MouslimRadio Programmes de diffusion sur MouslimRadio

Actuellement, en direct sur Loading ...


Flash info du 2 Dhou al Qa’da 1438.

Flash info du 2 Dhou al Qa’da 1438.

Pour écouter MouslimRadio partout ou vous voulez, télécharger l’application Tunein, disponible pour tout les types de téléphone, tablette et même les pc. Android, iPhone, Windows phone, etc… Tapez MouslimRadio dans la barre de recherche Tunein et hop, vous nous écouter, inch Allah… Les liens sont aussi visible sur notre site, www.mouslimradio.info.
******************************************************************


La chasteté en Islam, une véritable manifestation de la foi.

La chasteté n’est pas qu’une simple règle d’or en Islam.
Elle représente aussi une des principales vertus qui caractérise le mieux le musulman.
Allah nous encourage à garder note dignité afin de préserver notre honneur et notre réputation. C’est pour cela qu’IL dit:
«Et que ceux qui n’ont pas de quoi se marier, cherchent à rester chastes jusqu’à ce qu’Allah les enrichisse par Sa grâce. Ceux de vos esclaves qui cherchent un contrat d’affranchissement, concluez ce contrat avec eux si vous reconnaissez du bien en eux; et donnez-leur des biens d’Allah qu’Il vous a accordés.Et dans votre recherche des profits passagers de la vie présente, ne contraignez pas vos femmes esclaves à la prostitution, si elles veulent rester chastes. Si on les y contraint, Allah leur accorde après qu’elles aient été contraintes, Son pardon et Sa miséricorde.» (Coran, 24/33).

Nous trouvons dans les textes de nombreuses histoires qui illustrent ce phénomène, citons-en donc une d’entre elles : un fragment de l’histoire de Youssouf (‘alayhi salam) et Zuleika.

Youssouf (‘alayhi salam) était connu pour être d’une beauté sans pareille. Un jour, alors qu’il vivait chez son maître (« al-Aziz »), Youssouf se trouvait allongé sur son lit, quand la femme de son maître entra dans sa chambre, et ferma la porte à clefs avant de s’offrir à lui en ces termes : «Je suis à toi, fais de moi ce que tu veux».
Youssouf, d’un caractère très noble, refusa ses avances et essaya de s’enfuir. Mais une fois qu’il réussit à ouvrir la porte, il (‘alayhi salam) se retrouva nez à nez avec son maître. Zuleikha, la femme d’al-Aziz s’empressa alors d’accuser Youssouf (‘alayhi salam) d’avoir voulu abuser d’elle. Youssouf (‘alayhi salam) se défendit alors en expliquant que c’est elle qui avait voulu abuser de lui, et qu’il avait fui.

Le neveu de Zuleikha, qui était présent et a assisté à la scène, pris la parole. Il suggéra d’observer la robe de Youssouf (‘alayhi salam) pour trancher : si sa chemise était déchirée par derrière, cela signifierait que Youssouf disait la vérité (Zuleikha aurait couru après lui et aurait déchiré sa robe en essayant de le retenir). En revanche, si sa chemise était déchirée par devant, cela signifierait qu’il (‘alayhi salam) aurait menti (il aurait voulu abuser d’elle, suite à quoi elle l’aurait saisi et lui aurait déchiré sa robe par devant).
C’est là qu’ils s’aperçurent que sa chemise était déchirée par derrière … Al-Aziz demanda alors à Youssouf (‘alayhi salam) de s’éloigner de cette affaire (autrement dit, de ne pas l’ébruiter et de l’oublier) et dit a sa femme : «Toi demande pardon pour ton péché».

Nous voyons donc bien à travers ce récit à quel point la chasteté est importante. Nous terminerons sur une note positive en nous adressant à tous nos frères et sœurs qui désirent se marier afin de préserver leur chasteté : sachez qu’Allah Azzawajel est de votre côté. En effet, le Prophète (sallAllahou ‘alayhi wa salam) a dit :
«Il en est trois qu’Allah, le Très-Haut, se fait le devoir d’aider : le combattant dans la voie d’Allah, l’esclave qui signe un contrat de rachat d’affranchissement et qui désire régler sa dette et, celui qui se marie en cherchant à préserver sa chasteté». [Rapporté par Ahmad].

AJIB.FR
***


France : Hautes-Pyrénées : ils construisent un mur autour d’un centre d’accueil de migrants.

Un collectif d’habitants de la petite commune de Séméac, près de Tarbes (Hautes-Pyrénées), s’est distingué, dans la soirée du dimanche 23 au lundi 24 juillet, par une action qui en dit long sur leur rejet des migrants. Opposé à un projet de transformation d’un hôtel en centre d’accueil pour migrant, les riverains ont construit un mur de 20 mètres de long pour 2 mètres de hauteur afin de barrer l’entrée de l’établissement.

Le collectif assure avoir construit le mur « en toute légalité avec les autorisations nécessaires ». Depuis plusieurs semaines, les opposants dénoncent la précipitation et le manque de concertation autour du projet. Ils fustigent l’apparition de ce centre dans un quartier résidentiel, c’est-à-dire près de là où ils habitent.

