MouslimRadio Programmes de diffusion sur MouslimRadio

Actuellement, en direct sur Loading ...


Une invention marocaine décroche la médaille d’or au Salon des inventions de Genève.

Une invention marocaine décroche la médaille d’or au Salon des inventions de Genève.

Le laboratoire de recherche, de développement et d’innovation, « SmartiLab », de l’Ecole marocaine des sciences de l’ingénieur (EMSI) a décroché la médaille d’or lors du 46e Salon international des inventions de Genève (du 11 au 17 avril 2018) pour son invention classée dans la catégorie « Protection de l’environnement-énergie ».

Une invention révolutionnaire dont le but est de dévier automatiquement l’orientation des panneaux photovoltaïques pour éviter que les particules de poussière ou de sable s’accumulent sur leur surface, indique l’ESMI dans un communiqué.

Cette technique performante sur le long terme, permet d’économiser de précieuses réserves d’eau et évite la pollution de l’air.

« L’école prête un fort intérêt pour la recherche, le développement et l’innovation. Elle met tout en œuvre pour porter haut et fort les ambitions et idéaux de notre pays en matière d’invention », a déclaré le président du groupe EMSI, Kamal Daissaoui, cité par le communiqué.

Cette victoire au Salon international des inventions de Genève, témoigne de la qualité de l’enseignement et de la recherche de l’école EMSI marocaine, qui a depuis 1986 axé son projet pédagogique sur l’employabilité de ses lauréats.

L’intégration de l’évolution technologique dans ses cursus a contribué à faire de l’École marocaine des sciences de l’ingénieur (EMSI, une école de référence.

En 2017, le « SmartiLab » a déposé 12 brevets nationaux et internationaux et a récolté 21 distinctions à l’échelle nationale et internationale, a rappelé l’EMSI. La nouvelle médaille d’or récoltée à Genève annonce un avenir prometteur puisque son laboratoire sera présent dans plusieurs manifestations de haute facture scientifique.

Le Salon international des inventions de Genève a été fondé en 1972, il est un rendez-vous annuel incontournable consacré aux inventions et innovations qui attirent des dizaines de milliers de visiteurs et des centaines d’exposants originaires d’une quarantaine de pays.

Flash info du 28 Joumada At-Thani 1438.

Flash info du 28 Joumada At-Thani 1438.

Ecouter le coran, des hadith, des conférences, des annonces divers, des anashids (sans musique), et bien d’autres choses, en direct sur MouslimRadio :
www.MouslimRadio.info

******************************************************************


Projet « Kita » au Mali : pour que l’eau ne donne plus la mort !

Projet « Kita » au Mali : Objectif, faire baisser les risques de maladies liées à l’eau et le taux de mortalité !
« Nos enfants étaient malades d’une eau sale que nous étions obligés de partager avec les animaux… »

Au Mali, l’eau devient rare lors de la saison sèche et des conflits entre populations peuvent éclater à tout moment. Et lorsque la saison des pluies arrive enfin, on boit et on se lave avec l’eau des mares faute de mieux. Avec cette eau, on cultive les terres et on cuisine, ce qui provoque des maladies, parfois même la mort des plus vulnérables, les enfants.

Face à ce constat alarmant, depuis plus de deux ans, les équipes du Secours Islamique France sur place installent des pompes et des points d’eau potable pour plus de 780 familles maliennes, agricultrices et éleveuses, installées à Kita, une ville particulièrement vulnérable, située dans la région de Kayes, au sud-ouest du Mali. Nous les sensibilisons à l’hygiène, aux effets néfastes de l’eau de mauvaise qualité, à la gestion des pompes, à l’amélioration des pratiques agricoles (maraîchage, pépinière, etc.) et d’élevage via une distribution de chèvres.

Les objectifs ?

