MouslimRadio Programmes de diffusion sur MouslimRadio

Actuellement, en direct sur Loading ...


Flash info du 23 Rajab 1438.

Flash info du 23 Rajab 1438.

Ecouter le coran, des hadith, des conférences, des annonces divers, des anashids (sans musique), et bien d’autres choses, en direct sur MouslimRadio :
www.MouslimRadio.info

******************************************************************


Voici les 7 choses à appliquer quand le musulman fait face à une épreuve.

La vie est faite de dualités et d’événements bons ou mauvais.
Le croyant doit faire face aux épreuves de la vie ici-bas, en ayant en tête qu’il s’agit d’un passage éphémère pour les êtres humains.
Dans plusieurs versets du Saint-Coran, Allah (soubhanou wa ta’ala) évoque les multiples récompenses qu’Il accorde pour les croyants endurants.

« Quiconque, homme ou femme, aura fait le bien tout en étant croyant, Nous lui assurerons une vie heureuse. Et Nous les récompenserons en fonction des meilleures de leurs œuvres. » (Sourate Al-Nahl, Verset 97).
« Quiconque craint Allah et se montre patient en reçoit la récompense, car Dieu ne frustre jamais les hommes de bien de leur récompense. »
(Sourate Yûsuf, Verset 90).

Cependant, voici sept conseils pour affronter les épreuves avec force et foi:

1 – Prier à l’heure, 5 fois par jour, avec ferveur comme si chaque salât était la dernière.

2 – Lisez le Coran, car « N’est-ce pas que c’est au souvenir de Dieu que s’apaisent les cœurs ? » (Sourate Ar-Ra’d, verset 28).

3 – Multiplier les dou’as. Les invocations luttent contre l’incertitude et l’angoisse.

4 – Faire des dons, l’aumône efface les péchés et annule le feu qu’ils suscitent comme le précise le prophète (sallAllahou ’alayhi wa salam) : « …et l’aumône éteint le pêché comme l’eau éteint le feu ». (Rapporté par Ibn Maja dans ses Sounan n°3973 et authentifié par Cheikh Albani).

5 – Les croyants sont endurants et ont foi en l’aide d’Allah et peu importe les difficultés, ils agissent avec un sentiment de contentement et de sécurité. « A côté de la difficulté est, certes une facilité ! A côté de la difficulté, est, certes, une facilité ! » (Sourate As-Sarh, 5-6).

6 – Ressasser les idées sombres n’est pas une solution. Souffrir c’est montrer sa vulnérabilité, ou sa force. La souffrance nous apprend à être forts, elle nous instruit et renforce notre détermination. C’est lorsqu’un malheur nous accable que nous réfléchissons et que nous avançons.

7 – « La grandeur de la récompense va de pair avec la grandeur de l’épreuve. Allah, quand Il aime les gens, les éprouve. Celui qui accepte l’épreuve avec abnégation aura la Satisfaction d’Allah ; et celui qui oppose son mécontentement, Allah sera mécontent de lui. » (Tirmidhi).

AJIB.FR
***


Karam, le Syrien qui casse les préjugés sur le niveau d’études des réfugiés.

Karam fait partie des quelques milliers de réfugiés qui résident aujourd’hui en France. Papa de 2 petites filles, ce jeune syrien s’est vu dans l’obligation de fuir son pays où il devient de plus en plus difficile de survivre. Arrivé en France en janvier 2016 juste après avoir reçu son diplôme en médecine, il recherche aujourd’hui ici « n’importe quel travail » afin de subvenir aux besoins de sa famille en attendant que son diplôme lui soit envoyé de Syrie.

Découvrez son témoignage bouleversant qui vient casser tous les préjugés qui poussent à croire que les réfugiés ont souvent un niveau d’études très faible voire même inexistant.

Il témoigne :

« Le 5 janvier 2016, j’ai dû quitter la Syrie pour la France alors que je venais de réussir mes examens de médecine. Un an plus tard, j’attends toujours de recevoir mon diplôme, dans l’espoir d’être docteur ici un jour. J’étais en deuxième année de médecine quand la guerre a commencé. J’ai rapidement décidé d’aider le Croissant-Rouge en accompagnant des docteurs pour des soins de premiers secours. Puis j’ai dû quitter ma ville, Deir ez-Zor, quand elle a été assiégée par Daech. Nous pensions que, comme à chaque combat, ça irait mieux dans un mois, et que nous allions revenir vite. Mais la situation a duré, et s’est empirée. Quand j’étais en quatrième année d’études, l’armée a repris trois quartiers de la ville où j’étais avec ma mère. J’ai dû emménager chez ma tante, qui avait une maison là-bas, du côté contrôlé par le gouvernement. Rester du côté rebelle était mal vu : des professeurs, des banquiers ont dû quitter leur logement, sinon le gouvernement allait les priver de leur salaire.

Les rebelles ont un jour attaqué ces trois quartiers, avant que le régime ne réponde à son tour. Régulièrement, les bombes blessaient des civiles. Nous aidions dès que possible les blessés, en plus des personnes souffrant de maladies chroniques, d’asthme, d’hypertension, d’allergies, auxquelles nous distribuions des médicaments avec le Croissant-Rouge. Durant deux ans, j’étais bénévole au Croissant-Rouge en plus de mes études de médecine.

En cinquième année, je me suis rendu à l’hôpital national pour demander à faire un stage. Il n’y avait plus beaucoup de docteurs, alors je suis bien tombé. Ils ont accepté que je suive le service de gynécologie pendant un mois, puis de cardiologue. Cela m’a beaucoup formé, mais j’y ai aussi vu des scènes traumatisantes. En août 2015, j’ai dit à ma femme et à ma fille d’aller à Damas car la situation en ville devenait très dure : il n’y avait pas de nourriture, pas d’eau, pas d’électricité.

J’ai passé l’examen un mois plus tard, et je l’ai loupé. En novembre, j’ai dû prendre un avion militaire pour le repasser, car la ville était encerclée, et je l’ai finalement réussi. Mais aujourd’hui, j’attends toujours de recevoir mon diplôme. Les employés des administrations ne sont plus si nombreux en Syrie. Mon certificat doit par ailleurs être transmis à Damas, ce qui est très compliqué : c’est désormais impossible par avion, car l’aéroport a été attaqué. J’attends donc que mon cousin, qui habite Damas, puisse récupérer mon diplôme pour me l’envoyer. Peu après avoir passé mon examen, j’ai été contraint de quitter le pays, où je risquais de me faire tuer chaque jour. Direction la Turquie, puis la Grèce, avant que la France n’accepte de m’accueillir en tant que réfugié le 20 avril 2016.

À mon arrivée en France, j’ai d’abord travaillé dans une usine de tissus, à Gérardmer. Mais j’ai dû arrêter car les cours de français avec l’Office français de l’immigration et de l’intégration (Offi) me prenaient beaucoup de temps. Il n’y a pas longtemps, j’ai déménagé à Épinal avec ma femme et mes deux filles – la deuxième est née en France. Je me suis inscrit dans une boîte d’intérim dans l’espoir de trouver du travail. N’importe lequel.

Je suis également bénévole à la Croix Rouge un jour par semaine. Je ne supporte pas de rester sans rien faire. Aujourd’hui, j’espère recevoir rapidement mon diplôme afin de trouver un poste d’interne et pouvoir enfin exercer en France ce métier pour lequel j’ai été formé dans mon pays. »

Témoignage recueilli et traduit par Rozenn Le Carboulec.


katibin.fr
***


Indonésie : le gouverneur chrétien reconnaît sa défaite aux élections.

Candidat à sa propre succession au poste de gouverneur de Jakarta, Basuki Tjahaja Purnama, surnommé Ahok, a reconnu sa défaite aux élections, mercredi 19 avril, face à l’ancien ministre indonésien de l’Éducation, Anies Baswedan.

Les résultats du scrutin seront officiels début mai mais selon les premières estimations, Ahok a recueilli 42 % des suffrages contre 58 % pour son rival de confession musulmane. Près de 7,2 millions d’électeurs ont été appelés à aller voter et plus de 60 000 membres des forces de l’ordre ont été mobilisés pour faire face à d’éventuels débordements selon l’AFP.

La surprise est de taille. Lors du premier tour, le 15 février Ahok était en tête avec 43 % des voix, suivi de près par son rival qui obtenait 40 % des suffrages. « Je comprends que vous soyez tristes et déçus », a déclaré le gouverneur en s’adressant à ceux qui l’ont soutenu. « Nous avons six mois avant l’inauguration du nouveau gouverneur et nous allons finir notre travail. »

Jugé pour blasphème Ahok a dû faire face à une vague de protestation après avoir déclaré que l’élection d’un gouverneur chrétien n’était pas contraire à l’islam. Selon Jakarta Post, la campagne électorale dans la capitale avait été « la plus sale, la plus polarisante et la plus clivante » que l’Indonésie ait jamais connue.

saphirnews.com
***


Londres : soupçonné de terrorisme, un bébé convoqué par l’ambassade américaine.

