MouslimRadio Programmes de diffusion sur MouslimRadio

Actuellement, en direct sur Loading ...


Crimée annexée par la Russie : persécutions des Tatars

Depuis le début des troubles politiques et militaires en Crimée, déchirée entre un éventuel rattachement à la Russie ou à l’Ukraine, la communauté musulmane Tatare se sent en insécurité croissante.

Récemment, nous avions évoqué la répression communiste qu’avait connu cette minorité musulmane, les Tatars, qui représentent 15% de la population de Crimée, vivant au côté d’une majorité russe et orthodoxe. L’annexion de la Crimée par la Russie  qui a abouti complètement le 21 Mars dernier, a entraîné un regain de violences entre cette minorité.

Les tatars, citoyens de seconde zone

Le souvenir de la déportation de 200 000 tatars est encore vivant dans les esprits. A l’époque, près de la moitié des déportés du le régime stalinien communiste n’ont pas survécu. Ce n’est qu’en 1987 que les déportés restants ont pu revenir en Crimée. Mais la plupart n’ont pas pu récupérer leurs terres, confisquées par les russes.

Certains ont même été condamnés à payer des amende. Aujourd’hui, ils sont régulièrement menacés, et victimes d’intimidation. Ils sont également victimes d’actes racistes, dont les responsables sont rarement arrêtés. Les cimetières sont souvent profanés. Les discriminations et les agressions envers les tatars sont très fréquentes.

Plus de moitié des tatars sont au chômage.  Ils sont encore loin d’avoir retrouvé tous leurs droits, bien au contraire, ils demeurent des citoyens de seconde zone. Et l’annexion n’a fait qu’empirer leur situation.

Dans cette Crimée annexée par la Russie, les musulmans sont persécutés

Depuis mars dernier, la Crimée, région russophone d’Ukraine, longtemps objet de convoitise par la Russie, a été annexée par Moscou. Ce fut un tournant sans précédent dans la vie des Tatars dont les intérêts s’opposent à ceux des russes. Difficile d’accepter en effet une telle annexion vue le passé douloureux de ses déportés qui endurèrent les persécutions sous Staline.  Les aspirations politiques sont complètement différentes notamment en raison de la propagande anti tatar, mais aussi parce que les russes sont pour le rattachement de la Crimée, contrairement aux tatars qui souhaitent plutôt être du côté ukrainien.

Les conditions de vie de ces tatars n’étaient pas simples, et désormais, elles le sont encore moins. Depuis cette annexion, des mosquées ont été perquisitionnées, et vandalisées. Le Mejliss, l’assemblée représentative des Tatars a été interdit de réunions. Les rassemblements ont été interdits. Les dirigeants de la communauté, Refat Tchoubarov, Président du Mejliss, et Mustafa Djemilev, membre du Parlement ukrainien ont été exilés par le gouvernement russe. Des personnes ont été portées disparues. Plusieurs centaines de musulmans ont été arrêtés de manière humiliante et violente nous rapporte le site d’information Al Jazeera.

La tragédie des tatars musulmans se poursuit. Un drame peu médiatisé.

Que Dieu leur vienne en aide.