1. Diminuer le taux de mortalité et les risques de maladies.

2. Développer et améliorer les cultures pour plus d’autonomie alimentaire.

Xavier, en charge des projets Afrique revient sur sa rencontre la plus marquante à Kita :

« Je pourrais vous parler des puits, des châteaux d’eau, des systèmes d’adduction d’eau potable dans la région de Kayes, à Kita, pour plus de 12 000 bénéficiaires. Je pourrais vous parler aussi des producteurs (et productrices !) que nous avons formés pour développer la culture de céréales, de haricots, d’oignons… mais je voudrais vous parler des femmes que j’ai rencontrées dans le village de Manako, qui se sont constituées en groupement. Dans ce petit village de Kita Nord, le Secours Islamique France a travaillé avec ces femmes pour l’agrandissement de leur jardin maraîcher, et leur a aussi distribué du petit matériel de production ainsi que des semences (de choux, piments, oignons, aubergines, etc.).

Pour parfaire ce soutien aux activités agricoles nous leur avons aussi mis en place des formations. Durant les discussions que j’ai pu avoir avec plusieurs d’entre elles, elles m’ont confié avoir augmenté leur production, ce qui leur permet dorénavant de pouvoir manger davantage à leur faim et plus régulièrement. Encore plus réjouissant, aujourd’hui la vente d’une partie de leur production leur rapporte quelques petits bénéfices, dont elles se servent pour élever leurs enfants. »

Nous partageons aussi avec vous le retour en direct de Patrick, notre chef de mission sur le terrain :

« Je suis en mission de supervision à Kita, dans un petit village où la chaleur est écrasante. Je suis entouré du chef de village, de quelques villageoises et villageois curieux de cette visite. Nous sommes autour d’une pompe à motricité humaine que le Secours Islamique France a réalisé il y a quelques semaines. A quelques mètres de la pompe, on peut encore voir l’ancien puits dans lequel les villageois puisaient leur eau avant que le Secours Islamique France ne réalise ce forage. »

Nous avons aussi eu le témoignage du chef de village (traduction assurée par le chef de projet Secours Islamique France) :

« Avant, nous buvions tous l’eau de cet ancien puits. Les enfants étaient souvent malades car l’eau n’était pas propre. En période sèche, le puits ne donnait qu’une eau boueuse. Maintenant, nous avons cette pompe, l’eau est claire et pure, nos enfants ne tombent plus malade ».

Dans chaque village dans lesquels le Secours Islamique France a fait des forages, le même message : « Merci, car avant il n’y avait pas d’eau propre et nous étions obligés de parcourir de longues distances pour en trouver. Merci, car nos enfants étaient malades d’une eau sale que nous étions obligés de partager avec les animaux. Maintenant le nombre de maladie dû à l’eau a diminué. A chaque fois la magie est la même, toujours aussi émouvante : voir de l’eau claire couler dans des lieux isolés, oubliés, où l’eau est un bien si précieux et parfois si inaccessible. »

Avec votre aide, le Secours Islamique France au Mali peut voir de nouveaux enjeux se dessiner : poursuivre ses forages dans des villages qui ont trop longtemps souffert du manque d’eau ou d’eau de trop mauvaise qualité, former les villageois pour qu’ils sachent comment entretenir leur forage, les former aussi à tester la qualité de l’eau pour que les maladies hydriques ne reviennent pas. Des enjeux qui motivent les équipes Secours Islamique France et leurs partenaires, car la fin est heureuse : une eau claire, pure, potable qui coule et qui coulera longtemps.

Vous aussi, vous pouvez nous aider à faire baisser les risques de maladies et le taux de mortalité ! Faites un don sur http://www.secours-islamique.org, chaque euro compte et peut changer la donne pour des populations trop longtemps privées d’eau saine !


katibin.fr
***


Yémen : 7,3 millions de personnes en besoin d’une aide alimentaire d’urgence.

Le Yémen est menacé par une famine d’une ampleur macabre. Ce sont 7,3 millions de personnes qui attendent une aide humanitaire d’urgence. Et 462 000 enfants sont en situation de malnutrition grave d’après les Nations unies, c’est-à-dire en danger de mort immédiat. Le comité international de la Croix-Rouge alerte sur la situation qui risque d’être désespérée d’ici trois à quatre mois.

