MouslimRadio Programmes de diffusion sur MouslimRadio

Actuellement, en direct sur Loading ...


Flash info du 1er Rajab 1438.

Flash info du 1er Rajab 1438.

Ecouter le coran, des hadith, des conférences, des annonces divers, des anashids (sans musique), et bien d’autres choses, en direct sur MouslimRadio :
www.MouslimRadio.info

******************************************************************


France : Benoît Hamon soutient Karim Benzema.

Ce lundi 27 mars, Benoît Hamon invité de « L’Equipe du soir » déclare que la polémique autour de Benzema est liée à ses origines.

Une médiatisation à deux vitesses.

Sur le plateau, le journaliste en entretien avec Benoît Hamon est venu à parler de Benzema, toujours écarté de l’équipe de France suite à l’affaire de la sextape. Il a rappelé qu’ « une partie du buzz médiatique est venue de la classe politique (…), en revanche on ne l’a pas entendue du tout dans le cas de Karabatic ». En effet, Manuel Valls avait notamment appelé le sélectionneur des Bleus à ne plus faire appel à Benzema. Parallèlement, le handballeur français Karabatic qui a été reconnu coupable dans une affaire de paris truqués, n’a quant à lui suscité aucune polémique et a continué à participer à des compétitions sous le maillot français.

Une critique sans tabou.

Benoît Hamon qui a reconnu la responsabilité des politiques a répondu : « Il y a un climat, en France, raciste qui existe et qui est fort. Aux yeux de certains, Benzema était l’archétype du jeune joueur issu de la banlieue, non respectueux de la République » (…). Ça s’appelle la discrimination, la réalité du fait qu’on n’a pas le même jugement sur un jeune français d’origine musulmane que sur un jeune français non musulman ». Le vainqueur de la primaire de gauche est ainsi favorable à un retour du joueur en sélection nationale : « Si Benzema joue bien et qu’il est bon en club et qu’il n’y a pas meilleur que lui, oui, je suis pour son retour. C’est un sujet sportif », a-t-il ajouté.

Un Benoît Hamon qui parle sans tabou du racisme en France. Enfin un politicien qui dit tout haut ce que beaucoup refusent d’admettre.


katibin.fr
***


Le Yémen face à une crise humanitaire : famine, choléra, guerre…

Cela fait deux ans que le conflit armé dure au Yémen. Les premières victimes sont les civils qui, de jour en jour, voient leur accès à la nourriture de plus en plus compliqué.

7 700 morts en deux ans dont 1 546 enfants.

Au Yémen, les Houtis, en lien avec l’Iran, s’opposent au président Hadi soutenu par l’Arabie Saoudite. Un conflit qui coûte énormément en armement mais aussi en vies humaines. D’après l’ONU, il y a eu 7 700 morts en deux ans dont 1 546 enfants. La faim se répand également de plus en plus dans un pays considéré comme le plus pauvre de la région. L’insécurité alimentaire s’ajoute ainsi aux menaces auxquelles doit faire face la population. Stephen O’Brien, coordinateur des Nations Unies, a déclaré : « Sept millions de Yéménites ne savent pas exactement comment ils feront pour trouver la nourriture nécessaire à leur prochain repas. C’est cette situation qui nous a fait lancer cet appel à l’aide: il y a un réel danger de famine au Yémen. » Bien que de l’aide alimentaire arrive dans le pays, elle reste souvent bloquée en raison de l’insécurité sur le terrain. Aujourd’hui ce sont trois millions de femmes et d’enfants qui souffrent de malnutrition aiguë.

Le choléra s’ajoute à ce constat tandis que l’accès aux soins est rendu difficile par les bombardements des centres de santé mis hors service.


katibin.fr
***


France : L’initiative de Benoît Hamon pour la reconnaissance de l’État palestinien.

En février dernier lors de sa rencontre avec Mahmoud Abbas, Benoît Hamon avait appelé à la reconnaissance de l’Etat palestinien. Cette initiative reste plus que jamais d’actualité.