« Nous ne sommes pas contre l’accueil. Il faut faire quelque chose pour ces personnes en difficulté (…) mais il faut prendre également en compte les citoyens », a expliqué Laurent Teixeira, responsable du Collectif Séméac. « Rien n’est prévu pour la vie au quotidien des migrants et des habitants de la commune et les structures municipales, comme les cantines et écoles, sont sous-dimensionnées », ajoute-t-il.

L’hôtel Formule 1, qui appartient à la société Accor Hotels, doit remettre mardi matin les clés du bâtiment à l’association Adoma. Les aménagements devraient être assez légers. Dès début août, les premières familles doivent arriver. Le foyer pourra recevoir 80 migrants dont la moitié sont des enfants.

saphirnews.com
***


Palestine : Le Conseil de Sécurité doit donner un coup d’arrêt à la politique israélienne.

A la demande de la Suède, de la France et de l’Égypte, le Conseil de Sécurité de l’ONU se réunit ce lundi sur la situation à Jérusalem. C’est une initiative que nous saluons en elle-même, en espérant que les positions défendues et les décisions prises seront à la hauteur des enjeux.

Il ne faut pas, en effet, se tromper sur la nature du problème. L’Esplanade des Mosquées n’est pas qu’un lieu religieux, c’est le symbole de la Palestine pour tous les Palestiniens, systématiquement dépossédés de leurs droits et de leurs terres par l’État d’Israël. Et les Palestiniens ont eu le temps d’apprendre les procédés utilisés par les Israéliens : comme pour le mur qui leur rend la vie impossible, le prétexte sécuritaire des portiques détecteurs de métaux n’est qu’un moyen de dépossession et de prise de contrôle.

En 1980, Israël a illégalement annexé l’ensemble de Jérusalem, et aucun pays ne reconnaît cette annexion. Mais l’Esplanade des Mosquées est restée sous le contrôle des autorités religieuses jordaniennes. C’est ce fragile statu quo qu’Israël veut mettre en cause, au risque d’un embrasement généralisé. Et au risque de transformer en conflit religieux mondial ce qui est avant tout un conflit dans lequel le peuple palestinien demande l’exercice de ses droits nationaux.

Enfermés dans des conditions inhumaines à Gaza, dépossédés et privés de liberté en Cisjordanie, chassés de leurs maisons à Jérusalem, discriminés en Israël même, et laissés sans espoir dans les camps de réfugiés, les Palestiniens n’en peuvent plus de l’injustice qu’on leur fait subir depuis près de 100 ans. Conscient de sa supériorité militaire, massivement armé par les États-Unis, bénéficiant de la complaisance de l’Europe, l’État d’Israël n’a qu’un objectif : conquérir de nouveaux territoires et expulser toujours plus de Palestiniens.

L’Histoire nous a appris qu’une telle logique, dévastatrice et suicidaire, ne peut conduire qu’à des catastrophes majeures pour le monde entier. A l’inverse, la résolution de la question palestinienne nécessite reconnaissance, justice et partage; Jérusalem, destinée à devenir un jour la capitale partagée des Israéliens et des Palestiniens, avec souveraineté palestinienne sur l’ensemble de Jérusalem Est, doit en être justement le symbole, à l’opposé de la politique menée par le gouvernement israélien.

On l’aura compris : le Conseil de Sécurité ne doit pas se contenter d’un sempiternel appel “à la retenue et au calme” des différents protagonistes, ni admettre des mesures techniques qui ne feraient que conforter le contrôle israélien. Il doit rappeler l’illégalité de l’annexion de Jérusalem Est par Israël, dénoncer sa politique de dépossession et d’enfermement du peuple palestinien notamment à Jérusalem, envisager les sanctions nécessaires pour qu’Israël retrouve la voie du droit.

C’est ce que nous attendons de la position française que nous suivrons avec la plus grande attention.

oumma.com
***


Egypte : la leçon de tolérance donnée par une famille composée d’une mère juive, d’un beau-père chrétien et de deux filles musulmanes.

S’il y a une famille qui a fait mieux que proclamer « les différences sont une richesse » mais les a apprivoisées en son sein jusqu’à les transcender, c’est bien celle, métissée et multi-confessionnelle, de Magda Haroun, une mère égyptienne de confession juive, fière de l’exceptionnelle singularité de son foyer.

Dans ce bas monde agité par de violents soubresauts où l’altérité creuse des fossés d’incompréhension, quand elle n’est pas assombrie par les ténèbres de l’intolérance, c’est une grande leçon de coexistence harmonieuse que donnent Magda Haroun, figure de la communauté juive en Egypte dont elle se fait la porte-parole, son mari chrétien, épousé en secondes noces, et ses deux filles musulmanes, nées de son premier mariage.

Cette belle famille hors du commun, et pas seulement au pays des pharaons, vit sous le même toit au Caire, en parfaite intelligence et unie comme les cinq doigts de la main.

Après avoir divorcé de son premier mari musulman et refait sa vie avec un médecin égyptien d’obédience chrétienne, Magda Haroun, cette maman attentive doublée d’une dynamique chef d’entreprise ayant repris le flambeau familial, a mis un point d’honneur à élever ses deux filles dans la pure tradition musulmane, les incitant à se plonger dans la lecture du Coran pour y puiser de nobles valeurs.