« Les données sont parcellaires, nous sommes dans une situation de préfamine, voire de famine » dans certaines zones, alarme Serge Breysse, directeur d’expertise de l’ONG Action contre la faim.

Les organismes humanitaires jugent qu’à peine 10% des marchandises atteignent le port d’Hodeïda, auparavant voie d’importation majoritaire pour ses denrées alimentaires.

La guerre civile a déjà fait plus de 10 000 morts. Elle a commencé en 2011. Le gouvernement légitime ne contrôle que 20% du territoire.

«Le Yémen est un des pays du monde dans lequel les acteurs humanitaires rencontrent le plus de difficultés, interpelle Hélène Quéau, de Première Urgence International. Les infrastructures routières sont détruites totalement ou partiellement, l’accès aux aéroports et aux ports est très compliqué, les bombardements de la coalition arabe limitent les déplacements.»

islametinfo.fr
***


Turquie : vers un référendum sur l’adhésion à l’Union européenne ?

Alors que la Turquie et l’Allemagne vivent une situation tendue et que Recep Tayyip Erdogan est en pleine campagne électorale, ce dernier suggère qu’il faudrait prendre le chemin d’un référendum pour l’adhésion à l’Union européenne.

« En ce qui concerne les négociations (d’adhésion), nous pourrions prendre la voie d’un référendum et obéir à la décision que prendrait la nation », avait déclaré Recep Tayyip Erdogan lors d’un déplacement à Antalya.

L’idée d’une entrée de la Turquie dans l’UE n’est pas nouvelle et le président turc avait déjà soulevé la possibilité de la consultation de son peuple.

Les négociations quant à une supposée adhésion de la Turquie à l’UE datent de 2005 mais avancent très péniblement en raison de désaccords notamment sur Chypre et les droits de l’Homme.

islametinfo.fr
***


Somalie : la moitié du pays en attente d’une aide alimentaire d’urgence.

Trois années que la Somalie subit de grandes sécheresses privant les populations de nourriture et d’eau. Le photographe Giles Clarke a donné de son talent afin de retransmettre au monde la misère immense dans laquelle se trouve la Somalie.

Voilà des semaines que les Nations unies alertent sur les risques d’une famine de grande ampleur. Mais l’ONU n’arrive pas à réunir les fonds suffisants pour mettre à mal cette crise. Ce sont 6,2 millions de personnes qui attendent cette aide alimentaire d’urgence selon l’OMS.

Le pays avait connu une crise de même type en 2011, ce qui avait causé la mort de 260 000 personnes dans une indifférence totale. Le Nigéria et le Yemen risquent un sort similaire alors que deux régions du Soudan du Sud sont déjà décrétés en état de famine.

La sécheresse demeure l’un des premiers facteurs conduisant à cette situation hautement préoccupante mais elle n’est pas le seul puisque l’état de guerre de longues dates de ces quatre pays.

islametinfo.fr
***


Ma rencontre avec le sionisme français.

De ceux qui sont prêts à légitimer le meurtre et la torture de la Palestine en soutien à l’occupation israélienne, il faut seulement s’attendre à ce qu’ils inventent des mensonges et de fausses accusations pour intimider leurs adversaires.

Ma dernière rencontre avec le sionisme international a eu lieu à Paris, le 10 mars, après la projection du film documentaire « Derrière les Fronts » au cinéma des Trois Luxembourg. J’y étais pour participer au débat qui suit la projection du film dans la mesure où j’apparais de façon très visible dans le film lui-même. Mais, aussitôt après que l’un des spectateurs a posé une question, réelle et sincère, sur les psychopathologies que je rencontre en tant que praticienne en Palestine, un ami d’Israël s’est emparé du micro, saisissant l’occasion pour faire un long discours, haineux et chauvin, sur la « paranoïa des Palestiniens » et « la violence et le racisme naturels des Arabes », jusqu’à ce que, finalement, le public ne puisse plus tolérer sa diatribe et que monte un vif tollé général exigeant qu’il laisse s’exprimer quelqu’un d’autre.