Pour la sécurité d’Israël.

Interrogé très récemment sur le sujet, le candidat du Parti Socialiste à la présidentielle a parlé de sa volonté de reconnaître un Etat palestinien pour assurer la sécurité d’Israël et sa pérennité. Dans l’émission BFM Politique, il a déclaré : « Notre devoir historique est d’assurer la pérennité et la sécurité d’Israël. Or une des clés pour faire tomber l’hostilité régionale à l’égard d’Israël, c’est la création d’un État palestinien viable et durable » . Benoît Hamon a pointé du doigt la responsabilité de la communauté internationale face à la solution à deux Etats qui s’éloigne chaque jour davantage notamment en raison de la colonisation.

Les paroles face aux actes… Quelle sera l’issue réelle du discours de Benoît Hamon s’il venait à être élu président ?


katibin.fr
***


La Chine exige à la France la justice pour le chinois tué par la police parisienne.

La Chine via son ambassade a fait connaître sa colère suite au meurtre d’un ressortissant chinois à Paris.

L’homme, comme nous vous le relations dans un article précédent, a été tué par la police chez lui devant ses enfants. Tout laisse à penser à une « bavure » policière qui a très mal tourné.

Des exactions dont les minorités visibles sont désormais accoutumées d’où un soutien spontané de la communauté musulmane pour la famille du défunt.

La Chine par voie diplomatique a fait connaître sa colère auprès des plus haute autorité française. Pékin a exigé que le gouvernement français fasse « toute la lumière sur cette affaire » et qu’elles « prennent des mesures efficaces afin de protéger la sécurité des droits et les intérêts légitimes des citoyens ».

Une réaction qui tranche avec celles des pays arabes musulmans qui eux collaborent systématiquement dans l’islamophobie systémique française.

islametinfo.fr
***


Palestine : Le cofondateur du mouvement BDS, Omar Barghouti, détenu depuis plus d’une semaine par Israël.

Le dimanche 19 mars, le cofondateur du mouvement BDS et fervent défenseur des droits de l’Homme, Omar Barghouti a été arrêté par les autorités fiscales israéliennes qui ont fait irruption chez lui. Il a été interrogé ainsi que son épouse Safa.

Ce n’est pas la première mesure d’intimidation à son encontre puisque cela fait des années qu’il subit des menaces et diverses répressions par le gouvernement d’extrême-droite israélien. Ce dernier considère d’ailleurs le mouvement BDS comme une « menace stratégique » à l’encontre du système axé sur les injustices vis-à-vis des Palestiniens.

En mars 2016, il y a un an déjà, des ministres en personne avaient menacé Omar Barghouti et des têtes dans la défense des droits de l’Homme de mesures drastiques pouvant aller jusqu’à « l’élimination civile ciblée ».

L’incursion au domicile d’Omar Barghouti fait suite à ce contexte et à l’échec du gouvernement à annuler son permis de résident permanent. Une affaire tirée par les cheveux de revenu perçu hors Israël à donc été mise en scène afin de ternir l’image du militant respecté.

Cette investigation qui inclut une interdiction de voyager intervient quelques semaines avant le déplacement prévu d’Omar Barghouti pour les Etats-Unis où il devait recevoir le Prix Gandhi pour la paix (Gandhi Peace Award) lors d’une cérémonie à l’université de Yale.

Cette tentative désespérée de faire taire l’un des hommes les plus actifs dans la lutte contre l’oppression et l’injustice démontre les limites du gouvernement israélien et son échec dans sa politique d’apartheid et de colonisation.

islametinfo.fr
***

France : Un homme chinois tué par la police devant ses enfants.

Le drame a eu lieu en début de semaine.

La police en civil intervient suite à des plaintes d’un voisin pour tapage nocturne.

La famille entend alors des violents coups sur la porte et prend peur, le père hésite à ouvrir et pense à une agression. La police est en civil et rien ne laisse à penser à une intervention policière.