« Mes filles ont été éduquées dans le respect des êtres humains, de tous les êtres humains, quels qu’ils soient, en se nourrissant des enseignements coraniques » a-t-elle expliqué devant la caméra de Al-Hura TV, tout en précisant que l’extraordinaire diversité religieuse de son foyer n’a jamais créé de tensions particulières parmi les autres membres de la famille, ni de son côté, ni de celui de son deuxième époux.

« A la maison, nous célébrons toutes les grandes fêtes religieuses des trois religions monothéistes », s’est-elle exclamée, assurant éprouver la même joie à décorer son intérieur pour le Ramadan que pour Noël. Quant au Yom Kippour, le jour le plus saint de l’année dans le judaïsme, sa petite famille prend plaisir à le fêter en accueillant chez elle des amis d’enfance chrétiens et musulmans, plaçant ainsi sa célébration sous le signe de la fraternité interreligieuse.

Dans une Egypte qui ne compte plus qu’une poignée de citoyens juifs, Magda Haroun, inquiète quant au devenir de sa propre communauté et très attachée au débat d’idées, est heureuse d’avoir transmis ce virus salutaire à ses filles musulmanes. Animées par une saine curiosité envers leurs semblables, celles-ci n’hésitent pas à aborder les différences religieuses qui cimentent leur foyer dans le cadre de débats éclairants qui n’ont rien de joutes houleuses.

« Mon message est simple : notre Créateur est un », a souligné leur mère, avant de conclure son interview sur une note résolument positive, louant mieux que quiconque les précieuses vertus de ces différences qui nous rapprochent et nous enrichissent, n’en déplaise aux esprits chagrins : « Notre diversité est notre richesse ».

oumma.com
***


Liban : une mère creuse la tombe de son fils pour offrir une sépulture à un petit réfugié syrien.

Même brisé par la perte cruelle de son enfant, c’est le cœur d’une mère, débordant de tendresse et de compassion, qui a parlé dans la plaine de la Bekaa, se serrant face au refus irrévocable des autorités locales d’enterrer un petit syrien décédé dans l’incendie qui a ravagé, lundi 10 juillet, le camp de réfugiés où il avait trouvé asile.

Pour cette maman libanaise très éprouvée par la mort de son jeune fils, arraché trop tôt à la vie et à l’affection des siens il y a un an de cela, le veto d’inhumation opposé par l’ensemble des villages avoisinants était d’autant plus insupportable que les raisons invoquées étaient entourées d’un certain flou, pour ne pas dire totalement irrecevables.

Ni une ni deux, cette habitante de la vallée située dans la partie orientale du Liban a décidé de contourner cette interdiction formelle, afin d’offrir une sépulture digne de ce nom au petit garçon syrien disparu tragiquement. Epaulée par sa famille, elle a creusé la tombe de son propre fils, l’approfondissant pour que repose en paix un petit être dont la courte existence misérable fut jalonnée d’épreuves.

Admiratifs et remplis de gratitude, les réfugiés de la plaine de la Bekaa qui, pour la plupart, sont sans ressources et soumis à des conditions de vie épouvantables, ont réussi à ce que soient publiées sur Facebook les images touchantes de cette mère en train de mettre les mains dans la terre pour faire de la place au jeune défunt syrien.

« Une Libanaise ouvre la tombe de son fils, décédé il y a un an, pour y enterrer à ses côtés un garçon syrien qui est mort hier à cause du feu qui a éclaté dans un camp de réfugiés dans la vallée de la Bekaa, après que tous les villages ont refusé de l’inhumer dans leurs cimetières. », pouvait-on lire en légende.

Si cette maman a eu la gorge nouée devant le coeur de pierre des municipalités locales, les médias, pour leur part, n’ont pas caché leur perplexité quant au vrai motif qui se cache derrière une telle intransigeance officielle.

oumma.com
***

 


Palestine : La mosquée Al-Aqsa est-elle encore dans nos cœurs ?

C’est un affront sans précédent qui a été fait aux musulmans du monde entier qui a été perpétré ces derniers jours et qui continue à l’heure où ces lignes sont rédigées.

Prétextant un problème sécuritaire suite à la mort de deux policiers sioniste à proximité de l’esplanade sacrée, les autorités israéliennes ont installé des portiques de sécurité à l’entrée du troisième lieu saint de l’Islam. Perçue à juste titre comme une tentative de mainmise de l’entité sioniste qui ne désespère pas de reconstruire un temple dédié au Judaïsme sur la mosquée Al-Aqsa, les palestiniens sont sortis en masse dans les rues pour dénoncer cette situation.

La réponse de l’entité sioniste ne s’est pas fait attendre : les hommes de moins de 50 ans, soit ceux qui sont les plus aptes physiquement à tenir tête, ont été interdits d’accomplir la grande prière du Vendredi dans ce lieu saint, provoquant en réaction l’afflux de masses de musulmans palestiniens répondant à l’appel des imams de Jérusalem qui avaient fermé les portes de leur mosquée pour l’occasion.

Les autorités israéliennes dans toute la malveillance qui est la leur, ont répondu à ces manifestations pacifiques par la violence, et trois palestiniens ont trouvé la mort ce vendredi 21 juillet 2017, tombés sous les balles criminelles d’Israël pour le simple fait d’avoir voulu prier.