Bloquer le débat public.

Le nom, le sexe, la couleur, la religion et l’aspect de cette personne sont moins importants que son rôle : arriver à tout moment et en tout lieu possibles pour museler la parole de ceux qui reconnaissent les Palestiniens et les montrent comme défendant leurs droits. « Lui », je l’avais déjà rencontré d’innombrables fois dans le passé – quand je suis intervenue comme étudiante à l’université Saint Peters à New York il y a des années, quand je suis intervenue parmi les professionnels à l’« Évènement spécial de l’Espace de pensée » de la Tavistock and Portman NHS Foundation Trust à Londres, après la guerre de 2014 contre Gaza, et aujourd’hui au cinéma, à Paris.

Son rôle est d’occuper le temps consacré au débat public afin d’empêcher que n’ait lieu une discussion sérieuse, d’intimider les orateurs et le public par son attitude agressive et accusatrice, et de profiter de l’occasion pour diffamer et pour menacer les orateurs et les personnes chargées de l’organisation de cette activité qui reconnaît l’expérience palestinienne.

Actuellement, nous voyons bien qu’Israël se hâte d’inventer de nouvelles lois pour criminaliser et punir celles et ceux qui s’impliquent dans le mouvement BDS (Boycott, Désinvestissements, Sanctions) et qui mettent en avant les actions illégales, honteuses, d’Israël. Rien qu’en l’espace de ces derniers jours, Israël a expulsé Hugh Lanning, le président de la Campagne Solidarité Palestine pour son implication dans la critique d’Israël, et il a arrêté Kahlil Tufakji, le directeur du Centre palestinien pour les droits de l’homme (le PCHR), un expert en cartographie et colonisation.

Une liberté menacée.

Pendant ce temps, les amis d’Israël en Europe et aux USA agissent, « plus royalistes que le roi », s’occupant des Palestiniens et de leurs amis internationaux, les cataloguant, tissant des mensonges pour salir leurs réputations, et les attaquant dans leurs moyens de subsistance. Partout, la puissante matraque d’Israël est brandie pour menacer quiconque ose critiquer l’occupation ou se mobiliser dans une action non violente pour aborder les violations des droits de l’homme en Palestine.

J’ai des amis qui ont reçu des menaces contre leur vie parce qu’ils sont impliqués dans un soutien aux droits des Palestiniens. Il faut se demander quel recours est laissé aux Palestiniens quand la diplomatie échoue et quand l’action non violente est criminalisée – poser cette question n’est pas encourager la violence, c’est observer la façon dont les partisans du sionisme, tout en bloquant toutes les voies possibles pour une réponse publique non violente, s’impliquent eux-mêmes dans les épisodes de violence qui suivent.

Dans ce contexte, le monopolisateur du microphone dans ce cinéma a, délibérément, fait la fausse déclaration que la projection de ce film avait été organisée dans le cadre de la « Semaine contre l’apartheid d’Israël ». Il porte l’accusation absurde que tant moi-même que la réalisatrice du film serions des agents du terrorisme et, ce faisant, il met en danger nos carrières, notre liberté personnelle et notre sécurité physique. Il affirme en outre le mensonge incendiaire et colossal que j’identifierais les civils israéliens comme des cibles légitimes de la résistance armée !

Enfin, il admet trouver le film « incompréhensible » ! Peut-être parce que dans sa conscience et dans son esprit, persiste cette contre-vérité usée jusqu’à la corde : que les Palestiniens « n’existent pas – où sont les Palestiniens ? ». Mais le film donne une vie et une présence indéniables aux Palestiniens dans leur merveilleuse diversité : l’archevêque Atallah Hannah, le détenu gréviste de la faim Sheikh Khader Adnan, la directrice de l’organisation queer « Aswat », un professeur universitaire, Dr. Abaher Al Saqqa, un autre universitaire, l’ancienne prisonnière universitaire Rula Abu Dahho, et Demma Zalloum, cette jeune mère qui sauva son enfant de l’enlèvement par les colons.