Le père se trouve devant les policiers alors que le porte est défoncée un ciseau à poisson dans les mains. La police n’hésite pas un instant, sans un rappel à l’ordre, sans même un coup de sommation, elle tire sur le quinquagénaire qui s’écroule devant sa famille terrorisée.

La police bloque alors l’accès à la famille de leur père mourant. Il décède alors que la famille est confinée dans une pièce pendant 2 heures par les policiers alors qu’elle ne représente aucun danger.

La presse française a immédiatement pris fait et cause pour la police sans mener d’investigation sur cette étrange intervention meurtrière. Pour beaucoup on parlait sans doute d’une famille musulmane et on attendait avec impatience l’excuse de radicalisation venir étouffer définitivement l’affaire et justifier le meurtre.

Mais tel n’est pas le cas. La famille chinoise a tenu à témoigner pour faire éclater la vérité que certains voulaient faire taire. Et la version n’est pas du tout la même …

Évidemment sur les réseaux sociaux la réaction a été vive et on a pu assister à un réel soutien moral de la communauté musulmane aux victimes. Une communauté muslima qui est habituée aux stigmatisations et aux outrances de la police ne pouvait que comprendre la détresse de cette famille mille fois vécue.

En France, la police a toujours été incapable de défendre la communauté chinoise face à la délinquance voilà maintenant qu’elle tue un chinois chez lui devant sa famille. Une preuve de plus que la France réserve systématiquement aux minorités ethno-confessionnelles un traitement inique différent de celui de la majorité.

Reportage vidéo à voir sur www.mouslimradio.info.
w w w . m o u s l i m r a d i o . i n f o .

islametinfo.fr
***


Richard Gere compare la vie des Palestiniens à Hébron à la ségrégation aux USA.

Le célèbre acteur Richard Gere a tenu une parole audacieuse et montre son implication pour un monde de paix usant de sa position de célébrité. Il a comparé ce que vivent les Palestiniens à Hébron, en Cisjordanie, à la ségrégation vis-à-vis de la population noire aux Etats-Unis.

C’est à Hébron même que l’acteur de « Pretty Woman » a dénoncé la politique du gouvernement israélien accompagné d’anciens soldats israéliens actifs dans cette lutte. Le groupe s’appelle « Breaking the silence ».

Richard Gere a rapporté la similarité entre le sud des Etats-Unis sous la ségrégation et la situation actuelle à Hébron.

islametinfo.fr
***


France : Un village des Vosges dit « Merci aux migrants ».

A Monthureux-sur-Saône, un petit village des Vosges, les migrants arrivés de Calais il y a six mois vont rejoindre d’ici mi-avril un centre pour demandeurs d’asile à environ 50 kilomètres plus loin, à Epinal. Mais les Monthurolais sont déjà nostalgiques:

« Merci aux migrants. On a vu des personnes qui avaient beaucoup moins que nous et qui gardaient le sourire », raconte une habitante. « Ça va faire un grand vide pour moi puisque j’étais au quotidien avec eux « , rapporte la gérante du tabac.

Satisfait de la réussite de la mission, le maire étudie d’autres formes d’accueil pour les migrants à l’avenir.

islametinfo.fr
***


Yémen : plus de 10 000 attaques contre les femmes recensées en 2016.

Le Fonds des Nations unies pour la population (FNUAP) rapporte, lundi 27 mars, qu’il a recensé plus de 10 000 attaques contre les femmes au Yémen en 2016.

« Les déplacements et la dégradation des mécanismes de protection ont radicalement augmenté la vulnérabilité des femmes et des filles face aux violences alors que leur position dans la société n’était déjà pas favorable avant la guerre », a indiqué le FNUAP dans un communiqué.

Le rapport tombe deux ans après le lancement de l’intervention au Yémen par une coalition militaire arabe dirigée par l’Arabie Saoudite contre des rebelles houthis. Selon le FNUAP, « les incidents liés à des violences à caractère sexiste ont augmenté de 63 % au cours des deux dernières années ».