Incroyable mais vrai. Un bébé de trois mois, soupçonné de terrorisme, a été placé lundi 17 avril en salle d’interrogatoire à l’ambassade des Etats-Unis dans la capitale britannique.

Tout est parti d’une erreur de son grand-père lorsqu’il a fallu remplir une demande de visa pour les Etats-Unis. La famille comptait en effet se rendre à Orlando, en Floride, pour ses premières vacances à l’étranger. Paul Kenyon, 62 ans, a coché, dans le document au nom de son petit-fils, la case « oui » par erreur à la question « Cherchez-vous à vous engager ou avez-vous été engagé dans des activités terroristes, d’espionnage, de sabotage ou de génocide ? ».

Il s’est rendu compte de l’erreur lorsqu’il a essuyé un refus. Pire : le bébé a été conduit depuis son domicile du sud de Manchester, jusqu’à la salle d’interrogatoire de l’ambassade américaine à Londres. Un voyage aller-retour de près de 10 heures, soit presque autant qu’un Londres-Orlando, indique The Guardian.

« Je n’arrive pas à croire qu’ils n’ont pas compris que c’était une erreur sincère et qu’un bébé de 3 mois est incapable de faire du mal à quiconque », a indiqué Paul Kenyon dont la famille a dû débourser de nouveaux billets – plus de 3 500 € – pour partir vers Orlando. « Si vous êtes un terroriste, je pense que vous ne cochez pas cette case, de toute façon ! »

saphirnews.com
***


italie : Une voyageuse, obligée de se dévoiler dans l’aéroport international de Rome, dénonce une discrimination religieuse.

Elle savait pertinemment que cela n’arrivait pas qu’aux autres, mais elle était loin d’imaginer, cependant, que son voile lui vaudrait à ce point la farouche hostilité du personnel de sécurité de l’aéroport international de Rome Ciampino, au cours d’un dimanche dont elle gardera un souvenir cuisant.

Aghnia Adzkia, une jeune femme indonésienne qui s’apprêtait à s’envoler pour Londres, ne s’attendait pas à un comité d’accueil aussi acrimonieux à son égard, exigeant sans ménagement qu’elle retire son voile pour vérifier qu’elle n’était pas une terroriste en puissance. Telle était la condition sine qua non pour qu’elle soit autorisée à prendre place à bord de l’avion.

Son seul tort ? Avoir fait sonner le détecteur de métaux à son passage. Un incident qui a eu le don de mettre les nerfs à vif des agents de sécurité italiens, transformés dès lors en véritables cerbères, notamment une femme (photo ci-dessus), laquelle, toutes griffes dehors comme peuvent l’être les pasionarias du féminisme occidental, s’est littéralement déchaînée contre elle.

Refusant d’obtempérer malgré l’angoisse qui la gagnait, Aghnia Adzkia, stupéfaite d’avoir déclenché la sonnerie du détecteur de métaux, s’est efforcée de rester stoïque face une adversité en plein excès de zèle. Elle aussi a eu une exigence, mais des plus légitimes : qu’on lui présente le texte de loi l’obligeant à se dévoiler pour voyager, en bafouant au passage une de ses libertés individuelles essentielles et inaliénables.

« Je n’étais pas prête à leur faire confiance. Ma seule demande était qu’ils m’apportent la preuve juridique les autorisant à me dévoiler sous la contrainte, alors que je n’avais commis aucune faute, aucun délit. C’est une question de dignité humaine et de respect de mes droits fondamentaux », a relaté la jeune femme, encore très affectée par son escale italienne éprouvante, en faisant observer que dans d’autres aéroports, les agents de sécurité se contentent de palper le bas des voiles.

Mais le pire était à venir, lorsque la femme, agent de sécurité de l’aéroport, a foncé droit sur elle, le regard noir, pour lui montrer un document écrit en italien. S’opposant obstinément à ce que l’amie d’Aghnia Adzkia, une italophone distinguée, traduise le texte en anglais, la furie en uniforme a exercé une terrible pression sur elle pour qu’elle enlève son hijab, se perdant en invectives devant sa capacité à lui faire face sans faiblir.

« Vous pouvez cacher des explosifs dans votre foulard. Vous n’êtes pas sûre à nos yeux ! », s’est-elle mise à hurler dans l’aéroport (voir vidéo ci-dessous), espérant tétaniser la malheureuse Aghnia Adzkia et accroître sa mortification publique.

Préférant battre en retraite devant cet acharnement à son encontre, la jeune femme a finalement pris un autre vol dans l’autre aéroport de Rome, Leonardo da Vinci-Fiumicino. Là encore, elle n’a pas échappé au dévoilement obligatoire afin de s’assurer, aussi incroyable que cela puisse paraître, qu’aucune bombe n’était dissimulée dans les plis de son hijab…

Aghnia Adzkia, à bout de forces, s’est exécutée cette fois-ci, mais au moment de retirer son voile à l’abri des regards, elle a aperçu deux nonnes en train de contourner le poste de contrôle sans, manifestement, que l’on ait exigé d’elles ce qui lui avait été imposé si violemment. Ce qui l’a confortée dans son intime conviction : elle a bel et bien subi une discrimination religieuse flagrante.

Un extrait de la scène de sa confrontation brutale avec la furie en uniforme de l’aéroport de Rome, filmée par son amie italophone qui l’avait accompagnée.

Reportage vidéo à voir sur www.mouslimradio.info.
w w w . m o u s l i m r a d i o . i n f o .

oumma.com
***


Une photo montrant un couple de juifs hassidiques à côté d’une mère musulmane rencontre un succès viral Outre-Atlantique.

Riche de son extraordinaire diversité, la mégapole new-yorkaise, bigarrée et métissée, fait la démonstration, jusque dans ses sous-sols, que le multiculturalisme n’est pas forcément voué à l’échec, n’en déplaise aux Cassandre, d’ici et d’ailleurs, qui n’y décèlent que de sombres présages…

Les oiseaux de mauvais augure, qui ne voient rien de bon dans les melting-pots culturels et cultuels, devraient jeter un œil sur la photo à la forte charge symbolique prise dans le métro de New York, entre le Queens et Brooklyn, durant le dimanche de Pâques.

C’est à un Américain, répondant au nom de Jackie Summers, que l’on doit d’avoir immortalisé une scène saisissante, montrant un couple de juifs hassidiques assis à côté d’une femme musulmane en train d’allaiter son bébé.

Postée sur Facebook, la prise de vue, accompagnée d’une légende porteuse d’espoir, a rencontré un succès viral fulgurant dans l’Amérique de Trump, enregistrant plus de 53 000 likes et 41 000 partages en l’espace d’une journée.

Il faut dire que la belle histoire de cette photo fait mentir les artisans des peurs et leurs prédictions catastrophistes : le couple de juifs hassidiques a pu s’asseoir grâce à un passager taoïste qui a volontiers cédé sa place, avant que le mari et son épouse ne se poussent à leur tour pour faire de la place à une mère musulmane, tenant son bébé dans les bras.

Ce qui fera dire à Jackie Summers avec enthousiasme : « Voilà, ça c’est mon Amérique : laisser les gens être eux-mêmes ! », dans le respect et la compréhension mutuels.

oumma.com
***


Des jeunes musulmans de Jordanie ont protégé les églises au cours du dimanche de Pâques.

Dans le sombre sillage d’un dimanche des Rameaux mortifère en Egypte, un groupe de jeunes jordaniens, très investis dans le dialogue interreligieux, ont souhaité témoigner leur solidarité à la communauté chrétienne du royaume, à l’occasion de la célébration d’une messe de Pâques sur laquelle planait l’ombre de la tragédie.

Sous l’impulsion de Kazem Kharabsheh, ce bâtisseur de passerelles dans l’âme, un formidable élan de sympathie, de générosité et d’entraide envers leurs frères en Dieu chrétiens a fédéré plus d’une centaine de jeunes musulmans, filles et garçons, après avoir été particulièrement sensibles à l’appel à l’unité et à la paix lancé sur Facebook.

Ils ne se sont pas fait prier pour faire rempart de leur corps au terrorisme aveugle lors d’un office religieux empreint d’émotion, unis dans la même volonté impérieuse de protéger les églises disséminées sur le territoire national.

« Le post a été largement partagé sur les médias sociaux et un grand mouvement de solidarité a gagné la plupart des gouvernorats», s’est réjoui Kazem Kharabsheh, heureux d’avoir fait des émules à travers le pays.

Les mains chargées de délicieuses confiseries traditionnelles et distribuant du café plein d’arômes, les jeunes protecteurs musulmans des paroisses de Jordanie avaient à cœur d’accomplir leur noble mission en mettant du soleil dans les cœurs.