Après une semaine de crise et devant l’importance de la sacralité du lieu, l’heure est à la remise en question pour la communauté Islamique internationale attaquée dans un de ses symboles les plus forts.

Aussi, si en tant que musulmans de France nous n’avons pas la possibilité d’aller sur place manifester notre mécontentement et que nos moyens d’actions sont limités, nous avons le devoir de condamner cette escalade de violence et les moyens disproportionnés employés.

Or, comme cela est malheureusement trop souvent le cas lors d’agressions sionistes, les responsables et les représentants de la communauté musulmane de France sont aux abonnés absents pour exprimer le sentiment de colère des millions de musulmans de l’hexagone.

Pire encore, nous avons également à regretter le fait que nombre de manifestations en faveur des droits des palestiniens ont été l’initiative de la gauche, voire de l’ultra gauche, souvent à des fins électoralistes. Or, les présidentielles sont passées, les législatives également, les voix des musulmans ne sont plus intéressantes et aucun rassemblement d’envergure n’est à l’idée du jour pour défendre par la parole l’islamité de l’Esplanade des Mosquées.

Devant ce silence complice, il incombe d’être juste et de saluer les initiatives afin de les encourager et de les diffuser, peut être cela nous sortira du marasme spirituel qui est notre.

Parmi les voix qui dénoncent, celle notable de la Confédération Islamique du Millî Görüs qui par la voix de son président général Kemal Ergun a publié un communiqué officiel disponible en plusieurs langues, pour faire part de leur indignation. La fédération, qui compte plus de 500 000 membres en Europe et gère plus de 600 mosquées, avait été à l’initiative de dizaines de manifestations pour Alep à travers le monde en décembre dernier.

Dans son communiqué, le Aussi, le président interpelle sur la situation préoccupante et demande à la communauté internationale d’intervenir.

Moins mesuré, le President du CRCM Alsace M. Eyup Sahin, adresse quant à lui sur son mur Facebook une leçon d’histoire, dans laquelle il rappelle toutes les fois où les musulmans protégèrent les Juifs persécutés en Europe et qualifie « d’ingratitude » le comportement des autorités israéliennes, en mettant en garde contre l’observation vigilante d’Allah qui ne laisse pas passer l’injustice.

La communauté musulmane de France doit se réveiller, interpeller, créer le débat, mais elle doit le faire seule et ne plus compter sur ses alliés de gauche ou de droite qui disparaissent sitôt les urnes dépouillées. Le prophète (صلى الله عليه وسلم) a dit : « celui d’entre vous qui voit un mal, qu’il le corrige de sa main, s’il ne le peut de sa main qu’il le corrige avec sa langue (=sa parole), et s’il ne le peut avec sa langue qu’il le corrige avec son cœur, et c’est là le plus bas degré de la foi ». Nous n’avons pas autorité pour changer les choses par nos mains, mais nous vivons dans un pays où la liberté d’exprimer notre mécontentement et notre soutien à Al Aqsa, troisième lieu saint de l’Islam, est possible.

Il en est de notre responsabilité, parce que « Al Quds dans nos cœurs » ne doit pas rester un slogan mais être appliqué.

desdomesetdesminarets.fr
###################################
####### Aujourd’hui en Palestine #######
####################################


Aujourd’hui en Palestine, Voici les principaux titres du site d’information, C P I, Centre Palestinien D’Information.

L’occupation décide de fermer ses missions diplomatiques en Turquie
.
Le journal hébreu Maariv a révélé que le ministère des Affaires étrangères sioniste a décidé de fermer ses missions diplomatiques en Turquie, après l’attaque contre deux synagogues samedi dernier.
.
4 blessés lors des affrontements armés à Beit El
.
Un responsable religieux iranien dénonce la violation de la mosquée al-Aqsa par l’occupant israélien
.
L’occupation rendra les corps des trois martyrs d’al-Aqsa sous conditions
.
Des colons agressent sauvagement des enfants palestiniens
.
Trump envoie son émissaire en Israël pour apaiser les tensions
.
L’occupation installe des caméras de surveillances à proximité de la mosquée Al Aqsa
.
Nouveaux affrontements près de la vieille ville de Jérusalem et en Cisjordanie
.
Jordanie: fermeture de la zone autour de l’ambassade israélienne
.
19 blessés dans des affrontements avec l’occupation à Qalqilya et la vallée du Jourdain
.
L’occupation prolonge l’arrestation d’un imam jérusalémite
.
L’union des écrivains marocains appelle la communauté internationale à protéger les lieux saints en Palestine
.
L’artillerie israélienne bombarde l’est de Gaza
.
Amman: Deux jordaniens tués et un israélien blessé à l’ambassade de l’occupation
.
La Ligue arabe accuse l’occupation de jouer avec le feu à Jérusalem
.
80 colons prennent d’assaut la mosquée Al-Aqsa
.

Retrouvez l’intégralité de tout ces articles sur http:// french pal info.com
.