Il évoque aussi « plus de viols, de violences domestiques, de mariages forcés de jeunes filles, d’abus physiques et psychologiques à l’encontre des femmes et des filles par rapport aux chiffres établis deux ans auparavant ». L’organisation internationale indique par ailleurs que 18,8 millions de personnes nécessitent aujourd’hui une aide humanitaire au Yémen dont 10,3 millions en urgence.

Six ONG (Médecins du Monde, Care, Solidarités international, Première Urgence internationale, Action contre la Faim et Handicap International) ont alerté l’opinion publique du désastre humanitaire dans le Yémen. Le conflit a provoqué la mort de plus de 7 500 personnes.

saphirnews.com
***


France : La mort de Liu Shaoyo, une bavure policière pour les Chinois de France.

Après Adama et Théo, une autre affaire de violences policières fait jour en France. Liu Shaoyo, un Chinois de 56 ans, a été tué par balle, dimanche 26 mars, lors d’une intervention policière à son domicile dans le 19e arrondissement de Paris.

D’après des agents de la brigade anti-criminalité (BAC), la police a été appelée pour un « différend familial » dans une immeuble du quartier Curial. « Dès l’ouverture de la porte » de l’appartement, Liu Shaoyo se serait précipité pour agresser un des policiers avec une paire de ciseaux. L’un des agents aurait alors ouvert le feu pour protéger son collègue, blessant mortellement le père de famille.

Calvin Job, l’avocat de la famille, affirme que ses clients « contestent totalement la version des faits » exposée par les policiers, expliquant que Liu Shaoyo « n’a blessé personne ». Selon lui, « un voisin a appelé la police en disant qu’il y avait des cris » mais il n’y a eu « aucun différend familial ». La victime était « en train de tailler des poissons avec des ciseaux », rapporte-t-il. « Les policiers ont ouvert de force la porte de l’appartement, ce qui l’a propulsé vers l’arrière », ajoute l’avocat. Il précise que le quinquagénaire n’a « porté aucun coup » et « ne s’est pas précipité » sur les policiers. Par ailleurs, l’agent de la BAC aurait « tiré sans sommation » dans la zone du thorax.

La famille du défunt doit être entendue mardi après-midi par l’Inspection générale de la police nationale (IGPN) qui a été saisie de l’enquête. Les quatre enfants de Liu Shaoyo, dont certains disent avoir assisté à la scène, se sont exprimés à la télévision. La vidéo d’une partie de l’entretien est visible sur Facebook

« Indépendamment du témoignage des jeunes filles qui mettent en doute la version policière, ce qui est choquant est l’usage disproportionné de l’arme à feu par notre police », déclare l’Association des jeunes chinois de France (AJCF), qui a exprimé sa solidarité envers la famille du défunt et dénoncé une bavure policière.

Dans la soirée du lundi 27 mars, environ 150 personnes se réunies pour un rassemblement devant le commissariat du 19e arrondissement. La manifestation a dégénéré et 35 personnes ont été interpellées par la police.

Lors d’une conférence de presse organisée mardi 28 mars, Hua Chunying, le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, a indiqué que la Chine a « exigé » que la France fasse « toute la lumière sur cette affaire ». Pékin a demandé à Paris de protéger « la sécurité et les droits » de ses ressortissants.

saphirnews.com
***


France : A Dammartin-en-Goële, un projet de mosquée qui irrite la mairie .

Une réunion publique autour du projet de mosquée à Dammartin-en-Goële (Seine-et-Marne), à l’initiative de l’Association culturelle et cultuelle de Dammartin-en-Goële (ACCDG), a été organisée dans l’après-midi du dimanche 26 mars afin de présenter les contours de l’initiative et de répondre aux interrogations des habitants. Dammartin-en-Goële a été tristement rendue célèbre après l’assaut contre les frères Kouachi, auteurs des attentats en janvier 2015, alors qu’ils étaient retranchés dans une imprimerie de la commune.