« Le terrorisme n’a rien à voir avec la religion. Les terroristes commettent des crimes au nom de l’Islam, mais leurs actes n’ont rien à voir avec la religion », a martelé Kazem Kharabsheh, en insistant sur les raisons qui l’ont poussé, lui et les membres de son association, à initier cette opération extraordinairement rassembleuse : « Nous avons fait cela, parce que le monde a besoin de savoir que les gens qui commettent de tels crimes odieux n’ont rien à voir avec l’Islam, ou toute autre religion. En Jordanie, nous avons toujours été unis et nous respecterons toujours toutes les traditions religieuses ».

Loués et remerciés chaleureusement par l’ensemble de la communauté chrétienne, extrêmement touchée par cette belle chaîne humaine qui s’est formée spontanément autour de ses lieux de culte, les jeunes musulmans du royaume hachémite se sont fait un devoir de veiller sur les églises, plus résolus que jamais à faire barrage au terrorisme, semeur de malheurs et de terreur.

oumma.com
***


Marine Le Pen estime que la colonisation a «beaucoup apporté à l’Algérie».

Après ses propos polémiques sur la rafle du Vél’ d’Hiv, la candidate FN à la présidentielle a estimé le 19 avril sur BFMTV que la colonisation avait beaucoup apporté à l’Algérie. Ce que «même les Algériens de bonne foi admettent», a-t-elle ajouté.

«Moi je pense – et chacun d’ailleurs qui est de bonne foi admet – que la colonisation a beaucoup apporté […] à l’Algérie : des hôpitaux, des routes, des écoles… Même des Algériens qui sont de bonne foi l’admettent», a déclaré Marine Le Pen sur BFMTV le 19 avril.

Evoquant le sujet de la guerre d’Algérie, la candidate Front national (FN) à la présidentielle est revenue sur le sort subi par les harkis, ces Algériens qui ont choisi de combattre pour la France au moment de la guerre d’indépendance.

Après ses propos polémiques sur la rafle du Vél’ d’Hiv, la candidate FN à la présidentielle a estimé le 19 avril sur BFMTV que la colonisation avait beaucoup apporté à l’Algérie. Ce que «même les Algériens de bonne foi admettent», a-t-elle ajouté.

«Moi je pense – et chacun d’ailleurs qui est de bonne foi admet – que la colonisation a beaucoup apporté […] à l’Algérie : des hôpitaux, des routes, des écoles… Même des Algériens qui sont de bonne foi l’admettent», a déclaré Marine Le Pen sur BFMTV le 19 avril.

Evoquant le sujet de la guerre d’Algérie, la candidate Front national (FN) à la présidentielle est revenue sur le sort subi par les harkis, ces Algériens qui ont choisi de combattre pour la France au moment de la guerre d’indépendance.

Une nouvelle polémique risque donc d’éclater autour de la candidate frontiste, qui avait été fortement critiquée récemment pour avoir dit que la France n’était «pas responsable» de la rafle du Vel’ d’Hiv en 1942. En répondant à une question à ce propos sur BFMTV, elle a dit qu’elle ne voulait «pas rouvrir des plaies». «A chaque fois que j’évoque un sujet, ça crée…», a-t-elle poursuivi, sans finir sa phrase.

Marine Le Pen a aussi été interrogée à propos du soutien que son père Jean-Marie Le Pen, le co-fondateur du FN qu’elle avait fait exclure du parti en août 2015, a apporté à sa candidature dans un tweet.

«Il est patriote. Ça ne m’étonne pas de lui. C’est un patriote, il s’est battu toute sa vie pour la France et les Français […] Il a défendu l’Algérie française, comme beaucoup de gens qui ont créé le FN», a-t-elle conclu.

Les propos de Marine Le Pen sur la colonisation contrastent fortement avec ceux qu’a tenus Emmanuel Macron, son grand rival dans les sondages. En février dernier, le candidat d’En Marche ! avait provoqué un tollé, notamment à droite, après avoir déclaré sur une chaîne de télévision algérienne que la colonisation était «un crime contre l’humanité».

De nombreuses associations de pieds-noirs s’étaient aussitôt insurgées contre les propos du candidat qui avait été chahuté à Toulon et à Carpentras où il se rendait à des meetings.

«Les propos d’Emmanuel Macron ont bouleversé, écœuré, blessé d’innombrables Français d’Algérie et de Harkis. J’ai reçu des milliers de mails. Il y a une véritable colère», avait expliqué Thierry Rolando, président du Cercle algérianiste national, qui revendique 10 000 adhérents et qui a porté plainte contre le candidat.

«Y a-t-il quelque chose de plus grave, quand on veut être président de la République, que d’aller à l’étranger pour accuser le pays qu’on veut diriger de crime contre l’humanité ?», avait de son côté argumenté Marine Le Pen pour qui les allégations d’Emmanuel Macron constituaient «un crime contre la France».

Devant une telle polémique, Emmanuel Macron avait dû justifier ses propos dans une vidéo de cinq minutes. Il y expliquait notamment que la France et l’Algérie pouvaient et devaient «construire une nouvelle relation qui n’enlève rien à la mémoire de chacun».

Pourtant, quelques mois plus tôt, dans un entretien à l’hebdomadaire Le Point intitulé «Ce que je suis», Emmanuel Macron avait été plus modéré dans ses propos, estimant qu’il y avait eu à la fois «des éléments de civilisation et des éléments de barbarie» dans la colonisation de l’Algérie.

Africa24.info
***

France : Une « tâche sur le front » est une marque de radicalisation…

Après la fermeture de la mosquée de Torcy par les autorités, son imam également professeur de mathématiques a été suspendu par l’Éducation Nationale lui reprochant de s’être radicalisé. En voici un indicateur.

Dans les « Grandes Gueules » de RMC (à partir de la minute 33) du vendredi 14 avril, la chroniqueuse Elina Dumont (ancienne SDF) affirmait que les personnes comme l’imam de Torcy, Abdelali Bouhnik qui portent « une tâche marron » sur le front, « Ces personnes sont très radicalisées, elle sont tellement radicalisées qu’elles ont besoin de se taper la tête contre le sol, pour dire voilà moi je suis (musulman) ! », prétend-t-elle.

Les islamophobes sont tellement nuls qu’ils ont besoin de raconter des âneries pour exister. Elle en pense quoi Elina, du rappeur marseillais Soprano, qui fait vibrer les zéniths et qui a une tâche marron sur le front ?

Ces propos tenus dans une émission largement suivie viennent jeter la suspicion sur une communauté déjà ciblée de toute part et provoquer la peur d’une partie de la population qui ignore tout de l’Islam en dehors de la propagande médiatique sur cette religion.

desdomesetdesminarets.fr
***


L’étourdissement empêche-t-il un animal de souffrir? L’avis interpellant d’un neurologue.

Un neurologue conteste que l’abattage par étourdissement soit moins cruel.

Les vacances permettent de réfléchir à tête reposée sur des sujets brûlants. Alors que le Parlement wallon reprend le dossier de l’abattage le mardi 18 avril , une nouvelle pièce scientifique pourrait inciter les élus à la réflexion. Rejetant la prétendue barbarie de l’abattage rituel, le Consistoire israélite a encore sollicité des experts au-dessus de la mêlée. « La Libre » a ainsi pu prendre connaissance d’un avis du Pr Jean-Michel Guérit, neurologue à l’Institut Edtih Cavell.

Selon lui, « une interruption du flux sanguin au sein des artères carotides interrompt l’activité des circuits cérébraux indispensables à la perception de la douleur endéans les 30 secondes au maximum ». Par contre, « aucun élément ne permet d’affirmer qu’un étourdissement interrompt l’activité de la matrice de la douleur; au contraire, des arguments suggèrent qu’un étourdissement peut rester associé à une perception douloureuse et même associé à une amnésie, il n’empêche pas la constitution de traces pénibles responsables d’un syndrome de stress post-traumatique ».

En clair ? « Les bénéfices escomptés d’un étourdissement préalable à l’abattage rituel en termes de souffrance sont virtuellement nuls ». Pire : il accroît la souffrance .


actualiteislamiquedebelgique.com
###################################
####### Aujourd’hui en Palestine #######
####################################


Aujourd’hui en Palestine, Voici les principaux titres du site d’information, C P I, Centre Palestinien D’Information.

.
Nord d’Hébron: l’occupation s’empare d’un équipement de forage de 2 millions de shekels
.
L’occupation blesse un palestinien suite à une attaque à la voiture bélier au sud de Bethléem
.
Le personnel des antiquités israéliennes et les colons prennent d’assaut Al-Aqsa
.
L’ONU appelle Israel à faciliter l’introduction des matériaux d’entretien de l’électricité de Gaza
.
Les prisonnières menacent de rejoindre la grève de la liberté et dignité
.
Activités de solidarité avec les prisonniers à Jénine
.
L’occupation transfère le député Attoun en détention administrative
.
L’occupation attaque des villages à l’est de Tubas
.
Arrestations et affrontements en Cisjordanie et à Jérusalem
.
3e jour de la grève « Liberté et Dignité »
.
L’occupation approuve un plan de construction colonial en Cisjordanie et Jérusalem
.
Jérusalem: L’occupation démolit une ferme à Issawia
.
Un ministre israélien appelle à exécuter les détenus palestiniens
.
Les prisonniers malades se joignent à la grève de la liberté et de la dignité
.
Hayya: le Hamas ne dissoudra pas le comité administratif de Gaza
.
Transfert des prisonniers grévistes d’Ofer à la section 11
.