Le Centre Palestinien D'Information
///////////////////////////////////////////////////
LES TAGS
///////////////////////////////////////////////////
#flashinfo #journal #quotidien #information #presse #attentat #daesh #étatislamique #isis #tv #radio #article #islam #news #musulman #coran #sourate #croyance #islamophobie #ccif #islamophobe #cri #ldj #ldjm #gaza #palestine #ouighours #immigration #fn #israel #valls #hollande #terroriste #racisme #nazisme #Rohingyas #tartar #réfugier #migrant #hindoue #hindou #cpi #CentrePalestinienD’Information #sif #secoursislamique #mouslimradio #tunein #Hui

Flash info du 16 Shawwal 1438.

Flash info du 16 Shawwal 1438.

Pour écouter MouslimRadio partout ou vous voulez, télécharger l’application Tunein, disponible pour tout les types de téléphone, tablette et même les pc. Android, iPhone, Windows phone, etc… Tapez MouslimRadio dans la barre de recherche Tunein et hop, vous nous écouter, inch Allah… Les liens sont aussi visible sur notre site, www.mouslimradio.info.
******************************************************************


Les dessous de la « marche des musulmans contre le terrorisme ».

Une « marche des musulmans contre le terrorisme », organisée du 8 au 14 juillet, attire de nombreuses critiques en France parmi les musulmans, et même du Conseil français du culte musulman (CFCM) qui a refusé de s’associer à la démarche. Explications.

Annoncée depuis plusieurs semaines, une « marche des musulmans contre le terrorisme » est organisée du samedi 8 au vendredi 14 juillet à travers plusieurs villes européennes. Le voyage, qui se fera en bus, traversera Berlin, puis Bruxelles, Saint-Etienne-du Rouvray, Paris, Toulouse, Nice pour finir le 14 juillet, jour de fête nationale, dans la capitale. A chaque étape sont prévues des commémorations en faveur des victimes du terrorisme commis au nom de l’islam. Les organisateurs de cette initiative ont annoncé la participation d’une soixantaine d’imams à cette tournée.

La marche, dont le but est encore de marteler que l’islam n’a rien à voir avec les actions terroristes, n’est pas pour enchanter une grande partie des musulmans. Non pas qu’ils soient solidaires de criminels, loin s’en faut : outre l’utilité de cette marche qui est questionnée, l’identité des organisateurs et le manque de transparence de l’initiative y sont pour beaucoup.

Qui en sont les organisateurs ?

Le hic, et de taille pour nombre de musulmans en France : c’est Hassen Chalghoumi qui est à l’origine de cette initiative. Le très controversé « imam de Drancy » et président de la mystérieuse Conférence des imams de France est accompagné dans cette démarche de l’écrivain juif Marek Halter, associé depuis de longues années à Hassen Chalghoumi dans son parcours politico-médiatique. L’auteur de livres sur Khadija et Aïcha, épouses du Prophète Muhammad, et sur Aïcha, fille du Prophète, n’hésite pas, en mars dernier auprès de Paris Match, à présenter le voyage comme le fruit de « notre mobilisation », décrédibilisant un peu plus l’initiative comme une « marche des musulmans ».

Parmi les organisateurs, on trouve aussi Hocine Drouiche, moins connu que Hassen Chalghoumi mais tout aussi controversé. Vice-président de la Conférence des imams de France, il avait été dénoncé au cours de l’année 2016 par des membres du Conseil français du culte musulman et des représentants musulmans du Gard comme un usurpateur pour s’être présenté comme président d’un Conseil des imams du Gard.

Enfin, il y a Eric Gozlan, directeur exécutif de l’Union des peuples pour la paix dont Hassen Chalghoumi est président. Basée à Drancy, cette association de dialogue interreligieux a organisé, selon les informations communiquées à la fondation Anna Lindh, la « omra » à Jérusalem pour des imams en 2012.

Un homme d’affaires interdit à l’iftar du CFCM avec Macron.

Côté financement, c’est un certain Mohammed Izzat Khattab qui est à la manœuvre. Il se présente lui-même comme un homme d’affaires syrien vivant à Paris, qui a fait fortune dans le pétrole, l’immobilier, l’industrie du phosphate et le développement du tourisme. Il préside un mouvement politique appelé La Syrie pour tous qu’il a crée en 2009 avant de fonder en 2012 une fondation du même nom, sur ses fonds propres, dans l’optique d’aider ses compatriotes en Syrie et en exode face au terrible conflit.

Selon Le Point, il s’était vu interdire l’entrée à l’iftar du CFCM avec le président Emmanuel Macron en juin en raison de ses antécédents judiciaires. Condamné en Suisse pour diverses escroqueries, il fait également l’objet d’une fiche S qui signale ses déplacements au sein de l’espace Schengen, lit-on.

Le CFCM refuse de s’associer à cette marche.

Sollicité pour participer à cette marche, le CFCM a opposé une fin de non-recevoir à la demande. Conscient du rejet que suscite Hassen Chalghoumi par ses coreligionnaires,, ses représentants n’ont pas l’envie d’octroyer un semblant de légitimité à un événement au financement opaque.

« On ne va pas passer notre temps à nous justifier », tempête Abdallah Zekri, qui manifeste son ras-le-bol de voir une initiative contre le terrorisme ne soulever qu’une de ses facettes, celle qui appellent les musulmans seuls – et non les citoyens dans leur diversité – à se manifester, « comme s’ils sont les seuls au monde à devoir montrer qu’ils n’ont rien à voir avec les criminels ».