La réunion s’est déroulée sans la présence de Michel Dutruge, maire LR de Dammartin-en-Goële, qui s’est indigné dans un communiqué en date du 23 mars de la tenue d’une réunion « faite sans aucune concertation avec le conseil municipal », sur un projet dont la maire découvre « l’existence en même temps que tous les habitants de notre ville ».

« Dans la plus grande transparence, la municipalité a alloué le prêt (du) gymnase (municipal Jesse Owens, ndlr), dans le cadre d’une réunion d’information uniquement auprès de leurs adhérents. La mairie se dit trompée quant à la véritable nature de cet évènement et à la présentation de ce projet », a-t-elle indiqué. Déplorant les méthodes utilisées par l’ACCDG « à des fins de propagande sans avoir consulté, ni présenté leur projet aux élus locaux », la mairie déclare ne pas cautionner « ce genre de comportement irresponsable allant à l’encontre du dialogue nécessaire au bien vivre ensemble ». En conséquence, le maire ne s’est pas rendu à l’événement qui a accueilli environ 200 personnes.

« Je ne comprends pas sa réaction, il a bien été prévenu mais il nous ignore. Pourtant, tout a été fait dans la transparence. Nous ne l’avons plus revu depuis le 5 janvier, date à laquelle nous l’avons rencontré pour lui parler du projet », a déclaré le porte-parole de l’association, cité par Le Figaro. « Nous avons tous reçu les mêmes mails d’information. Il faut que le maire assume ses responsabilités et qu’il avoue ne pas avoir envie de leur vendre le terrain », a appuyé en ce sens Stéphane Jabut, ancien maire PS de Dammartin.

L’ACCDG souhaite mettre en oeuvre son projet sur un terrain de 2 500 m2 dans lequel serait construit un bâtiment de 900 m2 qui conprendra tant des espaces culturels que cultuels. Les salles de prière pourraient accueillir environ 800 personnes lors de la prière du vendredi. Le coût des travaux reviendrait à 3 millions d’euros. L’association entend combler ainsi un vide dans les alentours : le lieu de culte musulman le plus proche de Dammartin est situé à une quinzaine de kilomètres, à Mitry-Mory.

saphirnews.com
***


Tunisie : vers une autorisation du mariage des femmes aux non-musulmans ?

Une soixantaine d’associations tunisiennes font front commun pour réclamer l’autorisation aux femmes de se marier avec des non-musulmans.

Elles ont appelé, lundi 27 mars, à l’abrogation d’une circulaire prônant une telle interdiction depuis 1973, estimant qu’elle viole la liberté de conscience et la non-discrimination entre les citoyens inscrites dans la Constitution ainsi que dans diverses conventions internationales ratifiées par la Tunisie en matière de libertés individuelles et d’égalité entre les hommes et les femmes.

En Tunisie comme dans d’autres pays à majorité musulmane, un certificat de conversion du futur conjoint délivré par le mufti de la République est actuellement exigé pour enregistrer toute union entre une femme considérée comme musulmane et un ex-non-musulman, auquel cas leur mariage ne saurait être reconnu en Tunisie, de même que les enfants qui naîtraient de l’union. Une telle formalité n’est en revanche pas exigée des Tunisiens souhaitant épouser une non-musulmane.

La loi n’est pas inscrite dans le Code du statut personnel adopté en 1956 sous l’ère Bourguiba mais elle a été formalisée au travers d’une circulaire du ministre de la Justice 17 ans plus tard. Une règle qui tire son origine d’une loi coutumière islamique à laquelle s’accorde une large majorité de jurisconsultes musulmans.

