MouslimRadio Programmes de diffusion sur MouslimRadio

Actuellement, en direct sur Loading ...


Zaha Hadid, bâtisseuse hors normes, Ce que l’architecte décédée le jeudi 31 mars 2016, laisse derrière elle

Zaha Hadid, bâtisseuse hors normes, Ce que l’architecte décédée le jeudi 31 mars 2016, laisse derrière elle.

Zaha Hadid a été la première femme mais aussi la première musulmane à obtenir le prix Pritzker, l’équivalent du prix Nobel en architecture. Ses créations hors normes ont marqué ses pairs à travers le monde, lui valant une reconnaissance mondiale. Tour en images de quelques-unes de ses créations.

L’architecte britannique d’origine irakienne est décédée jeudi 31 mars d’une crise cardiaque dans un hôpital de Miami, aux Etats-Unis. Née à Bagdad en 1950, elle s’est formée à l’Architectural Association de Londres, dont elle sort diplômée en 1977. L’architecte de confession musulmane, qui a reçu une éducation par des nonnes catholiques à Bagdad, a pour mentor le théoricien néerlandais Rem Koolhaas, adepte des constructions gigantesques et démesurées et pour qui elle collabore avant de créer sa propre agence en 1979.

Zaha Hadid commence à bâtir sa renommée avec la caserne de pompiers du site de fabricant de meubles Vitra en 1994, à Weil am Rhein, en Allemagne. L’architecture, les angles des murs et la lumière donnaient l’impression d’être sur un bateau en flottaison. Un édifice audacieux mais qui donnait le mal de mer aux pompiers… Il sert aujourd’hui d’emplacement de bureaux.

Dans les années 2000, elle multiplie les ouvrages d’envergure. En 2003, elle est la première femme à créer un musée d’art aux Etats-Unis avec le centre Lois et Richard Rosenthal, à Cincinnati. Zaha Hadid conçoit aussi le centre culturel Heydar-Aliyev, doté d’un parc d’une superficie de 9 hectares à Bakou, en Azerbaïdjan.

En 2004, elle est la première femme mais aussi la première musulmane à obtenir le prix Pritzker, l’équivalent du prix Nobel en architecture. En 2016, elle reçoit la Royal Gold Medal du Riba, l’ordre britannique des architectes. Ses constructions gigantesques ont essaimé le monde, que ce soit à Pékin, à Séoul, à Naples, à Barcelone ou à Rabat. Paris lui a résisté, la capitale goûtant très peu à sa vision de l’architecture. La France lui doit cependant la construction du siège de la société CGM-CMA à Marseille, une tour de 145 mètres au bord de la Méditerranée. A Montpellier, Pierres Vives, inauguré en 2012, a suscité une vive polémique pour l’énorme coût d’un bâtiment (125 millions d’euros) invisible par les habitants, sauf à le survoler par hélicoptère…

Surnommée la « Lady Gaga de l’architecture », Zaha Hadid a marqué de son empreinte le monde de l’architecture. La Coupe du monde 2022 au Qatar sera l’occasion d’apprécier le design du stade Al-Wakrah, conçu par Zaha Hadid et qui sera un des cinq stades attendus pour le Mondial.

SOURCE : Lundi 4 Avril 2016 : http://www.saphirnews.com/Zaha-Hadid-batisseuse-hors-normes-ce-que-l-architecte-laisse-derriere-elle_a22204.html

Joan Rivers, l’actrice qui avait souhaité la mort des Palestiniens, est décédée

Joan Rivers est l’actrice américaine, la présentatrice tv, qui aime qu’on parle d’elle et peu importe la raison. Ayant à son compteur le souhait de la mort des Palestiniens et plus de 700 opérations chirurgicales, cette femme est morte à l’âge de 81 ans.

Une visite banale

Jeudi dernier, alors qu’elle se rendait dans un cabinet médical pour vérifier ses cordes vocales, Joan Rivers fait un arrêt cardiaque et respiratoire et plonge dans un coma artificiel après son arrivée à l’hôpital. Ce n’est qu’hier soir, que sa famille annonce sa mort :

« C’est avec une grande tristesse que je vous annonce la mort de ma mère, Joan Rivers. Elle s’est éteinte dans la paix à 13h17 (19H17, heure française) entourée de sa famille et de ses proches »

Les Palestiniens « méritent de mourir »

C’est ainsi, qu’elle s’était fait remarquer lors d’une interview dans le hall de l’aéroport de Los Angeles en souhaitant la mort des Palestiniens :

« Quand vous déclarez la guerre, vous déclarez la guerre. Ils ont commencé, maintenant on ne va pas compter le nombre de morts. Ils méritent de mourir. Vous avez commencé ! ».

Aujourd’hui, on ne se réjouit bien évidemment pas de sa mort. Cette histoire rappelle que la mort ne prévient pas, le succès, les paillettes et les plateaux de télévision ne nous rendent pas immortels. Ainsi, pesons nos mots et repentons-nous avant qu’il ne soit trop tard.