Retrouvez l’intégralité de tout ces articles sur http:// french pal info.com
.


Le Centre Palestinien D'Information

Flash info du 3 Rajab 1438

Flash info du 3 Rajab 1438.

Ecouter le coran, des hadith, des conférences, des annonces divers, des anashids (sans musique), et bien d’autres choses, en direct sur MouslimRadio :
www.MouslimRadio.info

******************************************************************


L’ombre du jugement dernier.

« Les hommes seront rassemblés, au Jour de la Résurrection, sans vêtements, pieds-nus et non circoncis.» Aïcha demanda au Prophète (sallAllahou ‘alayhi wa salam) : « Ô Messager d’Allah ! Est-ce que les hommes et les femmes seront tous ensemble, se voyant les uns les autres (nus) ? » Il lui répondit : « Ô Aïcha, la situation sera si grave que l’on ne pensera pas se regarder les uns les autres. » (Boukhari et Mouslim).

Le jour du jugement dernier aura lieu sur terre. En ce jour terrible, le soleil sera rapproché de la Terre et les humains souffriront affreusement de son ardeur.
Les gens chercheront à se protéger du soleil et de sa chaleur mais ils ne trouveront aucune ombre pour les abriter, ils se mettront alors à transpirer proportionnellement aux péchés qu’ils auront accomplis.
« Les hommes seront rassemblés, au Jour de la Résurrection, sans vêtements, pieds-nus et non circoncis. » Aïcha demanda au Prophète (sallAllahou ‘alayhi wa salam): « Ô Messager de d’Allah ! Est-ce que les hommes et les femmes seront tous ensemble, se voyant les uns les autres (nus) ? » Il lui répondit : « Ô Aicha, la situation sera si grave que l’on ne pensera pas se regarder les uns les autres. » (Boukhari et Mouslim).

Le Prophète (sallAllahou ‘alayhi wa salam) a dit, dans un hadith relaté par al-Miqdâd ibn ul-Aswad :
« Le Jour du Jugement, le soleil sera rapproché de la création, au point d’être à un mile d’eux. Les hommes seront alors dans la sueur en fonction de leurs actions. Il y en aura donc, parmi eux, dont la sueur atteindra les chevilles. Il y en aura dont la sueur atteindra les genoux. Il y en aura dont la sueur atteindra les hanches. Et il y en aura dont la sueur (atteindra le niveau de la bouche) (comme l’atteint) la bride. » (Muslim, 2864).
La situation sera tellement insoutenable que les êtres humains prieront les Prophètes d’intercéder auprès d’Allah (soubhanou wa ta’ala) pour les sauver de cette détresse.

Dans le hadith relaté par Anas on peut lire:
« Afin qu’Il nous libère de ce lieu (dans lequel) nous sommes. » (Boukhari et Mouslim).

Et dans le hadith relaté par Abû Hurayra on lit : « Allah rassemblera les premiers et les derniers dans une seule plaine. Celui qui les appellera pourra leur faire entendre et le regard les embrassera tous. Et le soleil se rapprochera. Atteindra alors les hommes de souci et de malheur ce qu’ils ne pourront pas supporter. Les hommes diront : « Ne voyez-vous pas la situation à laquelle nous sommes parvenus ! Ne regarderez-vous pas qui intercéderait pour vous [= nous] auprès d’Allah ! » (Boukhari 3162, 4435 et Mouslim 194).

Dans cet état de torpeur général, certaines personnes bénéficieront d’une ombre qui les protégera de cette fougue solaire.
En effet, Allah (soubhanou wa ta’ala) apportera un soulagement grâce à son ombre ou celle de son Trône.

Le Prophète Muhammad (sallAllahou ‘alayhi wa salam) a dit:
« Sept personnes sont telles qu’Allah les mettra à l’ombre dans Son Ombre, le jour où il n’y aura d’ombre que Son Ombre : le dirigeant juste ; un jeune qui aura grandi dans l’adoration d’Allah; un homme dont le cœur est suspendu aux mosquées ; deux hommes qui auront eu de l’affection l’un pour l’autre pour la cause d’Allah, s’étant rassemblés sur cela et s’étant séparés sur cela ; un homme qu’une femme de rang social élevé et de grande beauté aura invité et qui aura dit : « Je crains Allah » ; un homme qui aura fait l’aumône et l’aura fait si discrètement que sa main gauche n’aura pas su ce que sa main droite donne ; et un homme qui aura pensé à Allah dans la solitude et dont les deux yeux auront alors versé des larmes. » (Boukhari 629 et Mouslim 1031).
Dans une des versions rapportées par al-Bukhârî, on lit que ce Jour où il n’y aura d’ombre que l’ombre d’Allah est bien le Jour du Jugement.

Les femmes, comme les hommes pourront bénéficier de l’ombre délivrante de Notre Créateur (soubhanou wa ta’ala).
Les bienheureux peuvent se répartir en sept catégories:
D’après Abou Houreira (qu’Allah l’agrée), le Prophète (sallAllahou ‘alayhi wa salam) a dit:
« Sept personnes seront couvert par Allah dans son ombre le jour où il n’y aura pas d’autre ombre que son ombre :
-un dirigeant juste,
-un jeune qui a grandit dans l’adoration de son Seigneur,
-un homme dont le cœur est accroché aux mosquées,
-deux hommes qui se sont aimés pour Allah, il se sont rassemblés pour lui et se sont séparés pour lui,
-un homme qu’une femme noble et belle a appelé et lui a dit: Je crains Allah,
-un homme qui a fait une aumône qu’il a cachée au point où sa main gauche ne sait pas ce que sa main droite a dépensée,
-un homme qui a mentionné Allah alors qu’il est seul et s’est mis à pleurer. » (Rapporté par Boukhari dans son Sahih n°630 et Mouslim dans son Sahih n°1031).

L’ombre pourra apparaître soit lorsque le soleil sera le plus rapproché ou après la venue d’Allah (soubhanou wa ta’ala) pour rendre son jugement.
Allah (soubhanou wa ta’ala) nous a accordé plusieurs alternatives pour échapper à ce châtiment terrestre, à nous de les saisir !

AJIB.FR
***


La traversée d’«As-Sirât» !

Garder un équilibre certain pour l’adoration d’Allah (soubhanou wa ta’ala) dans ce bas-monde, est non seulement une preuve de notre foi, mais aussi une manière de traverser le pont « As-Sirât » avec le moins de péripéties.
Après la reddition des comptes et la pesée des œuvres, chaque personne aura la lourde tâche de traverser le pont jeté sur l’Enfer « As-Sirât ».

« As-Sirât » est un pont étroit construit au-dessus de la Géhenne et qui constitue un obstacle ultime pour ceux qui se dirigent vers la Demeure de la Paix. Personne ne sera épargné par sa traversée: les Prophètes, les véridiques, les croyants et les incroyants.
Cependant, cette traversée ne sera pas avec la même endurance selon notre maintien dans la voie d’Allah (soubhanou wa ta’ala) . Certains traversent le Sirat tel un éclair alors que d’autres le traversent en rampant sur leurs mains et pieds. Certains échouent en tombant dans la Géhenne, demeure du malheur, de l’humiliation et de la perte.
L’une de ses extrémités se trouve sur la terre changée, l’autre extrémité sur un endroit situé du côté du Paradis et par-delà l’enfer. Il faut savoir que la terre sur laquelle nous vivons actuellement sera détruite. Il y aura à la place une nouvelle terre qui sera blanche et nivelée (aplanie), c’est-à-dire sans montagnes, ni grottes, ni vallées. On l’appelle la terre changée (al-‘ardou l-moubaddalah).

Un grand nombre de personnes chuteront de ce pont et en particulier les mécréants. Les musulmans finiront tous par franchir le pont, mais certains subiront un châtiment au préalable, soit sur le pont, soit en enfer.
Effectivement, certains musulmans vont glisser et tomber du pont. Une partie de ceux qui glisseront du pont sera rattrapée par des crochets, puis sera remise sur le pont afin de poursuivre son chemin. Tandis que les autres qui auront également glissé du pont chuteront en enfer. Il s’agit de certains musulmans grands pécheurs, morts sans s’être repentis. Ils subiront un châtiment en enfer durant une période, puis ils en sortiront pour vivre au Paradis éternellement.
Certains musulmans ne fouleront pas du tout le pont. Ils franchiront le pont par la voie des airs sans même y poser les pieds. C’est le cas des Prophètes et de certains musulmans qui ont atteint un très haut degré de piété.