Le président de l’Observatoire national contre l’islamophobie refuse également de s’associer à un événement non initiée par des « musulmans de terrain » mais par des « imams sans mosquées » pour la plupart. Lui comme d’autres fédérations musulmanes ont appelé, jeudi 6 juillet, les musulmans à « participer activement à des actions tendant à mieux faire connaître les valeurs fondamentales de l’islam qui ne sont en rien contraires aux lois de la République » afin de lutter contre la mauvaise image de l’islam en France, ceci sans aucunement évoquer la marche de Chalghoumi-Halter.

saphirnews.com
***


CFCM : la présidence d’Ahmet Ogras, tremplin pour organiser les élections de 2019 .

L’heure se veut solennelle au siège parisien du Conseil français du culte musulman (CFCM). S’y est déroulée, mercredi 5 juillet, une conférence de presse inaugurant la troisième présidence de l’instance (et dernière du mandat), qui revient pour la première fois à une personne originaire de Turquie.

S’il avait été un temps envisagé par des membres du CFCM qu’Ahmet Ogras ne reprenne pas le flambeau après Anouar Kbibech, c’est bien le Franco-Turc de 46 ans qui se présente aux journalistes comme celui qui incarnera jusqu’en juin 2019 la tête de l’instance représentative du culte musulman, en vertu des statuts qui ont instauré une présidence collégiale et tournante visant à mettre fin aux incessantes crises de leadership.

C’est la bonne entente affichée entre les représentants du CFCM présents, Ahmet Ogras allant même jusqu’à parler d’une « fraternité sincère » avec le trio formé entre lui, Anouar Kbibech, désormais vice-président, et Abdallah Zekri, qui passe du statut de secrétaire à délégué général. « Je suis très bien entouré », dit celui qui, à maintes reprises ces dernières semaines, a demandé à être épaulé dans la tâche qui l’attendait. Il ne s’est pas fait prier. A la conférence de presse, Anouar Kbibech et Abdallah Zekri s’imposent d’eux-mêmes pour dresser le bilan et évoquer une feuille de route.

Face à la radicalisation, « cesser d’incriminer le culte musulman »

Le leitmotiv d’Ahmet Ogras : se doter d’un « CFCM fort » et lui donner pour cela les moyens de fonctionner correctement. « A nous fédérations de mettre la main à la poche », martèle-t-il, sans pouvoir donner plus de détails sur la façon dont il peut espérer obtenir gain de cause auprès des organisations. Si cette question est cruciale, encore leur faut-il l’envie de financer le CFCM, à l’heure où la mise en place effective d’une association cultuelle voulue par l’Etat est déjà problématique.

A ce stade, il faut faire avec les moyens du bord. Et pour Aslam Timol, chargé de mission, le CFCM a fait « un excellent travail » avec le peu dont l’instance dispose s’agissant de la lutte contre la radicalisation. S’insurgeant du fait que soit souvent, face au phénomène de radicalisation, « incriminé le cultuel » sans que les responsabilités de l’Etat dans le problème soient vraiment questionnées, il estime que « le CFCM n’a pas à apporter toutes les réponses ». Abdallah Zekri, également président de l’Observatoire national contre l’islamophobie, marque aussi son ras-le-bol de voir les musulmans sans cesse pointés du doigt alors qu’ils ne sont « ni responsables ni coupables » des crimes commis par des terroristes.

Anouar Kbibech se targue tout de même de la création du conseil religieux en avril dernier regroupant « 30 imams de sensibilités diverses » et qui donne ainsi « une dimension théologique au CFCM » qu’il n’avait pas jusqu’à présent. Face aux « usurpateurs » de l’islam, « le conseil religieux est la pierre angulaire de la lutte contre la radicalisation dans les mois et les années à venir », indique-t-il, annonçant l’établissement à la rentrée d’une liste d’une quinzaine de livres « qui font consensus » pour mieux connaître l’islam. Un projet vidéo est aussi sur la table.

Horizon 2019

C’est surtout la préparation des élections de juin 2019 qui va indubitablement occuper la présidence d’Ahmet Ogras. Pour Anouar Kbibech, la première année devrait être consacrée aux discussions et débats sur les statuts du CFCM et l’éventuelle réforme à adopter, idéalement en septembre 2018. « Il faudra faire un bilan sur la présidence collégiale et tournante, ses avantages et inconvénients » pour prendre les mesures adéquates qui ne fâcheront personne, dit-il.

S’il est « plus facile » d’organiser des élections aujourd’hui que par le passé pour Ahmet Ogras, rien ne dit qu’elles ne se dérouleront pas sans conflit ouvert ou même boycott.

Lors de l’iftar du CFCM en juin, Emmanuel Macron a prévenu le CFCM : il faut dès à présent préparer « ce temps fort » que seront les élections : « Elles ont trop souvent été marquées par des refus de participation. Nous savons que le nombre de mosquées qui participent à ces élections (…) est encore aujourd’hui trop faible, nous savons que vos associations peinent à recruter des bénévoles plus jeunes pour assurer leur fonctionnement et leur développement. Voilà les enjeux des élections pour l’horizon 2019. »

saphirnews.com
***


France : Strasbourg : la mosquée Al Fatih recouverte de tags islamophobes.