Dans le collectif, on retrouve l’Association tunisienne des femmes démocrates (ATFD), l’Association tunisienne de soutien aux minorités (ATSM), le Comité pour le respect des libertés et des droits de l’Homme en Tunisie (CRLDHT), la Fédération des Tunisiens pour une citoyenneté des deux rives (FTCR), le Forum Tunisien pour les droits économiques et sociaux (FTDES) ou encore la Ligue tunisienne de défense des droits de l’Homme (LTDH). Toutes espèrent un retrait de la circulaire d’ici novembre 2017, 44 ans après sa promulgation.

saphirnews.com
***


Des musulmanes s’affirment et affirment leur islamité dans l’Amérique de Trump.

La stratégie de diabolisation des musulmans élaborée par le populiste Donald Trump n’a pas seulement libéré la parole raciste, elle a aussi, et plus étonnamment, désinhibé la parole de femmes américaines musulmanes qui s’autorisent désormais à s’affirmer et à affirmer au grand jour leur islamité, sans craindre de s’attirer les foudres d’une certaine Amérique islamophobe et xénophobe.

Comme libérées de leurs peurs paralysantes, l’accession de Trump au pouvoir a produit sur Maysoon Khatib (photo ci-dessus), 44 ans, et Iman Abid (photo ci-dessous), 25 ans, pour ne citer que ces deux citoyennes qui ont refusé de se laisser bâillonner sans réagir, l’exact effet inverse de celui recherché en haut lieu.

Professeure de littérature anglaise à l’Université d’Etat de Murray, dans le Kentucky, Maysoon Khatib, qui a grandi sous les cieux ensoleillés de la Californie du Sud, au milieu d’un creuset de cultures et de religions, ne s’est jamais autant sentie musulmane que depuis qu’elle a migré, en famille, vers une bourgade de 18 000 âmes, en plein cœur de l’Amérique profonde.

Dans cette ancienne terre démocrate, frappée de plein fouet par la crise, qui attend des miracles du nabab new-yorkais de l’immobilier devenu roi, cette enseignante que certains étudiants aiment provoquer en arborant, à chacun de ses cours, des t-shirts à l’effigie du nouveau président des Etats-Unis, n’est plus en proie à la vive inquiétude qui l’habitait avant l’élection présidentielle.

Disparue l’angoisse qui était montée crescendo, au fur et à mesure que le candidat Trump sillonnait le pays en exacerbant la haine de l’islam ! Maysoon Khatib, qui troque volontiers sa casquette de pédagogue passionnée pour celle de rédactrice en chef engagée du site MuslimGirl.com, est soulagée d’un poids, comme elle l’a confié au micro de CBS News.

« Quand la victoire de Donald Trump a été annoncée, j’ai ressenti un violent serrement au cœur. Et puis, il y a eu l’impressionnante Marche des femmes à Washington, le 21 janvier, et j’ai pu constater avec une immense émotion que nombre de mes concitoyens, femmes et hommes, de toutes origines et religions, étaient eux aussi entrés en résistance contre le pouvoir en place », a déclaré la co-fondatrice d’un site dédié à ses coreligionnaires, dont la vocation première est de favoriser leur autonomisation et leur ascension au sein de la société américaine.

« Parfois, je suis démangée par l’envie d’écrire une lettre à Trump afin de le remercier de nous avoir poussés à nous unir contre lui et ce qu’il représente, par-delà nos différences. Peut-être avions-nous besoin de ce changement pour nous inciter à lutter tous ensemble, à résister », a-t-elle ajouté.

A Rochester, dans l’Etat de New York, Iman Abid, la figure de proue locale de l’Union américaine pour les libertés civiles (ACLU), s’investit sans compter auprès des réfugiés, et même avec une détermination renforcée depuis que le décret anti-immigration signé par le nouvel homme fort de Washington a révélé une islamophobie institutionnalisée implacable.

En dépit de ce climat hautement délétère, sa volonté de revendiquer son islamité n’a jamais été aussi forte et la fierté de ses racines moyen-orientales aussi grande.