Le Messager d’Allah (sallAllahou ‘alayhi wa salam) décrit le «Sirat» alors qu’il parlait de la grande intercession et du poste glorieux qu’Allah lui promit en lui disant:
« Et de la nuit consacre une partie [avant l’aube] pour des Ṣalāt surérogatoires: afin que ton Seigneur te ressuscite en une position de gloire. » (Coran 17/79).

« Il n’y a personne parmi vous qui ne passera pas par [L’Enfer]: Car [il s’agit là] pour ton Seigneur d’une sentence irrévocable. Ensuite, Nous délivrerons ceux qui étaient pieux et Nous y laisserons les injustes agenouillés. » (Coran 19 / 71 et 72).

« Le jour où tu verras les croyants et les croyantes, leur lumière courant devant eux et à leur droite; (on leur dira) : « Voici une bonne nouvelle pour vous aujourd’hui : des Jardins sous lesquels coulent les ruisseaux pour y demeurer éternellement ». Tel est l’énorme succès. » (Coran 57/12).

De longs passages sont accordés au récit du pont de l’Enfer, et ceux dans de nombreux hadiths:
« Des gens ont dit au Prophète : « Ô Envoyé de Dieu ! Verrons-nous Notre Seigneur le Jour de la résurrection ? » Il répondit : « Avez-vous quelque difficulté à voir la pleine lune quand aucun nuage ne la cache ? » Non ! Ô Envoyé de Dieu ! « Eh bien ! Vous le verrez comme vous voyez la pleine lune. Dieu rassemblera, le Jour de la résurrection, les gens et leur dira : « Que celui qui adorait une chose la suive ». Certains suivront le soleil, d’autres la lune, d’autres les fausses divinités « Taghût ». Ne resteront que les croyants de cette communauté auxquels seront encore mélangés les hypocrites. Se présentant à eux sous une forme qu’ils ne Lui connaissent pas, Dieu leur dira : « Je suis votre Seigneur ». Ils rétorqueront : « Nous demandons la protection de Dieu contre toi ». Nous ne bougerons pas tant que Notre Seigneur ne viendra pas à Nous. A sa vue, nous Le reconnaîtrions, Dieu Exalté soit-il se montrera alors à eux sous la forme qu’ils connaissent et dira : « Je suis Votre Seigneur ». Ils diront : « Certes oui, Tu es Notre Seigneur ». Et ils le suivront. Puis on jette le pont sur l’Enfer. Nous serons moi et ma communauté, les premiers à le traverser. Ce jour-là, ne prendront la parole que les Messagers. Ils ne cesseront de dire : « Ô Seigneur Dieu sauve ! sauve ! ». Sur le pont, se trouveront des crochets semblables aux épines du chardon. Avez-vous déjà vu un chardon ? Les gens dirent : « Oui Ô Messager de Dieu ». Il dit : « Eh bien ! Ces crochets ressemblent aux épines du chardon, sauf que Seul Dieu en connaît les dimensions. Ils happent les gens selon leurs œuvres. Les croyants seront, du fait de leur labeur, saufs. D’autres seront frappés, jusqu’à ce que Dieu les sauve ».
(D’après Abou Hurayra, rapporté par Al-Boukhari et Mouslim).

As-Souddî a rapporté d’après Mourra qu’Ibn Mas’oûd (Qu’Allah soit satisfait de lui) a dit :
« Les gens arriveront au Pont, ils se tiendront devant, puis commenceront à y passer chacun selon la qualité de ses œuvres. Certains passeront tel un éclair, d’autres comme le vent, d’autres comme un oiseau, d’autres passeront à la vitesse du cheval le plus rapide, d’autres à la vitesse de la course d’un homme, et le dernier sera un homme dont la lumière, qui lui éclairera le passage, sera sur son gros orteil ! Le Pont est glissant et couvert de chardons, comme les épines de l’astragale, et il est installé dans l’obscurité totale, au-dessus de l’Enfer ; des Anges se tiennent sur ses deux côtés, avec des pinces de feu avec lesquelles ils attrapent les gens ! A cause des horreurs de ce jour, les croyants diront : « Seigneur ! Sauve ! Sauve ! » (Rapporté par Ibn Hâtim et Ibn Jarîr. Il est confirmé par d’autres hadîth rapportés par al-Boukhârî et Mouslim et autres, selon Anas, Aboû Sa’îd, Aboû Hourayra et Jâbi).

La hawla wa la qouwata illa billah (Il n’y a de force ni de puissance qu’en Allah).

AJIB.FR
***


Les miracles du Prophète (saws) relatifs au monde terrestre.

Les miracles du Prophète (‘alayhi salat wa salam) concernant le monde terrestre sont d’une grande densité et d’une richesse impressionnante. Nous tenterons d’en évoquer quelques uns incha Allah en nous basant sur l’ouvrage du grand savant et historien Ibn Kathir (qu’Allah lui fasse miséricorde) intitulé « Les miracles du Prophète ».

Nous nous intéresserons donc aux miracles suivants : le jaillissement de l’eau des doigts du Prophète (‘alayhi salat wa salam), la soumission de l’arbre au Prophète (‘alayhi salat wa salam), la glorification des cailloux dans sa main et les pierres, les arbres ainsi que les montagnes qui le saluent macha Allah.

« J’ai vu jaillir l’eau sous ses doigts ».

Ce miracle a eu lieu en présence des compagnons (qu’Allah les agrée). Afin d’effectuer les ablutions, les compagnons du Prophète (‘alayhi salat wa salam) avaient besoin d’eau mais n’en trouvèrent point. C’est ainsi que le Messager d’Allah (‘alayhi salat wa salam) fit jaillir de l’eau de ses doigts. Ce récit a notamment été rapporté par Al Bukhari, Muslim et At Tirmidhy, d’après Anas ibn Malik qui dit : « J’étais assis avec l’Envoyé d’Allah (‘alayhi salat wa salam) quand vint l’heure de la prière de l’après-midi – ‘asr –. Les gens cherchèrent de l’eau pour leurs ablutions, mais n’en trouvèrent pas. Alors on apporta à l’Envoyé d’Allah (‘alayhi salat wa salam) juste de quoi faire ses ablutions. Il mit sa main dans le vase et demanda aux gens de faire leurs ablutions. J’ai vu jaillir l’eau sous ses doigts. Tout le monde fit ses ablutions jusqu’au dernier. »
Ce récit est impressionnant macha Allah ! On peut remarquer à travers ce miracle, que le Messager d’Allah (‘alayhi salat wa salam) a une fois de plus, fait preuve d’une grande générosité envers ses compagnons (‘alayhoum salam).

La soumission de l’arbre à l’Envoyé d’Allah (saws).

Les miracles du Messager d’Allah (‘alayhi salat wa salam) eurent également lieu dans les moments où il était persécuté et où il se sentait affligé par ces persécutions. Les miracles étaient donc un signe d’Allah à son égard.
C’est ainsi qu’Al Bayhaqi rapporte d’après ‘Umar ibn al Khattab (qu’Allah l’agrée) que l’Envoyé d’Allah (‘alayhi salat wa salam) était une fois sur la montagne al Hujun (à la Mecque). Affligé par les persécutions que lui avaient affligé les associateurs, il dit : « Mon Dieu, montre-moi un signe après lequel je ne me soucierai guère de quiconque me traitera de menteur. » Il lui fut alors demandé d’appeler un arbre qui se trouvait dans une colline au nord de la Mecque. Ce qu’il fit, et l’arbre accourut vers lui en sillonnant la terre jusqu’à se mettre tout près de lui. Il lui ordonna ensuite de revenir à sa place et il s’exécuta. Il dit alors : « Dorénavant je ne me soucierai pas de quiconque me traitera de menteur. » On peut remarquer que derrière ce miracle se cache une sagesse de la part d’Allah. En effet, Il accorde des signes à Son Messager (‘alayhi salat wa salam) afin qu’il ne s’afflige pas.

« Les cailloux se mirent alors à glorifier la transcendance d’Allah ».