Dans la nuit de vendredi à samedi, la mosquée Al Fatih de Strasbourg plus connue sous le nom de la « mosquée de l’Esplanade » a été la cible de tags islamophobes. Sa façade a été recouvertes sur plusieurs mètres, des inscriptions « Raus » (Dehors, ndlr) et « Islam hors d’Europe », taguées à la peinture noire.

Ce n’est pas la première fois que cette mosquée subit des actes islamophobes.

desdomesetdesminarets.fr
***


France : La ridicule « marche des musulmans contre le terrorisme ».

Du 9 au 14 juillet, une « marche des musulmans contre le terrorisme », en bus, va sillonner la France pour dire « non à Daesh ».

Si l’écrivain Marek Halter va nous faire le plaisir d’encadrer ce bus tour, ce n’est ni plus ni moins à Hassan Chalghoumi que l’on a confié la marche. 60 imams venus de toute l’Europe selon leurs dires devraient en faire partie. Notons également la présence de la star du rire Hocine Drouiche, nous régalant chaque jour de ses publications plus drôles les unes que les autres.

À la question de savoir si il a été dur de réunir des imams à cette occasion, nos joyeux lurons ont répondus à l’affirmative. La raison ? Les dits dirigeants de mosquées seraient frileux à condamner l’organisation terroriste.. Quelle audace.

Voyez-vous, ces personnages ont cela d’impressionnant qu’ils n’ont encore aujourd’hui toujours pas mesuré tout le mépris et la colère qu’ils arrivent à susciter auprès des « leurs ». Si des imams vous disent non, c’est parce qu’ils n’ont surtout pas envie d’être vu en votre compagnie, messieurs Drouiche et Chalghoumi. Vous pouvez poser avec Christian Estrosi ou Arnold Schwarzeneger, baiser la main d’Anne Hidalgo ; le soutien des musulmans, vous ne l’aurez jamais ainsi.

Les imams et croyants que vous méprisez et calomniez pour obtenir la satisfaction de vos maîtres font déjà ce qu’ils peuvent. Ils n’ont pas besoin de votre bus et de vos funestes personnes pour travailler à éteindre le possible feu des extrémismes. Surtout que vous êtes de ceux qui justement servez bêtement à le nourrir. Couvrez vous de ridicule, mais laissez-nous tranquille!

desdomesetdesminarets.fr
***


Palestine : Issa Amro, figure du combat palestinien contre l’occupation.

issa Amro est l’une des figures du combat palestinien contre l’occupation israélienne. Il est le responsable de l’organisation « La jeunesse contre les colonies », installée à Hébron en Cisjordanie, doit se présenter devant un tribunal militaire israélien ce dimanche 9 juillet.
Il doit répondre de 18 chefs d’accusation parmi lesquels l’incitation à la violence.
Il encourt une peine de dix ans de prison. Son procès a commencé en novembre dernier et après plusieurs suspensions et reports, il doit reprendre et entrer dans le vif du sujet ce dimanche.
Issa Amro, qui se veut apôtre de la résistance non-violente, rejette, lui, ces accusations mais se dit pessimiste.
La défense d’Issa Amro avait essayé de faire abandonner 14 des 18 chefs d’inculpation, plaidant que les faits étaient anciens et que certains avaient déjà fait l’objet de poursuites désormais classées. Mais la justice militaire israélienne a refusé et 38 témoins seront appelés à témoigner contre le militant palestinien.
Des témoignages qui interrogent Issa Amro : « Comment les témoins pourront se rappeler ce qu’il s’est passé en 2010, 2012 ou 2013 ? Mais ils ont insisté pour garder toutes les charges contre moi. C’est un procès politique pour essayer de décourager les Palestiniens de pratiquer la résistance non-violente. »
La dernière audience date du mois de mars. Et depuis, la reprise du procès a été reportée plusieurs fois. Issa Amro y voit une autre façon de faire pression sur lui. « Ils essayent de ne pas donner de date au procès pour empêcher que des officiels y assistent, explique-t-il. Et ils veulent que je reste sous tension, que je pense à me protéger et non à poursuivre mes actions. »
Le militant palestinien est pessimiste quant à l’issue de son procès. Il reprend un argument régulièrement soulevé par les responsables palestiniens : le taux de condamnation par les tribunaux militaires israéliens est, dit-il, proche de 100%.

CPI Centre Palestinien D'information
***


Palestine : Un palestinien blessé après avoir été chassé par les forces d’occupations.

Un ouvrier palestinien a été blessé aux pieds, hier, après avoir été chassé par les forces d’occupation, à l’est de Bethléem, au sud de la Cisjordanie occupée.

Une source locale a indiqué que le jeune palestinien Hazem Abu Sheikh âgé 41 ans, de la ville de Bethléem, a subi des fractures aux pieds, après avoir été chassé par les soldats d’occupation lors de son retour du travail dans la ville de Jérusalem.

La source a déclaré que les forces d’occupation israéliennes ont chassé le jeune Abu Sheikh dans la zone de Wadi Houmous près des villages de Numan et Khass à l’est de Bethléem. Ce dernier est tombé d’un endroit haut et a été évacué à l’hôpital de Beit Jala pour le traitement.