« Beaucoup de gens ont des préjugés sur les musulmans. Quand je dis que je suis musulmane, la plupart de mes compatriotes sont surpris que je ne porte pas le hijab. J’en profite pour amorcer un dialogue », a-t-elle expliqué sur CBS News.

« Il est essentiel de montrer que la communauté musulmane américaine n’est pas un bloc monolithique, que l’on peut être musulmane sans porter le voile. Je m’efforce de changer les regards et pour ce faire, je refuse que l’on confisque ma parole. Les femmes musulmanes, dans la diversité de leurs composantes, ne devraient pas permettre que le président Trump parle à leur place, en leur nom », a-t-elle insisté, tout en appelant instamment ses coreligionnaires à se fédérer et à se réapproprier leur parole volée par un démagogue de la pire espèce.

« Nous devons prouver que nous existons en tant que groupe », exhorte Iman Abid, plus libre et combative que jamais, depuis que son angoisse face à l’avenir, dans une Amérique passée sous pavillon nationaliste et suprématiste blanc, s’est évanouie comme par enchantement… C’est l’effet extraordinairement salutaire de l’effet Trump ravageur !

oumma.com
***


France : menaces de mort contre des militants pro-palestiniens.

Communiqué d’Amnesty International (21/3/17)
Le 4 mars 2017, un groupe dénommé la Brigade juive a lancé un ultimatum aux membres dirigeants de l’Association France Palestine Solidarité (AFPS) : si l’AFPS ne cessait pas d’appeler au boycott des produits israéliens, les coordonnées personnelles des membres de son conseil national seraient rendues publiques.

Depuis le 8 mars 2017, des militants français des droits du peuple palestinien font l’objet d’une campagne scandaleuse de menaces, d’intimidations et de harcèlement.

Un appel relayé par certains sites.

Cette menace a été mise à exécution le 8 mars dernier, et relayée par les sites de la Ligue de Défense Juive, de JSSNews (basé en Israël) et de coolamnews . Depuis, plusieurs membres dirigeants de l’AFPS ont reçu des menaces de mort : les auteurs menaçaient de s’en prendre à leur famille ou à leurs enfants, de brûler leur domicile…

Certains ont répandu des rumeurs malveillantes, allant jusqu’à déclencher l’intervention des pompiers avec l’annonce erronée du suicide du président et du Secrétaire général. Cette vague de harcèlement fait suite à des menaces déjà prononcées contre des dirigeants de l’AFPS ces derniers mois.

En France, la criminalisation de l’appel au boycott doit cesser sans délai.

Ces intimidations visant l’AFPS font état du fait que « le boycott est puni par la loi ». En effet, depuis 2010, la France est l’un des rares pays au monde à prévoir des poursuites contre des personnes appelant au boycott de produits israéliens dans le cadre de la campagne internationale Boycott-Désinvestissement-Sanctions (BDS).

La circulaire ministérielle CRIM-APN 09-900-44 signée en 2010 par Mme Alliot Marie, alors ministre de l’Intérieur, engage les procureurs à poursuivre les appels au boycott de produits israéliens, considérés comme caractéristiques de délits de provocation publique à la discrimination à l’égard d’une personne ou d’un groupe de personnes en raison de leur appartenance à une nation.

En octobre 2015, la Cour de cassation a confirmé la condamnation de quatorze personnes uniquement en raison de leurs actions pacifiques de promotion du boycott de produits israéliens. Des militants du mouvement BDS se sont vu enjoindre par la préfecture de Paris de s’engager par écrit à renoncer à toute promotion du boycott de produits israéliens.

Si la répression de l’incitation à la haine et à la discrimination est légitime et nécessaire, elle ne peut se confondre avec la critique tout aussi légitime de la politique d’un Etat. L’appel pacifique au boycott d’un Etat rentre dans le cadre de cette critique et de l’action citoyenne non violente et s’inscrit donc dans le droit à la liberté d’expression, reconnu par le droit international.
Solidarité avec ces défenseurs des droits humains!