Les cailloux ont également fait l’objet d’un miracle du Prophète (‘alayhi salat wa salam). Ce miracle a été rapporté par Al-Bayhaqi d’après Abu Dharr qui a dit : « Je ne dirai que du bien de ‘Uthman après ce que j’ai vu. J’étais quelqu’un qui scrutait les moments où l’Envoyé d’Allah (‘alayhi salat wa salam) se trouvait seul [pour être auprès de lui]. Un jour, je le vis seul. Je profitai de cette occasion et je pris place à côté de lui. À ce moment arriva Abu Bakr, il le salua et s’assit à sa droite. Puis vint ‘Umar qui salua et s’assit à droite d’Abu Bakr. Enfin vint ‘Uthman qui salua et s’assit à droite de ‘Umar. Devant l’Envoyé d’Allah (‘alayhi salat wa salam) se trouvait sept cailloux – ou neuf cailloux –. Il les mit sur la paume de sa main. Les cailloux se mirent alors à glorifier la transcendance d’Allah en émettant un son doux comme celui des abeilles. Lorsqu’il les déposa sur le sol, ils se turent, mais dès qu’il les reprit et les mit dans la paume d’Abu Bakr, ils se mirent à glorifier la transcendance d’Allah en émettant un son tendre comme celui des abeilles. Le Prophète (‘alayhi salat wa salam) fit le même opération avec ‘Umar puis ‘Uthman et dit enfin « Voici la succession de la prophétie. » »
Les cailloux glorifiaient donc Allah par le biais du Prophète (‘alayhi salat wa salam). Leur glorification était audible par ceux qui étaient présents sur les lieux ! Macha Allah ! Cela relève bel et bien d’un miracle possible grâce à la volonté d’Allah !

Les pierres, les arbres et les montagnes qui saluent le Prophète (saws).

La nature saluait le Messager d’Allah (‘alayhi salat wa salam). On peut ainsi noter que les pierres, les arbres et les montagnes le saluaient. Cela a été rapporté à plusieurs reprises.
En effet, l’imam Ahmed rapporte d’après Jabir ibn Samura que l’Envoyé d’Allah (‘alayhi salat wa salam) a dit : « Je connais des pierres à la Mecque qui m’adressaient des salutations avant d’être chargé de la mission prophétique. Je peux les reconnaître aujourd’hui [au milieu des autres pierres]. » De plus, At Tirmidhy rapporte que ‘Ali ibn Abi Talib (qu’Allah l’agrée) a dit : « J’étais en compagnie du Prophète (‘alayhi salat wa salam) à la Mecque lorsqu’il a fait une tournée dans ses environs. Chaque fois qu’il faisait face à une montagne ou un arbre, celui-ci lui disait : « Que la paix soit sur toi, ô Envoyé d’Allah ! » ».
Les miracles du Prophète (‘alayhi salat wa salam) concernant le monde terrestre sont d’une grande variété et sont impressionnants macha Allah. La nature le saluait, lui parlait et lui obéissait, par la Grâce d’Allah.

Que la prière et le salut d’Allah soit sur notre Prophète bien-aimé, celui qui a été envoyé comme guide pour toute l’humanité.

AJIB.FR
***


France : Une « charte de l’imam » adoptée par le Conseil français du culte musulman (CFCM).

Mercredi 29 mars, le Conseil français du culte musulman a adopté une « charte de l’imam » afin de lutter contre les prêches et discours violents des imams.

Un code de bonne conduite .

Ce code de bonne conduite doit aider les responsables des mosquées à contrôler les recrutements et surtout les prises de paroles des imams. Cette charte pourra alors être signée dans chaque mosquée avec l’imam intervenant sur place. Abdallah Zekri, qui est président de l’Observatoire des actes islamophobes du CFCM, a apporté des détails : « En signant ce document, l’imam confirmera son attachement à un islam de juste milieu, il s’engagera également à respecter le pacte républicain et la laïcité ». Cependant plus de temps que prévu a été nécessaire dans la rédaction de cette charte, afin que tous les membres du CFCM se mettent d’accord sur son contenu.

Ce texte était voulu depuis plusieurs mois déjà, appuyé par le gouvernement, notamment en raison des attentats du 13 novembre 2015.


katibin.fr
***


France : La charte de l’Imam du CFCM rejetée en bloc par ses organes.

Le CFCM qui regroupe divers groupes d’intérêt liés aux ambassades d’Algérie, du Maroc et de Turquie et de l’UOIF n’a jamais eu aucune crédibilité et quelconque représentativité. Il s’enfonce encore et toujours un peu plus dans un spectacle risible et pitoyable.

L’actuel patron du groupe Anouar Kbibech du RMF lié aux services marocains et son nouvel inféodé Abdallah Zekri auquel on aurait fait des promesses de succession volée aux turcs, ont annoncé le lancement d’une « charte de l’imam ».

Cette charte prévoit à la manière du système catholique d’imposer des prières obligatoires et des prises de positions obligées favorables au gouvernement français et sa politique …

Mais en Islam il n’y a pas de pape, ni de Vatican, une chose que semble avoir oublié Kbibech et le gouvernement qui lui souffle toutes ces propositions à l’odeur de soufre.

Pour des raisons financières et politiques, la mosquée de Paris inféodée aux services d’Alger, l’UOIF et le groupe turc ont fait connaître leur opposition à cette charte. En effet, ceux-ci à l’approche de la déchéance de la gauche au pouvoir se rebellent (enfin) et font comprendre ainsi qu‘ils n’ont pas reçu la bonne part du gâteau de l’islam de France de la place Beauvau.

Une défiance en plus qui vient démontrer l’inexistence de ce cabinet fantôme CFCM aux mains du ministère de l’intérieur et des ambassades étrangères. Un jouet CFCM qui finit par se casser du fait de rivalités sur le contrôle et le partage de la finance avantageuse des lieux de cultes musulmans au mains d’associations véreuses au service des politiques islamophobes et non de ses fidèles.

Mais les musulmans de France sont libres et n’acceptent aucune ingérence dans leur culte que ce soit de Paris, d’Alger ou de Rabat. La communauté musulmane active pendant ce temps s’organise en dehors des mosquées qui ont pactisé et laisse les vendus s’entretuer pour plus de mépris encore.

La caravane passe et … vous connaissez la suite.

islametinfo.fr
***

Brexit : Londres active sa sortie de l’Union européenne.

C’est un jour historique pour le Royaume-Uni. Londres a officialisé aujourd’hui son intention de sortir de l’Union européenne, neuf mois après le référendum sur le Brexit, qui a profondément divisé les Britanniques.

Reportage vidéo à voir sur www.mouslimradio.info.
w w w . m o u s l i m r a d i o . i n f o .

islametinfo.fr
***


Une campagne photographique dénonce le harcèlement sexuel en Egypte.

L’impact des mots « Votre silence, c’est du harcèlement ! » intensifié par une série de photos saisissantes, la campagne contre le harcèlement sexuel en Egypte, conçue sous l’objectif de la photographe égyptienne Marwa Ragheb, mise sur le choc visuel créé par l’illustration de ce véritable fléau dans différents aspects de la vie quotidienne.

Considéré par certains comme la « 11ème plaie » nationale, ce tabou, qui est d’autant plus difficile à briser qu’il demeure entouré de silence et entaché de déshonneur, est dénoncé en images dans les principaux endroits où il sévit contre sa proie toute désignée : la gent féminine sans distinction de condition ou d’apparence, le port du voile, guère dissuasif en l’espèce, ne protégeant nullement contre les harceleurs à l’affût.

Dans les espaces publics, dans la sphère professionnelle, dans les transports en commun, cette campagne photographique, qui aspire à frapper les esprits et à inciter les témoins à sortir de leur inertie coupable, représente et symbolise de façon puissante cette violence ordinaire faite aux femmes.

Selon un rapport publié en 2013 par l’entité des Nations Unies pour l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes, 96,5% des Egyptiennes ont reconnu avoir subi sa forme la plus répandue (les mains balladeuses), tandis que 95,5% d’entre elles se sont dites victimes d’injures, souvent d’une extrême vulgarité.

oumma.com
***


Des banques françaises complices de la colonisation en Palestine.

Rapport réalisé par des syndicats, associations et ONG.

Des organisations ont travaillé ensemble à la publication d’un rapport établissant les liens de BNP-Paribas, BPCE, Crédit Agricole, Société générale et l’assureur Axa avec la colonisation en Palestine. Il s’agit de l’Association France Palestine Solidarité (AFPS), le CCFD-Terre solidaire, la CGT, la FIDH, Al-Haq, la LDH, Fair Finance France et Solidaires.
Des actions ont commencé

En région en direction des établissements concernés, nous vous invitons à contacter ces autres organisations, en particulier l’AFPS, qui a commencé ce travail. Voir le matériel de campagne déjà disponible.

De plus une action d’interpellation en ligne est proposée sur le site de Fair Finance : il s’agit d’interpeller massivement les 5 banques et assurances.

L’objectif est d’obtenir comme nous l’avions réussi pour Orange que cesse ces partenariats et investissements complices.
Avec le rapport joint, elles ont publié le communiqué suivant :

Plusieurs organisations (Association France Palestine Solidarité, CCFD – Terre Solidaire, Fair Finance France, FIDH, LDH, Solidaires, CGT et Al-Haq) publient aujourd’hui un rapport sur « Les liaisons dangereuses des banques et assurances françaises avec la colonisation israélienne ». Il met en lumière les liens entre certaines banques et assurances françaises et des banques et entreprises israéliennes impliquées dans le maintien et le développement des colonies israéliennes.