Tous ces Palestiniens se joignent à moi pour vous transmettre ce message commun : nous continuerons de partager nos divers témoignages sur l’occupation, quelles que soient les forces utilisées pour briser les tissus de la solidarité palestinienne. Nous renforcerons nos mises en réseau avec celles et ceux qui défendent la justice, et nous tendrons nos mains aux vrais amis de la Palestine.

Traduction : JPP pour les Amis de Jayyous.

Nous vous proposons de voir ou revoir la bande-annonce du film « Derrière les fronts : Résistances et Résilience en Palestine » réalisé par Alexandra Dols qui met en lumière le travail et l’engagement remarquables de la directrice du Centre médico-pyschiatrique de Ramallah, Samah Jabr, auprès des siens en souffrance, ainsi que les graves dommages psychologiques causés par l’occupation israélienne sur le peuple palestinien. La tyrannie du gouvernement ultra-sioniste de Netanyahou ne sévit pas uniquement par les armes, elle fait également des ravages dans les esprits, jeunes et moins jeunes, dans l’espace mental, précisément derrière les fronts…

Reportage vidéo à voir sur www.mouslimradio.info.
w w w . m o u s l i m r a d i o . i n f o .

oumma.com
***


France, Police : Tout algérien qui débarque à Toulouse est un terroriste.

Au tableau de chasse de la Police de l’Air et des Frontières (PAF), le jeune algérien qui débarque à Toulouse est un gibier de choix. Il est forcément djihadiste, donc terroriste et voleur.

Il y a en France un corps de police qui porte un drôle de nom, la « PAF », la Police de l’Air et des Frontières. Alors qu’aujourd’hui les frontières, sauf celles de Monaco, se situent au bout de l’Europe… Comprenne qui pourra. S’ennuyant de cet éloignement Schengenien de la ligne bleue des Vosges, certains de ces fonctionnaires prennent leur revanche en chassant le maghrébin dans les comptoirs des aéroports. Pour tuer le temps. Au tableau de chasse, le jeune algérien est aussi prisé que le lièvre qui sera royal : il est forcément djihadiste, donc terroriste et voleur. « All in one » comme dit la reine et le couteau scout. Le mieux, pour qu’Eric Zemmour dorme sur ses quatre oreilles, est donc que ces gens là ne pénètrent pas sur la terre sacrée de France.

Parfois plutôt que de rentrer silencieux et meurtri en Algérie, et d’y ruminer sa peine et sa honte en lisant la Déclaration Universelle des « Droites » de l’Homme, le gibier se révolte. Un tout petit peu. Et fait état à la presse et aux « réseaux sociaux » de la claque donnée par ces humanistes de la PAF.

Le site « Où va l’Algérie » nous décrit le cas d’un de ces refoulés que la France ne juge pas assez halal pour avoir le droit de visiter, chez elle, les quelques monuments célébrants les morts « musulmans » des guerres 14-18 et 39-45. Le jeune homme qui conte donc son aventure sur le web, a un emploi dans « une grosse société nationale algérienne », ce qui signifie, premier « bon point », qu’il n’a rien de ces chômeurs trabendistes si redoutés par la PAF. Il est en possession d’un authentique visa qui doit lui permettre de visiter Paris pendant trois jours, puis de filer à Toulouse jusqu’au 24 octobre chez sa tante paternelle.

Un jihadiste en cravate.

C’est là que dans le cerveau de ces limiers filtreurs de frontière et qui ont laissé mille français partir pour le Djihad en Syrie sans dire « ouf », voient en ce jeune cadre algérien un terroriste se cacher derrière une cravate. Comprenons ces gardes-frontières exemplaires : un jeune algérien qui va à Toulouse est forcément un guérilléro de la bande à Mehra. C’est sûr, chef !