Cette campagne haineuse à l’encontre de défenseurs des droits humains doit immédiatement cesser, et leurs auteurs être traduits en justice dans les meilleurs délais.

Nous apportons notre entière solidarité aux victimes de ces menaces et intimidations, et appelons les autorités françaises à diligenter sans délai des enquêtes rapides contre les responsables de ces incitations à la haine.

Nous avons à plusieurs reprises demandé aux autorités françaises d’abroger la circulaire Alliot-Marie et de cesser les poursuites à l’encontre des militants du mouvement BDS. Le fait que cette circulaire serve désormais de prétexte à des actions de piratage et de harcèlement de ses militants démontre l’urgente nécessité d’y mettre un terme.

Nous réitérons notre appel aux autorités françaises, ainsi qu’à tous les candidats à l’élection présidentielle, à abroger sans délai cette circulaire, qui bafoue le droit à la liberté d’expression et de protestation pacifique dans notre pays.

Source: Amnesty International.

oumma.com
###################################
####### Aujourd’hui en Palestine #######
####################################

Aujourd’hui en Palestine, Voici les principaux titres du site d’information, C P I, Centre Palestinien D’Information.

.
Des témoins oculaires ont déclaré mardi soir que l’armée d’occupation israélienne a déployé des patrouilles dans les montagnes de Salfit et ont lancé deux ballons de surveillance dans ses cieux.
plus
.
Le Hamas appelle le sommet d’Amman à admettre la priorité absolue pour Jérusalem et al-Aqsa
.
La sécurité de l’Autorité Palestinienne arrête 3 citoyens et convoque un journaliste
.
Forum des Médias: La campagne répressive contre les Journalistes ne servira que l’ennemi occupant
.
L’Occupation vole un bidonville et des plantes au sud d’Hébron
.
Une manifestation à Gaza exigeant la libération immédiate de Halabi
.
Le tribunal israélien détient le directeur de TIKA à Gaza
.
Le ministère de l’Intérieur réduit les restrictions imposées à Beit Hanoun
.
Badran: L’emprise sioniste sur Al-Aqsa sera contrée par une résistance croissante
.
L’occupation mène une campagne d’arrestations et de raids en Cisjordanie
.
Bahar appelle le sommet arabe à protéger le peuple palestinien du terrorisme d’Israël
.
L’Autorité Palestinienne coopère avec le Shin Bet pour empêcher toute réaction à l’assassinat de Fuqha
.
L’ambassadeur des Etats-Unis auprès de l’ONU: L’ère du dénigrement d’Israël est terminée
.
La famille de Shaul accuse l’armée israélienne de mensonge
.
Jérusalem: Démolition de deux maisons à Issawia
.
Haniyeh: Israël cherche à mélanger des papiers du crime d’assassinat de Fuqha
.

Retrouvez l’intégralité de tout ces articles sur http:// french pal info.com
.


Le Centre Palestinien D'Information

Maroc : Quand la Police dérape

Partout dans le monde les forces de police enfreignent souvent les règles les plus élémentaires de la déontologie. Que ce soit au Maroc, au Maghreb ou en Occident le problème est le même.

A la différence près peut-être que les musulmans se doivent d’être un exemple de justice et d’équité

De nombreuses vidéos circulent ces derniers temps sur les pratiques de la police marocaine. Corruptions, blasphèmes, insultes … Voilà que la dernière mise en ligne datant d’hier révèle le caractère violent de certains fonctionnaires de police.

En effet, sur cette vidéo, on voit un policier s’acharner sur le propriétaire d’un camion. Il a d’ailleurs gardé son casque de moto afin d ‘assener des coups de tête au pauvre chauffeur.

On entend même le policier menacer de sortir son pistolet pour le tuer … Le mot “ Hagra ! ” est lancé. Les limites sont franchies.

Heureusement que les citoyens ont à présent le réflexe de sortir leurs téléphones et de filmer ces scènes de violences qui caractérisent le manque de crainte d’Allah le Très Haut de certaines personnes.