La colonisation israélienne dure depuis 50 ans. Illégale au regard du droit international, elle ne cesse de s’accélérer. La planification de 6 000 nouveaux logements depuis janvier 2017 en est la dernière manifestation. Dans la continuité de ses résolutions antérieures, le Conseil de Sécurité de l’ONU a adopté le 23 décembre 2016 la résolution 2334(1), exigeant notamment d’Israël « qu’il arrête immédiatement et complètement toutes ses activités de peuplement dans le Territoire palestinien occupé, y compris Jérusalem-Est ».

Cette colonisation ne pourrait exister sans la contribution des banques israéliennes qui financent les constructions, et des sociétés israéliennes qui fournissent services et infrastructures dans les colonies. Le système bancaire israélien constitue un outil essentiel de la politique de colonisation, et les entreprises israéliennes contribuent au maintien et au développement des colonies israéliennes. En 2013 déjà, une mission d’enquête indépendante des Nations Unies dénonçait le rôle primordial des banques israéliennes dans la colonisation et les conséquences en termes de violations des droits de l’homme.

L’enquête menée par nos organisations révèle des liens financiers entre ces entités israéliennes et les groupes bancaires français suivants : BNP Paribas, Société Générale, Crédit Agricole (et sa filiale LCL), BPCE (et sa filiale Natixis), et AXA.

Chacune de ces sociétés détiennent plusieurs participations minoritaires, de manière directe ou indirecte, dans des banques ou entreprises actives dans les colonies israéliennes (2). Au- delà de ces participations, ces sociétés financent des projets d’entreprises directement impliquées dans la colonisation. Ce fut notamment le cas lors de l’octroi d’un prêt en 2004 de 288 millions d’euros par un consortium de banques (dont BNP Paribas, Société Générale, Crédit Lyonnais et Natixis), à l’Israel Electric Corporation (IEC). Cette entreprise approvisionne directement les colonies en électricité.

Les banques et assurances françaises concernées ont toutes adhéré à des lignes directrices internationales et pris des engagements relatifs au respect des droits humains. Mais la pratique ne suit pas. Tant qu’elles persisteront à financer des banques et entreprises israéliennes actives dans le maintien et développement des colonies israéliennes, elles continueront à soutenir et cautionner ces dernières.

De nombreuses institutions financières étrangères (3), publiques ou privées, se sont d’ores et déjà publiquement désengagées de banques et entreprises israéliennes actives dans les colonies. Par leur refus de prendre un engagement public fort, les banques et assurances françaises concourent à la poursuite de la colonisation et aux violations des droits humains qu’elle induit. Et ce, malgré les différentes interpellations des organisations auteures de l’étude.

La responsabilité du gouvernement français est également pointée dans le rapport. En effet, la France soutient la politique européenne de « différenciation » territoriale entre Israël et ses colonies. Cette politique met en garde les entreprises sur les risques juridiques, économiques et réputationnels, d’entretenir directement ou indirectement des liens financiers et économiques avec les colonies israéliennes en territoire palestinien occupé. Le Parlement vient par ailleurs d’adopter la loi sur le devoir de vigilance des sociétés mères et entreprises donneuses d’ordre, qui s’applique aux banques et aux assurances. Celles-ci seront obligées de publier un plan de vigilance identifiant les risques potentiels que leurs activités et leur chaîne d’approvisionnement sont susceptibles de provoquer sur les droits humains et l’environnement.

L’Etat français, en laissant les institutions financières françaises financer les entreprises impliquées dans le maintien et le développement des colonies israéliennes, soutient indirectement la colonisation. Le gouvernement français doit faire pression sur les banques et assurances pour leur demander de mettre fin à l’ensemble de leurs soutiens. Par ailleurs, l’implication directe d’Alstom dans des grands projets d’infrastructures dans les colonies israéliennes est plus que problématique(4). Là-encore, l’Etat, en tant qu’actionnaire, doit intervenir pour y mettre fin.

1. https://www.un.org/webcast/pdfs/SRES2334-2016.pdf

2. http://www.fairfinancefrance.org/media/373618/links-between-french-banks-and-companies-profiting-from-the-occupation-of-160628.pdf
http://www.fairfinancefrance.org/media/373619/links-between-french-fis-and-israeli-banks-160614.pdf

3. C’est notamment le cas du fonds de pension du Gouvernement norvégien (2010), du fond de pension néerlandais PGGM (2013), du fonds de pension Luxembourgeois FDC (2014) des banques danoise et allemande, Danske Bank (2014) et Deutsche Bank (2014) et du fonds de pension de l’Eglise Méthodiste américaine (2016).

4. Centrale électrique avec Israel Electric Corporation (IEC) ; tramway de Jérusalem.

Sources: Solidaires

oumma.com
***


Palestine : La première batteuse de Gaza s’accroche à son rêve, envers et contre tout.

Si vous demandez à la jeune gazouie, Nana Ashour, où elle se sent vraiment à son aise dans la plus grande prison à ciel ouvert du monde, elle vous répondra sans hésiter que c’est assise derrière sa batterie, là où son talent inné pour les percussions s’est épanoui malgré l’injustice, le malheur et la souffrance qui l’entourent, au cœur d’une société conservatrice où son apparence et sa passion musicale détonnent.

Le pouce levé en signe de victoire, sur elle-même, sur les mentalités, mais aussi sur les dangers permanents qui guettent et font de Gaza, placée sous le joug de la tyrannie israélienne, une ville martyre, la première batteuse de l’enclave palestinienne affiche sa volonté de braver tous les obstacles qui jalonneront sa route.

Sur le chemin qui la mène vers l’école de musique Sayed Darwish et qu’elle emprunte quotidiennement avec un enthousiasme à toute épreuve, cette instrumentiste très prometteuse tente de faire abstraction des jugements à l’emporte-pièce qui lui reprochent de ne pas respecter les traditions, de s’adonner à une activité transgressive, voire « Haram », d’autant plus choquante pour certains que la bande de Gaza subit les affres d’une occupation cruelle et mortifère.

L’oreille musicale de Nana Ashour n’est pas sourde aux critiques qui fusent. Elle perçoit distinctement la forte dissonance que peut générer son goût pour la musique en général, et la batterie en particulier, chez une grande partie de la population.

Soutenue par ses parents qui, impressionnés par sa dextérité et son sens artistique, l’ont toujours encouragée à poursuivre dans cette voie, ainsi que par Ibrahil al-Najjar, 70 ans, le directeur du Conservatoire national Edward Saïd de Gaza qui voit en elle un véritable phénomène, tant l’art de la batterie n’est pas celui qu’affectionnent habituellement les jeunes musiciennes en herbe, Nana Ashour réalise d’autant mieux la chance qu’elle a de jouir de la confiance des siens.

« Je suis très chanceuse que mes parents et d’autres personnes proches croient en mon talent », a-t-elle confié dans un entretien à Middleasteye, pleine de gratitude. « J’ai conscience qu’il est très inhabituel pour des parents à Gaza de permettre à leur fille d’apprendre à jouer de la batterie ou de se rendre seule à une école de musique, mais mes parents me font confiance et j’apprécie leur façon unique de m’élever », a-t-elle ajouté, en précisant que l’autre écueil, et non des moindres, auquel elle se heurte est la pénurie d’instruments de musique et le coût onéreux des équipements de batterie.

Mais qu’à cela ne tienne ! Dès qu’elle se saisit de ses baguettes et commence à taper, en rythme, sur la batterie usagée du Conservatoire national de Gaza, la seule et unique mise à sa disposition pour se perfectionner, tous ses problèmes disparaissent comme par magie. Elle s’accroche alors de plus belle, avec toute la fougue de la jeunesse, à son rêve le plus cher : se produire devant un public.

« Jouer dans un concert, c’est un rêve pour moi », s’est-elle exclamée avec des étoiles plein les yeux, renchérissant : « J’imagine constamment le moment où je me tiendrai sur scène et où je verrai la réaction des gens en me découvrant derrière mon instrument ».

Le doux rêve qui berce les nuits de Nana Achour n’est plus inaccessible, puisque la jeune virtuose de la batterie a entamé ses premières répétitions en vue de se distinguer sur la scène du Centre culturel Al-Mishal, lors du grand événement organisé prochainement par son école de musique.

Alors que les projecteurs seront braqués sur elle pour la première fois de sa vie, nul doute que la seule et unique batteuse de Gaza fera sensation et, qui sait, créera peut-être des vocations. « Je ferai de mon mieux pour rendre mes proches et les habitants de Gaza fiers de moi. J’aimerais également que mon exemple inspire d’autres jeunes filles qui ont, elles aussi, des rêves mais qui y ont renoncé », insiste-t-elle, avant de se remettre à son art musical exigeant qui ne supporte aucune fausse note.

Reportage vidéo à voir sur www.mouslimradio.info.
w w w . m o u s l i m r a d i o . i n f o .

oumma.com
***


Aucun citoyen africain n’a obtenu un visa pour le sommet du commerce africain en Californie.