Après mille tracas, le jeune homme auquel manque le justificatif d’hébergement à Toulouse, s’empresse de le demander… Mais c’est niet. L’accès au fax est interdit, c’est la consignation dans un placard à balais avec, merci à ces hommes si bons, le droit de boire de l’eau au robinet des toilettes. Puis l’expulsion à 18 heures sans même avoir vu le hall de l’aéroport. J’espère que ces vigilants seront décorés de la médaille du Mérite, car ils sont méritants. Ils ont sûrement évité un terrible attentat contre la fabrique des cachous Lajaunie, gloire de Toulouse. Et contribué à faire aimer la France en Algérie, autant qu’à la bonne époque, si regrettée, de Massu et Bigeard.

Africa24.info
***

Plus de 1000 civils tués par la coalition occidentale en un mois en Syrie et en Irak.

Ce mois de mars aura été particulièrement meurtrier pour les civils en Irak et en Syrie. Rien qu’en deux jours, au moins 500 personnes en majorité des femmes et des enfants ont péri dans les raids de la coalition occidentale menée par les États-Unis contre les villes tenues par le groupe « État Islamique », en particulier Mossoul et Raqqa

Le 17 mars, une frappe de la coalition sur un bâtiment rempli de civils a fait au moins 230 morts à Mossoul au nord de l’Irak (vidéo 1). Les témoins évoquent des corps encore ensevelis sous les ruines des immeubles et maisons. Quelques heures auparavant jeudi soir, au moins une cinquantaine de fidèles ont péri dans le massacre d’une mosquée à l’heure de la prière dans la province d’Alep en Syrie. Mardi 21 mars, un bombardement visant une école transformée en camp de déplacés dans la province de Raqqa a provoqué la mort d’au moins 35 civils, 183 selon de sources locales (vidéo 2). Dans la même province, la ville de Tabqa a elle aussi payé un lourd tribut avec au moins une trentaine de civils victimes des bombardements de la coalition contre un four.

Cela sans même compter les « classiques » boucheries russo-assadiennes.

Rappelons que la France a engagé 24 avions rafales et plus de 12 avions de type mirages 2000 avec 1500 militaires – aviateurs, artilleurs, conseillers des forces irakiennes – contre l’organisation E I. En Irak, les canons français Caesar tirent « une centaine d’obus par jour » selon le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian. L’armée se vantant sur son compte Twitter de ces opérations.

Reportage vidéo à voir sur www.mouslimradio.info.
w w w . m o u s l i m r a d i o . i n f o .


desdomesetdesminarets.fr
###################################
####### Aujourd’hui en Palestine #######
####################################

Aujourd’hui en Palestine, Voici les principaux titres du site d’information, C P I, Centre Palestinien D’Information.

.
Libération de deux prisonniers d’Hébron
.
la prison du Néguev sous haute tension
.
Vallée du Jourdain: Les exercices militaires sionistes forcent les Palestiniens de quitter leurs maisons
.
Hebron: Les forces d’occupation dévastent deux villages et reprend la construction du mur de séparation (Adel)
.
53 colons attaquent al-Aqsa sous la protection de la police
.
Diplomate koweïtien: La question palestinienne sera prioritaire sur les travaux du sommet d’Amman
.
Projet de règlement menace de démolir des dizaines de maisons au Mont Scopus à Jérusalem
.
L’occupation entame une manœuvre militaire en Cisjordanie
.
Ramallah: Marches populaires pour condamner l’assassinat de Fuqha
.
Fermeture du passage de Beit Hanoun après l’assassinat de Fuqha
.
Al-Haya: les faits révéleront ce qui adviendra après l’assassinat de Faqha
.
L’occupation arrête 9 Palestiniens en Cisjordanie et attaque un journaliste
.
L’occupation interdit la construction dans les terres palestiniennes à Tubas
.
Les captifs de Fatah commenceront une grève de la faim en Avril
.
Jérusalem: L’occupation force un Palestinien à démolir sa maison
.
Blessés dans des affrontements avec l’occupation à Beit Ummar au nord d’Hébron
.

Retrouvez l’intégralité de tout ces articles sur http:// french pal info.com
.


Le Centre Palestinien D'Information