En savoir plus sur
https://french.palinfo.com/32102
@Copyright Le Centre Palestinien D’Information

CPI Centre Palestinien D'information
***


Palestine : L’occupation arrête le fils du cheikh Jamal Abu Hija en Cisjordanie.

Les forces d’occupation sionistes ont arrêté, samedi soir, un prisonnier libéré sur un point de contrôle lors de son retour de Ramallah à Jénine, en Cisjordanie.

Des sources locales ont déclaré à notre correspondant que les soldats israéliens ont arrêté Imad Eddin Jamal Abu Hija lors de son retour de Ramallah à Jénine hier après-midi et l’ont emmené vers une destination inconnue.

Les forces d’occupation ont attaqué la maison du cheikh Jamal et ses fils dans le camp de réfugiés de Jénine, il y a quelques jours, et ont arrêté son fils Asim puis son fils Imad.

Rappelant qu’Imad est un prisonnier libéré qui a passé une longue période de détention dans les prisons d’occupation, sachant que son père Cheikh Jamal a été condamné à la réclusion à perpétuité neuf fois pour son rôle dans la bataille du camp de réfugiés de Jénine.

En savoir plus sur
https://french.palinfo.com/32101
@Copyright Le Centre Palestinien D’Information

CPI Centre Palestinien D'information
***


Palestine : Gaza : Le ministre de l’intérieur élève l’état d’alerte et booste les mesures sécuritaires sur les frontières avec l’Egypte.

Les services sécuritaires dans la bande de Gaza ont renforcé, hier, leurs mesures sécuritaires sur les frontières avec l’Egypte suite aux attentats de vendredi qui ont laissé 26 soldats égyptiens entre morts et blessés.
Le président des affaires sécuritaires, Taoufik Abu Naim, a révélé que les mesures de sécurité ont été renforcées dès les premières heures des attentats qui ont visé des soldats égyptiens dans la région de Rafah en Egypte.
Abu Naim qui a présenté ses condoléances aux autorités égyptiennes et a ajouté que l’état d’alerte a été élevé sur les frontières avec l’Egypte pour empêcher toute tentative d’une infiltration dans la bande de Gaza de la part des personnes recherchées par la justice égyptienne.
Notons que le porte-parole de l’armée égyptienne avait déclaré que les confrontations avec les éléments takfiristes (intégristes de Daech) qui ont attaqué les soldats dans la région Rafah à Sina, ont fait dix morts parmi les soldats égyptiens et 40 parmi les takfiristes en plus de la destruction de 6 véhicules militaires.

En savoir plus sur
https://french.palinfo.com/32100
@Copyright Le Centre Palestinien D’Information

CPI Centre Palestinien D'information
###################################
####### Aujourd’hui en Palestine #######
####################################


Aujourd’hui en Palestine, Voici les principaux titres du site d’information, C P I, Centre Palestinien D’Information.

Issa Amro, figure du combat palestinien contre l’occupation
.
Issa Amro est l’une des figures du combat palestinien contre l’occupation israélienne. Il est le responsable de l’organisation « La jeunesse contre les colonies », installée à Hébron en Cisjordanie, doit se présenter devant un tribunal militaire israélien ce dimanche 9 juillet.
.
Un palestinien blessé après avoir été chassé par les forces d’occupations
.
L’occupation arrête le fils du cheikh Jamal Abu Hija en Cisjordanie.
.
Gaza: l’intérieur élève l’état d’alerte et booste les mesures sécuritaires sur les frontières avec l’Egypte
.
Paris: Manifestation en solidarité avec les Palestiniens de Gaza
.
Coupure de l’électricité de Gaza: blocage des paiements de l’Autorité Palestinienne à l’Egypte
.
Palestine: Le Royaume-Uni condamne la construction d’une colonie juive à Jérusalem occupée
.
L’Autorité Palestinienne gèle les virements bancaires pour l’achet de carburant de l’Egypte
.
L’occupation met en place une barrière militaire au pont Halhoul à Hébron
.
Haniyeh : Nos relations avec l’Egypte se poursuivent
.
Forum des médias: l’Autorité Palestinienne a arrêté 60 journalistes en 6 mois
.
« Nous allons vers Jérusalem »: 120 000 étudiants inscrits dans les camps d’été du Hamas
.
L’occupation forme ses soldats pour surmonter le traumatisme de la guerre
.
Transfert du prisonnier gréviste Mohammed Allan à l’hôpital
.
L’UE appelle l’occupation à geler les activités de colonisation
.
Hamas: la dernière offensive contre Gaza a montré la criminalité de l’occupation
.

Retrouvez l’intégralité de tout ces articles sur http:// french pal info.com
.


Le Centre Palestinien D'Information
///////////////////////////////////////////////////
LES TAGS
///////////////////////////////////////////////////
#flashinfo #journal #quotidien #information #presse #attentat #daesh #étatislamique #isis #tv #radio #article #islam #news #musulman #coran #sourate #croyance #islamophobie #ccif #islamophobe #cri #ldj #ldjm #gaza #palestine #ouighours #immigration #fn #israel #valls #hollande #terroriste #racisme #nazisme #Rohingyas #tartar #réfugier #migrant #hindoue #hindou #cpi #CentrePalestinienD’Information #sif #secoursislamique #mouslimradio #tunein