Tous les délégués invités à participer au sommet mondial sur l‘économie et le développement à l’Université de Californie du Sud se sont vu refuser le visa.

L’information a été donnée par Mary Flowers, présidente du sommet. Ils étaient 100 personnes invitées, dont des conférenciers, des représentants du gouvernement de la Sierra Leone, de la Guinée, du Ghana, du Nigeria, de l’Ethiopie et de l’Afrique du Sud.

« D’habitude 40 % de nos demandes de visas sont refusés, mais les autres viennent… Cette année, nous avons enregistré 100% de refus. Toutes les délégations sont découragées », a dit Mme Flowers.

L’Afrique est le continent qui enregistre le plus de refus de visa américain au monde, selon des données du Département d‘État américain.

« Je dois dire que la plupart d’entre nous pensent que c’est une discrimination envers les pays africains… Nous en faisons de plus en plus l’expérience, les personnes refoulées sont des hommes d’affaires légaux qui ont un lien avec le continent », a jouté Marry Flowers.

Le Sommet sur l’Afrique prévu pour le 16 mars a été annulé en raison de l’absence des Africains, le Département d‘État américain n’a pas fourni d’explications sur ces refus.

Les Africains ont toujours été confrontés à des difficultés pour l’obtention de visas américains. Dans l’ordonnance du président Donald Trump interdisant aux ressortissants de six pays de se rendre aux Etats-Unis, figure la Somalie, la Libye et le Soudan.

Africa24.info
***


30 millions d’Africains pourraient arriver en Europe dans dix ans selon le président du Parlement européen.

Le président du Parlement européen Antonio Tajani a souligné la nécessité d’investir en Afrique pour éviter que des dizaines de millions d’immigrés ne viennent trouver refuge en Europe. La menace terroriste a également été évoquée.

Interrogé par le journal allemand Die Welt sur la crise migratoire et le flux de candidats africains à l’asile qui tentent de rallier l’Europe, Antonio Tajani a appelé l’Union européenne «à investir des milliards [en Afrique] et à développer une stratégie sur le long terme».

«L’Afrique se trouve dans une situation dramatique» et «si nous ne parvenons pas à résoudre les problèmes centraux des pays d’Afrique, 10, 20, voire 30 millions d’immigrés vont arriver en Europe d’ici dix ans», a-t-il alerté.

D’autant que «l’Etat islamique cherche à faire entrer des terroristes avec les réfugiés», a-t-il ajouté. Daesh explique aux djihadistes «qu’il est maintenant facile de mener une attaque dans un Etat européen avec un couteau ou une voiture», a-t-il assuré.

Antonio Tajani s’est dit favorable à l’instauration sur le sol africain «de camps d’accueil sous la protection de l’ONU et de forces armées européennes», sorte de «villes provisoires avec des hôpitaux et des infrastructures pour les enfants où les gens pourront vivre de façon provisoire».

Après la fermeture de la route migratoire des Balkans en mars 2016, les Européens veulent s’atteler au casse-tête de la Méditerranée centrale mais se heurtent aux réticences de leurs partenaires africains et au manque d’interlocuteurs en Libye, d’où embarquent la plupart des migrants, dont beaucoup périssent en mer.

Selon l’ONG espagnole Pro-Activa Open Arms, environ 250 migrants africains seraient ainsi morts dans le naufrage de deux canots gonflables repêchés le 23 mars au large de la Libye.

Africa24.info
***


La Turquie annonce la fin de son opération militaire en Syrie.

Le Premier ministre turc a annoncé que l’opération «Bouclier de l’Euphrate», lancée par les forces armées turques en août 2016, touchait à sa fin. Il se félicite d’un «succès» et annonce d’autres opérations.

L’opération «Bouclier de l’Euphrate» lancée par l’armée turque en août 2016 vient de prendre fin, a annoncé Binali Yildirim, le Premier ministre turc, dans un entretien accordé à la chaîne NTV le 29 mars.

«Le but était d’assurer la sécurité nationale, de repousser la menace de Daesh et de permettre le retour des réfugiés syriens chez eux : c’est une mission accomplie avec succès», a par ailleurs annoncé le gouvernement dans un communiqué publié à l’issue d’une réunion de sécurité à laquelle participait également le président turc Recep Tayyip Erdogan.

L’objectif était surtout pour Ankara de sécuriser sa frontière avec la Syrie en repoussant à la fois l’Etat islamiques et les forces kurdes – deux mouvements que la Turquie considère comme terroristes. L’armée turque s’est notamment appuyée sur les forces démocratiques syriennes, également soutenues par les Etats-Unis.

L’intervention d’Ankara avait été condamnée par le gouvernement syrien qui l’avait qualifiée de «violation» de son territoire, notamment après que le président turc avait déclaré vouloir faire tomber Bachar el-Assad. Il avait demandé en vain aux Nations unies d’œuvrer au retrait de ces «troupes d’invasion».

Africa24.info
***

France : Pour la séparation de la Mosquée et de l’État.

Alors que les différents candidats à la présidentielle multiplient les propositions, de Macron qui souhaite une « restructuration de l’islam-de-France » menée par l’État, à Fillon qui parle d’une « mise sous tutelle » (on se demande bien comment il pourra faire plus que la situation actuelle), Marine le Pen réclame elle le respect scrupuleux de la loi de 1905 (sur la séparation de l’Église et de l’État). On se rappelle ainsi que la fameuse Association des Oulémas Algériens, menée par le sheykh Ibn Badis (entre autres), avait réclamé dès les années 30 l’application stricte de la loi de 1905 en Algérie et donc, la fin de la tutelle républicaine sur les mosquées. Une requête à laquelle l’administration coloniale avait répondu – dans l’inversion accusatoire qui caractérise si bien la République – qu’elle comptait bien « préserver les édifices religieux de cette irruption insolite de la politique. »

De la même manière, puisque n’étant pas dans le cadre d’un état islamique où domaines cultuel et politique seraient naturellement complémentaires, et puisque les « petits arrangements » et autres financements déguisés de certains élus avec les différentes structures musulmanes n’ont rien de gratuit et ne servent qu’à mieux contrôler les musulmans de France, ne faudrait-il pas exiger la stricte application de cette fameuse loi de 1905 ? De même, l’interdiction totale des financements étrangers, quand on connaît le rôle des différents consulats dans la domestication de l’islam de France pour le compte de la métropole, ne serait-t-elle pas une « divine surprise » permettant d’assainir la communauté, nous soulageant au passage de pas mal de « native informants » et autres escrocs en tout genre ?

Si tel était le cas, nul doute que certains « imams »-fonctionnaires n’hésiteraient pas à affirmer, comme leurs honteux prédécesseurs collabos qui avaient mené campagne pour le maintien de la tutelle française contre la proposition d’Ibn Badis : « Le principe fondamental dans la loi musulmane selon lequel la sauvegarde du culte musulman est inséparable de l’autorité du pouvoir central (…) confère au gouvernement français des droits et des devoirs en même temps qu’ils lui imposent des responsabilités qui leur sont intimement liées. »

desdomesetdesminarets.fr
###################################
####### Aujourd’hui en Palestine #######
####################################

Aujourd’hui en Palestine, Voici les principaux titres du site d’information, C P I, Centre Palestinien D’Information.

.
Les forces d’occupation israéliennes ont arrêté cet après-midi un nombre d’activistes membres de « la Campagne nationale pour lever l’état de siège imposé à la ville d’Hébron » et ce lors de la célébration de la Journée de la Terre dans la cité de Jabeur près de la colonie de Qariat 4 installée sur les terrains des palestiniens.
.
Déclaration Prévue de Netanyahu sur la construction d’une colonie pour les colons d’Amouna
.
Marathon à Jénine pour célébrer la Journée de la Terre
.
Abou Marzouk conclut sa visite au Liban
.
Les Palestiniens commémorent le 41ème anniversaire de la journée de la Terre
.
Des dizaines de blessés après la répression des activités de la Journée de la Terre
.
Hamas: Notre peuple s’accroche à sa terre et sa résistance
.
Sit-in de la famille d’un prisonnier politique condamnant sa torture
.
Un prisonnier de Jénine libéré après 15 ans de captivité
.
Le prisonnier Youssef Eskafi toujours privé de la visite de sa famille
.
Affrontements et arrestations à Jénine, Hébron et Naplouse
.
Des activistes du Mont du Temple veulent sacrifier des bêtes dans les cours d’al-Aqsa pour la Paque juive
.
Libération d’un pêcheur palestinien après une semaine de détention
.
Un jeune homme palestinien arrêté à Tubas
.
Affrontements et barrages sionistes à Qalqilia
.
Abbas au Sommet arabe : Israël veut saper la solution à deux Etats
.

Retrouvez l’intégralité de tout ces articles sur http:// french pal info.com
.


Le Centre Palestinien D'Information