l’arrestation d’un jeune homme du Néguev
.
Le tribunal israélien prolonge la détention de deux mineurs palestiniens
.
Le Hamas salue l’initiative du président sud-africain de ne pas visiter Israël
.
2 500 logements prévus près de la maison du martyr Qanbar
.
Les autorités d’occupation refusent de délivrer le corps du martyr Abu Sourour
.

Retrouvez l’intégralité de tout ces articles sur http:// french pal info.com
.
Le Centre Palestinien D’Information, sur http://french.palinfo.com

Guantanamo – 6 prisonniers détenus sans inculpation depuis 12 ans relâchés

Six hommes détenus à Guantanamo depuis plus d’une décennie viennent d’être libérés car aucune charge ne pesait sur eux. Ils sont attendus en Uruguay où ils seront installés en tant que réfugiés.

Le Pentagone a annoncé dimanche dans la matinée que six hommes, quatre syriens, un tunisien et un palestinien, capturés en 2002 car des soupçons d’appartenance à Al-Qaïda pesaient sur eux, viennent d’être relâchés de Guantanamo, ce qui constitue la plus importante libération de prisonniers en une seule fois de cette institution pénitentiaire très controversée.

Les six hommes étaient suspectés d’être des militants ayant des liens assez étroits avec Al Qaïda mais, sans réelles charge contre eux, ils avaient tout de même été placés en détention sur la base américaine de Cuba.

Déjà depuis leur jugement en 2009, ils ont été nettoyés de tout soupçon, or, les autorités refusaient de les renvoyer dans leur pays pays d’origine respectif, estimant le risque trop lourd. Ils ont eu du mal à trouver un pays d’accueil.
Le président Barack Obama a promis de fermer Guantanamo. Clifford Sloan, envoyé du Département d’État du président à Guantanamo, qui a négocié l’accord de réinstallation des six prisonniers, s’est félicité :
“L’appui que nous recevons de nos amis et alliés est essentiel pour réussir notre objectif commun, à savoir la fermeture de Guantanamo. Et ce transfert est une étape majeure.”
Parmi les hommes transférés, il y a Abou Wa’el Dhiab, un syrien de 43 ans qui a organisé une grève de la faim à long terme et a été au centre d’une bataille juridique sur l’utilisation de l’obligation de se nourrir, autrement dit du gavage, par l’armée.
Cori Crider, un avocat de M. Dhiab appartenant au groupe de défense des droits de l’Homme Reprieve, a félicité le président uruguayen Jose Mujica, lui-même un ancien prisonnier politique, d’avoir accepté l’homme :

“Malgré des années de souffrance, M. Dhiab se concentre sur la construction d’un avenir positif pour lui en Uruguay. Il a hâte d’être réuni avec sa famille et de recommencer sa vie”.